Étendant la main vers ses disciples, Jésus dit : “Voici ma mère et mes frères”

Posté par diaconos le 11 août 2022

Jésus Aujourd'hui – « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? »

# Les Petits Frères de Jésus (Institutum Parvolorum Fratrum Iesu) forment une congrégation religieuse, la Fraternité des petits frères de Jésus fondée en 1933 par le Père René Voillaume (1905-2003), dont la spiritualité s’inspire des écrits laissés par Charles de Foucauld (1858-1916) et sur le parcours de vie qui a été le sien après sa conversion en 1886. Ils reçurent l’habit religieux le 8 septembre 1933 des mains du cardinal Verdier en la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et en octobre de la même année partent à cinq de Marseille pour l’Afrique du Nord. Ils commencèrent leur vie commune à El Abiodh Sidi Cheikh, en Algérie, suivant la règle élaborée par le bienheureux Charles de Foucauld en 1899, centrée sur la clôture et l’adoration eucharistique.

Ils travaillèrent en se rapprochant des populations locales, abandonnant une interprétation stricte de la règle. L’institut fut érigé en institut de droit diocésain par Monseigneur Gustave Nouet, préfet apostolique de Ghardaïa, le 19 mars 1936 ; il reçut le decretum laudis le 13 juin 1968. Ils prononcèrent les vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance à l’Église, voulant partager la condition faite aux petits et aux pauvres et être traités comme eux. Il existe aussi une branche féminine, la fraternité des Petites Sœurs de Jésus. Ils sont au nombre de 75 frères en 1949 et presque 800 frères vingt ans plus tard. Ils furent en 2015 au nombre de 208 religieux de plus de trente nationalités répartis en 71 communautés 5 en petites unités de deux à quatre frères menant une forme de vie contemplative dans des appartements HLM ou des maisons ordinaires de village.

Ils ne portent pas d’habit religieux et vivent en salariés dans des emplois au bas de l’échelle sociale : agent de nettoyage, aide soignant, parfois conducteur d’autobus, facteurs. Ils sont présents dans dix pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Espagne, France, Italie6, Pologne, Portugal et Suisse), dans six pays d’Afrique (Algérie, Égypte, Nigéria, Cameroun, Tanzanie, Kenya), dans neuf pays d’Asie et Proche-Orient (Liban, Syrie, Iran, Pakistan, Turquie, Corée du Sud, Inde, Japon, Philippines) et dans dix pays d’Amérique (Canada, États-Unis, Mexique, Cuba, Nicaragua, Colombie, Brésil, Paraguay, Chili et Argentine). Le prieur général actuel est le P.F.J. Hervé Janson, de nationalité française. La fraternité générale se trouve à Bruxelles. En 2015, Rome a accepté qu’ils forment une fédération avec les Petits Frères de l’Évangile.

Deux Petits Frères de Jésus de nationalité allemande trouvent le martyre au Congo belge, près de Mambasa, le 26 novembre 1964. Il s’agit de Bernard Ignatius Sarnes (28 ans, né le 30 janvier 1936 à Haldenau en Haute-Silésie et de Heinz Eberlein (29 ans, né le 18 juin 1935 à Wingendorf, aujourd’hui quartier de Kirchen)8, qui étaient partis évangéliser les Pygmées dans une mission de la forêt vierge.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, comme Jésus parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler. Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler. » Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? «  Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » (Mt 12, 46-50)

La mère et les frères de Jésus

Qui furent les frères de Jésus ? Beaucoup de controverses  donnèrent lieu à cette question, depuis les premiers siècles jusqu’à nos jours. Elle ne fut posée que dans un intérêt dogmatique et depuis qu’on eut commencé à rendre des honneurs idolâtres à la mère de Jésus, pour laquelle il s’agissait dès lors de revendiquer une virginité perpétuelle. Plusieurs des Pères de l’Église puis tous les catholiques, et plus d’un théologien protestant, imaginèrent de faire de ces frères de Jésus, soit des enfants de Joseph par un premier mariage, soit des fils de la sœur de Marie, des cousins de Jésus. Cette supposition se heurte au fait que partout dans les évangiles ces frères de Jésus sont nommés, comme ici, avec sa mère. Les frères de Jésus furent désignés par la voix publique comme enfants de Joseph et Marie.

Tout porte donc à croire qu’il s’agissait de vrais frères de Jésus, et ce fut ainsi que se justifia le titre de premier-né qui lui fut donné.  u moment où Jésus allait prononcer le long discours qui précède, ces membres de sa famille, le voyant s’exposer par son zèle à la dangereuse opposition des adversaires, voulurent le retenir, l’arrêter, et ils disaient : «  Il est hors de lui-même  ».  Puis, pendant qu’il parlait encor, ils insistèrent de nouveau par des motifs peut-être bienveillants, mais tout charnels ; car  ses frères ne croyaient pas en lui, et sa mère pouvait céder à un mouvement de fausse tendresse. Comment  Jésus n’aurait-il pas subordonné entièrement cette parenté selon la chair à la communion sainte et éternelle qui s’établissait alors entre lui et ses disciples  ?

Non seulement il le fit lui-même, mais il exigea de ceux qui voulurent lui appartenir qu’ils agissaient dans le même esprit . La vraie famille de Dieu, dont il est le Frère aîné, se compose de ceux qui font la volonté de son Père. Jésus sanctifia les liens de la famille  et témoigna à sa mère le plus tendre amour .  Et ici même, quel amour il révèla à ceux qu’il voulut bien appeler du nom de frères et de sœurs  !

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →   Étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère, vvoici mes frères.

◊ Familles chrétiennes    : cliquez ici pour lire l’article → Étendant la main vers ses disciples, Jésus dit : “Voici ma mère, voici mes frères 

  Vidéo Frère Paul

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Zwanzigster Sonntag in der gewöhnlichen Zeit des Jahres C

Posté par diaconos le 11 août 2022

Sono venuto a gettare fuoco sulla terra - il Portico

Ich werde ein Feuer auf die Erde werfen

# Marc Rastoin wurde am 30. April 1967 geboren. Er ist der Sohn von Jean Rastoin (1932-2009), einem Ingenieur, und Jacqueline Rastoin (1934-2008), einer Übersetzerin und Essayistin, und der Bruder von Cécile Rastoin aus dem Karmeliterkloster von Montmartre. Marc Rastoin schloss 1988 sein Studium am Institut d’études politiques in Paris ab und promovierte 1999 in Theologie unter der Leitung von Paul Beauchamp. Am 14. Oktober 2002 verteidigte er seine Dissertation in biblischer Theologie an der Päpstlichen Universität Urbaniana in Rom unter der Leitung des Jesuiten Jean-Noël Aletti.

Im Mittelpunkt seiner Arbeit stand die Art und Weise, wie Paulus im Galaterbrief seine Argumentation sowohl für bibelkundige Juden als auch für rhetorisch-philosophisch versierte Griechen zu konstruieren vermochte. Im folgenden Jahr veröffentlichte er seine Dissertation, die großen Anklang fand. Jean-Pierre Lémonon hat einige Vorbehalte geäußert, die das große Verdienst des Werkes nicht schmälern, das es ermöglicht, das paulinische Universum besser zu durchdringen.

Im Anschluss an diese Dissertation wurde Marc Rastoin an das Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris geschickt, wo er die Bibel lehrte, damit jeder den Reichtum der Heiligen Schrift entdecken konnte. Er interessierte sich auch für das Kino und die zeitgenössische Literatur. Er interessierte sich leidenschaftlich für Geschichte, Judentum und die jüdische Lesart der Heiligen Schrift. Seit 2007 unterrichtet er auch am Päpstlichen Bibelinstitut in Rom (Einführung in den Heiligen Paulus und die synoptischen Evangelien). Er interessierte sich für die exegetische Forschung über den heiligen Paulus und alles, was mit der Forschung über den historischen Jesus und sein Verständnis der messianischen Mission zusammenhing. Er interessierte sich auch für die Theologie des Evangelisten Lukas und für den jüdisch-christlichen Dialog.

Von 2002 bis 2015 war er Mitglied des Pastoralteams der St.-Ignatius-Kirche in Paris, wo er Vorschläge für Paare unterbreitete und an der Kinderkatechese teilnahm. Am 5. November 2014 wurde er zum Berater für die Beziehungen zum Judentum beim Generalpater der Gesellschaft Jesu ernannt und löste damit Pater Jean-Pierre Sonnet (Professor an der Gregoriana) ab.

Aus dem Evangelium von Jesus Christus nach Lukas

In diesem Augenblick sagte Jesus zu seinen Jüngern : « Ich bin gekommen, um Feuer auf die Erde zu bringen, und wie wünschte ich, es wäre schon angezündet! Ich muss die Taufe empfangen, und wie sehr sehne ich mich nach ihr! Glaubt ihr, dass ich gekommen bin, um Frieden auf die Erde zu bringen ? Nein, sage ich Ihnen, sondern eher eine Spaltung. Denn von nun an sollen fünf Personen in einer Familie entzweit werden: drei gegen zwei und zwei gegen drei; sie sollen entzweit werden : Vater gegen Sohn und Sohn gegen Vater, Mutter gegen Tochter und Tochter gegen Mutter, Schwiegermutter gegen Schwiegertochter und Schwiegertochter gegen Schwiegermutter. (Lk 12, 49-53)

Ich bin gekommen, um Feuer auf die Erde zu werfen

« Ich bin gekommen, um ein Feuer auf die Erde zu werfen ; und was soll ich wünschen, wenn es schon angezündet ist ? « (Lk 12, 49) Die Ausleger haben darauf geachtet, einen Zusammenhang zwischen diesem Teil der Rede und dem vorangehenden zu finden. Ich bin gekommen; dieser Ausdruck, der bei Johannes häufig vorkommt, findet sich daher auch bei den Synoptikern; Jesus verwendet ihn im Bewusstsein seiner Präexistenz. Was ist das für ein Feuer, das er auf die Erde geworfen hat, wo es vor ihm nicht existierte, wo es ohne ihn nie entzündet worden wäre? Nach Ansicht vieler Ausleger ist dieses Feuer nichts anderes als die Erregung der Geister und die Spaltungen, von denen Jesus sprach.

Aber würden wir dann verstehen, dass er so sehnlichst wünschte, dass dieses Feuer entfacht würde, und dass er den großen und schmerzlichen Gedanken an sein Leiden und seinen Tod damit verband? Aber warum sollte man darin nicht das neue Leben des Glaubens, der Liebe, des Eifers sehen, dessen Quelle Jesus geöffnet hat und dessen verzehrende Kraft alles verbrennen, reinigen oder verzehren sollte, was seinem Wirken ausgesetzt war? Dieses göttliche Handeln führte zu Spaltungen und Kämpfen zwischen denen, die sich davon beeinflussen ließen, und denen, die es aus Unglauben ablehnten. Jesus erklärte, wie diese Spaltung im praktischen Leben und sogar in der Familie auftreten würde.

Diakon Michel Houyoux

Links zu anderen christlichen Websites

◊ Regnum Christi : klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen → Ich bin gekommen um Feuer auf die Erde zu werfen 

◊   Ihr Pfarrer Pero Stanušić  : klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen → Ich bin gekommen, um Feuer auf die Erde zu werfen“

Botschaft   »Ich bin gekommen, um Feuer auf die Erde zu werfen »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vendredi de la dix-neuvième semaine du Temps Ordinaire dans l’année C

Posté par diaconos le 11 août 2022

Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? dans Catéchèse

Cinquante-neuf années de mariage et toujours en forme !

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

    En ce temps-là, des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent : « Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? » Il répondit : « N’avez-vous pas lu ceci ? Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme ?  et dit : « À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! « 

Les pharisiens lui répliquent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la répudiation ?  »  Jésus leur répond : « C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi. Or je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme,  sauf en cas d’union illégitime, et qu’il en épouse une autre, il est adultère. » Ses disciples lui disent : ‘ Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, mieux vaut ne pas se marier. « 

 Il leur répondit : « Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du royaume des Cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! «  (Mt 19, 3-12)

Dans l’article présenté, quelques conseils pour réussir votre mariage. Avec les salutations amicales et fraternelles de Arlette et de Michel.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent :  » Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? «  Il répondit : « N’avez-vous pas lu ceci ? Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme ? et dit : à cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair.” Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

Les pharisiens lui répliquèrent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la répudiation ? «  Jésus leur répondit : « C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi. Or je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, et qu’il en épouse une autre, il est adultère. »

Ses disciples lui disent : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, mieux vaut ne pas se marier. » Il leur répondit : «  Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du royaume des Cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne !  » (Mt 19, 3-12)

Dans la société juive, le divorce était légal. La Loi de Moïse dit :   » Lorsqu’un homme aura pris et épousé une femme qui viendrait à ne pas trouver grâce à ses yeux, parce qu’il a découvert en elle quelque chose de honteux, il écrira pour elle une lettre de divorce, et, après la lui avoir remise en main, il la renverra de sa maison. Elle sortira de chez lui, s’en ira, et pourra devenir la femme d’un autre homme. » (Dt 24, 1-2)

◊  Relation : cliquez ici pour lire l’article →  Six  conseils pour un mariage réussi - Améliore ta Santé

◊   Dix conseils clés  : cliquez ici pour lire l’article → Comment réussir son mariage : les 10 conseils clés

Vidéo Le couple et le célibat selon Jésus

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Un projet en étude qui risque d’aboutir à ses fins !

Posté par diaconos le 10 août 2022

Close up of female intertwined hands - Photo de Homosexualité féminine libre de droits

L’ÉGLISE CATHOLIQUE D’AUTRICHE : UNE BÉNÉDICTION DES COUPLES HOMOSEXUELS EN RÉFLEXION

 Le livre « Bénédiction des partenaires de même sexe » ( Benediktion von gleichgeschlechtlichen Partnerschaften), paru en Autriche fin avril, explore la façon dont les couples homosexuels pourraient recevoir une bénédiction formelle et fondée sur la liturgie.

Le sujet a évolué, déclare le père Ewald Volgger, dans un entretien dans KirchenZeitung, une revue du diocèse de Linz. Il est professeur de science liturgique et de théologie sacramentelle à l’Université privée catholique de Linz. Avec Florian Wegscheider, il aborde la possibilité d’introduire une bénédiction officielle pour les couples de même sexe.

Les enseignements de l’Église rencontrent de moins en moins de résonance dans la société et au sein de l’Église, la théologie morale préconise en particulier de nouvelles approches dans la considération de l’homosexualité », explique-t-il. Une bénédiction « fondée sur la doctrine de l’Église » En 2015, la Commission liturgique d’Autriche (LKÖ) a donc approché le chercheur pour apporter un point de vue liturgique au débat. Elle est l’une des commissions de la Conférence épiscopale autrichienne. Le livre de 200 pages est le fruit d’une conférence scientifique organisée par l’Université privée catholique de Linz.

Avant d’aborder la bénédiction des couples homosexuels, le livre donne un aperçu de la situation juridique à propos du mariage pour les homosexuels en Autriche, autorisé depuis janvier 2019. Leur recherche se fonde sur des éléments des Écritures, la tradition de l’Église, les questions de théologie éthique et liturgique. Selon l’auteur, l’introduction d’une bénédiction officielle nécessiterait un changement dans le catéchisme parce qu’une liturgie officielle de l’Église doit être fondée sur la doctrine de l’Église.

Cette avancée serait possible notamment parce que des prêtres accompagnent déjà des couples du même sexe.  Dans la région de la Haute-Autriche, des paroisses organisent des bénédictions pour les couples homosexuels au moment de la Saint-Valentin. Exprimer l’obligation de soins mutuels, de fidélité et d’exclusivité. Cependant, le liturgiste distingue le mariage et la bénédiction qui pourrait être donnée aux couples homosexuels. Il souligne : « La bénédiction n’est pas un sacrement, elle ne se situe pas au même niveau que le sacrement de mariage, mais est néanmoins un acte officiel de bénédiction.

Si les partenaires vivent le don de l’amour mutuel dans la fidélité et façonnent leur vie avec les dons spirituels de Dieu, indique Ewald Volgger au journal diocésain, leur relation est aussi une image de la bonté et de la charité de Dieu. » Cela serait ainsi un moyen pour l’Église « d’exprimer l’obligation de soins mutuels, de fidélité et d’exclusivité », poursuit-il. Des évêques allemands se sont déjà prononcés sur la bénédiction des couples homosexuels, tel que l’ancien président de la Conférence épiscopale allemande. « Selon le cardinal Reinhard Marx, les couples homosexuels peuvent recevoir une bénédiction dans le sens de la pastorale de l’Église catholique, écrivait fin décembre 2019 le portail d’information religieuse Katolisch.de.

En Italie, l’archevêque de Bologne, Matteo Zuppi, fut interviewé dans la préface du livre L’Église et l’homosexualité. Une enquête à la lumière du Magistère du pape François, de Luciano Moia, rédacteur en chef du quotidien catholique italien Avvenire.  « En acceptant la personne, nous ne pouvons pas ignorer son orientation », indiqua Monseigneur Matteo Zuppi, dans cet entretien. Il considéra que l’écoute profonde de la personne dans ses situations de vie furt négligée par nos communautés. Dans l’exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia, le pape François écrivit que les personnes homosexuelles  doivent pouvoir bénéficier de l’aide nécessaire pour comprendre et réaliser pleinement la volonté de Dieu dans leur vie.

Voire également l’article à cette page : https://www.facebook.com/notes/catholiques-réveillez-vous/la-bénédiction-des-couples-homosexuels-en-réflexion/194774865316185/

Diacre Michel Houyoux

Liens avec  d’autres sites Web chrétiens

◊  Passeport santé  : cliquez ici pour lire l’article → L’homosexualité : qu’est-ce que l’attirance homosexuelle

◊ Homosexualité et péché  : cliquez ici pour lire l’article →  L’homosexualité est-elle un péché ?

♥  Vidéo Chrétiens et homosexuels : le difficile coming out

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, L'Église, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

123456...267
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS