Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil ?

Posté par diaconos le 13 août 2022

Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil...

De l’évangile selon Matthieu

En ce temps-là, les disciples de Jean le Baptiste s’approchèrent de Jésus en disant : « Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? » Jésus leur répondit : « es invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais des jours  viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront. Et personne ne pose une pièce d’étoffe neuve sur un vieux vêtement, car le morceau ajouté tire sur le vêtement, et la déchirure s’agrandit.     Et on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, les outres éclatent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le tout se conserve. »  (Mt 9, 14-17)

Les disciples de Jean

 Les dis­ciples de Jean ne suivirent pas tous les conseils de Jésus, qui les ex­hor­ta à s’at­ta­cher à Lui. Ceux qui ne le firent pas s’as­trei­gnirent aux pres­crip­tions ri­gou­reuses de la piété des pha­ri­siens, qu’ils pra­ti­quèrent sans doute avec plus de sin­cé­rité que ces der­niers. Ils me­nèrent, à l’exemple de Jésus, une vie de re­pen­tance et d’aus­té­rité dans la­quelle le jeûne tint une grande place. Leur ques­tion montra qu’ils furent scan­da­li­sés de la li­berté que Jé­sus lais­sa à ses dis­ciples à cet égard.

. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site. Éditer cet article.

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Двадцатое воскресенье обычного времени года C

Posté par diaconos le 13 août 2022

Sono venuto a gettare fuoco sulla terra - il Portico

Я пришел, чтобы бросить огонь на землю

# Марк Растуан родился 30 апреля 1967 года. Он сын Жана Растуана (1932-2009), инженера, и Жаклин Растуан (1934-2008), переводчика и эссеиста, и брат Сесиль Растуан, сотрудницы монастыря кармелиток на Монмартре. Марк Растуан окончил Институт политических исследований в Париже в 1988 году и теологический факультет под руководством Поля Бошама в 1999 году. 14 октября 2002 года он защитил диссертацию по библейской теологии в Папском городском университете в Риме под руководством иезуита Жана-Ноэля Алетти.

Его диссертация была посвящена тому, как Павел выстраивал свои аргументы в Послании к Галатам, как для евреев, знавших Писание, так и для греков, знакомых с риторической философией. В следующем году он опубликовал свою диссертацию, которая была хорошо принята. Жан-Пьер Лимонон высказал некоторые оговорки, которые не умаляют больших достоинств работы, позволившей глубже проникнуть в мир Паулины.

После защиты этой диссертации Марк Растуан был направлен в Центр Севр – Парижский факультет журналистики, где он преподавал Библию, чтобы каждый мог открыть для себя богатство Писания. Он также интересовался кино и современной литературой. Он страстно любил историю, иудаизм и еврейское прочтение Писания. С 2007 года он также преподает в Папском библейском институте в Риме (Введение в Павла и Синоптические Евангелия). Его интересовали экзегетические исследования о Павле и все, что связано с исследованиями об историческом Иисусе и о том, как он понимал свою мессианскую миссию. Он также интересовался богословием евангелиста Луки и иудейско-христианским диалогом.

С 2002 по 2015 год он был членом пасторской команды в церкви Святого Игнатия в Париже, где занимался анимацией предложений для пар и участвовал в детской катехизации. 5 ноября 2014 года он был назначен советником по связям с иудаизмом при Генеральном отце Общества Иисуса, заменив отца Жана-Пьера Сонне (профессора григорианского пения).Из Евангелия Иисуса Христа от Луки

В этот момент Иисус сказал своим ученикам: « Я пришел принести огонь на землю, и как бы Я хотел, чтобы он уже зажегся! Я должен креститься, и как же я хочу принять крещение! Думаете ли вы, что Я пришел принести мир на землю? Нет, говорю вам, скорее разделение. Ибо отныне пять человек в семье будут разделяться: трое против двух и двое против трех; будут разделяться: отец против сына и сын против отца, мать против дочери и дочь против матери, свекровь против невестки и невестка против свекрови » (Лк 12, 49-53).

«  Я пришел бросить огонь на землю; и что Мне желать, если он уже возгорелся ?  » (Лк 12, 49) Толкователи тщательно искали связь между этой частью речи и предшествующей ей. Я пришел ; это выражение, часто встречающееся у Иоанна, также встречается в Синоптиках; Иисус использует его с сознанием Своего предсуществования. Что это за огонь, который Он пришел бросить на землю, где до Него его не было, где без Него он никогда бы не зажегся? По мнению многих экзегетов, этот огонь есть не что иное, как потрясение духов и раздор, о которых говорил Иисус.

Но должны ли мы понимать, что он так горячо желал, чтобы этот огонь разгорелся, и что он привнес в него великую и скорбную мысль о своих страданиях и смерти ? Но почему бы нам не увидеть в ней новую жизнь веры, любви, ревности, источник которой открыл Иисус и чья пожирающая сила должна была сжечь, очистить или поглотить все, что подвергалось ее действию ? Это Божье действие вызвало разделение и вражду между теми, на кого оно повлияло, и теми, кто отверг его из неверия. Иисус объяснил, как эти разделения будут проявляться в практической жизни и даже в семье.

Дьякон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

◊  Edificati sulla Rossia  : Нажмите здесь, чтобы прочитать статью →  Padre Mauro de Angelis OFM Cap.

◊  Диогенес : Нажмите здесь, чтобы прочитать статью →  Проповедь на XX воскресенье Рядового времени (год С)

 Страницы Евангелия: « Огонь пришел Я низвести на землю » (Лк.12:49-53)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Mon Seigneur et mon Dieu !

Posté par diaconos le 13 août 2022

Le doute fait grandir la foi, saint Thomas n'est en rien différent de nous

 

La foi est une flamme qui éclaire la vie des chrétiens. Elle est la lumière du monde. Cependant, comme toute lumière, elle peut vaciller et s’affaiblir. Alors, comment faire face à ces situations de doute ? La figure de saint Thomas nous aide dans ces épreuves

De l’Évangile de Jésus Christ selon Jean

L’un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! «  Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son  côté, non, je ne croirai pas ! 

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! «   Puis il dit à Thomas :  » Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant.  » Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! «   Jésus lui dit : «  Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. «  (Jn 20, 24-29)

Les doutes et la confession de Thomas

Tho­mas se trouva ab­sent du groupe de ses condis­ciples, quand Jé­sus leur ap­pa­rut. Sans doute, n’ayant plus au­cune es­pé­rance, il  cher­cha la so­li­tude pour se li­vrer à ses tristes pen­sées et il se priva ainsi d’une grâce im­mense.

Ce fut dans une réunion sub­sé­quente que les dis­ciples dirent à Tho­mas, avec la joie qui rayon­nait sur leurs vi­sages : « Nous avons vu le Seigneur  ! »  L’obs­ti­na­tion de son doute s’ex­prima par des termes éner­giques et ré­pé­tés. Tho­mas abou­tit à cette conclu­sion : « Je ne croirai pas ! »  En par­lant ainsi, ce dis­ciple pen­sa n’o­béir qu’à sa rai­son, et pour­tant il fut très dé­rai­son­nable.

Du­rant ces huit jours, il n’y eut pas de nou­velle ap­pa­ri­tion de Jé­sus, bien que les dis­ciples se fussent réunis sou­vent, comme pour l’at­tendre. En­fin, il vint. Jésus se présenta au milieu d’eux de la même ma­nière et dans la même mai­son. Cette fois, Tho­mas fut présent. Dès que Jésus pro­nonça sur les dis­ciples sa douce pa­role de paix, il s’a­dressa di­rec­te­ment à Tho­mas.

Il connais­sait son état, car il sa­vait par lui-même ce qui est dans l’­homme : « Parce qu’il n’avait pas besoin qu’on lui rendît témoignage d’aucun homme; car il savait lui-même ce qui était dans l’homme. »  (Jn 2, 25)  « Si un pha­ri­sien avait posé ces condi­tions comme Tho­mas, il n’au­rait rien ob­tenu ; mais à un dis­ciple, jus­qu’ici éprouvé, rien n’est re­fusé. » (Bengel)

En ré­pé­tant les pa­roles de Tho­mas, Jé­sus lui fit sen­tir son tort et le couvrit de confu­sion. Il conclut par cet aver­tis­se­ment :  »Ne deviens pas incrédule, mais croyant. »  Par l’expression  :  « Ne deviens pas, Jé­sus lui fait sen­tir dans quelle po­si­tion cri­tique il se trouve ac­tuel­le­ment, à ce point où se sé­parent les deux routes : celle de l’in­cré­du­lité dé­ci­dée et celle de la foi par­faite. » (Godet)

Plus Tho­mas op­posa de ré­sis­tance à la foi en Jé­sus res­sus­cité et glo­ri­fié, plus il fut pé­né­tré de la lu­mière di­vine qui inonda son âme. La toute science, la cha­rité de Jésus le sai­sirent,  l’­hu­mi­lièrent. Dans cet ins­tant, toutes les dé­cla­ra­tions de Jé­sus sur sa di­vi­nité qui ne purent vaincre les doutes de Tho­mas, lui de­vinrent au­tant de traits de lu­mière et, après être le der­nier à croire la ré­sur­rec­tion de Jésus, il fut le pre­mier à l’ap­pe­ler d’un nom qu’au­cun autre n’eut en­core pro­noncé : «  Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Mais Tho­mas se trouva dans une si­tua­tion par­ti­cu­lière qui lui don­na toutes les rai­sons de croire. Dix de ses condis­ciples, dont il ne put sus­pec­ter ni l’in­tel­li­gence ni la bonne foi, lui eurent dit avec joie : « Nous avons vu le Seigneur » et lui, ré­cu­sant ce té­moi­gnage exigea une dé­mons­tra­tion ma­té­rielle des sens. C’est là ce qui fut ; car ce fut mé­con­naître et nier la va­leur du té­moi­gnage, sur le­quel pour­tant re­posent la plu­part de nos connais­sances et de nos convic­tions, même dans les choses de ce monde ; et com­bien plus dans les vé­ri­tés re­li­gieuses qui doivent rat­ta­cher notre âme au Dieu in­vi­sible !

Voilà pour­quoi Jé­sus posa ici pour son royaume ce grand prin­cipe : « Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru !  »  La foi est, en ef­fet, un acte mo­ral de la conscience et du cœur, in­dé­pen­dant des sens, tous les ob­jets de la foi ap­par­tiennent au monde in­vi­sible, l’Église chré­tienne, de­puis dix-neuf siècles, croit en Jé­sus-Christ et en sa ré­sur­rec­tion sur ce même té­moi­gnage apos­to­lique que Tho­mas ré­cu­sait.

Qui­conque fait dé­pendre sa foi de la vue, des sens, ou du rai­son­ne­ment, l’ex­pose à une dé­so­lante in­sta­bi­lité, puisque  les choses vi­sibles ne sont que pour un temps et que les in­vi­sibles seules sont éter­nelles. (2 Corinthiens 4, 18). C’est pour­quoi Jé­sus dé­clara heureux ceux qui croient en lui ; car la foi, en nous unis­sant à lui, nous met en pos­ses­sion des tré­sors de grâce, de paix, d’a­mour, de vie qui sont en lui et qui seuls consti­tuent le vrai bon­heur de l’âme hu­maine.

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que cette génération

Posté par diaconos le 12 août 2022

Balkis, la reine de Saba

La reine de Saba est mentionnée dans des récits bibliques hébraïques, des évangélistes et coraniques comme ayant régné sur le royaume de Saba, qui s’étendrait du Yémen au nord de l’Éthiopie et en Érythrée. Les anecdotes et détails de la rencontre entre la reine et le roi Salomon à Jérusalem varient selon les sources.

Dans le Nouveau Testament, l’Évangile selon Luc l’appelle « Reine de Midi » (Luc 11,31). Dans le Coran, elle apparaît dans la sourate 27 et selon un hadîth, c’est-à-dire les recueils des propos du prophète Mahomet, elle s’appelle « Balqis » (arabe : « بلقيس »)1, que l’on retrouve sous la graphie « Balkis » ou « Baalkis ».

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, quelques-uns des scribes et des pharisiens adressèrent la parole à Jésus :  » Maître, nous voulons voir un signe venant de toi. »  Il leur répondit :  » Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. En effet, comme Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, le Fils de l’homme restera de même au cœur de la terre
trois jours et trois nuits.

Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas.  lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que cette génération, et elle la condamnera ; en effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. «   (Mt 12, 38-42)

Le signe de Jonas

Quelques scribes et pharisiens, en présence des sévères déclarations de Jésus, lui demandèrent un signe. Jésus répondit qu’il ne sera donné d’autre signe à cette génération que celui de Jonas : comme le prophète séjourna dans le ventre du poisson, le fils de l’homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits. Les hommes de Ninive et la reine du midi condamneront cette génération au jour du jugement, car il y a ici plus que Jonas et plus que Salomon.

Le démon expulsé qui revient avec sept autres

Par cette parabole Jésus peignit l’état moral de sa génération : son amendement passager et son endurcissement toujours plus profond. Interrompu par sa mère et ses frères qui demandèrent à lui parler, Jésus étendit sa main sur ses disciples et déclara que sa vraie famille, ce sont ceux qui fient la volonté de son Père. At­teints par les sé­vères pa­roles de Jé­sus, les pharisiens répondirent en exi­geant un signe comme preuve de sa mis­sion divine.

La gué­ri­son qu’il vint d’ac­com­plir sous leurs yeux ne leur fut pas suffisante. Ne pou­vant la nier, ils l’attribuèrent au dé­mon ; et ils de­mandèrent main­te­nant un signe par­ti­cu­lier qui fut la confir­ma­tion écla­tante de la déclaration de Jé­sus. Les gué­ri­sons ne purent à elles seules éta­blir qu’il fut le Mes­sie ; il fallut une démonstration dans le genre de celle que Sa­tan pro­po­sa à Jésus. Jé­sus la leur re­fusa parce que telle ne fut pas la ma­nière dont son règne vint. Dans une autre oc­ca­sion, ils pré­cisèrent l’ob­jet de leur dé­sir en lui de­man­dant un signe ve­nant du ciel, pa­rut avoir réuni les deux faits en un même ré­cit (Mc 8, 11) .

Le mot adultère est pris dans un sens re­li­gieux et mo­ral qu’il a sou­vent dans les Écri­tures (Is 57.3-4 ; Jq.4 ; Ap 2, .20). L’ex­pres­sion est fon­dée sur la belle image par la­quelle l’u­nion de Dieu avec son peuple est re­pré­sen­tée comme un ma­riage. Ainsi quand le peuple de­vient in­fi­dèle, aban­donne Dieu, il de­vient adul­tère. Le signe de Jonas est connu par le livre de ce pro­phète.

Ter­tul­lien et plu­sieurs des plus no­tables exé­gètes mo­dernes, rap­pro­chant cette ex­pres­sion de Éphésiens 4, 9, y voient une al­lu­sion à la des­cente de Christ aux en­fers, au sé­jour des morts, qui se­rait si­tué au centre de la terre. Il est plus na­tu­rel d’y voir un hé­braïsme qui dé­signe d’une ma­nière fi­gu­rée le tom­beau. Beau­coup d’in­ter­prètes s’échoppèrent à cette ex­pres­sion trois jours et trois nuits, parce que Jé­sus n’y  resta dans la tombe qu’un jour et deux nuits.

De telles éva­lua­tions s’ex­pliquent quand on consi­dère que les Hé­breux comptent comme un jour toute par­tie des vingt quatre heures en­trant dans l’es­pace de temps dont il s’a­git. On peut aussi y voir la dé­si­gna­tion proverbiale d’un court laps de temps : « Il nous rendra la vie dans deux jours, le troisième jour il nous relèvera et nous vivrons devant lui.  » (Os 6, 9)

Le signe de Jonas est la mort et la ré­sur­rec­tion de Jé­sus-Christ, pré­fi­gu­rées par le mi­racle de Jo­nas. Dans Luc 11, 30, Jésus ne men­tionna pas le sé­jour de Jo­nas dans le ventre du grand poisson et dit que  le fils de l’homme sera un signe pour sa gé­né­ra­tion comme Jonas le fut pour les Ninivites », c’est-à-dire par sa prédication. Le nom de Jo­nas que Jésus prononça évo­qua de­vant lui le sou­ve­nir des Ni­ni­vites re­pen­tants, qui formèrent un frap­pant contraste avec cette gé­né­ra­tion sourde à ses ap­pels. Le nom de Jo­nas  évo­qua de­vant lui le sou­ve­nir des Ni­ni­vites re­pen­tants, qui formèrent un frap­pant contraste avec cette gé­né­ra­tion sourde à ses ap­pels.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊  Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Les gens de Ninive se détournèrent de leur conduite mauvaise

◊  Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → La reine de Saba vit toute la sagesse de Salomon (1 R10, 1-10)

◊  Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → À cette génération il ne sera donné que le signe de Jonas le prophète

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Regnum Christi  : cliquez ici pour lire l’article → Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera

◊ Histoire d’une foi  : cliquez ici pour lire l’article →  Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même  en même temps que les hommes de cette génération,

 Salomon et la reine de Saba

Image de prévisualisation YouTube

 Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site. Éditer cet article.
 Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <stro

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1...34567...269
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS