Saturday after Epiphany – Year B

Posté par diaconos le 9 janvier 2021

The bridegroom’s friend is very happy to hear the bridegroom’s voice

Saturday after Epiphany - Year B dans Foi.

# In the antiquities of Josephus’ Jews An account of John the Baptist can be found in all the manuscripts of the Antiquities of the Jews (book 18, chapter 5, 2) by Flavius Josephus (37-100). Some Jews thought that the destruction of Herod’s army [Antipas] was God’s doing, and that he was rightly called the Baptist as punishment for what he did against John: for Herod had him executed, Herod, who feared that John’s great influence on the people might induce them to rebel (for he seemed ready to do anything he asked him to do), thought it best, by putting him to death, to prevent any harm he might cause, and not to get into trouble, by sparing a man who might make him repent when it was too late. Consequently, he was sent prisoner, out of Herod’s suspicious character, to Macherus, the castle I have already mentioned, and was put to death there. The Jews thought that the destruction of this army was a punishment for Herod and a sign of God’s displeasure towards him .John died near the time of the destruction of Herod’s army in 36 A.D. However, in another passage Josephus states that the end of Herod’s marriage to the daughter of Aretas was only the beginning of the hostilities between Herod and Aretas, which intensified until the battle.

lwf0003web.gif

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint John

At that time Jesus went into Judea with his disciples, stayed there with them, and baptized. John, on the other hand, was baptising in Ainona, near Salim, where water was plentiful. People came there to be baptized. In fact, John had not yet been put in prison. However, there was a discussion between John’s disciples and a Jew about the purification baths. They went to John and said to him :  « Rabbi, he who was with you on the other side of the Jordan, to whom you have testified, behold, he is baptizing, and they all go to him. »
John replied : « A man can take nothing for himself except that which is given him from Heaven. You yourselves can testify that I said : I am not the Christ, but I was sent before him. He to whom the bride belongs is the bridegroom; and the friend of the bridegroom stands there and hears the bridegroom’s voice and is glad. This is my joy : it is perfect. He must grow, and I must diminish. « (Jn 3, 22-30)


Jesus in Judea, the last testimony of John the Baptist

After this first stay of Jesus in Jerusalem where the interview with Nicodemus took place. Jesus left the capital, where his manifestation in the temple and the miracles he performed could not secure him the general adherence and approval of the theocratic authorities. He concluded that the work of preparation carried out by John the Baptist had to be continued and he joined in, and went to the countryside of Judea to stay there for a while with his disciples. There too, he joined baptism to the preaching.

John corrected and completed by saying : « But Jesus did not baptize himself, but his disciples did. « (Jn 4, 2) This baptism was like that of the forerunner, a baptism administered as a sign of repentance ; the baptism in the Spirit did not take place until after Pentecost : « Whereas John baptized with water, you will be baptized in the Holy Spirit in a few days’ time » (Acts 1, 5).

In the Christian Church, these two baptisms were united into one, which became the seal of regeneration : « He was not manifested to the sons of men in other generations, as he has now been revealed by the Spirit to the holy apostles and prophets of Christ. « (Eph 3, 5)  John continued his work, because the kingdom of God, for which he preached and baptized, had not yet been established. He needed a command from God in order to end his mission; he received it through his imprisonment.

John explained how the work of John the Baptist could still continue. Why was this observation necessary? It was necessary because the accounts of Matthew and Mark, which did not follow a strict chronological order, suggested that the imprisonment of John the Baptist took place before the first return of Jesus from Judea to Galilee, immediately after his baptism.◊

However, John, who reported a first trip to Galilee and a second trip, thus distinguishing these two returns, which the synoptic tradition merged into one, re-establishes the chronological order of these early times of Jesus’ activity. John’s disciples were not unaware of their master’s positive statements about his relationship with the Messiah.   John the Baptist showed what his subordinate position was with regard to Jesus : « He is the bridegroom, to whom the bride belongs ». John was only a friend of the bridegroom, but that was enough to make him happy.

The position that John attributed to himself by this comparison was that of friend of the husband, his intermediary with the bride, charged with asking for her hand in marriage, and finally with preparing the wedding feast. This role that John described in these details: the friend of the bridegroom stands there, at her disposal, he listens to her, he is delighted to hear her voice, during the wedding feast : « I will cause the songs of gladness and songs of joy to cease in the cities of Judah and in the streets of Jerusalem, the bridegroom’s song and the bridegroom’s song, for the land shall be nothing but a desolation. « (Jeremiah 7, 34)

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ Epithalamium : click here to read the paper →   What Does John 3:29 Mean ?

◊ Desiring God   : click here to read the paper →  Jesus Christ, the Bridegroom, Past and Future

Saint John Paul II National Shrine

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Foi, Méditation, Religion, Rencontrer Dieu, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Gebet im Prozess (Psalm von David)

Posté par diaconos le 9 janvier 2021

Gebed in het proces (Psalm van David) dans comportements

Wo ist Gott in dieser Pandemie?

# Im Christentum wird dieser Psalm mit Buße und Vergebung von Fehlern in Verbindung gebracht. Er wird oft mit dem Ehebruch König Davids mit Batscheba in Verbindung gebracht. Zugleich sehen wir Verbindungen zum Schuldbekenntnis, das in einigen Texten des Neuen Testaments gelehrt wird. Dazu gehören Jakobus 5,16 und 1. Johannes 1,8-10. Das Lesen und Meditieren dieses Psalms wird ermutigt, wenn wir gesündigt haben, denn er ist von auffallender Bedeutung in dieser Zeit der Seuche.

Die Worte Davids werden dann zu den Worten, die Gottes Geist in unsere reuigen Herzen legt, die in der Gemeinschaft mit ihm bleiben wollen, ohne zu versuchen, unsere Fehler zu verbergen, die er kennt. Die Freude der Errettung wird für uns durch Gottes Vergebung erneuert. Das Bekenntnis unserer Sünde verändert uns. Gott kennt unsere Fehler, aber er lädt uns ein, sie vor ihm zu bekennen, denn wir sind es, die von der Freude der Vergebung profitieren werden. Bei den Katholiken: Seit dem Hochmittelalter wird dieser Psalm traditionell in den Klöstern am Sonntagmorgen rezitiert oder gesungen5 , gemäß den Lehren des heiligen Benedikt von Nursia6,7. Was das Stundengebet betrifft, so wird Psalm 31 in der Vesper am Sonntagmorgen gesungen oder rezitiert.

lwf0003web.gif

Beten in der Prüfung zu dieser Zeit der Epidemie

(31:2) Herr, ich nehme meine Zuflucht zu Dir; lass mich niemals in Schande geraten. Mach mich frei in Deiner Gerechtigkeit!  Neige dein Ohr zu mir, eile, mir zu helfen. Sei für mich ein schützender Fels, eine Festung, wo ich Rettung finde.  (31, 4) Denn du bist mein Fels, meine Festung ; du führst mich in deinem Namen, du leitest mich.  (31, 5) Du wirst mich herausführen aus dem Netz, das sie mir gelegt haben ; denn du bist mein Beschützer.

(31, 6) Ich lege meinen Geist in deine Hand ; du wirst mich erretten, HERR, du Gott der Wahrheit. (31, 7) Ich hasse die Götzendiener, die sich an die eitlen Götzen hängen ; ich vertraue auf den HERRN.  (31, 8) Ich will mich freuen und frohlocken über deine Gnade; denn du hast mein Leid gesehen und die Not meiner Seele erkannt, 31, 9). Und du wirst mich nicht in die Hand des Feindes geben, du wirst meine Füße in das offene Meer stellen.

(31, 10) Erbarme dich meiner, Jehova, denn ich bin in Not; mein Angesicht und meine Seele und mein Leib sind erschöpft von Kummer. (31, 11) Mein Leben vergeht in Kummer, meine Jahre in Seufzen ; meine Kraft ist verbraucht wegen meiner Schuld, meine Gebeine verdorren.  Alle meine Widersacher haben Schande über mich gebracht,  große Schande über meine Nachbarn, Schrecken über meine Freunde ; wer mich sieht, flieht vor mir. (31, 13)

Ich bin von Herzen vergessen wie ein Toter, ich bin wie ein zerbrochenes Gefäß.  (31, 14) Ich habe die bösen Worte vieler gehört, den Schrecken, der sie umgibt, wenn sie sich gegen mich verschwören ; sie planen, mir das gehört und den Schrecken, der sie umgibt, wenn sie sich gegen mich verschwören ; sie planen, mir das Leben zu nehmen.  (31, 15) Aber ich vertraue auf dich, o Herr. Ich spreche : Du bist mein Gott ! (31, 16) Mein Schicksal liegt in deiner Hand ; erlöse mich von meinen Feinden und Verfolgern! Laß dein Angesicht leuchten über deinem Knecht; rette mich durch deine Gnade! (31, 18)

HERR, laß mich nicht in Verwirrung geraten, wenn ich dich anrufe. Laß die Gottlosen zu Schanden werden ; laß sie schweigend in den Scheol gehen.  (31, 19) Laß ihre lügnerischen Lippen verstummen, die frech gegen die Gerechten reden, mit Hochmut und Verachtung. Oh, wie groß ist deine Güte, die du den Menschen vorbehalten hast, die dich fürchten, daß du die bezeugst, die bei dir Zuflucht suchen, wenn du die Menschenkinder siehst !  (31, 21)

Du beschützt sie im Schutz deines Angesichtes gegen die, die sie verfolgen ; du beschützt sie in deinem Zelt gegen die Zungen, die sie angreifen. 21 Gelobt sei der HERR ! Denn er hat mir seine Barmherzigkeit erwiesen, als ob ich in einer befestigten Stadt wäre. 22 Ich sprach in meiner Eile : Ich bin aus deinem Blickfeld vertrieben worden. Aber du hörst die Stimme meines Flehens, wenn ich zu dir schreie. Liebet den HERRN, ihr frommen Männer ! Der HERR behütet die Treuen und straft die Stolzen mit strenger Strafe. 24 Sei stark und laß dein Herz fest werden, alle, die auf den HERRN hoffen. (Ps 31, 2-25)

Trauer verwandelt sich in Freude

Wir finden in diesem Psalm ein Beispiel für die Kraft des Gebets, die Trauer im Herzen des Gläubigen in freudige Zuversicht zu verwandeln, noch bevor sich die äußeren Umstände, unter denen er leidet, verändert haben. Dieses Ergebnis kommt nicht ohne einen geistlichen Kampf zustande, der sich in den sehr deutlichen Veränderungen im Ton des Psalms widerspiegelt.

Schon im ersten Teil bemüht sich der Bittsteller im Gebet, an die sichere Hilfe des Herrn zu glauben. Dann ergreift ihn Traurigkeit, indem er Gott den erbärmlichen Zustand offenbart, in den ihn seine Feinde gebracht haben (Verse 10 bis 14). Aber wenn er alles dem Herrn anvertraut hat, wird das Gebet des Glaubens siegreich (Verse 15 bis 19). Deshalb ist der letzte Teil des Psalms nichts anderes als Danksagung (Verse 20 bis 25).

Der Moment in Davids Leben, in dem die Klage in den Versen 10 bis 14 am passendsten erscheint, ist der, als er im Begriff war, für immer von Sauls Hof zu fliehen. Er hat lange gelitten (Verse 10 und 11); die Bosheit gegen ihn ist alltäglich geworden; sie fliehen vor ihm, sie verschwören sich gegen ihn (Verse 12 bis 14), alles, was ihm bleibt, ist, sich allein ins Ungewisse zu stürzen, aber er weiß, dass er beim Herrn ist wie in einer befestigten Stadt (Vers 22).

Das letzte Wort, das Jesus am Kreuz sprach, ist aus Psalm 31,6 entnommen. Gott ist nur dann wirklich unsere Festung (Vers 5), wenn wir ihm das Intimste in uns überlassen, den Geist, der sein eigener Atem ist : « Da formte Gott, der Herr, den Menschen aus dem Staub der Erde und blies den Odem des Lebens in seine Nase, und der Mensch wurde ein lebendiges Wesen » (Psalm 31,6).  » (Gen 2,7).

David hatte kein Mitleid, sondern verachtete diejenigen, die den HERRN kannten und ihn verleugneten, was eine Lüge war.  Und Davids Glaube wurde immer stärker; er sah sich befreit und ging seinen Weg weiter, ohne eine falsche Bewegung zu machen :  » Er erquickt meine Seele; er führt mich auf den Pfaden der Gerechtigkeit um seines Namens willen.   » (Ps 23,3).

David konnte sich nur in Gott freuen, indem er von seinem traurigen Zustand wegschaute. Er dachte, nachdem er Gott ins Angesicht geschaut hatte, dass sein Glaube einen vollständigen Sieg errungen hatte. Als David sich auf Gottes Gerechtigkeit berief und sich selbst als gerecht bezeichnete, hatte er keine Illusionen über seinen Zustand vor Gott. Die Anschuldigungen seiner Feinde waren falsch, aber der Herr hatte das Recht, ihn anzuklagen.

Sein Fall war so verleugnet, dass die Leute sich schämten, irgendeine Verbindung mit ihm zu haben, dass seine Freunde zitterten, mit ihm verwechselt zu werden, und dass diejenigen, die ihn von weitem sahen, eilten.

Nichts ist schwieriger, wenn wir sehen, dass unser Glaube von allen verspottet wird, als unsere Worte an Gott allein zu richten und bei dem Zeugnis unseres Gewissens stehen zu bleiben, dass er unser Gott ist (Calvin).

Der Psalmist, wie auch der Christ, freut sich sogar in Prüfungen, denn dann wird ihm der verborgene Schatz der Güte Gottes als Antwort auf sein Gebet offenbart. Dass du dich unter dem Schleier der Not zurückhältst, um ihn zur rechten Zeit und in aller Öffentlichkeit (vor den Augen der Menschensöhne) für diejenigen zu entfalten, die trotz allem zu glauben wissen.

Die ganze Geschichte Davids lag in diesen Worten. Diese Güte Gottes war das verborgene Manna, von dem er sprach : « Wer ein Ohr hat, der höre, was der Geist zu den Gemeinden sagt: Wer überwindet, dem will ich das verborgene Manna geben, und ich will ihm einen weißen Stein geben; und auf diesem Stein ist ein neuer Name geschrieben, den niemand kennt als nur der, der ihn empfängt.  » (Offenbarung 2, 17)

Welche Machenschaften können denen noch schaden, über die sich der HERR mit Güte gebeugt hat? Die letzte Danksagung und zugleich der ganze Psalm mündet in eine Ermahnung, die an alle Gläubigen gerichtet ist.

Diakon Michel Houyoux

 Links zu anderen christlichen Websites

◊ Rebekka Schmidt : klikken Sie hier, um den Artikel zu lezen → Gebet im Prozess – Wie man in schweren Zeiten

◊   Medjugorje : klikken Sie hier, um den Artikel zu lezen → Fasten und Gebet, ein Prozess der Reinigung

Religion und Glaube in Krisenzeiten

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Foi, Page jeunesse, Prières, Religion, Rencontrer Dieu, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Mardi après l’Epiphanie — Année B

Posté par diaconos le 5 janvier 2021

Multipliant les pains, Jésus se manifeste comme le Prophète

fupYHBAg-8qXVKQ8E43qY6d6Yro.jpg

# Pour le docteur de l’Église Jean Chrysostome, Jésus lors de ce miracle se posa bel et bien comme le créateur du ciel et de la Terre. Il incita par ce geste à prier avant tout repas, et il voulut montrer l’importance du partage. Des théologiens plus modernes dirent que la multiplication des pains est le symbole de la Parole donnée par le Christ, parole qui a nourri les peuples pour des siècles. Pour saint Éphrem, Jésus donna généreusement sans compter lors de ce miracle. Il donna tellement qu’il en resta douze corbeilles. Le saint compara Jésus à Moïse, Moïse qui avait nourri le peuple libéré de l’esclavage avec la manne tombée du ciel.

Pour Benoît XVI, dans l’Angélus du 31 juillet 2011, ce geste messianique est symbole de partage fraternel, mais aussi symbole du chemin que devront suivre les apôtres à savoir transmettre la Bonne Nouvelle. Selon certaines interprétations théologiques, il préfigurerait la cène, dernier repas de Jésus avec ses disciples, établissant le rite de l’eucharistie dans lequel le pain est réputé incarner le corps de Jésus, donné en sacrifice sur la croix pour sauver les hommes. Pour les historiens, les événements évoqués par les évangélistes avec ces deux relations restent énigmatiques bien que certaines hypothèses aient été émises.

lwf0003web.gif

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement. Déjà l’heure était avancée ; s’étant approchés de lui, ses disciples disaient : « L’endroit est désert et déjà l’heure est tardive. Renvoie-les : qu’ils aillent dans les campagnes et les villages des environs s’acheter de quoi manger. »
Il leur répondit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répliquent : « Irons-nous dépenser le salaire de deux cents journées pour acheter des pains et leur donner à manger ? »
Jésus leur demande : « Combien de pains avez-vous ? Allez voir. » S’étant informés, ils lui disent : « Cinq pains, et deux poissons. » Il leur ordonna de les faire tous asseoir par groupes sur l’herbe verte. Ils se disposèrent par carrés de cent et de cinquante. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction et rompit les pains ; il les donnait aux disciples pour qu’ils les distribuent à la foule.
Il partagea aussi les deux poissons entre eux tous. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. Et l’on ramassa les morceaux de pain qui restaient, de quoi remplir douze paniers, ainsi que les restes des poissons. Ceux qui avaient mangé les pains étaient au nombre de cinq mille hommes. (Mc 6, 34-44)

Multiplication des pains

D’après , Jésus sortit de la solitude de la montagne, où il passa quelques heures avec ses disciples, selon son intention rapportée par Marc lui-même. Mais cet évangéliste nota que la foule accourue à pied avait devancé Jésus sur l’autre rive, part vouloir indiquer que Jésus ne put trouver la solitude et le repos qu’il chercha.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. Et ils lui disent : Irons-nous acheter pour deux cents deniers de pain, et leur donnerons-nous à manger ? » (Mc 6, 37)  Cette question des disciples parut trahir un étonnement mêlé d’un peu d’humeur, causé par l’ordre inexécutable que Jésus leur donna. Marc seul rapporta cette évaluation des disciples qui estimèrent à deux cents deniers la quantité de pain nécessaire pour donner à chacun un peu de nourriture.

Ce détail fut confirmé par Jean, et ce fut Philippe qui fit le calcul et estima que cette somme ne suffirait même pas. Un ouvrier devait donc vivre un an avec à peu près 250 deniers (soit 1 000 sesterces = 760 euros).  La valeur de ces cinq pains et ces deux poissons ? Jean répondit avec l’exactitude du témoin oculaire, à cette question.

Des pains et des poissons frits, et souvent des œufs durs furent souvent la provision ordinaire des personnes qui se mirent en voyage  :  » Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ?  ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ?(Lc 11, 11-12) On ramassa des morceaux de quoi remplir douze paniers. Marc seul fit observer qu’on recueillit aussi ces restes de poisson.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Miracles de la multiplication des pains

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ KT42 : cliquez ici pour lire l’article →  Caté : la multiplication des pains et l’eucharistie

◊ Jardinier de Dieu  : cliquez ici pour lire l’article →  Multipliant les pains, Jésus se manifeste comme le prophète

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →  La multiplication des pains | Regnum Christi

Multipliant les pains, Jésus se manifeste comme le Prophète

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Histoire, Religion, Rencontrer Dieu, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Le Verbe s’est fait chair

Posté par diaconos le 31 décembre 2020

 Le Verbe s'est fait chair  dans Catéchèse Noel-1

# Le titre ‘Logos’ est donné à Jésus par saint Jean dans le prologue de son Évangile (Jn 1:1-18). D’un point de vue christologique, l’idée que le Christ soit le Logos a joué un rôle important dans l’affirmation de la divinité de Jésus-Christ et sa position en tant que Dieu le Fils dans la Trinité comme indiqué dans le credo de Chalcédoine (451). Le pape Damase Ier s’intéressa à la formule « le Verbe s’est fait chair » de l’évangile de Jean et refusa l’idée que Dieu devienne homme dans l’incarnation de Jésus-Christ.Le pape Léon précisa que Dieu s’est uni à l’homme. Pour Justin de Naplouse, le Christ est le Logos incarné. Pour Apollinaire de Laodicée, le Verbe prend totalement possession de Jésus, qui n’a qu’une enveloppe humaine et est entièrement Dieu. Cette opinion, appelée apollinarisme, est considérée comme hérétique par l’Église. Le théologien et philosophe juif Philon d’Alexandrie a beaucoup écrit sur le Logos d’une manière qui rappelle la théologie du Nouveau Testament.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la  lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.w

Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

xLe Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à  l’existence, mais le monde ne  l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, ceux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.

Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

xJean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître. Jn 1, 1-18)

La Parole dans ses rapports avec Dieu et avec le monde

À l’origine de toutes choses la Parole existait, elle était en relation vivante avec Dieu, et elle était Dieu. C’est par elle que toutes choses existent ; en elle était la vie, cette vie qui est la lumière des hommes ; mais l’humanité rebelle repousse cette lumière.

La Parole repoussée par l’incrédulité et reçue par la foi. Bien qu’elle fût précédée du témoignage de Jean-Baptiste, qu’il y eût une relation naturelle entre elle et tout homme, que le monde eût été fait par elle, et qu’elle vînt chez le peuple qui fut préparé comme son chez-soi, elle n obtint ni du monde ni de ce peuple l’accueil auquel on put s’attendre. Mais à ceux qui l’eurent reçue, elle  donna de devenir enfants de Dieu, à ceux qui furent nés, non de la chair, mais de Dieu.

La Parole faite chair, objet de l’expérience du croyant. La Parole fut faîte chair et  habita parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; Jean et les croyants ses contemporains contemplèrent sa gloire de Fils unique venu du Père ; Jean-Baptiste le leur attesta ; et Jean énuméra tout ce qu’ils reçurent de Jésus-Christ, le Fils unique en qui Dieu se révéla.

La Parole

Tandis que les autres évangélistes commencèrent leur narration avec la venue de Jésus-Christ en ce monde, ou son entrée dans son ministère, Jean remonta au-delà du temps, pour saisir le Sauveur dans son éternelle préexistence, car en Jésus de Nazareth,  la Parole fut faite chair.

  1. Jean s’élevant à l’origine de toutes choses, présenta la Parole en elle-même et dans sa relation primordiale avec Dieu ; puis il décrivit ses rapports avec le monde en général et son action sur l’humanité rebelle.
  2. Dans la seconde partie,Jean caractérisa l’accueil que les hommes, et spécialement le peuple élu firent à la Parole, quand, annoncée par Jean-Baptiste, elle apparut en Jésus-Christ. Repoussée par le peuple qui aurait dû la recevoir, elle donnaé à ceux qui la reçurent, et qui, par la foi, naquirent de Dieu, le pouvoir de devenir enfants de Dieu.
  3. Cette expérience des croyants est exposée dans la troisième partie : la Parole faite chair a habité parmi ceux qui ont cru en elle.

Les premiers mots de l’Évangile de Jean : Au commencement était la Parole rappellent les premiers mots de la Genèse et il ne s’agit pas d’un simple rapprochement dans les termes, mais d’une analogie profonde. Si la Genèse raconte la création de l’univers, l’Évangile retrace la création nouvelle d’un monde moral.

Dans son prologue, Jean remonta à l’origine de toutes choses pour nous montrer l’Auteur de cette double création. Si les mots : au commencement ne reportèrent pas la pensée au-delà de la première création, Jean ne dit pourtant pas que la Parole elle-même fut alors créée, mais qu’elle était au moment où toutes choses furent créées, qu’elle fut antérieure à toute la création,

Si la pensée de l’éternité n’était pas impliquée dans les termes mêmes dont se servi Jean, elle se présenterait comme une conséquence de la nature divine attribuée à la Parole. Et cette idée de la préexistence éternelle du Fils de Dieu ne fut pas une spéculation métaphysique de Jean, mais une vérité religieuse clairement enseignée dans tout le Nouveau Testament, et qui ressortit de mainte déclaration de Jésus lui-même, dans l’Évangile : « Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. » (Jn 8, 58)

Rattachant sa pensée au commencement de la Genèse,  Jean affirma que toute la création  fut réalisée par la Parole, expression de la volonté et de la puissance de Dieu.

Le terme de Parole, non moins que celui de au commencement, sert à rappeler le récit génésiaque ; il fait allusion à ce : et Dieu dit huit fois répété, qui est comme le refrain de ce magnifique poème. Tous ces dire de Dieu, Jean les rassemble comme en une Parole unique, vivante, douée d’intelligence et d’activité, de laquelle émane chacun de ces ordres particuliers. Au fond de ces paroles divines parlées, il découvre la parole divine parlante. Mais, tandis que celles là retentissent dans le temps, celle-ci existe au-dessus et en dehors du temps. (Godet)

Comment Jean fut-il amené à concevoir comme une personne cette Parole éternelle, par laquelle ont eurent lieu la création et toutes les révélations divines ?

L’Ancien Testament, compris à la lumière des enseignements de son Maître, lui fournit cette idée. Plusieurs de ses données conduisent  à la notion de la Parole que nous trouvons dans l’évangile.

  1. Dans une série de passages, la Parole de l’Éternel est l’objet de personnifications plus ou moins poétiques : c’est par elle que les cieux ont été faits (Psaumes 33.6), c’est elle que Dieu envoya à ceux qui furent dans l’angoisse, et elle les guérit ; c’est elle que Dieu envoya sur la terre ;  c’est elle qui, sortant de la bouche de Dieu, exécuta son bon plaisir et amena à bien la chose pour laquelle il l’envoya : « Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins » (Is 55, 11)
  2. Dans les livres des prophètes, la Parole de l’Éternel est présentée comme l’organe des révélations divines : « la parole de l’Éternel a été adressée à Ezéchiel, le fils du prêtre Buzi, dans le pays des Babyloniens, près du fleuve Kebar. C’est là que la main de l’Éternel a reposé sur lui.
  3. Depuis l’exil, les docteurs juifs considérèrent ces actions attribuées à la Parole divine comme l’œuvre d’un agent permanent et personnel qu’ils nommèrent la Memra (Parole) de Jéhovah.
  4. La Sagesse divine se présenta aux hommes, parlant, agissant comme un être personnel : « L’Éternel m’a possédée dès le commencement, avant ses œuvres ; j’ai été établie dès l’éternité, avant les origines de la terre »
  5. Deux vérités, en apparence contradictoires, sont enseignées dans toute l’écriture : d’une part, Dieu, le Dieu invisible, inaccessible, ne s’est jamais manifesté aux hommes. « Personne ne vit jamais Dieu », nul homme ne peut le voir et vivre. « Il est le seul à posséder l’immortalité, lui qui habite une lumière inaccessible et qu’aucun homme n’a vu ni ne peut voir. A lui soient l’honneur et la puissance éternelle. Amen ! » (Ti 6, 16)
  6. D’autre part, la Bible raconte à toutes les époques de l’histoire d’Israël diverses théophanies ou apparitions de Dieu à ses serviteurs. Comment se concilie cette contradiction ? Par la manifestation d’un être mystérieux qui est appelé l’ange de sa face : « Dans toutes leurs détresses ils n’ont pas été sans secours, Et l’ange qui est devant sa face les a sauvés; Il les a lui-même rachetés, dans son amour et sa miséricorde, Et constamment il les a soutenus et portés, aux anciens jour » (Is 63, 9)
  7. Cette même révélation divine par l’ange qui s’appelle l’Éternel est souvent rapportée dans l’Écriture.Mon nom est en lui, dit l’Éternel en parlant de l’ange qu’il envoyait devant Israël, c’est-à-dire qu’il fut la manifestation de l’essence divine elle-même.

Enfin, le dernier des prophètes annonça en ces termes l’apparition définitive sur notre terre de ce grand révélateur de Dieu : « Voici, je vais envoyer mon messager ; il préparera la voie devant moi et aussitôt entrera dans son temple le Seigneur (Adonaï) que vous cherchez, l’ange de l’alliance que vous désirez » (Ml 3, 1).w

Ces deux vérités contradictoires furent conciliées, et Jean, qui fut pénétré de toutes deux, en montra le sublime accord dans ces paroles : « Personne ne vit jamais Dieu, le Fils unique qui est dans le sein du Père, est celui qui nous l’a fait connaître »w

Nous savons maintenant pourquoi Jean appelle la Parole Celui par qui le Dieu invisible s’est toujours manifesté au monde, soit dans la création, soit dans ses révélations successives, soit enfin dans la rédemption de notre humanité. Et l’on conçoit quelle vive lumière ce fait projette sur toutes les Écritures, qui nous apparaissent ainsi dans leur pleine harmonie.w

Jean a donc tiré de l’Ancien Testament son idée de la Parole (grec Logos). Si, de ce que ce mot était alors usité dans les écoles de la philosophie alexandrine et se trouve souvent dans les écrits de Philon, on veut inférer que Jean l’a emprunté à ce philosophe, il n’y a pas lieu de le nier absolument. Mais s’il l’a fait, c’est pour rectifier les notions fausses que ce terme recouvrait et pour mettre la vérité divine à la place des spéculations métaphysiques de son époque.

«  Mais nous prêchons une sagesse entre les parfaits, sagesse qui n’est pas de ce siècle, mais une sagesse de Dieu  » (1 Co 2, 6). La préposition « Avec Dieu » ne signifie pas seulement que la Parole fut auprès de Dieu, dans sa société ; elle la présente dans un mouvement constant vers

La Parole, cette lumière à laquelle Jean dut rendre témoignage, fut la véritable lumière, qui éclaire tout homme. La Parole fut appelée la véritable lumière par contraste avec la lumière que répandit Jean-Baptiste et qui ne fut qu’un reflet de la véritable lumière manifestée en Jésus.

Cette lumière divine éclaire tout homme. Il s’agit de cette illumination universelle et intérieure que la Parole éternelle procure à l’homme créé à l’image de Dieu et par laquelle celui-ci est amené à sentir le besoin d’un Sauveur et à le reconnaître quand il lui est présenté.

xJean s’arrêta sur ce point, de montrer par l’effet, qu’un chacun de nous sent en soi que Christ est la lumière… Cette lumière a répandu de ses rayons généralement sur tout le genre humain. Car nous sommes doués de raison et intelligence, qui nous permettent de faire la distinction entre le Bien et le Mal.

Christ n’a jamais été tellement absent du monde que cependant les hommes étant éveillés par ses rayons, ne dussent lever leurs yeux vers lui. (Calvin)

xAu lieu de cela, Jean constata avec tristesse que le monde ne l’a point connu, tellement il fut aveuglé par les ténèbres du péché. Malgré tout, les siens ne l’ont point accueilli. Ce dernier terme est plus expressif encore que les précédents.Bien loin d’avoir été accueillie, la Parole vivante et personnelle fut rejetée, méprisée, crucifiée.

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Histoire du Salut, Religion, Rencontrer Dieu, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

1...7891011...15
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...