C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi » (Mt 19, 3-12)

Posté par diaconos le 16 août 2019

Vendredi 16 août 2019

L’aveuglement des hommes. Jésus parle du divorce. Les contrariétés sont des perles précieuses.

L’aveuglement des hommes. Jésus parle du divorce. Les contrariétés sont des perles précieuses.

De l’Évangile de J&sus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent : « Est-il permis à un homme de renvoyer sa  femme pour n’importe quel motif  ? »

Il répondit : « N’avez-vous pas lu ceci ? Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme ? et dit : “À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair.” Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.

Donc, ce que Dieu a uni,que l’homme ne le sépare pas !  » Les pharisiens lui répliquent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la répudiation ? »  Jésus leur répond : « C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi.

  Or je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme sauf en cas d’union illégitime et qu’il en épouse une autre, il est adultère. » Ses disciples lui disent :  » Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, mieux vaut ne pas se marier. » Il leur répondit : « Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné.

Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du royaume des Cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! »

Homélie

Jésus traversa la Palestine, du nord au sud et le voici arrivé à la frontière de la Judée  par l’autre rive du Jourdain. Une foule de gens l’avait rejoint et  là encore il les guérissait.  C’est alors que des pharisiens vinrent à lui   et le mirent  à l’épreuve en lui posant cette question : « Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? «  (Mt 19, 3)

Toute société  eut ses lois sur le mariage et il en fut de même en Israël. Il y eut donc une loi sur le divorce en harmonie avec la différence de statut que la société accorda à l’homme et à la femme, et elle fut inscrite dans l’Écriture (Dt, 24).  La question que des pharisiens posèrent à Jésus fut un piège. Le piège qui lui fut tendu  porta sur la question du divorce :  « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »

À cette époque, en droit israélite, c’était l’homme seulement qui avait le pouvoir de renvoyer sa femme. L’homme pouvait répudier son épouse pour n’importe quel motif (Mt 19,3). Ce problème du renvoi de l’épouse fut vivement débattu dans la caste rabbinique et ce fut en tant que rabbin hautement qualifié que Jésus fut interpellé sur la question du divorce.

Jésus savait que la Loi de Moïse permettait de renvoyer sa femme sous certaines conditions. Osa-t-il s’opposer à cette loi que Dieu  donna à son peuple par Moïse ?

Jésus leur répondit qu’il fut vrai que Moïse  autorisa cela, mais ajouta-t-il, ce  fut à cause de la dureté de votre cœur, comme une étape vers la réalisation du projet divin qui est l’unité durable du couple humain.Voilà une maladie du cœur très répandue : la sclérose du cœur, la dureté du cœur. Seigneur apprend-moi à  aimer vraiment l’autre ! Attention à ta sclérodermie, dit Jésus.

Qu’il y ait des échecs en amour ne met pas en cause l’appel de Dieu et la capacité des couples à construire cet amour de toute leur vie. La réponse de Jésus  choqua tout le monde, y compris ses disciples (Mc 10, 4). L’appel que Dieu nous adresse dépasse les catégories du permis et du défendu, car il nous appelle à vivre et à aimer sans restreindre le don de nous-mêmes.

Les paroles de Jésus sont sans échappatoire (Mc 10,11-12). Elles furent dites face à une pratique du  mariage universellement acceptée ; elles valurent  tout autant aujourd’hui face à la pratique si répandue du non-mariage (Couples de fait). Dans toute la Bible, amour et fidélité vont ensemble.

Créé mâle et femelle, dans la dualité des sexes, l’homme et la femme sont à l’image de Dieu : « À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. » (Mc 10, 7a ; Gn 2, 24) – C’est donc au texte de la Genèse que Jésus se refera.

Amour partagé, Ô Dieu, donne-moi  la force d’aimer. L’indissolubilité du mariage, proclamée par Jésus (Mc 10, 9), à contre-courant des normes habituelles, ne peut devenir, pour nous, un moyen de juger ou de condamner les foyers en difficulté.

L’indissolubilité  est le vœu le plus profond de l’amour. Merci Jésus de nous  le redire, même si c’est difficile à vivre. Seigneur Jésus, par ta passion et par ta croix, sauve mon amour : fais-moi aimer comme tu nous aimes.

En résumé Jésus nous demande tout simplement d’aimer l’autre et il nous en donne la force.

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article →  Nous devons pardonner comme Dieu nous pardonne. (Mt 18,15-20)

◊ Enseignement : cliquez ici pour lire l’article → LA FAMILLE DOIT ÊTRE UN LIEU DE PARDON

◊ Dans le mariage, l’intimité des époux est un signe et un gage de communion spirituelle cliquez ici → Homme et femme,Dieu les créa

Liens externes

◊ Histoire d’une foi : cliquez ici pour lire l’article → C’est en raison de la dureté de votre cœur

◊ Enseignement    : cliquez ici pour lire l’article → Les quatre secrets d’un mariage réussi

 La conception chrétienne du mariage

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Qui est mon prochain ?

Posté par diaconos le 14 juillet 2019

Pour vivre avec Dieu, il faut aimer Dieu et aimer son prochain...  Mais qui est mon prochain? Est-ce mon frère, ma soeur, maman, papa? Est-ce celui qui est proche de moi parce qu'il est de ma famille? Est-ce mon copain, mon amie? Celui ou celle qui me ressemble un peu de par ses goûts, son âge, sa culture, sa richesse, ... ? Est-ce n'importe qui

Pour vivre avec Dieu, il faut aimer Dieu et aimer son prochain… Mais qui est mon prochain? Est-ce mon frère, ma soeur, maman, papa? Est-ce celui qui est proche de moi parce qu’il est de ma famille? Est-ce mon copain, mon amie? Celui ou celle qui me ressemble un peu de par ses goûts, son âge, sa culture, sa richesse, … ? Est-ce n’importe qui ?

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant :« Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ?  » Jésus lui demanda :  » Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ?  » L’autre répondit :  » Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même.  » Jésus lui dit :  » Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. » Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ?  » Jésus reprit la parole :  » Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort.     Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté. Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion. Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.     Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : ‘Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.’ Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ?  » Le docteur de la Loi répondit :  » Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit :  » Va, et toi aussi, fais de même. »  (Lc 10, 25-37) 

Homélie  Qui est mon prochain ?

  Pour mettre Jésus dans l’embarras, un docteur de la Loi posa cette question à Jésus :  » Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? «  (Lc 10, 25)

De tout temps, les hommes ont espéré en une autre vie. Jésus en a souvent parlé. Il disait même : « cette vie est déjà commencée. » Elle est déjà vécue, quoique inachevée. Mais en quoi consiste t-elle ? Et surtout que faut-il faire pour l’avoir ? C’est la question du Scribe, c’est la nôtre aussi.

Jésus lui demanda ;  » Dans la loi, qu’y a-t-il d’écrit ?  Que lis-tu , » L’autre répondit :  » Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même «   Jésus lui dit :  » Tu as bien répondu. Fais ainsi et tu auras la vie éternelle   » (Lc 10, 26-27)

  » Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur afin que tu la mettes en pratique. » (première lecture : Dt 30, 14) Il suffit d’aimer ! La Loi de Dieu est simple pour qui écoute. Le salut se joue dans nos attitudes face au prochain. Tout ce que nous faisons aux autres atteint Dieu.

 Pour vivre éternellement. Il faut donc aimer ! Aimer ! L’amour de Dieu et l’amour du prochain sont inséparables. Est-ce ainsi dans ma vie ? Le message de Jésus est profondément humain. Aimer est la loi fondamentale de l’homme. Dans cette parabole du Samaritain, ce prochain que nous devons aimer, ce n’est pas d’abord ce blessé gisant sur la route, mais c’est ce Samaritain qui s’est fait le proche de l’autre ! Ce n’est pas le miséreux, mais c’est celui qui en a eu compassion.

 Si nous transposons ce récit dans notre vie, nous comprendrons facilement que nous devons aimer en premier lieu toutes les personnes qui, au cours de notre vie, se sont faits proches de nous pour venir à notre aide, ce qui ne nous dispense pas de devenir à notre tour le prochain des autres.

 Notre prochain, c’est en premier lieu nos parents, nos premiers éducateurs. L’ingratitude envers eux est le péché qui s’oppose à l’amour du prochain.

 Notre prochain, c’est ensuite ceux et celles qui nous ont éduqué, en dehors du giron familial et qui nous ont permis d’accéder au savoir, de forger nos personnalités, d’acquérir une profession ou de découvrir ce qui est essentiel dans une vie.

 Notre prochain, c’est notre conjoint. En nous aimant, en nous choisissant surtout pour la vie, il nous a révélé que nous avions de la valeur.

 Notre prochain, ce sont nos enfants qui nous ont tellement apporté ! Nous leur devons un sentiment légitime de fierté. Nous leur devons un sens à notre vie. Ils consolident et sauvent parfois même l’unité du foyer.

 Notre prochain, ce sont encore toutes ces personnes amies qui tout au long de notre vie ont mis de la joie et du sel, et qui étaient présentes à nos côtés dans les moments de turbulence.

Notre prochain, ce sont aussi nos compagnons de travail ou d’association, dans la mesure où ils ont été pour nous une présence stimulante et serviable.

 Le prochain par excellence, c’est Dieu lui-même, puisque justement nous lui devons tout ! Il nous a tout donné, et en particulier la vie, sa vie et Jésus, son Fils unique. Qui aurait pu en faire plus ? Comment ne pas aimer ce Christ qui s’est tellement fait le prochain des hommes qu’il est venu partager leur vie ? Qui plus que lui s’est penché sur l’humanité pécheresse pour la conduire sur la route de l’amour ? Et c’est ainsi qu’aimer son prochain comme soi-même, c’est l’aimer par gratitude, dans le jaillissement d’une reconnaissance joyeuse.

  »Va, et toi aussi fais de même » (Lc 10, 37b) disait le Christ au légiste. Autrement dit, dans la disponibilité et l’écoute, deviens le prochain de l’autre. Sois l’être généreux proche des gens dans le besoin : une façon indirecte de payer sa dette envers ceux et celles qui nous ont aidés.

 Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Fais-toi prochain, proche de ton frère : cliquez ici pour lire l’article→   Et qui donc est mon prochain ? (Lc 10, 25-37)

◊  Apprenons à rendre service tout au tour de nous :  cliquez ici pour lire l’article →  Un bon samaritain de notre temps

◊   Ne calcule pas qui est ton prochain ! :  cliquez ici pour lire l’article → Et qui donc est mon prochain ? (Lc 10, 25-37)

◊ A.D.A.P.   :  cliquez ici pour lire l’article →  A.D.A.L. pour le quinzième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Liens externes

◊ Père Gilbert Adam   :  cliquez ici pour lire l’article → 15e dimanche du temps ordinaire, année C

◊ Les méditations-Catholique.org   :  cliquez ici pour lire l’article → Qui est mon prochain ?

Comment savoir qui est mon prochain ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, Religion, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

You received for free, give for free

Posté par diaconos le 11 juillet 2019

Thursday, July 11, 2019

images.png 150Gospel of Jesus Christ according to St. Matthew

As you go, proclaim this message: ‘The kingdom of heaven has come near.’ Heal the sick, raise the dead, cleanse those who have leprosy,[a] drive out demons. Freely you have received; freely give.

“Do not get any gold or silver or copper to take with you in your belts— 10 no bag for the journey or extra shirt or sandals or a staff, for the worker is worth his keep. 11 Whatever town or village you enter, search there for some worthy person and stay at their house until you leave. 12 As you enter the home, give it your greeting. 13 If the home is deserving, let your peace rest on it; if it is not, let your peace return to you. 14 If anyone will not welcome you or listen to your words, leave that home or town and shake the dust off your feet. 15 Truly I tell you, it will be more bearable for Sodom and Gomorrah on the day of judgment than for that town. (Mt 10, 7-15)

Homily

  »You have received freely, give freely » – We are invited to transmit this message from Jesus. Let us give freely by awakening faith and hope in the slaughtered. Let us strive every day to be faithful, to live our faith consistently, to be a witness of the risen Jesus.

Ask Jesus to grant you the grace of generosity in order to leave aside your selfishness and vanity, and to take up your cross with full hands.

To receive and to give, to receive in order to give better, in all gratuity, that is the essence of love. In gratuity, giving and receiving are the two sides of the same love. We all know what it means to give gratuitously: to give without hope of any return, without creating an obligation in the person who is the object of our love.

In this passage from Matthew’s Gospel, Jesus asked his disciples to proclaim that the Kingdom of Heaven is near. Jesus proclaimed the existence of the Kingdom of God. And He comes into the hearts of people who want to receive Him. Jesus came to save us all.

The Kingdom of heaven is near, near, because Jesus went shortly after the disciples passed through, to the villages to which they went. The Kingdom of Heaven is the Kingdom of God. Jesus, born of the Virgin Mary, the son of God, by becoming man, is God who comes closer to us.

The announcement that the Kingdom is near is an invitation to choose whether or not we want access to it ; God has created us free and therefore we can refuse to be part of this Kingdom, as Jesus’ words suggest : « If you are not welcomed and your words are not heard, leave this house or this city and shake the dust off your feet. »

Jesus also asked his disciples to announce the Kingdom by signs. He gave them the power to heal, to drive out demons. Signs that people who want to welcome them know how to recognize, seeing it as an indication of God’s presence.

Only God gives true joy and true peace. Therefore, it is useless to make provisions to go to the Kingdom of Heaven. Gold, silver, bags, tunics, sandals, sticks… are not useful to enter the Kingdom of Heaven: the Kingdom of God, we receive it, we welcome it, as we welcome Jesus in our lives.

Let us pray

Lord, help me to welcome you into my heart! Come into me, and be the King of my heart ! Don’t let my life go by without me meeting you. Help me also to be a sign of the Kingdom of God where I live.

Deacon Michel Houyoux

External links to other sites

◊ Finding God →   Freely You Have Received—Freely Give

Freely you have received, freely give (John Miller)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, homélies particulières, Messages, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

15th Sunday of Ordinary Time – Year C

Posté par diaconos le 9 juillet 2019

Who is my neighbour ?

A student of the Old Testament law stood up to test Jesus. He approached Jesus Christ, supposedly to ask him what he should do to inherit eternal life, but in reality out of a desire to provoke him. He received a much needed lesson. In this parable of the good Samaritan, Jesus told us that our neighbor is a particular person. There are always special people in front of us who are waiting for things from us

A student of the Old Testament law stood up to test Jesus. He approached Jesus Christ, supposedly to ask him what he should do to inherit eternal life, but in reality out of a desire to provoke him. He received a much needed lesson. In this parable of the good Samaritan, Jesus told us that our neighbor is a particular person. There are always special people in front of us who are waiting for things from us

The Parable of the Good Samaritan

25 On one occasion an expert in the law stood up to test Jesus. “Teacher,” he asked, “what must I do to inherit eternal life ?”

26 “What is written in the Law?” he replied. “How do you read it ?”

27 He answered : « ‘Love the Lord your God with all your heart and with all your soul and with all your strength and with all your mind ; and Love your neighbor as yourself.”

28 You have answered correctly” Jesus replied. “Do this and you will live.”

29 But he wanted to justify himself, so he asked Jesus, “And who is my neighbor ?”

30 In reply Jesus said : “A man was going down from Jerusalem to Jericho, when he was attacked by robbers. They stripped him of his clothes, beat him and went away, leaving him half dead.

31 A priest happened to be going down the same road, and when he saw the man, he passed by on the other side.

32 So too, a Levite, when he came to the place and saw him, passed by on the other side.

33 But a Samaritan, as he traveled, came where the man was; and when he saw him, he took pity on him.

34 He went to him and bandaged his wounds, pouring on oil and wine. Then he put the man on his own donkey, brought him to an inn and took care of him.

35 The next day he took out two denarii[c] and gave them to the innkeeper. ‘Look after him,’ he said, ‘and when I return, I will reimburse you for any extra expense you may have.’

36 “Which of these three do you think was a neighbor to the man who fell into the hands of robbers ?”

37 The expert in the law replied, “ The one who had mercy on him.” Jesus told him, “Go and do likewise.” (Lk 0, 25-37)

Homily   Who is my neighbour ?

 To embarrass Jesus, a doctor of the Law asked Jesus this question : « Master, what must I do to have eternal life ?  »(Lk 10, 25)
Men have always hoped for another life. Jesus often talked about it. He even said, « This life has already begun. » It is already lived, although not yet completed. But what does it consist of ? And above all, what must be done to get it? That’s the Scribe’s question, it’s ours too.

Jesus asked him : « What is written in the law ?  What are you reading ?  »The other answered : « You will love the Lord your God with all your heart, with all your soul, with all your strength and with all your spirit, and your neighbour as yourself » Jesus said to him : « You have answered well. Do so and you will have eternal life. « (Lk 10, 26-27)

« It is very close to you, this Word, it is in your mouth and in your heart so that you may put it into practice » (first reading : Dt 30, 14) All you have to do is love ! God’s Law is simple for those who listen. Salvation is at stake in our attitudes towards others. Everything we do to others reaches God.

To live forever. So you have to love ! To love ! The love of God and the love of neighbor are inseparable. Is that the way it is in my life ? Jesus’ message is deeply human. To love is the fundamental law of man. In this parable of the Samaritan, the neighbour we must love, it is not first of all the wounded lying on the road, but it is this Samaritan who has made himself the close relative of the other ! He’s not the poor one, but he’s the one who felt sorry for him.

If we transpose this story into our lives, we will easily understand that we must love in the first place all the people who, during our lives, have come close to us to help us, which does not exempt us from becoming in our turn the neighbour of others. Our neighbour is first and foremost our parents, our first educators. Ingratitude towards them is the sin that opposes love of neighbor.

Our neighbour is then those who have educated us, outside the family circle, and who have allowed us to access knowledge, to forge our personalities, to acquire a profession or to discover what is essential in life. Our next one is our spouse. By loving us, by choosing us especially for life, he revealed to us that we had value.

Our neighbour is our children who have brought us so much! We owe them a legitimate sense of pride. We owe them a meaning to our lives. They consolidate and sometimes even save the unity of the home. Our neighbour is still all those people who have been friends throughout our lives, bringing joy and salt, and who were present at our side in times of turbulence.

Our fellow human beings are also our fellow workers or associations, insofar as they have been for us a stimulating and helpful presence.

The neighbour par excellence is God himself, since we owe him everything! He gave us everything, and in particular life, his life and Jesus, his only Son. Who could have done more? How can we not love this Christ who made himself so much the neighbour of men that he came to share their lives? Who more than him has looked at sinful humanity to lead it on the road of love ?

And so it is that loving your neighbour as yourself is loving him out of gratitude, in the gush of joyful gratitude. « Go, and you too do the same » (Lk 10, 37b) said Christ to the lawyer. In other words, in availability and listening, become each other’s neighbour. Be the generous being close to people in need: an indirect way to pay your debt to those who helped us. Amen

Deacon Michel Houyoux

External links

◊ Your Questions – Biblical Answers →  What is the meaning of the Parable of the Good Samaritan ?

 Billy Graham – Who is my neighbor?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, Homélies, La messe du dimanche, Liturgie, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...44
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS