Monday of the Fourth Week in Lent

Posté par diaconos le 15 mars 2021

Monday of the Fourth Week in Lent dans Carême 26207

# Many healings are recorded in the New Testament. Most of them refer to Jesus’ care of our souls to cleanse them from our sins. The Healing of an Officer’s Son brings some additional clarity to this concept. The Jerusalem Bible translation speaks of a royal official. Before the crucifixion of Jesus, which took place while Pontius Pilate was prefect of Judea, there was no king in Galilee, Judea or the surrounding territories.

It was only after Pontius Pilate’s dismissal (late 36 – early 37) that Caligula released Agrippa I from prison and appointed him king of Battania. The territories entrusted to Agrippa bordered Galilee and were on the other side of the Jordan. Herod the Great’s sons (Herod Archelaus, Herod Antipas and Philip the Tetrarch) never obtained the title of king. Gregory the Great’s homily 28 was dedicated to this miracle. The Pope compared this healing to that of the centurion (Mt 8, 6-7). The speaker punctuated his speech by pointing out that Jesus did not move there. Gregory the Great quoted Psalm 116, verse 6 : « The Lord guards the grandchildren. « Humility must be the order of the day.

lwf0003web.gif

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint John

At that time, after spending two days with the Samaritans, Jesus left there for Galilee. – He himself had testified that a prophet is not regarded in his own country. So he came to Galilee, and the Galileans welcomed him, for they had seen all that he had done in Jerusalem during the Passover feast, for they had also been to that feast.

So Jesus returned to Cana of Galilee, where he had turned water into wine. Now there was a royal official whose son was sick in Capernaum. When he heard that Jesus was coming from Judea to Galilee, he went to him and asked him to come down to Capernaum to heal his son who was dying.

Jesus said to him, « If you do not see signs and wonders, you will not believe ! « The royal official said to him, « Lord, come down before my child dies ! « Jesus replied, « Go, your son lives. »

The man believed the word Jesus had spoken to him and went down. As he was going downstairs, his servants came to meet him and told him that his child was alive. He wanted to know what time he was better. They told him, « It was yesterday, at the seventh hour (early afternoon), that the fever left him.

The father realised that this was the very hour when Jesus had said to him, « Your son is alive. So he believed, and so did all the people in his house. This was the second sign Jesus performed when he returned from Judea to Galilee. » (Jn 4, 43-54)

Jesus heals the son of the royal officer

 John tells of Jesus’ return to Galilee and motivates this return by recalling a proverb that Jesus had quoted and which appeared as a reason against his return to Galilee. Then he reported, as a consequence of this saying, that Jesus was well received by the Galileans.

What is the homeland of Jesus mentioned in this proverb ? Many answered : Galilee. Jesus went there because he knew that he would not be successful, but he sought either to fight (Weiss) or to retreat (Luthardt, Holtzmann, Schlatter).

Meyer thought that Jesus, knowing that as a prophet he would not at first be honoured in Galilee, his homeland, had begun by seeking this honour outside, in Jerusalem, in Judea. His calculation did not deceive him: he was then well received by the Galileans, because they had seen his miracles in Jerusalem.

This very admissible explanation was adopted, with some modifications, by Astié, Reuss, M. Godet. Others, from Origen to Baur, Ebrard and Keil, believed that, in John’s mind, the homeland of Jesus was Judea, where he was born, and that, not having been honoured there, he returned to Galilee.

It is even on this fact that a great number of interpreters based themselves to propose a fourth explanation. By Galilee, to which Jesus returned, they meant that province as a whole, excluding Nazareth, where Jesus did not want to go. Although Jesus was commonly called a Galilean, nowhere in the New Testament does it give him this province as his homeland, but constantly Nazareth. Nathanael replied :  « Can anything good come out of Nazareth ?’ » Philip replied : « Come and see. «  (Jn 19, 19)

John explained the reception Jesus received from the Galileans by recalling that they had witnessed all the things he did in Jerusalem during the feast, which they themselves had attended. They were struck by the authority he displayed in cleansing the temple, as well as by the miracles he performed : « While he was in Jerusalem at the Passover feast, many believed in his name at the signs he performed » (Jn 2, 23).

These were external manifestations that could prepare souls for faith, but they were insufficient to create it in them. Jesus, encouraged by this good reception, wanted to continue his journey to Galilee, as far as Cana, where his previous stay could have prepared people to receive his word. This is what the evangelist wants to make clear by recalling that it was there that he had changed water into wine (John 2, 1ff.)

A royal officer can refer to any official, civil or military. Here we are talking about a servant of Herod Antipas, who ruled over Galilee and was given the title of king, although he officially bore only that of tetrarch. The confidence of this man, who was not yet a disciple of Jesus, can be explained either by the miracle at Cana, of which he was aware, or by the knowledge he too had of all that Jesus did in Jerusalem.

But this confidence is best explained by the anguish in his father’s heart. He asked Jesus to come down because Cana was in the mountains. They all looked for miracles, and Jesus wanted them to believe in him by his word, which brought the truth into immediate contact with their souls. He did not deny the value of his miracles in preparing for faith; he called upon them himself.

The father was not put off by the severity of Jesus’ words, but in his anguish he insisted, with emotion, « and begged him earnestly : ‘My daughter, still so young, is at the last extremity. Come and lay your hands on her so that she may be saved and live » (Mk 5:23)

So Jesus responded to his trust by granting him more than he asked for. Without going with him at the time, he announced the healing of his son with these sovereign words: « Go, your son lives » (Mk 5:23). « This action of Jesus was a further test of the officer’s fledgling faith, for he had to return with only a word.

As he went down to Lake Tiberias, the servants ran to meet their master with great joy, so that they could tell him the good news sooner. They used the same words to tell him the good news that Jesus used, which meant, « He is not only not dead, but he is well.

The father was joyfully certain of his son’s recovery, but he wanted to know whether the word of Jesus, which he had believed, was the only cause of it; this confirmed his faith.  The seventh hour, according to the Jewish way of dividing the day, indicates an hour after noon.

In this case, the father had time to return from Cana to Capernaum the same day, the distance being six or seven hours’ walk and the anguish of his heart having to speed up his journey. So when the servants spoke of the healing as having been accomplished the day before, they spoke in the manner of the Jews, who after six o’clock in the evening referred to the past day as yesterday.

He believed in the word of Jesus, whose divine power he recognised, but he believed in Jesus himself as Messiah and Saviour. And all his household, his whole family and his servants, shared his faith.  The greatest and most precious thing for this father was the healing of his son.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ Catholic culture : click here to read the paper →  Monday of the Fourth Week of Lent

◊ Psalm 29   : click here to read the paper → Monday of the Fourth Week of Lent – Isaiah 

   Monday of the Fourth Week of Lent

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, comportements, Religion | Pas de Commentaire »

Le festin des noces

Posté par diaconos le 14 mars 2021

https://notredamedes3vallees.files.wordpress.com/2016/10/parabole-invites-noces.jpg

# Michel Houyoux, auteur du livre « Les deux voies »,  enseigna la Biologie, la chimie et la physique dans différents instituts et collèges en Belgique et au Burundi (Afrique). Par arrêté royal du 26 novembre 1993, il reçut la décoration de Chevalier de l’Ordre de la couronne en récompense de plus de trente années de bons et loyaux services dans l’enseignement permanent. Il est aussi diacre permanent dans le diocèse de Namur (Belgique)

———————–

Le royaume de Dieu est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils. Dieu nous invite à un banquet où il y aura de la place pour tout le monde. Il nous invite à nous préparer, dans notre vie quotidienne, pour le banquet qu’il réserve à tous. Il ne s’agit pas d’une vieille histoire du passé. Les invitations sont toujours très actuelles. C’est à chaque personne que Dieu a envoyé une invitation.

Beaucoup de gens ne répondront pas à cet appel. Jésus lui-même nous avertit : la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux. (Mt 22, 14) Lorsque des noces étaient imminentes, dans la tradition des invitations du MoyenOrient ancien, il y avait deux invitations : la première qui annonçait qu’il allait y avoir des noces, la deuxième pour chercher les invités.

La deuxième invitation se faisait en allant chercher les invités : on leur avait laissé le temps de se préparer et en plus, on les emmenait. Dans le récit de Matthieu (Mt 22, 1-14) les premiers serviteurs envoyés sont ceux qui annoncent la fête, et beaucoup parmi les prévenus, nous dit l’évangile, n’en ont cure. Ils ne voulaient pas venir ! (Mt 22, 3) La deuxième série des serviteurs se fait même tuer.

« Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. » (Mt 22, 5-6) Le roi entra en colère et décida de punir ceux qui l’avaient offensé et châtier les meurtriers et leur ville, nette allusion à la destruction de Jérusalem et de la dispersion de la nation juive.

La première révolte des Juifs de 66, racontée en détails par Flavius Josèphe dans la Guerre des Juifs, fut réprimée et écrasée en 70 après J.-C., entraînant la destruction quasi-complète de la ville par Titus. Comprenez-vous bien le message de ce récit et les réactions des invités ? Le roi qui célébra les noces de son fils, ce fut Jésus qui vint apporter l’invitation aux juifs à participer au festin du Royaume de Dieu.

Mais  le peuple n’écouta pas son appel. Bien avant Jésus, Dieu envoya ses prophètes prêcher la justice, la miséricorde, le pardon et à placer sa confiance en lui. Le peuple élu n’écouta pas ses prophètes. Puisque ceux qui furent appelés ne répondirent pas à l’invitation qui leur fut adressée.

Le roi envoya ses serviteurs aux croisées des chemins pour inviter à participer au repas de noces tous les gens qu’ils rencontrèrent :  « Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noces. » Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle des noces fut remplie de convives. ( Mt 22, 10)

C’est une invitation pour tout le monde, l’appel est universel. Les élus seront toutes les personnes qui entendent cet appel, et personne n’est exclu, quel que soit son lieu d’origine, quelles que soient ses idées, sa race, ses convictions. Il est urgent que nous prenions le temps de réfléchir quant aux appels que Dieu ne cesse de nous adresser.

La description de l’inconscience de ces invités est d’une brûlante actualité. Jésus nous montre ici deux catégories de personnes : les contestataires qui refusèrent l’invitation et dont certains prirent violemment à partie les serviteurs et les négligents qui ne se rendirent même pas compte qu’ils étaient invités et continuèrent à vaquer à leurs occupations.

Il suffit de mettre quelques exemples précis, choisis dans notre quotidien, sous les mots de jadis pour découvrir que Jésus décrivit très exactement l’état de notre monde actuel. Parmi les personnes qui entrèrent dans la salle du festin, un homme n’avait pas revêtu le vêtement des noces. Pourtant le roi avait tout prévu : dans un local proche de la salle du festin il y avait un vestiaire bien approvisionné en vêtements que devaient porter les invités au banquet.

À l’époque, on avait la coutume de procurer à tous les invités le vêtement qu’ils devaient porter au banquet et selon la coutume le roi honorait ses invités en passant de l’un à l’autre. Il suffisait de se servir, d’accueillir ce don royal. Encore fallait-il le faire, se donner la peine de passer par ce renouvellement de tout l’être, prendre le risque de s’engager et de changer sa vie (conversion).

Cet homme aurait pu en avoir un, mais il n’en avait pas ; c’est pourquoi il n’eut rien à répondre lorsque le roi lui demanda pourquoi il n’avait pas revêtu l’habit de noce. Le roi entra dans la salle du festin et vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit :  » Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?  » L’autre garda le silence.

Alors le roi dit aux serviteurs : « Jetez-le, pieds et poings liés, dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents. » (Mt 22, 11-14) Il ne put s’en prendre à ce roi qui avait tout fait pour lui faciliter l’entrée dans la salle du festin. Par son choix, il s’exclut lui-même de l’assemblée.

Cet unique exclu, dans ce récit, est l’image de toute personne qui demeure toujours libre de répondre par oui ou par non à l’invitation du Seigneur. Cette inspection royale ressemble fort à une scène de jugement, prélude du jugement dernier. L’homme en question fut condamné pour n’avoir pas porté l’habit de noce sans avoir pu se justifier.

Ce récit culmine par un avertissement solennel : « Certes, la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux. » (Mt 22, 14) Par cette parabole, Jésus veut nous faire prendre conscience de l’importance de la réponse que nous sommes appelés à donner, en toute liberté, à l’invitation que Dieu nous adresse. Nous sommes tous invités au festin du Royaume. Sommes-nous conscients d’être attendus et qu’il y a une place pour chacun de nous ?

ll suffit de mettre quelques exemples précis, choisis dans notre quotidien, sous les mots de jadis pour découvrir que Jésus décrivit très exactement l’état de notre monde… Comment voulez-vous que je participe à la messe paroissiale le dimanche, je n’ai que ce jour-là pour faire du sport ou encore, c’est le jour où nous sommes souvent partis ou je dois encore faire mes devoirs et étudier mes leçons pour demain lundi…

Ne donnons pas à Dieu la dernière place ! Tant d’autre voix couvrent ses appels. Le prophète Isaïe, il y a plus de 2700 ans, au huitième siècle avant Jésus Christ, nous invitait déjà grand festin messianique. Ce jour-là sera un jour de joie pour ceux et celles qui auront misé leur vie sur Dieu et qui auront vécu dans l’espérance.

Les élus seront toutes les personnes qui entendent cet appel, et personne n’est exclu, quel que soit son lieu d’origine, quelles que soient ses idées, sa race, ses convictions. Répondons aux multiples appels du Christ qui nous sont transmis par l’Évangile, par l’Église, par les rencontres de notre vie.

Dieu invite tout le monde, sans aucune discrimination et il privilégie même les pauvres, les marginaux, les laissés pour compte. Nous sommes tous invités à la noce ! Cependant, comme toute invitation, l’invitation que Dieu nous adresse se heurte à notre liberté. Choisir d’être de la noce ou de ne pas en être.

Choisir ! C’est bien à cela que nous pousse l’évangile. Répondras-tu aux appels multiples de Jésus qui te sont adressés par l’Évangile, l’Église et les rencontres de ta vie ?

Diacre Michel Houyoux

Les deux voies    Éditions Croix du Salut ( 05.06.2013 )

 Les deux voies
7
EAN: 9783841698728
Langue du Livre: Français
By (author) : Michel Houyoux
Nombre de pages: 144
Publié le: 05.06.2013
Catégorie: Christianity

Détails du livre: ISBN-13

Les deux voiesLes deux voies

Choisis le chemin de la Vie. Pour être disciple de Jésus

Il nous faut marcher derrière lui, suivre le même chemin

Auteur le Diacre Michel Houyoux , publié le  5 juin 2013  Broché  Prix : 25, 80€

Pour acheter le livre, cliquez ici →Omni badge Les deux voies     Recevez-le par la poste.
€ 25,80

Publié dans Carême, Catéchèse, comportements, Histoire, Messages, Religion | Pas de Commentaire »

Quatrième dimanche de Carême -Laetare

Posté par diaconos le 14 mars 2021

L'Evangile au Qotidien :
# Il semble que, dès l’Antiquité chrétienne, le quatrième dimanche de Carême, dit dimanche de Lætare, ait revêtu le caractère particulier d’une pause au milieu du Carême (de même que le dimanche de Gaudete pendant l’Avent). Le nom provient de l’incipit de l’introïtLaetare, « Laetare Jerusalem » (Réjouis-toi, Jérusalem). Autrefois, le Pape, contrairement aux autres dimanches du Carême, venait à cheval à la station qui, ce jour-là, se faisait à Sainte-Croix-de-Jérusalem où l’on vénérait la Croix glorieuse.
Le terme « dimanche de Laetare » est utilisé par la plupart des rites liturgiques latins (comme la tradition du catholicisme et l’anglicanisme), et par certaines confessions protestantes qui prennent leurs origines dans le rite de l’Église européenne. La lætare, en Belgique, est une fête traditionnelle célébrée principalement à Stavelot, en province de Liège, pendant 3 jours (samedi, dimanche et lundi). C’est une tradition multiséculaire remontant à 1502. Tout comme le dimanche Gaudete de l’Avent, l’Église célèbre sa joie et les vêtements liturgiques peuvent exceptionnellement être roses (un mélange de violet et blanc) au lieu de violets ce jour-là.
lwf0003web.gif

De l’Évangile selon saint Jean

Jésus dit à Nicodème : «De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique: ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en Lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

« Et le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne lui soient reprochées; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient reconnues comme des œuvres de Dieu».
« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jn 3, 14-21)
x
Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

Dieu tout-puissant, toi qui connais toutes choses, ne regarde pas le péché de ton peuple, mais écoute sa demande de pardon. Sans ta grâce, la vie ne pourra jamais retrouver la route que tu lui as tracée.Seigneur, de nuit Nicodème est venu te trouver pour savoir comment renaître face à son Créateur, comment retrouver le chemin jusqu’à son Père. Toi, tu l’invites à naître de l’eau et de l’Esprit (Jn 3, 5), tu l’invites à s’ouvrir à l’Esprit Saint qui trace le chemin de chacun. Seigneur, je te le demande, accorde-moi d’entendre et de suivre ta voix.

Réjouis-toi, Jérusalem, et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimezx

Aujourd’hui la liturgie nous offre à l’avance un parfum de la joie pascale. Les vêtements liturgiques sont roses. C’est le dimanche de « lætare »  qui nous invite à une joie paisible. «Réjouis-toi, Jérusalem, et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez…», crie le chant d’ouverture.

Dieu veut que nous soyons heureux. La psychologie la plus basique nous dit qu’une personne qui n’est pas heureuse finit par être un malade du corps et de l’esprit. Cela dit, notre joie doit être une joie qui a des bonnes bases, elle doit être l’expression de la paix d’une vie qui a un sens. Sinon, la joie dégénèrerait et deviendrait superficielle et stupide.
Sainte Thérèse les distinguait avec justesse entre « sainte joie » et « folle joie ». La dernière étant une joie extérieure qui ne dure que très peu et qui nous laisse un goût amer.
x
Ce sont des jours difficiles pour la vie de la foi. Mais ce sont des temps passionnants également. Nous expérimentons, d’une certaine manière, l’exil de Babylone, celui que chante le psaume. Nous pouvons nous aussi vivre une expérience d’exil «nous pleurions, en nous souvenant de Sion» (Ps 136, 1).
x
Les difficultés extérieures, et surtout, le péché, peuvent nous amener sur les rivages de Babylone. Mais malgré tout, il y a des raisons pour garder l’espérance, et Dieu continue à nous dire : «Que ma langue s’attache à mon palais, si je cesse de penser à toi» (Ps 136, 6).
x
Nous pouvons vivre toujours heureux car Dieu nous aime à la folie, tellement «qu’il a donné son Fils unique» (Jn 3, 16). Bientôt, nous accompagnerons ce Fils unique dans son chemin de mort et résurrection. Nous contemplerons l’amour de Celui qui nous aime jusqu’au point de se donner pour nous tous, pour toi et pour moi. Et nous serons remplis d’amour en voyant « Celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19, 37) et grandira en nous une joie que personne ne pourra nous enlever.
x
La vraie joie qui remplit notre vie n’est pas le résultat de nos efforts personnels. Saint Paul nous le rappelle : elle ne vient pas de nous, c’est un don de Dieu, nous sommes son œuvre (Col 1, 11). Laissons Dieu nous aimer et aimons-le en retour, et notre joie sera grande tant dans notre vie que lors de la prochaine Pâque. N’oublions pas de nous laisser caresser et transformer par Dieu en faisant une bonne confession avant Pâques.
x
Il est donc clair que, réduits à nos seules forces, nous ne pouvons rien faire. Alors, Seigneur, pour vivre dans la lumière, accorde-moi la grâce d’écouter l’Esprit que tu nous communiques par tes paroles, tes exemples et les sacrements et d’obéir à sa demande.Nous ne pouvons rien seul alors levons nos veux lever les yeux vers la croix rédemptrice d’où nous recevrons l’Esprit et sa lumière.
x

Compléments

Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Quatrième dimanche de Carême, de Lætare — Année B

    Homélie Quatrième dimanche de Carême -Laetare

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Carême, comportements, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Religion | Pas de Commentaire »

Zaterdag van de Derde Week van de Veertigdagentijd

Posté par diaconos le 13 mars 2021

De tollenaar was een rechtvaardig man geworden, in plaats van de andere

Audience du Pape : quelle miséricorde chez le pharisien?, le site de  L'Homme Nouveau

Parabel van de farizeeër en de tollenaar

# De farizeeër en de tollenaar is een parabel die Jezus Christus in het evangelie volgens Lucas heeft verteld. Het behandelt de onderwerpen rechtvaardigheid en nederigheid. Op het gebied van de bijbelse exegese maakt het deel uit van het Sondergut van dit Evangelie. Voor de Kerkarts Johannes Chrysostom, in zijn homilie nr. 2 over de bekering, zijn rechtvaardigheid en nederigheid de twee waarden die Jezus Christus in deze parabel verdedigt.

De aartsbisschop stelt zich kritisch op tegenover de farizeeër en roept uit: « Ellendig zijt gij, gij die het waagt een oordeel over de aarde uit te spreken… Hebt gij het nog nodig deze tollenaar te veroordelen… Hoe zelfvoldaan zijn uw woorden!.. Waarom geeft gij blijk van zulk een hoogmoed? « . Johannes Chrysostom concludeert: « En omdat hij (de tollenaar) nederigheid toonde, werd hij (de tollenaar) gerechtvaardigd… (en) de tollenaar ging weg, zijn hart vernieuwd met een nieuw-gevonden rechtvaardigheid… ».

De zondag van de farizeeër en de tollenaar is een feest van de orthodoxe kerken en de katholieke kerken van de Byzantijnse ritus dat tien weken voor Pasen plaatsvindt en het begin markeert van de liturgische paascyclus van de orthodoxe ritus. De gelijkenis van de farizeeër en de tollenaar viert nederigheid, openheid voor anderen en voor goddelijke genade; het begint de periode van de kleine vastentijd.

                                                                                                    lwf0003web.gif

Uit het evangelie van Jezus Christus volgens de heilige Lucas

In die tijd vertelde Jezus de volgende gelijkenis aan sommigen die ervan overtuigd waren dat zij rechtvaardig waren en anderen verachtten: « Twee mannen gingen naar de tempel om te bidden. De ene was een Farizeeër, en de andere een tollenaar. De Farizeeër stond op en bad tot zichzelf : « God, ik dank U dat ik niet ben zoals de andere mensen – zij zijn dieven, onrechtvaardigen, echtbrekers, of zoals deze tollenaar. Ik vast twee keer per week en betaal een tiende van wat ik verdien. » De tollenaar daarentegen stond op een afstand en durfde zelfs zijn ogen niet naar de hemel op te heffen; maar hij sloeg zich op de borst en zei : « Mijn God, wees de zondaar die ik ben gunstig gezind ! »
Ik verklaar u, toen de laatste tot zijn huis kwam, was hij het, die een rechtvaardig man was geworden, in plaats van de andere. Wie zich verheft, zal vernederd worden; wie zich vernedert, zal verheven worden. « (Lc 18, 9-14)

Parabel van de farizeeër en de tollenaar

Jezus vertelde een gelijkenis aan mannen die zichzelf rechtvaardig achtten en anderen verachtten : Een Farizeeër en een tollenaar gingen naar de tempel om te bidden. De farizeeër, die vol vertrouwen naar voren kwam, dankte God eerst voor al het kwade dat hij niet had gedaan, en daarna voor al het goede dat hij had gedaan.

Jezus bracht deze twee mannen, wier zedelijke gezindheid zich aan de twee uitersten van het godsdienstige leven bevond, met elkaar in contact en deed hen hun gedachten duidelijk uitspreken. Bij geen enkele gelegenheid openbaarde de man duidelijker wat zijn hart vervulde dan in het gebed.

De zondaar toonde door zijn houding dat hij diep verootmoedigd was voor God, en bad aldus: Hij bad: « O God, wees mij zondaar genadig ! « Waarop Jezus zei dat deze gerechtvaardigd was voor God en niet die ene. Want een ieder die zichzelf verheft, zal vernederd worden. »

Deze gelijkenis, eigen aan Lukas, had geen duidelijk verband met de leer in deze gelijkenis. Het werd uitgelokt door een of andere uiting van eigengerechtigheid die de aandacht trok van Jezus en degenen om hem heen.

De Farizeeër, die zichzelf wilde beoordelen, nam als maatstaf niet de wet van God, maar de rest van de mensen; en deze mensen overdreef hij tot op het punt van laster, want zij waren niet allen zoals hij hen beschreef. Tenslotte drukte zijn laatste woord diepe minachting uit voor de zondaar. De Farizeeër maakte twee klassen van mensen : in de ene wierp hij het gehele menselijke geslacht; in de andere, de betere, bezette hij het alleen. (Bengel)

Tweemaal per week vasten (maandag en donderdag) en tienden geven van al zijn inkomsten, was de plicht van iedere Israëliet. De Farizeeër vervulde het, maar hij maakte het tot een titel van zijn eigen gerechtigheid voor God en van heerlijkheid voor de mensen. Hij ging naar de tempel om te bidden en vroeg om niets. Zijn gebed bestond uit een opsomming van eerst het kwade dat hij niet deed en daarna het goede dat hij wel deed; maar dit alles werd beschouwd als louter uiterlijke handelingen, waarbij noch geweten noch hart aanwezig waren.

Alles aan deze zondaar toonde het diepste berouw over zijn zonden, zowel zijn houding als zijn woorden. Hij stond op een afstand van het heiligdom; hij durfde zelfs zijn ogen niet naar de hemel op te heffen, opdat hij zijn Rechter daar niet zou ontmoeten; hij sloeg zich op de borst in diepe droefheid. Wat zijn gebed betreft, het was een nederige belijdenis en een vurige smeekbede. Het gebruikte niet veel woorden, maar was een schreeuw van de ziel. Toen de zondaar terugkeerde, droeg hij in zijn hart de zoete verzekering van de vergeving van al zijn zonden, met de vrede van God.

Dit is een Hebreeuwse zinswending, gelijk aan een ontkenning, zoals Psalmen 118:8. Het is goed op Jehovah te vertrouwen in plaats van op de mens, in plaats van op de vorsten; dat wil zeggen, het is niet goed op de mens, op de vorsten te vertrouwen.  (Luther)

Diaken Michel Houyoux

Links naar andere christelijke websites

Kerk en Geloof : klik hier om het artikel te lesen →  Zaterdag van de derde week in de veertigdagentijd

◊ Dionysius Parochie : klik hier om het artikel te lesen →  3e week in de veertigdagentijd, zaterdag

    Meditatie Derde zondag van de Veertigdagentijd

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

1...7071727374...104
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...