Catéchèse : « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » (Jn 12,32)

Posté par diaconos le 10 mars 2009

De l’Évangile de Jean au chapitre 12

20  Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque,
21  quelques-uns abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée. Ils lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. »
22  Philippe va le dire à André ; et tous deux vont le dire à Jésus.
23  Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié.
24  Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit.
25  Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle.
26  Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.
27  Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci !
28  Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. »
29  En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre ; d’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. »
30  Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est fait entendre, c’est pour vous.
31  Voici maintenant que ce monde est jugé ; voici maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors ;
32  et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. »
33  Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.
Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

lwf0003web.gif

Catéchèse

Introduction 

La brève mention des Grecs (Jn 12,20) qui sert d’introduction à cet extrait de l’Évangile  de Jean reflète sans doute la difficulté qu’avait l’Église primitive, en particulier celle des Communautés johanniques, à s’ouvrir aux non-Juifs ;  mais nous rappelle en même temps que Jésus a accepté la souffrance et la mort pour notre salut à tous.

Ces Grecs, venus à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque (Pessa’h) veulent voir Jésus dont la renommée les intrigue (Jn 12,21b). Pour l’évangéliste  Jean, le verbe voir est chargé d’une intention théologique et spirituelle : voir Jésus ne s’obtient pas par les recherches de la raison, même si elles sont nécessaires ; c’est le fruit de la foi dans ses deux dimensions : adhésion à la vérité et confiance en l’amour de Dieu. Aujourd’hui comme du temps de Jésus, les chercheurs sincères  veulent voir.  Ils veulent voir Jésus dans ceux et celles qui se rattachent à son nom ; et, comme les Grecs de l’Évangile, ils s’adressent à ceux qu’ils considèrent les plus proches de Jésus.  Si nous voulons être d’authentiques témoins de Jésus, il est plus important d’être aussi proche de lui que possible et de faire passer son enseignement dans nos vies.

  • Pour que le grain de blé puisse donner du fruit, il faut qu’il passe par la terre où il germera et plus tard, il donnera du fruit (l’épi porteur de nombreux grains ) : « Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. » - Par cet exemple, Jésus veut nous faire comprendre que l’épreuve et l’échec n’ont pas le dernier mot, qu’avec lui nous pouvons faire un passage vers une meilleure situation et surtout  ayons confiance en sa Parole.  Les forces de vie l’emporteront sur la mort : « Le Christ a détruit la mort et fait briller la vie «   (2 Tm 1-10). Ces forces de vie, c’est le souffle de Dieu, et, en nous , c’est le don de l’Esprit de Dieu.

  • La seconde partie de cet extrait de l’évangile de Jean rappelle la nuit de l’agonie de Jésus à Gethsémani : tout bouleversé, Jésus choisit non pas d’être délivré de l’heure de sa passion, mais d’accomplir le dessein de Dieu : « Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ?… » (Jn 12, 27-33)

« Père, délivre-moi de cette heure » – Cette parole de Jésus est très proche de « Abba… Père, tout est possible pour toi. Éloigne de moi cette coupe. Cependant, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ! » (Mc 14,36) – Nous comprenons  le désir ardent de Jésus de sauver sa vie. Mais cela signifierait l’abandon de la mission que le Père lui a confiée. Jésus se trouve ici devant un choix radical : se sauver ou sauver le bonheur de tous les hommes.

Nous connaissons le choix de Jésus. C’est au moment où Jésus se donne tout entier par la mort sur la croix, qu’il manifeste le plus son amour pour tous :  » Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » (Jn 12,32)

Désormais, il n’y a plus Grecs ni Juifs. Il n’y a plus qu’une humanité tout entière appelée à voir Jésus. Puissions-nous tout spécialement au long des semaines qui viennent, contempler avec reconnaissance et avec un amour inépuisable cette Croix glorieuse de celui qui nous a tant aimés qu’il a donné sa vie pour nous donner la vie.

Michel

LIENS EXTERNES

◊ Autre commentaire :  Jésus annonce sa mort…, cliquez ici → Cinquième dimanche de Carême B

◊    Celui qui aime sa vie la perd… (Jn 12, 20-33) : cliquez ici → Si le grain ne meurt

◊  Le don de soi : cliquez ici → 5° dimanche de carême B

◊  La Bible pour enfant, à découvrir absolument, cliquez ici → Première PâquesCliquez sur le coeur rouge en bas, à droite de la page pour lire la page suivante. Bonne découverte de ce site.

Publié dans Carême, Catéchèse | Pas de Commentaire »

Catéchèse : « Celui qui agit selon la vérité vient à la lumière. » (Jn 3, 21a)

Posté par diaconos le 5 mars 2009

De l’Évangile de Jean au chapitre 3, 14-21 -  (Extrait de l’entretien de Jésus avec Nicodème)

14  De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
15  afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle.
16  Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle.
17  Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
18  Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
19  Et le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises.
20  En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne lui soient reprochées ;
21  mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient reconnues comme des oeuvres de Dieu. »

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Avant-propos

Tandis que Jésus était à Jérusalem, Nicodème, un des chefs religieux, vint le trouver de nuit  sans doute pour éviter que d’autres chefs religieux aient  connaissance  de cette rencontre. Cet extrait de l’Évangile de Jean nous rapporte des paroles de Jésus lors de son entretien, cette nuit là,  avec Nicodème.

Catéchèse 

Pour rendre accessible à Nicodème le mystère de son œuvre rédemptrice, Jésus emprunte à l’Ancien Testament un magnifique symbole : l’épisode, dans le désert, du serpent d’airain élevé sur un bâton, serpent qui fut source de guérison pour le peuple (Livre des Nombres, au chapitre 21, versets 5 à 11) et, se l’appliquant à lui-même, il en fait une prédiction très claire de sa mort.

Jean, dans son évangile, fait allusion à cet évènement pour nous éclairer sur le sens du mystère de la Croix et pour évoquer Jésus qui fut élevé sur une croix, signe de mort, qui grâce à Jésus devint signe de vie : « Une fois élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » (Jn 12, 32)

La croix de Jésus doit être considérée comme signe de guérison et de salut pour tous : « Dieu a envoyé son fils dans le monde non pas pour condamner le monde mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. » (Jn 3, 17)  

♥ Chaque fois que tu fais le signe de la croix,  réfléchis à sa signification profonde.

Cette parole (Jn 3, 17) doit être pour tous une grande consolation.  C’est sûr que Jésus est de notre côté. Il ne nous observe pas pour voir comment il peut nous condamner, mais il nous regarde pour voir comment il peut nous aider. Il met volontairement les mérites  de sa passion et de sa mort à la disposition de tous et de toi en particulier :  la croix de Jésus  est pour tous source de gratitude et de joie. Dieu se fait proche de chaque personne et sa croix  est le signe de son amour infini.

« Dieu a tant aimé le monde… » (Jn 3, 16a) :  d’abord, le mot « monde »  désigne ici  toute la création laquelle est bonne puisque elle est l’oeuvre de Dieu. Mais l’oeuvre de Dieu c’est aussi  l’homme.

« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique » (Jn 3, 16a) – Désormais toute personne est appelée a prendre position  devant ce geste d’amour de Dieu en la personne de son fils unique.

Dieu a tant aimé -  Si tu l’acceptes, tu obtiendras la vie éternelle. Si tu refuses, tu es déjà jugé. On ne badine pas avec l’Amour. Celui qui le contemplera d’un regard de foi comprendra que Dieu a tant aimé les hommes qu’il a donné son Fils unique. Celui qui le regardera à la façon des pharisiens, avec haine et mépris  y lira son jugement.

Ce sont donc les personnes qui portent sur elles le jugement final, ce n’est pas Dieu qui condamne : « Tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. » (Jn 3, 16b)

Ceux et celles qui font le mal refusent l’amour qui aurait éclairé leur vie ; par contre, ceux et celles qui agissent selon la vérité (Cette vérité c’est l’évangile d’amour que révèle Jésus) marchent avec Jésus qui est le chemin, la vérité, la vie.

« Quand la lumière est venue en ce monde… » (Jn 3, 19) – « La lumière » désigne la vérité et la sainteté divines (1). « Les ténèbres », c’est à dire l’erreur, le mensonge, le mal…

Les gens qui se livrent à des actions mauvaises ou qui font le mal non seulement n’aiment pas la lumière (1) mais la haïssent, car elle révèle, accuse et condamne leurs égarements. Ces personnes évitent la rencontre avec Jésus.

« Celui qui agit selon la vérité vient à la lumière. » (Jn 21a ) – La vérité  désigne ici tout l’opposé des actions mauvaises et du mal.

Agir selon la vérité (Action) désigne l’effort persévérant de réaliser l’idéal du bien perçu par la conscience.

En pratique (Action) → Nous devons avoir le courage de sortir de certaines situations ou de certains milieux, car le mensonge, le péché et l’idolâtrie ne peuvent cohabiter avec l’Esprit de Vérité.

  • La vérité touche au moins deux domaines de la vie chrétienne …

    • Notre manière de vivre  selon ce que nous voulons faire croire et ce que nous sommes réellement.

    • Ce que nous croyons et professons en rapport avec la Parole de Dieu.

Liens externes

◊ 4ème dimanche de Carême (Jn 3, 14-21) : cliquez ici  Dieu a tant aimé le monde

◊ La croix entre ténèbres et lumière :  cliquez ici  4° dimanche de carême

◊ Liturgie pour enfants : cliquez ici  Quatrième dimanche de Carême, année B

Catéchèse :

Michel Houyoux Diacre permanent

Publié dans Carême, Catéchèse | 1 Commentaire »

3. Sonntag der Fastenzeit – Lesejahr B (Joh 2,13-25)

Posté par diaconos le 26 février 2009

Dritten FastensonntagJesus hat den Tempel von Jerusalem geliebt und geehrt; er hat ihn das Haus seines Vaters genannt. Eben deshalb erträgt er es nicht, dass dieser Tempel durch Geschäftemacher entwürdigt wird. Nach seiner Vollmacht gefragt, antwortet Jesus mit einem verborgenen Hinweis auf seinen Tod und seine Auferstehung am dritten Tag. Das haben die Jünger erst später verstanden; nachdem Jesus vonden Toten auferstanden war, hat der Heilige Geist sie an dieses Wort erinnert.

◊  ◊ ◊ ◊ ◊

◊ Johannes setzt die Erzählung von der Tempelaktion, anders als die anderen Evangelisten, an den Anfang der Wirksamkeit Jesu.  Im zweiten Teil des Textes wird ausdrücklich ein Zusammenhang zwischen Tod und Auferstehung hergestellt.

«  Das Paschafest der Juden war nahe, und Jesus zog nach Jerusalem hinauf. Im Tempel fand er die Verkäufer von Rindern, Schafen und Tauben und die Geldwechsler, die dort saßen. Er machte eine Geißel aus Stricken und trieb sie alle aus dem Tempel hinaus, dazu die Schafe und Rinder; das Geld der Wechsler schüttete er aus, und ihre Tische stieß er um.

Zu den Taubenhändlern sagte er: Schafft das hier weg, macht das Haus meines Vaters nicht zu einer Markthalle! Seine Jünger erinnerten sich an das Wort der Schrift: Der Eifer für dein Haus verzehrt mich. Da stellten ihn die Juden zur Rede: Welches Zeichen lässt du uns sehen als Beweis, dass du dies tun darfst? Jesus antwortete ihnen: Reißt diesen Tempel nieder, in drei Tagen werde ich ihn wieder aufrichten. Da sagten die Juden: Sechsundvierzig Jahre wurde an diesem Tempel gebaut, und du willst ihn in drei Tagen wieder aufrichten? Er aber meinte den Tempel seines Leibes. Als er von den Toten auferstanden war, erinnerten sich seine Jünger, dass er dies gesagt hatte, und sie glaubten der Schrift und dem Wort, das Jesus gesprochen hatte. Während er zum Paschafest in Jerusalem war, kamen viele zum Glauben an seinen Namen, als sie die Zeichen sahen, die er tat. Jesus aber vertraute sich ihnen nicht an, denn er kannte sie alle und brauchte von keinem ein Zeugnis über den Menschen; denn er wusste, was im Menschen ist. » (Joh 2,13-25)
carme2009.jpg

Publié dans Carême, Catéchèse, DESSINS ET BIBLE, Page jeunesse | 1 Commentaire »

Mercredi des Cendres (Der Aschermittwoch)

Posté par diaconos le 24 février 2009

 

Le Mercredi des Cendres

 

Publié dans Carême, conversion, DESSINS ET BIBLE, Page jeunesse, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

1...202203204205206...246
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS