You are Peter, and I will give you the keys to the kingdom of Heaven

Posté par diaconos le 8 août 2019

 Thursday, August 8, 2019

You are Peter, and I will give you the keys to the kingdom of Heaven.png 160From the Gospel of Jesus Christ according to Matthew

Jesus went into the region of Caesarea Philippi and he asked his disciples, “Who do people say that the Son of Man is ?”  They replied, « Some say John the Baptist, others Elijah, still others Jeremiah or one of the prophets. » He said to them : « But who do you say that I am ? »  Simon Peter said in reply :  « You are the Messiah, the Son of the living God. »

Jesus said to him in reply, : « Blessed are you, Simon son of Jonah. For flesh and blood has not revealed this to you, but my heavenly Father. And so I say to you, you are Peter, and upon this rock I will build my church, and the gates of the netherworld shall not prevail against it.

I will give you the keys to the kingdom of heaven. Whatever you bind on earth shall be bound in heaven; and whatever you loose on earth shall be loosed in heaven. » Then he strictly ordered his disciples to tell no one that he was the Messiah. From that time on, Jesus began to show his disciples that he must go to Jerusalem and suffer greatly from the elders, the chief priests, and the scribes, and be killed and on the third day be raised.

Then Peter took him aside and began to rebuke him : « God forbid, Lord! No such thing shall ever happen to you. » He turned and said to Peter, « Get behind me, Satan! You are an obstacle to me. You are thinking not as God does, but as human beings do. » (Mt 13, 16-23)

 Homily  For you, who am I ?

The discourse of politicians changes incredibly depending on whether they are in power or in opposition. The same is true in the spiritual life. It is easy to say what God should do, or what we would do if we were God. It is understandable that God could have said through the mouth of the prophet Isaiah: « My thoughts are not your thoughts, and my ways are not your ways » (Is 55, 8)

Many say they are believers but not very religious; they believe that being a Christian is first and foremost a commitment to the service of others. This is undoubtedly good, but we can ask ourselves this question: Would there be two ways of being practicing Christians, on the one hand through faith that prays and says and on the other hand through faith that is committed ?

Today’s Gospel is very enlightening on this subject. It begins with an opinion poll. It all starts with a question : « Who am I to you? »  Peter recognized in Jesus not only the fulfillment of all the ancient prophecies announced for centuries among the people of Israel, but he also recognized that he was the Son of God. The evangelist Matthew reveals to us that Jesus Christ is the second person of the Most Holy Trinity. Jesus is the Son of the Father.

It is up to us today to answer this question asked by Jesus. Who is he really to me? A reminder to my conscience? A rather distant God ? A story I was taught as a child? A presence and help for my concrete life ? The Son of God made man to reveal to me the face of the Father ? Our knowledge of Jesus can only be true if we discover him every day as a living person. Yes, there is a person who calls me, who knows me, who is interested in me. In short, a relationship is created with him.

We are not Christians to continue a family tradition; this is not the primary reason for our faith. The only valid reason for our faith in Jesus is our personal relationship with him. What others say or think about Jesus will never be satisfactory, because experiencing God means meeting Him personally through Jesus Christ.

« To you, who am I ? » In asking us who he is for us, Christ does not only expect a theoretical, intellectual or sentimental answer. The real answer is first and foremost in the way we live. Welcoming Christ and giving first place changes everything in life. Each of us must answer. What is our profession of faith ? Thus the group of Twelve, with Peter in the lead, goes far beyond the current answers of the great mass. Peter answered : « You are the Messiah! « , the one who was expected to complete the story, the one that all the prophets announced, the one who was to give meaning to all human life.

To be a Christian is also to verify our faith in our everyday behaviour in our village, our neighbourhood, our family, our work environment… If we are not honest in our business, if we are not fair, if we speak ill of our neighbour, if we are unbearable for those around us, it will be a counter witness. It is through our way of life that we will be able to show our faith.

We are sent into a world marked by unbelief, and indifference. This world needs witnesses of living faith. By coming to participate in the Mass, we are nourished and strengthened by the Body and Blood of Christ. We are called to follow him and show a faith that works. May the Lord keep us faithful to this mission.

« He who wants to save his life will lose it; but he who loses his life for me and for the Gospel will save it » Who do you say you are? What meaning do you give to your life ? What is your life made for? To keep it? Or to give it away ? To love? Or for what ?

As we contemplate it, we see the face of the Father. As we listen to him, we hear the words of the Father. Thus, to believe in Jesus is to believe in the Father who sent him. It’s like believing they’re one. To recognize in Jesus the figure of the invisible God, faith is necessary. With our intelligence we can adhere to the historical Christ, but only faith can give us the knowledge of his divinity. Father, increase in me the faith, so that I may know each day to recognize more deeply who your Son Jesus is !  Amen

Deacon Michel Houyoux

External links to other sites

◊ Got questions : click here → What are the keys of the kingdom ?

◊ Online Bible : click here → Did Jesus Give Peter the Keys to Heaven ?

Why did Jesus give the keys of kingdom of heaven to Peter ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre

Posté par diaconos le 6 août 2019

Mardi 5 août 2019

La transfiguration du Seigneur

La transfiguration du Seigneur

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante. Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait  s’accomplir à Jérusalem.

Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus :  » Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait. Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent.

Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi :  coutez-le ! » Et pendant que la voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu. (Lc 9, 28b-36)

Homélie   Lumière du Christ

Lorsque quelqu’un nous sourit, son visage change.  C’est magnifique à voir ! Comment ne pas  aimer faire sourire les autres ? Une complicité alors  s’installe, une communion, libre et vraie, fait entrevoir le bonheur. Jésus est transfiguré et les disciples, Pierre, Jacques et Jean voient Jésus : sa lumière intérieure, son amour infini, ne cessent de jaillir de son cœur… Son corps en est irradié.  Jésus,  sur la montagne, n’était pas éclairé de l’extérieur par une lumière, c’était lui, dans son corps, qui était Lumière.

Quelle est cette lumière ? C’est le mystère même de Jésus. Élie et Moïse apparaissent dans la lumière. Sont-ils là pour confirmer aux apôtres la personne et l’œuvre de Jésus ? La lumière extraordinaire du Christ et  la présence des plus hauts personnages de l’histoire d’Israël, donnent un bonheur prodigieux aux disciples.  Nous comprenons alors l’exclamation de Pierre : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici. » Ils veulent construire trois tentes… Joie prodigieuse devant le projet de Dieu qui trouve maintenant son achèvement. (Mc 9, 5)

La transfiguration du Seigneur fait partie de la Bonne Nouvelle. Quand l’amour règne, il transfigure les êtres. L’amour puisé en Dieu épanouit et stimule. Il fait voir toute chose autrement par contre, sans amour ou envahi par la passion, les personnes deviennent vite dominées par la jalousie, l’avidité et  l’insatisfaction chronique. La passion durcit, aveugle et trouble le regard. Un regard qui devient blessant  et humiliant, un regard qui détruit !

L’évangéliste note : « Il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur ». Bonheur ou frayeur ? Devant le mystère de Dieu, il y a bien ces deux sentiments. Bonheur de comprendre, bonheur de découvrir, bonheur de recevoir ce qui est le cœur du mystère de Dieu. La frayeur demeure cependant.

Pierre  ne comprend pas grand chose en ce moment extraordinaire, c’est un témoin qui n’invente rien. Il écrira plus tard : « Ce ne sont pas des fables inventées…nous l’avons vu dans tout son éclat, quand nous l’avons vu sur la sainte montagne…, nous-mêmes, nous avons entendu cette voix venant du ciel, quand nous étions avec lui sur la montagne sainte : Celui-ci est mon fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection » (2ième lettre de Pierre, chapitre 2, versets 16 à 18)  (1)

Voilà le cœur de la personnalité de Jésus, voilà la raison de cette irradiation de tout lui-même, la source de vie de son être : Jésus est aimé de son Père, il est son Fils, son bien-aimé.

La Transfiguration s’achève par une recommandation : ne rien dire avant la Résurrection. Jésus annonce ainsi que cet amour qui l’unit à son Père ne sera vraiment entendu, compris que lorsque la croix aura été vue. Alors tous pourront entendre, écouter, recevoir le mystère éternel de l’amour de Dieu pour tous les hommes.

(1) Nous ne savons presque rien de la vie de l’apôtre Pierre à partir du Concile de Jérusalem en l’an 49 (voir →  Actes des apôtres au chapitre 15), jusqu’au moment où il écrit cette lettre de Rome, vers l’année 64, peu de temps avant sa mort. 

Amen.   

Diacre Michel Houyoux    

Complément

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire → LA TRANSFIGURATION DU SEIGNEUR

Liens externes

◊ Garder le silence : cliquez ici pour lire l’article → Transfiguration du Seigneur    

◊  Christianisme : cliquez ici pour lire l’article → Transfiguration du Seigneur

♥  Située le 6 août, la Transfiguration est pour nous une simple fête. Mais pour les Pères de l’Église, c’était l’un des passages centraux du Nouveau Testament. Dans la théologie orthodoxe qui reprend l’enseignement des Pères, la Transfiguration a conservé une dimension essentielle et c’est l’une des douze grandes fêtes de l’année. Nos frères orthodoxes recueillent ainsi la plus ancienne tradition de l’Église qui a toujours vu dans cet épisode une anticipation du salut que nous recevons en Jésus Christ. Comment donc lire cet épisode de la Transfiguration ? Que signifie l’icône de la Transfiguration que vénèrent les orthodoxes ? Michel Stavrou, professeur à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris, apporte au débat ses connaissances orthodoxes sur cette fête. Sylvie de Vulpillières, enseignante de Nouveau Testament au Centre Sèvres (Faculté Jésuites de Paris) approfondie la discussion de ses connaissances bibliques. Pendant l’émission, l’icône « La Transfiguration du Sauveur » de Théophane le Grec est commentée par ces deux invités.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, fêtes religieuses, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

XVIII dimanche du Temps Ordinaire — Année C

Posté par diaconos le 3 août 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

La parabole du riche fou est une parabole de Jésus qui apparaît dans Luc 12: 16-21. Il dépeint la futilité de la conviction que la richesse peut assurer la prospérité ou une bonne vie. La parabole a été dépeinte par des artistes tels que Rembrandt.

La parabole du riche fou est une parabole de Jésus qui apparaît dans Luc 12: 16-21. Il dépeint la futilité de la conviction que la richesse peut assurer la prospérité ou une bonne vie. La parabole a été dépeinte par des artistes tels que Rembrandt.

En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus :  » Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. «   Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? « 

Puis, s’adressant à tous : «   Gardez-vous bien de toute avidité,   car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. »

Et il leur dit cette parabole :  » Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait : ‘Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.’  Puis il se dit : ‘Voici ce que je vais faire je vais démolir mes greniers, ’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.

Alors je me dirai à moi-même : « Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’ Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?’ Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. » (Lc 12, 13-21)

Homélie  Ne vous trompez pas de but !

Frères et sœurs, les lectures de ce jour vont toutes dans le même sens : «  Ne vous trompez pas de but ! L’essentiel n’est pas le service de l’argent et du profit, c’est le service de l’homme. C’est notre vie qui est la première et non la richesse ! Cette vie ne dépend pas des richesses. (Lc 12, 15b) Et Jésus le montra en nous racontant une parabole. 

Le riche propriétaire terrien dont parle l’Évangile présente les signes extérieurs de la richesse. Ses terres avaient beaucoup rapporté, son principal, et unique souci, est de savoir où il va pouvoir entreposer son blé, son huile et son vin car ses entrepôts étaient devenus trop exigus.

Il a donc deux objectifs : agrandir ses dépendances et profiter au maximum de ses abondantes récoltes. Son idéal de vie est à la hauteur de sa table, de son lit ou de son fauteuil : «  Te voilà avec des réserves en abondance. pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence !  » (Lc 12, 19)

Cet homme, de la parabole, est un bel exemple du parfait matérialiste : il croit fermement au bonheur par la matière et Jésus le stigmatise d’ailleurs en soulignant son égoïsme qui a au moins le mérite d’être franc : «  Moi… Moi… Je … Je… Je… Je ferai… Je démolirai… Je construirai… Mes récoltes, mes greniers, mon blé, …MOI !

Mais Dieu lui dit  :  »Tu es fou ! Cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu as mis de côté qui l’aura ?  » (Lc 12, 20) Non seulement, il n’a pas la sagesse de prendre la mesure de ses jours, comme dit le psalmiste (Psaume 89) mais il a construit sa vie sur l’accumulation des richesses, acquises par son âpreté au gain, dont il n’est pas du tout sûr de profiter.

 quoi bon amasser ce que l’on n’emportera pas ? Il faut être un jour ou l’autre assez intelligent pour le comprendre !L’âpreté au gain ne va pas sans conséquences désastreuses. Ainsi, par exemple, combien de gens sacrifient tout, équilibre, famille, bonheur présent pour acquérir les moyens d’être heureux demain, si demain il y a ?

Pour l’Ecclésiaste (première lecture), c’est peine perdue que d’amasser des richesses qui seront dépensées par un autre. L’expérience confirme que bien souvent une génération dépense ce que la précédente a amassé laborieusement.

Fou ! Insensé ! Tous les calculs du riche se révèlent tragiquement faux. Il s’était complètement trompé : la richesse ne donne pas le vrai bonheur…il n’y a pas de lien entre l’abondance de nos biens et la vraie sécurité ! La Bible ne cesse d’opposer le fou à l’homme sensé et par cette parabole, Jésus aussi veut faire comprendre que c’est manquer d’intelligence que de ne pas savoir discerner les vrais biens, le vrai sens de la vie.

Dieu est le bien suprême, et la sagesse consiste à situer toute chose dans cette perspective. La vraie réussite d’une vie en dépend !

.Dans sa lettre aux Colossiens, Paul invite ceux-ci à «  Recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ…Le but de votre vie est en haut et non pas sur terre. » (Deuxième lecture). Faire cette démarche, c’est découvrir ou redécouvrir le vrai sens de la vie. Fou, le riche qui réduit son horizon à la terre, à ses récoltes, ses greniers, son ventre.

Frères et sœurs, notre vie ne s’achève pas sur cette Terre. Cependant, ne faussons pas la pensée de Jésus : la richesse n’est pas mauvaise en soi. L’argent peut devenir bon, s’il n’est pas uniquement pour soi-même.

 En résumé, cette page de l’Évangile selon Luc, est un plaidoyer pour l’ouverture du cœur. Si le riche avait su engranger le trop plein de ses greniers dans la main des pauvres, il aurait vu s’agrandir son cœur et ainsi devenir riche en vue de Dieu. (Lc 12, 21b)

Et nous, pour être riches, en vue de Dieu, quelle conversion avons-nous à faire : disponibilité de vie, don de nous-mêmes, respect des plus pauvres, visiteurs de malades, bénévoles dans des actions au profit des plus démunis, des sans abris,  des immigrés, des abandonnés… ?

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article →  Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent

◊ À la fin de notre vie, nous devrons rendre des comptes à Dieu →Pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ? (Lc 19,23)

Liens externes

◊ Lectio Divina  : cliquez ici pour lire l’article → Dimanche XVIII du Temps Ordinaire – lectio-divina-rc.fr

◊ Bernard Emkeyes  : cliquez ici pour lire l’article → Dieu a de grands projets pour votre vie

Respectons Dieu et son message

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

N’est-il pas le fils du charpentier ? Alors, d’où lui vient tout cela ?

Posté par diaconos le 2 août 2019

Vendredi 2 août 2019

N’est-il pas le fils du charpentier ? Alors, d’où lui vient tout cela ?

N’est-il pas le fils du charpentier ? Alors, d’où lui vient tout cela ?Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,  de telle manière qu’ils étaient frappés d’étonnement et disaient :  » D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles ? N’est-il pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas  Marie, et ses frères : Jacques, Joseph, Simon et Jude ? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes chez nous ?

Alors, d’où lui vient tout cela ?  » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur dit :  » Un prophète n’est méprisé que dans son pays et dans sa propre maison.  » Et il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là, à cause de leur manque de foi. (Mt 13, 54-58)

Homélie

Jésus fut la risée des soldats qui l’arrêtèrent au Mont des Oliviers, après la trahison de Judas Iscariote. Ils lui voilèrent le visage et le frappèrent en lui disant : « Fais le prophète ! Qui t’a frappé ! « . Pour les chrétiens, les orthodoxes et le protestants, le mot  prophète est en rapport direct avec la Bible où se trouvent précisément les livres attribués à des prophètes particuliers dont les noms sont connus. Isaïe, Jérémie, Ezéchiel sont les noms des  trois grands prophètes en raison de leur influence en leur temps et de l’importance des écrits qui leur sont attribués.

Dans l’Ancien Testament, tout prophète exerce toujours deux rôles bien distincts : il dénonce le comportement de tout un peuple oublieux du chemin sur lequel Dieu l’appela. Et ensuite, il rappelle à son peuple que Dieu ne l’oublie pas. Le prophète biblique est habité par une parole intérieure qu’il ne peut taire et dans laquelle il reconnaît la voix de Dieu qui parle à travers lui.

À l’époque de Jésus, l’attente de l’Envoyé de Dieu était très forte ; lorsque Philippe s’en vint vers son frère Nathanaël, après une nuit passée auprès du rabbi de Nazareth, il lui dit :  » Celui de qui il est écrit dans la Loi de Moïse et les Prophètes, nous l’avons trouvé. C’est Jésus, le fils du charpentier de Nazareth. » (Jn 1, 45)

Dans son évangile, Luc situa le début de la mission de Jésus avec l’épisode qui se déroule à Nazareth, lorsque Jésus fit la lecture, un jour de sabbat, dans la synagogue de son village (Lc 4,16-21). Il proclama un texte d’Isaïe disant : « L’Esprit du Seigneur est sur moi… pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, proclamer aux captifs la libération, aux aveugles le retour à la vue… renvoyer les opprimés en liberté.. » À la fin de sa lecture, il ajouta en refermant le livre : « Aujourd’hui cette écriture est accomplie pour vous qui l’entendez. »

L’annonce prophétique trouve en lui-même, son accomplissement. Cette reprise d’Isaïe est importante pour nous. Elle définit ce que l’on peut mettre sous l’expression vocation prophétique et nous fournir des pistes pour nos catéchèses et nos homélies. Les termes utilisés par Jésus explicitèrent le sens de sa propre mission. Il était le prophète attendu, l’envoyé de Dieu.

Si le texte d’Isaïe fournit à Jésus le cadre de sa mission (Lc 4,16-21), il  traça aussi la mission de ses disciples. Aujourd’hui, les Béatitudes qui introduisirent le discours de Jésus sur la montagne nous donnent un cadre semblable (Mt 5,3-12). Le chemin tracé par Jésus est celui sur lequel il invite chacun de ses disciples à marcher.

Que la Parole de Jésus soit pour tous source de vie et stimule notre engagement concret de vie, nous serons à notre niveau des prophètes pour notre temps ; il nous suffit de vivre l’Évangile dans l’ensemble de notre comportement, au cœur du monde qui est le nôtre. Le défi est bien là.

Les valeurs de l’Évangile ont souvent beaucoup de peine à se frayer un chemin dans nos vies de tous les jours. Les promouvoir par la parole et le geste, c’est souvent aller à l’encontre de la pression sociale qui pousse dans un sens contraire et étouffe tout désir d’une existence différente. Il faut du courage pour vivre l’évangile dans un monde qui souvent dénigre les valeurs religieuses. Amen

Diacre Michel Houyoux

 Compléments

◊  Jésus enseigna dans les synagogues : cliquez ici pour lire l’article  → Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres. (Is 61,1)

◊ Jésus, serviteur de la Parole : cliquez ici pour lire l’article  →   Aujourd’hui, s’accomplit la Parole (Lc 1, 1-4; 4, 14-21)

Liens externes

◊  Les méditations  de Catholique.org.  : cliquez ici pour lire l’article  →  L’extraordinaire dans notre vie
◊ Interbible, le prtail biblique  : cliquez ici pour lire l’article  →  Le fils du charpentier

Jésus ne se laisse pas paralyser même s’il n’est pas accueilli / Pierre Desroches

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...210
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS