Dieu est amour et miséricorde

Posté par diaconos le 30 novembre 2019

misericorde1

«Je vous le déclare : Celui qui se sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu. Mais celui qui m’aura renié en face des hommes sera renié en face des anges de Dieu. Et celui qui dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné.

« Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler. Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu’il faudra dire ». Celui qui se sera prononcé pour moi, le Fils de l’homme se prononcera aussi pour lui.  (Lc 12,8-12)

Prière
Jésus, je t’ouvre mon cœur, fais de moi ce qu’il te plaira, quoi que tu fasses je désire te remercier, je suis prêt à tout car ton bâton me guide et me conduit.

Demande
Jésus, donne-moi un cœur docile à l’écoute de ta volonté ainsi qu’un cœur humble et généreux pour répondre à ton appel.

Homélie

Aujourd’hui, le Seigneur Jésus ravive notre foi et notre espérance en Lui. Il nous prévient que nous paraîtrons devant le corps céleste pour être évalué. Et celui qui a prononcé en faveur de Jésus en se donnant pour sa mission, «le Fils de l’homme se prononcera aussi pour lui» (Lc 12,8). Cette confession publique se fait en paroles, en actes et par la vie.

Cette interpellation à la confession est encore nécessaire et urgente pour notre temps où certaines gens ne veulent pas écouter la voix de Dieu ni suivre son chemin de vie. La confession de notre foi aura une forte suite. Pourtant, nous ne confessons pas notre foi par peur du châtiment qui sera plus sévère pour les apostats et la récompense plus abondante pour les fidèles.

Mais, c’est nécessaire et urgent pour la vie et le monde, et Dieu même nous y appelle comme le dit Saint Jean Chrysostome: «Dieu ne se contente donc pas de la foi intérieure, il en demande la confession extérieure et publique, et nous excite ainsi à une plus grande confiance et à un plus grand amour».

Cette confession est soutenue par la force et l’assurance de son Esprit qui est à l’œuvre en nous et qui nous défend. La prononciation de Jésus devant ses anges est vitale car elle nous permettra de Le voir face à face, de vivre avec Lui et être inondé de sa lumière. Alors que le contraire n’est que «souffrir et perdre la vie, être privé de la lumière et dépouillé de tous les biens».

Demandons la grâce d’éviter tout reniement par la crainte du supplice ou par notre ignorance ; par les hérésies, par la foi stérile et par manque de responsabilités; ou parce que nous voulons éviter le martyre. Soyons forts ; l’Esprit Saint est avec nous ! Et «avec l’Esprit Saint il y a toujours Marie  et elle a ainsi rendu possible l’explosion missionnaire advenue à la Pentecôte» (Pape François)

«Ne vous inquiétez pas ! Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure-là ce qu’il faudra dire.»

Jésus nous invite à nous abandonner comme Marie, à lui faire confiance. Si nous nous laissons faire par Jésus, si nous lui donnons de la place dans notre vie, alors il nous assistera par le don de son Esprit Saint. Jésus et l’Esprit Saint nous sont offerts pour répondre à l’appel de Dieu et être témoins de son amour à la suite des saints.

Le mystère de l’amour infini de Dieu nous est dévoilé dans le saint sacrifice de la messe : «C’est mon corps livré pour vous» afin que nous ayons la même vie que lui ; «C’est mon sang versé pour vous» pour que nous ayons le même amour que lui. Jésus offre ce don à chacun d’entre nous d’une manière unique. Amen

Contact  + Père Marie Landry Bivina

Compléments

Dieu est Amour et Miséricorde

«Quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme aussi se déclarera pour lui devant les anges de Dieu.»  : apprenons à vivre dans la lumière, la force et la joie qui viennent de Dieu. Laissons nous aimer sans mesure et gratuitement par  Dieu qui est Amour et Miséricorde.

Les anges aussi sont des témoins, comme cela paraît dans l’annonce du Christ sur son retour pour le jugement dernier ( Mt 25, 31). Membres de l’Église par la communion des saints, nos anges, surtout ceux qui sont préposés à notre garde, sont témoins de nos pensées et du dialogue que l’Esprit Saint entretient avec nous. Est-ce que j’hésite encore ? Est-ce que, au contraire, je me laisse guider par leur ministère pour m’unir plus à Dieu ?

Jésus est toujours à l’œuvre et nous en témoignons par nos paroles. C’est dans notre faiblesse que se déploie la puissance de Dieu. L’Esprit Saint agit dans notre faiblesse et dans notre misère, c’est là un grand mystère d’espérance. Les puissances du monde et de l’enfer peuvent se déchaîner, elles sont impuissantes face au souffle d’amour du cœur de Dieu.

Soyons ferme dans la foi, les yeux fixés sur Jésus : son pouvoir agira en nous. Demandons à Dieu l’ardeur qui habitait son cœur quand Thérèse se mit en route avec la puissance de l’Esprit Saint bravant tous les obstacles.

«Celui qui dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné»  ; mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné. »  Lc 12, 10) Le blasphème contre l’Esprit Saint peut être le refus d’entendre la Parole que Jésus nous donne pour comprendre la vérité de notre vie.

Jésus nous met en garde contre l’ingratitude que nous pouvons avoir envers le Don gratuit de Dieu. Il le fait pour nous libérer. La puissance d’amour qui habitait le cœur de sainte Thérèse était nourrie par sa vie de foi. Dieu brûle d’un désir extrême de s’unir à nous mais il faut que nous prenions soin de nous unir à Dieu.

Pour rendre témoignage à son Amour, Dieu nous donne son Esprit Saint comme Esprit Consolateur et Maître de la Vérité tout entière. Accueillons le  et laissons nous aimer par l’Esprit-Saint. N’ayons pas peur d’annoncer Jésus dans notre vie, même si ce n’est pas toujours facile dans notre milieu de vie, dans notre travail, et dans nos familles.

«Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler. Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu’il faudra dire.» (Lc 12, 11)  Thérèse fut combattue par sa famille, par les gouvernants de ce temps, cependant elle tint bon.

Ne nous laissons pas arrêter par nos fragilités ; mais, utilisons les comme un tremplin pour atteindre le cœur de Dieu plein de tendresse. Cette Bonne Nouvelle de la gloire de Dieu dans notre vie est un grand bonheur que nous ne pouvons pas garder juste pour nous. Il nous faut sans cesse revenir à la source et prendre du temps pour contempler les merveilles que Dieu fait dans nos vies.

Thérèse d’Avila, inlassablement, voyagea avec des moyens de transport qui furent éprouvants, qui la fit beaucoup souffrir. Ainsi elle traversa son pays avec de jeunes religieuses pour fonder ses monastères. Quand elle trouvait un abri dans l’auberge du pays, elle y passait la nuit dans les veilles.

Sa vie fut un pèlerinage. Chaque fois  qu’elle acquit une maison dans un endroit propice, aussitôt elle y exposa le Saint Sacrement. Les sœurs purent alors adorer leur Seigneur. La puissance de Dieu agissait en elles comme elle agit toujours dans l’Église malgré et au travers de notre grande faiblesse.

À plusieurs reprises, Jésus affirma que l’Esprit Saint nous transformera en son image et nous rendra capables de porter l’œuvre du Père pour la mener à son achèvement. «Il vous conduira dans la vérité tout entière» (Jn 16, 13). Par le fait même d’y croire et de s’exercer à lui faire confiance, l’Esprit Saint devient acteur dans notre témoignage, lui donne sa vraie saveur, sa couleur, son relief et contraste.

Michel Houyoux, diacre permanent

◊ Une grande religieuse catholique espagnole au 16ème siècle→ Sainte Thérèse d’Avila (15 mars 1515-4 octobre 1582)

Liens externes

◊ Enseignement ; cliquez ici pour lire l’article → Définitions de la  miséricorde selon la Bible

◊ Cliquez ici →   Dieu est amour et miséricorde ! j’en suis témoin

Amour et Miséricorde : le Nom de Dieu au fondement de tout

Image de prévisualisation YouTube


Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes

Posté par diaconos le 29 novembre 2019

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe «Malheureux êtes-vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués.
x
Ainsi vous témoignez que vous approuvez les actes de vos pères, puisque eux, ils ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.
x
C’est pourquoi la Sagesse de Dieu elle-même a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, ils tueront les uns et en persécuteront d’autres.
x
Ainsi cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la création du monde, depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, qui a péri entre l’autel et le sanctuaire.
x
Oui, je vous le déclare: cette génération devra en rendre compte. Malheureux êtes-vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui essayaient d’entrer, vous les en avez empêchés».
x

Après que Jésus fut parti de là, les scribes et les pharisiens se mirent à lui en vouloir terriblement, et ils le harcelaient de questions ; ils étaient à l’affût pour s’emparer d’une de ses paroles. «Malheureux êtes-vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués» (Lc 11,47-54)

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui, l évangile nous présente le sens, l’acceptation et le comportement envers les prophètes: «Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, ils tueront les uns et en persécuteront d’autres» (Lc 11,49). Les prophètes sont des personnes de n’importe quelle condition sociale ou religieuse, qui ont reçu un message céleste et qui se sont imprégnés de ce message et impulsés par l’Esprit ils l’expriment par des signes ou des paroles adaptées à leur époque.

C’est un message transmis par des discours, jamais très flatteurs, ou des actions qui sont presque toujours très difficiles à accepter. L’une de caractéristiques de la prophétie est qu’elle met mal à l’aise. Le don est une incommodité pour celui qui le reçoit, car cela brûle intérieurement et met ses proches mal à l’aise, malaise qui, de nos jours grâce à internet, s’étend à une population beaucoup plus étendue.

Les contemporains du prophète ont tendance à le condamner au silence, le calomnier et le discréditer jusqu’à ce qu’il meure. Une fois mort, lorsqu’il ne dérange plus, c’est alors le moment de lui édifier un grand monument pour sa tombe et d’organiser des cérémonies en son honneur. Nous ne manquons pas de prophètes de nos jours. Mère Térésa, Jean XXII, Monseigneur Romero… nous rappelons-nous de ce pourquoi ils se battaient et ce qu’ils demandaient? Est-ce que nous mettons en pratique ce qu’ils nous ont enseigné? Notre génération devra rendre des comptes sur le trou dans la couche d’ozone, sur le gaspillage d’eau et la sécheresse causée, mais aussi sur l’exclusion à laquelle nous avons réduit nos prophètes.

Il y a encore des personnes qui se réservent le « droit de savoir tout en exclusivité », qui partagent —dans le meilleur des cas— avec les leurs, uniquement avec ceux qui leur permettent de continuer à croire à leurs succès et célébrité. Des personnes qui ferment la porte à tous ceux qui tentent de rentrer dans leur milieu, au cas où leurs connaissances seraient égales ou supérieures à la leur et qu’ils les devancent: «Malheureux êtes-vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui essayaient d’entrer, vous les en avez empêchés» (Lc 11,52).

De nos jours, comme à l’époque de Jésus, certains analysent les phrases et textes de ceux qui par leurs paroles dérangent dans le seul but de les discréditer: est-ce que nous agissons de la sorte? «Il n’y a rien de plus dangereux que de juger les choses de Dieu avec des discours humains» (Saint Jean Chrysostome)
+ père Marie Landry

Contact  Marie Landry Bivina

Compléments

Scribes, pharisiens, docteurs de la Loi possédaient un pouvoir immense dans la société juive contemporaine de Jésus.  Jésus osa, avec une indépendance absolue, les contrer, s’opposer à eux et leur reprocher leur manière de faire…

“Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Qui purifiez le dehors de la coupe et du plat et dont le contenu provient de la rapine ou de l’intempérance. Pharisiens aveugles ! Purifie le dedans de la coupe et du plat, afin que son extérieur aussi devienne pur”

Jésus perçut très bien que les personnes qui détinrent un pouvoir devinrent facilement homicides pour le conserver : « Voilà pourquoi la Sagesse de Dieu, elle aussi, a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres. Et ils en tueront et persécuteront”

Jésus constata que le pouvoir, sous de multiples formes, fermait aux personnes l’accès du Royaume des Cieux de peur de perdre son autorité sur le royaume de la terre. “Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez aux hommes le Royaume des Cieux ; car vous-mêmes n’entrez pas, et vous ne laissez pas entrer ceux qui le voudraient”

Jésus nous engage à ne rien craindre du pouvoir et à toujours témoigner d’une liberté d’esprit absolue, même au risque de la mort. Nous nous figurons souvent cette recommandation dans l’abstrait, et pourtant, sous des régimes politiques très durs, dits de droite ou de gauche, tant de chrétiens réalisent ce témoignage dans leur sang ou dans la privation de leur liberté.

“Or, Je vous le dis à vous, mes amis : ne craignez pas ceux qui tuent le corps et après cela ne sauraient rien faire de plus. Mais je vous montrerai qui vous devez craindre ;  craignez celui qui, après avoir tué, a la puissance de jeter dans la Géhenne. Oui, vous dis-Je, craignez celui-là” (Lc 12, 4)

S’adressant aux docteurs de la Loi, Jésus les avertit : «Quel malheur pour vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués. Ainsi vous témoignez que vous approuvez les actes de vos pères, puisque eux-mêmes ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.».

Cet avertissement nous concerne aussi. Par notre baptême, nous sommes tous appelés à connaître cette Loi de Dieu et à la transmettre. Le risque est de se limiter à transmettre des autorisations, des interdits, voire de fulminer des condamnations ou d’attribuer des satisfecit. le docteur de la Loi, ne fut plus fidèle à celle-ci. Au lieu de servir la Loi de Dieu, il s’en servit.

Les prophètes reçurent de Dieu la mission de transmettre sa Parole, d’être les interprètes de ses volontés. Le prophète nous conduit à connaître le cœur de Dieu et le docteur de la Loi devrait nous aider à répondre concrètement, dans nos actes, nos paroles, notre vie, à ce cœur de Dieu : connaître l’Amour de Dieu, pour y répondre dans l’amour.

Sans une morale, sans les œuvres, la foi risque de n’être qu’une illusion, des velléités, sans fondement et sans objet. Nous pourrions toujours être tentés de nous contenter de quelques obligations ou interdits, et de nous justifier nous-mêmes, et ainsi de nous fabriquer une religion à notre mesure.

Laissons la Parole de Dieu faire irruption dans nos vies pour leur donner une lumière nouvelle, une impulsion renouvelée. Acceptons que  cette Parole de Dieu fasse irruption dans notre vie. Puisse-t-elle nous donner une impulsion nouvelle pour affronter nos journées. Il y a un enjeu vital à laisser Dieu toucher notre cœur par sa Parole, à ne pas nous laisser enterrer dans nos habitudes. Amen

Diacre Michel Houyoux

Liens externes

◊  Catholiques.Org : cliquez ici pour lire l’article →  Les prophètes, un don de Dieu

◊ À méditer  : cliquez ici pour lire l’article → Il y a urgence !

Amour / La Foi prise au Mot

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Jésus vit une veuve misérable mettre deux petites pièces de monnaie

Posté par diaconos le 25 novembre 2019

Jésus vit une veuve misérable mettre deux petites pièces de monnaie  dans Catéchèse

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, comme Jésus enseignait dans le Temple, levant les yeux, il vit les gens riches qui mettaient leurs offrandes dans le Trésor. Il vit aussi une veuve misérable y mettre deux  petites pièces de monnaie. Alors il déclara : «En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres. Car tous ceux-là, pour faire leur offrande, ont pris sur leur superflu
mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle avait pour vivre.»  (Lc 21, 1-4)

Homélie  La veuve généreuse

Il déclare, alors que cette veuve qui a mis dans le tronc tout son avoir a donné plus que les autres qui y ont mis leur superflu. (3, 4.)

Source de l’image →  La Bible en images gratuites sur Wikimedia Commons 

L’Évangile nous parle du détachement avec lequel nous devons vivre. En premier lieu, un détachement par rapport à notre sens de l’honneur et de la reconnaissance propre que nous cherchons souvent : «Méfiez-vous…»  les salutations sur les places publiques, les premiers rangs dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners (Mc 12,38-39). Sur ce point, Jésus nous met en garde du mauvais exemple donné par les scribes.

En deuxième lieu, le détachement, des choses matérielles. Jésus loue l’attitude de la veuve pauvre et déplore l’hypocrisie de certains: «Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence» (Mc 12,44). Celui qui n’a pas l’esprit du détachement par rapport aux biens temporels, vit rempli de sa propre personne et ne peut pas aimer. Dans un tel état l’âme n’a pas de place pour les autres : ni compassion, ni miséricorde, ni attention envers son prochain.

Les saints nous donnent l’exemple. Voici un récit de la vie de Saint Pie X quand il était encore évêque de Mantoue. Un commerçant écrivit des mensonges à son propos. Beaucoup de ses amis lui conseillèrent d’attaquer en justice ce calomniateur, mais le futur Pape leur répondit: «Ce pauvre homme a plus besoin de prière que de châtiment». Alors, il ne l’a pas poursuivi mais il a beaucoup prié pour lui.

Mais l’histoire ne finit pas ainsi, après un certain temps, les affaires du commerçant n’allaient pas bien du tout et il se déclare en faillite. Tous ses créanciers se jetèrent sur ses biens et lui enlevèrent. La seule personne qui est venue à son secours fut l’évêque de Mantoue, qui de manière anonyme fit envoyer de l’argent au commerçant en lui disant que cet argent vint de la Dame la plus miséricordieuse qui futt :  Notre Dame du Bon Secours.

Est-ce que je vis avec détachement par rapport aux réalités terrestre s? Est-ce que mon cœur est vide de choses ? Est-ce que mon cœur est capable de voir les besoins des autres? «Le programme du chrétien —le programme du Christ— est un “cœur qui voit”» (Benoît XVI).

Jésus, après avoir tant parlé sur les routes, dans les villages, au bord de l’eau et dans les synagogues en province, nous le  trouvons enseignant dans le Temple de Jérusalem. N’étant pas membre du clergé, il n’avait pas le droit d’y enseigner. C’est bien à l’intérieur de l’édifice qu’il acheva sa mission. Il vit donc les fidèles déposer leur offrande dans l’un des treize troncs, en forme d’entonnoirs, situés en face du hall de la trésorerie.

Un membre du clergé était désigné  pour préciser le montant de l’offrande et devait noter l’intention que le pèlerin lui disait. Jésus observa tout cela. Il vit principalement des riches qui déposaient leurs offrandes. Mais il remarqua aussi qu’une pauvre veuve y déposa deux lepta, les plus petites pièces qui existaient à cette époque.

Pour Jésus, cette pauvre femme donna plus que tout le monde car elle donna tout ce qu’elle avait pour vivre. Suis-je prêt, moi aussi, à tout donner au Seigneur ? Ou est-ce que je lui laisse seulement les miettes qui tombent de ma table ? Cet extrait de l’Évangile selon Luc, nous apprend aussi la vertu de l’humilité. Alors que les pharisiens aimaient bien qu’on voie leurs bonnes actions, la pauvre veuve, elle, ne chercha que le regard de Dieu. Elle vit devant Dieu, non devant les hommes. La religion authentique  n’est pas une question d’apparence, mais elle est une question de cœur !

Seigneur, donne-nous d’imiter la générosité de cette veuve, son humilité, et aussi la bienveillance que tu montras à son égard ! Transforme notre cœur de pierre en un cœur de chair ! Aide-nous à amasser un trésor au ciel, fais-nous porter du fruit qui demeure ! Amen

Diacre Michel Houyoux

Liens externes

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article → Jésus vit une veuve misérable mettre deux petites pièces 

◊ KT42 : cliquez ici pour lire l’article →  La veuve généreuse

Une femme qui donne sa part vitale comme le Christ

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Homélies, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Ask, you will be given

Posté par diaconos le 24 novembre 2019

Ask, you will be given dans Enseignement 1*dx2Z30ahiErpRGR9VbSUGg

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time, Jesus said to his disciples : « Imagine if one of you had a friend and went to him in the middle of the night to ask him : « My  friend, lend me three loaves of bread, for one of my friends has arrived from a trip to my house, and I have nothing to offer him. » And if, from the inside, the other one answers him: « Don’t bother me !

The door is already closed; my children and I are in bed. I can’t get up to give you something. »  Well, I tell you: even if he doesn’t get up to give out of friendship, he will get up because of this friend’s unconcern, and he will give him everything he needs.

I say to you: Ask, we will give you; seek, you will find; knock, we will open you. For whoever asks receives receives; whoever seeks finds finds ; to whoever knocks, the door will be opened. Which father among you, when his son asks him for a fish, will give him a snake instead of a fish ? Or will he give him a scorpion when he asks for an egg ?

If then you, who are evil, know how to give good things to your children, how much more will the Father in heaven give the Holy Spirit to those who ask him! »  (Lk 11, 5-13)

Homily Ask, you will be given

Jesus prayed often and for a long time. Jesus is a master of prayer by the example he gives us and by his advice. Jesus, teach me to pray because I don’t know how to pray properly! Jesus teaches us how we should address the Father in heaven, the creator of the Universe : « When you pray, say: Father… »

When you talk to God, just talk to him like a child talks to his father. A child, when he speaks to his father, does not look for his words, he lets his heart express itself and his father is delighted. Thank you Lord for showing us how we should pray! It is wonderful for me to think that I can tell you: Father, Dad, « the Good Lord » as Saint Teresa of Lisieux used to call you.

Since you are his child, then you can count on him ! You are unique to Him! Because you know how a real father works.

Before I ask you something, Father, I wish to tell you how much I wish you to be honoured, adored: May your name be sanctified ! I am sad, Father, that so many people never speak of you; I wish that everywhere your name may be recognized as holy and sacred because only a filial attitude following Jesus glorifies you fully.

Thy kingdom come! May your immense project of salvation for all be realized as quickly as possible : to gather all humanity behind your Son, to make them one day enter your happiness.  Thy will be done! YES, I dare to say this to you in my prayer because your will is the well-being of all. Your will is that we should not suffer, but that we should live fully, and give me the bread I need every day. In advance, Father, I thank you.

Jesus reminded us that this bread is also the Word of God that makes us live. Forgive me my sins. It is true that I often do stupid things and You, who is a wonderful Father, only ask to forgive. As soon as you see in my eyes the tears of repentance.  Forgive me for not believing enough in your mercy and love. Forgive me for doubting your forgiveness. Forgive me for my lack of confidence in you.

God’s forgiveness frees hearts and revives them. We must grant this forgiveness to others if we ourselves want to be forgiven by God ! Before going any further in my prayer, I stop for a moment, and I forgive from the bottom of my heart the people who have wronged me. Do not submit me to temptation.  This temptation is above all that of despair that accompanies the impression of being abandoned by God; Christ knew it in the olive garden.

The greatest temptation, the worst of all, is to lose faith ! This great trial made Jesus say: « Will the Son of Man, when he comes, find faith on earth  ? » (Lk 18.8)

Yes, brothers and sisters, the great temptation is to abandon Jesus. But all our other temptations, all our failures, make us abandon Jesus a little more every day.  Your prayer, which you have given us to address God, is wonderful. If you allow me, I would like to add three little words to it by saying to your Father, with all my strength and with all my heart : « I LOVE YOU.» Amen.

Deacon Michel Houyoux

External links

◊  Got Questions : click here to read  the article →   What did Jesus mean when He said, « Ask and you shall receive » ?

◊ Esther and Jerry Hicks  : click here to read  the article : click here to read  the article ↔      Ask and It is Given

Ask And It Shall Be Given

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Publié dans Enseignement, Homélies, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

123456...246
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS