Тринадцатое воскресенье обычного времени – Год B

Posté par diaconos le 24 juin 2021

Liturgia della XIII Domenica del T.O. Anno B - www.maranatha.it

Кровоточивая женщина – это чудо Иисуса Христа, о котором рассказывается в трех Евангелиях. Оно является символом веры, как и чудо дочери Иаира, описанное в той же главе. Для святого Петра Хризолога оба чуда, описанные одновременно (чудо кровоточивой женщины и чудо дочери Иаира), являются символами веры1. Вера, проявленная этой женщиной, которая сочла себя достойной прикоснуться к нижней части одежды Христа; и вера, проявленная Иисусом в совершении очевидных знаков, которые демонстрируют Его божественную связь и, вместе с этим, существование Бога. Для Тьерри Мурсии – вопрос об исторической подоплеке евангельских повествований. Два исцеления в один день Киппура: кровотечение и воскрешение дочери Иаира и одержимого из Герасы/Гадары, в древнем иудаизме.

Из Евангелия от Марка

21 Иисус возвратился на другой берег в лодке, и собралась вокруг Него большая толпа. Он был на берегу моря. 22 Пришел один из начальников синагоги, по имени Иаир. Увидев Иисуса, он пал к ногам Его 23 и умолял Его: « Дочь моя, которая еще так молода, уже в конце жизни своей. Подойди и возложи на нее руки Твои, чтобы она спаслась и жила.  « 24 Иисус пошел с ним, и толпа, следовавшая за Ним, была так велика, что переполняла Его.

25 Там была женщина, страдавшая кровотечением двенадцать лет. 26 И лечилась у многих врачей, и истратила все свое состояние, и не получила ни малейшего улучшения; напротив, состояние ее ухудшилось… 27 Итак, женщина эта, услышав, что говорят об Иисусе, подошла к Нему сзади в толпе и прикоснулась к одежде Его. 28 Ибо она сказала себе: если бы только я могла прикоснуться к одежде Его, то спаслась бы.

29 И тотчас кровотечение остановилось, и она почувствовала в теле своем, что исцелилась от болезни своей. 30 И тотчас Иисус понял, что от Него исходит сила. Он обратился к толпе и спросил: « Кто прикоснулся к Моей одежде?  « 31 Ученики Его отвечали: « Ты видишь, что толпа теснит Тебя и спрашивает: кто прикоснулся ко Мне?  » . 32 Но Он оглянулся, чтобы увидеть того, кто сделал это.

33 Тогда женщина, охваченная страхом и трепетом, зная, что с нею случилось, подошла и пала к ногам Его и рассказала Ему всю правду. 34 Иисус сказал ей: дочь моя, вера твоя спасла тебя. Иди с миром и исцелись от зла твоего.  « 35 Когда Он еще говорил, пришли некоторые из дома Иаира, начальника синагоги, и сказали ему: дочь твоя только что умерла. « Что же ты беспокоишь Учителя ?  « 

36 Услышав сие, Иисус сказал начальнику синагоги: не бойся, но веруй. « 37 Он не позволил никому сопровождать Себя, кроме Петра, Иакова и Иоанна, брата Иакова. 38 Они пришли в дом начальника синагоги. Иисус увидел переполох, люди плакали и кричали во весь голос. Он вошел и сказал им: что это за шум и плач? Дитя не умерло: оно спит ».

40 Но они смеялись над ним. Тогда он вывел всех наружу, взял отца и мать ребенка и тех, которые были с ним, и вошел туда, где лежал ребенок. 41 Он взял руку ребенка и сказал ей: « Талита кум », что значит: « Девушка, я говорю тебе: встань!   « 42 И тотчас девочка встала и начала ходить – ей действительно было двенадцать лет. Они были поражены великим изумлением. 43 Иисус же твердо велел им никому не сказывать; потом сказал им, чтобы она ела  (Мк 5, 21-43).

Ваша вера спасла вас !

Марк объединяет здесь в одном повествовании две переплетенные истории. Матфей и Лука следуют той же процедуре. Прежде всего, на сцене появляются две фигуры. Две женские фигуры: девушка и женщина. И в обоих случаях вера лежит в основе шагов, предпринятых Иисусом. В случае с неизлечимой женщиной нет никакой просьбы. Это шаг веры и надежды на Иисуса со стороны этой женщины, который принесет ей немедленное исцеление. И через эту историю,

я понимаю важность этого шага веры и надежды. Видите ли, именно веры не хватает, сказал святой курфюрст д’Арс. Когда мы говорим: Боже мой, я верю, верю твердо, то есть без малейших колебаний, мы присоединяемся к вере этой женщины, о которой сегодня говорит Евангелие. Эта женщина, страдавшая кровотечением двенадцать лет и потратившая много денег без всякого улучшения, чье состояние скорее ухудшилось, услышав, что говорят об Иисусе, подошла сзади к толпе и прикоснулась к Его одежде.

В одной из своих проповедей курфюрст д’Арс сказал о вере : « Я верю, что если бы у нас была вера, мы были бы хозяевами Божьей воли… Он не отказал бы нам ни в чем !   »  Женщина, страдавшая от кровотечения, думала, что если она сможет прикоснуться к одежде Иисуса, то будет спасена. В тот же миг кровотечение остановилось, и она почувствовала в своем теле, что исцелилась от своей хронической болезни.

Марк в своем Евангелии показывает нам силу жизни и спасения, которая действует в Иисусе для людей, имеющих веру, в то время как для неверующих она остается незамеченной. « Вера твоя спасла тебя!    » (Мф 9, 22с ; Мк 5, 34 ; Лк 8, 48) Эти слова Иисуса подчеркивают смысл события: помимо физического исцеления важна вера, которая спасает. Важно, что мы можем прикоснуться к Иисусу сегодня.

Да, потому что на карту поставлен конкретный способ, с помощью которого мы можем жить тайной воскресения. Весь этот эпизод показывает, что вера в Иисуса даже сумела вырвать у Него совершенно непроизвольное чудо. Вознесение дочери Иаира к Его ногам вызывает в памяти воскресение Иисуса. Эта история в наших синоптических Евангелиях свидетельствует о суверенной власти Иисуса над жизнью и смертью. Иисус действительно одерживает полную победу над силами зла и смерти.

Слово Божье звучит одинаково для всех христиан, собравшихся вместе, Тело Христово, раздаваемое в причастии, одинаково для всех. Являюсь ли я тем мужчиной или женщиной, который с верой слышит и прикасается к Иисусу? Недостаточно встретить Христа на мессе, мы должны следовать за Ним и строить свою жизнь с помощью средств, которые Он нам дает.

Диакон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

◊  нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Исцеления в Библии

◊  нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Исцеление в православии

  «Марие, Дево Чистая…» – хор братии Валаамского монастыря

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Foi, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Treizième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

Posté par diaconos le 21 juin 2021

Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » (Mc 5, 21-43)

# La Femme hémorragique est un miracle de Jésus-Christ raconté dans trois Évangiles. Elle est le symbole de la foi, tout comme le miracle sur la fille de Jaïre, décrit dans le même chapitre. Pour saint Pierre Chrysologue, les deux miracles racontés en même temps (celui de cette femme hémorragique et la fille de Jaïrus), sont tous les deux symboles de la foi1. La foi montrée par cette femme qui se trouve juste digne de toucher le bas du vêtement du Christ ; et, la foi donnée par Jésus en accomplissant des signes évidents démontrant son lien divin, et, par ce fait, l’existence de Dieu. Pour Thierry Murcia, la question du fond historique des récits évangéliques. Deux guérisons un jour de Kippour : l’Hémorroïsse et la résurrection de la fille de Jaïre et le possédé de Gérasa/Gadara, dans Judaïsme ancien.

De l’évangile selon Marc

41 Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » 42 Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher – elle avait en effet douze ans. Ils furent frappés d’une grande stupeur. 43 Et Jésus leur ordonna fermement de ne le faire savoir à personne ; puis il leur dit de la faire manger. » (Mc 5, 21-43)

Ta foi t’a sauvée !

 Marc réunit ici dans un même récit deux histoires imbriquées l’une dans l’autre. Matthieu et Luc ont suivi le même procédé. D’abord deux figures sont en scène. Deux figures féminines : une fillette et une femme. Et dans les deux cas la foi est au cœur des démarches entreprises auprès de Jésus.

Dans le cas de la femme incurable, il n’y a aucune requête. C’est une démarche de foi et d’espérance en Jésus de la part de cette femme qui lui vaudra une guérison immédiate. Et à travers ce récit, je saisis toute l’importance de cette démarche de Foi et d’espérance.

Voyez, c’est la foi qui manque, disait le saint curé d’Ars. Quand nous disons : Mon Dieu, je crois, je crois fermement, c’est à dire sans la moindre hésitation, nous rejoignons la foi de cette femme dont nous a parlé l’évangile aujourd’hui.

Cette femme qui avait des pertes de sang depuis douze ans et qui avait dépensé beaucoup d’argent sans aucune amélioration et dont l’état avait plutôt empiré, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par derrière dans la foule et toucha son vêtement.

Dans une de ses homélies, le curé d’Ars disait au sujet de la foi :  » Je crois que si nous avions la foi, nous serions maîtres des volontés de Dieu… il ne nous refuserait rien ! « 

L’hémorroïsse pensa que si elle parvenait à toucher le vêtement de Jésus, elle serait sauvée. À l’instant même, l’hémorragie s’arrêta et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal chronique.

Marc, dans son évangile, nous montre la puissance de vie et de salut agissant en Jésus pour les personnes qui ont la foi tandis qu’elle reste ignorée des personnes incrédules.

«  Ta foi t’a sauvée !  » (Mt 9, 22c ; Mc 5,34 ; Lc 8, 48) Cette parole de Jésus met en valeur la signification de l’évènement : au-delà de la guérison physique l’important est la foi qui sauve. Il est important que nous puissions toucher Jésus aujourd’hui.

Oui ! Car ce qui est en jeu, c’est la manière concrète dont nous pouvons vivre le mystère de la résurrection. Tout cet épisode montre que la foi en Jésus parvient même à lui arracher un miracle totalement involontaire.

La remise debout de la fille de Jaïre évoque la résurrection de Jésus. Ce récit dans nos évangiles synoptiques est un témoignage du pouvoir souverain de Jésus sur la vie et sur la mort. Jésus  en effet est pleinement victorieux sur les forces du mal et de la mort.

La parole de Dieu retentit de la même façon pour tous les chrétiens rassemblés, le Corps du Christ distribué à la communion est le même pour tous. Suis-je cet homme ou cette femme qui entend et touche Jésus avec foi ?

Il ne suffit pas d’avoir rencontré le Christ à la messe, nous devons marcher à sa suite et bâtir notre vie avec les moyens qu’il nous donne.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article  → 13e dimanche du temps ordinaire, année B

◊ Serviteurs de Jésus et de Marie  : cliquez ici pour lire l’article  →Homélie du 13e dimanche du Temps Ordinaire

  Prédication du pasteur Stéphane Lavignotte

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Foi, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Lundi de la dixième Semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 7 juin 2021

Heureux les pauvres de cœur

 news_img_145387_114648

# Les Béatitudes (du latin beatitudo, « le bonheur ») sont le nom donné à une partie du Sermon sur la montagne rapporté dans l’Évangile selon Matthieu (5, 3-12) et à une partie du Sermon dans la plaine de l’Évangile selon Luc (6, 20-23). Elles sont au nombre de huit dans l’Évangile selon Matthieu et de quatre dans l’Évangile selon Luc où elles sont suivies par quatre malédictions.

Il existe d’autres béatitudes dans les sources juives antérieures aux évangiles, dans la Bible, en particulier dans le Siracide (Si 14, 20-27), ou dans un des manuscrits de la mer Morte provenant de la grotte 4 (4Q525 2 II). Les Béatitudes de l’évangile selon Matthieu présentent une structure qui repose sur le même procédé que celui utilisé pour ces deux derniers textes, ce qui a des conséquences directes sur l’étude du texte de cet évangile.

Les Béatitudes des deux évangiles sont citées dans la Liturgie Divine de Jean Chrysostome, liturgie qui continue à être la plus souvent employée dans l’Église orthodoxe. Elles sont au nombre de huit dans l’Évangile selon Matthieu et de quatre dans l’Évangile selon Luc où elles sont suivies par quatre malheurs1. Jésus décrit la félicité de ceux qui iront au Royaume des Cieux, et montre comment chacun d’eux sera béni. Chacune des Béatitudes présente une situation dans laquelle la personne décrite ne serait pas considérée par le monde comme « bénie », et pourtant Jésus déclare qu’elle est vraiment bénie, et d’une bénédiction qui durera plus longtemps que toute bénédiction que le monde est capable de lui offrir.

De leur côté des théologiens modernes ne manquent pas d’interprétations pour réfuter ce sens sans s’appuyer sur les travaux des historiens et notamment l’analyse des textes juifs, en particulier ceux retrouvé à Qumran. C’est par exemple le cas de Dom Calmet, pour qui cette phrase veut dire « Bienheureux ceux qui ont l’esprit de pauvreté ».

lwf0003web.gif

De l’évangile selon Matthieu

01 Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. 02 Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait : 03 « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux. 04 Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. 05 Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. 06 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.

07 Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. 08 Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. 09 Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. 10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. 11 Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.

12 Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.» (Mt 5, 1-12)

Les béatitudes

Les guérisons et les actes miraculeux, dont les foules furent témoins les préparèrent à recevoir les paroles étonnantes qu’elles entendirent. Comment auraient-elles pu croire heureux ceux que l’expérience et le bon sens proclamèrent malheureux, si elles n’eurent contemplé les merveilleuses délivrances que Jésus tint en réserve pour eux  ? La montagne désigne ici une  hauteur, par opposition à la plaine.

C’est ainsi que les habitants des vallées disaient : aller à la montagne, sans indiquer par la un point spécial de la chaîne dont il s’agit. La tradition fut plus précise que les évangélistes ; elle plaça la montagne des Béatitudes non loin de la ville de Tibériade, située sur le bord du lac de ce nom.

Derrière la montagne qui domine Tibériade est un large plateau, montant en pente douce du coté d’un rocher qui en forme le sommet. C’est sur ce rocher que Jésus passa la nuit en prières et qu’au lever du jour il appela ses disciples et choisi ses apôtres .

Puis il serait descendu près de la foule qui l’attendait sur le plateau, et il enseigna le peuple.  Selon Luc, Jésus descendit, et ce fut dans une plaine qu’il  prononça son discours (Lc 6, 17). Selon Matthieu, il serait monté sur une montagne avec le peuple. Il ne rapporta que le fait général, la prédication aux  personnes assemblées sur une montagne.

Luc rapporta un détail de plus, Jésus montant d’abord au sommet, puis redescendant sur un plateau. Au pied du rocher, au haut du plateau, se trouve précisément une petite plate-forme, une sorte de chaire naturelle, d’où l’on peut aisément être vu et entendu d’une grande multitude.

« C’est la qu’aurait été assis le Seigneur… Je me demandai s’il était possible qu’il y eut au bord de ce lac, et même dans toute la Palestine, une autre montagne a laquelle s’appliquassent aussi complètement les détails que nous pouvons recueillir a ce sujet dans saint Luc et saint Matthieu. » (Félix Bovet, Voyage en Terre Sainte)

Ses disciples, ceux d’entre eux qu’il venait d’appeler à l’apostolat et ceux qui déjà avaient entendu et goûté sa parole, l’entouraient comme toujours. Ce discours, qui exposa les principes spirituels et sublimes du royaume que Jésus vint fonder, ne put être compris de tous, comme il ne put être mis en pratique que par ceux qui furent animés de l’esprit de ce royaume.

Ainsi commence le Sauveur. C’est là une entrée belle, douce, pleine d’amour, dans sa doctrine et sa prédication. Il ne procède pas, comme Moïse ou un docteur de la loi, par des ordres, des menaces, des terreurs, mais de la manière la plus affectueuse, la plus propre à attirer les cœurs, et par de gracieuses promesses. (Luther)

Toutefois, cet amour recouvra un profond sérieux, car ceux que Jésus déclara heureux furent bien misérables dans leur, milieu de vue. Ils ne furent heureux qu’à cause de la promesse qui accompagna chacune de ces déclarations et qui la motiva.

Les pauvres en esprit sont ceux qui se sentent pauvres dans leur vie intérieure, moralement et spirituellement pauvres, et qui, par là même, soupirent après les vraies richesses de l’âme (L’esprit désignant ici la faculté par laquelle nous entrons en relation avec Dieu et réalisons la vie morale.  Ce sentiment de pauvreté devant Dieu n’est pas encore la repentance, mais une humilité profonde, douloureuse, qui y conduit.

« Les pauvres en esprit sont tous ceux qui ont l’esprit détaché des biens de la terre.  Ô Seigneur ! Je vous donne tout : j’abandonne tout pour avoir part a ce royaume ! Je me dépouille de cœur et en esprit, et quand il vous plaira de me dépouiller en effet, je m’y soumets  » (Bossuet)

Qu’il s’agisse de pauvreté spirituelle ou de pauvreté temporelle, d’humilité ou de détachement, ou de tous les deux a la fois, a une telle situation répond  la déclaration positive et actuelle : parce qu’à eux est le royaume des cieux.

Ceux qui pleurent, ou qui sont dans le deuil, la tristesse. ceux qui pleurent sur leurs péchés. Mais comme il y a en ces affligés le sentiment humiliant de leur pauvreté morale, leur tristesse est une repentance à salut. Aussi seront-ils consolés, parce que cette tristesse les amène a la source du pardon, de la paix, de la vie.

L’abandon à la volonté de Dieu, en présence des violences, de l’injustice et de la haine, est produit par le sentiment humble et attristé de ce qui nous manque. Elle implique le renoncement aux avantages et aux joies de ce monde ; mais, par une magnifique compensation, ceux qui la pratiquent hériteront la terre. La terre de la promesse,

Les miséricordieux sont les personnes qui ne pensent pas seulement a leur propre misère, mais qui compatissent a la misère des autres. Il faut avoir senti sa propre misère, avoir souffert soi-même, pour pouvoir sympathiser avec la souffrance d’autrui. Il faut avoir été soi-même l’objet de l’amour infini de Dieu pour pouvoir aimer les autres et pratiquer à leur égard la charité.

Telle est la double pensée qui rattache cette béatitude aux précédentes. Elle est liée à elles aussi par cette considération que ceux que Jésus appela au bonheur de ses disciples auront besoin encore d’obtenir miséricorde au jour du jugement suprême, car bien qu’assurés du royaume des cieux, bien que consolés et rassasiés de justice, il restera dans leur vie beaucoup de manquements et d’imperfections à couvrir. Il leur sera pardonné et fait miséricorde selon qu’ils auront fait miséricorde. « Mt 6, 14-15)

Le cœur est, selon l’Écriture, l’organe de la vie morale. Être pur de cœur, c’est, par opposition à des œuvres extérieures, être affranchi de toute souillure de toute fausseté, de toute injustice, de toute malice dans ce centre intime des pensées et des sentiments. Tel n’est pas l’état moral de l’homme naturel (Mt 15, 19).

Chaque promesse répondant parfaitement à la disposition décrite dans chacune de ces béatitudes, ceux qui sont purs de cœur sont heureux, parce qu’ils verront Dieu : ils vivront dans la communion avec Dieu, et le contempleront un jour immédiatement dans la beauté suprême de ses perfections, source intarissable de la félicité du ciel.

Ceux qui font la paix. Ceux qui non seulement sont paisibles eux-mêmes, mais qui, après avoir trouvé la paix, s’efforcent de la procurer à d’autres et de la rétablir parmi les hommes, là où elle est troublée. Ils sont heureux, parce qu’ils seront appelés de ce doux et glorieux titre : fils de Dieu.

Ceux qui sont persécutés à cause de lui sont heureux, parce qu’à eux est le royaume des cieux. Dans la huitième béatitude, Jésus revint donc à la première. Il clôt ainsi un cycle harmonique d’expériences et de promesses. Les quatre premières concernent ceux qui cherchent dans leurs profonds besoins, les quatre dernières, ceux qui ont trouvé et qui déjà développent une certaine activité dans le règne de Dieu.

Chaque promesse, source du bonheur (heureux !) répondant exactement et abondamment à chaque état d’âme décrit, fait resplendir un rayon de la gloire du royaume des cieux : aux affligés ; la consolation ; aux doux, la possession de la terre ; aux affamés, le rassasiement aux miséricordieux, la miséricorde  ; aux purs de cœur, la vue de Dieu ; à ceux qui procurent la paix, le beau titre d’enfants de Dieu. Mais dans la première et la dernière béatitude, Jésus, qui est le Maître du royaume des cieux, le dispensa tout entier aux pauvres et aux persécutés.

La récompense, qui n’affaiblit en rien la vérité du salut par grâce, par la foi est grande en proportion de la fidélité et de l’amour avec lesquels les disciples de Jésus souffrirent pour son nom. Toutefois, nul chrétien ne cherche cette récompense en dehors de Dieu et du bonheur de le servir, sans cela, il perdrait ce qui en fait la grandeur et la douceur.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Dimanche de la miséricorde divine

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam   : cliquez ici pour lire l’article → Lundi de la 10e semaine, année impaire

◊ Abbaye Notre-Dame de Scourmont (Belgique) : cliquez ici pour lire l’article → Une bénédiction d’humanité

   Homélie de Monseigneur Cattenoz : « Heureux les pauvres de cœur »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Enseignement, Foi, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Fest des Allerheiligsten Sakraments im Jahr B

Posté par diaconos le 3 juin 2021

Dies ist mein Körper

Fête du Saint Sacrement dans l'année B dans Catéchèse adoration-eucharistique

# Das Allerheiligste Sakrament ist ein Name, den die katholische Kirche der Eucharistie und damit auch der konsekrierten Hostie gibt. Die Anbetung des Allerheiligsten ist die Verehrung der konsekrierten Hostie, die in einer Monstranz oder einem Tabernakel dargeboten wird (am Gründonnerstag bei der Aufbewahrung). Das Fest des Allerheiligsten Sakraments ist ein religiöses Fest (katholisch und anglikanisch), das am Donnerstag nach dem Fest der Heiligen Dreifaltigkeit gefeiert wird. Das Offizium des Allerheiligsten Sakraments ist ein liturgisches Offizium, das von Thomas von Aquin verfasst wurde.

Religiöse Gruppen Die Kongregation des Allerheiligsten Sakraments wurde 1856 in Frankreich von Pierre-Julien Eymard gegründet. Die Dienerinnen des Allerheiligsten Sakraments (S.S.S.) sind eine katholische Ordensgemeinschaft, die am 25. Mai 1858 von Pater Pierre-Julien Eymard in Frankreich gegründet wurde. Die Anbeterinnen des Allerheiligsten Sakraments sind eine katholische Ordensgemeinschaft, die 1882 von Francesco Spinelli in Italien gegründet wurde. Der Orden der Ewigen Anbeterinnen des Allerheiligsten Sakraments wurde in Italien von Caterina Sordini (1770-1824) gegründet, in der Religion Maria Magdalena von der Menschwerdung.

Die Kongregation der Schwestern vom Allerheiligsten Sakrament ist eine katholische Ordensgemeinschaft, die von Louis Agut (1695-1778) in Macon gegründet wurde. Die Kongregation der Schwestern vom Allerheiligsten Sakrament von Valence ist eine katholische Ordensgemeinschaft von Frauen, die 1715 von Pierre Vigne auf dem Kalvarienberg von Boucieu le Roi gegründet wurde. Die Gesellschaft vom Allerheiligsten Sakrament ist eine katholische Geheimgesellschaft, die 1630 von Henri de Lévis gegründet wurde. Mutter María Luisa Josefa vom Allerheiligsten Sakrament (1866-1937), mexikanische Ordensfrau, ehrwürdige Katholikin, Gründerin der Karmelitinnen-Kongregationen. Dominikus vom Allerheiligsten Sakrament, spanischer Seliger.

Der Stadtteil Saint-Sacrement ist ein Viertel in Quebec City. Saint-Sacrement ist auch der Name einer großen historischen Domäne in Toulon (Var, Frankreich), die lange Zeit für mehrere Ordensgemeinschaften reserviert war (Vorort von Saint-Jean du Var). In der Kunst: Raffaels « Streit um das Allerheiligste », das vierte Fresko im Saal der Signatur, wurde zwischen 1509 und 1510 gemalt.

#Aus dem Evangelium nach Markus

12 Am ersten Tag des Festes der ungesäuerten Brote, als das Passahlamm geschlachtet wurde, sagten die Jünger Jesu zu ihm: « Wo sollen wir hingehen und Vorbereitungen treffen, damit ihr das Passah essen könnt? « 13 Er sandte zwei seiner Jünger und sagte zu ihnen: « Geht in die Stadt; ein Mann mit einem Wasserkrug wird euch begegnen. Folgt ihm, 14 und wo er hineingeht, sagt dem Besitzer: « Der Meister hat euch gesandt, um zu sagen: ‘Wo ist der Raum, wo ich mit meinen Jüngern das Passah essen kann?’  » 15 Er wird dir einen großen Raum im Obergeschoss zeigen, der bereits eingerichtet und für das Mahl vorbereitet ist. Dort sollst du die Vorbereitungen für uns treffen.  » 16 Die Jünger gingen in die Stadt und fanden alles so vor, wie Jesus es ihnen gesagt hatte, und sie bereiteten das Passahfest vor.

22 Während sie aßen, nahm Jesus das Brot, sprach den Segen, brach es und gab es ihnen und sagte: « Nehmt, das ist mein Leib. « 23 Dann nahm er den Kelch und sprach das Dankgebet, und sie tranken alle daraus. 24 Dann sagte er zu ihnen: « Das ist mein Blut des Bundes, das für viele vergossen wird. 25 « Amen, ich sage euch: Ich werde nicht mehr von der Frucht des Weinstocks trinken bis zu dem Tag, an dem ich sie von neuem trinke im Reich Gottes.  » 26 Als sie die Psalmen gesungen hatten, machten sie sich auf den Weg zum Ölberg.  » (Mk 14,12-16.22-26)
Das Passahmahl

Als das Passahfest kam, suchten die Hohenpriester und Schriftgelehrten einen Weg, ihn zu ergreifen und zu töten, aber sie wollten nicht, dass es während des Festes geschah, aus Angst vor Aufruhr.  Als Jesus mit Simon, dem Aussätzigen, in Bethanien zu Tisch war, kam eine Frau mit einem Alabasterkrug voller teurem Parfüm, und sie zerbrach den Krug und goss das Parfüm auf Jesu Kopf. Einige von ihnen tadelten diese sinnlose Verschwendung: Dieses Parfüm, sagten sie, hätte für dreihundert Denare verkauft werden können, um den Armen zu helfen. Jesus warf ihnen vor, die Frau zu verletzen.

Er sagte, dass sie eine gute Tat für ihn vollbracht habe. Sie waren immer in der Lage, den Armen Gutes zu tun, während er nicht immer in der Lage war, ihnen Gutes zu tun. Den Tod Jesu, den sie liebte, spürend, tat sie, was sie konnte; machtlos, ihn zu retten, erwies sie ihm die letzte Ehre, indem sie ihm das Kostbarste opferte, was sie hatte. Wo immer das Evangelium gepredigt wird, wird erzählt, was sie tat.

Judas, einer der Zwölf, ging zu den Hohenpriestern, um Jesus an sie auszuliefern. Sie empfingen ihn freudig und versprachen ihm Geld. Judas suchte nach einer Gelegenheit, Jesus zu verraten.

Diakon Michel Houyoux

Links zu anderen christlichen Websites

◊ Ein strenges Leben ist reich an Freuden : kick hier, um deb Atikel zu lesen →  Norbert von Xanten

◊  Dies ist mein Körper  : kick hier, um deb Atikel zu lesen → Das Abendmahl als Pessachmahl

  Michael Sieber : « Passah-Feier nach jüdischer Tradition

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans fêtes religieuses, Foi, Histoire du Salut, La messe du dimanche, Liturgie, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1...4344454647...62
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...