Absoute présidée par un diacre

Posté par diaconos le 8 décembre 2017

Absoutes pour une dame

Note : cette célébration peut être réalisée par une équipe de laïcs. Dans ce cas, le siège de la présidence ne sera pas occupé.

http://ekladata.com/5_UqlfVdwnvbMlBkEXmbJaEB1uc@250x141.jpgIntroduction : cette liturgie a dû  impérativement se dérouler en un temps limité à  trente minutes, pas plus ! Et ceci pour pouvoir arriver à temps au lieu où sera incinéré  le corps de cette défunte. Le texte qui suit respecte cette demande. Par respect pour cette famille, le nom de la défunte n’a pas été mentionné ici.

   Source de l’image → Unité Pastorale du sacré-coeur à Dison-Adrimont

Accueil à l’entrée de l’église

Le célébrant se rend à la porte de l’église et là, il salue les personnes de la famille. Ensuite, il se recueille devant le corps de la défunte et dit : Seigneur nous te demandons de bénir le corps de ………. . Que le Dieu de l’espérance lui donne en plénitude la paix dans la foi et que le Seigneur soit toujours avec elle, Lui qui est vivant pour les siècles des siècles.

Ensuite le signe de la croix en geste de bénédiction

Chant d’entrée : ce qui a été prévu pour cette célébration dès l’entrée du corps dans l’église.

Monition d’ouverture

Diacre : Au nom du Père, du Fils et Saint-Esprit

Que le Dieu de l’espérance vous donne en plénitude la paix dans la foi et que le Seigneur soit toujours avec vous.

Tous : Et avec votre Esprit

Diacre : Comme nous nous sommes réunis, pour dire le mystère qui nous unit ce matin, nous aimerions garder le silence et simplement partager l’amitié. Les mots nous manquent Seigneur, nous sommes dans l’épreuve. Accepte notre silence comme une prière pour……….que tu connais et que tu aimes. Son chemin la conduit jusqu’à toi : accueille-la dans la clarté et la paix de ton Royaume. Que ton amour soit pour nous lumière sur la route, jusqu’au jour où tu nous réuniras auprès de toi pour les siècles des siècles.

Diacre : Nous ranimons cette flamme près de………, notre sœur.Cette flamme qui vient de toi, Seigneur, lumière dans notre obscurité, qu elle éclaire ce pas que nous avons à faire pour repartir dans l’espérance.

Mot de la famille ………………………………………………………

Diacre : Seigneur, ouvre nos cœurs à ta Parole pour que nous trouvions lumière dans notre tristesse, certitude de nos doutes et force pour vivre ce moment.

Lecture par ………………………….. (texte choisi par la famille : 1Th, 4,13-18)

Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons aussi, ceux qui se sont endormis, Dieu, par Jésus, les emmènera avec lui. Car, sur la parole du Seigneur, nous vous déclarons ceci : nous les vivants, nous qui sommes encore là pour la venue du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. Au signal donné par la voix de l’archange, et par la trompette divine, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront d’abord. Ensuite, nous les vivants, nous qui sommes encore là, nous serons emportés sur les nuées du ciel, en même temps qu’eux, à la rencontre du Seigneur. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur. Réconfortez-vous donc les uns les autres avec ce que je viens de dire.

Psaume : ce qui est prévu par l’organiste

Chant de l’Alléluia ou ce que l’organiste a choisi .

Diacre : Alléluia ! Alléluia !  « Mes brebis écoutent ma voix. », dit le Seigneur. « Moi, je les connais, elles suivent mes pas. » Alléluia !

Diacre : Le Seigneur soit avec vous. (Chanté)                                                             Tous : Et avec votre esprit !

Diacre : Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  (texte choisi par la famille : Jn 14, 1-6)

Diacre :  Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Diacre :
Acclamons la Parole de Dieu. (Chanté)                                                              
Tous : Gloire à toi, Seigneur Jésus !

Homélie par le diacre → Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 1-6)

Prière universelle : Intentions  choisies par la famille présentées par………………….

Diacre : Dieu qui aimes les hommes, Permets que la prière de ton Église serve au salut des vivants et des morts. Par Jésus, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui vit et règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Tous : Amen

Procession d’offrande

Diacre : Frères et Sœurs, la démarche de l’offrande qui vous est proposée maintenant vous donne tout d’abord l’occasion d’offrir à ………., notre défunte un geste d’hommage et d’affection

Dernier adieu

Diacre : Avant de nous séparer, nous allons dire ensemble un dernier adieu à……….. , notre sœur. Nous avons la conviction que tout ce que nous avons vécu avec elle ne peut mourir. Ne nous quittons pas sans espoir : le Christ à vécu notre vie d’hommes et son passage nous rappelle que l’amour est plus fort que la mort. Aujourd’hui, nous nous sommes retrouvés pour un dernier au revoir ; un jour, nous nous retrouverons pour l’éternité. Que cette espérance nourrisse notre prière.

Chant pour le dernier adieu : ce qui a été prévu.

 Encensement

Diacre : En signe de respect pour ………… , notre sœur, voici cet encens qu’il monte devant Dieu avec notre prière.

Aspersion

Diacre : Nous espérons et nous croyons que tous, nous ressusciterons. En signe de cette foi, je bénis le corps de ……….. au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Diacre : Dieu, notre Père, fortifie notre foi et notre espérance, tandis que nous conduisons vers son repos ………… dont tu sais tout le labeur et le travail accompli sur cette terre. Nous t’en prions : que lui soit pardonné ce qu’elle a pu faire de mal et que soit reconnu ce qu’elle a fait de bon. Par Jésus, ton fils, mort et ressuscité, qui vit et règne avec toi et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles .                                                                              Tous : Amen

Diacre : Que toute marque d’affection, tout geste d’amitié que vous donnerez, soient pour vous signe de cette présence qu’ensemble nous avons cherchée. Allez dans la paix du Christ.

croix diaconaleMichel Houyoux, diacre permanent

 

 

Publié dans défunts et funérailles, Diacres, Liturgie | Pas de Commentaire »

Homélié : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 1-6)

Posté par diaconos le 8 décembre 2017

Évangile en rapport avec cette homélie (Jn 14, 1-6)

Image associéeQue votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Source de l’image →  Jardinier de Dieu : Je suis le Chemin, la Vérité et la vie

Homélie pour les obsèques de madame . ………..

Que ce soit la mort d’une maman, d’un père ou la mort d’un enfant, pour moi, c’est toujours scandaleux. Et je pense que mon sentiment de révolte est partagé par beaucoup. Votre présence dans cette église, pour cette célébration des obsèques de ……………., en est une preuve : elle signifie, sans doute pour beaucoup, protestation, révolte même. Et en même temps, se posent à nous deux questions :  pourquoi ? et après ?  Que votre cœur ne se trouble pas. Vous croyez en Dieu ; croyez aussi en moi. » (Jn 14,1) Ces paroles de Jésus sont orientées vers la foi que nous devrions avoir en lui !

Un poète bien connu, Félix Leclerc, disait que c’était plein de vie dans la mort ! Lors de funérailles, nous entendons souvent un proche du défunt nous rappeler quelques unes de ses qualités alors que  nous aurions dû les entendre de son vivant. Oui et non ! La mort de quelqu’un crée un instantané sur sa vie et il y a une saisie de tout ce qu’il représentait pour nous et pour les autres personnes qui l’ont connu. Ainsi émergent toutes ses valeurs et ses qualités.

Pour les personnes qui croient en DIEU, la mort est un évènement spirituel. une rencontre. Pour toute personne, fidèle au Christ qui est le Chemin, la Vérité et la Vie, il y a dans sa vie plus que sa vie. Il y a au fond de nous la présence d’un Autre que nous avons appris à découvrir, à apprécier et à prier. Ce que fit ………….tout au long de sa vie.

La mort n’est pas une fin mais un passage. Jean dans son évangile nous le rappelle bien : « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruits » La mort est une fin ouvrant la porte sur une autre vie : la vie éternelle. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures » (Jn 14,2). “Il y a beaucoup de demeures”
signifie qu’il y a une place pour nous.

C’est là que Dieu se donne totalement : nous viendrons à lui. (Jn 14,24). Pour nous aider, Jésus nous dit clairement : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jn 14,6) Voilà quel est le but de notre vie, nous devrions bien nous préparer à cette union définitive à Dieu.

Avec Jésus, et avec lui seulement, il existe un chemin conduisant vers la maison du Père. Suivre Jésus, c’est découvrir l’amour de Dieu pour chacun de nous. Jésus nous montre comment devenir enfant du Père, comment aimer Dieu et notre prochain, comment pardonner. Soyons fidèles au Christ.

En aimant nous sommes entrés dans son Royaume. Son Royaume est le Royaume de l’Amour. Quelle grandeur inouïe dans un simple geste de charité !

Je regarde le destin de ………….., à sa manière, selon ses moyens, elle a vécu cela, compagne fidèle et dévouée pour les siens et pour les autres, aujourd’hui, elle a franchi la passe, elle entre au port. Nous avons confiance qu’elle est entrée dans la vie éternelle !

Amen

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans défunts et funérailles, homélies particulières | Pas de Commentaire »

De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits

Posté par diaconos le 24 novembre 2017

Extrait de l’évangile de Jésus Christ selon saint Luc, au chapitre dix-neuf

 Détruisez ce temple, dit Jésus, et en trois jours, je le relèverai ". Le temple dont il parlait, c’était son corps, c’est-à-dire sa personne. C’est comme s’il disait : " Vous pouvez détruire le temple, puisque, je suis là ! " Jésus a l’audace de se mettre à la place du temple. – Le lieu de la présence de Dieu, c’était le temple : Jésus est présence de Dieu. – Le lieu de la parole de Dieu, c’était le temple : Jésus est la parole de Dieu.

Détruisez ce temple, dit Jésus, et en trois jours, je le relèverai « . Le temple dont il parlait, c’était son corps, c’est-à-dire sa personne. C’est comme s’il disait :  » Vous pouvez détruire le temple, puisque, je suis là !  » Jésus a l’audace de se mettre à la place du temple. – Le lieu de la présence de Dieu, c’était le temple : Jésus est présence de Dieu. – Le lieu de la parole de Dieu, c’était le temple : Jésus est la parole de Dieu.

En ce temps-là, entré dans le Temple, Jésus se mit à en expulser les vendeurs. Il leur déclarait :  » Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »     Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait. (Lc 19, 45-48)

 lwf0003web.gif

Il y a une vingtaine d »années, quand Jésus avait douze ans, il avait dit à sa mère qui le cherchait dans ce temple : « Pourquoi me chechiez-vous ? Ne savez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père ? » (Lc 2, 49)

Ainsi, Jésus avait alors déjà conscience de son origine divine. Il nomme Dieu son Père, sentant que ce nom peut seul exprimer la réalité et l’intimité de son rapport avec Dieu. Il en est si rempli, qu’il lui parait naturel d’oublier tout le reste pour être aux choses de son Père ; c’est là pour lui une nécessité morale : Il faut ; ne le saviez-vous pas ? – Dans cette première parole de Jésus qui nous soit parvenue, tout est vérité, vie, amour.

Jésus, à peine arrivé, se mit à chasser les vendeurs : il y exerça son autorité en purifiant ce lieu, comme cela avait été annoncé par le prophète Malachie  :  » Voici, j’envoie mon messager, et il frayera le chemin devant moi, et soudain viendra dans son temple le Seigneur que vous cherchez, l’ange de l’Alliance que vous désirez. Voici, il vient, dit l’Éternel des armées.

En leur disant  » Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. « ,  Jésurests cite Isaïe (Is 56, 7). Isaïe reprochait aux juifs leur autonomisme. En disant : « Vous en avez fait une caverne de bandits », Jésus cita Jérémie (Jr 7, 11) Ce prophète reprochait aux juifs leur formalisme : Dieu ne voulait plus de gestes de culte sans lien avec la vie quotidienne. 

En chassant tous ces gens du Temple, Jésus restaura le vrai culte de Dieu, au lieu du culte de l’argent qui y régnait. Nous aussi, nous méritons les reproches de Jésus : nos églises sont-elles des maisons de prières ? N’ont-elles pas des arrangements avec l’argent ?

Jésus enseignait chaque jour de cette dernière semaine dans le temple ; puis,  le soir, il se retirait hors de Jérusalem, sur le mont des Oliviers ou à Béthanie : « il entra à Jérusalem, dans le temple ; et ayant porté ses regards autour de lui sur toutes choses, comme le soir était déjà venu, il sortit pour aller à Béthanie avec les douze. » (Mc 11,11)

D’après Luc et surtout Marc, Jésus ne fit son entrée à Jérusalem que vers la fin de la journée, et se borna à visiter le temple, où il examina tout ce qui s’y passait ; puis, comme le soir était déjà venu, il ressortit du temple et de la ville pour passer la nuit à Béthanie, et ce ne fut que le lendemain qu’il chassa les vendeurs du temple.

La première partie de chaque messe est un enseignement (Première lecture, psaume, deuxième lecture, extrait de l’évangile et sermon). C’est Jésus qui a inauguré ce culte nouveau où la Parole prend le pas sur les rites. Cette première partie esr appelée « Liturgie de la Parole ». Tout le monde l’écoutait, suspendu à ses lèvres : ce culte là  devrait trouver son accomplissement chaque jour dans notre vie.

Compléments

◊ Catéchèse → Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. (Jn 2,16).

◊ Catéchèse → Catéchèse : « Jésus chasse les marchands du temple.  (Jn 2, 13-22)

Liens externes

◊ Vous pouvez détruire le temple, puisque, je suis là ! → Jésus a chassé les vendeurs du temple… Pourquoi ? – Le Jour du …

Vidéo  Jésus chasse les marchands du Temple

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Dieu, Enseignement, L'Église, Liturgie, Page jeunesse | Pas de Commentaire »

La conversion n’est pas l’œuvre d’un instant

Posté par diaconos le 7 mars 2017

Laissons-nous transfigurer par le Christ !

La transfiguration de JésusLe Nouveau Testament donne  trois versions du même événement, rapportées par Matthieu, Marc et Luc. Il est intéressant de lire ces versions et y épingler les détails. Nous remarquons que, dans ces récits, Jésus occupe la place centrale. La Transfiguration de Jésus se situa quelques jours après la profession de foi de Pierre, disant au Christ : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant” (Mt 16, 16 ; Mc 8, 29 ; Lc 9, 20).

       Source de l’imageLa Transfiguration sur le Mont Thabor…

Il fut transfiguré devant eux, son visage devint brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la lumière.” (Mt 17, 1-2) Pierre qui, avec Jean et son frère Jacques furent témoins de la transfiguration, rappelle cet événement extraordinaire dans sa deuxième lettre (écrite probablement vers l’année 100) : “Nous mêmes avons contemplé sa grandeur quand il a reçu honneur et gloire de Dieu le Père. Alors des paroles extraordinaires lui ont été adressées par la glorieuse Majesté : ‘Voici mon Fils, le bien-aimé, celui en qui je me complais.‘ Cette voix envoyée du ciel, nous l’avons entendue, car nous étions avec lui sur la sainte montagne.” (2P, 16-18)

C’est formidable ! Plusieurs dizaines d’années après cet événement, Pierre se souvint parfaitement de ce qu’ils virent sur la montagne : Jésus tout en gloire ! Oui, Jésus se laissa voir tel qu’il se manifestera à la fin du monde, dans la gloire et la lumière. Il se laissa voir tels que nous aussi nous serons : “Le seigneur Jésus Christ, transformera notre pauvre corps, avec cette force qui lui permet même de soumettre l’univers, et il le rendra semblable à son propre corps glorieux.” (Lettre aux Philippiens, chapitre, verset 21 a)

Les évangiles de Marc (9, 2-13) et de Luc (9, 22-36) mentionnent également cette transfiguration. Puisque la transfiguration de Jésus nous concerne tous. Posons-nous la question ” Comment puis-je être transfiguré ?” C’est en laissant Jésus agir en nous que nous le deviendrons. Et en premier lieu par la prière. Luc, dans son récit de la transfiguration, rapporte en plus ce détail : “il gravit la montagne avec eux, pour prier et pendant qu’il priait, son visage changea d’aspect et son vêtement devint d’une blancheur éclatante”.

Quel visage offrons-nous au regard des autres ? Quelle image donnons-nous de nous-mêmes ? Que disent de nous nos actes, nos choix et notre comportement politique, social et religieux ?

Cette page d’Évangile nous apprend que Jésus avait des privilégiés parmi ses apôtres. Des privilégiés qui reçurent plus que les autres, des privilégiés desquels il attendit plus que les autres, des privilégiés qui devinrent plus responsables pour pouvoir affermir et aider les autres. Nous ne sommes pas seuls. Le Christ ressuscité vient éclairer nos nuits et nos brouillards. Il est avec nous tous les jours et jusqu’à la fin du monde. Nous avons besoin de sa lumière pour avancer sur notre route. L’Évangile est la lampe qui éclaire notre route.

Ne vous modelez pas sur le monde présent, mais transfigurez votre manière de penser” (Rm 12, 2). Il s’agit donc d’acquérir à tout prix la maîtrise de nos pensées ; ce qui implique d’y prêter attention dès qu’elles apparaissent et se développent en nous, afin de discerner leur compatibilité avec l’Évangile, et de pouvoir éventuellement les rejeter avant qu’elles ne s’imposent à notre consentement. Ce faisant, nous imiterons saint Paul, qui s’appuyant sur la puissance de Dieu qui détruit les forteresses, détruit les raisonnements fallacieux et tout ce qui s’élève de manière hautaine contre la connaissance de Dieu ; il rend captive toute pensée, pour la conduire à l’obéissance selon le Christ » (2 Co 10, 4-5).

Trions nos pensées, afin d’éviter qu’elles pervertissent notre cœur et nous détournent de la simplicité de l’Évangile. Laissons Jésus nous éclairer et nous débarrasser de ce qui limite notre générosité. Laissons-le nous débarrasser de ce qui pollue notre cœur, notre esprit et de ce qui corrompt notre foi et notre espérance. Nous sommes appelés à être transfigurés, transformés et purifiés au milieu de nos sociétés, pour pouvoir témoigner du Christ. Nous sommes appelés à être un signe de contradiction, à marcher à contre-courant et hors des sentiers battus, à l’exemple de Jésus et des Apôtres qui nous ont précédés.

Nos transfigurations, ce sont des événements, et souvent un événement apparemment banal, plus rarement un événement extraordinaire, mais toujours des événements relus dans la foi. La conversion n’est pas l’œuvre d’un instant, si beau, si fort soit-il. Elle à vivre toute notre vie durant, le Carême est là pour nous le rappeler. Car le véritable amour se vit dans la durée, non dans l’éblouissement d’un amour. 

Compléments

◊  Le cadre est une montagne → Confiance et fidélité

◊ Catéchèse en famille et à l’école →  Catéchèse : LA TRANSFIGURATION DU SEIGNEUR

Liens externes

◊ Du site « Idées-Caté »   →   La transfiguration

◊  →   La Transfiguration de Jésus: mythe ou réalité ?

Qui est Jésus ?

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 Pour ajouter un commentaire ou une note, il faut être connecté, cliquez sur être connecté dans laisser un commentaire

Publié dans Carême, Catéchèse, Homélies, Nouveau Testament | Pas de Commentaire »

12345...134
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS