La conversion n’est pas l’œuvre d’un instant

Posté par diaconos le 7 mars 2017

Laissons-nous transfigurer par le Christ !

La transfiguration de JésusLe Nouveau Testament donne  trois versions du même événement, rapportées par Matthieu, Marc et Luc. Il est intéressant de lire ces versions et y épingler les détails. Nous remarquons que, dans ces récits, Jésus occupe la place centrale. La Transfiguration de Jésus se situa quelques jours après la profession de foi de Pierre, disant au Christ : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant” (Mt 16, 16 ; Mc 8, 29 ; Lc 9, 20).

       Source de l’imageLa Transfiguration sur le Mont Thabor…

Il fut transfiguré devant eux, son visage devint brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la lumière.” (Mt 17, 1-2) Pierre qui, avec Jean et son frère Jacques furent témoins de la transfiguration, rappelle cet événement extraordinaire dans sa deuxième lettre (écrite probablement vers l’année 100) : “Nous mêmes avons contemplé sa grandeur quand il a reçu honneur et gloire de Dieu le Père. Alors des paroles extraordinaires lui ont été adressées par la glorieuse Majesté : ‘Voici mon Fils, le bien-aimé, celui en qui je me complais.‘ Cette voix envoyée du ciel, nous l’avons entendue, car nous étions avec lui sur la sainte montagne.” (2P, 16-18)

C’est formidable ! Plusieurs dizaines d’années après cet événement, Pierre se souvint parfaitement de ce qu’ils virent sur la montagne : Jésus tout en gloire ! Oui, Jésus se laissa voir tel qu’il se manifestera à la fin du monde, dans la gloire et la lumière. Il se laissa voir tels que nous aussi nous serons : “Le seigneur Jésus Christ, transformera notre pauvre corps, avec cette force qui lui permet même de soumettre l’univers, et il le rendra semblable à son propre corps glorieux.” (Lettre aux Philippiens, chapitre, verset 21 a)

Les évangiles de Marc (9, 2-13) et de Luc (9, 22-36) mentionnent également cette transfiguration. Puisque la transfiguration de Jésus nous concerne tous. Posons-nous la question ” Comment puis-je être transfiguré ?” C’est en laissant Jésus agir en nous que nous le deviendrons. Et en premier lieu par la prière. Luc, dans son récit de la transfiguration, rapporte en plus ce détail : “il gravit la montagne avec eux, pour prier et pendant qu’il priait, son visage changea d’aspect et son vêtement devint d’une blancheur éclatante”.

Quel visage offrons-nous au regard des autres ? Quelle image donnons-nous de nous-mêmes ? Que disent de nous nos actes, nos choix et notre comportement politique, social et religieux ?

Cette page d’Évangile nous apprend que Jésus avait des privilégiés parmi ses apôtres. Des privilégiés qui reçurent plus que les autres, des privilégiés desquels il attendit plus que les autres, des privilégiés qui devinrent plus responsables pour pouvoir affermir et aider les autres. Nous ne sommes pas seuls. Le Christ ressuscité vient éclairer nos nuits et nos brouillards. Il est avec nous tous les jours et jusqu’à la fin du monde. Nous avons besoin de sa lumière pour avancer sur notre route. L’Évangile est la lampe qui éclaire notre route.

Ne vous modelez pas sur le monde présent, mais transfigurez votre manière de penser” (Rm 12, 2). Il s’agit donc d’acquérir à tout prix la maîtrise de nos pensées ; ce qui implique d’y prêter attention dès qu’elles apparaissent et se développent en nous, afin de discerner leur compatibilité avec l’Évangile, et de pouvoir éventuellement les rejeter avant qu’elles ne s’imposent à notre consentement. Ce faisant, nous imiterons saint Paul, qui s’appuyant sur la puissance de Dieu qui détruit les forteresses, détruit les raisonnements fallacieux et tout ce qui s’élève de manière hautaine contre la connaissance de Dieu ; il rend captive toute pensée, pour la conduire à l’obéissance selon le Christ » (2 Co 10, 4-5).

Trions nos pensées, afin d’éviter qu’elles pervertissent notre cœur et nous détournent de la simplicité de l’Évangile. Laissons Jésus nous éclairer et nous débarrasser de ce qui limite notre générosité. Laissons-le nous débarrasser de ce qui pollue notre cœur, notre esprit et de ce qui corrompt notre foi et notre espérance. Nous sommes appelés à être transfigurés, transformés et purifiés au milieu de nos sociétés, pour pouvoir témoigner du Christ. Nous sommes appelés à être un signe de contradiction, à marcher à contre-courant et hors des sentiers battus, à l’exemple de Jésus et des Apôtres qui nous ont précédés.

Nos transfigurations, ce sont des événements, et souvent un événement apparemment banal, plus rarement un événement extraordinaire, mais toujours des événements relus dans la foi. La conversion n’est pas l’œuvre d’un instant, si beau, si fort soit-il. Elle à vivre toute notre vie durant, le Carême est là pour nous le rappeler. Car le véritable amour se vit dans la durée, non dans l’éblouissement d’un amour. 

Compléments

◊  Le cadre est une montagne → Confiance et fidélité

◊ Catéchèse en famille et à l’école →  Catéchèse : LA TRANSFIGURATION DU SEIGNEUR

Liens externes

◊ Du site « Idées-Caté »   →   La transfiguration

◊  →   La Transfiguration de Jésus: mythe ou réalité ?

Qui est Jésus ?

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 Pour ajouter un commentaire ou une note, il faut être connecté, cliquez sur être connecté dans laisser un commentaire

Publié dans Carême, Catéchèse, Homélies, Nouveau Testament | Pas de Commentaire »

Convertissez-vous !

Posté par diaconos le 28 février 2017

Résultat de recherche d'images pour "convertissez-vous !"Le Carême commence ce mercredi. Une décision s’impose : il s’agit d’avancer ensemble vers Dieu pour préparer Pâques, en faisant dans nos vies une place plus large à la prière, à la réflexion, aux services des autres. « Revenez à moi de tout votre cœur »(Première lecture)  Premiers mots de Dieu en ce premier jour de Carême et c’est bien là l’essentiel ! C’est une invitation pressante d’entrer d’avantage dans l’intimité de Dieu. C’est un langage d’amour, « Oui, reviens vers Moi de tout ton cœur ! » Quelles résolutions avons-nous à prendre pour faire un bon Carême en ce sens ? … pour mettre l’accent sur l’essentiel ?

Source de l’image → Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle

Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle de l’Évangile ! Se convertir, c’est se tourner vers Dieu qui appelle pour écouter son message. Pour accueillir un message, il faut d’abord lever les yeux vers le messager. C’est la raison pour laquelle Jésus a fait entendre l’appel à la conversion au moment où il allait annoncer aux hommes la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu : « Le temps est accompli, et le règne de Dieu est là : changer de conduite et croyez à l’Évangile. » (Mc 1, 15)

La conversion à laquelle nous sommes invités consiste avant tout dans une intensification de notre relation personnelle à Jésus.

« Donne-nous Seigneur un cœur nouveau, mets en nous, Seigneur, un esprit nouveau. (Psaume 50) : c’est la prière typique du Carême. Laissons-nous faire par Dieu ; cédons donc, sans hésiter, à Dieu. Dieu désire nous réconcilier.

« Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co, 5) Vraiment Dieu désire renouer une Alliance d’amour avec chaque personne. Redécouvrons le sacrement de la réconciliation : refaire de la pénitence, un moment de révision de vie, de dialogue avec Dieu  qui m’aime, pour l’aimer d’avantage.

Du côté de Dieu, l’amour est total, absolu, désintéressé : Il a mis le paquet pour nous offrir le Salut ! Merci !

Que jamais, je ne l’oublie !

Amen.

Michel Houyoux, diacre permanent

Liens externes

◊  Bien vivre ou s’épuiser ?  → Carême de Partage 2017 – Entraide et Fraternité

◊ Ressources du Carême 2017   → Développement et Paix

Développement et paix (Indonésie)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, homélies particulières | Pas de Commentaire »

La justice chrétienne trouve sa source en Jésus, le Christ

Posté par diaconos le 7 février 2017

Je ne suis pas venu abolir la Loi, mais l’accomplir

Résultat de recherche d'images pour "je ne suis pas venu abolir, mais accomplir""

 Source de l’image → église Saint Pierre Chanel

Les exigences de Jésus vont plus loin que celles de la Loi de Moïse. Au lieu d’un code rigide, Jésus nous lance un appel incessant à nous donner et à nous donner davantage.

À ses disciples rassemblés autour de lui, Jésus leur affirma : « Ne pensez pas que Je suis venu abolir la Loi de Moïse ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » (Mt 5, 17)  La Loi et les prophètes, c’était une manière courante de désigner toute la Bible (Ancien Testament). La seule chose qu’il revendiqua, au risque de sa vie, c’est notre liberté.

Jésus est venu parmi nous pour parfaire la loi de Moïse et chose étonnante, dans ce discours, il ne parla  pas de pratiques à observer, de jeûnes, de prières à faire ni de bonnes actions à accomplir par lesquelles on mériterait son salut.

Dans ce sermon sur la montagne, Jésus ne dit rien des commandements. Mais Il affirma avec force que la religion de l’Ancien Testament était une étape temporaire, mais nécessaire de l’histoire du salut.

Tout doit se réaliser ! (verset 18) Quelle est donc cette justice supérieure qui doit surpasser celle des scribes et des pharisiens ?

Et comment devrions-nous interpréter la Loi ? Jésus introduisit la nouvelle Loi par ces mots : « Vous avez appris… Eh bien moi, je vous dis… « (Mt 5, 21-22)

Pour Jésus, il n’est pas question de rejeter le passé, ni de le conservé tel quel. Il faut lui donner une nouvelle vie. Ce n’est pas parce qu’une tradition est ancienne qu’elle est bonne. Ce n’est pas parce qu’une idée est nouvelle qu’elle est meilleure.

 Jésus fit comprendre à ses disciples quelle est la vraie justice, telle que l’établit la loi saisie dans son esprit. Il le leur montra par une série d’exemples empruntés à la loi morale.

  • Premier exemple : l’interprétation du cinquième commandement : Pardonne !
  • Deuxième exemple : l’interprétation du sixième commandement : Sois fidèle !
  • Troisième exemple : affirme la vérité par un oui ou par un non !

Jésus veut nous faire comprendre qu’il s’agit de bâtir un monde nouveau. Il s’agit de mettre nos forces au service du projet de  Dieu.

 Jésus exige un changement radical qui requiert une conversion du cœur. Il remplace les exigences de la Loi ancienne par celles beaucoup plus grandes de l’amour. Pour cela, il nous enseigne les exigences de l’amour : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés »

À notre époque nous nous sommes rendu compte que nous ne respections pas collectivement les droits de plusieurs secteurs de la société et  diverses chartes furent publiées affirmant les droits des femmes, des enfants, des handicapés, des homosexuels.

Tout cela est important et même nécessaire. Mais si nous respectons les nouveaux droits des mêmes façons que nous respections les anciens codes, nous vivons encore sous la loi ancienne, et nous risquons d’aboutir à beaucoup d’injustice.

Ce surpassement de la Loi ancienne, que Jésus nous propose, ne peut-être vécu qu’avec lui, avec sa grâce et avec son amour.

Ne restez pas au niveau de la loi ancienne. Si la justice vous demande de donner votre manteau, donnez aussi votre chemise. Si la justice vous donne droit à exiger œil pour œil ou dent pour dent, pardonnez simplement à celui qui vous a offensé ou qui vous a nui. Si le code de comportement moral vous interdit un certain nombre de choses telles que, par exemple, de prendre la femme de votre voisin, Jésus vous demande de surveiller même les désirs de votre cœur.

Recevons l’appel du Christ à vivre le sérieux de nos engagements dans nos relations avec les autres.  Jésus nous aidera  à y rester fidèles. L’amour exigeant du Christ est source de renaissance continuelle.

croix diaconaleMichel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Homélies, Messages, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Confiance et fidélité

Posté par diaconos le 14 février 2016

2ième dimanche du Carême. Année C             Gn 15, 5-12.17-18 ; Ps 26 ; Ph 3, 17-4,1 ; Lc 9, 28b-36                                 Couleur liturgique : violet

La transfiguration du Seigneur eut lieu sur le mont Thabor. En ce lieu, Jésus manifesta sa splendeur divine à Pierre, Jacques et Jean.

La transfiguration du Seigneur eut lieu sur le mont Thabor. En ce lieu, Jésus manifesta sa splendeur divine à Pierre, Jacques et Jean.

Le texte de la Genèse, que nous avons écouté en première lecture, est un des plus beaux tableaux présentant en image, le mystère de l’Alliance conclue entre Dieu et les hommes.

Source de l’image → Évangile de Luc (Gospel of Luke) 

L’Alliance conclue entre Dieu et Abraham ne rassemble pas des partenaires égaux. Dieu y joue un rôle actif : c’est lui qui conclut l’Alliance  et pour ce motif, c’est lui seul qui pratique les rites décisifs. À Abraham qui reçoit l’Alliance, il lui est demandé de l’accepter librement.  Le « oui » d’Abraham exprime sa foi. Malgré les doutes et les épreuves, Abraham fait confiance à Dieu.

Le rapprochement entre ce texte de la Genèse et l’évangile de ce jour  est à la fois audacieux et intéressant.  Audacieux car le passage de l’un à l’autre n’est pas chose facile, intéressant car Jésus nous est montré comme celui en qui l’Alliance est conférée aux hommes  et à travers qui les hommes qui l’écoutent deviennent partie prenante de cette Alliance.

« Jésus prit avec lui Pierre, Jean et  Jacques, et il alla sur la montagne pour prier. »

 Le cadre est une montagne, ce lieu où l’homme se retrouve proche des réalités divines. Jésus en prière exprime l’étroite relation qui l’unit à Dieu. Ses trois apôtres tombent de sommeil, mais, comme plus tard au jardin des Oliviers, ils sont témoins de sa prière : Jésus s’entretient avec Moïse et Élie de son prochain départ, suivi de sa mort à Jérusalem. Déjà il est donné aux trois disciples d’entrevoir la gloire de la résurrection, dont le Père transfigurera son Fils.

« Pendant que Jésus priait, son visage apparut tout autre, ses vêtements devinrent d’une blancheur éclatante »

C’est plus qu’un homme que les disciples aperçoivent : ne voient-ils pas là, la gloire de Jésus ? La nuée, qui recouvre le lieu et ceux qui s’y trouvent, est signe de la présence divine. La voix céleste qui retentit ensuite, authentifie Jésus : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisis, écoutez-le. » La Parole de Jésus est la seule capable de dire fidèlement le projet de Dieu pour nous.

En nous évoquant Jésus au visage transformé par la prière, Luc nous encourage à prier avec confiance et dans sa lettre aux Philippiens, Paul insiste sur la fidélité : « Tenez bon dans le Seigneur, mes bien-aimés », écrit-il.  (2ième  lecture)

 Dans notre vie marquée par l’épreuve et l’échec, par la souffrance et le péché, la prière seule, à certaines heures, peut nous transformer.

Fils de Dieu depuis notre baptême, nous portons le même germe de résurrection que Jésus. Cette espérance de la résurrection change-t-elle notre vie, qu’il s’agisse de nos luttes, de nos souffrances, de notre travail ?

Est-ce que je cherche  dans la prière, à connaître le regard que Dieu porte sur ma vie ? En ce temps de carême, prier, est un des actes nécessaires dans notre préparation à la grande fête de Pâques. Posons-nous la question : Ma prière est-elle vraiment une rencontre avec Dieu ?   

 Écoute Seigneur, je t’appelle : pitié, réponds-moi ! Je n’oublie pas que tu as dit : « Cherchez ma face »  (Psaume)

La prière  authentique nous amène progressivement à regarder les autres sous un jour différent. Celui ou celle qui prie avec ferveur, voit sa vie autrement. Que chaque  Eucharistie que nous célébrons, soit vraie prière, vraie rencontre avec le  Christ ressuscité, qu’elle nous  entraîne vers une réelle transfiguration de notre vie .

Amen

croix diaconaleMichel Houyoux, Diacre permanent

Complément

◊ la messe du deuxième dimanche du Carême, année C → Deuxième dimanche du carême, année C

Liens externes

◊La transfiguration du Seigneur →  Deuxième dimanche de Carême, année C

 La transfiguration du Seigneur → La Transfiguration : célébration pour les enfants

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Homélies | Pas de Commentaire »

12345...133
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS