Absoute présidée par un diacre

Posté par diaconos le 8 décembre 2017

Absoutes pour une dame

Note : cette célébration peut être réalisée par une équipe de laïcs. Dans ce cas, le siège de la présidence ne sera pas occupé.

http://ekladata.com/5_UqlfVdwnvbMlBkEXmbJaEB1uc@250x141.jpgIntroduction : cette liturgie a dû  impérativement se dérouler en un temps limité à  trente minutes, pas plus ! Et ceci pour pouvoir arriver à temps au lieu où sera incinéré  le corps de cette défunte. Le texte qui suit respecte cette demande. Par respect pour cette famille, le nom de la défunte n’a pas été mentionné ici.

   Source de l’image → Unité Pastorale du sacré-coeur à Dison-Adrimont

Accueil à l’entrée de l’église

Le célébrant se rend à la porte de l’église et là, il salue les personnes de la famille. Ensuite, il se recueille devant le corps de la défunte et dit : Seigneur nous te demandons de bénir le corps de ………. . Que le Dieu de l’espérance lui donne en plénitude la paix dans la foi et que le Seigneur soit toujours avec elle, Lui qui est vivant pour les siècles des siècles.

Ensuite le signe de la croix en geste de bénédiction

Chant d’entrée : ce qui a été prévu pour cette célébration dès l’entrée du corps dans l’église.

Monition d’ouverture

Diacre : Au nom du Père, du Fils et Saint-Esprit

Que le Dieu de l’espérance vous donne en plénitude la paix dans la foi et que le Seigneur soit toujours avec vous.

Tous : Et avec votre Esprit

Diacre : Comme nous nous sommes réunis, pour dire le mystère qui nous unit ce matin, nous aimerions garder le silence et simplement partager l’amitié. Les mots nous manquent Seigneur, nous sommes dans l’épreuve. Accepte notre silence comme une prière pour……….que tu connais et que tu aimes. Son chemin la conduit jusqu’à toi : accueille-la dans la clarté et la paix de ton Royaume. Que ton amour soit pour nous lumière sur la route, jusqu’au jour où tu nous réuniras auprès de toi pour les siècles des siècles.

Diacre : Nous ranimons cette flamme près de………, notre sœur.Cette flamme qui vient de toi, Seigneur, lumière dans notre obscurité, qu elle éclaire ce pas que nous avons à faire pour repartir dans l’espérance.

Mot de la famille ………………………………………………………

Diacre : Seigneur, ouvre nos cœurs à ta Parole pour que nous trouvions lumière dans notre tristesse, certitude de nos doutes et force pour vivre ce moment.

Lecture par ………………………….. (texte choisi par la famille : 1Th, 4,13-18)

Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons aussi, ceux qui se sont endormis, Dieu, par Jésus, les emmènera avec lui. Car, sur la parole du Seigneur, nous vous déclarons ceci : nous les vivants, nous qui sommes encore là pour la venue du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. Au signal donné par la voix de l’archange, et par la trompette divine, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront d’abord. Ensuite, nous les vivants, nous qui sommes encore là, nous serons emportés sur les nuées du ciel, en même temps qu’eux, à la rencontre du Seigneur. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur. Réconfortez-vous donc les uns les autres avec ce que je viens de dire.

Psaume : ce qui est prévu par l’organiste

Chant de l’Alléluia ou ce que l’organiste a choisi .

Diacre : Alléluia ! Alléluia !  « Mes brebis écoutent ma voix. », dit le Seigneur. « Moi, je les connais, elles suivent mes pas. » Alléluia !

Diacre : Le Seigneur soit avec vous. (Chanté)                                                             Tous : Et avec votre esprit !

Diacre : Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  (texte choisi par la famille : Jn 14, 1-6)

Diacre :  Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Diacre :
Acclamons la Parole de Dieu. (Chanté)                                                              
Tous : Gloire à toi, Seigneur Jésus !

Homélie par le diacre → Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 1-6)

Prière universelle : Intentions  choisies par la famille présentées par………………….

Diacre : Dieu qui aimes les hommes, Permets que la prière de ton Église serve au salut des vivants et des morts. Par Jésus, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui vit et règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Tous : Amen

Procession d’offrande

Diacre : Frères et Sœurs, la démarche de l’offrande qui vous est proposée maintenant vous donne tout d’abord l’occasion d’offrir à ………., notre défunte un geste d’hommage et d’affection

Dernier adieu

Diacre : Avant de nous séparer, nous allons dire ensemble un dernier adieu à……….. , notre sœur. Nous avons la conviction que tout ce que nous avons vécu avec elle ne peut mourir. Ne nous quittons pas sans espoir : le Christ à vécu notre vie d’hommes et son passage nous rappelle que l’amour est plus fort que la mort. Aujourd’hui, nous nous sommes retrouvés pour un dernier au revoir ; un jour, nous nous retrouverons pour l’éternité. Que cette espérance nourrisse notre prière.

Chant pour le dernier adieu : ce qui a été prévu.

 Encensement

Diacre : En signe de respect pour ………… , notre sœur, voici cet encens qu’il monte devant Dieu avec notre prière.

Aspersion

Diacre : Nous espérons et nous croyons que tous, nous ressusciterons. En signe de cette foi, je bénis le corps de ……….. au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Diacre : Dieu, notre Père, fortifie notre foi et notre espérance, tandis que nous conduisons vers son repos ………… dont tu sais tout le labeur et le travail accompli sur cette terre. Nous t’en prions : que lui soit pardonné ce qu’elle a pu faire de mal et que soit reconnu ce qu’elle a fait de bon. Par Jésus, ton fils, mort et ressuscité, qui vit et règne avec toi et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles .                                                                              Tous : Amen

Diacre : Que toute marque d’affection, tout geste d’amitié que vous donnerez, soient pour vous signe de cette présence qu’ensemble nous avons cherchée. Allez dans la paix du Christ.

croix diaconaleMichel Houyoux, diacre permanent

 

 

Publié dans défunts et funérailles, Diacres, Liturgie | Pas de Commentaire »

Homélié : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 1-6)

Posté par diaconos le 8 décembre 2017

Évangile en rapport avec cette homélie (Jn 14, 1-6)

Image associéeQue votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Source de l’image →  Jardinier de Dieu : Je suis le Chemin, la Vérité et la vie

Homélie pour les obsèques de madame . ………..

Que ce soit la mort d’une maman, d’un père ou la mort d’un enfant, pour moi, c’est toujours scandaleux. Et je pense que mon sentiment de révolte est partagé par beaucoup. Votre présence dans cette église, pour cette célébration des obsèques de ……………., en est une preuve : elle signifie, sans doute pour beaucoup, protestation, révolte même. Et en même temps, se posent à nous deux questions :  pourquoi ? et après ?  Que votre cœur ne se trouble pas. Vous croyez en Dieu ; croyez aussi en moi. » (Jn 14,1) Ces paroles de Jésus sont orientées vers la foi que nous devrions avoir en lui !

Un poète bien connu, Félix Leclerc, disait que c’était plein de vie dans la mort ! Lors de funérailles, nous entendons souvent un proche du défunt nous rappeler quelques unes de ses qualités alors que  nous aurions dû les entendre de son vivant. Oui et non ! La mort de quelqu’un crée un instantané sur sa vie et il y a une saisie de tout ce qu’il représentait pour nous et pour les autres personnes qui l’ont connu. Ainsi émergent toutes ses valeurs et ses qualités.

Pour les personnes qui croient en DIEU, la mort est un évènement spirituel. une rencontre. Pour toute personne, fidèle au Christ qui est le Chemin, la Vérité et la Vie, il y a dans sa vie plus que sa vie. Il y a au fond de nous la présence d’un Autre que nous avons appris à découvrir, à apprécier et à prier. Ce que fit ………….tout au long de sa vie.

La mort n’est pas une fin mais un passage. Jean dans son évangile nous le rappelle bien : « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruits » La mort est une fin ouvrant la porte sur une autre vie : la vie éternelle. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures » (Jn 14,2). “Il y a beaucoup de demeures”
signifie qu’il y a une place pour nous.

C’est là que Dieu se donne totalement : nous viendrons à lui. (Jn 14,24). Pour nous aider, Jésus nous dit clairement : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Personne ne va vers le Père sans passer par moi. » (Jn 14,6) Voilà quel est le but de notre vie, nous devrions bien nous préparer à cette union définitive à Dieu.

Avec Jésus, et avec lui seulement, il existe un chemin conduisant vers la maison du Père. Suivre Jésus, c’est découvrir l’amour de Dieu pour chacun de nous. Jésus nous montre comment devenir enfant du Père, comment aimer Dieu et notre prochain, comment pardonner. Soyons fidèles au Christ.

En aimant nous sommes entrés dans son Royaume. Son Royaume est le Royaume de l’Amour. Quelle grandeur inouïe dans un simple geste de charité !

Je regarde le destin de ………….., à sa manière, selon ses moyens, elle a vécu cela, compagne fidèle et dévouée pour les siens et pour les autres, aujourd’hui, elle a franchi la passe, elle entre au port. Nous avons confiance qu’elle est entrée dans la vie éternelle !

Amen

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans défunts et funérailles, homélies particulières | Pas de Commentaire »

Qu’as-tu fait de ton frère ? (Gn 4, 10)

Posté par diaconos le 4 décembre 2014

L’horreur absolue a donc touché nos familles.  Cela nous laisse sans voix, sans mot mais profondément choqués. Dans ces moments-là, où plus rien n’est compréhensible, seule la présence et de petits gestes peuvent soutenir. Les amis sont des anges qui nous remettent sur nos pieds lorsque nos ailes ont de la peine à se souvenir comment voler.

Béatrice Berlaimont (14ans), fille de mon neveu (fils de ma sœur Monique) a été retrouvée morte dans le bois de Sesselich, à un kilomètre et demi de son école (Athénée R0yal à Arlon) où elle devait se rendre  vendredi  21 novembre au matin.  Depuis le 21 novembre nos familles, son école étaient sans nouvelle. Une enquête criminelle a été confirmée dans le dossier Béatrice Berlaimont. La jeune fille a été entravée avant de mourir.  L’affaire fut confiée pour instruction chez le juge Langlois (Arlon).

Ses parents et ma sœur, sa grand maman furent  particulièrement marqués par cette fin tragique. Je les accompagnai discrètement sur le chemin de la reconstruction.

Ainsi va la vie, avec ses hauts et ses bas… Mais il faut savoir réagir et ne pas perdre notre guide le Christ : Il est le Chemin, la Vérité et la Vie.

Les funérailles de la petite Béatrice furent célébrées en l’église saint Martin, square Albert 1er à Arlon (Belgique)

Michel Houyoux, diacre permanent

Qu’as tu fait de ton frère  ?

Aux parents de Béatrice et aux familles apparentées, nos condoléances les plus attristées dans la foi et l'espérance chrétiennes Ainsi va la vie, avec ses hauts et ses bas... Mais il faut savoir réagir et ne pas perdre notre guide le Christ : chemin, vérité et Vie.   message. Que le Seigneur vous soutienne durant cette épreuve.

Aux parents de Béatrice et aux familles apparentées, nos condoléances les plus attristées dans la foi et l’espérance chrétiennes Ainsi va la vie, avec ses hauts et ses bas… Mais il faut savoir réagir et ne pas perdre notre guide le Christ : chemin, vérité et Vie.
message. Que le Seigneur vous soutienne durant cette épreuve.

Depuis cette première faute qui valu la déchéance d’Adam et Ève, un déferlement du mal envahit le monde entier : l’assassinat d’Abel par son frère Caïn en est un exemple parmi d’autres. Ce premier meurtre  présenté avec une éloquence singulière dans une page du livre de la Genèse (Gn 4, 1-8), est une page réécrite chaque jour dans le livre de l’histoire des peuples, sans trêve et d’une manière répétée qui est dégradante. Le livre de la Genèse nous donne quelques détails permettant de comprendre le cheminement de Caïn sur le chemin de la perdition.

 » Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre vers moi ! » (Gn 4, 10)  La voix du sang versé par les hommes ne cesse pas de crier, de génération en génération, prenant des tonalités et des accents variés et toujours nouveaux. La question du Seigneur  « qu’as-tu fait ? », à laquelle Caïn ne put se dérober, est aussi adressée à l’homme d’aujourd’hui. Et comment ne pas évoquer la violence faite à la vie de millions d’êtres humains, spécialement des enfants. L’assassinat de Béatrice nous rappelle toutes ces violences faites à des enfants et bien souvent à de très jeunes enfants.

Nous devons nous aimer les uns les autres, c’est le message que nous avons reçu et entendu dès le commencement loin d’imiter Caïn qui appartenait au démon et qui égorgea son frère. (1 Jn 3,11-12) Ainsi, le meurtre du frère à l’aube de l’histoire donne un triste témoignage de la manière dont le mal progresse avec une rapidité impressionnante : à la révolte de l’homme contre Dieu au paradis terrestre s’ajoute la lutte mortelle de l’homme contre l’homme. De ce récit, l’Église a tiré l’expression de «  péchés qui crient vengeance au ciel » et elle y a inclus, au premier lieu, l’homicide volontaire.

Je vous donne un commandement nouveau, nous rappelle le Christ  : Aimez-vous l’un l’autre ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous l’un l’autre. À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour entre vous « . (Jn 13, 34-35)

Quelle merveilleuse promesse : Dieu demeurera en nous et accomplira Son amour en nous si nous nous aimons l’un l’autre,  Quelle façon bénie de connaître Dieu, que de nous donner aux autres. “ Soyez donc imitateurs de Dieu comme de bien-aimés enfants, et marchez dans l’amour, comme aussi le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même pour nous, comme offrande et sacrifice à Dieu en parfum de bonne odeur. (Éphésiens  5,1-2)

Nous aimez-les uns les autres et nous soutenir mutuellement, voilà le seul remède contre toutes les formes de violence. C’est exclusivement sur l’amour que nous serons jugés et c’est sur un amour très simple que nous le serons : donner à manger, à boire, accueillir, habiller, visiter, soigner. Ainsi nos plus simples gestes d’amour ont une valeur d’éternité.

Nous serons tous jugés sur le même critère, non pas sur le nombre de prières faites, ni sur les actes de cultes accomplis mais, sur l’amour concret que nous aurons manifesté à nos frères et à nos sœurs ! Il ne suffit pas de ne pas faire le mal, il faut faire le bien. Voici un moyen très simple pour faire beaucoup de bien autour de soi . Au lever, posons-nous cette question : « Qui donc, aujourd’hui, attend de moi quelques chose ? »  Agissons ensuite sans tarder !

Jésus est tellement proche des petits, des pauvres, des nécessiteux qu’il s’identifie à eux. À travers celui qui est malade, celui qui est en prison, celui qui est exclu et sans ressource, c’est Jésus que  nous accueillons ou que nous rejetons. C’est maintenant que nous accueillons ou que nous refusons d’accueillir le Christ. Dieu n’aura pas à juger les hommes. Ils se seront eux-mêmes jugés tout au long de leur vie en accueillant ou en refusant son Royaume d’amour. L’enfer c’est le refus absolu de l’Amour : il n’existe que du côté des personnes  qui le créent pour elles-mêmes…

Chères familles endeuillées, chers amis et chères amies de nos familles, le commandement de l’amour est une parole de vie, il traduit ce que Jésus a mis en œuvre parmi les hommes. Je peux demander au Seigneur de me donner sa lumière pour mieux comprendre le message de l’Évangile.  Comme Jésus, nous pouvons produire un fruit de justice et de paix, avoir la parole ou le geste qui remettra notre prochain debout. Demandons au Seigneur   de nous appeler sur ce chemin.

croix diaconale

Michel Houyoux, diacre permanent

 

Publié dans défunts et funérailles, Messages | 1 Commentaire »

Inhumation des cendres de Pascal F.

Posté par diaconos le 30 octobre 2012

Inhumation des cendres de Pascal F. dans défunts et funérailles croix-glorieuse-292x300

Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau et moi je vous soulagerai. " Mt 11,28"

C’est avec émotion que nous nous retrouvons, dans ce cimetière, autour des cendres  de Pascal. Nous y sommes venus pour partager la même peine. Nous répondons différemment à l’énigme de la vie et de la mort, mais nous sommes tous, certainement, en recherche d’une vérité.

Dans cette diversité de croyances, de convictions j’accueille votre peine, vos interrogations et  vos questionnements.

Puissent les paroles, les prières et les gestes que nous allons accomplir être respectueux de la peine de tous et des convictions de chacun. Notre force est d’être ensemble pour partager la peine de votre famille et chercher cette petite lumière qui brille toujours dans les ténèbres.

Extrait de l’Évangile de saint Jean au chapitre onze (v 2 à v6)

Jésus disait à ses disciples : « Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi.  Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ?  » Jésus lui répondit : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Réfléchissons…

« Je pars vous préparer une place ».: Cette affirmation de Jésus est notre espérance. Nous savons que Dieu nous attend dans la confiance et dans l’amour. Pour Dieu, chaque personne est unique et irremplaçable et il ne  nous demande pas si nous avons réussi notre vie ou si nous l’avons ratée.

Toute vie a du prix à ses yeux. Nous ignorons la relation exacte de Pascal avec Dieu mais nous  savons que Dieu connaît chaque personne  au plus intime d’elle-même et qu’il  connaît le désir que nous avons de Lui. Cette place qui nous est réservée,  nous avons toute liberté de la prendre ou de la refuser comme nous avons toute liberté de suivre le chemin que Jésus nous indique.

Prions

Dans ce lieu où tant de défunts de nos familles ont précédé Pascal qui vient de nous quitter, faisons d’abord silence, en laissant  nos cœurs se rejoindre pour retrouver Dieu.

Rappelons-nous la parole de Jésus à la sœur de son ami Lazare qui venait de mourir. « Je suis la Résurrection et la Vie : celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra. » (Jean 11, 32-45)

Prions ensemble en disant :  Donne-lui, Seigneur, le repos éternel.

Seigneur Jésus, toi qui as pleuré ton ami Lazare au tombeau, essuie nos larmes, nous t’en prions.

R- Donne-lui, Seigneur, le repos éternel.

Toi qui as fait revivre les morts, accorde la vie éternelle à notre frère (sœur), nous t’en prions.

R- Donne-lui, Seigneur, le repos éternel.

Tu as sanctifié Pascal dans l’eau du baptême, donne-lui en plénitude la vie des enfants de Dieu, nous t’en prions

R- Donne-lui, Seigneur, le repos éternel.

Prions 

 Seigneur Jésus, avant de ressusciter, tu as reposé trois jours en terre. Et depuis ces jours-là, la tombe des hommes est devenue pour les croyants signe d’espérance en la résurrection. Au moment d’ensevelir Pascal, nous te prions, toi qui es la Résurrection et la Vie : donne lui. de reposer en paix dans ce tombeau jusqu’au jour où tu le réveilleras, pour qu’il  voie de ses yeux la lumière sans déclin pour les siècles des siècles. Amen

Nous espérons et nous croyons que nous ressusciterons un jour en signe de cette foi, Je bénis ces cendres au nom du Père et du fils et du saint Esprit.

croix-diaconale6 inhumation dans défunts et funéraillesMichel Houyoux, diacre permanent

C’est avec émotion que nous nous retrouvons, dans ce cimetière, autour des cendres  de Pascal. Nous y sommes venus pour partager ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans défunts et funérailles | Pas de Commentaire »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS