Ne craignez pas ceux qui tuent le corps

Posté par diaconos le 13 juillet 2019

Samedi 13 juillet 2019

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps.

ÉNe craignez pas ceux qui tuent le corps. 150vangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Le disciple n’est pas au-dessus de son maître, ni le serviteur au-dessus de son  seigneur.     Il suffit que le disciple soit comme son maître, et le serviteur, comme son seigneur. Si les gens ont traité de Béelzéboul le maître de maison, ce sera bien pire pour ceux de sa maison.     Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps.     Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. «  (Mt 10, 24-33)

Homélie

 » Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. »  La vérité et la justice finissent toujours par avoir raison du mensonge et de l’injustice. Jésus, en tant que juge des vivants et des morts, viendra dévoiler et redresser ce qu’il y a de difforme dans le monde, de manière définitive à la fin des temps. Il défendra le pauvre et le faible contre les personnes qui lui auront fait du tort.

« Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. » (Mt 10, 28)  À la lumière de la vie éternelle qui nous attend auprès de Dieu, nos souffrances, même si elles nous semblent insurmontables, sont brèves et peu de choses comparées aux joies du ciel.

Une maman qui accouche souffre, mais cette souffrance ne dure qu’un temps et disparaît rapidement devant la joie d’avoir son  enfant dans les bras. « J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous .  » (Rm 8, 18)

Certes, Le mal  fait du tort et pénible à supporter  ; Mais  la perte de notre âme pour la vie après la mort, c’est bien plus grave. Alors, vaut mieux tout confier à Dieu qui peut nous donner la vie éternelle.

« Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.  » (Mt 10, 38)  Nous avons une valeur infinie pour Dieu. Comme il le disait aussi au prophète Isaïe :  » Parce que tu as du prix à mes yeux, que tu as de la valeur et que je t’aime  (Is 43, 4),  Dieu ne nous abandonnera pour rien au monde, même dans nos moments d’épreuve et de souffrance.

« J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur. » (Rm 8, 38-39)

Annoncer l’Évangile, témoigner de notre foi, nous arrimer au Christ pourra nous apporter des moments difficiles mais quelle belle promesse nous attend ! Ayons le courage de nous déclarer pour le Christ ; c’est lui qui finalement se déclarera pour nous devant tous les gens qui pourraient nous accuser ou nous vouloir du mal, mais aussi au moment du jugement. Nous avons dans le Christ un avocat, un défenseur puissant !

Prions

Seigneur Jésus, merci pour ces paroles qui me rassurent et me réconfortent. Tu es mon sauveur. Je mets toute ma confiance en toi. Je veux témoigner de ma foi et annoncer ton Évangile. Sois toujours à mes côtés, Seigneur !

Complément

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → Ne craignez pas, ne vous découragez pas !

Liens externes

◊ Entretiens chrétiens cliquez ici pour lire l’article →  Ne craignez point (Mt 10, 24-33) 

Comment ne pas craindre la persécution ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Histoire du Salut, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

You received for free, give for free

Posté par diaconos le 11 juillet 2019

Thursday, July 11, 2019

images.png 150Gospel of Jesus Christ according to St. Matthew

As you go, proclaim this message: ‘The kingdom of heaven has come near.’ Heal the sick, raise the dead, cleanse those who have leprosy,[a] drive out demons. Freely you have received; freely give.

“Do not get any gold or silver or copper to take with you in your belts— 10 no bag for the journey or extra shirt or sandals or a staff, for the worker is worth his keep. 11 Whatever town or village you enter, search there for some worthy person and stay at their house until you leave. 12 As you enter the home, give it your greeting. 13 If the home is deserving, let your peace rest on it; if it is not, let your peace return to you. 14 If anyone will not welcome you or listen to your words, leave that home or town and shake the dust off your feet. 15 Truly I tell you, it will be more bearable for Sodom and Gomorrah on the day of judgment than for that town. (Mt 10, 7-15)

Homily

  »You have received freely, give freely » – We are invited to transmit this message from Jesus. Let us give freely by awakening faith and hope in the slaughtered. Let us strive every day to be faithful, to live our faith consistently, to be a witness of the risen Jesus.

Ask Jesus to grant you the grace of generosity in order to leave aside your selfishness and vanity, and to take up your cross with full hands.

To receive and to give, to receive in order to give better, in all gratuity, that is the essence of love. In gratuity, giving and receiving are the two sides of the same love. We all know what it means to give gratuitously: to give without hope of any return, without creating an obligation in the person who is the object of our love.

In this passage from Matthew’s Gospel, Jesus asked his disciples to proclaim that the Kingdom of Heaven is near. Jesus proclaimed the existence of the Kingdom of God. And He comes into the hearts of people who want to receive Him. Jesus came to save us all.

The Kingdom of heaven is near, near, because Jesus went shortly after the disciples passed through, to the villages to which they went. The Kingdom of Heaven is the Kingdom of God. Jesus, born of the Virgin Mary, the son of God, by becoming man, is God who comes closer to us.

The announcement that the Kingdom is near is an invitation to choose whether or not we want access to it ; God has created us free and therefore we can refuse to be part of this Kingdom, as Jesus’ words suggest : « If you are not welcomed and your words are not heard, leave this house or this city and shake the dust off your feet. »

Jesus also asked his disciples to announce the Kingdom by signs. He gave them the power to heal, to drive out demons. Signs that people who want to welcome them know how to recognize, seeing it as an indication of God’s presence.

Only God gives true joy and true peace. Therefore, it is useless to make provisions to go to the Kingdom of Heaven. Gold, silver, bags, tunics, sandals, sticks… are not useful to enter the Kingdom of Heaven: the Kingdom of God, we receive it, we welcome it, as we welcome Jesus in our lives.

Let us pray

Lord, help me to welcome you into my heart! Come into me, and be the King of my heart ! Don’t let my life go by without me meeting you. Help me also to be a sign of the Kingdom of God where I live.

Deacon Michel Houyoux

External links to other sites

◊ Finding God →   Freely You Have Received—Freely Give

Freely you have received, freely give (John Miller)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, homélies particulières, Messages, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vai invece alle pecorelle perdute della casa d’Israele

Posté par diaconos le 10 juillet 2019

L’evangelista san Marco nel cap.6,vers.30-44, ci narra la notizia del ritorno dei dodici mandati in missione.Questa serve a introdurre il primo racconto importante della cosiddetta sezione del pane. Al centro di questi due fatti domina la figura di Gesù pastore, che si prende cura amorosa del popolo.

L’evangelista san Marco nel cap.6,vers.30-44, ci narra la notizia del ritorno dei dodici mandati in missione.Questa serve a introdurre il primo racconto importante della cosiddetta sezione del pane. Al centro di questi due fatti domina la figura di Gesù pastore, che si prende cura amorosa del popolo.

Vangelo secondo San Matteo

1 Chiamati a sé i dodici discepoli, diede loro il potere di scacciare gli spiriti immondi e di guarire ogni sorta di malattie e d’infermità.
2 I nomi dei dodici apostoli sono: primo, Simone, chiamato Pietro, e Andrea, suo fratello; Giacomo di Zebedèo e Giovanni suo fratello, 3 Filippo e Bartolomeo, Tommaso e Matteo il pubblicano, Giacomo di Alfeo e Taddeo, 4 Simone il Cananeo e Giuda l’Iscariota, che poi lo tradì.
5 Questi dodici Gesù li inviò dopo averli così istruiti:
«Non andate fra i pagani e non entrate nelle città dei Samaritani; 6 rivolgetevi piuttosto alle pecore perdute della casa d’Israele. 7 E strada facendo, predicate che il regno dei cieli è vicino. (Mt 10, 1-7)

Omelia      Invio di una missione

Quando Gesù mandò in missione i dodici, non chiese loro di lavorare per la conversione di persone che non professano la fede ebraica, pagani e samaritani (Mt 10,5b), ma di andare alla ricerca delle pecorelle perdute della casa d’Israele. Nelle società occidentali decristianizzate, va notato che la prima terra missionaria non si trova più in terre lontane ma molto vicine a noi, tra persone che, in gran parte, hanno abbandonato la fede dei loro padri o, che si dicono credenti, ma senza praticare o pregare.

Gesù mi ha scelto il giorno del mio battesimo, mi ha chiamato per nome, motivo per cui tradizionalmente riceviamo il nostro nome il giorno del battesimo. Mi ha scelto per un motivo molto particolare, per un piano particolare. Vuole fare grandi cose attraverso ogni battezzato. Vuole che lo serva. Come ci è arrivata ?

Non avrebbe potuto convertire tutti gli uomini con uno scatto del suo dito, far accadere in pochissimo tempo che lo abbiamo amato e amato suo Padre con tutto il nostro cuore? Avrebbe potuto, naturalmente, ma voleva scegliere la via dell’umiltà in ogni cosa.

San Luigi Maria si meravigliò dell’umiltà di Gesù : « Questa infinita saggezza, che aveva un immenso desiderio di glorificare Dio suo Padre e salvare gli uomini, non trovò modo più perfetto e più breve di sottomettersi in ogni cosa alla Vergine Santa, non solo per i primi otto, dieci o quindici anni della sua vita, come gli altri bambini, ma per trent’anni. (Estratto dal Trattato della Vera Devozione alla Beata Vergine Maria

Vai dalla pecora smarrita. Questo è il messaggio principale del libro Re-Built, la storia di una parrocchia ricostruita scritta da Michael White, parroco della Nativity Parish nel Maryland e Tom Corcoran, un laico che lo ha aiutato nel suo lavoro di rivitalizzazione di questa parrocchia in declino. Questo libro dovrebbe essere letto da chiunque si preoccupi della mancanza di vitalità della propria chiesa locale, compreso il sollievo quasi inesistente, e da chiunque voglia mettere in pratica le parole di Gesù, specialmente quelle di oggi: « Vai alle pecorelle perdute della casa di Israele ».

Cosa devo fare per ereditare la vita eterna ? (Lc 10, 25)

Che lo Spirito Santo ci trasformi sempre più in figlio adottivo di Dio, per far apparire sempre più chiaramente l’immagine del Figlio che è venuto a farci conoscere la volontà del Padre celeste e quindi a diventare sempre più autenticamente cristiano. Preoccupiamoci di diventare migliori non per noi stessi, per vedere che i nostri sforzi sono ricompensati, ma per gli altri, i perduti, le persone a cui Gesù ci manda per rivelare loro che sono amati da Dio, quel Dio in cui troviamo senso nella nostra esistenza e felicità.

Papa Francesco, in Gaudete et exsultate (23), ci invita: « Per tutti noi è un forte richiamo. Anche tu devi percepire tutta la tua vita come una missione. Cercate di farlo ascoltando Dio nella preghiera e riconoscendo i segni che vi dà. Chiedete sempre allo Spirito Santo ciò che Gesù si aspetta da voi in ogni momento della vostra vita e in ogni scelta che dovete fare, per discernere il posto che occupa nella vostra missione.

Permettetegli di forgiare in voi questo mistero personale che riflette Gesù Cristo nel mondo di oggi. ai dalla pecora smarrita. Questo è il messaggio principale del libro Re-Built, la storia di una parrocchia ricostruita scritta da Michael White, parroco della Nativity Parish nel Maryland e Tom Corcoran, un laico che lo ha aiutato nel suo lavoro di rivitalizzazione di questa parrocchia in declino.

Questo libro dovrebbe essere letto da chiunque si preoccupi della mancanza di vitalità della propria chiesa locale, compreso il sollievo quasi inesistente, e da chiunque voglia mettere in pratica le parole di Gesù, specialmente quelle di oggi: « Vai alle pecorelle perdute della casa di Israele ». Permettetegli di forgiare in voi questo mistero personale che riflette Gesù Cristo nel mondo di oggi.

Il diacono Michel Houyoux

Link esterni

◊  La Messe è molta, ma i lavoratori, i lavoratori! Dove sono essi ?  → Rivolgetevi alle pecore perdute della casa d’Israele

 Il buon Pastore e i pastori

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, Catéchèse, Enseignement, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël

Posté par diaconos le 10 juillet 2019

Mercredi 10 juillet 2019
Que pensez-vous de ceci ? Si un homme possède cent brebis et que l'une d'entre elles s'égare, ne laissera t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne pour aller à la recherche de la brebis égarée ? Et, s'il parvient à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées.

Que pensez-vous de ceci ? Si un homme possède cent
brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne laissera t-il
pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne
pour aller à la recherche de la brebis égarée ? Et, s’il
parvient à la retrouver, amen, je vous le dis : il se
réjouit pour elle plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf
qui ne se sont pas égarées. (Mt 18, 12-13)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité.     Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, nommé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote et Judas l’Iscariote, celui-là même qui le livra.

Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. » (Mt 10, 1-7)

Homélie  L’envoi en mission

Quand Jésus envoya les douze en mission, il ne leur demanda pas de travailler à la conversion des personnes qui ne professent pas la foi juive, païens et Samaritains (Mt 10,5b), mais d’aller à la recherche des brebis perdues de la maison d’Israël. Dans les sociétés occidentales déchristianisées, force est de constater que la première terre de mission ne se situe plus dans des contrées lointaines mais tout près de nous, auprès des gens qui, largement majoritaires, ont abandonné la foi de leurs pères ou, qui prétendent être croyants, mais sans pratiquer , ni, prier.

Jésus m’a choisi le jour de mon baptême, m’a appelé par mon nom, c’est d’ailleurs pour cela que nous recevons notre nom traditionnellement le jour de notre baptême. Il m’a choisi pour une raison bien particulière, pour un plan particulier. Il veut faire de grandes choses à travers chaque baptisé. Il souhaite que je le serve. Mis comment ?

N’aurait-il pas pu convertir tous les hommes d’un claquement de doigt, faire en un rien de temps que nous l’aimions et aimions son Père de tout notre cœur ? Il aurait pu, bien sûr, mais il a voulu choisir en tout la voie de l’humilité. Saint Louis-Marie s’émerveilla de cette humilité de Jésus : « Cette sagesse infinie, qui avait un désir immense de glorifier Dieu son Père et de sauver les hommes, n’a pas trouvé de moyen plus parfait et plus court pour le faire que de se soumettre en toutes choses à la très sainte Vierge, non seulement pendant les huit, dix ou quinze années premières de sa vie, comme les autres enfants, mais pendant trente ans ». (Extrait du Traité de la vraie dévotion à la sainte Vierge Marie)

Allez vers les brebis perdues. Tel est le message principal du livre Re-Built, histoire d’une paroisse reconstruite écrit par Michael White, curé de la paroisse de la Nativité au Maryland et Tom Corcoran, un laïc qui l’a assisté dans son travail de revitalisation de cette paroisse autrefois en déclin. Ce livre devrait être lu par toute personne préoccupée par le manque de vitalité de son église locale, notamment manifesté par une relève quasi inexistante, et par toute personne soucieuse de mettre en pratique les paroles de Jésus, particulièrement celles d’aujourd’hui :  » Allez vers les brebis perdues de la maison d’Israël « .

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

Laissons l’Esprit Saint nous transformer toujours plus en fils adoptif de Dieu, à laisser transparaître toujours plus l’image du Fils qui est venu nous faire connaître la volonté du Père céleste et ainsi de devenir plus authentiquement chrétien. Soucions-nous  de devenir meilleur non pour nous-mêmes, pour constater que nos efforts sont récompensés, mais pour les autres, les perdus, les personnes vers lesquelles Jésus nous envoie afin de leur révéler qu’elles sont aimées de Dieu, ce Dieu en qui nous trouvons un sens à notre existence et notre bonheur.

Le pape François, dans Gaudete et exsultate (23), nous invite : « Pour nous tous, c’est un rappel fort. Toi aussi, tu as besoin de percevoir la totalité de ta vie comme une mission. Essaie de le faire en écoutant Dieu dans la prière et en reconnaissant les signes qu’il te donne. Demande toujours à l’Esprit-Saint ce que Jésus attend de toi à chaque moment de ton existence et dans chaque choix que tu dois faire, pour discerner la place que cela occupe dans ta propre mission. Permets-lui de forger en toi ce mystère personnel qui reflète Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui. »

Complément

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → Je suis le bon pasteur, le vrai berger. (Jn 10, 11)

Liens externes

◊ Catéchèse  : cliquez ici pour lire l’article →  Parabole de la brebis perdue et retrouvée – idees-cate.com

Le bon berger

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

12345...21
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS