Toutes les œuvres humaines unies à la charité sont agréables à Dieu

Posté par diaconos le 19 janvier 2019

Message envoyé sur ma page Facebook par « Le temps de Grâce de la mère Église catholique »
la charité est une vertu qui porte à désirer et à faire le bien d'autrui. Elle rend donc service aux gens. C'est donc un acte inspiré par l'amour du prochain. Dans le langage des théologiens, elle désigne à la fois l'amour de Dieu pour lui-même et du prochain comme créature de Dieu.

La charité est une vertu qui porte à désirer et à faire le bien d’autrui. Elle rend donc service aux gens. C’est donc un acte inspiré par l’amour du prochain. Dans le langage des théologiens, elle désigne à la fois l’amour de Dieu pour lui-même et du prochain comme créature de Dieu.

Toutes les œuvres humaines unies à la charité sont agréables à Dieu et méritoires pour la vie éternelle !

  1. En d’autres termes, aucune œuvre humaine sans la charité ne peut être agréable à Dieu. La charité est donc, à la fois, la mère des vertus et la mère des grâces
  2. À titre d’exemple, depuis le péché originel, nous venons au monde sans la grâce dans l’ordre surnaturel et sommes incapables de faire la volonté divine.
  3. Pour réactiver cette chaîne de vertus surnaturelles, les étapes suivantes doivent être validées.
  4. Il faut un baptême ayant le Saint-Esprit c’est-à-dire le baptême catholique romain.
  5. Le catholique doit, ensuite prioritairement, aimer Dieu par-dessus tout. Cette démarche spirituelle s’appelle la sanctification pratique dont le fruit est la vertu de la charité. Alors le circuit de la grâce dans l’ordre surnaturel est réactivé.
  6. Aussitôt toutes les grâces liées au baptême sont disponibles : La dévotion mariale, l’intercession des saints, les sacrements, le précieux sang de Jésus retrouvent leur puissance sanctificatrice.

Conclusion  La charité est effectivement la mère des vertus, elle les fait passer des vertus naturelles c’est-à-dire sans qu’on ne soit mort à la volonté propre donc non agréables à Dieu, à des vertus surnaturelles c’est-à-dire existant quand on est totalement mort à la volonté propre donc agréables à Dieu et méritoires pour la vie éternelle. Catholiques ! Ayons pour souci principal la recherche de la vertu de la charité !

Contact → Le Temps de Grâce de la mère Église catholique

Compléments

◊ Parabole du bon samaritain : cliquez ici pour lire → Et qui donc est mon prochain ? (Lc 10, 25-37)

◊ Quel est le sens de l’Eucharistie ? : cliquez ici pour lire → L’Eucharistie, nous associe à Jésus-Christ

◊ Aie confiance, Dieu est ton Père   : cliquez ici pour lire → Dieu aime tous ses enfants.

Homélie pour le dimanche 20 janvier → Faites tout ce qu’il vous dira… (Jn 2, 1-11)

◊ Catéchèse pour dimanche prochain  : cliquez ici pour lire →  Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. (Jn 2, 8)

Liens externes

◊ La pensée du jour  cliquez ici pour lire →  La charité est ainsi la mère de toutes les vertus et leur racine.

La charité est surnaturelle par son principe et en son objet

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Enseignement, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Homélie pour le Baptême du Seigneur

Posté par diaconos le 12 janvier 2019

Is 40, 1-5,9-11 ; Ps 103 ; Ti 2, 11…..3,7 ; Lc 3, 15,21,22.

Baptême du Seigneur

« Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem »  Consolez ce peuple, c’est l’assurer qu’il n’est pas abandonné par Dieu, c’est lui révéler la tendresse de Dieu qui porte sur son cœur ses enfants comme un berger le fait pour ses agneaux fragiles ! (Première lecture). Consoler, c’est être avec celui qui est seul : Savons-nous être ainsi proche et ami du pauvre, du vieillard, du malade abandonné ? Savons-nous épauler, pour affronté les difficultés de l’existence, celui que la vie a meurtri, l’enfant handicapé ou en retard scolaire ?

« Comme le peuple était dans l’attente, et que tous se demandaient en leur cœur si Jean n’était peut-être pas le Christ, il leur dit à tous : «Moi, je vous baptise dans l’eau, mais voici venir celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses chaussures. Lui vous baptisera dans l’Esprit saint et le feu.» ( Lc 3, 15)

Nous trouvons dans l’Évangile de Luc, cette scène vraiment exceptionnelle de la vie de Jésus : il vient se faire baptiser par Jean-Baptiste. Il y a un sens à découvrir dans son baptême : Jésus n’a pas besoin de baptême car il est sans péché, il est saint et pur par ce qu’étant le Fils de Dieu.

Le fait important à considérer dans cet épisode de sa vie est sa rencontre avec Jean, le Baptiste !

« Tous se demandaient en leur cœur si Jean n’était peut-être pas le Christ » Pourquoi se posaient-ils cette question ?

Jean faisait ce que seul le Christ peut faire : baptiser! La personne qui a été baptisée peut recevoir la rémission de tous ses péchés. Or, Dieu seul peut remettre les péchés, par conséquent, le baptême est réservé au Christ, et à lui seul. C’est pourquoi, sous l’action de l’Esprit Saint, les gens se demandaient si celui qu’il voyait en train de baptiser n’était peut-être pas le Christ, celui que Dieu envoie en son nom pour annoncer la Bonne Nouvelle du Salut !

« Tout le peuple se faisait baptiser, Jésus le fit aussi »

Jésus, jusqu’ici, agit comme tout le monde ; comme tout le monde, il est venu se faire baptiser. La mission de Jésus qui commencera après ce baptême est pour tous par ce que le Salut est offert par Dieu à tous !

« Et pendant qu’il priait, le ciel s’entrouvrit … »

Le premier acte de la vie publique de Jésus, c’est de prier ! C’est pendant cette prière qu’il reçu l’Esprit Saint. Prier, c’est donc faire place à l’Esprit Saint ; c’est créer les conditions de sa venue. Est-ce que je prie à cette intention là ?

Qu’elle est la place de la prière dans ma vie, à l’exemple de Jésus qui priait ?

Prions avec persévérance, Dieu qui nous aime et qui veut nous combler. Prier avec foi, c’est d’abord se laisser envahir par Dieu, rechercher sa volonté, s’accorder à son projet sur nous, pour nous laisser transformer par lui. Est-ce ainsi que nous prions ?

Aussitôt que le Christ fut baptisé par Jean, le ciel s’ouvrit et l’Esprit Saint se manifesta corporellement en descendant sur Lui ! Le Père révéla alors sa présence en disant ouvertement : «Tu es mon Fils bien-aimé, sur toi je porte mon affection.»

Quel Mystère ! C’est celui de notre baptême ! Le Père nous aime dans son Fils bien-aimé, par la puissance de l’Esprit ! A nous maintenant de répondre fidèlement à cet amour jusqu’à la fin de notre vie ! L’Amour de Dieu est tout puissant : laissons-nous attirer par lui ! Ne résistons pas à la force qui est en nous par le sacrement de notre baptême !

Allons vers Jésus ! Répondons à son amour en le recevant dignement dans l’Eucharistie ! Demandons à Marie de nous aider sur ce chemin parfois difficile de la vie en Dieu !

Michel Houyoux, diacre

Publié dans fêtes religieuses, Homélies, La messe du dimanche | Pas de Commentaire »

Troisième dimanche de l’Avent de l’année C

Posté par diaconos le 10 décembre 2018

Références bibliques : cliquez ici pour lire les textes de ce dimanche → AELF — Messe — 16 décembre 2018

audete. En effet, dans le Missel romain, l’introït de la messe de ce dimanche commence par la phrase latine suivante : « Gaudete in Domino semper : iterum dico, gaudete » (« Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous ! »). Cette phrase rappelle la joie de l’Église dans l’attente de l’avènement du Christ. C’est pourquoi les vêtements liturgiques, violets pendant tout le temps de l’Avent, peuvent exceptionnellement être roses ce jour-là. Pour la même raison la même possibilité existe le

Ce dimanche se caractérise par sa note joyeuse, il s »agit d’une anticipation de la fête de Noël. Dans le Missel romain, l’introït de la messe de ce dimanche commence par la phrase latine suivante :  » Gaudete in Domino semper : iterum dico, gaudete «  ( Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous ! ). Cette phrase rappelle la joie de l’Église dans l’attente de l’avènement du Christ. C’est pourquoi les vêtements liturgiques, violets pendant tout le temps de l’Avent, peuvent exceptionnellement être roses ce jour-là. Pour la même raison la même possibilité existe le quatrième dimanche du Carême.

Pour ce dimanche où les communautés chrétiennes sont invitées à exprimer concrètement leur solidarité avec 89 projets de lutte contre la pauvreté soutenus par Action Vivre Ensemble, une célébration complète vous est proposée par l’abbé André Boribon. Vous pouvez la télécharger sur notre site www.vivre-ensemble.be

«  Ne laisse pas tes mains défaillir  » : répondre, c’est aussi agir pour apporter la justice ; répondre aux appels de ce Monde, aux appels de nos proches, à nos appels intérieurs. Ces appels prennent de multiples formes et sont différents pour chacun de nous. Nous avons chacun nos moyens, nos charismes pour y répondre.

Tout le monde peut agir, où qu’il se situe. Tout le monde à une réponse à fournir, selon des modalités propres. Les recommandations émises par Jean Baptiste dans l’Évangile selon saint Luc semblent relever du simple bon sens, il ne demande pas l’impossible.

Pourtant, dans des situations où le profit et l’exploitation écrasent la dignité humaine, ces conseils sont loin d’être faciles à appliquer. Face à l’avarice, à la corruption et à la violence des maux qui n’ont pas disparu, de nos jours.

Jean prône le partage, l’honnêteté, la droiture. Tout le monde ne doit pas tout faire, mais trouver les réponses qui lui sont propres, dans la situation qui est la sienne. À l’aune des droits humains, il en va de même : n’attendons pas que les autres agissent, faisons ce que nous pouvons, là où nous le pouvons.

Que devons-nous faire ? Cette question posée à Jean-Baptiste, nous nous la posons aussi. Que faire, pour que notre quartier, notre ville, notre région, favorisent le bien-être, l’épanouissement et la joie de vivre ? Cet épanouissement n’est pas un luxe, pas plus que l’accès aux loisirs, à la culture, qui sont autant de droits fondamentaux.

INTENTIONS DE PRIÈRE

  • Pour ceux qui répondent à Ton Amour en s’engageant à Ta suite… Afin qu’ils vivent leur mission à la manière de Jésus : en serviteurs accueillants, mais aussi avec une fidélité sans concessions…  Père, nous te prions.
  • Pour les chrétiens qui rencontrent des difficultés dans l’annonce de l’Évangile… Pour ceux qui sont persécutés, comme en Chine, en République démocratique du Congo, en Orient… Pour que le Seigneur les illumine de Sa joie et de Sa tendresse… Père, nous te prions.
  • Pour les personnes qui font le choix de laisser Ton appel sans réponse… Pour qu’il leur soit donné d’être touchées par Ton Amour et de s’y abandonner, avec la confiance de l’enfant qui s’endort dans les bras de son père… Père, nous te prions

Collecte Cette semaine a lieu la collecte au profit des projets soutenus par Action Vivre Ensemble. En nous invitant depuis plus de 45 ans à poser ce geste de solidarité en Église, les Évêques nous rappellent que l’Église n’est pas réellement fidèle à Jésus-Christ si elle ne met en son centre le pauvre, l’exclu, le sans droit. Dans les maisons de quartier, les écoles de devoirs, les maisons d’accueil, les services d’aide urgente et d’accompagnement social, des hommes, des femmes, des enfants comptent sur nous pour les accompagner sur le chemin d’une vie digne. Comme nous tous, ils aspirent à prendre une part active à la construction du bien-être commun. Ne les décevons pas.

«  Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir. Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine. Je continuerai à construire, même si les autres détruisent. Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre. Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité. Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte. Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent. Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes. Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur. Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse. J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter… Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés.  »
Abbé Pierre

Compléments

◊  Concrètement, que pouvons-nous faire ? : cliquez ici pour lire l’article → Pour vivre ensemble, agissons !

◊ Psaume 1 : cliquez ici pour lire → Ne suit pas le chemin des pécheurs, il te perdra 

◊ Sortons de l’inquiétude :  cliquez ici pour lire → Soyez dans la joie (Ph 4, 4)

◊ Homélie :   cliquez ici pour lire ou télécharger →  Soyez dans la joie (Ph 4, 4)

◊ Du site « Jardinier de Dieu » : cliquez ici pour lire l’article →  Ph 4, 4-7 Dans la joie du Seigneur

◊ Catéchèse : Préparons dès aujourd’hui la fête de Noël →  Avec les bergers (Évangile de Luc)

Soyez dans la joie du Seigneur

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, Homélies, La messe du dimanche, Liturgie, Messages, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Préparez le chemin du Seigneur ! Cette parole est pour nous une exhortation à un véritable renouvellement de vie.

Posté par diaconos le 9 décembre 2018

Envoyé sur ma page Facebook par le Père Marie Landry Bivina

Préparez le chemin du Seigneur

Préparez le chemin du Seigneur

 L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode prince de Galilée, son frère Philippe prince du pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias prince d’Abilène, les grands prêtres étant Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de Zacharie. Il parcourut toute la région du Jourdain ; il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre du prophète Isaïe : « A travers le désert, une voix crie: Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les routes déformées seront aplanies ; et tout homme verra le salut de Dieu ». En l’an quinze de l’empire de Tibère César, alors que Ponce Pilate était procureur de Judée.  (Lc 3,1-6)

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui presque la moitié du passage de l’évangile consiste en des faits biobibliographiques. Même dans la liturgie de la Messe on n’a pas changé ce texte historique par le fréquent « en ce temps-là ». C’est cette introduction si insignifiante pour l’homme contemporain qui a prévalu : « en l’an quinze de l’empire de Tibère César, alors que Ponce Pilate était procureur de Judée et Hérode tétrarque de Galilée… » (Lc 3,1) Pourquoi ? Pour briser le mythe !

Dieu est entré dans l’histoire de l’humanité d’une façon très « concrète », de même que dans l’histoire de tout homme. Par exemple, dans la vie de Jean – fils de Zacharie – qui était dans le désert. Il l’a appelé pour qu’il crie au bord du Jourdain. (Lc 3,6).

Aujourd’hui, Dieu s’adresse aussi à moi. Il le fait personnellement, comme avec Jean Baptiste,  ou par l’intermédiaire de ses émissaires. Mon fleuve Jourdain peut être l’Eucharistie dominicale ou peut être le tweet du pape François, qui nous rappelle que le chrétien n’est pas le témoin d’une quelconque théorie, mais d’une personne, celle du Christ Ressuscité, vivant, unique Sauveur de tous. Dieu est entré dans l’histoire de ma vie parce que le Christ n’est pas une théorie. Il est la pratique salvatrice, la Charité, la Miséricorde.

Mais en même temps, Dieu Lui-même a besoin de notre pauvre effort : que nous remplissions les vallées de notre manque de confiance en allant vers son Amour ; que nous nivelions les monts et collines de notre orgueil, qui nous empêche de Le voir et de recevoir son aide ; que nous redressions et aplanissions les chemins tordus qui font de la voie vers notre cœur un labyrinthe…

Aujourd’hui, c’est le deuxième dimanche de l’Avent dont l’objectif principal est que je puisse trouver Dieu sur le chemin de ma vie. Plus seulement un Nouveau Né, mais surtout le Sauveur le plus Miséricordieux, pour voir le sourire de Dieu, quand tout le monde verra le salut que Dieu envoie ( Lc 3,6). C’est comme ça ! Saint Grégoire de Nazianze l’enseignait : « Rien ne fait plus plaisir à Dieu que la conversion et le salut de l’homme ».

Contact → Père Marie Landry Bivina

Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs"Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

 

Compléments

◊ Une opération  très importante : cliquez ici pour lire l’article → Préparez le chemin du Seigneur !

◊Dieu intervient dans l’histoire des hommes→ Ne bâtissons pas quelque chose n’importe comment !

◊ Deuxième dimanche de l’Avent : cliquez ici pour lire l’article → Jean-Baptiste nous parle de conversion

◊ Dimensions de la fidélité de Marie → Le chemin d’espérance de Marie s’ouvre avec l’Annonciation.

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Enseignement, évangiles, La messe du dimanche, Religion, Temps de l'Avent, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

12345...35
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS