Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.

Posté par diaconos le 12 décembre 2018

Envoi sur mon blog, par le Père Marie Landry Bivina, via le bouton « Contact » en haut de page

    Venez à moi, vous qui peinez sous le fardeau« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cour, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger » (Mt 11,28-30)

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui, Jésus nous conduit au repos en Dieu. Dieu est certainement un Père exigeant, parce qu’Il nous aime et nous invite à tout lui donner, mais ce n’est pas un bourreau. Quand Il exige quelque chose de nous, c’est pour nous faire grandir dans son amour. L’unique commandement est d’aimer. On peut souffrir par amour, mais l’on peut aussi se réjouir et se reposer par amour…

La docilité à Dieu libère et agrandit le cœur. C’est pourquoi Jésus, qui nous invite à renoncer à nous-mêmes pour prendre notre croix et le suivre, nous dit : « Mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger » (Mt 11,30). Même si, parfois, il nous coûte d’obéir à la volonté de Dieu, l’accomplir avec amour finit par nous remplir de joie : « Fais que je suive la trace de tes commandements, car en eux je me complais » (Sal 119,35).

J’aimerais raconter quelque chose. Parfois, après une journée plutôt épuisante, quand je vais me coucher, je perçois une légère sensation intérieure qui me dit :  » Pourquoi n’entres-tu pas un moment dans la chapelle pour me tenir compagnie ? Après quelques instants de surprise et de résistance, je finis par accepter et passer quelques moments avec Jésus. Après, je vais dormir en paix et très content, et le jour suivant je ne me réveille pas plus fatigué que de coutume.

Mais d’autres fois, c’est le contraire qui m’arrive. Devant un problème grave qui me préoccupe, je me dis : Cette nuit, je prierai une heure dans la chapelle pour obtenir la solution. Et lorsque je me dirige vers cette chapelle, une voix me dit au fond du cœur : »Sais-tu ? Tu me ferais bien plus plaisir si tu allais te coucher immédiatement et me faisais confiance ; je m’occupe de ton problème. Et, me rappelant de mon heureuse condition de serviteur inutile, je vais dormir en paix, abandonnant tout entre les mains du Seigneur…

Tout cela pour dire que la volonté de Dieu se trouve là où existe le plus grand amour, mais pas forcément la plus grande souffrance… Il y a plus d’amour à se reposer grâce à la confiance, qu’à s’angoisser à cause de l’inquiétude !

Contact → Père Marie Landry Bivina

rose  Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi

Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Complément

◊ Si tu ploies sous le fardeau, Jésus t’offrira le repos → Vous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.

Liens externes

◊  Jésus veut nous aider : cliquez ici pour lire l’article → Venez à moi, vous tous qui peinez sous le fardeau

Venez à moi !

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Enseignement, Méditation, Messages, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Témoignage de Émilie Leprêtre : j’ai prié et…

Posté par diaconos le 29 novembre 2018

Extraits du message envoyé sur ma page Facebook par Émilie Leprêtre
—–
 Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Bonjour, je viens vous conter un témoignage intime qui, j’espère, viendra éveiller votre spiritualité à la seule Vérité qui mène au Ciel et à la vie éternelle… Je n’avais foi en rien et je ne me dérangeais pas pour blasphémer et outrager ouvertement le Christ et Sa très Sainte Mère, ou tout autre fausse croyance que sont les autres religions que celle su Sauveur.

-Après bien des recherches, des lectures, des visionnages, j’ai compris que les complots politico-maçonniques des élites n’avaient pour seul but que d’instaurer une laïcité dans l’objectif d’éradiquer le catholicisme, SEULE VOIE DE SALUT. Ce soir-là, j’ai compris qu’il y avait bel et bien un complot contre Dieu, contre le Christ…
——
Ce soir-là, j’ai prié pour la première fois de mon existence et oh ! merveille ! une forte chaleur m’a envahie soudainement et une béatitude inconnue jusqu’alors est venue se coller à mon visage et au plus profond de mon âme, comme une étreinte pleine d’amour et de miséricorde pour tous les blasphèmes et les offenses : le feu de l’Esprit Saint !
——-
Cet Esprit Saint guide les âmes à la vérité et les conduit dans la loi divine. Il nous fait comprendre ce qui est bien et quelle est la volonté de Dieu. Aussi, je viens vous tendre la main afin de vous montrer la voie du salut : la Sainte religion catholique… SURTOUT ! PRIEZ LE CHAPELET TOUS LES JOURS ! En attendant le grand coup qui doit s’abattre sur le monde à la venue du Sauveur par le cœur Immaculé de Marie.

Merci à Emmanuel Le Rien pour son envoi

Résultat de recherche d'images pour "Bouquet de fleurs"Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Compléments

◊ Où est son âme, Padre ? : cliquez ici pour lire → Témoignage de Padre Pio concernant le sacrement de la réconciliation

◊ Le pardon est un acte de liberté, un acte créateur: clique ici →  Jésus rend libre

◊ Réconciliation : clique ici → Croire – Questions de vie, questions de foi

Liens externes

◊ Question de foi : cliquez ici pour lire →  Jésus est-il réellement le seul chemin vers le ciel ?

◊ L’Évangile.net : cliquez ici pour lire l’article → Questions sur la foi chrétienne

Le premier acte de pardon de l’histoire

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, conversion, Enseignement, Histoire, Méditation, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Le conte des baguettes

Posté par diaconos le 8 novembre 2018

Un mandarin partit un jour dans l’au-delà. Il arriva d’abord en enfer. Il y vit beaucoup de gens, attablés devant des plats de riz ; mais tous ne pouvaient pas manger, car ils avaient des baguettes longues de deux mètres, et ne pouvaient pas s’en servir.

Puis, il alla au ciel. Là aussi, il vit beaucoup de gens attablés devant des plats de riz ; et tous étaient en bonne santé et heureux, car eux aussi avaient des baguettes longues de deux mètres.

Le mandarin demanda une explication au Seigneur qui était parmi eux :  » Je ne comprends pas, Seigneur : table, plat, baguettes, tout est identique en enfer et au ciel ; pourtant, ici, les convives semblent si heureux. »

C’est simple, répondit Dieu, chacun est libre d’opérer comme il le juge préférable… Ici, autour cette table, les convives se sont habitués, depuis longtemps, à se servir de leurs baguettes pour nourrir ceux qui sont en face d’eux.

Ils se donnent tous à manger les uns aux autres.

Conte chinois

Partage avec les personnes dans le besoin.

Partage avec les personnes dans le besoin.

Le partage crée la richesse et l’accaparement des ressources de la vie sans partage engendre l’appauvrissement et l’exclusion, La richesse n’est pas dans la possession et la consommation des choses mais dans le cœur, dans les relations humaines, la solidarité, le respect de l’autre, la fraternité, l’inclusion.  (Pape François, le 25 juillet 2013 en rencontrant une famille des plus pauvres au cœur de Varginha, favela parmi les plus mal famées de Rio de Janeiro)

Source de l »image →  évangile – À l’écoute des Évangiles

Si tu fais disparaître de chez toi le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante, si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, et si tu apportes de l’aide à celui qui  faim, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi. Le Seigneur sera toujours ton guide. En plein désert, il comblera tes désirs et te rendra vigueur.

Il faut aimer notre prochain comme nous-même. Et ce, comme le dit le Pape Benoît XVI, parce que l’amour de Dieu et l’amour du prochain sont inséparables, c’est comme un seul et unique commandement. Tous deux viennent de l’amour qui vient de Dieu, qui nous a aimé le premier.

Jésus nous commande d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, ni plus que nous-mêmes, ni moins que nous-mêmes ; et ce que l’on doit déduire est qu’Il nous commande de nous aimer nous-mêmes, puisqu’en fin de compte nous sommes l’œuvre de la main de Dieu et que nous sommes ses créatures et qu’Il nous aime.

Retrouvons le sens évangélique de la charité

Aimer , être à l’écoute de l’autre, rendre service

Partager, être attentif aux plus pauvres

Complément

◊ Parabole du bon samaritain: cliquez ici pour lire → Et qui donc est mon prochain ? (Lc 10, 25-37)

Liens externes

◊Du site « croirelacroix.com » : cliquez ici pour entrer →  Questions de vie, questions de foi…

 ♥ Du site Idées-Caté →  Le bon samaritain

Sermon de l’abbé Beauvais sur le bon samaritain

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, Méditation, Religion | Pas de Commentaire »

À la Toussaint, nous avons fêté tous les saints

Posté par diaconos le 3 novembre 2018

Message du Père Marie Landry Bivina reçu sur  ma page Facebook

Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent. Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait: «Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux! Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise ! Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice: ils seront rassasiés! Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde ! Heureux les coeurs purs: ils verront Dieu ! Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu ! Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux! Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse. (Mc 5, 1-12a)

À la Toussaint, nous avons fêté tous les saints  dans Accueil sur mon blog

À la Toussaint, nous avons célébré la réalité d’un très consolant mystère salvifique exprimé dans le Credo : « Je crois à la communion des saints ». Tous les saints qui, depuis la Vierge Marie, sont déjà passés à la vie éternelle, forment une unité : ils sont l’Église des bienheureux, que Jésus félicite: « Heureux les cœurs purs: ils verront Dieu ! » (Mt 5,8). Ils sont aussi en communion avec nous. La foi et l’espérance ne peuvent nous unir car ils jouissent déjà de la vision éternelle de Dieu ; mais ce qui nous rassemble, c’est l’amour qui ne passe jamais. (1Co 13,13 )  ; cet amour qui, avec eux, nous unit au Père, au Christ Rédempteur et au Saint Esprit. Cet amour les rend solidaires et attentifs à nous. Nous ne vénérons donc pas les saints seulement pour leur exemple, mais surtout pour l’unité dans l’Esprit de toute l’Église, qui se fortifie par la pratique de l’amour fraternel.

Cette profonde unité doit nous faire sentir proches de tous les saints qui, avant nous, ont cru et espéré cela même que nous croyons et espérons et qui, surtout, ont aimé Dieu le Père et leur frère les hommes en tâchant d’imiter l’amour du Christ. Les saints apôtres, les saints martyrs, les saints confesseurs qui ont existé tout au long de l’histoire sont donc nos frères et nos intercesseurs; en eux se sont accomplis les paroles prophétiques de Jésus : « Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! » (Mt 5,11-12). Les trésors de leur sainteté sont des biens de famille, sur lesquels nous pouvons compter. Ce sont les trésors du ciel que Jésus nous invite à réunir (cf. Mt 6,20). Comme l’affirme le Concile Vatican II, leur fraternelle sollicitude aide donc beaucoup notre faiblesse (Lumen gentium, 49). Cette solennité nous apporte une réconfortante nouvelle, qui nous invite à la joie et à la fête. Bonne méditation à tous.

Pour contacter le Père, cliquez ici → Père Marie Landry Bivina

vert-rouge-feuille-verte---fleurs-de-printemps_18-6045Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi. Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Compléments

◊ Message du diacre Paul Laurent → Le premier novembre, nous fêtons tous les saints

◊ Fête commémorative des défunts : cliquez ici  → La mort est une rencontre

◊ Catéchèse → La prière te permet de t’adresser à Dieu.

◊ Homélie : cliquez ici  →  Les sauvés sont une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer » (Ap 7,2)

Liens externes

◊ Solennité de la Toussaint :  Histoire de la fête de la Toussaint

◊ Liturgie et traditions : Fête de la Toussaint

Fête de la Toussaint : origine, histoire

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, fêtes religieuses, Méditation, Messages, Religion | Pas de Commentaire »

12345...30
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS