Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu

Posté par diaconos le 14 décembre 2019

48270412_1052550781596911_4279968084791394304_n.jpg-bivina-samedi

 

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Descendant de la montagne, les disciples interrogèrent Jésus  :  » Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d’abord ? « Jésus leur répondit : «   Élie va venir pour remettre toute chose à sa place. Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. Et de  même, le Fils de l’homme va souffrir par eux. Alors les disciples comprirent qu’il leur parlait de Jean le Baptiste.  (Mt 17, 10-13)

Homélie

Du temps de Jésus, les scribes enseignèrent qu’ils attendaient le retour d’Élie, avant que le Seigneur n’envoyât le Messie. Ils en étaient convaincus et prirent comme référence, un extrait du livre de Malachie au chapitre trois pour faire passer ce message :  » Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable.  » (Ml 3, 23) Ils utilisèrent cet argument pour refuser Jésus. Selon eux, Jésus ne pouvait pas être le Messie puisque Élie n’était pas revenu.

Matthieu rapporta dans son évangile qu’un jour ses disciples l’interrogèrent à ce sujet : «  Pourquoi les scribes disent-ils que Élie doit revenir ?  » Jésus répondit qu’Élie était déjà venu. Malachie a eu raison de dire que Élie eut pour mission de préparer les voies du Messie.

Mais ce rôle d’annoncer que Jésus était arrivé fut remplit par Jean-Baptiste, qui Lui rendit témoignage en proclamant :  «  C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient  derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. La Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.  » (Lc 1, 15.17) Jésus a dit à propos de la fonction du prophète Élie, que Lui, Jésus, était venu l’assumer. Cette fonction est aussi confiée à l’Église et à nous.

Jean-Baptiste prépara le chemin du Seigneur : «  Je suis la voix de celui qui crie dans le désert  de redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.  » (Jn 1, 23) C’est encore lui qui prépara les cœurs à recevoir Jésus. Voyant Jésus venir vers lui, il dit : «  Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël.  » (Jn 1, 29-31)

En ce temps de l’Avent, faisons le point. Où en sommes-nous dans notre préparation à Noël ? Quels efforts spirituels as-tu décidés ? Noël, c’est autre chose que ces promotions commerciales proposées par les publicités commerciales distribuées dans nos boîtes aux lettres. Retrouves le vrai sens de la fête de Noël. As-tu prévu de décorer un peu ta maison pour rappeler cet évènement ?

Il y a plus de deux mille ans que Dieu entra dans l’humanité. Il s’incarna  : «  La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père c’est-à-dire Emmanuel, Dieu avec nous.  » (Jn 1, 14)  Nous ne sommes pas seuls. Désormais, Dieu est à nos côtés.  Amen

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Catéchèse  : cliquez ici pour lire l’article → Annonce d’un nouveau printemps social (Is 61,1-2.10-11)

◊  Fête religieuse le 14 décembre  : cliquez ici pour lire l’article →  Saint Jean de la Croix, prêtre et docteur de l’Église (1542-1591)

Liens externes

◊ Catholique.org. :  cliquez ici pour lire l’article → Élie est déjà venu » – Les méditations

◊ Le Carmel au Québec :  cliquez ici pour lire l’article → Le Prophète Élie

Pasteur Pascal Denault : Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Homélies, Méditation, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Jésus guérit les infirmes et multiplie les pains

Posté par diaconos le 4 décembre 2019

 Jésus guérit les infirmes et multiplie les pains dans homélies particulières seconde-multiplication-des-pains

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus arriva près de la mer de Galilée. Il gravit la montagne et là, il s’assit.De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit.

Alors la foule était dans l’admiration en voyant des muets qui parlaient, des estropiés rétablis, des boiteux qui marchaient, des aveugles qui voyaient ; et ils rendirent gloire au Dieu d’Israël. Jésus appela ses disciples et leur dit : « Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger.

Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin.  » Les disciples lui disent :  » Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ?  » Jésus leur demanda : « Combien de pains avez-vous ?  » Ils dirent :  » Sept, et quelques petits poissons. »

Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules. Tous mangèrent et furent rassasiés.     On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines.  (Mt 15, 29-37)

Homélie   Miracle de la multiplication des pains

Ce récit de la multiplication des pains se trouve dans les quatre évangiles, ce qui est rare. Il se retrouve identique chez Marc (Mc 6, 35-44), en partie chez Luc (Lc 9,12-17) et aussi dans la première section du chapitre 6 de l’Évangile de Jean (Jn 6, 1-27), chapitre très important où il est question du pain de vie (Jn 6, 1-56).

Au début du christianisme, la transmission des informations (enseignement, catéchèse, faits et gestes de Jésus, …) se firent oralement ; il y eut des idées communes et des mots clés qui aidèrent à les enchaîner l’une à l’autre. Dans ces quatre récits, le pain est l’un des points communs.

ILevant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule . dans Religion lamultiplicationdespainsschnorrev13l y a une autre multiplication des pains dans l’Évangile de Matthieu (Mt 15, 32-38) et également dans celui de Marc (Mc 8, 1). Chez ce dernier, les deux multiplications diffèrent en plusieurs points : le nombre de pains, le nombre des poissons, le nombre des participants mais aussi le nombre de paniers. Le nombre douze fait penser aux douze tribus d’Israël et aux douze apôtres.

Quant au nombre sept, il rappelle les sept nations païennes qui occupèrent le pays de Canaan mais aussi les sept premiers diacres.

Selon Matthieu et Marc, il y eut deux miracles de multiplication des pains. L’un de ces miracles  eut lieu en Galilée et l’autre à l’est du lac de Tibériade.

Cette multiplication des pains est le symbole du repas messianique (Mt 8,11 ; Mc 14, 25), de la communion de table et du festin céleste que Jésus prépara aux siens.

Tout ce qui touche l’alimentation et principalement le pain avaient une place importante dans le judaïsme De là les questions posées à Jésus et les réponses qu’il donna.

  • Quelques exemples…
  1.   »Pourquoi tes disciples laissent-ils de côtés la tradition des anciens ? Ils ne se lavent pas les mains quand ils prennent leur repas.  » Jésus répondit : »Et vous pourquoi laissez-vous de côté le commandement de Dieu au nom de votre tradition ?  » (Mt 15, 2-3)

  2.   Or il arriva, au sabbat second-premier, qu’il passait au travers des blés ; et ses disciples arrachaient les épis, et, les froissant entre leurs mains, ils les mangeaient. Mais quelques-uns des pharisiens leur dirent :  » Pourquoi faites-vous ce qu’il n’est pas permis de faire les jours de sabbat ? « 

  3. Et Jésus, répondant, leur dit : « N’avez-vous pas même lu ce que fit David, quand il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui ? »

  4. Comment il entra dans la maison de Dieu, et prit les pains de proposition, et en mangea, et en donna aussi à ceux qui étaient avec lui, bien qu’il ne soit permis qu’aux seuls sacrificateurs d’en manger ?  (Lc 6, 1-4 ; Mt 12, 3-4)

  5. En se rendant sur l’autre rive, les disciples eurent oublié de prendre du pain.  Jésus leur dit :  » Attention ! Méfiez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. » Ils discutaient entre eux en disant :  » C’est parce que nous n’avons pas pris de pain. »   Mais Jésus s’en aperçut et leur dit :  » Hommes de peu de foi, pourquoi discutez-vous entre vous sur ce manque de pain ?   » (Mt 16, 5-8)

Même le pain des enfants donnèrent l’occasion de compléter les enseignements sur l’eucharistie. Dans son discours sur le pain de vie (Évangile de Jean, au chapitre 6), Jésus veut nous faire comprendre que nous devons venir à lui qui est le vrai  pain pour avoir la vie éternelle.

Note  La fête des pains sans levain rappelle le temps quand DIEU a sorti le peuple d’Israël hors de l’Égypte : « Vous observerez la fête des pains sans levain, car c’est en ce jour même que j’aurai fait sortir vos armées du pays d’Égypte ; vous observerez ce jour comme une loi perpétuelle pour vos descendants.  Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au soir, vous mangerez des pains sans levain jusqu’au soir du vingt et unième jour.  Pendant sept jours, il ne se trouvera point de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé sera retranchée de l’assemblée d’Israël, que ce soit un étranger ou un indigène. Vous ne mangerez point de pain levé ; dans toutes vos demeures, vous mangerez des pains sans levain.  » (Ex 12, 17-20)

L’utilisation du pain dans les cérémonies religieuses, tout particulièrement à l’occasion des grandes fêtes, fut fréquente dans le judaïsme,  par exemple dans le  rite des deux  hallot  du sabbat dont l’origine se trouve dans le Lévitique au chapitre 23, versets 17 et suivants.

Dans le judaïsme, le pain eut le rôle central aux trois grands moments de la vie (naissance, mariage et mort). Par exemple, dans une communauté juive, le premier-né fut racheté par le don d’un pain tressé (le halla).

Liens externes

◊  Père Gabriel : cliquez ici pour lire l’article → Seconde multiplication des pains

◊ Les méditations : cliquez ici pour lire l’article → Seconde multiplication des pains

◊ Idées-Caté : cliquez ici pour lire l’article →   Multiplication des pains second récit

Père Michel-Marie Zanotti : La multiplication des pains

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans homélies particulières, Méditation, Page jeunesse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ?

Posté par diaconos le 16 novembre 2019

Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,  Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : «Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander :
“Rends-moi justice contre mon adversaire.”

Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.”» Le Seigneur ajouta : «Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice !

Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?»  (Lc 18, 1-8)

Homélie

Pour encourager ses disciples à prier avec persévérance, Jésus leur proposa l’exemple d’une pauvre veuve qui, à force d’insistance, obtint justice d’un juge qui, ne craignant ni Dieu ni homme, lui fit droit par égoïsme et pour être délivré de son importunité.

Si la réclamation persistante de la pauvre veuve eut comme conséquence d’exaspérer ce juge sans scrupules et de le décider de rendre enfin  justice, combien plus une prière persévérante aura-t-elle d’effet sur Dieu qui nous aime infiniment et qui veut nous combler !

Dis-moi pourquoi pries-tu ? Pries-tu pour changer Dieu ou pour que ta prière te transforme et t’aide à entrer avec  foi dans son dessein sur toi et sur les autres, lequel n’est pas toujours dans la ligne de ce que tu veux.

La perte du sens de la prière est le signe très clair  d’une diminution de foi qui justifie l’inquiétude de Jésus. La position des chrétiens dans le monde leur fait éprouver en tout temps ce pressant besoin de la prière ; sans elle chacun d’eux serait semblable à cette pauvre veuve, opprimée et destituée de toute protection.

080dweb.gif

La promesse de Dieu est certaine, infaillible. Auras-tu le courage de persévérer jusqu’à la fin en gardant la vraie foi qui seule peut te maintenir en communion avec Jésus Christ ?

  Ils prient avec joie et confiance et surtout ils persévèrent… 

maeccabanepriere2.jpg

Source de l’image : clique ici → Sites chrétiens pour enfant – La Maison Arc-en-Ciel

Prie avec foi, c’est à dire prie pour entrer dans les desseins de Dieu sur toi ;  prie pour te laisser transformer par lui et entrer ainsi dans la patience de Dieu vis à vis des autres et de toi-même.

Liens externes

◊ Père Bernard Devert  : cliquez ici pour lire l’article → Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →  Demander ce qui est juste

La foi dans les derniers temps

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Méditation, Prières, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu !

Posté par diaconos le 13 novembre 2019

GUERISON DES DIX LEPREUX

 

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,     Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village,   À cette vue, Jésus leur  dit : «Allez vous montrer aux prêtres.» En cours de route, ils furent purifiés.

L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c’était un Samaritain. Alors Jésus prit la parole en disant : «Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ?

Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu !» Jésus lui dit : «Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé.»  (Lc 17, 11-19)

◊   ◊   ◊

Homélie

Selon la Loi juive appliquée à cette époque (voir la loi concernant la lèpre dans le livre du Lévitique -dans l’Ancien Testament aux chapitres 13 et 14),  les lépreux ne pouvaient pas communiquer avec les personnes  :  « Tout le temps que dure son mal il sera souillé. Il est souillé ; il habitera seul ; sa demeure sera hors du camp. »  (Lévitique 13, 46) ; ils  s’étaient réunis, afin de se rendre mutuellement les soins que tout le monde leur refusait.

C’est à cause de la même interdiction  qu’ils s étaient arrêtés à distance  et durent ainsi élever la voix pour implorer la pitié de Jésus

Cette loi chargeait les prêtres de faire un constat de guérison pour tout lépreux qui serait guérit de son mal. ; de plus,  elle s’appliquait aussi à un certain nombre de maladies de la peau.

Il fallut donc beaucoup de foi à ces dix lépreux pour se rendre au Temple et y faire constater une guérison qui ne s’était pas encore produite (verset 14a). En cours de route, ils furent purifiés

Neuf continuèrent leur route pour satisfaire aux obligations de la Loi :  » Les prêtres du Temple avaient seuls le droit de constater la guérison d’un lépreux et de le réintégrer dans ses privilèges d’Israélite. »

Un seul, un étranger (le samaritain), jugea plus urgent d’aller d’abord remercier Dieu et Jésus. Les dix lépreux ont été guéris mais à un seul Jésus a dit : ‘ Va, ta foi ta sauvé. « 

Pour Jésus, l’amour de Dieu et la reconnaissance envers lui priment les préceptes de la Loi, parce qu’ils seuls ils manifestent une vraie foi :telle est la foi qui nous sauve et nous transforme. Parmi toutes les personnes qui, dans leurs prières, demandent des guérisons ou des faveurs, combien sauront aimer et rendre grâce à Dieu ?

Nous sommes tous guéris par Jésus de la lèpre de nos péchés : as-tu déjà pensé lui manifester ta reconnaissance ?

lwf0003web.gif

Liens externes

◊  Liturgie de la Parole avec des enfants : cliquez ici pour lire l’article →  La guérison des dix lépreux

◊ Enseignement fr théologie à distance : cliquez ici pour lire l’article →   la guérison des dix lépreux, la reconnaissance de l ‘étranger

Jésus guérit dix lépreux

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Méditation, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...37
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS