Trinity Sunday

Posté par diaconos le 23 mai 2024

Trinity Sunday: Celebrating the Mystery of the Holy Trinity - Tohla Fun

In Christianity, the Trinity (or Holy Trinity) is the one God in three distinct persons: the Father, the Son and the Holy Spirit, equal and of the same divine substance. Belief in the Trinity is the founding principle common to the main Christian denominations: Catholicism1, Orthodoxy and Protestantism. The foundation of this doctrine is expressed in the symbol of the First Council of Constantinople in 381. The concept of the ‘Trinity’ does not appear explicitly in the New Testament, but the three persons are named and manifested there on several occasions. For Christian theology, these three persons, or hypostases, constitute the one God (one nature, essence or substance) in the form of the Trinity. The three persons are interdependent in a permanent relationship from all eternity through a relationship called perichoresis.

Although the word ‘Trinity’ does not appear in the New Testament, the three divine persons are named, act and manifest themselves there, particularly in the Gospel according to Matthew and in the Second Epistle to the Corinthians.  For Christian theology, these three persons or hypostases, who constitute the one God in the form of the Trinity, share a single divine essence (ousia in ancient Greek). The will is not linked to the person, but to the essence. The Father, the Son and the Spirit therefore have one common will, that of God. The three persons are interdependent and not independent (in which case it would be triteism.

It was the First Council of Constantinople, in 381, that established the terms of the dogma of the Trinity and the divinity of the Son: begotten but not created by the Father, true God born of true God, is « consubstantial » with him. The adjective ‘consubstantial’, which is not found in the New Testament, is only reluctantly accepted by the Eastern bishops.  Tertullian uses the Latin terms substantia, equivalent to the Greek οὐσία / ousia (« essence », « substance », « being »), and persona, which means « actor’s mask », « role », hence « person », and corresponds to the Greek πρόσωπον / prosôpon, « face », hence « mask », « character » and « person ».

The term ὑπόστασις / hupostasis, « hypostasis », i.e. « base », « foundation », hence « matter », « substance », was used at the Council of Nicaea in conjunction with ousia. Following Basil of Caesarea, the formula ‘one ousia in three hypostases’ was adopted. According to Christian doctrine, the dogma of the Trinity was formulated as a consequence of the way God revealed his mystery: after first revealing his existence and uniqueness to the Jewish people, a fact echoed in the Old Testament, he then revealed himself as Father, Son and Holy Spirit by sending the Son and the Holy Spirit, a fact echoed in the New Testament.

# In Christianity, the Trinity (or Holy Trinity) is the one God in three persons: the Father, the Son and the Holy Spirit, equal, sharing the same divine essence and yet fundamentally distinct. The term Trinitas (= tri + unitas) was coined in Latin by Tertullian (155-220). Belief in the Trinity is the founding principle common to the main Christian denominations : Catholicism, Orthodoxy and Protestantism. The foundation of this doctrine is expressed in the Nicene symbol. The concept of the ‘Trinity’ does not appear explicitly in the New Testament, but the three persons are mentioned there and manifest themselves on several occasions, both in their distinction and in their unity. For Christian theology, these three persons, or hypostases, constitute the one God in the form of the Trinity.

The doctrine of the Trinity According to Christian doctrine, the dogma of the Trinity is the consequence of the way God revealed his mystery: after first revealing his existence and uniqueness to the Jewish people, as echoed in the Old Testament, he then revealed himself as Father, Son and Holy Spirit by sending the Son and the Holy Spirit, as echoed in the New Testament. The Trinitarian concept (triad in Greek) first appears in Theophilus of Antioch, around 180, to designate God, his Logos and his Wisdom (Holy Spirit). The writings of the Church Fathers – Justin of Nablus, Irenaeus of Lyons, Clement of Alexandria, Tertullian and Origen – bear witness to the debates that ran through the Church in the first three centuries. The same applies to the subsequent denunciations of the various heresies. Although the Father, Son and Holy Spirit are clearly present in the New Testament, we are still far from the precise doctrine of the Trinity as it would have been defined in the 4th century.

From the Gospel of Jesus Christ according to Matthew

At that time the eleven disciples went to Galilee, to the mountain where Jesus had told them to go. When they saw him, they prostrated themselves, but some of them had doubts. Jesus approached them and said : « All authority in heaven and on earth has been given to me. Go and make disciples of all nations. Baptise them in the name of the Father and of the Son and of the Holy Spirit and teach them to observe all that I have commanded you. And I am with you to the end of the age. (Mt 28, 16-20)

Jesus appears to the eleven in Galilee

The eleven went to Galilee, to the mountain indicated by Jesus. They prostrated themselves before him, but some had doubts. Jesus claimed that all power belonged to him : he ordered his disciples to go to all nations, to instruct them, to baptise them and teach them to keep his commandments; he promised to be with them every day until the end of the world. It seems that when he ordered his disciples to go to Galilee after his resurrection, he also designated a mountain where they would meet him. The events of Jesus’ life, such as the discourse with which he inaugurated his reign as Messiah, the manifestation of his glorry in the transfiguration, and the farewell discourse, took place on mountains.

Matthew mentions only his apostles, reduced to this number by the death of Judas : « Then, having thrown away the silver coins in the Temple, he withdrew and went and hanged himself ». (Mt 27:5) But since Jesus had many disciples in Galilee, who hastened to gather when they heard the news of his resurrection from the apostles who had returned from Jerusalem, several interpreters thought that the eleven were not alone at this meeting on the mountain, and identified this apparition with the one in which Jesus, according to Paul, was seen by more than five hundred brothers at once : « Then he appeared to more than five hundred brothers at once, most of whom are still alive and some of whom are dead ». 1 C0 15, 6)

It was easier for them to explain the doubts mentioned in this supposition. These doubts had also arisen among the apostles. Matthew does not mention Jesus’ appearances to his disciples in Judea or the discussions he had with them there. But could he have ignored hem ? Did he not himself report Jesus’ meeting with the women near the tomb and the words he spoke to them? And were not all the events in Jerusalem between the risen Jesus and his disciples immediately made known to all ? And when they saw him, they worshipped him; but some doubted. Faith in the divinity of the Son of God, still uncertain and weak in the hearts of many, awakens victorious at the sight of Jesus : triumphant over death, Thomas says to him : « My Lord and my God » (Jn 20, 28).

« Teach all nations ». This was the purpose of God’s mercy, which knows no bounds when it comes to our fallen humanity. This command was a promise : « And because iniquity has increased, the love of many will grow cold » (Mt 24, 12). How can we make the nations learn? By these three means: instruction, baptism and the moral obligation to put into practice all the teachings of Jesus. Instruction was given to all nations: baptism was administered to those who had been made disciples among them. These baptised disciples were to be taught by the apostles to observe all that Jesus commanded.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian sites

On a Mission to Love : clik here to read the paper  The Mystery of Love

SSPX  : clik here to read the paper Most sublime of all mysteries : the Holy Trinity

Video  ESV : clik here https://youtu.be/_W1Ix2fctJQ

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Foi, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Jeudi de la septième semaine du Temps Ordinaire — Année Paire

Posté par diaconos le 22 mai 2024

Bref, la foi, l'espérance et la charité demeurent toutes les trois ...

 # Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous » est la version minimaliste d’une phrase visant à polariser une situation et exiger une réponse manichéenne des interlocuteurs, devenant ainsi des alliés ou des ennemis. L’affirmation peut parfois être interprétée comme un faux dilemme, qui est un sophisme reconnu. Cependant, elle peut également être comprise comme une affirmation identifiant les croyances de l’émetteur, ce qui indiquerait que ce dernier émet une perception et non une conclusion logique.

Il est également parfois interprété comme un acte de langage. Certains le voient comme une méthode de persuasion afin d’inciter les autres à choisir un camp dans un conflit qui ne se permet pas le  luxe de la neutralité. Dans le Nouveau Testament de la Bible, Jésus dit : « Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui ne rassemble pas avec moi disperse » (Matthieu 12:30), mais également « Qui n’est pas contre vous est pour vous » (Lc 9, 50 ; Mc 9, 40). La phrase a été dite en substance par maints dirigeants du vingtième siècle tels Benito Mussolini, Hillary Clinton et George W. Bush.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Marc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : «Celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas.

Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds.     Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. Chacun sera salé au feu. C’est une bonne chose que le sel ; mais s’il cesse d’être du sel, avec quoi allez-vous lui rendre de la saveur ? Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous.» (Mc 9, 41-50)

Qui n’est pas contre nous est pour nous

Jean dit à Jésus  : «Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait des démons en ton nom et qui ne nous suit pas ; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suivait pas» Matthieu et Luc établirent une relation étroite entre l’instruction précédente et la confession de Jean. Jésus en parlant de recevoir en son nom l’un de ces petits, fit naître chez Jean un scrupule concernant un homme qui chassait les démons au nom de Jésus. Mais cet homme, ajouta Jean, ne nous suivait pas, il fit son œuvre à part et nous l’en avons empêché uniquement par le motif qu’il ne nous suivait pas.

Ce mot répété montre que c’était là la grande objection de Jean contre l’activité de cet homme. Cette erreur fut commise par les chrétiens, plus fréquemment qu’aucune autre et le plus souvent dans des circonstances où elle fut beaucoup moins excusable. Mais Jésus dit : « Ne l’en empêchez pas ; car il n’y a personne qui fasse un miracle en mon nom et qui puisse aussitôt après parler mal de moi. » (Mc 9, 39)  Jésus admit que cet homme fit un miracle en son nom, en mettant sa confiance en lui et en Dieu, d’où il conclut que ce premier degré de foi et de zèle pour le bien le conduira plus loin, l’amènera jusqu’à lui et que, par conséquent, il fallait se garder de l’empêcher.

Jésus dit : «C’est la  charité qui espère tout ». Respectons le moindre germe de foi et de vie religieuse, même en des personnes qui n’ont pas adopté les habitudes religieuses des chrétiens et ne se sont pas joints à l’Église. L’influence de Jésus s’exerçait bien au delà du cercle de ses disciples et de ses adhérents immédiats. «Qui n’est pas contre nous est pour nous.» Cet homme ne fut pas contre Jésus et ses disciples, puisqu’il chassa des démons au nom de Jésus ; il inclina vers Jésus et   commença à se rapprocher de lui ; il se rattacha tout à fait à lui, puisqu’on ne put demeurer neutre en présence de Jésus.

Que les disciples se gardèrent d’arrêter ce bon mouvement par leur intervention précipitée et intolérante !Dans une circonstance différente, Jésus prononça une parole qui semble le contraire de celle-ci, mais qui exprime l’autre face de la même vérité : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi »  (Mt 12.30).  Jésus émit cette affirmation à l’occasion des exorcistes juifs, qui en apparence, travaillaient à la même œuvre que lui : combattre Satan. Mais comme ils le faisaient dans un esprit tout différent du sien, cette divergence intime devait les amener à une hostilité déclarée.

«Autant il est vrai qu’un homme sympathique à notre cause, lors même qu’extérieurement il est parmi nos adversaires, doit être traité par nous en futur collaborateur, autant il est vrai qu’un homme appartenant extérieurement au même camp que nous, mais travaillant dans un esprit opposé au nôtre, doit être considéré comme un réel adversaire.» (Godet) Jésus dit : «Quiconque vous donnera à boire un verre d’eau en mon nom, parce que vous êtes à Christ, je vous dis en vérité qu’il ne perdra pas sa récompense.» (Mc 9, 41) « Et quiconque scandalisera un de ces petits qui croient en moi, il vaut mieux pour lui qu’il ait au cou une meule de moulin et qu’il soit jeté dans la mer. »

Jésus revint  à la pensée qu’il exprima au moment où il fut interrompu par Jean.  Il faut recevoir avec tant amour les petits, les faibles, quel n’est pas le péché de celui qui les scandalise ! « Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la ; il vaut mieux pour toi entrer manchot dans la vie, que d’avoir deux mains et d’aller dans la géhenne, dans le feu qui ne s’éteint pas » (Mc 9, 43)  Marc ajouta : « …dans le feu qui ne s’éteint pas, image redoutable d’une souffrance morale sans espoir. »  Où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas : ces images terribles d’un ver qui ne meurt pas, d’un feu qui ne s’éteint pas furent empruntées à Ésaïe 66.24.

Diacre Michel Houyoux

Complément

Diacre Michel Houyoux :  Il a été dit aux Anciens. Eh bien ! moi, je vous dis….

Liens avec d’autres sites web chrétiens

Diocèse de Lyon : cliquer ici pour lire l’article →  Celui qui n’est pas contre nous est pour nous

Regnum Christi  : cliquer ici pour lire l’article →  Celui qui n’est pas contre nous est pour nous

Vidéo Pole Beauce Gatinais  : cliquer ici https://youtu.be/jRcl9Uql5uwe

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Mercredi de la septième semaine du Temps Ordinaire – Année B

Posté par diaconos le 22 mai 2024

Citation Saint Matthieu moi : Celui qui n'est pas avec moi est contre moi ....

 

# Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous » est la version minimaliste d’une phrase visant à polariser une situation et exiger une réponse manichéenne des interlocuteurs, devenant ainsi des alliés ou des ennemis. L’affirmation peut parfois être interprétée comme un faux dilemme, qui est un sophisme reconnu. Cependant, elle peut également être comprise comme une affirmation identifiant les croyances de l’émetteur, ce qui indiquerait que ce dernier émet une perception et non une conclusion logique. Il est également parfois interprété comme un acte de langage.

Certains le voient comme une méthode de persuasion afin d’inciter les autres à choisir un camp dans un conflit qui ne se permet pas le  luxe de la neutralité. Dans le Nouveau Testament de la Bible, Jésus dit, « Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui ne rassemble pas avec moi disperse » (Matthieu 12:30), mais également « Qui n’est pas contre vous est pour vous » (Luc 9, 50 ; Marc 9, 40). La phrase a été dite en substance par maints dirigeants du vingtième siècle tels Benito Mussolini, Hillary Clinton3 et George W. Bush.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Marc

En ce temps-là,     Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : «Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent.» Jésus répondit : «Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous.» (Mc 9, 38-40)

Qui n’est pas contre nous est pour nous

Jean dit à Jésus  : « Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait des démons en ton nom et qui ne nous suit pas ; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suivait pas ».  Matthieu et Luc établirent une relation étroite entre l’instruction précédente et la confession de Jean. Jésus en parlant de recevoir en son nom l’un de ces petits, fit naître chez Jean un scrupule concernant un homme qui chassait les démons au nom de Jésus. Mais cet homme, ajouta Jean, ne nous suivait pas, il fit son œuvre à part et nous l’en avons empêché uniquement par le motif qu’il ne nous suivait pas. Ce mot répété montre que c’était là la grande objection de Jean contre l’activité de cet homme. Cette erreur fut commise par les chrétiens, plus fréquemment qu’aucune autre et le plus souvent dans des circonstances où elle fut beaucoup moins excusable.

Mais Jésus dit : « Ne l’en empêchez pas ; car il n’y a personne qui fasse un miracle en mon nom et qui puisse aussitôt après parler mal de moi. » (Mc 9, 39)  Jésus admit que cet homme fit un miracle en son nom, en mettant sa confiance en lui et en Dieu, d’où il conclut que ce premier degré de foi et de zèle pour le bien le conduira plus loin, l’amènera jusqu’à lui et que, par conséquent, il fallait se garder de l’empêcher. Jésus dit : « C’est la  charité qui espère tout  »Respectons le moindre germe de foi et de vie religieuse, même en des personnes qui n’ont pas adopté les habitudes religieuses des chrétiens et ne se sont pas joints à l’Église. L’influence de Jésus s’exerçait bien au delà du cercle de ses disciples et de ses adhérents immédiats.

« Qui n’est pas contre nous est pour nous. » Cet homme ne fut pas contre Jésus et ses disciples, puisqu’il chassa des démons au nom de Jésus ; il inclina vers Jésus et   commença à se rapprocher de lui ; il se rattacha tout à fait à lui, puisqu’on ne put demeurer neutre en présence de Jésus. Que les disciples se gardèrent d’arrêter ce bon mouvement par leur intervention précipitée et intolérante ! Dans une circonstance différente, Jésus prononça une parole qui semble le contraire de celle-ci, mais qui exprime l’autre face de la même vérité : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi »  (Mt 12.30). 

 Jésus émet cette affirmation à l’occasion des exorcistes juifs, qui en apparence, travaillaient à la même œuvre que lui : combattre Satan. Mais comme ils le faisaient dans un esprit tout différent du sien, cette divergence intime devait les amener à une hostilité déclarée. Autant il est vrai qu’un homme sympathique à notre cause, lors même qu’extérieurement il est parmi nos adversaires, doit être traité par nous en futur collaborateur, autant il est vrai qu’un homme appartenant extérieurement au même camp que nous, mais travaillant dans un esprit opposé au nôtre, doit être considéré comme un réel adversaire. (Godet)

Jésus dit : «Quiconque vous donnera à boire un verre d’eau en mon nom, parce que vous êtes à Christ, je vous dis en vérité qu’il ne perdra pas sa récompense.» (Mc 9, 41) Et :«Quiconque scandalisera un de ces petits qui croient en moi, il vaut mieux pour lui qu’il ait au cou une meule de moulin et qu’il soit jeté dans la mer. »  Jésus revint  à la pensée qu’il exprima au moment où il fut interrompu par Jean.  Il faut recevoir avec tant amour les petits, les faibles, quel n’est pas le péché de celui qui les scandalise ! « Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la ; il vaut mieux pour toi entrer manchot dans la vie, que d’avoir deux mains et d’aller dans la géhenne, dans le feu qui ne s’éteint pas » (Mc 9, 43) 

 Marc ajouta : « …dans le feu qui ne s’éteint pas, image redoutable d’une souffrance morale sans espoir. »  Où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas : ces images terribles d’un ver qui ne meurt pas, d’un feu qui ne s’éteint pas furent empruntées à Ésaïe 66.24.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

Puise à la Source : cliquez ici pour lire l’article → Mercredi de la 7ème semaine du temps ordinaire

Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article → Celui qui n’est pas contre nous est pour nous

Vidéo  Pasteur Marc Pernot : cliquez ici → https://youtu.be/Yow0cruir5o

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, L'Église, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Domenica della Trinità

Posté par diaconos le 21 mai 2024

Domenica della Ss. Trinità - S. Messa 7/06/2020 - YouTube


# Nel cristianesimo, la Trinità (o Santa Trinità) è l’unico Dio in tre persone: il Padre, il Figlio e lo Spirito Santo, uguali, partecipi della stessa essenza divina e tuttavia fondamentalmente distinti. Il termine Trinitas (= tri + unitas) è stato coniato in latino da Tertulliano (155-220). La fede nella Trinità è il principio fondante comune alle principali confessioni cristiane: cattolicesimo, ortodossia e protestantesimo. 
Il fondamento di questa dottrina è espresso nel simbolo niceno. Il concetto di « Trinità » non compare esplicitamente nel Nuovo Testamento, ma le tre persone vi sono nominate e si manifestano in diverse occasioni, sia nella loro distinzione che nella loro unità. Per la teologia cristiana, queste tre persone, o ipostasi, costituiscono l’unico Dio sotto forma di Trinità.

La dottrina della Trinità Secondo la dottrina cristiana, il dogma della Trinità è la conseguenza del modo in cui Dio ha rivelato il suo mistero: dopo aver prima rivelato la sua esistenza e la sua unicità al popolo ebraico, come riecheggia nell’Antico Testamento, si è poi rivelato come Padre, Figlio e Spirito Santo inviando il Figlio e lo Spirito Santo, come riecheggia nel Nuovo Testamento. Il concetto trinitario (triade in greco) appare per la prima volta in Teofilo di Antiochia, intorno al 180, per designare Dio, il suo Logos e la sua Sapienza (Spirito Santo). Gli scritti dei Padri della Chiesa – Giustino di Nablus, Ireneo di Lione, Clemente di Alessandria, Tertulliano e Origene – testimoniano i dibattiti che hanno attraversato la Chiesa nei primi tre secoli.

Lo stesso vale per le successive denunce delle diverse eresie. Sebbene il Padre, il Figlio e lo Spirito Santo siano chiaramente presenti nel Nuovo Testamento, siamo ancora lontani dalla dottrina precisa della Trinità come sarebbe stata definita nel IV secolo.

Domenica della Trinità

In quel tempo gli undici discepoli andarono in Galilea, sul monte dove Gesù aveva detto loro di andare. Quando lo videro, si prostrarono, ma alcuni di loro avevano dei dubbi.
Gesù si avvicinò a loro e disse : « A me è stata data ogni autorità in cielo e in terra. Andate e fate discepoli tutti i popoli. Battezzateli nel nome del Padre, del Figlio e dello Spirito Santo e insegnate loro a osservare tutto ciò che vi ho comandato. E io sono con voi fino alla fine dei secoli. (Mt 28, 16-20)

Gesù appare agli undici in Galilea

Gli undici si recarono in Galilea, sul monte indicato da Gesù. Si prostrarono davanti a lui, ma alcuni avevano dei dubbi. Gesù affermò che ogni potere gli apparteneva; ordinò ai suoi discepoli di andare a tutte le nazioni, di istruirle, di battezzarle e di insegnare loro a osservare i suoi comandamenti ; promise di essere con loro ogni giorno fino alla fine del mondo. Sembra che quando ordinò ai suoi discepoli di andare in Galilea dopo la sua risurrezione, designò anche un monte dove lo avrebbero incontrato. Gli eventi della vita di Gesù, come il discorso con cui inaugurò il suo regno come Messia, la manifestazione della sua gloria nella trasfigurazione e il discorso di addio, si svolsero sui monti.

Matteo cita solo i suoi apostoli, ridotti a questo numero dalla morte di Giuda : « Poi, gettate le monete d’argento nel Tempio, si ritirò e andò a impiccarsi ». (Mt 27,5) Ma poiché Gesù aveva molti discepoli in Galilea, che si affrettarono a radunarsi quando udirono la notizia della sua risurrezione dagli apostoli tornati da Gerusalemme, diversi interpreti pensarono che gli undici non fossero soli a questo incontro sul monte, e identificarono questa apparizione con quella in cui Gesù, secondo Paolo, fu visto da più di cinquecento fratelli in una sola volta : « Poi apparve a più di cinquecento fratelli in una sola volta, la maggior parte dei quali sono ancora vivi e alcuni sono morti ». 1 C0 15, 6)


Per loro era più facile spiegare i dubbi menzionati in questa supposizione. Questi dubbi erano sorti anche tra gli apostoli. Matteo non menziona le apparizioni di Gesù ai suoi discepoli in Giudea né le discussioni che ebbe con loro in quel luogo. Ma avrebbe potuto ignorarle ? 
Non ha forse riportato lui stesso l’incontro di Gesù con le donne vicino al sepolcro e le parole che egli rivolse loro? E tutti gli avvenimenti a Gerusalemme tra Gesù risorto e i suoi discepoli non furono forse immediatamente resi noti a tutti ? E quando lo videro, lo adorarono; ma alcuni dubitarono. La fede nella divinità del Figlio di Dio, ancora incerta e debole nel cuore di molti, si risveglia vittoriosa alla vista di Gesù: trionfante sulla morte, Tommaso gli dice : « Mio Signore e mio Dio » (Gv 20,28). 

« Insegnare a tutte le nazioni ». Questo era lo scopo della misericordia di Dio, che non conosce limiti quando si tratta della nostra umanità decaduta. Questo comando era una promessa : « E poiché l’iniquità è aumentata, l’amore di molti si raffredderà » (Mt 24,12). Come possiamo far sì che le nazioni imparino ? Con questi tre mezzi: istruzione, battesimo e obbligo morale di mettere in pratica tutti gli insegnamenti di Gesù. L’istruzione fu data a tutte le nazioni : il battesimo fu amministrato a coloro che erano stati fatti discepoli tra loro. A questi discepoli battezzati gli apostoli dovevano insegnare ad osservare tutto ciò che Gesù comandava.

Il diacono Michel Houyoux


Link ad altri siti cristiani

◊ Famiglia Cristiana : clicca qui per leggere l’articolo → Santissimità Trinità, il mistero (incomprensibile) dell’amore

◊ Catopedia : clicca qui per leggere l’articolo → Solennità della Santissima Trinità – Cathopedia

 ◊ Video  Padre Ternando Armellini : clicca qui → https://youtu.be/BFI0Z289Y0Q

Publié dans articles en Italien, Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, tempo pasquale, Temps pascal | Pas de Commentaire »

12345...116
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...