Das Allerheiligste Sakrament – Jahr B

Posté par diaconos le 30 mai 2024

Becoming a Catholic - Interested in the Catholic Faith? Not sure how to ...


# Die Realpräsenz ist eine Lehre der christlichen Theologie, nach der Jesus Christus in der Eucharistie persönlich gegenwärtig ist. Sie steht im Gegensatz zur Interpretation der Gegenwart Christi als bloßes Symbol oder Metapher. Im allgemeinen Sprachgebrauch wird dieser Ausdruck meist als Bekräftigung der katholischen Lehre verstanden, wonach Christus nach der Konsekration der Opfergaben während der Messe unter den Erscheinungsformen von Brot und Wein substantiell gegenwärtig ist.
Dieser Begriff ist jedoch weiter gefasst. Er kann sowohl mit der katholischen Lehre von der Transsubstantiation als auch mit der lutherischen Lehre von der Konsubstantiation oder der calvinistischen Lehre von der geistigen Gegenwart in Verbindung gebracht werden, sollte aber mit keiner dieser Lehren verwechselt werden.

Es kommen verschiedene Vorstellungen ins Spiel, die seit dem 16. Jahrhundert dazu beigetragen haben, die Kluft zwischen Katholizismus und Protestantismus, aber auch innerhalb des Protestantismus zwischen den Hauptströmungen der Reformation zu vertiefen. Am Ende des 20. Jahrhunderts haben sich diese Unterschiede mit dem Fortschritt der Ökumene relativiert, wenn nicht gar aufgelöst. Dieser Begriff ist jedoch viel weiter gefasst. Er kann mit der katholischen Lehre von der Transsubstantiation, der lutherischen Lehre von der Konsubstantiation oder der calvinistischen Lehre von der geistigen Gegenwart in Verbindung gebracht werden, wird aber mit keiner von ihnen verwechselt.

Es kamen verschiedene Vorstellungen ins Spiel, die ab dem 16. Jahrhundert dazu beitrugen, die Kluft zwischen Katholizismus und Protestantismus, aber auch innerhalb des Protestantismus zwischen den Hauptströmungen der Reformation zu vertiefen. Am Ende des 20. Jahrhunderts relativierten sich diese Unterschiede jedoch, wenn sie nicht gar verschwanden, mit dem Fortschritt der Ökumene. Vor allem im Zuge der vom Zweiten Vatikanischen Konzil geführten Überlegungen zur Eucharistie betonten viele katholische Theologen und Philosophen, dass die Brüche des 16.

Bereits am Ende des 1. Jahrhunderts stellte die Didache eine Verbindung zwischen der Eucharistie und dem Text des Propheten Maleachi her, der übersetzt lautet : « An jedem Ort und zu jeder Zeit soll mir ein reines Opfer dargebracht werden ». (Maleachi 1,11-14). Dieser Hinweis auf das Opfer wurde später zu einem Klassiker unter den frühen christlichen Schriftstellern. Darüber hinaus wurde das Dogma der Realpräsenz von mehreren Kirchenvätern entwickelt, darunter Ignatius von Antiochien im frühen 2. Jahrhundert, Justin von Nablus in der Mitte des 2. Jahrhunderts, Irenäus von Lyon im späten 2. Jahrhundert, Cyprian von Karthago in der Mitte des 3. Jahrhunderts,

Johannes Chrysostomus und Ambrosius von Mailand im späten 4. Jahrhundert und Augustinus von Hippo an der Wende vom 4. zum 5. Im 12. Jahrhundert taucht der Begriff der Transsubstantiation auf, aber erst nach Thomas von Aquin, ein Jahrhundert später, wird sein Inhalt geklärt. Die Transsubstantiation, die Thomas von Aquin auch « substanzielle Wandlung » nennt, bezieht sich auf den philosophischen Begriff der « Substanz »: die « intelligible Realität eines Wesens » im metaphysischen Sinne, d. h. nicht mit den Sinnen wahrnehmbar.

Aus dem Evangelium von Jesus Christus nach Markus

Am ersten Tag des Festes der ungesäuerten Brote, als das Passahlamm geopfert wurde, sagten die Jünger Jesu zu ihm : « Wo sollen wir hingehen, damit wir für dich das Passah essen können ? » Er schickte zwei seiner Jünger und sagte zu ihnen : Geht in die Stadt ; ein Mann mit einem Wasserkrug wird euch entgegenkommen. Folgt ihm, und wenn er hineingeht, sagt dem Hausherrn : « Der Meister hat dich geschickt, um dir zu sagen : ‘Wo ist der Raum, in dem ich mit meinen Jüngern das Passah essen kann ?Ich zeige Ihnen einen großen Raum im Obergeschoss, der bereits für das Essen vorbereitet ist.

Bereitet dort alles für uns vor ». Die Jünger brachen auf, gingen in die Stadt, fanden alles so vor, wie Jesus es ihnen gesagt hatte, und bereiteten das Passamahl vor. Während des Mahls nahm Jesus das Brot, sprach den Segen, brach es und gab es ihnen.Und er sagte zu ihnen: « Nehmt, das ist mein Leib ». Dann nahm er einen Kelch, sprach das Dankgebet und gab ihn ihnen, und sie tranken alle daraus. Und er sprach zu ihnen: « Das ist mein Blut, das Blut des Bundes, das für viele vergossen wird. Amen, ich sage euch: Ich werde nicht mehr von der Frucht des Weinstocks trinken bis zu dem Tag, an dem ich wieder von ihr trinken werde im Reich Gottes ». Nachdem sie die Psalmen gesungen hatten, machten sie sich auf den Weg zum Ölberg. (Mk 14:12-16, 22-26)

 Das Passahfestmah

Als das Passahfest nahte, suchten die Hohenpriester und Schriftgelehrten nach einer Möglichkeit, ihn zu fangen und zu töten, aber sie wollten es nicht während des Festes tun, weil sie einen Aufstand befürchteten. Jesus saß mit Simon, dem Aussätzigen, in Bethanien zu Tisch, als eine Frau mit einer Alabaster-Vase voller teurem Parfüm kam: Sie zerbrach die Vase und goss das Parfüm auf Jesu Kopf. Einige kritisierten diese unnötige Verschwendung : Das Parfüm, so sagten sie, hätte für dreihundert Denare verkauft werden können, um es den Armen zukommen zu lassen. Jesus tadelte sie dafür, dass sie der Frau Schaden zufügten.

Er sagte, dass sie ihm Gutes getan habe. Sie waren immer in der Lage, den Armen Gutes zu tun, während er nicht immer in der Lage war, ihnen Gutes zu tun. Als sie den Tod Jesu, den sie liebte, spürte, tat sie alles, was in ihrer Macht stand; da sie ihn nicht retten konnte, verabschiedete sie sich von ihm, indem sie das opferte, was ihm am wertvollsten war. Überall, wo das Evangelium verkündet wird, wird von ihrer Tat berichtet. Judas, einer der Zwölf, ging zu den Hohenpriestern, um Jesus zu verraten. Sie nahmen ihn gerne auf und versprachen ihm Geld. Judas suchte nach einer Gelegenheit, Jesus zu verraten.

Diakon Michel Houyoux


Links zu anderen christlichen Seiten


◊Diözese Linz
: klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen →Das Pessach-Mahl

 ◊ Sankt Servatius Siegburg : Klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen →Das Passah-Mahl

 Video  Sacramentprocessie -Antwerpen : Klicken Sie hier →https://youtu.be/0gTfx2lnCVw?t=17

Publié dans Actes des apôtres, Bible, Catéchèse, comportements, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Foi, L'Église, La messe du dimanche, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Dimanche de Pâques – Année B

Posté par diaconos le 26 mars 2024

Jésus ressuscité ? L’énigme du tombeau vide

Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts

# La résurrection de Lazare est un miracle de Jésus rapporté uniquement par l’Évangile de Jean (Jean 11:1–44), durant lequel Jésus ramène Lazare de Béthanie à la vie quatre jours après son enterrement1. L’événement se déroule à Béthanie, aujourd’hui la ville palestinienne d’Al-Eizariya, C’est, dans l’Évangile de Jean, le dernier des miracles que Jésus accomplit avant la Passion et sa propre résurrection. Lazare est le frère de Marthe et de Marie de Béthanie. La famille vivait dans le village de Béthanie, à environ trois kilomètres à l’est de Jérusalem, sur le versant sud-est du mont des Oliviers.

Les théologiens Moloney et Harrington considérèrent la résurrection de Lazare comme un miracle pivot qui déclencha la chaîne d’événements qui mena à la crucifixion de Jésus. Ils le considérèrent comme une résurrection qui mena à la mort, dans la mesure où la résurrection de Lazare entraîna la mort de Jésus, le Fils de Dieu, à Jérusalem, et révéla la gloire de Dieu. Calvin nota que non seulement le Christ donna une preuve remarquable de sa puissance divine pour relever Lazare, mais il a également placé sous nos yeux une image vivante de notre future résurrection. Le Samedi de Lazare, qui fait référence à la résurrection de Lazare, ami de Jésus, signe la fin du Grand Carême pour les chrétiens orthodoxes et catholiques orientaux.

Combiné avec le Dimanche des Rameaux, il précède la Semaine sainte. Cette fête prend place ici car elle est considérée par certaines Églises d’Orient –Églises orthodoxes et Églises catholiques de rite byzantin– comme une anticipation de Pâques, du mystère de la Résurrection. C’est pourquoi ce samedi est célébré comme un dimanche, jour de la Résurrection. Le Christ est montré, dans cet épisode, et dans l’hymnographie qui le développe, comme triomphateur de la mort, car Lazare est mort depuis quatre jours, et la décomposition corporelle est déjà en voie. D’un seul mot, et sans prendre garde au désespoir des sœurs du mort, le Christ ressuscite Lazare : la mort déjà ne peut rien face à sa puissance.

Dans l’apolytikion du jour, l’hymnographe affirme que ce geste a été accompli pour « donner foi en la Résurrection de tous». # Pâques est la fête la plus importante du christianisme. Elle commémore la résurrection de Jésus. La solennité, précédée par la Semaine sainte, dernière partie du carême, commence dans la nuit précédent le dimanche de Pâques, par la veillée pascale. La date de Pâques est fixée au premier dimanche après la première pleine lune qui suit le 21 mars, donc au plus tôt le 22 mars, si la pleine lune tombe le soir du 21, et au plus tard le 25 avril. Les Églises occidentales, ayant adopté à la fois la réforme grégorienne du calendrier et une correction concomitante pour le cycle lunaire, ont souvent un jour de célébration différent de celui des Églises orthodoxes. 

Du fait des calendriers différents (grégorien et julien) des deux traditions, l’équinoxe ne tombe pas nécessairement dans la même lunaison, auquel s’ajoute éventuellement un décalage supplémentaire d’une semaine lié au fait que les deux traditions n’emploient pas la même lune ecclésiastique et que donc les phases de la lune peuvent être décalées d’un jour ou deux et se trouver de part et d’autres d’un dimanche. Certaines Églises chrétiennes choisissent de pratiquer la Pâque quartodécimaine en concordance avec la Pâque juive.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et Jean, l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : «On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé.» Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.

En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là ,en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. (Jn 20, 1-9)

Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts

«Resurrexi, et adhuc tecum sum » (« Je suis ressuscité et je suis toujours avec toi ») : c’est ainsi que commence le chant d’entrée officiel de la messe de Pâques. Oui, Seigneur, tu as vaincu la mort et tu es toujours avec moi, tu es l’ami intime de mon âme.  Seigneur Jésus, par ta Résurrection, viens me revivifier  Aujourd’hui est le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !, chanterons-nous tout au long de Pâques. Cette expression du Psaume 117 inonde la célébration de la foi chrétienne. Le Père a ressuscité son Fils Jésus-Christ, le Bien-aimé, Celui en qui Il met toute sa complaisance parce qu’Il a aimé jusqu’à donner sa vie pour tous.

Vivons ainsi notre joie de Pâques. Christ est ressuscité: fêtons, pleins de joie et d’amour, cette résurrection. Aujourd’hui, Jésus-Christ a vaincu la mort, le péché, la tristesse… et il a ouvert pour nous les portes d’une nouvelle vie, la vie authentique, celle que le Saint-Esprit nous donne par pure grâce. Que personne ne soit triste ! Christ est notre Paix et notre Chemin, pour toujours. Aujourd’hui Il «manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation» (Concile Vatican II, Gaudium et Spes 22).x

Voici le grand signe que l’Évangile nous donne aujourd’hui: le tombeau de Jésus est vide. Nous ne devons plus chercher parmi les morts Celui qui est vivant, car Il est ressuscité. Et les disciples qui, plus tard, le verront Ressuscité, c’est à dire, le reconnaîtront pour vivant dans une rencontre de foi merveilleuse, se rendent compte que son tombeau est vide. Le tombeau vide et les apparitions seront les grands signes pour la foi des croyants. L’Évangile dit : «C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut» (Jn 20, 8). Il sut saisir par la foi que ce vide ainsi que ce linceul et le linge roulé à part, étaient les petits signes du passage de Dieu, de la nouvelle vie.

L’amour sait capter ce qui échappe aux autres; de petits signes lui suffisent. «L’autre disciple, celui que Jésus aimait» (Jn 20, 2), se laissait guider par l’amour qu’il avait reçu du Christ. Ce «voir et croire» des disciples doit être aussi le nôtre. Renouvelons-nous dans notre foi pascale. Que le Christ soit en tout notre Seigneur. Laissons sa Vie vivifier la nôtre et renouvelons la grâce de notre baptême. Devenons ses apôtres et ses disciples. Guidés par l’amour, annonçons partout notre bonheur de croire en Jésus-Christ. Soyons les témoins joyeux et pleins d’espérance de sa Résurrection. Seigneur, tu es présent, tu es là, ressuscité, près de moi. Inonde mon cœur de ta force et de ton amour, que ta Résurrection redonne vie à ma vie.

La joie n’est pas seulement un sentiment, mais elle dépend aussi de notre volonté, nous pouvons décider d’être joyeux en méditant les motifs profonds de notre joie. Aujourd’hui, essayons de vivre la joie de Pâques, de nous réjouir car le Christ est ressuscité et qu’il partage avec nous sa vie.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web

RCF Radio : cliquez ici pour lire l’article « Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts »

Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article : « Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts »

Vidéo KYO TV https://youtu.be/5AlZkItxdls

Publié dans Actes des apôtres, Bible, Catéchèse, comportements, conversion, Dieu, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Histoire, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Третье воскресенье Великого поста – год В

Posté par diaconos le 3 mars 2024

Un jour, une question. D’où vient l’expression "Chasser les marchands ...

Иисус изгоняет торговцев из храма


# На этот праздник собралось от 300 000 до 400 000 паломников. Иисус посетил Иерусалимский храм, где двор был заполнен скотом и менялами, которые меняли стандартные греческие и римские деньги на иудейские и сирийские, единственные две валюты, принимаемые в храме, позволяя покупать жертвенных животных. В Новом Завете рассказывается о том, как Иисус изгнал торговцев и менял из Иерусалимского храма. Иисус и его ученики прибыли в Иерусалим на Пасху.

Иисус обвинил торговцев в том, что они превратили Храм в логово воров. В Евангелии от Иоанна Иисус назвал Храм домом Отца Моего и таким образом представил Себя как Сына Божьего. В авраамических религиях верующие обращаются к Богу-Отцу.В Евангелии от Иоанна представлен единственный случай, когда Иисус применил физическое насилие к людям. Эта история появляется в конце Синоптических Евангелий (Мк 11, 15-19; Мф 21, 12-17; Лк 19, 45-48) и в начале Евангелия от Иоанна (Ин 2, 13-16). Некоторые авторы считали, что это два отдельных события, учитывая, что Евангелие от Иоанна также содержит несколько рассказов о еврейской Пасхе.

Из Евангелия Иисуса Христа от Иоанна

Когда приближалась еврейская Пасха, Иисус отправился в Иерусалим. В храме он нашел торговцев волами, овцами и голубями, а также меновщиков. Он сделал кнут из веревок и выгнал их всех из храма вместе с овцами и волами ; деньги меновщиков бросил на землю, прилавки их опрокинул, а торговцам голубями сказал : « Уберите это отсюда. Не делайте дом Отца Моего домом торговли ». Его ученики вспомнили, что написано : « Любовь к дому твоему будет Мне мучением ». Некоторые иудеи спросили Его : « Какое знамение Ты можешь дать нам, чтобы сделать это? » Иисус ответил: « На строительство этого святилища ушло сорок шесть лет, а вы воздвигнете его в три дня! »

Но он говорил о святилище своего тела. Поэтому, когда Он воскрес из мертвых, ученики вспомнили, что Он сказал это; они поверили Писанию и слову, сказанному Иисусом. Когда Он был в Иерусалиме на празднике Пасхи, многие поверили в Его имя, увидев знамения, которые Он совершал. Но Иисус не поверил им, потому что Он знал их всех и не нуждался в свидетельстве людей, ибо Он Сам знал, что в человеке (Ин 2, 13-25)

Совершив Свое первое чудо в Кане Галилейской, Иисус отправился в Иерусалим и пошел в храм, чтобы помолиться и провозгласить Благую Весть, которую Он пришел принести на землю. Но каково же было его удивление, когда он увидел, что храм Божий, Его храм, заполнен купцами и торговцами всех мастей ! Бог в лице Иисуса приходит в Свой собственный дом, и что же Он там находит? Молящихся людей? Левитов, выполняющих свои обязанности? Совсем нет! Но купцов, торговцев, людей, которые, кажется, заботятся только об одном: заработать деньги для своей жизни на земле, вместо того чтобы молиться об Отце, чтобы Он принял их в Свой небесный дом! Мир перевернулся с ног на голову, можно сказать !

Он сделал кнут из веревок и выгнал их всех из храма вместе с их овцами и волами; он бросил на землю монеты меновщиков, опрокинул их прилавки и сказал торговцам голубями : « Уберите это отсюда. Не делайте дом Отца Моего домом торговли ». (Ин 2, 15-16) Ошибка, которой следует избегать, – думать, что Иисус, изгоняя торговцев из Храма, демонстрирует жестокое презрение к торговле и купцам. Преднамеренный поступок Христа (ему пришлось найти веревки и изготовить плеть, что требует времени) означает совсем другое : весь Храм в целом что требует времени) означает совсем другое : весь культ Храма, вся религия превратились в торговлю, в конокрадство, в дело « давать и брать ». И именно с этим Иисус яростно борется.

Люди приходили в храм, чтобы принести жертвы. Например, богатые приносили в жертву вола или быка, менее богатые – ягненка, а бедные – несколько голубей. Но эти жертвы были корыстными жестами: люди отдавали, чтобы получить. Они надеялись, что благодаря этой жертве получат Божью помощь в том или ином деле, или здоровье, или какую-то другую просьбу. Прошли ли мы этот этап ? Не совсем! На самом деле мы слишком часто думаем, что должны что-то заслужить, а Бог ничего не дает бесплатно.

Иисус пришел, чтобы открыть нам нечто важное: Бог дает по свободной воле. Он отдает Себя бесплатно, даже безвозмездно, без каких-либо заслуг с нашей стороны. Мы должны перейти от религии « давать и брать » к религии принятия благодати, принятия свободного Божьего дара. Великая уверенность всей Библии заключается в том, что Бог хочет, чтобы человек был счастлив, и Он дает ему средства для этого, очень простые средства : все, что ему нужно сделать, – это слушать Слово Божье, записанное в Законе, и жить по нему.

Путь обозначен, заповеди подобны указателям на обочине дороги, предупреждающим нас о возможной опасности : « Заповедь Господня ясна, она делает путь чистым ». (Псалом 18) Именно в наших отношениях с Богом проявляется наша вера, потому что в конечном итоге именно там, где двое или трое соединяются во имя Христа, мы вновь открываем для себя, что не можем контролировать, договариваться или покупать то, что наполняет нашу жизнь смыслом. Наша вера должна быть прожита в капитуляции и полном доверии Богу.

Дьякон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

◊ Азбука веры : нажмите здесь, чтобы прочитать статью → 3 марта 2024 года – Православный Церковный календарь

Amic Россия : нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Когда в 2024 году начнется Великий пост и что во время .

Божественная литургия : нажмите здесь → https://youtu.be/EwzdVik5eXo+

Publié dans Actes des apôtres, Bible, Carême, Catéchèse, comportements, conversion, Dieu, Enseignement, évangiles, L'Église, La messe du dimanche, Page jeunesse, Paroisses, Religion | Pas de Commentaire »

Conversion de saint Paul

Posté par diaconos le 17 janvier 2024

Conversion de saint Paul

Jeudi dix-sept janvier 2024

La conversion de Paul, décrite dans le Nouveau Testament se réfère à l’un des événements de la vie d Pauk de Tarse. C’est une fête des Églises chrétiennes célébrée le vingt cinq janvier selon le Martyrologe romain. Autour de cette date a lieu chaque année la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Dans ses épîtres, qui constitua une source de première main, Paul traita de sa conversion de manière brève.

Dans le livre de Actes des apôtres, la conversion de Paul est abordée à trois endroits différents, et cette expérience y est beaucoup plus détaillée que dans les épîtres. Ils décrivent la conversion comme un évènement qui se déroula au moment où Paul était en route vers Damas.

 

Jésus lui apparut sous la forme d’une lumière, et il tomba de cheval à la suite de cette vision et il devint aveugle. Paul fut ensuite emmené à Damas, où il fut baptisé trois jours plus tard par Ananie, qui lui rendit en même temps la vue,

 La conversion de Paul , huile sur panneau vers 1600 - XVIIe siècle - N ...

Chute de Paul de Tarse à l’origine de sa conversion

Ananie aurait reçu l’ordre de Dieu de l’accueillir parmi les saints. Les trois récits de cette conversion se situent en 9,3-9, 22,5-11, et 26,13-19. Le premier fut raconté par l’auteur des Actes des Apôtres, tandis que les deux autres furent racontés par Paul, lorsqu’il fut emprisonné à Jérusalem puis à Césarée. Dans le premier récit, Paul vit la lumière et ses compagnons entendent la voix ; dans le deuxième, ils tombèrent par terre à cause la lumière, mais seul Paul entendit la voix ; dans le dernier, Paul et ses compagnons tombèrent et furent enveloppés de lumière, mais seul Paul entendit la voix. La Tradition apologétique chrétienne supposa que les caravaniers entendirent, mais ne comprirent pas ce que Jésus dit à Paul, car le premier aurait parla en langue hébraïque

Fiabilité du récit des Actes

Des exégètes, même chrétiens relevèrent que l’épisode du chemin de Damas n’a jamais été relaté par Paul dans ses lettres, la mention de l’avorton évoquant un événement extérieur, mais sans en esquisser le moindre récit. Les Actes des apôtres, s’ils furent longtemps attribués à Luc comme l’Évangile de Luc sont des récits pseudépigraphiques, l’auteur étant inconnu. Le Pseudo Luc écrit à l’époque de la troisième génération de chrétiens (80 et 100 ap. J.-C.) ce qui se passa entre les années trente et soixante, il eut un projet théologique et historique qui orienta son récit. Le récit s’inséra dans l’ouverture du christianisme vers les païens plutôt que vers les juifs : «Luc montre ainsi comment Dieu élargit le cercle des élus» (Pasteur Elian Cuvillier) La conversion de saint Paul est fêtée dans le calendrier liturgique chrétien le vingt-cinq janvier l’attestation de la date à partir du neuvième siècle dans les martyrologes du Moyen Âge) et conclut la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens.

La conversion de Paul, décrite dans le Nouveau Testament se réfère à l’un des événements de la vie d Pau de Tarse. C’est une fête des Églises chrétiennes célébrée le vingt cinq janvier selon le Martyrologe romain. Autour de cette date a lieu chaque année la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Dans ses épîtres, qui constitua une source de première main, Paul traita de sa conversion de manière brève.  Dans le livre de Actes des apôtres, la conversion de Paul est abordée à trois endroits différents, et cette expérience y est beaucoup plus détaillée que dans les épîtres. Ils décrivent la conversion comme un évènement qui se déroula au moment où Paul était en route vers Damas. Jésus lui apparut sous la forme d’une lumière, et il tomba de cheval à la suite de cette vision et il devint aveugle. Paul fut ensuite emmené à Damas, où il fut baptisé trois jours plus tard par Ananie, qui lui rendit en même temps la vue, 

Ananie aurait reçu l’ordre de Dieu de l’accueillir parmi les saints. Les trois récits de cette conversion se situent en 9,3-9, 22,5-11, et 26,13-19. Le premier fut raconté par l’auteur des Actes des Apôtres, tandis que les deux autres furent racontés par Paul, lorsqu’il fut emprisonné à Jérusalem puis à Césarée. Dans le premier récit, Paul vit la lumière et ses compagnons entendent la voix ; dans le deuxième, ils tombèrent par terre à cause la lumière, mais seul Paul entendit la voix ; dans le dernier, Paul et ses compagnons tombèrent et furent enveloppés de lumière, mais seul Paul entendit la voix. La Tradition apologétique chrétienne supposa que les caravaniers entendirent, mais ne comprirent pas ce que Jésus dit à Paul, car le premier aurait parla en langue hébraïque.

Fiabilité du récit des Actes

Des exégètes, même chrétiens relevèrent que l’épisode du chemin de Damas n’a jamais été relaté par Paul dans ses lettres, la mention de l’avorton évoquant un événement extérieur, mais sans en esquisser le moindre récit. Les Actes des apôtres, s’ils furent longtemps attribués à Luc comme l’Évangile de Luc sont des récits pseudépigraphiques, l’auteur étant inconnu. Le Pseudo Luc écrit à l’époque de la troisième génération de chrétiens (80 et 100 ap. J.-C.) ce qui se passa entre les années trente et soixante, il eut un projet théologique et historique qui orienta son récit. Le récit s’inséra dans l’ouverture du christianisme vers les païens plutôt que vers les juifs : «Luc montre ainsi comment Dieu élargit le cercle des élus» (Pasteur Elian Cuvillier) La conversion de saint Paul est fêtée dans le calendrier liturgique chrétien le vingt-cinq janvier l’attestation de la date à partir du neuvième siècle dans les martyrologes du Moyen Âge) et conclut la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

La croix : cliquez ici pour lire l’article La conversion de Paul, une expérience indicible

Aleteia : cliquez ici pour lire l’article : cliquez ici pour lire l’article La conversion de saint Paul

Vidéo Paul de Tarse :cliquez ici pour regarder le film https://youtu.be/L-e3PwRfaCQ

 

 

Publié dans Actes des apôtres, Catéchèse, comportements, Enseignement, Histoire, Histoire du Salut, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...