Dimanche de Pâques – Année B

Posté par diaconos le 26 mars 2024

Jésus ressuscité ? L’énigme du tombeau vide

Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts

# La résurrection de Lazare est un miracle de Jésus rapporté uniquement par l’Évangile de Jean (Jean 11:1–44), durant lequel Jésus ramène Lazare de Béthanie à la vie quatre jours après son enterrement1. L’événement se déroule à Béthanie, aujourd’hui la ville palestinienne d’Al-Eizariya, C’est, dans l’Évangile de Jean, le dernier des miracles que Jésus accomplit avant la Passion et sa propre résurrection. Lazare est le frère de Marthe et de Marie de Béthanie. La famille vivait dans le village de Béthanie, à environ trois kilomètres à l’est de Jérusalem, sur le versant sud-est du mont des Oliviers.

Les théologiens Moloney et Harrington considérèrent la résurrection de Lazare comme un miracle pivot qui déclencha la chaîne d’événements qui mena à la crucifixion de Jésus. Ils le considérèrent comme une résurrection qui mena à la mort, dans la mesure où la résurrection de Lazare entraîna la mort de Jésus, le Fils de Dieu, à Jérusalem, et révéla la gloire de Dieu. Calvin nota que non seulement le Christ donna une preuve remarquable de sa puissance divine pour relever Lazare, mais il a également placé sous nos yeux une image vivante de notre future résurrection. Le Samedi de Lazare, qui fait référence à la résurrection de Lazare, ami de Jésus, signe la fin du Grand Carême pour les chrétiens orthodoxes et catholiques orientaux.

Combiné avec le Dimanche des Rameaux, il précède la Semaine sainte. Cette fête prend place ici car elle est considérée par certaines Églises d’Orient –Églises orthodoxes et Églises catholiques de rite byzantin– comme une anticipation de Pâques, du mystère de la Résurrection. C’est pourquoi ce samedi est célébré comme un dimanche, jour de la Résurrection. Le Christ est montré, dans cet épisode, et dans l’hymnographie qui le développe, comme triomphateur de la mort, car Lazare est mort depuis quatre jours, et la décomposition corporelle est déjà en voie. D’un seul mot, et sans prendre garde au désespoir des sœurs du mort, le Christ ressuscite Lazare : la mort déjà ne peut rien face à sa puissance.

Dans l’apolytikion du jour, l’hymnographe affirme que ce geste a été accompli pour « donner foi en la Résurrection de tous». # Pâques est la fête la plus importante du christianisme. Elle commémore la résurrection de Jésus. La solennité, précédée par la Semaine sainte, dernière partie du carême, commence dans la nuit précédent le dimanche de Pâques, par la veillée pascale. La date de Pâques est fixée au premier dimanche après la première pleine lune qui suit le 21 mars, donc au plus tôt le 22 mars, si la pleine lune tombe le soir du 21, et au plus tard le 25 avril. Les Églises occidentales, ayant adopté à la fois la réforme grégorienne du calendrier et une correction concomitante pour le cycle lunaire, ont souvent un jour de célébration différent de celui des Églises orthodoxes. 

Du fait des calendriers différents (grégorien et julien) des deux traditions, l’équinoxe ne tombe pas nécessairement dans la même lunaison, auquel s’ajoute éventuellement un décalage supplémentaire d’une semaine lié au fait que les deux traditions n’emploient pas la même lune ecclésiastique et que donc les phases de la lune peuvent être décalées d’un jour ou deux et se trouver de part et d’autres d’un dimanche. Certaines Églises chrétiennes choisissent de pratiquer la Pâque quartodécimaine en concordance avec la Pâque juive.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et Jean, l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : «On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé.» Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.

En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là ,en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. (Jn 20, 1-9)

Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts

«Resurrexi, et adhuc tecum sum » (« Je suis ressuscité et je suis toujours avec toi ») : c’est ainsi que commence le chant d’entrée officiel de la messe de Pâques. Oui, Seigneur, tu as vaincu la mort et tu es toujours avec moi, tu es l’ami intime de mon âme.  Seigneur Jésus, par ta Résurrection, viens me revivifier  Aujourd’hui est le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !, chanterons-nous tout au long de Pâques. Cette expression du Psaume 117 inonde la célébration de la foi chrétienne. Le Père a ressuscité son Fils Jésus-Christ, le Bien-aimé, Celui en qui Il met toute sa complaisance parce qu’Il a aimé jusqu’à donner sa vie pour tous.

Vivons ainsi notre joie de Pâques. Christ est ressuscité: fêtons, pleins de joie et d’amour, cette résurrection. Aujourd’hui, Jésus-Christ a vaincu la mort, le péché, la tristesse… et il a ouvert pour nous les portes d’une nouvelle vie, la vie authentique, celle que le Saint-Esprit nous donne par pure grâce. Que personne ne soit triste ! Christ est notre Paix et notre Chemin, pour toujours. Aujourd’hui Il «manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation» (Concile Vatican II, Gaudium et Spes 22).x

Voici le grand signe que l’Évangile nous donne aujourd’hui: le tombeau de Jésus est vide. Nous ne devons plus chercher parmi les morts Celui qui est vivant, car Il est ressuscité. Et les disciples qui, plus tard, le verront Ressuscité, c’est à dire, le reconnaîtront pour vivant dans une rencontre de foi merveilleuse, se rendent compte que son tombeau est vide. Le tombeau vide et les apparitions seront les grands signes pour la foi des croyants. L’Évangile dit : «C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut» (Jn 20, 8). Il sut saisir par la foi que ce vide ainsi que ce linceul et le linge roulé à part, étaient les petits signes du passage de Dieu, de la nouvelle vie.

L’amour sait capter ce qui échappe aux autres; de petits signes lui suffisent. «L’autre disciple, celui que Jésus aimait» (Jn 20, 2), se laissait guider par l’amour qu’il avait reçu du Christ. Ce «voir et croire» des disciples doit être aussi le nôtre. Renouvelons-nous dans notre foi pascale. Que le Christ soit en tout notre Seigneur. Laissons sa Vie vivifier la nôtre et renouvelons la grâce de notre baptême. Devenons ses apôtres et ses disciples. Guidés par l’amour, annonçons partout notre bonheur de croire en Jésus-Christ. Soyons les témoins joyeux et pleins d’espérance de sa Résurrection. Seigneur, tu es présent, tu es là, ressuscité, près de moi. Inonde mon cœur de ta force et de ton amour, que ta Résurrection redonne vie à ma vie.

La joie n’est pas seulement un sentiment, mais elle dépend aussi de notre volonté, nous pouvons décider d’être joyeux en méditant les motifs profonds de notre joie. Aujourd’hui, essayons de vivre la joie de Pâques, de nous réjouir car le Christ est ressuscité et qu’il partage avec nous sa vie.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web

RCF Radio : cliquez ici pour lire l’article « Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts »

Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article : « Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts »

Vidéo KYO TV https://youtu.be/5AlZkItxdls

Publié dans Actes des apôtres, Bible, Catéchèse, comportements, conversion, Dieu, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Histoire, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Третье воскресенье Великого поста – год В

Posté par diaconos le 3 mars 2024

Un jour, une question. D’où vient l’expression "Chasser les marchands ...

Иисус изгоняет торговцев из храма


# На этот праздник собралось от 300 000 до 400 000 паломников. Иисус посетил Иерусалимский храм, где двор был заполнен скотом и менялами, которые меняли стандартные греческие и римские деньги на иудейские и сирийские, единственные две валюты, принимаемые в храме, позволяя покупать жертвенных животных. В Новом Завете рассказывается о том, как Иисус изгнал торговцев и менял из Иерусалимского храма. Иисус и его ученики прибыли в Иерусалим на Пасху.

Иисус обвинил торговцев в том, что они превратили Храм в логово воров. В Евангелии от Иоанна Иисус назвал Храм домом Отца Моего и таким образом представил Себя как Сына Божьего. В авраамических религиях верующие обращаются к Богу-Отцу.В Евангелии от Иоанна представлен единственный случай, когда Иисус применил физическое насилие к людям. Эта история появляется в конце Синоптических Евангелий (Мк 11, 15-19; Мф 21, 12-17; Лк 19, 45-48) и в начале Евангелия от Иоанна (Ин 2, 13-16). Некоторые авторы считали, что это два отдельных события, учитывая, что Евангелие от Иоанна также содержит несколько рассказов о еврейской Пасхе.

Из Евангелия Иисуса Христа от Иоанна

Когда приближалась еврейская Пасха, Иисус отправился в Иерусалим. В храме он нашел торговцев волами, овцами и голубями, а также меновщиков. Он сделал кнут из веревок и выгнал их всех из храма вместе с овцами и волами ; деньги меновщиков бросил на землю, прилавки их опрокинул, а торговцам голубями сказал : « Уберите это отсюда. Не делайте дом Отца Моего домом торговли ». Его ученики вспомнили, что написано : « Любовь к дому твоему будет Мне мучением ». Некоторые иудеи спросили Его : « Какое знамение Ты можешь дать нам, чтобы сделать это? » Иисус ответил: « На строительство этого святилища ушло сорок шесть лет, а вы воздвигнете его в три дня! »

Но он говорил о святилище своего тела. Поэтому, когда Он воскрес из мертвых, ученики вспомнили, что Он сказал это; они поверили Писанию и слову, сказанному Иисусом. Когда Он был в Иерусалиме на празднике Пасхи, многие поверили в Его имя, увидев знамения, которые Он совершал. Но Иисус не поверил им, потому что Он знал их всех и не нуждался в свидетельстве людей, ибо Он Сам знал, что в человеке (Ин 2, 13-25)

Совершив Свое первое чудо в Кане Галилейской, Иисус отправился в Иерусалим и пошел в храм, чтобы помолиться и провозгласить Благую Весть, которую Он пришел принести на землю. Но каково же было его удивление, когда он увидел, что храм Божий, Его храм, заполнен купцами и торговцами всех мастей ! Бог в лице Иисуса приходит в Свой собственный дом, и что же Он там находит? Молящихся людей? Левитов, выполняющих свои обязанности? Совсем нет! Но купцов, торговцев, людей, которые, кажется, заботятся только об одном: заработать деньги для своей жизни на земле, вместо того чтобы молиться об Отце, чтобы Он принял их в Свой небесный дом! Мир перевернулся с ног на голову, можно сказать !

Он сделал кнут из веревок и выгнал их всех из храма вместе с их овцами и волами; он бросил на землю монеты меновщиков, опрокинул их прилавки и сказал торговцам голубями : « Уберите это отсюда. Не делайте дом Отца Моего домом торговли ». (Ин 2, 15-16) Ошибка, которой следует избегать, – думать, что Иисус, изгоняя торговцев из Храма, демонстрирует жестокое презрение к торговле и купцам. Преднамеренный поступок Христа (ему пришлось найти веревки и изготовить плеть, что требует времени) означает совсем другое : весь Храм в целом что требует времени) означает совсем другое : весь культ Храма, вся религия превратились в торговлю, в конокрадство, в дело « давать и брать ». И именно с этим Иисус яростно борется.

Люди приходили в храм, чтобы принести жертвы. Например, богатые приносили в жертву вола или быка, менее богатые – ягненка, а бедные – несколько голубей. Но эти жертвы были корыстными жестами: люди отдавали, чтобы получить. Они надеялись, что благодаря этой жертве получат Божью помощь в том или ином деле, или здоровье, или какую-то другую просьбу. Прошли ли мы этот этап ? Не совсем! На самом деле мы слишком часто думаем, что должны что-то заслужить, а Бог ничего не дает бесплатно.

Иисус пришел, чтобы открыть нам нечто важное: Бог дает по свободной воле. Он отдает Себя бесплатно, даже безвозмездно, без каких-либо заслуг с нашей стороны. Мы должны перейти от религии « давать и брать » к религии принятия благодати, принятия свободного Божьего дара. Великая уверенность всей Библии заключается в том, что Бог хочет, чтобы человек был счастлив, и Он дает ему средства для этого, очень простые средства : все, что ему нужно сделать, – это слушать Слово Божье, записанное в Законе, и жить по нему.

Путь обозначен, заповеди подобны указателям на обочине дороги, предупреждающим нас о возможной опасности : « Заповедь Господня ясна, она делает путь чистым ». (Псалом 18) Именно в наших отношениях с Богом проявляется наша вера, потому что в конечном итоге именно там, где двое или трое соединяются во имя Христа, мы вновь открываем для себя, что не можем контролировать, договариваться или покупать то, что наполняет нашу жизнь смыслом. Наша вера должна быть прожита в капитуляции и полном доверии Богу.

Дьякон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

◊ Азбука веры : нажмите здесь, чтобы прочитать статью → 3 марта 2024 года – Православный Церковный календарь

Amic Россия : нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Когда в 2024 году начнется Великий пост и что во время .

Божественная литургия : нажмите здесь → https://youtu.be/EwzdVik5eXo+

Publié dans Actes des apôtres, Bible, Carême, Catéchèse, comportements, conversion, Dieu, Enseignement, évangiles, L'Église, La messe du dimanche, Page jeunesse, Paroisses, Religion | Pas de Commentaire »

Conversion de saint Paul

Posté par diaconos le 17 janvier 2024

Conversion de saint Paul

Jeudi dix-sept janvier 2024

La conversion de Paul, décrite dans le Nouveau Testament se réfère à l’un des événements de la vie d Pauk de Tarse. C’est une fête des Églises chrétiennes célébrée le vingt cinq janvier selon le Martyrologe romain. Autour de cette date a lieu chaque année la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Dans ses épîtres, qui constitua une source de première main, Paul traita de sa conversion de manière brève.

Dans le livre de Actes des apôtres, la conversion de Paul est abordée à trois endroits différents, et cette expérience y est beaucoup plus détaillée que dans les épîtres. Ils décrivent la conversion comme un évènement qui se déroula au moment où Paul était en route vers Damas.

 

Jésus lui apparut sous la forme d’une lumière, et il tomba de cheval à la suite de cette vision et il devint aveugle. Paul fut ensuite emmené à Damas, où il fut baptisé trois jours plus tard par Ananie, qui lui rendit en même temps la vue,

 La conversion de Paul , huile sur panneau vers 1600 - XVIIe siècle - N ...

Chute de Paul de Tarse à l’origine de sa conversion

Ananie aurait reçu l’ordre de Dieu de l’accueillir parmi les saints. Les trois récits de cette conversion se situent en 9,3-9, 22,5-11, et 26,13-19. Le premier fut raconté par l’auteur des Actes des Apôtres, tandis que les deux autres furent racontés par Paul, lorsqu’il fut emprisonné à Jérusalem puis à Césarée. Dans le premier récit, Paul vit la lumière et ses compagnons entendent la voix ; dans le deuxième, ils tombèrent par terre à cause la lumière, mais seul Paul entendit la voix ; dans le dernier, Paul et ses compagnons tombèrent et furent enveloppés de lumière, mais seul Paul entendit la voix. La Tradition apologétique chrétienne supposa que les caravaniers entendirent, mais ne comprirent pas ce que Jésus dit à Paul, car le premier aurait parla en langue hébraïque

Fiabilité du récit des Actes

Des exégètes, même chrétiens relevèrent que l’épisode du chemin de Damas n’a jamais été relaté par Paul dans ses lettres, la mention de l’avorton évoquant un événement extérieur, mais sans en esquisser le moindre récit. Les Actes des apôtres, s’ils furent longtemps attribués à Luc comme l’Évangile de Luc sont des récits pseudépigraphiques, l’auteur étant inconnu. Le Pseudo Luc écrit à l’époque de la troisième génération de chrétiens (80 et 100 ap. J.-C.) ce qui se passa entre les années trente et soixante, il eut un projet théologique et historique qui orienta son récit. Le récit s’inséra dans l’ouverture du christianisme vers les païens plutôt que vers les juifs : «Luc montre ainsi comment Dieu élargit le cercle des élus» (Pasteur Elian Cuvillier) La conversion de saint Paul est fêtée dans le calendrier liturgique chrétien le vingt-cinq janvier l’attestation de la date à partir du neuvième siècle dans les martyrologes du Moyen Âge) et conclut la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens.

La conversion de Paul, décrite dans le Nouveau Testament se réfère à l’un des événements de la vie d Pau de Tarse. C’est une fête des Églises chrétiennes célébrée le vingt cinq janvier selon le Martyrologe romain. Autour de cette date a lieu chaque année la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Dans ses épîtres, qui constitua une source de première main, Paul traita de sa conversion de manière brève.  Dans le livre de Actes des apôtres, la conversion de Paul est abordée à trois endroits différents, et cette expérience y est beaucoup plus détaillée que dans les épîtres. Ils décrivent la conversion comme un évènement qui se déroula au moment où Paul était en route vers Damas. Jésus lui apparut sous la forme d’une lumière, et il tomba de cheval à la suite de cette vision et il devint aveugle. Paul fut ensuite emmené à Damas, où il fut baptisé trois jours plus tard par Ananie, qui lui rendit en même temps la vue, 

Ananie aurait reçu l’ordre de Dieu de l’accueillir parmi les saints. Les trois récits de cette conversion se situent en 9,3-9, 22,5-11, et 26,13-19. Le premier fut raconté par l’auteur des Actes des Apôtres, tandis que les deux autres furent racontés par Paul, lorsqu’il fut emprisonné à Jérusalem puis à Césarée. Dans le premier récit, Paul vit la lumière et ses compagnons entendent la voix ; dans le deuxième, ils tombèrent par terre à cause la lumière, mais seul Paul entendit la voix ; dans le dernier, Paul et ses compagnons tombèrent et furent enveloppés de lumière, mais seul Paul entendit la voix. La Tradition apologétique chrétienne supposa que les caravaniers entendirent, mais ne comprirent pas ce que Jésus dit à Paul, car le premier aurait parla en langue hébraïque.

Fiabilité du récit des Actes

Des exégètes, même chrétiens relevèrent que l’épisode du chemin de Damas n’a jamais été relaté par Paul dans ses lettres, la mention de l’avorton évoquant un événement extérieur, mais sans en esquisser le moindre récit. Les Actes des apôtres, s’ils furent longtemps attribués à Luc comme l’Évangile de Luc sont des récits pseudépigraphiques, l’auteur étant inconnu. Le Pseudo Luc écrit à l’époque de la troisième génération de chrétiens (80 et 100 ap. J.-C.) ce qui se passa entre les années trente et soixante, il eut un projet théologique et historique qui orienta son récit. Le récit s’inséra dans l’ouverture du christianisme vers les païens plutôt que vers les juifs : «Luc montre ainsi comment Dieu élargit le cercle des élus» (Pasteur Elian Cuvillier) La conversion de saint Paul est fêtée dans le calendrier liturgique chrétien le vingt-cinq janvier l’attestation de la date à partir du neuvième siècle dans les martyrologes du Moyen Âge) et conclut la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

La croix : cliquez ici pour lire l’article La conversion de Paul, une expérience indicible

Aleteia : cliquez ici pour lire l’article : cliquez ici pour lire l’article La conversion de saint Paul

Vidéo Paul de Tarse :cliquez ici pour regarder le film https://youtu.be/L-e3PwRfaCQ

 

 

Publié dans Actes des apôtres, Catéchèse, comportements, Enseignement, Histoire, Histoire du Salut, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Persécutions religieuses encourues

Posté par diaconos le 18 décembre 2023

La Lapidation de saint Étienne (1651) - Cathédrale Notre-Dame de Paris

Lapidation du diacre Étienne, le premier martyr

Le Saint-Esprit est la troisième entité de la Trinité dans le christianisme. Le Nouveau Testament1 suggère que l’Esprit saint soit une personne différente du Père et du Fils, et formant avec eux un seul Dieu, mais le dogme de la Trinité a été formulé lors du premier concile de Nicée. Cette interprétation repose sur l’usage dans la Bible hébraïque et les écrits juifs du terme ruach ha-kodesh pour désigner l’esprit de YHWH. Le Saint-Esprit dans le judaïsme se réfère généralement à l’aspect divin de la prophétie et de la sagesse.

Il se réfère également à la force divine, à la qualité et à l’influence du Dieu sur l’univers ou sur ses créatures, dans des contextes donnés[réf. nécessaire]. L’Esprit saint est un terme qui apparaît, via le syriaque, aussi dans les écrits pré-islamiques et dans le Coran. Ce terme est polysémique, celui-ci a été identifié, a posteriori, par les commentateurs à l’ange Gabriel.

Le mot Esprit traduit dans le Nouveau Testament le mot grec Pneuma (littéralement Souffle). C’est pourquoi l’étude du Saint-Esprit est appelée la pneumatologie. L’objectif principal de l’œuvre du Saint-Esprit dans la Bible est la communication de la paix dans et à travers la vie de l’être humain, homme et femme

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là.

Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort.Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé. » (Mt 10, 17-22)

Persécutions encourues

Voici tous les pouvoirs du monde ligués contre la vérité et ses témoins : d’abord, les tribunaux civils ou criminels, qui firent de la conviction religieuse un délit ; puis les synagogues, pouvoir spirituel, exerçant la discipline à sa manière : «Et je dis: Seigneur, ils savent eux-mêmes que je faisais mettre en prison et battre de verges dans les synagogues ceux qui croyaient en toi (Ac 22, 19), puis les gouverneurs de provinces, proconsuls, procurateurs, auxquels les principaux des Juifs ou les émeutes populaires livreront les disciples de Jésus ; enfin, les rois, les Hérode les empereurs romains. Toutes ces persécutions auront lieu à cause de moi, ajoute Jésus dans le sentiment de sa royauté divine et de la vie nouvelle qu’il apportait au monde.

Et toutes ces souffrances endurées pour lui furent un témoignage de qui ? De lui-même, de sa vérité, de son œuvre. Pour qui ? Le pour les autorités que Jésus nomma, avant tout les Juifs, les premiers instigateurs des persécutions, puis les païens : «Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.» (Mt 24, 14)

Ce témoignage puissant fut destiné à produire la conviction chez plusieurs (selon l’interprétation de Chrysostome), mais pour d’autres, il aggrava leur jugement. Ces paroles prophétiques dépassèrent l’horizon de cette première mission des apôtres mais il ne fut pas nécessaire d’en conclure, avec une certaine critique, que Matthieu les plaça ici par anticipation. En plusieurs paraboles et dans d’autres discours, Jésus montra qu’il connut les destinées de son règne ; puis les gouverneurs de provinces, proconsuls, procurateurs, auxquels les principaux des Juifs ou les émeutes populaires livrèrent les disciples de Jésus ; enfin, les rois, les Hérode les empereurs romains.

Ces paroles prophétiques dépassèrent l’horizon de cette première mission des apôtres mais il ne fut pas nécessaire d’en conclure, avec une certaine critique, que Matthieu les plaça ici par anticipation. En plusieurs paraboles et dans d’autres discours, Jésus montra qu’il connut les destinées de son règne. «C’est l’Esprit de votre Père qui parle en vous.» : motif puissant de consolation et d’assurance au sein de difficultés et de dangers dont la seule pensée aurait accablé l’âme des disciples. Ces deux choses dont s’inquiétèrent les disciples : comment ils parlèrent ou ce qu’ils dirent ; le quoi leur fut donné à l’heure même et alors ils ne furent plus embarrassés du comment, même pour des hommes illettrés, le fond emporta la forme.

Ce ne fit pas à eux que fut laissé le soin de proclamer et de détendre la vérité divine ; l’Esprit de lumière et de vie s’en chargea : «Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. (Jn 14, 16-17) Les apôtres n’eurent pas à souffrir dans leur propre famille, parmi leurs proches parents, se trouvèrent des ennemis pour les livrer. Telle fut la puissance absolue du christianisme, qu’il durent dominer et transformer tous les rapports naturels de la famille, soit par l’amour qu’il inspira aux croyants, soit par la haine qu’il excita dans les incrédules.

L’histoire de l’Église et l’expérience de tous les temps justifient pleinement cette prédiction. Être haïs de tous est une expression hyperbolique destinée à montrer l’universalité de cette inimitié naturelle du cœur de l’homme contre le nom de Jésus. C’est que ce nom ne révèle tous les trésors de la miséricorde divine qu’après avoir convaincu l’homme de péché. Avec quelle tristesse Jésus dut prononcer ces paroles ! Mais voici la consolation des siens, le motif de leur persévérance jusqu’à la fin : être sauvés, ne pas périr avec le monde. Qu’est-ce que la fin ? Pour tout chrétien, c’est le jour de sa mort ; pour l’Église, c’est le retour du Christ.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autre sites web chrétiens

◊ Regnum Christi : cliquez ici, pour lire l’article →Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père

◊ Diacre Jean)Yves Fortin : cliquez ici, pour lire l’article →« Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père

◊ EMCITV : cliquez ici, pour lire l’article → Etienne – Actes 6:8-15 – La Bible – Le Grand Défi

Vidéo La mort du diacre Étienne → https://youtu.be/M8wV2AyVHeY

Publié dans Actes des apôtres, Catéchèse, comportements, Diacres, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Foi, Histoire du Salut, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de l'Avent, Vie des saints | Pas de Commentaire »

12
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...