We collect in baskets what is good, and we reject what is worthless (Mt 13, 47-53)

Posté par diaconos le 1 août 2019

Thursday, August 1, 2019

From the Gospel according to Matthew

Jesus said to the disciples : « The Kingdom of heaven is like a net thrown into the sea, 160 which collects fish of every kind. When it is full they haul it ashore and sit down to put what is good into buckets. What is bad they throw away. Thus it will be at the end of the age. The angels will go out and separate the wicked from the righteous and throw them into the fiery furnace, where there will be wailing and grinding of teeth. »

« Do you understand all these things ? » They answered :  « Yes. » And he replied, « Then every scribe who has been instructed in the Kingdom of heaven is like the head of a household who brings from his storeroom both the new and the old. » When Jesus finished these parables, he went away from there. (Mt 13, 47-53)

  Homily   

The parable of the treasure hidden in a field and the discovery of a precious pearl tell us about two men who discover the Kingdom of Heaven under very different circumstances. The first, probably a peasant, finds a treasure in a field that is not his. He discovered it by chance ; but now the Kingdom of God is revealing itself and offering itself to him. He did not know that such a treasure existed. He had never imagined it… His joy is therefore proportional to such a surprise: it is overflowing !

The second is a businessman who was looking for fine pearls to sell them. He contacted merchants he had known for a long time. Now one of them presents him with one of rare value. This merchant was on the lookout for opportunities. He did not let such a bargain slip away and is glad to have made such a good deal.

He was the man attentive to the signs of God in his life and when he discerned them, he put all the means in place to follow them. In both cases, the one who found himself in front of the evidence of the Kingdom must sell everything he possessed in order to be able to buy this treasure or pearl. The Kingdom of Heaven has no price and that the happiness or joy it brings far exceeds all our earthly expectations !

What is this Kingdom to provide such fullness to those who find it ? Today, as two thousand years ago, this parable challenges us: Jesus is our treasure or our fine pearl. Do we still know how to be surprised and amazed by such a gift ?

The third parable particularly challenges us : the Kingdom of God is like a net that is thrown at sea ; this net is thrown on everyone, good and bad, giving everyone the opportunity to welcome it. God, who created all men, extends his net of mercy on all men. No one is excluded from his plan of salvation, which is offered to everyone, without making any difference between people.

God puts everything in place for us to know him. Whether we seek him as the pearl trader, or whether we are explicitly passed on, as the peasant who fell on a treasure without ever having dreamed of it, so God arranges to enter our lives, into every life.

To be a missionary disciple is first of all to become aware that it is always in the first place God himself who is at work in order to reveal himself to our heart. It is not our apostolic projects that will bring the Kingdom, but it is the inner voice of God who, through inner and often diverted paths, silently seduces the heart of each person.

If we understand this, says Jesus in the fourth parable, which can be summed up in one sentence : « we are disciples of the Kingdom ». A disciple of the Kingdom is no longer in search of the rare pearl, since he has found it, he is now compared to an owner, a householder or a father whose wealth is guaranteed. His treasure is Jesus whom he met and whom he loves and from whom he derives an incomparable joy.

From this treasure that is Jesus, he draws from both the new and the old. The new, for the missionary disciple, is the love of Jesus that amazes him every day. It is contained in the Gospels. The old man is all that prepared us to welcome Jesus and without which we would never have recognized him as Christ: it is the Law and the prophets. Amen

Deacon Michel Houyoux

Additional information

 The disciples asked Jesus : « Explain clearly to us the parable of the weeds in the field. « (Mt 13, 36b) This question also remains our own. The question of Evil is the greatest of all for any thinking person. Why is there evil in the world ? Why do some people choose to do evil? Respond to good with evil ?

Evil here being defined mainly by jealousy and division, the perpetrators of scandals, by the people who make others fall… This Gospel can shock us: there is an enemy and it is active; there is a furnace and we cry there. This chaff can actually cause the good grain to grow poorly or even not grow at all. Jesus did not impose an answer, he proposed three parables….

Good and evil will be mixed until the end of the world. In every person, in institutions and even in the Church, there will always be both good and evil. In our hearts and in every person I meet or live with, there are two things: good and bad.

God the sower and the enemy who plants the bad grass always respects people. He knows that temptation is often stronger than their good intentions and that people need time to find and choose the right thing.   « The Kingdom of Heaven is like a man who sowed good grain in his field.  Now while the people were asleep, his enemy came and sowed weeds in the middle of the wheat and went away.  » (Mt 13, 24-25).

In these verses, the field represents the world and there are two sowers: one sowed in broad daylight and the other sowed at night. Following in the footsteps of the sower (Jesus), his enemy (the demon) slipped in at night to spread the weeds.  The weed (weeds) is the forgetting of God, of Love, as the days go by.

The demon does not show himself, he acts out of despair, out of doubt in the evening. That’s how he does it.   Jesus suggests to us that evil, in us and in others, is not our true face, that it slips in, without our knowledge, during moments of unconsciousness or inattention. This is the devil’s ordinary way of mixing lies with truth, so that under the mask of plausibility, error passes for the truth itself, and deceives those who are easy to seduce.

It is for this reason that Jesus did not mark any other bad grain in this enemy seed than the chaff, which is very similar to wheat. Jesus teaches us how the devil goes about surprising souls. Yes, the chaff is part of the wheat field and the field of our hearts. We must learn to live with it, in us and around us, and not lose heart. For the tiny seed will become a tree (second parable), and the pinch of yeast will swell the dough of the world (third parable).

« When the stem grew and produced the ear, then the weeds appeared too.  The master’s servants came and said to him : « Lord, isn’t this the good grain you have sown in your field ? So where does it come from that there is weeds ?’ He said to them,’An enemy did this.’ The servants said to him,’So, do you want us to take him away ?’

He replied : « No, lest by removing the chaff, you pull out the wheat at the same time.  «  (Mt 13, 26-29) In these verses, Jesus’ words invite us to patience and hope. We still want to harvest. Everything, right now! And before we do, we want to remove the weeds. But Jesus said, « Wait. Do not cut weeds right away; we do not know : it is possible to confuse good grain with weeds. «   Let them grow together until the harvest » Jesus warned his listeners against the haste of people who would like to tackle it. He accepts in his Church the mixture of good and bad.

Jesus went so far as to cause scandal by giving his preferences to sinners. He is in favour of the method of small steps. He is patient and cautious. He loves the heart of each person where the good grain and chaff are engaged in a merciless struggle. In the heart of the world in the midst of its struggles and tears, the Son of God was buried, crushed like grain.

God knows the contrast between the smallness of this buried grain and the magnitude of the final harvest. He looks forward to seeing the Kingdom reach its full maturity. But his delicacy towards the world weakened by sin makes him radically patient: « While you, Lord, who has strength, judge with indulgence, you govern us with great care » (Wis 12, 18)

But at the time of harvest, Jesus will say to the reapers : « First remove the weeds, bind them in a bundle to burn them ; as for the wheat, bring it into my attic » (Mt 13, 30b) We are well informed: we will not see until the end, at harvest (on the day of judgment), the real fruits of what we have tried to do in the Father’s field. Yes, there is a judge and there will be a judgment; there is a deadline and there will be a reward. From this Jesus does not doubt.

In summary In the parable of the tares, Jesus invites us to a realistic optimism towards ourselves and others. With patience, he transforms us, with him the chaff can become good grain.  Amen

Deacon Michel Houyoux

External links to other sites

◊  THE WEBSITE OF THE CARMELITE : click here  to see → Lectio Divina : Matthew 13, 47-53

PARABLE OF THE WHEAT AND WEEDS EXPLAINED

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Homélies, Méditation, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps

Posté par diaconos le 13 juillet 2019

Samedi 13 juillet 2019

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps.

ÉNe craignez pas ceux qui tuent le corps. 150vangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Le disciple n’est pas au-dessus de son maître, ni le serviteur au-dessus de son  seigneur.     Il suffit que le disciple soit comme son maître, et le serviteur, comme son seigneur. Si les gens ont traité de Béelzéboul le maître de maison, ce sera bien pire pour ceux de sa maison.     Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps.     Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. «  (Mt 10, 24-33)

Homélie

 » Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. »  La vérité et la justice finissent toujours par avoir raison du mensonge et de l’injustice. Jésus, en tant que juge des vivants et des morts, viendra dévoiler et redresser ce qu’il y a de difforme dans le monde, de manière définitive à la fin des temps. Il défendra le pauvre et le faible contre les personnes qui lui auront fait du tort.

« Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. » (Mt 10, 28)  À la lumière de la vie éternelle qui nous attend auprès de Dieu, nos souffrances, même si elles nous semblent insurmontables, sont brèves et peu de choses comparées aux joies du ciel.

Une maman qui accouche souffre, mais cette souffrance ne dure qu’un temps et disparaît rapidement devant la joie d’avoir son  enfant dans les bras. « J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous .  » (Rm 8, 18)

Certes, Le mal  fait du tort et pénible à supporter  ; Mais  la perte de notre âme pour la vie après la mort, c’est bien plus grave. Alors, vaut mieux tout confier à Dieu qui peut nous donner la vie éternelle.

« Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.  » (Mt 10, 38)  Nous avons une valeur infinie pour Dieu. Comme il le disait aussi au prophète Isaïe :  » Parce que tu as du prix à mes yeux, que tu as de la valeur et que je t’aime  (Is 43, 4),  Dieu ne nous abandonnera pour rien au monde, même dans nos moments d’épreuve et de souffrance.

« J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur. » (Rm 8, 38-39)

Annoncer l’Évangile, témoigner de notre foi, nous arrimer au Christ pourra nous apporter des moments difficiles mais quelle belle promesse nous attend ! Ayons le courage de nous déclarer pour le Christ ; c’est lui qui finalement se déclarera pour nous devant tous les gens qui pourraient nous accuser ou nous vouloir du mal, mais aussi au moment du jugement. Nous avons dans le Christ un avocat, un défenseur puissant !

Prions

Seigneur Jésus, merci pour ces paroles qui me rassurent et me réconfortent. Tu es mon sauveur. Je mets toute ma confiance en toi. Je veux témoigner de ma foi et annoncer ton Évangile. Sois toujours à mes côtés, Seigneur !

Complément

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → Ne craignez pas, ne vous découragez pas !

Liens externes

◊ Entretiens chrétiens cliquez ici pour lire l’article →  Ne craignez point (Mt 10, 24-33) 

Comment ne pas craindre la persécution ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Histoire du Salut, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement

Posté par diaconos le 11 juillet 2019

Jeudi 11 juillet 2019

Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement

150  Vous avez reçu gratuitement,  donnez gratuitementÉvangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres :  » Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. Guérissez les  malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures, ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton.

L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu’à votre départ. En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle.

Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds. Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville. » (Mt 10, 7-15)

Homélie

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » – Nous sommes invités à transmettre ce message de Jésus. Donnons gratuitement en réveillant la foi et l’espérance chez les personnes abattues. Efforçons nous chaque jour  d’être fidèle, de vivre avec cohérence notre foi, d’être un témoin de Jésus ressuscité.

Demande à Jésus de t’accorder la grâce de la générosité afin de laisser de côté ton égoïsme et a vanité, et de prendre ta croix à pleines mains.

Recevoir et donner, recevoir pour mieux donner, en toute gratuité, là est toute l’essence de l’amour. Dans la gratuité, donner et recevoir, telles sont les deux faces d’un même amour. Nous savons tous ce qu’est donner gratuitement : donner sans l’espoir d’un quelconque retour, sans créer d’obligation chez celui qui est l’objet de notre amour.

Dans ce passage de l’Évangile de Matthieu, Jésus demanda à ses disciples de proclamer que le Royaume des cieux est proche. Jésus proclama l’existence du Royaume de Dieu. Et Il vient dans le cœur des gens qui veulent bien le recevoir. Jésus est venu pour nous sauver tous.

Le Royaume des cieux est proche, proche car Jésus  se rendit peu de temps après le passage des disciples, dans les villages où ils se rendirent. Le Royaume des cieux est le Royaume de Dieu. Jésus, né de la Vierge Marie, le fils de Dieu, en se faisant homme, est Dieu qui se rapproche de nous.

L’annonce que le Royaume est proche est une invitation à choisir si nous voulons y avoir accès ou non; Dieu nous a créé libres et par conséquence, nous pouvons refuser de faire partie de ce Royaume, comme le proposent ces paroles de Jésus : « Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds. « 

Jésus demanda également à ses disciples d’annoncer le Royaume par signes. Il leur donna les pouvoir de guérir, de chasser les démons. Signes que savent reconnaître les personnes qui veulent bien les accueillir, en y voyant une indication de la présence de Dieu.

Seul Dieu donne la vraie joie et la véritable paix. Dès lors, il est inutile de faire de provisions pour aller dans le Royaume des cieux. L’or, l’argent, les sacs, les tuniques, les sandales, les bâtons… ne sont pas utiles pour entrer dans le Royaume des cieux : le Royaume de Dieu, nous le recevons, nous l’accueillons, comme nous accueillons Jésus dans notre vie.

Prions

Seigneur, aide-moi à t’accueillir dans mon cœur ! Viens en moi, et soit le Roi de mon cœur ! Ne permets pas que ma vie se passe sans que je te rencontre. Aide-moi aussi à être un signe du Royaume de Dieu là où je vit.

Complément

◊ Catéchèse   : cliquez ici pour lire l’article →  L’envoi en mission (Mc 6, 7-13)

 Liens externes

◊ Paroles de Vie : cliquez ici pour lire l’article →   Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement

◊ Le monde vu de Rome : cliquez ici pour lire l’article → Donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement

Homélie du P. Paul BALASSA

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Enseignement, Homélies, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux

Posté par diaconos le 9 juillet 2019

 Mardi  9 juillet 2019

La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux.png 150Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, voici qu’on présenta à Jésus un possédé qui était sourd-muet. Lorsque le démon eut été expulsé, le sourd-muet se mit à parler. Les foules furent dans l’admiration, et elles disaient :  » Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël !  » Mais les pharisiens disaient :  » C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. »

 Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant l’Évangile du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité.     Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers elles parce qu’elles étaient désemparées et abattues comme des brebis sans berger.

Il dit alors à ses disciples :  » La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.  » (Mt 9, 32-38)

Chargés de mission

L’urgence de la mission s’est enracinée dans le cœur de Jésus à un point  tel qu’il  eut pitié à la vue des foules parce qu’elles étaient fatiguées et abattues ; il eut pitié de ces foules prostrées et sans but dans la vie. Il y a urgence pour révéler non seulement la tendresse de Dieu mais aussi la proximité de son règne.  » La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux » (Mt 9,37). Nous vivons une situation telle qu’elle est décrite dans l’Évangile.

Dans la Bible, l’image de la moisson exprime une échéance décisive ;  elle évoque souvent le jugement dernier ; elle dit toujours que les choses sont mûres et que la récolte ne souffre plus de retard.

C’est pourquoi il nous faut tout de suite aller au cœur de la phrase suivante : « Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson ». (Mt 9, 38) . C’est Jésus qui est le maître de la moisson et nous avons à nous mettre en face de lui pour qu’il fasse sortir des ouvriers de sa moisson.

Le pape Benoît XVI le disait clairement dans son exhortation apostolique Sacramentum Caritatis  : « Même si dans certaines régions, on enregistre une pénurie de prêtres, on ne doit jamais douter du fait que le Christ continue d’appeler des hommes qui, abandonnant toute autre activité, se consacrent totalement à la célébration des Saints Mystères, à la prédication Évangélique et au ministère pastoral ». (N° 26)

La seule attitude qui nous est demandée devant les vocations, c’est la prière :  » Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.  » Pourquoi Dieu n’envoie-t-il pas lui-même, directement les ouvriers nécessaires ? Pourquoi demande-t-il de prier ? Dieu a besoin des hommes, il veut nous associer à son œuvre de Salut.

La prière nous ouvre nous-mêmes à répondre à son appel. Le  premier ouvrier que Dieu ait sous la main, c’est toi, si tu pries : ne prie pas seulement pour envoyer les autres à la moisson, vas-y ! « Seigneur, me voici, envoie-moi, je t’en prie  » (Is 6,8)

Dans ce monde en désarroi, où tout s’organise comme sur du sable, Jésus nous rappelle avec force, la présence de Dieu qui est le fondement de tout. La vocation première de ses disciples est la prière :  » Priez, priez le maître de la moisson, d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »

Nous sommes tous concernés par cet appel de Jésus. Nous ne devons pas avoir de compétence particulière pour répondre à son appel. Mais quelle doit-être la qualité de notre prière ?

Dirons-nous : « Seigneur Dieu, je t’en supplie, donne-nous de bons prêtres, de bons religieux, des religieuses dévouées, de bon catéchistes pour nos enfants,  mais excuse-moi si je ne suis pas volontaire. Seigneur il faudrait, c’est urgent…, Seigneur, on devrait…  » Non, pas ainsi !

Pour commencer, prions avec confiance et ayons assez d’amour de Jésus pour désirer le faire connaître et aimer dans notre famille  et dans notre entourage. C’est une réalité qu’il y ait moins de prêtres et de religieux, mais il y a d’avantage d’hommes et de femmes qui se mettent au service de leur communauté paroissiale.

La moisson reste très abondante et les ouvriers trop peu nombreux. Jésus lance un appel à tous.  Il nous invite à participer à sa mission. Pour tous, être vraiment disciple du Christ,  c’est oser témoigner de la bonne nouvelle de l’Évangile, là où nous vivons, c’est rendre l’espérance , c’est guérir les cœurs blessés, c’est secourir les opprimés, c’est réconforter les malades…

Aurons-nous le courage de répondre   » O.K. Seigneur, tu peux compter sur moi ? »

Amen.

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent.

Compléments

◊ Rendre  témoignage collectivement : cliquez ici pour lire l’article  →  Jésus envoie soixante douze disciples en mission

◊  Archive  : cliquez ici pour lire l’article  → La moisson est grande et les ouvriers sont peu nombreux

Liens externes

◊ Catholique.org  : cliquez ici pour lire l’article  → La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux

La moisson est abondante mais les ouvriers peu nombreux

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Enseignement, Homélies, Page jeunesse, Prières, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | 2 Commentaires »

12345...23
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS