Témoignage : La conversion de saint Paul

Posté par diaconos le 10 février 2019

Auteur Antonio Ryo Sato

Saul, juif originaire de Tarse,  fut envoyé par les juifs à Damas pour procéder à l'arrestation des adeptes de la nouvelle doctrine. Sur le chemin de Damas, il fut renversé par une force invisible et aveuglé par une violente lumière descendue du ciel. Saul, qui s'appellera plus tard 'Paul', entendit une voix en hébreu : « Saul, Saul ! Pourquoi Me persécutes-tu ? » (Ac. 9, 14 - Ac 26, 14)

Saul, juif originaire de Tarse, fut envoyé par les juifs à Damas pour procéder à l’arrestation des adeptes de la nouvelle doctrine. Sur le chemin de Damas, il fut renversé par une force invisible et aveuglé par une violente lumière descendue du ciel. Saul, qui s’appellera plus tard ‘Paul’, entendit une voix en hébreu : « Saul, Saul ! Pourquoi Me persécutes-tu ? » (Ac. 9, 14 – Ac 26, 14)

La conversion de saint Paul – pour moi, cette histoire est la preuve la plus ferme de l’authenticité de notre foi chrétienne.

Un persécuteur assez cruel contre celle-ci est devenu l’Apôtre du Christ pour les nations ; il a voyagé, écrit, souffert sans rien compter pour son propre honneur, mais pour annoncer l’Évangile seul, restant invincible jusqu’à accomplir sa vie à Rome où il s’est déplacé comme enchaîné.

Qu’est-ce qui en a rendu cet homme capable ? … le Jésus Ressuscité s’est vraiment révélé à lui. Cela ne fait aucun doute. Sinon, on ne pourrait pas expliquer ce qui l’a converti avec une telle radicalité qu’il ne perdait pas la motivation jusqu’à la fin.

Tout son cheminement raconté dans la Bible certifie la véridicité de son expérience venue d’au-delà de l’intérêt humain. Et il y a un passage dans ses propres écrits, lequel me donne une certitude décisive pour partager avec cet Apôtre la foi en Jésus le Christ :

« Il m’a été mis une écharde en la chair » (2 Co 11,12)  À ce sujet, pour trois fois, j’ai prié le Seigneur pour qu’il s’éloigne de moi. Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit : car la puissance se déploie dans la faiblesse. …, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort (2 Co 12, 7-10). Or, à cause de ma fragilité, de mon instabilité ou de ma petite capacité humaine, j’ennuie toujours et blesse souvent quelqu’un autour de moi. Saint Paul, priez pour moi afin que le Seigneur me donne à bien reconnaître ma faiblesse et à tolérer celle d’autrui.

Contact → Antonio-Ryo Sato

Compléments

◊ Paul raconte sa conversion : cliquez ici pour lire l’article →   conversion de Paul de Tarse (? 8 – ? 67)

◊ L’incident d’Antioche : cliquez ici pour lire l’article → Discussion de la question de la circoncision (Ac 15, 1-6)

◊ Sur la route de Damas  : cliquez ici pour lire l’article → La conversion de Saul (Ac 9, 1-20)

Liens externes

◊ Biographie de Paul de Tarse  : cliquez ici pour lire l’article → Qui est Paul de Tarse ?

◊ Abbaye de Scourmont (Belgique) : cliquez ici pour lire l’article → Paul de Tarse est un des géants de l’Église primitive

Paul de Tarse

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Disciples de Jésus, Enseignement, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues.

Posté par diaconos le 26 décembre 2018

Envoyé sur mon blog par le Père Marie Landry Bivina

Saint Étienne est un prédicateur juif du Ier siècle considéré a posteriori comme le premier diacre (protodiacre) et le premier martyr (protomartyr) de la chrétienté2,3.

Saint Étienne fut un prédicateur juif du premier siècle considéré comme étant le premier diacre (protodiacre) et le premier martyr (protomartyr) de la chrétienté.  Étienne reconnut en Jésus le Messie et, il fut choisi avec six autre hommes de bonne réputation, pour devenir les diacres charger d’assister les apôtres au bénéfice de la communauté.

« Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé ». (Mt 10,17-22)

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui, l’Église célèbre la fête de son premier martyr, le diacre Saint Étienne. Parfois, l’Évangile peut nous sembler déconcertant. Hier, il éveillait chez nous des sentiments de joie et de plaisir par la naissance de l’enfant Jésus : « Les bergers repartirent; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé » (Lc 2,20). Aujourd’hui, par contre, il semble vouloir nous mettre en garde contre des dangers : « Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront » (Mt 10,17). Tous ceux qui veulent être de vrais témoins, comme les bergers dans la joie de la naissance, doivent aussi être courageux comme Étienne quand il proclama la Mort et Résurrection de cet Enfant qui  vit la Vie en Lui.

L’Esprit qui couvrît de son ombre, Marie, la Vierge Mère de Dieu, pour permettre la réalisation du plan de Dieu pour sauver les hommes ; le même Esprit qui se posa sur chacun des Apôtres pour leur permettre de quitter leur refuge et divulguer partout la Bonne Nouvelle de l’Évangile, fut aussi celui qui donna la force à ce jeune homme qui discuta avec les docteurs de la loi à la synagogue sans pouvoir tenir tête à la sagesse et à l’Esprit Saint qui inspirèrent ses paroles. (Ac 6,10).

C’était un martyr en vie. Martyr signifie “témoin”. Et il fût aussi un martyr par sa mort. Vivant, il a cru aux paroles du Maître : « Ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là » (Mt 10,19). Étienne, rempli de l’Esprit Saint, regarda vers le ciel ; il y vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu » (Ac 7,55). Étienne le vit et il l’a dit. Si le chrétien d’aujourd’hui est un témoin de Jésus Christ, ce qu’il a vu avec les yeux de la foi il doit le dire aussi sans peur avec les paroles les plus compréhensibles, c’est à dire, avec des faits, avec des œuvres.

Contact → Père Marie Landry Bivina

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs"Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi

Compléments

◊ Institution du diaconat permanent : cliquez ici pour lire l’article →  Ils choisirent sept hommes remplis d’Esprit Saint (Ac 6, 1-7)

◊ La mort du diacre Étienne : cliquez ici pour lire l’article →  Ils ne pouvaient résister à la sagesse et à l’Esprit qui faisaient parler Étienne

♥ Envoyés pour servir : cliquez ici pour lire l’article → les iacres permanents

Lien externe

Diacre permanent : un ministère de service

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, Disciples de Jésus, Enseignement, Religion, Temps de Noël, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Dieu l’a fait Seigneur et Christ

Posté par diaconos le 25 août 2018

J&ésus enseignait avec autorité

Jésus enseignait avec autorité. Quand il fut baptisé dans le Jourdain, l’Esprit-Saint vint sur lui pour lui donner la puissance pour son ministère. Immédiatement après, il fut conduit dans le désert, où il fut vainqueur de Satan et ses tentations en citant la Parole de Dieu. Ayant démontré son autorité sur cette terre comme homme avec la puissance de l’Esprit-Saint, il était prêt pour commencer son ministère. Il commença celui-ci en Galilée, uint de l’Esprit-Saint et parla avec autorité.

Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous avez crucifié (Ac 2, 36). Les évangiles ne sont pas des biographies : ils sont des témoignages de croyants : Christ est celui qui a reçu l’onction et il est l’envoyé de Dieu. Les évangiles sont des confessions de foi.

Jésus s’est imposé comme vivant à ses disciples qui l’aient vu mourir. Tous leurs souvenirs ont été transmis et interprétés à la lumière de l’évènement pascal. Parce que Jésus est vivant, sa parole est aujourd’hui proclamée car elle est toujours actuelle. Les sources néo-testamentaires sont des produits de la foi pascale des disciples. .

Toute réflexion sur Jésus inclut une option sur la fonction exercée par l’évènement pascal dans notre connaissance du christianisme. C’est la double expérience du compagnonnage avec Jésus de Nazareth et de Pâques qui contraignit les disciples  et à leur suite toute la communauté primitive à scruter les écritures pour prouver à eux-mêmes qui était Jésus.

Au Concile de Chaldée en l’an 45, on proclama que Jésus est à la fois de nature humaine et de nature divine dans l’unité divine. C’est la réalité historique de Jésus de Nazareth qui détermina le sens de la Résurrection. Mais, c’est la Résurrection qui conféra à cette histoire sa portée universelle et contemporaine : la Christologie s’intègre dans ce mouvement.

Jésus de Nazareth agit en homme libre ; les évangélistes nous donnent l’impression que fit Jésus sur ses contemporains : il enseignait avec autorité et non pas comme les scribes (Mc 1,22). Autorité est à comprendre comme étant une une manière directe de parler avec aisance et liberté : liberté à l’égard de sa famille, transgression des impératifs familiaux, dureté à l’égard des castes dont il condamna leur fonction sociale.

Jésus fut à l’aise avec les mal-pensants. Il ne laissa pas dicter sa conduite par les siens. Sa liberté est une forme de son amour du prochain (Mt 7, 19). Il disait que le Sabbat est fait pour l’homme et non l’inverse et il adopta une attitude qui contesta radicalement la fonction qu’on faisait jouer à cette Loi. Jésus a une attitude qui rend libre.

Que signifie l’existence des récits de guérison dans les évangiles pour la connaissance du Jésus historique ?

  • Jésus suscita la sympathie et  l’intérêt des personnes les plus simples. Son autorité toucha un domaine plus mystérieux  que la maladie ou la possession : le péché dont il annonça le pardon.
  • Sa liberté, à l’égard de la Loi, le rend libre pour donner espoir aux pécheurs.
  • Ni son autorité, ni sa liberté ne le séparent des pauvres et des petits
  • Jésus ne suivit pas la voie de Jean-Baptiste : il resta au milieu de son peuple. Il expliqua  aux foules  la voie à suivre pour rencontrer Dieu.

Pour ses contemporains, Jésus est un homme charismatique, et non un rabbi. L’opinion commune est que Jésus est un prophète puissant, en actes et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple. Ses contemporains étaient divisés sur son identité : il ne s’insérait pas dans la lignée classique des prophètes.

Jésus accepta d’être jugé prophète et il prétendit être en possession de l’Esprit et revendiqua la puissance prophétique : il est prophète par ce que dans une fidélité absolue à sa mission et une liberté sans compromission, il annonça l’existence radicale de Dieu, avec une pleine lucidité sur les enjeux individuels et sociaux.

Compléments

◊ Le baptême de Jésus fut une manifestation éclatante de sa mission → L’Esprit, l’eau et le sang (1 Jn 5, 5-13)

◊ Jésus agit avec autorité → De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits

◊  Jésus nous montre jusqu’où peut aller l’amour de Dieu → La miséricorde de Dieu (Lc 15, 1-32)

Publié dans Catéchèse, Dieu, Disciples de Jésus, Enseignement, évangiles, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.

Posté par diaconos le 28 mars 2016

Extrait du livre des Actes des Apôtres au chapitre deux

 debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles: e Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. 33 Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

Il y avait,   résidant à Jérusalem, des juifs religieux, venus de partout.  Lorsqu’ils entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent et furent plein de confusion   car chacun entendait dans sa propre langue ceux qui parlaient. Pierre, entouré des onze autres Apôtres,  éleva la voix et  fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles: e Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.  Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous
en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies.

Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir. En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable. C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle- même reposera dans l’espérance : tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption. Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence.

Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous. Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui. Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption. Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez. » (Ac 2, 14.22b- 33)

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Source de l’image → Bible illustrations by Sweet Publishing

Pierre, conscient de sa responsabilité dans le groupe des douze (Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église), prit la parole au nom de tous : il expliqua d’abord le miracle de la Pentecôte par la grande prophétie de Joël, puis il annonça aux Juifs que Jésus de Nazareth, crucifié par eux, mais ressuscité a été élevé à la droite de Dieu, d’où il a répandu sur ses disciples le Saint-Esprit. Ce Jésus est bien le Messie. Si la mort de Jésus semblait être la négation de sa messianité, sa résurrection en est l’affirmation éclatante. Aussi Pierre prononçât-il cette grande parole : Dieu l’a ressuscité, et il employa  tout le reste de son discours à le prouver.

La résurrection de Jésus n’est pas seulement un fait historique, qui a eu lieu en endroit précis. Cette résurrection est un mystère actuel toujours actif.  Dieu dont l’amour est plus puissant que notre péché l’a ressuscité des morts et a fait de lui la source du salut pour tous.  S’il n’y avait pas eu de résurrection, alors pourquoi vivre honnêtement aujourd’hui ? Quel sens aurait notre vie ? Une parenthèse absurde dans l’immensité du cosmos né du hasard ?

Mais le Christ est vraiment ressuscité ; une résurrection qui est un espoir, alors nous devons vivre pleinement et témoigner que la vie a un sens ; qu’elle n’est pas une parenthèse, mais la préparation à une vie de plénitude dont l’existence terrestre est le commencement. Si nous vivions vraiment de la foi en la résurrection, nous ne pourrions pas nous taire devant la détresse de tant de personnes dont la vie n’est qu’une survie et qui crient leur souffrance vers nous : « Redonnez-nous une espérance ! »

Compléments

◊ Témoignage → Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.(Ac 2, 32)

◊ Témoignage de la foi des apôtres → Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. (Ac 10, 37-43)

◊ La résurrection du Christ est à l’œuvre au présent → Jésus, le ressuscité, n’est pas chez les morts

Liens externes

◊ Dieu l’a ressuscité, nous en sommes témoins →   C’est un miracle – Neil L. Andersen

◊  Jésus est vivant   → Comment discerner vraiment la présence de Jésus – Eglise …

 

 

Publié dans apparitions, Disciples de Jésus, Foi, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

12345...20
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS