Seventeenth Sunday in Ordinary Time – Year B

Posté par diaconos le 21 juillet 2021

Take and eat !

 Dix-septième dimanche du Temps Ordinaire — Année B   dans Catéchèse event_prenez-et-mangez-reunion-du-groupe-oecumenique-biblique-saint-eustache-oratoire-du-louvre_120_944337

# The multiplication of the loaves is the name given to two « miracles » performed by Jesus of Nazareth according to the texts of the Gospels: Matthew, chapter 14, verses 14-21, then again 15, 32-38; Mark 6, 34-44, then again Mark 8, 1-9; Luke 9, 12-17; John 6, 5-14. The first multiplication of the loaves takes place after the death of John the Baptist at the behest of Herod Antipas, in response to the wish of his daughter Salome, and the healing of the sick.

Later, a second multiplication of the loaves takes place involving a different number of people. Matthew and Mark are the only evangelists to record it. Some exegetes thought that it was the same event told twice. However, the two « miracles » did not take place in the same place, in one case there were five thousand people, in the other case four thousand. The number of excess baskets of bread was also different.

Jesus later referred to the two miracles, clearly distinguishing them (Mt 16:9-11). For the Doctor of the Church John Chrysostom, Jesus in this miracle effectively posed as the creator of heaven and earth. He encouraged people to pray before eating and wanted to show the importance of sharing. Modern theologians would say that the multiplication of the loaves is a symbol of the Word given by Christ, a Word that has nourished people for centuries.

For St Ephrem, in this miracle Jesus gave generously without counting the cost. He gave so much that twelve baskets remained. The saint also compared Jesus to Moses, who fed the people freed from slavery with manna from heaven. For Benedict XVI, in the Angelus of 31 July 2011, this messianic gesture is a symbol of fraternal sharing, but also a symbol of the path that the apostles will have to follow, namely transmitting the Good News.

In the Angelus of 29 July 2012, Benedict XVI stressed that this multiplication is the beginning of the Eucharist, which continues to this day. According to some theological interpretations, it prefigures the Last Supper, Jesus’ last meal with his disciples, establishing the rite of the Eucharist in which the bread embodies the body of Jesus, given as a sacrifice on the cross to save humanity. For historians, the events evoked by the evangelists in these two accounts remain enigmatic, although some hypotheses have been put forward.

From the Gospel according to John

01 After these things, Jesus went to the other side of the Sea of Galilee, to the Lake of Tiberias. 02 A great crowd followed him, because they had seen the signs he performed on the sick. 03 Jesus went up the mountain and sat down with his disciples there. 04 Now the Passover, the feast of the Jews, was near. 05 Jesus looked up and saw that a great crowd was coming to him. He said to Philip, « Where can we buy bread for them to eat? « 06 He said this to test him, for he knew what he was about to do. 07 Philip replied, « Two hundred days’ wages would not be enough for everyone to have some bread.

08 One of his disciples, Andrew, Simon Peter’s brother, said to him, 09 « There is a boy there who has five barley loaves and two fish, but what is this to so many people? « . 10 Jesus said, « Make the people sit down. There was a lot of grass. So they sat down, about five thousand of them. 11 Then Jesus took the loaves, and when he had given thanks, he distributed them to the people at table, and gave them as much fish as they wanted. 12 When they had eaten their fill, he said to his disciples, « Pick up the extra pieces, so that nothing may be lost.

13 So they gathered them together and filled twelve baskets with the pieces of the five barley loaves that were left over for those who took this food. 14 When the people saw the sign that Jesus had performed, they said, « This is truly the prophet who was announced, the one who is coming into the world. 15 But Jesus knew that they were coming to take him away to make him their king; so he withdrew back to the mountains alone. (Jn 6, 1-15)

Jesus feeds the crowd

When Jesus had crossed to the other side of the Sea of Galilee, he went up the mountain and sat down with his disciples. He was followed by all his fans, eager for signs and healings.  Seeing the large crowds coming to him, Jesus felt immense compassion and pity for the people, who expected everything from him. Jesus saw the needs of the people. The miracle he performed was an act of love.  Jesus said to Philip :  « Where can we buy bread for them to eat ? « 

This question is still relevant today. Jesus is asking us to look at the most natural needs of the people: that they have something to eat! He is saying : simply to eat ! Jesus takes us back to our daily life, to our daily bread. To love… It is there, in the ordinary services of our day, that we must love.

In that crowd there was a boy who had five barley loaves and two fish. He had provisions and the others had nothing to eat. Jesus was struck by the misery of the crowd and performed a miracle. Before Saint Vincent de Paul, before the Abbé Pierre, before Coluche, he launched the first Restos du Coeur. He served the crowd a free meal: bread and fish, without skimping on quantity : the leftovers filled twelve baskets !

fter feeding our minds and hearts, Jesus knows that we must first feed our bodies. We must never forget this basic need: to give food! This priority for the poor, of which Pope John Paul II spoke, is a profoundly evangelical attitude : « I give you this bread because I love you. « 

Jesus wants us to discover in the multiplication of the loaves the proclamation of the Eucharist. Thus, in this story, we were close to the feast of the Passover, the date of the Last Supper and the sacrifice of the cross: Jesus took the bread and gave thanks (this is the word « Eucharist ») and distributed it as he did on the evening of Holy Thursday. The order given to Philip to take bread to feed the crowd, and the presence of the apostles filling twelve baskets with the remaining pieces, is an allusion to the Church being invited to distribute the Bread of Life (the Eucharist) to the people.

All eyes are on you : they hope and you give them food in due time ; when you open your hand, you fill and satisfy all the living » (Psalm 144).  In every Eucharistic celebration, we are invited to this same gesture of giving that God can multiply. Do we realise that we are guests at the table of the Lord? This Gospel story is a call to generosity and sharing. But it also tells us that nothing is insignificant, and that we must never be discouraged by the weakness of our means. Let us offer our small capacities to the Lord, and he will know how to multiply them.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ Fathert Hanly ; click here to read the paper → Homily for 17th Sunday in Ordinary Time, Year B

◊ Monastery of the Bénédictine Abbay in the desert  Seventeenth Sunday in Ordinary Time, Year B

  Fr Mark Franklin : « Seventeenth Sunday of Ordinary Time »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Martedì della sedicesima settimana del Tempo Ordinario – Anno dispari

Posté par diaconos le 20 juillet 2021

Tese la mano ai suoi discepoli e disse : « Ecco i miei fratelli »

Les paroles de Jésus à Ses disciples après Sa résurrection | Bible en ligne  - Le salut de Dieu

# I Piccoli Fratelli di Gesù (Institutum Parvolorum Fratrum Iesu) sono una congregazione religiosa, la Fraternità dei Piccoli Fratelli di Gesù, fondata nel 1933 da padre René Voillaume (1905-2003), la cui spiritualità si ispira agli scritti di Charles de Foucauld (1858-1916) e al suo percorso di vita dopo la conversione del 1886. Ricevono l’abito religioso l’8 settembre 1933 dalle mani del cardinale Verdier nella Basilica del Sacro Cuore di Montmartre e nell’ottobre dello stesso anno, cinque di loro lasciano Marsiglia per il Nord Africa.

Hanno iniziato la loro vita insieme a El Abiodh Sidi Cheikh, in Algeria, seguendo la regola elaborata dal Beato Charles de Foucauld nel 1899, incentrata sulla clausura e l’adorazione eucaristica. Lavorarono presto con le loro mani, avvicinandosi alle popolazioni locali, abbandonando un’interpretazione rigida della regola. L’istituto è stato eretto come istituto di diritto diocesano da Mons. Gustave Nouet, Prefetto Apostolico di Ghardaïa, il 19 marzo 1936; ha ricevuto il decretum laudis il 13 giugno 1968. Presero i voti di povertà, castità e obbedienza alla Chiesa, volendo condividere la condizione dei piccoli e dei poveri ed essere trattati come loro.

C’è anche un ramo femminile, le Piccole Sorelle di Gesù. Erano 75 fratelli nel 1949 e quasi 800 fratelli venti anni dopo. Nel 2015, c’erano 208 religiosi di più di trenta nazionalità divisi in 71 comunità in piccole unità da due a quattro fratelli che conducevano una forma di vita contemplativa in appartamenti a basso costo o in normali case di paese. Non indossano un abito religioso e vivono come lavoratori salariati in lavori in fondo alla scala sociale: addetto alle pulizie, assistente di cura, a volte autista di autobus, postino, ecc.

Sono presenti in dieci paesi europei (Austria, Belgio, Croazia, Francia, Germania, Italia6 , Polonia, Portogallo, Spagna e Svizzera), in sei paesi africani (Algeria, Egitto, Nigeria, Camerun, Tanzania, Kenya), in nove paesi asiatici e del Vicino Oriente (Libano, Siria, Iran, Pakistan, Turchia, Corea del Sud, India, Giappone, Filippine) e in dieci paesi americani (Canada, Stati Uniti, Messico, Cuba, Nicaragua, Colombia, Brasile, Paraguay, Cile e Argentina).

L’attuale Priore Generale è P. Hervé Janson, di nazionalità francese. La fraternità generale si trova a Bruxelles. Nel 2015, Roma ha accettato che formassero una federazione con i Piccoli Fratelli del Vangelo. Due Piccoli Fratelli di Gesù di nazionalità tedesca furono martirizzati nel Congo belga, vicino a Mambasa, il 26 novembre 1964. Erano Bernard Ignatius Sarnes (28 anni, nato il 30 gennaio 1936 a Haldenau, Alta Slesia) e Heinz Eberlein (29 anni, nato il 18 giugno 1935 a Wingendorf, l’attuale distretto di Kirchen)8 , che erano andati ad evangelizzare i Pigmei in una missione nella foresta vergine.

Dal Vangelo secondo Matteo

46 Mentre Gesù stava ancora parlando alle folle, ecco che sua madre e i suoi fratelli stavano fuori e cercavano di parlargli. 47 Qualcuno gli disse: « Tua madre e i tuoi fratelli stanno fuori e cercano di parlarti ». 48 Gesù rispose: « Chi è mia madre e chi sono i miei fratelli? » 49 Poi, stendendo la mano ai suoi discepoli, disse: « Ecco mia madre e i miei fratelli ». 50 Perché chiunque fa la volontà del Padre mio che è nei cieli, egli è mio fratello, mia sorella, mia madre.  (Mt 12,46-50)

La madre e i fratelli di Gesù

Chi erano i fratelli di Gesù ? Questa questione è stata oggetto di molte controversie dai primi secoli ad oggi. Fu chiesto solo per ragioni dogmatiche e poiché la madre di Gesù aveva cominciato ad essere onorata idolatricamente, per la quale era necessario rivendicare la verginità perpetua.

Diversi Padri della Chiesa, poi tutti i cattolici, e più di un teologo protestante, hanno immaginato che questi fratelli di Gesù, o figli di Giuseppe da un primo matrimonio, o figli della sorella di Maria, fossero cugini di Gesù. Questa supposizione si scontra con il fatto che ovunque nei Vangeli questi fratelli di Gesù sono nominati, come qui, con sua madre. I fratelli di Gesù furono designati dalla voce pubblica come figli di Giuseppe e Maria.

Tutto ci fa credere, dunque, che erano i veri fratelli di Gesù, e questa fu la giustificazione del titolo di primogenito che gli fu dato. uando Gesù stava per pronunciare il lungo discorso che precede, questi membri della sua famiglia, vedendo che si esponeva con il suo zelo alla pericolosa opposizione dei suoi avversari, vollero trattenerlo, fermarlo, e dissero: « È fuori di testa.

Poi, mentre stava ancora parlando, insistettero di nuovo, forse per motivi benevoli ma del tutto carnali; perché i suoi fratelli non credevano in Lui, e sua madre poteva cedere a un moto di falsa tenerezza. Come non avrebbe potuto Gesù subordinare interamente questa parentela secondo la carne alla santa ed eterna comunione che si stabiliva allora tra Lui e i suoi discepoli ?

Non solo lo faceva lui stesso, ma esigeva che coloro che volevano appartenergli si comportassero con lo stesso spirito. La vera famiglia di Dio, di cui lui è il fratello maggiore, è composta da coloro che fanno la volontà del Padre. Gesù santificò i legami della famiglia e mostrò a sua madre l’amore più tenero.  E qui, quale amore ha rivelato a coloro che ha voluto chiamare fratelli e sorelle !

Diacono Michel Houyoux

Link ad altri siti web cristiani

◊ La Parola (Ttalia) : clicca qui per leggere l’articolo → Mercoledì della 16.a Settimana del Tempo Ordinario – Anno Dispari

◊  Parrochia Mater Ecclesiae  : clicca qui per leggere l’articolo →Relazioni familiari – Martedì della XVI settimana del Tempo Ordinario (Anno dispari)

    Maria era vergine ? (I fratelli di Gesù)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, Catéchèse, Disciples de Jésus, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO | Pas de Commentaire »

Mardi de la seizième Semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 20 juillet 2021

Étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici et mes frère »

Les paroles de Jésus à Ses disciples après Sa résurrection | Bible en ligne  - Le salut de Dieu

x
# Les Petits Frères de Jésus (Institutum Parvolorum Fratrum Iesu) forment une congrégation religieuse, la Fraternité des petits frères de Jésus fondée en 1933 par le Père René Voillaume (1905-2003), dont la spiritualité s’inspire des écrits laissés par Charles de Foucauld (1858-1916) et sur le parcours de vie qui a été le sien après sa conversion en 1886. Ils reçoivent l’habit religieux le 8 septembre 1933 des mains du cardinal Verdier en la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et en octobre de la même année partent à cinq de Marseille pour l’Afrique du Nord.
x
Ils commencèrent leur vie commune à El Abiodh Sidi Cheikh, en Algérie, suivant la règle élaborée par le bienheureux Charles de Foucauld en 1899, centrée sur la clôture et l’adoration eucharistique. Ils travaillent bientôt de leurs mains en se rapprochant des populations locales, abandonnant une interprétation stricte de la règle. L’institut est érigé en institut de droit diocésain par Mgr Gustave Nouet, préfet apostolique de Ghardaïa, le 19 mars 1936 ; il reçut le decretum laudis le 13 juin 1968. Ils prononcèrent les vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance à l’Église, voulant partager la condition faite aux petits et aux pauvres et être traités comme eux.
x
Il existe aussi une branche féminine, la fraternité des Petites Sœurs de Jésus. Ils sont au nombre de 75 frères en 1949 et presque 800 frères vingt ans plus tard. Ils furent en 2015 au nombre de 208 religieux de plus de trente nationalités répartis en 71 communautés 5 en petites unités de deux à quatre frères menant une forme de vie contemplative dans des appartements HLM ou des maisons ordinaires de village. Ils ne portent pas d’habit religieux et vivent en salariés dans des emplois au bas de l’échelle sociale : agent de nettoyage, aide soignant, parfois conducteur d’autobus, facteur, etc.
x
Ils sont présents dans dix pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Espagne, France, Italie6, Pologne, Portugal et Suisse), dans six pays d’Afrique (Algérie, Égypte, Nigéria, Cameroun, Tanzanie, Kenya), dans neuf pays d’Asie et Proche-Orient (Liban, Syrie, Iran, Pakistan, Turquie, Corée du Sud, Inde, Japon, Philippines) et dans dix pays d’Amérique (Canada, États-Unis, Mexique, Cuba, Nicaragua, Colombie, Brésil, Paraguay, Chili et Argentine).
x
Le prieur général actuel est le P.F.J. Hervé Janson, de nationalité française. La fraternité générale se trouve à Bruxelles. En 2015, Rome a accepté qu’ils forment une fédération avec les Petits Frères de l’Évangile. Deux Petits Frères de Jésus de nationalité allemande trouvent le martyre au Congo belge, près de Mambasa, le 26 novembre 1964. Il s’agit de Bernard Ignatius Sarnes (28 ans, né le 30 janvier 1936 à Haldenau en Haute-Silésie et de Heinz Eberlein (29 ans, né le 18 juin 1935 à Wingendorf, aujourd’hui quartier de Kirchen)8, qui étaient partis évangéliser les Pygmées dans une mission de la forêt vierge.
 x
 De l’évangile selon Matthieu

46 Comme Jésus parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler. 47 Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler. » 48 Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » 49 Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères. 50 Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »  (Mt 12, 46-50)

La mère et les frères de Jésus

Qui furent les frères de Jésus ? Beaucoup de controverses  donnèrent lieu à cette question, depuis les premiers siècles jusqu’à nos jours. Elle ne fut posée que dans un intérêt dogmatique et depuis qu’on eut commencé à rendre des honneurs idolâtres à la mère de Jésus, pour laquelle il s’agissait dès lors de revendiquer une virginité perpétuelle.

Plusieurs des Pères de l’Église puis tous les catholiques, et plus d’un théologien protestant, imaginèrent de faire de ces frères de Jésus, soit des enfants de Joseph par un premier mariage, soit des fils de la sœur de Marie, des cousins de Jésus. Cette supposition se heurte au fait que partout dans les évangiles ces frères de Jésus sont nommés, comme ici, avec sa mère. Les frères de Jésus furent désignés par la voix publique comme enfants de Joseph et Marie.

Tout porte donc à croire qu’il s’agissait de vrais frères de Jésus, et ce fut ainsi que se justifia le titre de premier-né qui lui fut donné.  u moment où Jésus allait prononcer le long discours qui précède, ces membres de sa famille, le voyant s’exposer par son zèle à la dangereuse opposition des adversaires, voulurent le retenir, l’arrêter, et ils disaient : « Il est hors de lui-même ».

Puis, pendant qu’il parlait encor, ils insistèrent de nouveau par des motifs peut-être bienveillants, mais tout charnels ; car  ses frères ne croyaient pas en lui, et sa mère pouvait céder à un mouvement de fausse tendresse. Comment  Jésus n’aurait-il pas subordonné entièrement cette parenté selon la chair à la communion sainte et éternelle qui s’établissait alors entre lui et ses disciples ?

Non seulement il le fit lui-même, mais il exigea de ceux qui voulurent lui appartenir qu’ils agissaient dans le même esprit . La vraie famille de Dieu, dont il est le Frère aîné, se compose de ceux qui font la volonté de son Père. Jésus sanctifia les liens de la famille  et témoigna à sa mère le plus tendre amour .  Et ici même, quel amour il révèla à ceux qu’il voulut bien appeler du nom de frères et de sœurs  !

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article →  Mardi de la 16e semaine, année impaire

◊ Dom Armand Veilleux – Abbaye de Sscourmont (Belgique)   : cliquez ici pour lire l’article →  Homélie pour le mardi de la 16ème semaine du Temps ordinaire

  Reportage :  Petite Fraternité des Frères de Jésus Compatissant

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Foi, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Jeudi de la quatorzième Semaine du Temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 8 juillet 2021

Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement

ob_60f2b5_couple-hand-hands-heart-hold-light-fav

#Catherine-Marie est la seconde fille de Francis Anthony Drexel et d’Hannah Langstroth Drexel, laquelle mourut peu de temps après sa naissance. Son père épousa en secondes noces Emma Bouvier, qui continua l’éducation de Catherine. Francis Anthony, banquier, offrit à sa famille une indéniable aisance financière, tout en enseignant à ses filles que les biens matériels dont ils disposèrent ddurent être partagés avec les plus pauvres. Elle fit sa première communion et sa confirmation (des mains de John Neumann) en l’église Saint-Jean-l’Évangéliste de Philadelphie.

La famille Drexel, avec les activités professionnelles du père, avait l’habitude de beaucoup voyager, particulièrement en Europe. Après la mort de sa femme Emma (janvier 1883), pour distraire ses filles, Francis Drexel les emmena en Italie. Le 18 novembre 1883, dans la basilique Saint-Marc de Venise, Catherine aperçut un tableau de la Sainte Vierge et entendit celle-ci lui dire: « Vous avez reçu gratuitement ; donnez gratuitement ». Elle reconnut aussitôt ce passage de l’Évangile (Mt 10, 8) qui avait profondément influencé saint François d’Assise, saint pour lequel elle eut une profonde dévotion.

Au cours d’un autre voyage, dans l’Ouest Américain, cette fois, Catherine fut bouleversée par les tristes conditions de vie des minorités Noires et Indiennes. Francis Drexel, mourut le 15 février 1885, laissant ses trois filles héritières d’une immense fortune. Catherine et ses sœurs partirent alors en Europe, afin de recruter des prêtres pour les missions indiennes aux États-Unis. Elles visitèrent Rome où, en janvier 1887, elles furent reçues en audience privée par le pape Léon XIII.

Quand Catherine supplia le Saint-Père d’envoyer des missionnaires aux Indiens, elle reçut cette réponse inattendue : « Pourquoi, mon enfant, ne devenez-vous pas vous-même missionnaire ? » Cette réponse la surprit, sa vocation n’étant pas encore à cette date une certitude pour elle. En quatre ans, elle finança la construction de treize écoles. Cette attention pour les Indiens se doubla d’une préoccupation pour le sort des Noirs américains qui, malgré l’émancipation officielle, furent re l’objet de graves discriminations.

Pendant longtemps, Catherine fut dissuadée de suivre une vocation religieuse par son directeur spirituel, Mgr James O’Connor, évêque d’Omaha (Nebraska). Toutefois, après avoir reçu, en novembre 1888, une lettre dans laquelle Catherine insista une fois de plus sur son désir d’embrasser la vie religieuse, Mgr O’Connor l’encouragea alors à fonder elle-même une Congrégation nouvelle, un ordre missionnaire pour les Indiens et Noirs américains. Après quelques hésitations, elle finit par accepter, le 19 mars 1889. C’est ainsi qu’elle rejoignit les sœurs de la Miséricorde à Pittsburgh, et fut reçue à leur noviciat, le 7 novembre 1889. Elle fut aidée dans sa tâche, après la mort de Mgr O’Connor, par l’archevêque de Philadelphie Le 12 février 1891 Catherine Drexel fit profession religieuse.

De l’évangile selon Matthieu

07 Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. 08 Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. 09 Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures, 10 ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture. 11 Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu’à votre départ.

12 En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent. 13 Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. 14 Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds. 15 Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville. » (Mt 10, 7-15)

Homélie

Ce sujet de prédication : « le royaume des cieux qui s’était approché dans la personne du Sauveur », fut le même que Jésus annonça  et, avant lui, Jean-Baptiste,  son précurseur. Sous la forme d’un ordre, Jésus conféra un don miraculeux. Dans l’activité des disciples, comme dans celle du Maître, les guérisons devaient préparer la prédication. Tous les dons de Dieu sont gratuits comme ceux que Jésus conféra aux disciples. En faire un moyen de profits terrestres, ce fut les dégrader et les souiller.

Or, argent, cuivre, diverses espèces de monnaie, d’une valeur décroissante. La ceinture de cuir qui serrait autour de la taille les grands vêtements flottants, servait en même temps de bourse. Pas deux tuniques dont une de rechange une seule suffit.  Ainsi, pas de provisions pour le chemin ; restez libres, sans embarras, confiants en Dieu ; car l’ouvrier est digne de sa nourriture. Après avoir décrit le renoncement des serviteurs de Dieu, leur désintéressement qui dut être permanent, Jésus traça par ces mots le devoir non moins permanent des églises.

Ils ne devaient entrer que dans des maisons dignes de les héberger  : celles dont la bonne réputation put leur faire espérer que leur message ne serait pas rejeté ou méprisé. Puis ils duent demeurer dans la même maison jusqu’à ce qu’ils partent de cette ville parce que des changements de domicile pour l’amour de leurs aises, offenseraient ceux qui les reçurent.  La salutation qu’ils prononcèrent fut celle des Hébreux : « Que la paix soit avec vous »  Si la maison fut digne, que votre paix vienne sur elle !

Ce fut  là une volonté expresse de Jésus lui-même. Sinon, cette maison serait privée de la paix qu’ils apportèrent ; mais cette paix nefut pas perdue.. Comme tout est réalité dans les choses divines ! Comme signe qu’ils ne durent rien conserver d’eux, pas même la poussière de leurs  pieds, qu’!ls purent regarder comme une souillure.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → Jeudi de la 14e semaine, année impaire

◊ Catholique.org. : cliquez ici pour lire l’article →  L’homélie du jour

  Lectio Divina : «  »Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement » -

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, comportements, Disciples de Jésus, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1...678910...25
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS