La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux

Posté par diaconos le 9 juillet 2019

 Mardi  9 juillet 2019

La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux.png 150Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, voici qu’on présenta à Jésus un possédé qui était sourd-muet. Lorsque le démon eut été expulsé, le sourd-muet se mit à parler. Les foules furent dans l’admiration, et elles disaient :  » Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël !  » Mais les pharisiens disaient :  » C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. »

 Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant l’Évangile du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité.     Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers elles parce qu’elles étaient désemparées et abattues comme des brebis sans berger.

Il dit alors à ses disciples :  » La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.  » (Mt 9, 32-38)

Chargés de mission

L’urgence de la mission s’est enracinée dans le cœur de Jésus à un point  tel qu’il  eut pitié à la vue des foules parce qu’elles étaient fatiguées et abattues ; il eut pitié de ces foules prostrées et sans but dans la vie. Il y a urgence pour révéler non seulement la tendresse de Dieu mais aussi la proximité de son règne.  » La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux » (Mt 9,37). Nous vivons une situation telle qu’elle est décrite dans l’Évangile.

Dans la Bible, l’image de la moisson exprime une échéance décisive ;  elle évoque souvent le jugement dernier ; elle dit toujours que les choses sont mûres et que la récolte ne souffre plus de retard.

C’est pourquoi il nous faut tout de suite aller au cœur de la phrase suivante : « Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson ». (Mt 9, 38) . C’est Jésus qui est le maître de la moisson et nous avons à nous mettre en face de lui pour qu’il fasse sortir des ouvriers de sa moisson.

Le pape Benoît XVI le disait clairement dans son exhortation apostolique Sacramentum Caritatis  : « Même si dans certaines régions, on enregistre une pénurie de prêtres, on ne doit jamais douter du fait que le Christ continue d’appeler des hommes qui, abandonnant toute autre activité, se consacrent totalement à la célébration des Saints Mystères, à la prédication Évangélique et au ministère pastoral ». (N° 26)

La seule attitude qui nous est demandée devant les vocations, c’est la prière :  » Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.  » Pourquoi Dieu n’envoie-t-il pas lui-même, directement les ouvriers nécessaires ? Pourquoi demande-t-il de prier ? Dieu a besoin des hommes, il veut nous associer à son œuvre de Salut.

La prière nous ouvre nous-mêmes à répondre à son appel. Le  premier ouvrier que Dieu ait sous la main, c’est toi, si tu pries : ne prie pas seulement pour envoyer les autres à la moisson, vas-y ! « Seigneur, me voici, envoie-moi, je t’en prie  » (Is 6,8)

Dans ce monde en désarroi, où tout s’organise comme sur du sable, Jésus nous rappelle avec force, la présence de Dieu qui est le fondement de tout. La vocation première de ses disciples est la prière :  » Priez, priez le maître de la moisson, d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »

Nous sommes tous concernés par cet appel de Jésus. Nous ne devons pas avoir de compétence particulière pour répondre à son appel. Mais quelle doit-être la qualité de notre prière ?

Dirons-nous : « Seigneur Dieu, je t’en supplie, donne-nous de bons prêtres, de bons religieux, des religieuses dévouées, de bon catéchistes pour nos enfants,  mais excuse-moi si je ne suis pas volontaire. Seigneur il faudrait, c’est urgent…, Seigneur, on devrait…  » Non, pas ainsi !

Pour commencer, prions avec confiance et ayons assez d’amour de Jésus pour désirer le faire connaître et aimer dans notre famille  et dans notre entourage. C’est une réalité qu’il y ait moins de prêtres et de religieux, mais il y a d’avantage d’hommes et de femmes qui se mettent au service de leur communauté paroissiale.

La moisson reste très abondante et les ouvriers trop peu nombreux. Jésus lance un appel à tous.  Il nous invite à participer à sa mission. Pour tous, être vraiment disciple du Christ,  c’est oser témoigner de la bonne nouvelle de l’Évangile, là où nous vivons, c’est rendre l’espérance , c’est guérir les cœurs blessés, c’est secourir les opprimés, c’est réconforter les malades…

Aurons-nous le courage de répondre   » O.K. Seigneur, tu peux compter sur moi ? »

Amen.

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent.

Compléments

◊ Rendre  témoignage collectivement : cliquez ici pour lire l’article  →  Jésus envoie soixante douze disciples en mission

◊  Archive  : cliquez ici pour lire l’article  → La moisson est grande et les ouvriers sont peu nombreux

Liens externes

◊ Catholique.org  : cliquez ici pour lire l’article  → La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux

La moisson est abondante mais les ouvriers peu nombreux

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Enseignement, Homélies, Page jeunesse, Prières, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | 2 Commentaires »

Ton Père qui voit dans le secret te le rendra

Posté par diaconos le 6 juillet 2019

Ton Père qui voit dans le secret te le rendra. 160Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples  :  » Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer.
Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi,
comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes.

Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux  hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux- là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire- toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. «  (Mt 6, 1-6.16-18)

Homélie  Ton Père qui voit dans le secret te le rendra

Appels martelés à vivre d’abord sa foi à l’intérieur de soi :  Ne claironne  pas ta charité. Fais l’aumône discrètement… Prie en secret  ! Matthieu, l’évangéliste, a rassemblé ici un florilège des conseils que Jésus donnait à ses amis.  vivre à l’extérieur de soi ou à l’intérieur ? Toute personne qui se veut fidèle n’a pas le choix. La priorité est clairement annoncée.

Rendez-vous avec Dieu Père : une relation ne se mesure pas au nombre de lettres, de coups de fil ou d’heures passées ensemble, elle est dans l’intensité de la communion, et ça c’est dans le secret du cœur.

Rendez-vous avec nos Frères : ouvrir nos mains à la dimension de l’ouverture de notre cœur : « Pour toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre la plus retirée, verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est là dans le secret. Et ton Père qui voit dans le secret te le rendra. ”  (Mt 6, 6)

Cette recommandation de Jésus est accompagnée d’une affirmation guidée par la ferme assurance que donne la parfaite connaissance que l’on a de quelqu’un. Si nous pensions voir dans la promesse de Jésus une certaine glorification de la part du Père,  si nous nous retirions  dans un lieu secret, nous resterions dans une relation d’échanges du style : je fais ceci, et Toi, Tu tiens ta promesse

Dans ce cas, où serait la relation authentique et où serait l’hypocrisie ? C’est probablement dans ce but que Jésus enseigna : ne  pas suivre l’exemple des religieux de son temps qui ne surent pas trouver le Père. Ils pensèrent le trouver en priant à haute voix dans les synagogues, ou bien aux carrefours, mais leur but ne fut  pas vraiment une communion avec Dieu, mais plutôt d’être vus des autres !

Afin de nous éviter ce piège dans lequel il nous est si facile de tomber, Jésus nous oriente différemment car Il le sait : la gloire de l’homme ne nourrit pas, elle est trompeuse par-dessus tout. Il existe, dans les enseignements de Jésus des clés pour bien les comprendre.

Nous sommes invités à, prier régulièrement : nous pouvons nous réserver des moments privilégiés.

Liens externes

◊  Qu’est-ce que prier dans le secret ? : cliquez ici pour lire l’article →  Prier dans le secret

♥ L’amour n’ a pas de limites !

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Homélies, Messages, Prières, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vous donc, priez ainsi (Mt 6, 7-15)

Posté par diaconos le 20 juin 2019

Jeudi 20 juin 2019

Le retour de l’enfant prodigue, par Joseph Kastner, église d’Erloserkirche, Vienne

Le retour de l’enfant prodigue, par Joseph Kastner, église d’Erloserkirche, Vienne

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :  » Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »  (Mt 6, 7-15)

Homélie

Jamais aucun Maître n’avait osé inviter à une telle intimité avec Dieu. Et comment aurait-il pu le faire :  » Nul ne connaît le Père si ce n’est le Fils » (Mt 11, 27)  Seul Jésus est habilité à nous parler de Celui qui l’a désigné comme étant son Fils bien-aimé et nous a intimé l’ordre de l’écouter (Mt 17, 6).

Dieu est  un Père de famille, présent et agissant au milieu de ses enfants, s’intéressant à tout ce qu’ils font et connaissant leurs moindres besoins.  Inutile de chercher à l’amadouer ou à gagner sa bienveillance : elle nous est depuis toujours et définitivement acquise. Aussi notre prière  consistera à nous ouvrir à Dieu, car il sait mieux que nous ce qui nous convient.

 C’est pourquoi la prière enseignée à ses disciples commence par ces mots :  » Notre Père », qui résument notre besoin le plus urgent. Nous avons en effet vitalement besoin de la paternité divine, et toute notre prière se déploiera  comme l’explicitation d’une seule requête : que Dieu soit notre Père nous aide à accueillir sa paternité ; c’est-à-dire : que « la Parole qui sort de sa bouche accomplisse sa mission.

D’où la demande :  » Que ton nom soit sanctifié », c’est-à-dire respecté comme unique, incomparable, car il n’y a qu’un seul Dieu et Père à qui reviennent tout honneur et toute gloire.   » Que ton Règne vienne  » : règne de justice et de paix, dans un univers réconcilié où tous les hommes sont frères.   » Que ta volonté soit faite « : qu’elle réalise ton dessein d’amour malgré nos aveuglements, nos résistances, nos refus. Que nourris de cette Parole comme d’un pain quotidien, nous puissions accueillir toujours plus profondément ta miséricorde et la partager avec la même surabondante générosité, car il n’aura pas de part avec Jésus dans le Royaume à toute personne celui qui aura refusé de pardonner à ceux qui l’auront offencée

« Mais délivre-nous du mal », qui aujourd’hui comme hier tente de défigurer en nous ta paternité afin de nous enfermer dans la peur et de nous faire fuir loin de ta face.  Sois plus fort que notre malice et ne nous laisse pas succomber à la tentation  du reniement. Ne permets pas que nous nous détournions de toi en abandonnant ton fils Jésus, que tu as envoyé pour nous révéler ton visage, et ouvrir devant nous le chemin de la vie filiale.

 Répands sur nous ton Esprit, afin que nous t’appelions   « Père ! « , et que nous exaltions tous ensemble ton Nom,  toi qui en Jésus te fais  proche du cœur brisé et sauve l’esprit abattu.

Compléments

◊ Comment faut-il prier ? : cliquez ici pour lire l’article → Catéchèse sur la prière

◊ La charité couvre une multitude de péchés  : cliquez ici pour lire l’article → Soyez miséricordieux

Liens externes

◊ Regnum Christi    : cliquez ici pour lire l’article → Vous donc, priez ainsi

Prédication : Jean Calvin et la prière :  quand vous priez, dites « Notre Père… »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, homélies particulières, Page jeunesse, Prières, Religion, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

Seventh Sunday of Easter time, year C

Posté par diaconos le 29 mai 2019

To be on in God.png 180The last week of Easter time will begin next Sunday. All the readings of this Sunday’s Mass will emphasize prayer. To pray, we see it through these examples of Scripture, is first of all to desire for ourselves what we ask of God and to offer ourselves to him to realize it. When we pray to the Lord, at the time of the anamnesis, saying to him: « Come Lord Jesus », do we really desire it? What does this change in the way we live, think, love others? For it is love that is at stake, as Jesus reminds us in the Gospel. We can only desire the Lord by wanting to love like him! Here are the readings for next Sunday, some comments.

Gospel

17:20 « I ask not only on behalf of these, but also on behalf of those who will believe in me through their word,

17:21 that they may all be one. As you, Father, are in me and I am in you, may they also be in us, so that the world may believe that you have sent me.

17:22 The glory that you have given me I have given them, so that they may be one, as we are one,

17:23 I in them and you in me, that they may become completely one, so that the world may know that you have sent me and have loved them even as you have loved me.

17:24 Father, I desire that those also, whom you have given me, may be with me where I am, to see my glory, which you have given me because you loved me before the foundation of the world.

17:25 « Righteous Father, the world does not know you, but I know you; and these know that you have sent me.

17:26 I made your name known to them, and I will make it known, so that the love with which you have loved me may be in them, and I in them. » (Jn 17, 20-26)

Homily  To be one in God !

In the playground, three kids were talking : « My daddy, he’s strong!… you’d see that! « said the first. « And mine is very intelligent, very learned… he’s an engineer at the Tihange nuclear power plant… », replied the second. The third to add: « Mine, he has many decorations… he is an officer, a soldier from the Flawinne barracks: he and his comrades-in-arms, work with KFOR to build peace in troubled areas. »

You’ve all heard, these kids’ discussions where everyone, when talking about their father, tries to raise money on the boyfriend to have a reason to be even prouder than he is of his father, proud to be the son of such a father. Jesus, He did not want to reserve for himself exclusively his glory as Son of God, the glory, the pride of having God Himself as Father : He wanted, as much as possible, to associate us with this glory, this pride, as He wants us to share in the love that the Father has for Him.

He wants us to share in the joy that He tastes with the Father : « Father, I want those whom you have given me (first the disciples, then the other believers) to be with Me where I am… I gave them the glory you gave me… I have revealed to them your Name (your Father’s Name) so that the love with which you loved me may be in them ! « .    (Jn 17,24-26)

This is what Jesus is asking for all of us believers in this prayer of thanksgiving after the first of all Masses on Holy Thursday. What an honor! What glory! How fortunate: to have God Himself as Father.  It is the glory, the pride of Jesus Christ, it is ours, since he kindly made us participate in his divine sonship.

Communication skills are essential. What is the meaning of this communication in God’s plan ? Jesus sent his disciples to communicate his message to all nations. And today’s Gospel gives us the most beautiful example of Jesus’ communication: his communication with his Father, first in his prayer at the Last Supper, then shared with his disciples during that same meal.

These communications of Jesus advance around two themes: that of love and that of unity. These two themes are related to each other and are inseparable. The ultimate vocation of all humanity is to be one in God: « May they also be one in us, so that the world may believe that you have sent me » (Jn 1, 21b)

There is no love and there is no unity without communication, without sharing. Unity is first of all sharing and reciprocity. « You in me and I in you »: this is the object of Jesus’ prayer for the unity of his disciples. How can we believe that the death of Christ can bring together in unity, around the Father, the scattered children of God, if the persons who are members of the local Church are not united ?

What spectacle do we offer in our families, our teams, our Christian community : that of people united in the same love, the same respect for others and their personality or that of people deeply divided ? Everything that promotes unity, cooperation, understanding and love between people, groups and nations comes from God and everything that creates or sustains divisions, mistrust, fear, confrontation comes from the demon.

Unity always directs us towards respect for others. It is the work of the Holy Spirit. O God, Our Father, gather us together in unity and make us welcoming to Your Word !
Amen.

Please receive my friendly and fraternal greetings, dear friends.

Michel Houyoux, permanent deacon

  External links

◊ Righteousness → Union With God – Righteousness

◊ Confucius – Heaven means to be one with God  →To be one in god !

The Seventh Sunday of Easter

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans homélies particulières, La messe du dimanche, Liturgie, Nouveau Testament, Page jeunesse, Prières, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

12345...57
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS