La royauté de David subsistera toujours devant le Seigneur (2 S, 7)

Posté par diaconos le 23 décembre 2017

Extrait du  deuxième livre de Samuel au chapitre deux

Fils de Jessé le Bethléémite, il trouva grâce devant Dieu et reçut l’onction sacrée du prophète Samuel pour régner sur le peuple d’Israël; il fit venir dans la cité de Jérusalem l’arche de l’alliance du Seigneur et Le Seigneur Lui-même lui jura bientôt que sa descendance demeurerait à jamais, du fait que Le Christ Jésus naîtrait de sa lignée selon la chair. Il se coucha avec ses pères à un âge avancé vers 972 avant le Christ. Martyrologe romain. Read more at http://reflexionchretienne.e-monsite.com/pages/vie-des-saints/decembre/saint-roi-david-fils-de-jesse-le-bethleemite-iie-roi-d-israel-fete-le-29-decembre.html#UCLsMdIS6zjUvSAU.99

Fils de Jessé le Bethléémite, il trouva grâce devant Dieu et reçut l’onction sacrée du prophète Samuel pour régner sur le peuple d’Israël; il fit venir dans la cité de Jérusalem l’arche de l’alliance du Seigneur et Le Seigneur Lui-même lui jura bientôt que sa descendance demeurerait à jamais, du fait que Le Christ Jésus naîtrait de sa lignée selon la chair. Il se coucha avec ses pères à un âge avancé vers 972 avant le Christ. (Martyrologe romain) 

Le roi David habitait enfin dans sa maison. Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient. Le roi dit alors au prophète Nathan : « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » Nathan répondit au roi : « Tout ce que tu as l’intention de faire, fais-le, car le Seigneur est avec toi. »

Mais, cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan : « Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur : Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ? C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai abattu devant toi tous tes ennemis.

Je t’ai fait un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai, il s’y établira et ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l’humilier, comme ils l’ont fait autrefois, depuis le jour où j’ai institué des juges pour conduire mon peuple Israël. Oui, je t’ai accordé la tranquillité en te délivrant de tous tes ennemis.

Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. »

lwf0003web.gif

Le dé­sir de Da­vid de bâ­tir un temple à Dieu au lieu de l’an­cien sanc­tuaire qui était en mauvais état et de la tente pro­vi­soire qu’il  éle­va à Jé­ru­sa­lem, se rat­ta­cha à la si­tua­tion créée par le lieu de sa nouvelle maison  et par le trans­port de l’arche dans cette ville. Il était impensable à cette époque qu’une capitale n’eut pas son temple et son palais. Dieu et David furent donc associés pour mener à bien le fonctionnement de l’État.

Le roi David, se trouvant enfin en paix après une longue période d’escarmouches avec les philistins, fit donc construire un palais royal, sur la colline de Sion, à Jérusalem. David pensa que Dieu devrait avoir aussi sa maison. Il présenta son projet au prophète Nathan : « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile !

Nathan lui répondit que la fa­mille de Da­vid,  ins­tal­lée par Dieu, est dé­po­si­taire ir­ré­vo­cable de la royauté mes­sia­nique par la­quelle devra être réa­li­sée cette pro­messe faite à Abra­ham : « Toutes les nations de la terre ser,ont bénies en ta postérité. » En même temps les  pro­messes mes­sia­niques antérieures  arrivèrent ici à leur accomplissement.

Depuis Moïse, jusqu’à présent, Israël fut un ensemble de douze tribus. À partir de maintenant,  Israël deviendra une nation organisée dans une région bien délimitée, avec une autorité centrale et stable. Dans les années qui suivront, l’unité sera garantie par les prêtres qui deviendront responsables de la vie de la nation.

Dieu accompagna David dans toutes ses  entreprises. La même situation se produisit avec Abraham : « J’établirai mon alliance entre moi et toi, et après toi avec ta descendance, de génération en génération ; ce sera une alliance éternelle ; ainsi je serai ton Dieu et le Dieu de ta descendance après toi. » (Gn 17, 7)

La même situation se présentera avec Pierre ; Jésus dit à Pierre : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. » (Mt 16, 18) David voulut bâtir une maison  pour Dieu. Mais c’est Dieu qui  lui promit de lui en donner une. Cette maison fut d’abord Salomon, son premier fils qui construisit le temple.

C’est seulement Jésus, un descendant de David, qui accomplira beaucoup plus tard ce que le prophète Nathan annonça : « Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père » (Lc 1, 32) Jésus accomplira pleinement ce qui  n’était qu’une ébauche sous le règne de David.

Compléments

◊  Histoire → David triompha du Philistin avec une fronde et un caillou (1 S 17-51)

◊ Catéchèse   →  Naissance de Jean le précurseur du Messie et cantique de Zacharie (Lc 57-79)

Liens externes

◊   Du site de   Coolus, le prêtre qui pose des lapins bleus  →   Quatrième dimanche du  Temps de l’Avent , année B

◊ Deuxième roi d’Israël  → Saint David, Fils de Jessé, roi de Juda et d’Israël

Publié dans Ancien testament, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur (Ml 3, 1-4.23-24)

Posté par diaconos le 22 décembre 2017

Marie rend visite à sa cousine Élisabeth.Quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : "Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni".

Marie rend visite à sa cousine Élisabeth.Quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni ».

La datation du livre de Malachie peut être située vers -460 a.v. J.C. Il n’y a dans ce livre aucun renseignement sur son auteur. Son auteur annonça la proche venue du jour du Seigneur, qui sera précédée par le retour du prophète Élie. Cette annonce est évoquée dans le Nouveau Testament. Les disciples de Jésus lui, posèrent cette question : « Pourquoi les scribes disent-ils qu’Élie doit venir d’abord ? » Jésus leur répondit :  » Oui, Élie doit venir d’abord et tout remettre en ordre. Et comment est-il écrit du Fils de l’homme qu’il doit beaucoup souffrir et être méprisé ? Mais je vous le dis : Élie est bien déjà venu et ils l’ont traité à leur guise, comme il est écrit de lui.  » (Mt 17, 9-13)

Extrait du livre du prophète Malachie au chapitre trois

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j’envoie mon messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient, dit le Seigneur de l’univers.
Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs.

Il s’installera pour fondre et purifier : il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent ; ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice. Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois.

Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils, et le cœur des fils vers leurs pères, pour que je ne vienne pas frapper d’anathème le pays !

lwf0003web.gif

Isaïe avait déjà an­noncé que la ve­nue du Mes­sie se­rait pré­cé­dée de celle d’un mes­sa­ger qui lui pré­pa­re­rait la voie dans le cœur du peuple (Is 40; 3). Dans le livre de Malachie, ce pré­pa­ra­teur de la voie est ap­pelé Élie, et le Nou­veau Tes­ta­ment voit la réa­li­sa­tion de cette pro­phé­tie dans l’en­voi de Jean-Bap­tiste (Mt 11, 10)

Ici, Élie est comparable au feu du fondeur ; il éli­mi­nera du peuple de Dieu tous les élé­ments qui ne sont pas dignes d’en faire dé­fi­ni­ti­ve­ment par­tie et son travail ne sera pas de courte durée. C’est par les fils de Lévi que commencera le jugement de Dieu. Ils n’accepteront plus les offrandes indignes : vous aussi, comme des pierres vivantes, soyez édifiés en maison spirituelle, pour former une sacrificature sainte, pour offrir des sacrifices spirituels agréables à Dieu, par Jésus-Christ. (1P 2-5)

Le messager annoncé, le voici qui vient… C’est Dieu en personne qui vient ! Il est pareil au feu du fondeur et il s’installera pour fondre et purifier. Devant Lui aucune imperfection ne pourra tenir. La venue du Messie inaugura une profonde réforme de la fonction sacerdotale remplie jusque là par la famille Lévi.

Jésus est venu fonder le culte définitif. L’eucharistie est le sacrifice spirituel par lequel nous nous offrons nous-mêmes en union avec Jésus.

———————–

Origine de Jean-Baptiste

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père  comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. »

Et tout le monde en fut étonné. À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. Dans toute la région montagneuse de Judée, on raconta tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » Cet enfant marquera-t-il notre histoire ? Nous savons par l’évangile de Luc qu’il eut un rôle dans ce temps nouveau.

Compléments

◊ Catéchèse → Naissance de Jean le précurseur du Messie et cantique de Zacharie (Lc 57-79)

◊  Catéchèse → Dieu se manifeste toujours là où nous ne l’attendons pas !

Liens externes

◊ Ainsi parle le Seigneur → Intelligence des écritures – Volume 4 – Année B

♥  Commentaire   → Le prophète Malachie

Vidéo→ Élisabeth et Zacharie

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Méditation, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Anne rend grâce pour la naissance de son fils Samuel (1 S 1, 24-38)

Posté par diaconos le 21 décembre 2017

Extrait du premier livre de Samuel au chapitre un

Samuel fut le prophète qui établit le roi Saül, premier roi d'Israël, puis le roi David -, le dernier des "juges" qui mèna les Israélites à la victoire contre les Philistins.

Samuel fut le prophète qui établit le roi Saul, premier roi d’Israël, puis le roi David, le dernier des juges qui conduisit les Israélites à la victoire contre les Philistins.

En ces jours-là, lorsque Samuel fut sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la maison du Seigneur, à Silo ; l’enfant était encore tout jeune. Anne avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin. On offrit le taureau en sacrifice, et on amena l’enfant au prêtre Éli. Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t’en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi pour prier le Seigneur.

C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande. À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. » Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.

lwf0003web.gif

Nous découvrons dans la Bible  plusieurs récits où Dieu choisit ses serviteurs parmi des familles qui ont perdu l’espoir d’avoir un enfant. Du temps d’Hérode, roi de Judée, il y avait un sacrificateur, nommé Zacharie ; sa femme s’appelait Élisabeth. Tous deux étaient justes devant Dieu, observant d’une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances du Seigneur. Ils n’avaient pas eu d’enfants, parce qu’Élisabeth était stérile ; et ils étaient l’un et l’autre avancés en âge (Lc 1, 5-7). C’était aussi le cas pour Isaac, Samson (Voir article du 18 décembre 2017)

Réjouis-toi, stérile, toi qui n’enfantes pas ! Éclate et pousse des cris, toi qui n’as pas éprouvé les douleurs de l’enfantement ! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux que les enfants de celle qui était mariée (Ga 4, 27). La maternité exceptionnelle d’Anne jusqu’alors stérile annonça à l’avance les deux maternités aussi exceptionnelles  d’Élisabeth et de Marie.

Dieu entendit Anne et l’exauça. Les pauvres, les humiliés ont tous leur place devant le Seigneur ; c’est dans son humiliation que Anne cria vers le Seigneur et fut exaucée. Sa prière ressemble au magnificat qui jaillit des lèvres de Marie à Nazareth. C’est à travers notre histoire que Dieu accomplit son projet.

Quand Samuel fut sevré, ses parents le conduisirent dans un petit sanctuaire abritant l’Arche à Silo. Les pèlerins y amenaient les animaux qu’ils voulaient offrir en sacrifice au Seigneur et les confiaient au prêtre sacrificateur. Anne vint en ce lieu avec ses présents pour le sacrifice et présenta son fils au prêtre Éli. Anne étant stérile, elle supplia Dieu pour obtenir cet enfant qu’elle désirait tant. Quand elle fut exaucée, elle consacra son fils à Dieu.

Éli fut l’un des derniers Juges d’Israël avant l’institution de la monarchie israélite. Il porta le titre de Grand prêtre d’Israël et fut le conseiller de Samuel. Samuel fut le dernier Juge d’Israël. Dieu leur donna des juges, jusqu’au prophète Samuel (Ac 13,20), qui fut  le premier des prophètes prophétisant aux Israélites.

Tous les prophètes qui ont successivement parlé, depuis Samuel, ont aussi annoncé ces jours-là  (Ac 3,24). Une partie du monde chrétien, dont l’Église orthodoxe et l »Église catholique le fête le vingt août.

Spontanément aussi, Marie utilisa des versets des psaumes pour exprimer sa prière. Chaque phrase du Magnificat est tirée de l’Ancien Testament.

Compléments

◊ Catéchèse → Je te salue, pleine de grâce ; le Seigneur est avec toi (Lc 1, 28)

◊ Catéchèse → Qu’il me soit fait selon ta parole ! (Lc 1, 26-38)

Liens externes

◊ Abbaye de Maredsous (Belgique) →  Magnificat

◊ Un moment sacré → Hymne de joie

Vidéo pour vos jeunes enfants → Samuel, le jeune prophète

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Page jeunesse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Voici mon bien-aimé qui vient. Il bondit sur les montagnes (Ct 2, 8-14)

Posté par diaconos le 20 décembre 2017

Le voici qui vient, bondissant sur les montagnes » (Ct 2,8). Le Christ ne s'est fait d'abord connaître à l'Eglise que par sa voix. Il a commencé par lancer sa voix devant lui par l'intermédiaire des prophètes ; sans se laisser voir, il se faisaitentendre. Sa voix portait dans les messages que l'on annonçait de lui,

Le voici qui vient, bondissant sur les montagnes » (Ct 2,8). Le Christ ne s’est fait d’abord connaître à l’Église que par sa voix. Il a commencé par lancer sa voix devant lui par l’intermédiaire des prophètes ; sans se laisser voir, il se faisait entendre. Sa voix portait dans les messages que l’on annonçait de lui,

Extrait du livre des Cantiques au chapitre deux

La voix de mon bien-aimé ! C’est lui, il vient… Il bondit sur les montagnes, il court sur les collines,  mon bien-aimé, pareil à la gazelle, au faon de la biche. Le voici, c’est lui qui se tient derrière notre mur : il regarde aux fenêtres, guette par le treillage. Il parle, mon bien-aimé, il me dit : Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens…

Vois, l’hiver s’en est allé, les pluies ont cessé, elles se sont enfuies. Sur la terre apparaissent les fleurs, le temps des chansons est venu et la voix de la  tourterelle s’entend sur notre terre. Le figuier a formé ses premiers fruits, la vigne fleurie exhale sa bonne odeur. Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens… Ma colombe, dans les fentes du rocher, dans les retraites escarpées, que je voie ton visage, que j’entende ta voix ! Ta voix est douce et ton visage, charmant.

lwf0003web.gif

Sulammith, l’une des jeunes filles du ha­rem cé­lébra le bon­heur d’être l’ob­jet des at­ten­tions d’un roi tel que Sa­lo­mon. Elle  en­tendit dans son rêve les pas de son bien-aimé, puis­qu’elle le dé­peignit  sau­tant, bon­dis­sant comme une ga­zelle, ou au faon d’une biche. Cher­chant à voir à tra­vers les fe­nêtres ce qui se passa dans la mai­son. Elle aper­çut son œil brillant, qui perça à tra­vers le treillis qui ornait les fe­nêtres. Le bien-aimé in­vita Sulam­mith à une pro­me­nade pour jouir de toute la beauté d’une jour­née prin­ta­nière.

 Le printemps étant arrivé, toute la nature fut transformée, le chant des oiseaux, les  premières fleurs, les premiers fruits et sur les figuiers la première récolte. Tout cela invite à la promenade. Comme Su­lam­mith ne ré­pondit pas,  le bien-aimé la com­para à une co­lombe qui se cacherait dans les fentes des ro­chers ; il dé­sira intensément en­tendre sa voix.

Quand le figuier produit ses premiers fruits, on esr assuré que l’été est proche, de même le royaume de Dieu est proche : « Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte.… »(Mt 24, 32-33)

Note : Le fi­guier porte en Pa­les­tine deux es­pèces de figues : les précoces, qui poussent sur le bois de l’an­née pré­cé­dente et qui sont mûres au mois de juin, et les tardives, qui poussent sur les branches nou­velles de l’an­née et ap­pa­raissent à la base des feuilles, mû­ris­sant suc­ces­si­ve­ment dès le mois d’août, les unes en­core du­rant l’été, les autres res­tant sus­pen­dues à l’arbre pen­dant tout l’­hi­ver et n’é­tant mûres qu’au prin­temps,  seule­ment après l’ap­pa­ri­tion des feuilles.

Le Cantique des cantiques est une chanson d’amour. Il est interprété comme une chanson d’amour de Dieu pour son peuple. Cet extrait décrit la passion des fiancés qui brûlent du désir de se retrouver. Cette recherche peut être l’un des signes de l’amour de Dieu pour chaque personne. Dans ce cantique, Dieu est ce bien-aimé qui vient.

Matthieu rapporte dans son évangile  : « Le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux. » (Mt 25 1) Il vient, c’est le mystère de la nativité du Christ que nous célébrons à Noël. Dieu vient à nous comme le bien-aimé qui va à la rencontre de celle qu’il aime. Il franchit les collines et accourt comme la gazelle : aucun obstacle n’arrête Dieu !

Montre-moi ton visage, Seigneur, fais-moi entendre ta voix.

Compléments

◊ Lectures de la messe de dimanche prochain → Quatrième dimanche de l’Avent, année B

◊ Homélie pour Noël → Dieu vient habiter parmi nous !

◊ Liturgie → A.D.A.L. pour le quatrième dimanche de l’Avent, année B

Liens externes

◊ La voix de mon bien-aimé → Cantique des cantiques en relation à Dieu

◊ Bible-notes → La voix de mon Bien-aimé !

♥ Vidéo →  Viens dans mon jardin

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Ancien testament, Religion, Temps de l'Avent, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

12345...27
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS