Je tressaille de joie dans le Seigneur » (Is 61, 1-2a.10-11)

Posté par diaconos le 16 décembre 2017

Extrait du livre d’Isaïe au chapitre soixante et un

Jésus+se+déclare+le+Messie+annoncé+par+les+prophètesL’esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération, proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur.

Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu. Car il m’a vêtue des vêtements du salut, il m’a couverte du manteau de la justice, comme le jeune marié orné du diadème, la jeune mariée que parent ses joyaux. Comme la terre fait éclore son germe, et le jardin, germer ses semences, le Seigneur Dieu fera germer la justice et la louange devant toutes les nations.

lwf0003web.gif

Le Seigneur réalisera l’avenir promis à Sion, car il a été consacré par l’onction. L’onc­tion est l’em­blème de la com­mu­ni­ca­tion des dons du Saint-Es­prit. C’é­tait par cette cé­ré­mo­nie que les prêtres, les rois et quel­que­fois les pro­phètes étaient in­tro­duits dans leur charge  :  » Tu en revêtiras Aaron ton frère et ses fils avec lui ; tu les oindras, tu les installeras et tu les consacreras, et ils me serviront comme sacrificateurs. » (Ex 28, 41)

Le Seigneur réunit en sa per­sonne ces trois charges et re­çut pour les rem­plir la plé­ni­tude de l’Es­prit di­vin : « Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ; aux nations, il proclamera le droit. » (Is 42, 1)   Ce don s’est réa­lisé pour Jé­sus au mo­ment de son bap­tême. Jean rendit témoignage en disant : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe, et il est demeuré sur lui. »  (Jn 1, 32)

Le nom de Messie de l’hébreu mashiahlowdot (oint) confirme qu’ici « L’esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. » , c’est le Mes­sie qui parle. Jé­sus lui-même a dé­claré être le per­son­nage  an­noncé ici, quand il a dit, après avoir lu le com­men­ce­ment de ce dis­cours dans la sy­na­gogue de Na­za­reth : « Cette parole est accomplie aujourd’hui, et vous l’entendez » (Lc 4, 21)    

Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles. Heureux ceux qui sont doux, parce qu’ils hériteront la terre. Il m’a envoyé proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur : ici, Isaïe fait al­lu­sion à l’ins­ti­tu­tion du jubilé, sans la nommer. L’année de jubilé, ins­ti­tuée par la loi, re­ve­nait tous les cin­quante ans.

Les es­claves is­raé­lites de­vaient cette an­née-là être mis en li­berté  : « Vous sanctifierez la cinquantième année et vous publierez la liberté dans le pays pour tous les habitants. Ce sera pour vous un jubilé ; vous rentrerez chacun dans sa propriété et vous rentrerez chacun dans sa famille. » (Lv 25, 10)

  La grâce de Dieu en­vers les siens se ma­ni­festa entre autres par le ju­ge­ment du monde qui les op­pri­mait : « Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage, ne craignez point ! Voici votre Dieu ; une vengeance viendra, une revanche divine ; Il viendra lui-même et vous sauvera. » (Is 35, 4)

Le peuple étant  revenu d’exil, la déception vint rapidement devant les difficultés à reconstruire Jérusalem. Le prophète Isaïe leur annonça  la bonne nouvelle d’un salut qui ne pourra venir que de Dieu et que seuls les humbles pourront accueillir : « Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu. Car il m’a vêtue des vêtements du salut »
Ces cris de joie  rappellent le cantique d’Anne, la mère de Samuel  :« Et Anne fit cette prière : Mon cœur exulte à cause du Seigneur ; mon front s’est relevé grâce à mon Dieu ! Face à mes ennemis, s’ouvre ma bouche : oui, je me réjouis de ton salut ! » (1S 2, 1)  Luc les remit dans la bouche de Marie lors de la Visitation dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. » (Lc 1, 46-48)
³³³³³³³³³³
La prière que le prophète avait énoncée plus haut appela la libération d’Israël avec des chants de louange. La création sera transformée par le salut et la justice de Dieu. Ici apparaît ce germe de justice tant espéré. Car la justice de Dieu, c’est son salut, fidélité à sa promesse d’amour ! Elle fait jaillir la louange devant toutes les nations. Dès lors, le temps du salut est ouvert pour tous, temps de justice et de bonheur de Dieu.

Compléments

◊  Catéchèse → Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. (Lc 1, 42)

◊ Homélie pour le troisième dimanche de l’Avent →  SOYEZ TOUJOURS DANS LA JOIE (Jn 1,6-8.19-28)

Liens externes

◊ Catéchèse pour l’Avent → Pour découvrir l’Avent. S’émerveiller, accueillir Dieu et marcher vers les autres.

♥ Vidéo → Jean-Baptiste, prophète du changement des cœurs

Image de prévisualisation YouTube

 

 

,

Publié dans Ancien testament, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Élie doit revenir (Si 48, 1-4.9-11)

Posté par diaconos le 15 décembre 2017

Extrait du livre de Ben Sira le Sage au chapitre quarante-huit

La quinzième année du règne de l'empereur Tibère, Ponce Pilate était gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, son frère Philippe tétrarque du territoire de l'Iturée et de la Trachonite, Lysanias tétrarque de l'Abilène, 2 et Anne et Caïphe étaient grands-prêtres. C'est alors que la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert, 3 et Jean parcourut toute la région du Jourdain; il prêchait le baptême de repentance pour le pardon des péchés, 4 conformément à ce qui est écrit dans le livre des paroles du prophète Esaïe: C'est la voix de celui qui crie dans le désert: 'Préparez le chemin du Seigneur, rendez ses sentiers droits.' 5 Toute vallée sera comblée, toute montagne et toute colline seront abaissées; ce qui est tortueux sera redressé et les chemins rocailleux seront aplanis. 6 Et tout homme verra le salut de Dieu.

La quinzième année du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate était gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, son frère Philippe tétrarque du territoire de l’Iturée et de la Trachonite, Lysanias tétrarque de l’Abilène, et Anne et Caïphe étaient grands-prêtres. C’est alors que la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert, et Jean parcourut toute la région du Jourdain; il prêchait le baptême de repentance pour le pardon des péchés, conformément à ce qui est écrit dans le livre des paroles du prophète Esaïe: C’est la voix de celui qui crie dans le désert: ‘Préparez le chemin du Seigneur, rendez ses sentiers droits.’ Toute vallée sera comblée, toute montagne et toute colline seront abaissées; ce qui est tortueux sera redressé et les chemins rocailleux seront aplanis. Et tout homme verra le salut de Dieu.

En ces jours-là, le prophète Élie surgit comme un feu, sa parole brûlait comme une torche. Il fit venir la famine sur Israël, et, dans son ardeur, les réduisit à un petit nombre. Par la parole du Seigneur, il retint les eaux du ciel, et à trois reprises il en fit descendre le feu. Comme tu étais redoutable, Élie, dans tes prodiges ! Qui pourrait se glorifier d’être ton égal ?

Toi qui fus enlevé dans un tourbillon de feu par un char aux coursiers de feu ; toi qui fus préparé pour la fin des temps, ainsi qu’il est écrit, afin d’apaiser la colère avant qu’elle n’éclate, afin de ramener le cœur des pères vers les fils et de rétablir les tribus de Jacob… heureux ceux qui te verront, heureux ceux qui, dans l’amour, se seront endormis ; nous aussi, nous posséderons la vraie vie.

lwf0003web.gif

Du temps de Jésus, les scribes enseignèrent qu’ils attendaient le retour d’Élie, avant que le Seigneur n’envoyât le Messie. Ils en étaient convaincus et prirent comme référence, un extrait du livre de Malachie au chapitre trois pour faire passer ce message : « Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable. » (Ml 3,23) Ils utilisèrent cet argument pour refuser Jésus. Selon eux, Jésus ne pouvait pas être le Messie puisque Élie n’était pas revenu.

Matthieu rapporte dans son évangile qu’un jour ses disciples l’interrogèrent à ce sujet : « Pourquoi les scribes disent-ils que Élie doit revenir ? » Jésus répondit qu’Élie était déjà venu. Malachie a eu raison de dire que Élie eut pour mission de préparer les voies du Messie.

Mais ce rôle d’annoncer que Jésus était arrivé fut remplit par Jean-Baptiste, qui Lui rendit témoignage en proclamant :  « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. La Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. » (Lc 1, 15.17) Jésus a dit à propos de la fonction du prophète Élie, que Lui, Jésus, était venu l’assumer. Cette fonction est aussi confiée à l’Église et à nous.

C’est Jean-Baptiste qui prépara le chemin du Seigneur :« Je suis la voix de celui qui crie dans le désert  de redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » (Jn 1, 23) C’est encore lui qui prépara les cœurs à recevoir Jésus. Voyant Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël. » (Jn 1, 29-31)

En ce temps de l’Avent, faisons le point. Où en sommes-nous dans notre préparation à Noël ? Quels efforts spirituels as-tu décidés ? Noël, c’est autre chose que ces promotions commerciales proposées par les folders distribués dans nos boîtes aux lettres. Retrouves le vrai sens de la fête de Noël. As-tu prévu de décorer un peu ta maison pour rappeler cet évènement ?

Il y a plus de deux mille ans que Dieu est entré dans l’humanité. Il s’est incarné : « La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père c’est-à-dire Emmanuel, Dieu avec nous. » (Jn 1, 14)  Nous ne sommes pas seuls. Désormais, Dieu est à nos côtés.

Compléments

◊ Catéchèse → Annonce d’un nouveau printemps social (Is 61,1-2.10-11)

◊  Catéchèse →   Annonce d’un nouveau printemps social (Is 61,1-2.10-11)

Liens externes

◊ Prologue de l’évangile de Jean→ Jean lui rend témoignage

 Vidéo → La gloire de l’effacement 

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Si tu avais prêté attention à mes commandements… (Is 48, 17-19)

Posté par diaconos le 14 décembre 2017

Extrait du livre d’Isaïe au chapitre quarante-huit

 Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, Saint d’Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, je te donne un enseignement utile, je te guide sur le chemin où tu marches. Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer. Ta postérité serait comme le sable, comme les grains de sable, ta descendance ; son nom ne serait ni retranché ni effacé devant moi.

lwf0003web.gif

Dieu se compromit dans le destin de son peuple et s’engagea totalement pour le sauver. « Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements… »  Dans ce soupir exprima toute la tendresse de Dieu pour son peuple. Israël dé­li­vré pro­cla­mera, à la gloire de Dieu, la nou­velle de sa dé­li­vrance.

« Je suis le Seigneur ton Dieu , je te donne un enseignement utile, je te guide sur le chemin où tu marches. » Dieu s’est vraiment engagé pour sauver les exilés : il les invita à marcher, à accepter l’enseignement salutaire, qui apportera le salut. Les Juifs exilés acceptèrent l’enseignement qui sauve et furent sauvés.

Quelques siècles plus tard, Jésus donna à ses disciples un enseignement nouveau et leur demanda d’aller enseigner toutes les nations. Il nous invite à marcher à ses côtés, il nous ouvre la route. Il dira même : « Je suis le chemin, la vérité et la Vie ». Dans son enseignement, Jésus nous a donné un commandement nouveau : « Aimez-vous les uns et les autres comme je vous ai aimés. »

Si nous prêtions attention à son commandement, nous serions remplis de paix et notre postérité serait comme les grains de sable. Une seule attitude est nécessaire pour que cela arrive : soyons attentifs aux commandements que Jésus nous donne. La sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait. (Mt 11,19)

Il est difficile de rester à l’écoute de Dieu qui nous parle chaque jour et nous entraîne un peu plus sur le chemin de l’amour ! Jésus veut que nous reconnaissions la sagesse de Dieu à travers ce qu’elle fait. Il veut que notre cœur devienne capable de lire la présence de Dieu en nous et dans le monde qui nous entoure.

Compléments

◊ Homélie → Préparez le chemin du Seigneur !

◊  Lève les yeux et regarde au loin, que ton cœur tressaille d’allégresse →  Célébration communautaire de l’Avent (3) : Soyez dans la joie !

Liens externes

◊  Comprendre la Bible →    Oh ! si tu avais fait attention à mes commandements…

♥  Vidéo → Aime ton prochain comme toi même

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

Ton rédempteur, c’est le Dieu Saint d’Israël (Is 41, 13-20)

Posté par diaconos le 13 décembre 2017

Extrait du livre d’Isaïe au chapitre quarante et un

Résultat de recherche d'images pour "Voici celui qui doit venir"C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis :  » Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. » Ne crains pas, Jacob, pauvre vermisseau, Israël, pauvre mortel. Je viens à ton aide – oracle du Seigneur ; ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël. J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines en menue paille ; tu les vanneras, un souffle les emportera, un tourbillon les dispersera.

Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange. Les pauvres et les malheureux cherchent de l’eau, et il n’y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai, moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. Sur les hauteurs dénudées je ferai jaillir des fleuves, et des sources au creux des vallées.

Je changerai le désert en lac, et la terre aride en fontaines. Je planterai dans le désert le cèdre et l’acacia, le myrte et l’olivier ; je mettrai ensemble dans les terres incultes le cyprès, l’orme et le mélèze, afin que tous regardent et reconnaissent, afin qu’ils considèrent et comprennent que la main du Seigneur a fait cela, que le Saint d’Israël en est le créateur.

Source de l’image →  Paroisse du Sacré-Coeur – homélie du dimanche

lwf0003web.gif

Ne crains pas Jacob, pauvre vermisseau. Dieu l’identifia à un ver. Le ver étant l’i­mage d’un être hu­mi­lié, qu’on foule aux pieds, tel était Israël, im­puis­sant et mi­sé­rable sous le joug des Chal­déens ;  Dieu vint à l’aide de ce peuple de déportés, exploités et dispersés dans la Babylone païenne. Ce sera pour­tant ce peuple qui do­mi­nera bientôt  ses op­pres­seurs. Israël n’existait plus  comme peuple ; il n’y avait plus que des in­di­vi­dus dis­per­sés parmi les Gen­tils.

Ton Rédempteur. Ce titre fut em­ployé avec pré­di­lec­tion par l’au­teur d’Isaïe : il dé­signe ce­lui qui prend en mains la cause d’une per­sonne, son cham­pion, son ven­geur  : « Je sais, moi, que mon rédempteur est vivant, que, le dernier, il se lèvera sur la poussière ; et quand bien même on m’arracherait la peau, de ma chair je verrai  Dieu (Job 19, 25-26)

J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines… Tu mettras ta joie dans le Seigneur : c’était l’annonce d’une revanche contre les oppresseurs babyloniens. Mais ceci était nouveau : l »annonce d’une joie après la peine.

Le Seigneur exaucera les pauvres et les malheureux qui ont faim et soif de justice. Le désir des pauvres d’aujourd’hui, c’est d’être reconnus et aimés, de pouvoir recevoir un salaire correct de la part de ceux qui leur donnent du travail ; de pouvoir ainsi pouvoir améliorer leur situation  en acquérant un peu plus de confort.

Prions le Seigneur de nous aider à venir en aide à ces malheureux, dont nous connaissons la situation. Nous pouvons aussi les aider via des organismes qui viennent à leur secours comme Caritas Catholica, la Croix-rouge, Emmaüs, les petits riens et bien d’autres.

——————————-

Plusieurs siècles plus tard, Jean-Baptiste annoncera la venue de ce Rédempteur parmi les hommes. Jésus dira de lui : « Parmi les hommes, il n’en a  pas existé de plus grand que lui. » (Mt 11, 15) Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu’à présent, dira le Christ, le royaume des Cieux  subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer. Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont prophétisé jusqu’à Jean. (Mt 11, 12)

Ces paroles signifient que le Royaume de Dieu ne s’instaure pas dans la facilité et que les forces du mal seront actives jusqu’à la fin du monde. Avant Jean, les hommes étaient dans la promesse, mais avec sa venue, le Royaume de Dieu est arrivé. Le royaume des cieux est bel et bien une affaire de rencontre  : c’est Dieu qui envoie son Fils à notre rencontre. Jean-Baptiste représente l’homme vieux que nous portons tous à bout de bras. Il attendit de toutes ses forces la venue du règne. Il alla jusqu’à questionner le Christ sur sa mission, comme pour hâter l’avènement du royaume : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » (Mt 11,3)

Compléments

◊ Accueil sur mon blog → Le temps de l’Avent révèle un Dieu qui vient vers l’homme.

◊ Voici votre Rédempteur   →  Préparez dans le désert le chemin du Seigneur (Is 40, 1-5.9-11)

Publié dans Ancien testament, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

12345...25
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS