Saint Achille de Larisse

Posté par diaconos le 12 mai 2024

St. Achilles the Bishop of Larissa / OrthoChristian.Com

Achille de Larissa, fut évêque de Larissa en Grèce. Il fut pèlerin à Jérusalem au tombeau du Christ et à Rome aux tombeaux des apôtres. Ce fut dans la Ville éternelle qu’il reçut la grâce de la prédication apostolique. De retour dans son pays, il fut un évêque très attentif aux pauvres, aux malades et aux étrangers. Il administra son diocèse avec un grand soin pastoral. Il était présent au Concile de Nicée en l’an 325.

Il est fêté le douze mai en Occident, remplaçant saint Pancrace de Rome dans le nouveau Sanctoral comme deuxième saint de glace, et le quinze mai en Orient.

Il est le patron de la ville de Larissa en Thessalie en Grèce et de l’île qui porte son nom sur le petit lac Prespa.

Diacre Michel Houyoux

Vidéo

Saint Achille de Larissa cliquez ici  → https://youtu.be/U3iKoH0p6pU

 

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, fêtes religieuses, Foi, Histoire, L'Église, Page jeunesse, Paroisses, Temps pascal, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Samedi de la sixième semaine du Temps Pascal – Année Paire

Posté par diaconos le 11 mai 2024

De la tristesse à la joie. – Sanctifiez-vous

De l’Évangile de Jésus Christ selon Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite. En disant cela, je vous ai parlé en images. L’heure vient où je vous parlerai sans images, et vous annoncerai ouvertement ce qui concerne le Père. Ce jour-là, vous demanderez en mon nom ; or, je ne vous dis pas que moi, je prierai le Père pour vous, car le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti. Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père. » (Jn 16, 23b-28)

La tristesse changée en Joie

Après les promesses concernant l’envoi du Saint-Esprit, Jésus revint au moment présent, à la pensée de sa mort. Il l’annonça par une parole énigmatique destinée à provoquer les réflexions des disciples et qui eut vraiment cet effet.. Ils auraient pu comprendre ce mot : Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus, qui leur annonçait la mort si prochaine de Jésus, mais cette pensée, en apparence contradictoire : encore un peu de temps et vous me verrez parce que je vais au Père, devait leur paraître inexplicable

S’ils avaient bien saisi les paroles qui précèdent , ce discours ne leur serait pas si obscur. Jésus leur avait dit clairement que son élévation auprès du Père serait le moyen de leur envoyer cet Esprit divin qu’il leur promettait et par lequel ils le reverraient, en entrant dans une communion vivante avec lui (Jn 7.39 ; Jn 14.18-19 ; Jn 14.28 ; Jn 16.7). Nouvelle assurance donnée aux disciples que leurs prières seront exaucées : éclairés par l’Esprit, ils demanderont au nom de Jésus à un Père qui les aime comme ses enfants. Ils sont entrés dans ce rapport intime et filial avec Dieu parce qu’ils ont aimé Jésus et ont cru sa divine origine.

Ce rapport de confiance et d’amour entre le croyant et Dieu est rendu tellement immédiat par le Saint-Esprit (Rm , 15), que l’intercession de Jésus ne fut plus nécessaire ; Jésus acheva son œuvre de rédemption et de réconciliation pour tous qui l’aimèrent et qui furent aimé du Père lui-mêmeCeci ne fut pas en contradiction avec les paroles qui affirmèrent la médiation permanente de Jésus et nous le montrèrent remplissant toujours son office de souverain sacrificateur auprès de Dieu (Jn 1, 16 ; J , 17.9 ; Rm  8, .33 ; He7, 25 ; 1 Jn 2, 1).

L’intercession de Jésus eut précisément pour but d’introduire les âmes dans ce rapport intime avec Dieu qu’il décrit ; quand ce rapport fut établi et dans là mesure où il fut maintenu par le Saint-Esprit la prière des enfants de Dieu monta immédiatement au cœur de leur Père céleste (He 4, 16). «Il ne dit pas qu’il priera, car tant qu’ils sont dans l’état normal de fidélité, ils n’en auront pas besoin ; il prie alors par eux, non pour eux.» (Godet) Jésus déclara solennellement, pour affermir la foi des disciples, qu’il fut sorti d’auprès du Père. Ce fut là une révélation lumineuse de sa Préexistence et de son retour dans la gloire, ou, comme s’exprima Meyer, un résumé simple et grand de toute sa vie personnelle.

Par ces paroles, Jésus revint à la première pensée de tout ce discours. Nouvelle assurance donnée aux disciples que leurs prières seront exaucées : éclairés par l’Esprit, ils demanderont au nom de Jésus à un Père qui les aime comme ses enfants. Il vous aime, donc il vous exauce.— Bengel Ils sont entrés dans ce rapport intime et filial avec Dieu parce qu’ils ont aimé le Sauveur et ont cru sa divine origine.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autre sites chrétiens

Journal chrétien  : cliquer ici pour lire l’article  Votre tristesse se changera en joie. Jean 16:20

Churchojesuschristusorg  : cliquer ici pour lire l’article  Notre tristesse se changera en joie

Vidéo  Église de Pentecôte du Togo →  https://youtu.be/1YWtkDp2Io0

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Disciples de Jésus, Enseignement, évangiles, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Vendredi de la sixième semaine du Temps Pascal – Année Paire

Posté par diaconos le 10 mai 2024

Il faut de la tristesse... | La tristesse, Citation francais, Joie

De l’Évangile de Jésus Christ selon Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira ; vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l’enfant est né, elle ne se souvient plus de sa souffrance, tout heureuse qu’un être humain soit venu au monde. Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira ; et votre joie, personne ne vous l’enlèvera. En ce jour-là, vous ne me poserez plus de questions. » (Jn 16, 20-23a)

La tristesse changée en Joie

Après les promesses concernant l’envoi du Saint-Esprit, Jésus revint au moment présent, à la pensée de sa mort. Il l’annonça par une parole énigmatique destinée à provoquer les réflexions des disciples et qui eut vraiment cet effet.. Ils auraient pu comprendre ce mot : Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus, qui leur annonçait la mort si prochaine de Jésus, mais cette pensée, en apparence contradictoire : encore un peu de temps et vous me verrez parce que je vais au Père, devait leur paraître inexplicable

S’ils avaient bien saisi les paroles qui précèdent , ce discours ne leur serait pas si obscur. Jésus leur avait dit clairement que son élévation auprès du Père serait le moyen de leur envoyer cet Esprit divin qu’il leur promettait et par lequel ils le reverraient, en entrant dans une communion vivante avec lui (Jn 7.39 ; Jn 14.18-19 ; Jn 14.28 ; Jn 16.7). Nouvelle assurance donnée aux disciples que leurs prières seront exaucées : éclairés par l’Esprit, ils demanderont au nom de Jésus à un Père qui les aime comme ses enfants. Ils sont entrés dans ce rapport intime et filial avec Dieu parce qu’ils ont aimé Jésus et ont cru sa divine origine.

Ce rapport de confiance et d’amour entre le croyant et Dieu est rendu tellement immédiat par le Saint-Esprit (Rm , 15), que l’intercession de Jésus ne fut plus nécessaire ; Jésus acheva son œuvre de rédemption et de réconciliation pour tous qui l’aimèrent et qui furent aimé du Père lui-mêmeCeci ne fut pas en contradiction avec les paroles qui affirmèrent la médiation permanente de Jésus et nous le montrèrent remplissant toujours son office de souverain sacrificateur auprès de Dieu (Jn 1, 16 ; J , 17.9 ; Rm  8, .33 ; He7, 25 ; 1 Jn 2, 1).

L’intercession de Jésus eut précisément pour but d’introduire les âmes dans ce rapport intime avec Dieu qu’il décrit ; quand ce rapport fut établi et dans là mesure où il fut maintenu par le Saint-Esprit la prière des enfants de Dieu monta immédiatement au cœur de leur Père céleste (He 4, 16). «Il ne dit pas qu’il priera, car tant qu’ils sont dans l’état normal de fidélité, ils n’en auront pas besoin ; il prie alors par eux, non pour eux.» (Godet) Jésus déclara solennellement, pour affermir la foi des disciples, qu’il fut sorti d’auprès du Père. Ce fut là une révélation lumineuse de sa Préexistence et de son retour dans la gloire, ou, comme s’exprima Meyer, un résumé simple et grand de toute sa vie personnelle.

Par ces paroles, Jésus revint à la première pensée de tout ce discours. Nouvelle assurance donnée aux disciples que leurs prières seront exaucées : éclairés par l’Esprit, ils demanderont au nom de Jésus à un Père qui les aime comme ses enfants. Il vous aime, donc il vous exauce.— Bengel Ils sont entrés dans ce rapport intime et filial avec Dieu parce qu’ils ont aimé le Sauveur et ont cru sa divine origine.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autre sites chrétiens

Prédication (Europe) : cliquer ici pour lire l’article Vendredi de la 6 e semaine, année paire

Journal chrétien  : cliquer ici pour lire l’article Votre tristesse se changera en joie. Jean 16:20

Vidéo : cliquer ici https://youtu.be/1YWtkDp2Io0

Publié dans Bible, Catéchèse, Dieu, évangiles, Foi, L'Église, Page jeunesse, Paroisses, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Seventh Sunday of Easter – Year B

Posté par diaconos le 9 mai 2024

THE PROMISE OF THE HOLY SPIRIT IS FOR YOU – ACTS 2:39 (Pentecost Programme  – Day 1) | Bread of Life Voice

The theme of this article is the promise of the Holy Spirit. In many religions, the Holy Spirit is an agent of God who communicates with men or acts upon them. In Judaism, the Ruah, the breath of God, already intervenes in the first chapter of Genesis, at the creation of the world. The Ruah continues to manifest itself throughout the Hebrew Bible. In the New Testament, written in Koiné Greek, the word used is neuma (πνεῦμα) which also means breath of God and corresponds to the Hebrew Ruah; but we also find, depending on the context, the word Paraclete. 

In Christianity, the Holy Spirit (Spiritus sanctus in Latin) is one of the three persons of the Trinity, as formulated in the 4th century Nicene-Constantinopolitan symbol. It is celebrated at Pentecost. The Holy Spirit also appears in pre-Islamic writings and in the Koran (Arabic: Ruh). 

In Christianity, although the Holy Spirit is mentioned by name on numerous occasions in the Bible, there is no definition of him in any Old or New Testament passage. This vagueness is at the origin of a series of theological controversies that can be divided into three main periods : the 4th century, which saw the development of the Nicene-Constantinopolitan Creed ; the disputes between East and West that led to the great schism of the 11th century; and the doctrinal questions raised by the Protestant Reformation in the 16th century. 

Among the Christians of the first centuries, Ignatius of Antioch (35-110) insisted on the presence of the Holy Spirit in the Churches he addressed. Justin of Nablus (†165) placed the Holy Spirit in third place, after the Father and the Son. Tatian (120-173) called the Holy Spirit ‘the servant of God who suffered’.

From the Gospel of Jesus Christ according to John

At that time, raising his eyes to heaven, Jesus prayed thus: « Holy Father, keep my disciples together in your name, the one you have given me, that they may be one, as we are one. When I was with them, I kept them united in your name, the name you gave me. I kept watch over them, and none of them was lost, except the one who goes to ruin, that the Scripture might be fulfilled. And now that I have come to you, I say this to the world, that they may have my joy in them and be filled with it. I have given them your word and the world has hated them because they do not belong to the world, just as I do not belong to the world. I do not pray that you remove them from the world, but that you keep them from the Evil One.

They do not belong to the world, as I do not belong to the world. Sanctify them in truth: thy word is truth. As thou hast sent me into the world, so have I sent them into the world. And I sanctify myself for them, that they also may be sanctified in the truth. (Jn 14, 18 ; 16, 22)

 The promise of the Spirit

 Those whom Jesus had tenderly called children, he loved too much to abandon them as orphans who would lose more than a father in him. The rich promise he made was a guarantee that this would not be so: « I will come to you, » he told them. It was with his Spirit that he came to them and not, as several exegetes have thought, with his resurrection or even his return on the last day. The context contradicts these explanations. « If you love me, keep my commandments and I will pray to the Father, who will make love and obedience abound in you ». What Jesus was asking God to do was to give the disciples his Holy Spirit, who became their life and the life of the Church.

According to Origen and Chrysostom, our reformers Luther and Calvin made the Comforter. « What Jesus will ask of the Father, on their behalf, is therefore another support, always at hand, always ready to come to their aid, at the first call, in their struggle with the world ». The following applications flow easily from this fundamental meaning: support in times of weakness advice in the difficulties of life; consolation in suffering. In this way, he will do for them what his beloved Master had done in the last years when he was leaving them. By saying: another, Jesus implicitly gives himself the title of Paraclete (Godet).

The remark with which John distinguishes him from Judas Iscariot, which is superfluous, betrays the horror that his namesake inspired in him. This disciple was still waiting for a Messiah who would be the earthly king of Israel, the judge of the nations; he did not understand that Jesus had to manifest himself only to the small number of those who loved him and not to everyone.

Deacon Michel Houyoux


Links to other Christian sites

 SMcgvl : click here to read the paperSeventh Sunday of Easter – Ascension of the Lord

Liyola Press : click here to see the paperSeventh Sunday of Easter, Cycle B

Video  Christian Fellow Schip : click here https://youtu.be/RW31kzSRy9Y

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Foi, Histoire du Salut, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

123456...45
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...