Quel est le premier de tous les commandements ?

Posté par diaconos le 3 novembre 2018

Message du Père Marie Landry Bivina reçu sur  ma page Facebook

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur.

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur.

Un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s’avança pour lui demander: «Quel est le premier de tous les commandements?». Jésus lui fit cette réponse: «Voici le premier: ‘Écoute, Israël: le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force’. Voici le second: ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même’. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là».

Le scribe reprit: «Fort bien, Maître, tu as raison de dire que Dieu est l’Unique et qu’il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son coeur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices». Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit: «Tu n’es pas loin du royaume de Dieu». Et personne n’osait plus l’interroger.  (Mc 12,28-34)

lwf0003web.gif

Aujourd’hui, il est très à la mode de parler de l’amour du prochain, de la justice chrétienne, etc. mais on parle rarement de l’amour de Dieu.

C’est pour cela que nous devons examiner avec attention la réponse que donne Jésus à cet homme de lettres, qui, avec la meilleure intention du monde, lui demande «Quel est le premier de tous les commandements?» (Mc 12,29), question qui n’est pas étrange en soi car entre tant de lois et de règles, les juifs cherchaient à établir un précepte qui unifierait tous les aspects de la volonté de Dieu.

Jésus répond avec une simple oraison, que les juifs récitent plusieurs fois par jour même aujourd’hui et qu’ils portent sur eux à tout moment: «Écoute, Israël: le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force» (Mc 12,29-30). C’est à dire que, Jésus nous rappelle, en premier lieu, que le devoir primordial de tout homme est de proclamer l’amour de Dieu, et cela est juste et logique puisque Dieu nous a aimé le premier.

Néanmoins, Jésus ne se contente pas de nous rappeler ce commandement primordial et fondamental, mais il rajoute également qu’il faut aimer son prochain comme soi-même. Et ce, comme le dit le Pape Benoît XVI, parce que «l’amour de Dieu et l’amour du prochain sont inséparables, c’est comme un seul et unique commandement. Tous deux viennent de l’amour qui vient de Dieu, qui nous a aimé le premier».

Mais il y a un aspect auquel on ne fait pas allusion: Jésus qui nous commande d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, ni plus que nous-mêmes, ni moins que nous-mêmes; et ce que l’on doit déduire est qu’Il nous commande de nous aimer nous-mêmes, puisqu’en fin de compte nous sommes l’œuvre de la main de Dieu et que nous sommes ses créatures et qu’Il nous aime.

Donc, si nous avons comme règle de vie ce double commandement d’aimer Dieu et d’aimer notre prochain, Jésus nous dira: «Tu n’es pas loin du royaume de Dieu» (Mc 12,34). Et si nous vivons cet idéal, nous ferons de notre vie sur terre une répétition générale du ciel !

Pour contacter le Père, cliquez ici → Père Marie Landry Bivina

vert-rouge-feuille-verte---fleurs-de-printemps_18-6045Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi. Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

« Quel est le premier de tous les commandements ? »  Cette question est bien celle que se pose tout croyant sérieux : comment respecter la tradition, la loi reçue, tout en s’en remettant à quelque chose de simple qui permet d’aller à l’essentiel. Si l’on comptait bien tous les détails de la loi juive, on dénombrait 613 commandements (365 défenses et 248 commandements positifs) : des problèmes de choix de priorité se posaient inévitablement. D’où la question : « Quel est le premier de tous les commandements ? »

Si ce scribe rechercha un principe cohérent, ce ne fut pas par curiosité, mais véritablement pour en vivre. Il chercha ce qui était juste, ce qu’il lui fallait privilégier.Dieu premier servi ! La priorité pour Jésus, c’est Dieu ! Et moi, Quelles sont mes priorités ? Est-ce que je mets Dieu en premier dans ma vie ?

Aimer est l’essentiel ! Oui, il suffit d’aimer ! 

C’est l’amour seul qui compte, je compris que l’amour renfermait toutes les vocations, que l’amour était tout, qu’il embrassait tous les temps et tous les lieux, par ce qu’il est éternel » (Sainte Thérèse de Lisieux)

L’amour est  bienveillance car il veut le bonheur de l’être aimé et cherche à lui faire plaisir, il est également bienfaisance : l’amour est accueillant du don des autres. Aimer Dieu c’est aussi apprendre à l’aimer pour lui-même et non pour les dons qu’il nous fait. C’est le servir et non se servir de lui. Ce qui est également important c’est de durer. Certains jours c’est facile, mais il y a aussi des épreuves, le deuil, la maladie, les revers de la vie.

La fidélité suppose un combat de tous les jours. Saint Paul nous recommande de ne pas nous décourager car, dit-il, « rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur. » Son amour nous est acquis une fois pour toutes, quelle que soit notre situation. Le plus grave serait d’en douter.

Si nous voulons apprendre à aimer à la manière de Dieu, c’est vers lui que nous devons nous tourner. Nous avons sans cesse besoin de puiser à la source de cet amour dans lequel nous avons été plongés au jour de notre baptême. Nous lui confions tous ceux et toutes celles que nous aimons et tous ceux et celles que nous n’aimons pas assez. Notre prière est aussi une manière de les aimer encore plus. Demandons au Seigneur de nous apprendre tous les jours à aimer comme lui et avec lui.

croix diaconaleMichel Houyoux, diacre permanent

Complément

◊ Aimer à la manière de Jésus : cliquez ici pour ouvrir →  Trente-et-unième dimanche du temps ordinaire, année B

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Liturgie, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

A.D.A.L. pour le trentième dimanche du temps ordinaire, année B

Posté par diaconos le 22 octobre 2018

 Célébration animée par une équipe de laïcs

Lorsque Jésus quita Jéricho pour aller à Jérusalem, il rencontra un aveugle qui mendiait au bord du chemin. Bartimée fut guérit par Jésus.

Lorsque Jésus quitta Jéricho pour aller à Jérusalem, il rencontra un aveugle qui mendiait au bord du chemin. Bartimée fut guérit par Jésus.

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) ! L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Références bibliques → Jr. 31, 7-9 psaume 125He. 5, 1-6 ; Jn 2, 13-25 ; Mc 10,46-52

Proposition pour le chant d’entréeOuvre mes yeux ( G 79-7) – Ne crains pas (G 139) – Lumière des hommes ( G 128-2) ou un autre chant de  votre répertoire.

Animateur de la célébration → Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Animateur de la célébration → Si nous sommes ici rassemblés au nom du Seigneur, c’est parce que nous sommes convaincus que sa Parole construit notre vie, que sa loi nous libère et nous permet de mieux aimer. Ouvrons nos cœurs à la Parole exigeante que Dieu nous adresse aujourd’hui ; elle nous fait vivre.    Soyons dans la joie ! Dieu rassemble autour de lui tous ceux que la vie a malmenés. Il les conduira aux eaux courantes par un bon chemin où ils ne trébucheront pas. Car il est un père pour nous et nous sommes ses enfants !

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’esprit Saint soient toujours avec vous.

Tous : Et avec votre esprit.

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… :
Jésus nous appelle à mettre en lui notre confiance , à écouter sa parole qui fait vivre. nous savons qu’il n’est pas toujours facile  de le suivrfe et dez mettre zen pratique ce qu’il nous demande. Que sa lumière vienne éclairer notre chemin, pour nous permettre de le suivre avec confiance.

Préparation pénitentielle

Animateur de la célébration → Conscients de tous les germes de mort à l’œuvre aujourd’hui, mais aussi, éveillés au travail de l’Esprit, tournons-nous, pleins de foi et d’espérance, vers Celui qui est la Résurrection et la Vie…

  • Seigneur Jésus, envoyé par le Père pour nous libérer du péché et de la mort… Béni sois-tu et prends pitié de nous. (Chant du Kyrie ou selon votre sélection)

  • Ô Christ, venu dans le monde donner la vie à ceux qui croient en toi… Béni sois-tu et prends pitié de nous. (Chant du Kyrie ou selon votre sélection)

  •  Seigneur, élevé dans la gloire du Père, d’où tu nous appelles à vivre déjà de la vie des ressuscités… Béni sois-tu et prends pitié de nous.  (Chant du Kyrie ou selon votre sélection

Animateur de la célébration → Que Dieu tout-puissant nous délivre de l’emprise de la chair et nous fasse vivre sous celle de l’Esprit; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

Tous AMEN !    

Gloire à Dieu (Chant de louange)

Animateur de la célébration Dieu notre Père, tu ne cesses de rassembler tes enfants dispersés : écoute la prière de ton peuple, relève notre confiance. À l’appel de ton Fils, donne-nous de nous redresser et de bondir à sa rencontre pour devenir de ses disciples, chaque jour, nous laissant enseigner par lui, afin de tenir dans les difficultés et d’être en toi pour les siècles des siècles .

Tous AMEN !

Liturgie de la Parole

◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… : en terre d’exil, quand le peuple se désolait d’être si,loin de sa patrie, les prophètes lui révélaient que Dieu ne l’oubliait pas et ils annonçaient unn prochain retour pour nous dans la joie.

Lecteur ou lectrice : ……………………………………………………………………………………………………………………. (Jr 31 1-9)

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… : dans le psaume 125, il est question du rassemblement des déportés annoncé par Jérémie, le psalmiste l’a vu et il  le célèbre. Nous-mêmes, nous sommes libérés et rassemblés par le Christ, partageons la joie du psalmiste.

Ce psaume est lu ou chanté par la chorale

 Deuxième lecture par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… : (He 5, 1-6)

Acclamation  par un lecteur, une lectrice ou chantée par la chorale : Alléluia, Alléluia.

Reprise de l’Acclamation.

L’animateur de la célébration dit alors :  De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Mc 10, 46-52

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale .

 Homélie à téléchargerAucune infirmité ne doit faire obstacle

PRIÈRE UNIVERSELLE

 Animateur de la célébration → Unis par une même foi et une même charité, frères et sœurs, faisons monter vers le Seigneur l’espérance des hommes

Écoute nos prières

Intentions par :…………………………………………………………………………….

  • Pour que l’Église soit vraiment la maison où Dieu le Père accueille tous ses enfants, Seigneur, nous te prions ! (refrain)

  • Pour que les jeunes, en quête de sens pour leur vie, soient soutenus par des communautés chrétiennes vivantes et heureuses de croire, Seigneur, nous te prions ! (refrain)

  • Pour les personnes injustement condamnées pour leurs opinions religieuses ou politiques, Seigneur, Assiste-les de ton amour, nous t’en supplions ! (refrain)

  • Pour les personnes seules et désabusées qui ont faim et soif de ton amour et de ta bonté, Seigneur, nous te prions ! (refrain)

 Animateur de la célébration     Père, quand tu nous envoies semer dans les larmes, tu nous promets des moissons de joie. Comble nos attentes pour que toute notre vie devienne louange et action de grâce en Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Tous : Amen.

 Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration → Frères et sœurs, la Parole de Dieu a touché notre cœur et elle a fait de nous, le peuple qui écoute son Dieu. Rendons-lui maintenant grâce pour grâce, en son nom et en union avec toute l’ Église.

Ici, nous plaçons un chant en l’honneur de Dieu
Suggestion → Que tes œuvres sont belles (A 219) — Peuple de prêtres (C 49) — Tenons en éveil

(C243) — Terre entière (I 33) — Peuple de Dieu, marche joyeux (K 180) — Louange au Dieu vivant (L 80) ; Peuples, criez de joie (29) — Louange au Dieu vivant (L 80) ou un autre chant de louange de votre répertoire.

Animateur de la célébration → Dieu de l’alliance nouvelle et éternelle, béni sois-tu pour ta fidélité et ton amour ! Depuis toujours tu as voulu nouer entre les hommes et toi une alliance de paix que rien ne puisse abolir. Et quand les temps furent accomplis, tu as donné ton Fils qui a versé son sang afin de rassembler dans l’unité tes enfants dispersés. Pour le mystère de sa croix et de sa Pâques, Dieu de l’Alliance fidèle, nous te rendons grâce.

Chant par la Chorale

Prière de louange

 Un membre de l’équipe liturgique

Seigneur notre Dieu, nous te rendons grâce de tout cœur car ton Esprit travaille au cœur des hommes et par lui tu fais toutes choses nouvelles.

Dieu très haut qui fait merveilles, béni soit ton nom

Par ton esprit, tu nous libères et tu nous donnes les uns aux autres pour vivre ensemble, en un seul corps, dans le rayonnement de ta lumière.

Refrain :Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom! (MNA 46.17)

 Béni sois-tu pour tout ce qui est généreux, pour les solidarités nouées entre les frères, pour les efforts vers un monde meilleur et pour l’espérance qui sans cesse renaît.

Refrain : Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom! (MNA 46.17)

Ton esprit est à l’œuvre et nous te bénissons pour toute paix, toute Justice, pour le respect des plus petits et pour ceux qui pardonnent sans compter.

Refrain :Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom! (MNA 46.17)

Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme toujours notre espoir est en toi ! Béni sois-tu et béni soit ton nom !

Refrain :Dieu très-haut qui fais merveille, béni soit ton nom! (MNA 46.17)

Animateur de la célébration → Confions maintenant à Dieu notre Père nos intentions particulières  et les mains levées vers Dieu, prolongeons notre louange en redisant la prière que nous avons reçue du Seigneur…

Notre Père… chanté ou récité

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix →   Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui.

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébration → Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration→Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion

Suggestions : Vienne la paix (T 150) ; Pain des merveilles (D103) ; le pain que tu nous donnes (D 83) ; Tu es le Dieu fidèle ( D 163) ; Qui mange ma chair ( D 290) ; La Sagesse a dressé une table (F 502) ; Dieu a tant aimé le monde ( D 369) ; Pain de Dieu, pain de vie (D 381) ; Pain rompu pour un monde nouveau (D 283) ; Dieu nous invite à son festin (Signes musique n° 70) ; laisserons-nous à notre table… (E 161); Pour amer du plus grand amour (D 386) ou selon votre choix.

◊ Distribution de la communion en disant:  Le corps du Christ

Prière de conclusion

Par un membre de l’équipe liturgique…………………………………………………………………………..

Tu nous invites, Seigneur à avancer toujours plus profondément sur les chemins de ton Alliance éternelle avec les hommes. Donne-nous de la redécouvrir avec des yeux neufs. Tu nous as donné, dans ce moment passé en ta présence, une nouvelle joie de vivre, un feu à communiquer. Aide-nous à amener nos frères à te rencontrer pour qu’ils découvrent que tu es vraiment le Sauveur du monde.

 Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles.       Tous: Amen !

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…  Ouvrez vos oreilles et vos cœurs aux appels des pauvres, soyez pour eux des témoins de l’appel de Dieu à nous aimer les uns et les autres. Et que Dieu nous bénisse  (Pas de bénédiction à donner ici !)  le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Animateur de la célébration → Allons, dans la paix du Christ !

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège). 

lwf0003web.gif

Jeunes talents…(dessins bibliques)

Tu es jeune, tu aimes dessiner et tu souhaites montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse” … il te suffit de me le faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins.

En cliquant sur la catégorie « dessins et Bible » (Colonne de droite de cette page), tu trouveras des propositions de dessins à réaliser pour la publication dans cet article. Clique deux fois sur le dessin pour l’agrandir.

La liturgie de la Parole n’est pas une messe modifiée. Elle a son rite propre.

  1. Première partie : ouverture de la célébration (mot d’accueil, prière pénitentielle, gloria ou non, prière d’ouverture)

  2. Deuxième partie : la liturgie de la Parole (extrait de A.T., un psaume, extrait d’une épître et évangile ; tous étant introduits (mots clés de lecture) – Un partage de la Parole et profession de foi.

  3. Troisième partie : Une action de grâce en deux temps (chant de louange à Dieu et une prière de louange alternée) se terminant par le Notre Père.

  4. La liturgie de communion (éventuellement)

croix diaconaleMichel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Commentaires, histoire et lectures : cliquez ici →  Trentième dimanche ordinaire, année B

Publié dans A.D.A.L., Liturgie, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ?

Posté par diaconos le 17 août 2018

Cinquante-trois années de mariage et toujours en forme ! Dans l'article présenté, quelques conseils pour réussir votre mariage.

Cinquante-trois années de mariage et toujours en forme !
Dans l’article présenté, quelques conseils pour réussir votre mariage. Avec les salutations amicales et fraternelles de Arlette et de Michel.

Extrait de l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là, des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent : « Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? » Il répondit : « N’avez-vous pas lu ceci ? Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme ?
et dit : “À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair.” Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » Les pharisiens lui répliquent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la répudiation ? »
Jésus leur répond : « C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi. Or je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, et qu’il en épouse une autre, il est adultère. »
Ses disciples lui disent : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, mieux vaut ne pas se marier. » Il leur répondit : « Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné.
Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du royaume des Cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! » (Mt 19, 3-12)

———————————————————-

Dans la société juive, le divorce était légal. La Loi de Moïse dit : «  Lorsqu’un homme aura pris et épousé une femme qui viendrait à ne pas trouver grâce à ses yeux, parce qu’il a découvert en elle quelque chose de honteux, il écrira pour elle une lettre de divorce, et, après la lui avoir remise en main, il la renverra de sa maison. Elle sortira de chez lui, s’en ira, et pourra devenir la femme d’un autre homme. » (Dt 24, 1-2)

Cette loi de Moïse avait pour but de protéger la femme de l’arbitraire de son mari. Ainsi son mari devait-il donner à sa femme une lettre de répudiation lui permettant de se remarier. Il s’agissait d’une ultime tentative de préserver le minimum de droit à l’épouse ; cette lettre lui permettait d’échapper à la honte du soupçon d’inconduite, et de se remarier en toute légalité.

Le projet originel de Dieu, c’est que l’homme et sa femme ne fassent plus qu’un. Pour Matthieu, l’évangéliste, la vie chrétienne est marquée par la Résurrection, la victoire de la vie sur la mort, la victoire du pardon sur le péché. Le mariage devient, selon lui, le signe de l’amour du Christ. Un sacrement si fort qu’aucun homme, ne peut le rompre. Car L’amour de Dieu pour son Église est un Amour fidèle et indissoluble.

Tout cela est bien beau, mais de nos jours, un mariage sur deux finir en divorce ! Alors que faire ?

Voici quelques conseils pour réussir votre mariage : l’amour, c’est le partage avec quelqu’un de ce qui nous manque. L’amour, c’est beaucoup d’écoute et de compréhension envers l’autre, être disponible,  droit et sincère. Lorsque l’on aime vraiment son conjoint l’on évite les brusqueries et les impatiences. L’amour vrai, c’est exprimer sa tendresse, s’aider mutuellement, dialoguer, se rendre de menus services.

Vous obtiendrez une famille savoureuse. Vous serez des parents aimants et vous aurez des jeunes libres et joyeux. Vous aurez une bonne entente entre tous les membres de votre famille.

Si nous aimons vraiment, nous laissons l’autre libre. Car lorsque l’on aime, il faut être libre, non seulement de l’autre personne, mais aussi libre par rapport à soi, par rapport à ses manques ou à ses carences affectives.

 L’amour vrai est communion, plus que fusion, parce qu’il préserve le mystère de l’altérité de l’autre, il ne prétend pas l’abolir : l’autre restera toujours autre, nous ne ferons jamais totalement « un », même si nous pouvons espérer vivre une vraie communion.

Ce qui, en général, garantit la durabilité de l’amour, c’est lorsque les conjoints ont la certitude mutuelle de se recevoir l’un l’autre comme une grâce de Dieu. Ce discernement ne supprime pas la part de risque qui est au cœur de l’amour vrai, car l’on ne pourra jamais avoir de certitude complète sur l’avenir à long terme d’une relation.

Ces quelques conseils vous sont donnés par notre couple qui totalise actuellement 53 années de mariage.

Avec les salutations amicales et fraternelles de Arlette et Michel.

Publié dans Catéchèse, comportements, Messages, Page jeunesse, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

La vérification de votre foi produit l’endurance, pour que vous soyez parfaits et intègres

Posté par diaconos le 12 février 2018

Extrait de la lettre de saint Jacques , chapitre un

La sagesse de Dieu est un cadeau du saint-Esprit. Avec cette sagesse, nous pouvons avancer. Comprendre les choses comme Dieu les comprends. Demandons à Dieu le don de l'intelligence pour comprendre la Parole de Jésus, comprendre la profondeur de sa parole.

La sagesse de Dieu est un cadeau du saint-Esprit. Avec cette sagesse, nous pouvons avancer. Comprendre les choses comme Dieu les comprend. Demandons à Dieu le don de l’intelligence pour comprendre la Parole de Jésus, comprendre la profondeur de sa parole. Le Seigneur me donne des conseils. C’est un autre don de l’Esprit-Saint. Accueillons ce don dans notre cœur. Avec  ce don, le Saint-Esprit nous aide à vivre en communauté. Prions le Saint-Esprit qu’il nous donne le don du Conseil. Prions-le qu’il nous aide toujours. Vas voir la vierge, elle te donneras le don du conseil. Demandez ce don pour pouvoir aider vos enfants. Demandez toujours ce don. Un autre don du Saint-Esprit nous aide dans notre faiblesse : c’est le don de la force, qui nous libère de situations particulièrement difficiles et douloureuses. Ne jamais baisser les bras, le Saint-Esprit peut nous aider avec  le don de la force.

Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus Christ, aux douze tribus de la Diaspora, salut ! Considérez comme une joie extrême, mes frères, de buter sur toute sorte d’épreuves. Vous le savez, une telle vérification de votre foi produit l’endurance, et l’endurance doit s’accompagner d’une action parfaite, pour que vous soyez parfaits et intègres, sans que rien ne vous manque. Mais si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, lui qui donne à tous sans réserve et sans faire de reproches : elle lui sera donnée.

Mais qu’il demande avec foi, sans la moindre hésitation, car celui qui hésite ressemble aux vagues de la mer que le vent agite et soulève. Qu’il ne s’imagine pas, cet homme-là, qu’il recevra du Seigneur quoi que ce soit, s’il est partagé, instable dans toute sa conduite. Que le frère d’humble condition tire sa fierté d’être élevé, et le riche, d’être humilié, car il passera comme l’herbe en fleur.    En effet, le soleil s’est levé, ainsi que le vent brûlant, il a desséché l’herbe, sa fleur est tombée, la beauté de son aspect a disparu ; de même, le riche se flétrira dans toutes ses entreprises.  (Jc 1, 1-11)

lwf0003web.gif

 La lettre de Jacques réunit une sélection de morceaux choisis dans l’Ancien Testament. Elle est attribuée à Jacques, le fils de Zébédée ; il est cité dans les Évangiles synoptiques (en Mc 3, 17, Mt 10, 2 et Lc 6, 14) ainsi que dans les Actes des apôtres (Ac 1, 13). Il est le frère de l’apôtre Jean. Le plus ancien des évangiles, celui de Marc, présente les deux frères comme des pêcheurs du lac de  Tibériade qui laissèrent leur barque pour suivre Jésus, épisode repris par Matthieu et Luc.

De l’histoire de la réception de cette lettre et surtout de sa reconnaissance tardive dans l’Église à ses débuts, on peut déduire que son auteur ne doit probablement être identifié à Jacques, le fils de Zébédée. Différentes observations d’ordre littéraire et théologique confirme que son auteur n’est pas le Jacques cité dans l’introduction. Mais alors, qui rédigea cette lettre ? D’après le style de la lettre, son auteur fut une personne de langue grecque instruite à l’école hellénistique, se référant aux traditions juives. Il fut un chrétien d’origine païenne de la deuxième ou troisième génération  chrétienne.

Jacques (voir l’Introduction) prit le titre de serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus-Christ. Sa vie entière et spécialement l’office dont il s’acquitta en écrivant à ses frères furent un service, dans lequel il n’accomplit pas sa volonté ni la volonté d’autres personnes, mais la seule volonté de Dieu et de son Fils Jésus.  C’était la salutation ordinaire chez les Grecs. (Actes 23.26) mais la sincérité du langage chrétien en faisait autre chose qu’une formule de politesse et lui donnait une signification. Il plaça  Jésus, qu’il appela Seigneur à côté de Dieu, le Père. Peux-tu, toi-même, mettre ton nom en en tête d’une formulation de ce genre ? Te considères-tu serviteur ou servante de Dieu et de Jésus ?

Les douze tribus de la diaspora,  dans l’introduction de la lettre,  furent constituées d’Israélites établis hors de la terre sainte parmi les païens : « Sur quoi les Juifs dirent entre eux: Où ira-t-il, que nous ne le trouvions pas? Ira-t-il parmi ceux qui sont dispersés chez les Grecs, et enseignera-t-il les Grecs?  (Jn 7, 35) Ces Israélites avaient pour la plupart reconnu en Jésus le Messie, puisque Jacques leur écrivit comme serviteur du Seigneur Jésus Christ et en les appelant ses frères. Mais ils ne furent complètement séparés de leurs compatriotes juifs. Des Juifs de la classe aisée vinrent assister aux assemblées des chrétiens, et les chrétiens relevèrent des tribunaux juifs.

Considérez comme une joie extrême, mes frères, de buter sur toute sorte d’épreuves : « Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. » (Mt 5, 4.10.11) François d’Assise reprit ce thème et proposa la joie parfaite aux personnes qui souffrent. ll y a souvent tout ensemble épreuve et tentation ; on se se trouve alors dans une situation dangereuse. Quel paradoxe que cette exhortation  de « regarder ces souffrances comme une pure joie ».

Sache que l’épreuve de ta foi produit la patience et la persévérance : « Car l’endurance vous est nécessaire pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir ainsi la réalisation des promesses. » (He 10, 36) Mais si  tu manques  de sagesse, demande la à Dieu qui donne à tous simplement et sans reproches, et elle lui sera donnée. (Jc 1, 5) Sache que celui qui demande en hésitant ne peut être exaucé ! Un tel homme est inconstant, sans fermeté, non seulement dans la prière, mais dans toute sa conduite.

Sache que Jésus te veux heureux, Jésus te veux joyeux :  » Afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite » (Jn 15, 11) Qu’est-ce qui émane de ta vie ? Joie ou tristesse ? Sois persévérant, tiens bon et surtout tu ne baisseras pas les bras. Reste un homme debout ! En pensant à tes difficultés rencontrées dans ton travail ou tes épreuves, demande à Dieu, dans ta prière, d’être ta force et ta persévérance. Que cette persévérance t’accompagne d’une conduite parfaite. Jésus l’a souvent répété : « Soyez parfait, comme le Père du ciel est parfait ! »  Avec l’aide de Jésus, essaye de suivre cet idéal. Jésus est toujours disponible pour aider quiconque fera des efforts en ce sens

Compléments

◊ Catéchèse → Heureux les pauvres de coeur : le Royaume des cieux est à eux ! (Mt 5,1)

◊ Conseil →   Si vous voulez vraiment être heureux, voilà comment il faut faire…

◊ Accueil sur mon blog → Heureux… Malheureux… (Lc 6, 17.20-26)

Liens externes

◊ Entretiens chrétiens →  Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés
◊ Dieu donne avec générosité→ Demander la sagesse a dieu parce qu’il donne genereusement

Qu’est-ce que tu fais pour être Heureux ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Méditation, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

12345...65
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS