Mardi de la sixième semaine du Temps Ordinaire – Année paire

Posté par diaconos le 12 février 2024

Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens...

Jésus leur dit : Prenez garde contre le levain des pharisien

# Pour le docteur de l’Église Jean Chrysostome, Jésus lors de ce miracle se pose bel et bien comme le créateur du ciel et de la Terre. Il incita par ce geste à prier avant tout repas, et il voulut montrer l’importance du partage. La multiplication des pains est le symbole de la Parole donnée par le Christ, parole qui a nourri les peuples pour des siècles. Pour saint Éphrem, Jésus donna généreusement lors de ce miracle. Il donne tellement qu’il en resta douze corbeilles. Le saint compara Jésus à Moïse, Moïse qui avait nourri le peuple libéré de l’esclavage avec la manne tombée du ciel.

Pour Benoît XVI, ce geste messianique est symbole de partage fraternel, mais aussi symbole du chemin que devront suivre les apôtres à savoir transmettre la Bonne Nouvelle Selon certaines interprétations théologiques, il préfigurerait la cène, dernier repas de Jésus avec ses disciples, établissant le rite de l’eucharistie dans lequel le pain est réputé incarner le corps de Jésus, donné en sacrifice sur la croix pour sauver les hommes. Pour les historiens, les événements évoqués par les évangélistes avec ces deux relations restent énigmatiques bien que certaines hypothèses aient été émises.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque. Or Jésus leur faisait cette recommandation : «Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode !»Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains. Jésus s’en rend compte et leur dit : «Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ? Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ? Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux» Ils lui répondirent : «Douze. Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ?» Ils lui répondirent : «Sept» Il leur disait : «Vous ne comprenez pas encore» (Mc 8, 14-21)

Prenez garde !

Les disciples oublièrent de prendre avec eux la petite provision de pain dont ils eurent besoin pour cette course au-delà du lac. Marc seul a noté ce détail, qui ne put provenir que d’un témoin oculaire, qu’ils n’eurent qu’un seul pain avec eux. Selon Marc, Jésus mit en garde ses disciples contre le levain des pharisiens et des sadducéens. Hérode Antipas partageait les principes des sadducéens.

Nullement ; car Jésus put fort bien, en mettant ses disciples en garde contre les principales tendances pernicieuses de son temps, mentionner aussi la plus pernicieuse de toutes, celle qui procédait la cour d’Hérode, de ce monde léger, corrompu, véritable levain qui ne fermenta que trop dans la masse de la nation, puisqu’il y eut tout un parti hostile à Jésus, qu’on désigna sous le nom d’Hérodiens : «Les pharisiens sortirent, et aussitôt ils se consultèrent avec les hérodiens sur les moyens de le faire périr.’ (Mc 3, 6)

Marc multiplia les termes d’un reproche bien mérité, que Matthieu exprima en un seul mot. Manque d’intelligence, endurcissement du cœur, oubli des plus grands miracles de Jésus, voilà ce que Jésus reprocha à ses disciples. Quelques traducteurs prirent ces dernières phrases comme des affirmations : «Ayant des yeux, vous ne voyez pas…»

Marc donna aux paroles de Jésus et des disciples la forme d’un vif dialogue rendu plus actuel encore par ces verbes au présent : ils lui disent, deux fois répétés dans le texte. Après cette sorte de catéchisation sur deux grands miracles, dont furent les témoins, les disciples durent être confondus par cette dernière question : «Comment ne comprenez-vous pas ?»

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Miracles de la multiplication des pains

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Hozana : cliquez ici pour lire l’article → La multiplication des pains

◊ Catholique .org. : cliquez ici pour lire l’article →mardi, 6ème semaine du temps ordinaire – Homélie

Vidéo Lectio Divina : cliquez ici pour regarder la vidéo → https://youtu.be/xAeGRt8_774

 

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Disciples de Jésus, évangiles, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Шестое воскресенье в ординарном времени – Парный год

Posté par diaconos le 11 février 2024

Sixième dimanche du Temps ordinaire- Année Paire    dans Bible jésus-guérit-un-lépreux

# Исцеление прокаженного – одно из чудес, приписываемых Иисусу Христу. Оно упоминается в трех Синоптических Евангелиях: Мф 8:1-4, Мк 1:40-45 и Лк 5:12-16. Это исцеление намекает на прощение грехов. Оно завершается обязательством хранить мессианскую тайну. Это чудо подчеркивает важность благодарности, а также веры, потому что Иисус не сказал: « Моя сила исцелила тебя », но приписал исцеление вере просящих. Для отца Жозефа-Мари этот прокаженный олицетворяет все человечество, погрязшее в грехе и забытое по отношению к Богу.

Однако прокаженные все же умели молиться, и Иисус исцелил их, потому что они показали Ему, что хотят следовать Его слову. И все же только один прокаженный полностью уверовал в Христа. Надежда и вера, две важнейшие добродетели для Церкви, подчеркиваются в этом чуде, как и во многих других.  Святой Бруно Сегнийский подтверждает, что эти десять прокаженных представляют человечество. Это чудо отражает Божье милосердие.

Проказа – это хроническое инфекционное заболевание, вызываемое Mycobacterium leprae, бактерией, близкой к возбудителю туберкулеза, которую выделил норвежец Герхард Армауэр Хансен в 1873 году. Она поражает периферические нервы, кожу и слизистые оболочки, вызывая тяжелую инвалидность. Она эндемична в некоторых тропических странах (особенно в Азии). Проказа не очень заразна. Долгое время проказа была неизлечимой и сильно калечила людей, что привело к тому, что в 1909 году по требованию Общества экзотической патологии систематически исключали прокаженных и заключали их в лепрозории в качестве необходимой профилактической меры.

Сегодня болезнь поддается лечению антибиотиками, а общественное здравоохранение прилагает усилия для лечения больных, обеспечения протезами тех, кто выздоровел, и для профилактики. Проказа, патологическая реальность, была наполнена болезненным воображением, которое активно участвовало в ее изображении и восприятии, воображением, которое иллюстрирует то, что эта болезнь вдохновляла и продолжает вдохновлять сегодня. Прежде всего, необходимо обратить внимание на отношение к болезни, которое напрямую вдохновлялось религией, утверждавшей, что проказа может быть побеждена при условии соблюдения строгих правил.

Из Евангелия Иисуса Христа от святого Марка

В это время к Иисусу пришел прокаженный, умолял Его, пал на колени и сказал Ему : « Если хочешь, можешь очистить меня. Если хочешь, можешь очистить меня« . Иисус, движимый состраданием, протянул руку, коснулся его и сказал : « Я готов; очистись ». Тотчас же проказа оставила его, и он очистился. Иисус решительно отослал его, сказав ему : « Будь осторожен, никому ничего не говори, но пойди, покажись священнику и дай за очищение твое то, что предписал »

Моисей в законе : « это будет свидетельством для народа ».Уйдя, этот человек стал провозглашать и распространять весть, так что Иисус уже не мог открыто войти в город, а держался в пустынных местах. Но люди приходили к Нему отовсюду (Мк 1, 40-45). 

Исцеление прокаженного

Прокаженный пришел и попросил Иисуса очистить его. Иисус прикоснулся к нему, и он исцелился. Иисус тут же отослал его прочь, строго-настрого запретив говорить о своем исцелении и приказав показаться священнику, чтобы исполнить закон. Но тот рассказал всем, что с ним произошло, и Иисус больше не мог появляться в городе. Три синоптика сообщают о немедленном исцелении прокаженного. Матфей, с юридической точки зрения, говорит : « Проказа его очистилась » ; Лука, с человеческой точки зрения: « Проказа оставила его »; Марк объединил эти две мысли и говорит: « Проказа оставила его, и он очистился ». Матфей и Лука, с другой стороны, просто запретили прокаженному рассказывать о своем исцелении.

Мейер и Ланге говорят, что Иисус поступил так потому, что прокаженный нарушил закон, войдя в дом или синагогу, и что, проявив сострадание и избавив больного, Он также хотел поднять и санкционировать законный порядок. Трепет, который испытывал Иисус в этих случаях, был вызван не больными людьми, которые шли к Нему, чтобы рассказать о Его чудесах, а противодействием и враждой Его противников, всегда искавших возможность обвинить Его ?

В случае с прокаженным священник мог рассердиться на Иисуса за то, что тот позволил этому человеку, страдающему заразной и юридически нечистой болезнью, подойти к Нему. Мог ли этот прокаженный сразу же превратиться в проповедника Евангелия, и не показывает ли контекст, что именно этот факт Иисус запретил ему разглашать ? Понятно, что исцеленному прокаженному было очень трудно сдержать излияние благодарности и радости; но для себя и для дела Иисуса он поступил бы гораздо лучше, просто подчинившись полученному приказу.

Только Марк записал непослушание прокаженного и те печальные последствия, которые оно имело для служения Иисуса в этих землях. Говорят, что это произошло потому, что, прикоснувшись к прокаженному, он был осквернен по закону. Говорят также, что из-за толп, стекавшихся к нему со всех сторон, он не хотел вызвать слухи или праздное любопытство в городе и спровоцировать гонения на него раньше времени ?

Дьякон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские сайты

◊ Азбука веры : нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Исцеление прокаженного в Галилее, Чудеса и притчи

◊ Chuch of Jesus Christ : Hажмите здесь, чтобы прочитать статью → Иисус исцеляет прокаженного

 ◊ Неделя Божественной литургии : Нажмите здесь, чтобы посмотреть видео → https://youtu.be/Abd9QvlmySU

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, évangiles, Foi, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Lundi de la sixième Semaine du Temps Ordinaire- Année paire

Posté par diaconos le 11 février 2024

Pourquoi se garder du levain des pharisiens et des sadducéens ? - L ...

Gardez-vous du levain des pharisien

# Le Levain est une parabole de Jésus Christ écrite dans deux Évangiles. Elle est une métaphore qu’il est possible d’interpréter de deux manières opposées. Certains affirmèrent que le levain représente l’œuvre divine et que le pain est le monde. Selon ce point de vue, l’église est le levain qui agit dans le monde. L’autre interprétation présente une explication tout à fait contraire : c’est plutôt l’influence du monde qui se propagerait à l’intérieur de l’église.  

Dans l’histoire de l’église, ces deux interprétations ont eu leur part de popularité. La majorité des commentateurs bibliques de notre époque préfèrent la première option, l’église exerce une influence comparable à celle du levain dans la pâte. À propos du mauvais levain, Jésus prévint ses disciples : «Méfiez-vous du levain des pharisiens ! » (Mt 16, 6), montrant par là que les disciples reçurent en eux quelque chosé de mauvais au contact des pharisiens. Peut-être des angoisses, peut-être également des signes extérieurs qu’ils furent perfectibles dans leur rôle de prêtres ? En tout état de cause, Jésus chercha à montrer à ses disciples qu’ils eurent le contrôle sur ce qui se passa à l’intérieur de leur cœur. Ce fut à eux de demander à Jésus que la paix revienne en eux afin de chasser ce mauvais levain. 

De l’Évangile de Jésus Christ selon Marc

En ce temps-là, les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel. Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit : «Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération.» Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive. (Mc 8, 11-13)

Le levain des pharisiens

Gardez-vous du levain des pharisiens, dit Jésus à ses disciples. Comme ils oublièrent de prendre des pains pour le voyage, ils pensèrent que cet avertissement fut en rapport à leur oubli. Jésus, en une suite de questions pressantes, leur reprocha leur peu d’intelligence et de foi et les obligea à se rappeler dans quelles circonstances il multiplia par deux fois les pains. Divers traits de ce récit furent propres à Marc : d’abord ce soupir de Jésus sur l’incrédulité et la ruse de ces hommes qui ne lui demandèrent un miracle que pour le tenter ; puis cette question : pourquoi ? qui suppose les mauvaises intentions des adversaires, et la parfaite inutilité qu’il y aurait à leur accorder leur demande, dans les dispositions où ils furent ; enfin la répétition intentionnelle des mots : cette race, par laquelle le refus de Jésus s’étendit à tout homme qui vint à lui par des motifs semblables à ceux des pharisiens.

Par l’autre bord, la rive orientale du lac, où Jésus retourna, après y avoir été peu de temps auparavant. Marc parla des disciples sans les nommer. Ils oublièrent de prendre avec eux la petite provision de pain dont ils eurent besoin pour cette course au-delà du lac. Marc seul nota ce détail, qui ne put provenir que d’un témoin oculaire, qu’ils n’avaient qu’un seul pain avec eux. C’est à ces traits caractéristiques qu’on reconnut en Marc l’interprète de Pierre.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

Prédications : cliquez ici pour lire l’article → Lundi de la 6e semaine, année paire – Prédications

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article → la recherche d’un signe

Vidéo  Église Ménnonite de de Bourg Bruche cliquez ici → https://youtu.be/Izk6PD6tY2M

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, évangiles, L'Église, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Arnaud, Abbé de Sainte-Justine de Padoue

Posté par diaconos le 10 février 2024

Bienheureux Arnaud, abbé du monastère de Sainte-Justine de Padoue ...

La région connut alors d’importantes luttes de pouvoir entre guemfes et gibelins, Welf opposés à la maison de Hohenstaufen. Arnaud Cataneo s’opposa vivement au tyran Ezzelino III da Romano, seigneur gibelin de Padoue, Vérone, Vicence et Brescia surnommé le Féroce, remarqué par sa cruauté, qualifié de monomaniaque de la terreur, et de fils du diable, fut excommunié à deux reprises par le pape Innocent IV.

Son gouvernement fut très actif : il défendit les droits du monastère, compromis à l’époque, revendiqua d’anciens privilèges, comme celui selon lequel l’abbé de Sainte-Justine participait à l’élection de l’évêque, restaura le monastère et l’enrichit de nouveaux bâtiments et biens, fit détourner les eaux du fleuve Bacchiglione pour faire fonctionner une usine de meunerie, et bien d’autres choses encore.

Lorsque Ezzelino III s’empara de Padoue en l’an 1237 et emprisonna Giordano Forzaté, prieur de S. Benedetto, l’autre grand monastère bénédictin de Padoue, Arnaldo se réfugia dans la famille Este, d’abord à Ferrare, puis à Monselice, la ville la plus proche. L’opposition d’Arnaud Cataneo et son influence spirituelle contrarièrent Ezzelino III qui le fit condamner à mort. Il se réfugia alors dans une grotte voisine, d’où il ressortit en 1238 lorsque l’empereur germanique Frédéric II délivra la ville.

En l’an 1238, Frédéric II lui rendit Sainte-Justine et, l’année suivante, il y séjourna pendant deux mois. Cependant, après le départ de l’empereur, la ville resta à la merci d’Ezzelino qui, dès qu’il se sentit en sécurité, en 1246, fit arrêter Arnaldo et l’enferma dans la forteresse d’Asolo. L’abbé y languit, au pain et à l’eau, pendant huit ans et trois mois, jusqu’à sa mort, le 10 février 1255. À cette occasion, on vit deux visages enflammés descendre du ciel et briller au-dessus du château.

Mais Ezzelino reprit le contrôle de la région ; il fit arrêter Cataneo en l’an 246, et le fit enfermer dans un cachot de sa forteresse de Sologne, en Vénitie, où il mourut après huit ans de martyre, de persécution, de souffrances et d’isolement, l’an 1255. Depuis le 14 mars 1562, son corps repose dans un autel baroque d’une des chapelles de la basilique Sainte Justine de Padoue. Pensée spirituelle de saint Benoît  : «À mesure que l’on avance dans la foi, le cœur se dilate.»  Courte prière d’un bénédictin contemporain d’Arnaud : «Augmente chaque jour en moi la foi, Seigneur, la foi embellie de toutes les vertus.» (Anonyme)Saint Arnould est le saint patron des brasseurs belges, il est fêté officiellement le 14 août. D’ailleurs, à Bruxelles, un week-end entier lui est dédié chaque année fin août/début septembre pour célébrer le le jour de la Bière. À Mons, en Belgique, lors de la procession religieuse du Car d’Or, un groupe portant son nom y participe.

Diacre Michel Houyoux

Vidéos Procession du Car d’Or : cliquez ici https://youtu.be/FbJH4Y9xZ1w

Descente de la chasse de sainte Waudru : cliquez ici → https://youtu.be/t75jZLp7FWM?t=96

Publié dans Catéchèse, comportements, fêtes religieuses, Foi, L'Église, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire, Vie des saints | Pas de Commentaire »

12345...183
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...