Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste

Posté par diaconos le 25 août 2020

L’image contient peut-être : 4 personnes, texte qui dit ’Vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi: la justice, la miséricorde et lafidélité. Voilà ce qu'il fallait pratiquer sans négliger le reste. Mt23,23-26 23, 23-26 @NotreDamedesInternautes Le Christ et les pharisiens Jacob Jordaens (1593-1678)- Lille, Palais des Beaux-Arts’

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

.En ce temps-là, Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, mais vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi :  la justice, la miséricorde et la fidélité. Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste.  Guides aveugles ! Vous filtrez le moucheron, et vous avalez le chameau ! Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous purifiez l’extérieur de la coupe et de l’assiette, mais l’intérieur est rempli de cupidité et d’intempérance ! Pharisien aveugle, purifie d’abord l’intérieur de la coupe, afin que l’extérieur aussi devienne pur. » (Mt 23, 23-26)

Don de la dîme

Les Is­raé­lites durent don­ner aux sa­cri­fi­ca­teurs la dîme de tous les pro­duits de la terre.  Les pha­ri­siens, pour faire des œuvres mé­ri­toires, éten­dirent cette dîme aux plus pe­tites plantes des jar­dins. Mais en même temps ils négligèrent  les choses plus pesantes, dif­fi­ciles à faire dans la loi : le jugement, mot qu’on ne doit pas tra­duire par justice, mais qui si­gni­fie le de­voir de juger se­lon la jus­tice ; la miséricorde en­vers les mal­heu­reux et les coupables ; la fidélité ou la foi. En ceci en­core, ils se mon­trèrent hypocrites , où l’a­mour de Dieu fut ajouté comme étant l’âme et l’ac­com­plis­se­ment de tous ces de­voirs.

Les choses qu’il fallait faire étaient les grands de­voirs que Jé­sus rap­pe­la ; les autres, ce fut le paie­ment exact de la dîme. Ainsi les plus grandes obli­ga­tions de la vie mo­rale ne durent ja­mais nous faire perdre de vue les plus insignifiantes en ap­pa­rence. Jésus as­si­mila les scribes et les pha­ri­siens, dans leur conduite en­vers Dieu, à ces hommes qui tinrent au brillant de leur vais­selle, tan­dis qu’ils la rem­plirent du fruit de la rapine et usèrent de son contenu avec intempérance.

Pour ce der­nier mot, quelques ma­nus­crits et des ver­sions an­ciennes pré­sentent deux va­riantes : injustice et impureté ; mais la le­çon du texte reçu est la plus au­to­ri­sée. Ces pa­roles sé­vères de Jésus peuvent s’en­tendre dans leur sens propre (de ce qui est dans le plat), et dans un sens spi­ri­tuel (de ce qui est dans le cœur). Par l’un comme par l’autre, il condamna l’­hy­po­cri­sie ajou­tée à la cor­rup­tion : « Le Seigneur lui dit : « Bien sûr, vous les pharisiens, vous purifiez l’extérieur de la coupe et du plat, mais à l’intérieur de vous-mêmes vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté » (Lc 11, 39) Pharisien aveugle, nettoie premièrement le dedans de la coupe et du plat, afin que le dehors aussi devienne net.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →  Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste

◊ Les méditations : cliquez ici pour lire l’article →  Justice, miséricorde et bonne foi

Méditation sur l’évangile du jour

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

22ème dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Posté par diaconos le 24 août 2020

Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même

  22ème dimanche du Temps Ordinaire — Année A dans La messe du dimanche nNxW8Y_EHvmlH3XY6PcKVXK26eI

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera. Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ?     Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite. »  (Mt 16, 21-27)

Les dis­ciples crurent en Jésus

Les dis­ciples crurent en Jésus et le confessèrent comme le Christ, le Fils de Dieu, il put leur en par­ler ou­ver­te­ment, et même il le fit, afin de dis­si­per si pos­sible dans leur es­prit les fausses idées mes­sia­niques qu’ils eurent encore, et de les pré­pa­rer à par­ta­ger ses hu­mi­lia­tions et ses dou­leurs.

Marc (Marc 8.31) et Luc (Luc 9.20-22) mirent aussi cette pré­dic­tion dans un rap­port di­rect avec la confes­sion de Pierre. Marc ajouta qu’il leur dit hardiment) cette pa­role. C’est quand la vraie foi est née que le chré­tien doit s’at­tendre à la contra­dic­tion et à la souf­france.

Quant à Jé­sus, il le fallait, dit-il. Mys­té­rieuse né­ces­sité, fon­dée sur le dé­cret de la jus­tice et de la mi­sé­ri­corde de Dieu, an­noncé dans les Écri­tures. Il le fallait, à moins que le monde ne dût pé­rir dans son pé­ché. C’est ce que Dieu ne vou­lut pas, et Jé­sus ac­cepte par amour la vo­lonté de son Père : « Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, 15afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.’ (Jn 3, 14)

Le san­hé­drin était com­posé de trois classes d’­hommes : les anciens, les grands sacrificateurs et les scribes, ou doc­teurs de la loi. Il y eut quelque chose de so­len­nel dans la ma­nière dont Jé­sus les nomma en dé­tail et les vit conju­rés contre lui pour le tuer. Ce fut là la rup­ture tra­gique de la théo­cra­tie avec le Mes­sie et son règne ! Après la dé­faite, le triomphe, après la mort, la vie ! Si l’une de ces pré­dic­tions ac­ca­bla les dis­ciples, l’autre fut des­ti­née à les re­le­ver. Mais ici la cri­tique trouva une pierre d’a­chop­pe­ment, et l’on ne put nier qu’il n’y eut une difficulté.

Ne pou­vant ré­soudre la ques­tion, les uns révoquèrent en doute la pré­dic­tion, d’autres (Meyer par exemple) sup­posèrent que cette pré­dic­tion fut vague et obs­cure. Les évan­gé­listes eux-mêmes ne nous donnèrent-ils pas le mot de l’é­nigme ?Rem­plis en­core de leur pré­jugé juif concer­nant un Mes­sie glo­rieux, ils ne com­prirent ab­so­lu­ment rien à cette pré­dic­tion de ses souf­frances et de sa ré­sur­rec­tion : « Mais ils ne comprirent rien à cela ; c’était pour eux un langage caché, des paroles dont ils ne saisissaient pas le sens. » (Lc 18, 34)

L’exemple de Pierre prouva qu’il en­tendit mieux les pa­roles de Jé­sus, mais qu’il re­fusa avec dé­ci­sion d’en­trer dans sa pen­sée. Com­ment donc un évé­ne­ment aussi ex­tra­or­di­naire que la ré­sur­rec­tion ne leur au­rait-il pas paru in­croyable ? Et alors même qu’ils n’au­raient pas man­qué à ce point de l’in­tel­li­gence de ce mys­tère, n’y eut-t-il pas une im­mense dis­tance entre comprendre et croire ?  Cette répréhension que Pierre se per­mit eut sans doute pour but de convaincre Jé­sus qu’il fut des­tiné à tout autre chose qu’à une telle fin. Il y eut de l’a­mour pour Jésus dans cette émo­tion de Pierre, mais plus d’i­gno­rance, même quand il in­voqua sur lui la mi­sé­ri­corde.

L’as­su­rance avec la­quelle Pierre af­firma que cela n’arrivera pas, lui at­tira la sé­vère pa­role de Jé­sus  : « Va arrière de moi, Satan, tu m’es en scandale, parce que tu ne penses pas les choses qui sont de Dieu, mais celles qui sont des hommes. » Jé­sus se dé­tourna avec in­di­gna­tion. Sur ce mot sé­vère : Va, arrière de moi« 

Satan si­gni­fie l’adversaire, ce­lui qui ré­siste ; mais ce nom était donné cou­ram­ment au diable  et Jé­sus, en ap­pe­lant ainsi Pierre, voulut lui faire com­prendre qu’il fit dans ce mo­ment l’œuvre du ten­ta­teur. Ce qui le prouva, ce fut ce scandale  que Jé­sus trouva dans les pa­roles de Pierre. Jésus eut be­soin de toute sa sainte ré­so­lu­tion et de toute sa force pour al­ler au-de­vant de ses souf­frances ; et Pierre lui pré­sen­ta la même ten­ta­tion que Sa­tan au désert, en lui of­frant les royaumes du monde et leur gloire  : « Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et lui dit: Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores. » (Mt 4, 8-9)

Pierre n’at­tacha pas sa pen­sée à ses grands des­seins concer­nant la ré­demp­tion du monde par les souf­frances du Mé­dia­teur, mais aux idées char­nelles d’un Mes­sie glo­rieux. Mais ces pa­roles, ap­pli­cables en tout temps, ont une por­tée beau­coup plus gé­né­rale. Qui est-il ce­lui qui se pré­sente aux hommes comme l’ob­jet su­prême de leur amour, au­quel ils doivent tout sa­cri­fier, jus­qu’à leur vie même ? Ce­lui qui parle ainsi est Dieu où bien il blasphème en se met­tant à la place de Dieu.

 Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Puiser à la source : cliquez ici pour lire l’article →  22ème dimanche du temps ordinaire

◊ La Croix : cliquez ici pour lire l’article →   22e dimanche du temps ordinaire

Commentaire de l’abbé Philippe Aymon (Cathédrale de Sion)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui.

Posté par diaconos le 24 août 2020

 Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui.  dans Catéchèse

DE l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Philippe trouve Nathanaël et lui dit : « Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. » Nathanaël répliqua : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » Philippe répond : « Viens, et vois. » Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. » Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? »
Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis :  vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. »  (Jn 1, 45-51)

Jésus invita Philippe à le suivre

Au mo­ment où, le lendemain, Jé­sus se dis­po­sa à par­tir pour la Ga­li­lée, pour y exer­cer son mi­nis­tère, il ren­contra Phi­lippe qu’il in­vita à le suivre. Cette in­vi­ta­tion ne fut pas en­core un ap­pel à l’a­pos­to­lat ; elle si­gni­fia pour Philippe : «  Re­viens avec moi en Ga­li­lée  ».  Dans la pen­sée de Jé­sus, elle eut  une por­tée plus grande. Jean fit en­suite cette re­marque que Phi­lippe se trouva de la même ville qu’An­dré et Pierre, afin de faire com­prendre qu’il en­tra en re­la­tion avec Jé­sus par l’in­ter­mé­diaire de ces deux dis­ciples. Le rôle de Phi­lippe dans la vo­ca­tion de Na­thanaël fut sem­blable à ce­lui d’An­dré dans la vo­ca­tion de Pierre et à ce­lui de Pierre et d’An­dré clans la sienne propre.

Un flam­beau al­lumé sert à en al­lu­mer un autre ; ainsi se pro­page la foi. ( Godet)

Il n’est pas dit où Phi­lippe trouva Na­thanaël, ce fut pro­ba­ble­ment pen­dant ce voyage vers la Ga­li­lée, où les dis­ciples ac­com­pa­gnèrent Jé­sus. Peut-être Na­thanaël fi­t-il la même route, en sens in­verse, pour se rendre au­près de Jean-Bap­tiste. Quoi qu’il en soit, Na­thanaël, après cette ren­contre avec Jé­sus, de­vint son dis­ciple et même très pro­ba­ble­ment un apôtre, il est nommé parmi les apôtres et, dans les di­verses listes de ces der­niers,  où son nom manque, on trouve ce­lui de Barthélemy placé à côté de ce­lui de Phi­lippe, son ami. Or, comme Barthélemy ne fut qu’un nom pa­tro­ny­mique (« fils de Thol­maï »), c’est Na­thanaël qui le porte dans les sy­nop­tiques.

Pour af­fer­mir sa propre foi et celle de son ami, Phi­lippe aima à rap­pe­ler que cet en­voyé de Dieu n’ap­pa­rut pas in­at­tendu en Israël.  En ajou­tant que Jé­sus fut fils de Joseph et ori­gi­naire de Nazareth, Phi­lippe ne fit qu’exprimer l’o­pi­nion cou­rante, et il fallut que la cri­tique né­ga­tive fut avide de vaines ob­jec­tions pour conclure de là que Jean, au­teur de cet Évan­gile igno­ra la nais­sance de Jé­sus à Barthélemy et son ori­gine sur­na­tu­relle. Elle ou­blia que ce n’est pas l’é­van­gé­liste qui s »exprima, mais Phi­lippe qui, ap­pa­rem­ment, ne fut pas au fait alors des cir­cons­tances par­ti­cu­lières dans les­quelles Jé­sus était venu au monde !

Na­thanaël ne re­poussa pas la louange de Jé­sus ; ce fut là, comme l’ob­serva Meyer, une preuve de sa sin­cé­rité, et sa ques­tion ne fut que l’ex­pres­sion d’un pro­fond éton­ne­ment. Il pa­rut que, peu de temps avant la ren­contre de Phi­lippe et de Na­thanaël, ce der­nier se retira sous un figuier près du Che­min, ou il crut être seul et dé­robé à tous les re­gards. , lui dit Jé­sus, je t’ai vu. Le re­gard de Jésus, non seule­ment  dé­cou­vrit Na­thanaël en un lieu où il fut na­tu­rel­le­ment ca­ché, mais il  pé­né­tra jus­qu’au fond de son cœur et re­connut les sen­ti­ments in­times qui l’oc­cu­pèrent à ce mo­ment.

Ce fut ce qui res­sortit de l’im­pres­sion pro­fonde et dé­ci­sive que fit sur Na­thanaël ce simple mot : « Je t’ai vu. » Rien de moins ne sau­rait ex­pli­quer com­ment cette pa­role créa la foi en cet homme, et pro­voqua la belle confes­sion qui s’é­chappa de son cœur et de ses lèvres. La plu­part des in­ter­prètes consi­dérèrent cette pa­role de Jé­sus comme une ques­tion : « Tu crois ? »

Diacre Michel Houyoux

Tout ajout de votre part serait le bienvenu. Rédigez -le dans le cadre situé sous l’article.

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →   Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui

◊ Hozana.org : cliquez ici pour lire l’article →   Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui

Commentaire du Père Bartélémy

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Nouveau Testament, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Twenty-first Sunday in Ordinary Time (Year A)

Posté par diaconos le 23 août 2020

I’ll give you the keys to the kingdom of heaven

XXI Dimanche du temps ordinaire A

From the Gospel according to Saint Matthew

Jesus came to the region of Caesarea Philippi and asked his disciples :  « Who is the Son of Man according to the sayings of men ? »  They answered, « Some say he is John the Baptist, some say Elijah, and some say Jeremiah or one of the prophets. Jesus said to them, : « What do you say? Who do you think I am ? ». And Simon Peter answered and said, : « You are the Messiah, the Son of the living God. And Jesus answering, said to him, «   Blessed are you, Simon, son of Yonas : flesh and blood has not revealed this to you, but my Father who is in heaven. And I say to you, You are Peter, and on this rock I will build my church, and the power of death will not prevail over it. I will give you the keys of the kingdom of heaven : whatever you have bound on earth shall be bound in heaven, and whatever you have loosed on earth shall be loosed in heaven ». Then he commanded the disciples not to tell anyone that he was the Messiah. « The Son of Man, who is he, according to what men say he is? And you, what do you say ? » (Mt 16, 13-20)


Homily of FATHER MARIE LANDRY C+MPS

Lord, today I go with you to Caesarea Philippi, in the far north of Galilee, with your disciples. I want to hear the question you asked them that day resound in my ears : « Who do you think I am ? Grant me, Lord, to know you in truth. » Today, Peter’s profession of faith at Caesarea Philippi begins the final stage of Jesus’ public ministry and prepares us for the decisive events of his death and resurrection. After the multiplication of the loaves and fishes, Jesus decides to retire for a while with his disciples to deepen their training. It is through his disciples that the seed of the Kingdom of Heaven begins to be revealed to the world, the Church.

Two Sundays ago, we heard how Peter, after walking on the water, began to sink and we heard Jesus’ reproach : « Man of little faith, why did you doubt? (Mt 14, 31). Today it turns into praise : « Blessed are you, Simon son of Jonah » (Mt 16, 17). Peter is blessed because he opened his heart to divine revelation and recognized Jesus as the Son of God the Savior. Throughout history, the same question has been asked: « Who is the Son of Man according to what men say he is ?  And what do you say?  » (Matthew 16, 13-15). At one time or another we too have had to answer these questions: who is Jesus for me and what do I see in him ? From the faith received from our parents, catechists, priests, teachers, friends,… we pass to a personalized faith in Christ, and we become, in our turn, witnesses, because this is the center of the Christian faith.

It is only through our faith and our communion with Christ that we will defeat the powers of evil. The reign of death manifests itself in our midst, causing us suffering and prompting us to question ourselves; nevertheless, the Kingdom of Heaven also manifests itself among us by revealing to us hope; and the Church, which is the sacrament of the Kingdom of Heaven in the world, founded on the rock of the faith professed by Peter, gives birth in us to the hope and joy of eternal life. As long as there is humanity in the world, it will be necessary to give hope, and as long as it is necessary to give hope, the mission of the Church will be necessary; that is why the power of hell will never overcome it, since Christ, present in his people, guarantees it to us. Saint Peter, intercede for me so that my faith in the Son of the living God may be as sincere and solid as yours!  Amen

Additional information at

◊ Deacon Michel Houyoux : click here to read the article → Twenty-first Sunday in Ordinary Time – Year A

 

Links to other Christian websites

Angelus : click here to read the paper Twenty-first Sunday in Ordinary Time (Year A)

◊Young catholics : : click here to read the paper21st Sunday in Ordinary Time – Year A

♥ Twenty-first Sunday in Ordinary Time (Year A)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1...225226227228229
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS