Saint Fabien, pape et Martyr (236-250)

Posté par diaconos le 20 janvier 2019

Pape et martyr à Rome, sur la via Appia, durant la persécution de l’empereur Dèce. Évêque de Rome durant quatorze ans, saint Cyprien de Carthage, son contemporain, l’appelait un homme incomparable et ajoutait que sa mort correspondait à la bonté et à la pureté de sa vie. (Lettre 9)

Pape et martyr à Rome, sur la via Appia, durant la persécution de l’empereur Dèce. Évêque de Rome durant quatorze ans, saint Cyprien de Carthage, son contemporain, l’appelait un homme incomparable et ajoutait que sa mort correspondait à la bonté et à la pureté de sa vie. (Lettre 9)

Selon la tradition de l’Église, Fabien, simple laïc, se trouvait à Rome et parmi les fidèles au moment d’élire un successeur au pape Antère (21 novembre 235 – 3 janvier 236). Quand une colombe vint se poser sur la tête de Fabien, l’assemblée hésitante s’écria :  » Il est digne ! « . Il fut ordonné le dix janvier 236.

Cette élection spontanée inaugura un pontificat de quatorze ans qui laissa de profondes marques dans l’Église du troisième siècle. Les querelles politiques entre les éphémères successeurs de l’empereur Maximin Premier (173-256) éloignèrent pour un certain temps les persécutions des chrétiens. Ce répit permit à Fabien de remettre de l’ordre dans l’Église romaine perturbée par de nombreuses années de conflits doctrinaux et par le schisme  d’Hippolyte de Rome (170-235).

Profitant d’une paix relative, il révéla de grandes qualités administrateur. Il nomma sept diacres à la tête de districts ecclésiastiques créés à Rome, chacun regroupant deux des anciennes régions de l’administration romaine au seizième siècle, on vit là la naissance du titre de cardinal-diacre (Nom donné à chacun des cardinaux qui est chargé, à Rome, d’une des chapelles anciennement appelées diaconies.

Fabien veilla avec attention au bon entretien des catacombes où il fit enterrer l’un de ses prédécesseurs, Pontien (dix-huitième pape de l’Église catholique de 230 à 235), et l’adversaire de celui-ci, Hippolyte. Il protégea le futur schismatique Novatien, à l’origine de l’Église novatianiste. Novatien, qu’il baptisa et ordonna prêtre contre l’avis de son clergé.

Il poursuivit avec énergie les clercs coupables de diverses fautes, en particulier Privat, évêque africain. La rédaction des actes des martyrs, entamée sous Antère, se poursuivit sous son pontificat. Fabien fut considéré comme l’apôtre des Gaules, où il envoya sept évêques missionnaires.

Dans la chrétienté son prestige déborda largement la ville de Rome. C’est vers lui que se tourna Origène, père de l’exégèse biblique, théologien de la période patristique (185-253). Origène était alors en conflit avec Démétrios, l’évêque d’Alexandrie, pour se justifier.

À la fin de l’an 249, le nouvel empereur Dèce déclencha de violentes persécutions contre les chrétiens. Au début de l’année deux cent cinquante, le 20 janvier, Fabien fut torturé puis décapité sur la Via Appia Antica. Il a été inhumé dans la crypte des Papes de la catacombe de Saint Calixte où son sarcophage fut retrouvé en 1915.

Les Fausses décrétales lui attribuent plusieurs textes, notamment une seconde lettre à tous les évêques orientaux (Epistola II ad omnes orientales episcopos) portant sur la consécration annuelle du saint Chrême le Jeudi Saint.

On appelle Fausses décrétales ou encore Pseudo-Isidoriana une collection de décrétales peudépigraphes, faussement attribuées à Isidore Mercator, lui-même longtemps confondu avec Isodore de Séville. Il s’agit d’un travail important de falsification de documents canoniques. Rédigées dans les années trente et quarante du neuvième siècle ; les Fausses décrétales constituent l’une des plus importantes sources de droit canonique médiéval.

Liens externes

◊ Saint Privat, patron de la ville et du diocèse de Mende : cliquez ici pour lire l’article→ Saint Privat: Martyre et Évêque de Mende

◊ Biographie :  cliquez ici pour lire l’article→ Qui est Saint Hippolyte de Rome ?

◊ Lumière de Dieu  :  cliquez ici pour lire l’article→ Saint Pontien Pape de 230 à235

Les auteurs chrétiens : Tertullien – Origène – Saint Cyprien

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Enseignement, fêtes religieuses, Religion, Temps ordinaire, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Pape François : votre vie est la plus grande entreprise au monde.

Posté par diaconos le 10 janvier 2019

Jorge Mario Bergoglio (prononcé en espagnol rioplatense /βerˈɣoɣljo/Note 1), né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires, est un homme d'Église argentin, actuel évêque de Rome et selon la tradition 266e papeNote 2 de l’Église catholique sous le nom de François (en latin : Franciscus)Note 3, depuis son élection le 13 mars 2013. Il était auparavant archevêque de Buenos Aires et cardinal.

Jorge Mario Bergoglio naquit le 17 décembre 1936 à Buenos Aires, est actuellement le 266e pape de l’Église catholique sous le nom de François, depuis son élection le 13 mars 2013. Avant son élection, Il fut archevêque de Buenos Aires et cardinal.

Vous pouvez avoir des défauts, être anxieux et toujours en colère, mais n’oubliez pas que votre vie est la plus grande entreprise au monde.  Seulement vous pouvez l’empêcher d’échouer. Beaucoup vous apprécient, vous admirent et vous aiment. Rappelez-vous qu’être heureux ce n’est pas avoir un ciel sans tempête, une route sans accidents, un travail sans fatigue, des relations sans déceptions. Être heureux c’est trouver la force dans le pardon, l’espoir dans les batailles, la sécurité dans les moments de peur, l’amour dans la discorde.

Ce n’est pas seulement de goûter au sourire, mais aussi de réfléchir à la tristesse. Ce n’est pas seulement pour célébrer les succès, mais pour apprendre les leçons des échecs. Ce n’est pas seulement de se sentir heureux avec les applaudissements, mais d’être heureux dans l’anonymat. Être heureux n’est pas une fatalité du destin, mais une réussite pour ceux qui peuvent voyager en eux-mêmes.

Être heureux c’est arrêter de devenir une victime et devenir l’auteur de votre destin. C’est traverser les déserts pour pouvoir encore trouver une oasis au fond de notre âme. C’est pour remercier Dieu pour chaque matin, pour le miracle de la vie. Être heureux ne craint pas tes propres sentiments. C’est pouvoir parler de vous. C’est avoir le courage d’entendre un «non». La confiance est à l’affût des critiques, même si elles ne sont pas justifiées.

C’est d’embrasser vos enfants, de choyer vos parents, de vivre des moments poétiques avec des amis, même s’ils nous blessent. Être heureux c’est laisser vivre la créature qui vit dans chacun d’entre nous, libre, joyeuse et simple. Il faut avoir la maturité pour pouvoir dire: «J’ai fait des erreurs». C’est avoir le courage de dire «Je suis désolé(e)». C’est d’avoir la sensibilité de dire «J’ai besoin de toi». C’est avoir la capacité de dire «Je t’aime».

Que votre vie devienne un jardin d’opportunités pour le bonheur. Au printemps, un amoureux de la joie. En hiver, un amoureux de la sagesse. Et lorsque vous faites une erreur, recommencez. Car seulement alors, vous serez amoureux de la vie. Vous constaterez que le fait d’être heureux n’est pas d’avoir une vie parfaite. Mais utilisez les larmes pour irriguer la tolérance. Utilisez vos pertes pour raffermir la patience. Utilisez vos erreurs pour sculpter la sérénité. Utilisez la douleur comme plâtre du plaisir. Utilisez les obstacles pour ouvrir les fenêtres d’intelligence. Ne jamais abandonner… Ne jamais abandonner les gens qui vous aiment. Ne jamais abandonner le bonheur, car la vie est une manifestation (performance) incroyable».

lwf0003web.gif

Une pastorale où Marie joue le rôle principal, qui n’indique pas son Fils, cela ne sent pas bon, affirma le pape François : Marie n’a jamais eu le rôle principal. L’Église n’enracine jamais la foi dans les apparitions. La foi s’enracine dans l’Évangile, dans la Révélation, dans la tradition de la Révélation. Marie n’a jamais eu le rôle principal , insista encore le pape François. Il y eut des exagérations sur les apparitions, expliqua-t-il, l’Église est toujours très prudente.

Le problème des apparitions, c’est quand il y a des voyants ou ceux qui transmettent les apparitions qui disent :  » Marie est comme ceci « . Marie indique Jésus, mais si tu restes à regarder le doigt de Marie au lieu de Jésus, tu n’agis pas selon le cœur de Marie. Cela veut dire qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans cette apparition.

Dans son commentaire du cantique du Magnificat, le pape souligna que Marie loue Dieu et nous, chrétiens, nous oublions bien souvent la prière de louange et la prière d’adoration. Marie adorait Dieu et elle louait Dieu. Le Magnificat, c’est cela. Il vient de la louange, prier en louant Dieu .

Le pape François parla enfin de la dévotion des musulmans à l’égard de Marie : Un évêque d’un pays africain, où vivent en paix chrétiens et musulmans, m’a raconté que, pendant l’année du Jubilé, il y eut toute la journée la queue pour entrer dans la cathédrale. Quand les gens entraient, certains se dirigeaient vers le confessionnal, d’autres se mettaient à prier, mais la majorité allait devant l’autel de la Vierge et c’étaient les musulmans. Et l’évêque leur a très souvent demandé : « Mais pourquoi venez-vous ici ? » Et eux :  » Le jubilé est aussi pour nous ». Ils allèrent vers la Vierge parce que Marie est proche du peuple musulman.

Extraits de propos du Pape François

lwf0003web.gif

Saint Guillaume – Archevêque de Bourges (mort en 1209)

Saint Guillaume de Bouges

Saint Guillaume de Bouges

Le 10 janvier, nous fêtons tous les Guillaume dont le saint patron est Saint Guillaume.

Saint Guillaume , issu des anciens comtes de Nevers, de son nom de naissance Guillaume de Corbeil, naquit en 1120, et mourut le 10 janvier 1209, il fut l’archevêque de Bouges de 1199 à 1209. Il fut élevé avec soin dans la crainte de Dieu. Dieu lui donna donné toutes les dispositions de la nature et de la grâce nécessaires à l’accomplissement des grands desseins qu’Il avait sur lui. Le monde lui souria, avec sa gloire et ses plaisirs ; il renonça à tout, il s’éloigna même des honneurs ecclésiastiques qui semblèrent le poursuivre, et s’enfonça dans la solitude d’un monastère à Grandmont dans la Haute-Vienne.

Voulant plus d’austérités, il demanda à être admis chez les cisterciens de Pontigny en Bourgogne. Il vécut dans la présence continuelle de Dieu ; sa modestie, sa dévotion, sa régularité, ranimèrent la ferveur de ses frères ; il suffisait de le regarder au chœur ou à l’autel pour être embrasé du désir de marcher sur ses traces. Il avait surtout un grand amour pour le Saint-Sacrement, près duquel il trouva ses délices.

Il fallut lui faire violence pour le nommer abbé de Chaalis, filiale de Pontigny. Pourtant il dut bientôt se résigner à monter plus haut et répondre à l’appel du Ciel clairement manifesté. Sacré archevêque de Bourges, Guillaume montra, dès les premiers jours, toutes les vertus des plus illustres Pontifes. Il fut l’évêque des pauvres, ce qui lui valut l’opposition des chanoines de Bourges qui se sentaient délaissés, et du roi Philippe-Auguste à qui il reprocha son divorce et son remariage.

Il demeura moine dans son palais, moine par l’habit et plus encore par les austérités. Il sut concilier les exercices de sa piété avec les immenses occupations de sa charge ; il parcourut son diocèse, prêcha, instruisit les petits et les humbles, administra les sacrements, visita les hôpitaux, délivra les captifs, et multiplia les prodiges. Quand on lui demandait un miracle, il disait : « Je ne suis qu’un pauvre pécheur « , mais il cédait aux larmes des malades et les guérissait par sa bénédiction.

On a conservé de lui quelques belles paroles : « Tel pasteur, telles brebis, » disait-il souvent. « J’ai à expier, disait-il encore, et mes propres péchés et ceux de mon peuple. » Au moment de sa mort, il vit les anges battant des ailes au-dessus de sa tête, et il rendit l’âme en leur tendant les bras.

Compléments

Du site Idées- Caté (France) : cliquez ici pour lire → Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux ! (Mt 5,1)

◊ Abbé  Célestin Mbuy : cliquez ici pour lire → Dans l’espérance du Royaume (Mt 5, 1-12)

Lien externe

◊ Vidéo : cliquez ici pour activer → https://gloria.tv/video/bfDKoXogedhm4QiTR7ZzpSF9k


Publié dans Catéchèse, Religion, Temps de Noël, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues.

Posté par diaconos le 26 décembre 2018

Envoyé sur mon blog par le Père Marie Landry Bivina

Saint Étienne est un prédicateur juif du Ier siècle considéré a posteriori comme le premier diacre (protodiacre) et le premier martyr (protomartyr) de la chrétienté2,3.

Saint Étienne fut un prédicateur juif du premier siècle considéré comme étant le premier diacre (protodiacre) et le premier martyr (protomartyr) de la chrétienté.  Étienne reconnut en Jésus le Messie et, il fut choisi avec six autre hommes de bonne réputation, pour devenir les diacres charger d’assister les apôtres au bénéfice de la communauté.

« Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé ». (Mt 10,17-22)

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui, l’Église célèbre la fête de son premier martyr, le diacre Saint Étienne. Parfois, l’Évangile peut nous sembler déconcertant. Hier, il éveillait chez nous des sentiments de joie et de plaisir par la naissance de l’enfant Jésus : « Les bergers repartirent; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé » (Lc 2,20). Aujourd’hui, par contre, il semble vouloir nous mettre en garde contre des dangers : « Méfiez-vous des hommes: ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront » (Mt 10,17). Tous ceux qui veulent être de vrais témoins, comme les bergers dans la joie de la naissance, doivent aussi être courageux comme Étienne quand il proclama la Mort et Résurrection de cet Enfant qui  vit la Vie en Lui.

L’Esprit qui couvrît de son ombre, Marie, la Vierge Mère de Dieu, pour permettre la réalisation du plan de Dieu pour sauver les hommes ; le même Esprit qui se posa sur chacun des Apôtres pour leur permettre de quitter leur refuge et divulguer partout la Bonne Nouvelle de l’Évangile, fut aussi celui qui donna la force à ce jeune homme qui discuta avec les docteurs de la loi à la synagogue sans pouvoir tenir tête à la sagesse et à l’Esprit Saint qui inspirèrent ses paroles. (Ac 6,10).

C’était un martyr en vie. Martyr signifie “témoin”. Et il fût aussi un martyr par sa mort. Vivant, il a cru aux paroles du Maître : « Ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là » (Mt 10,19). Étienne, rempli de l’Esprit Saint, regarda vers le ciel ; il y vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu » (Ac 7,55). Étienne le vit et il l’a dit. Si le chrétien d’aujourd’hui est un témoin de Jésus Christ, ce qu’il a vu avec les yeux de la foi il doit le dire aussi sans peur avec les paroles les plus compréhensibles, c’est à dire, avec des faits, avec des œuvres.

Contact → Père Marie Landry Bivina

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs"Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi

Compléments

◊ Institution du diaconat permanent : cliquez ici pour lire l’article →  Ils choisirent sept hommes remplis d’Esprit Saint (Ac 6, 1-7)

◊ La mort du diacre Étienne : cliquez ici pour lire l’article →  Ils ne pouvaient résister à la sagesse et à l’Esprit qui faisaient parler Étienne

♥ Envoyés pour servir : cliquez ici pour lire l’article → les iacres permanents

Lien externe

Diacre permanent : un ministère de service

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, Disciples de Jésus, Enseignement, Religion, Temps de Noël, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Corps de saints miraculeusement conservés après la mort

Posté par diaconos le 26 décembre 2018

Les corps de ces saints ont été miraculeusement conservés après leur mort. La décomposition naturelle qui survient après la mort peut être plus rapide ou plus lente, dépend des circonstances, mais inévitablement, comme le dit le prêtre le mercredi des cendres (citant la Genèse), « vous êtes la poussière et la poussière reviendra. »

Cependant, l’église catholique a reconnu que, en de rares occasions, certains corps de Saints n’ont pas subi le processus de décomposition. C’est considéré comme un événement miraculeux et dans les cas les plus dramatiques le Saint a transporté des décennies ou des siècles enterrés et ses restes sont restés intacts. Le corps d’un Saint est toujours étudié avant d’être canonisé et, même si la décision finale de canonisation ne dépend pas de l’incorruptibilité de ses restes, il aide sans aucun doute la cause.

Selon le Père William Saunders, cette incorruptibilité est un signe du caractère sacré de la vie d’un individu» et «il est révélateur que les dépouilles mortelles de la personne soient préparées à la résurrection glorieuse du corps. Ici, vous avez cinq Saints qui semblent être morts hier, mais qui ont été dans l’étreinte céleste de Dieu pendant de nombreuses années.

Le prêtre catholique Herbert Thurston fit, à la fin du XIXe siècle, la première étude des cas d’incorruptibilité physique après la mort. Ce jésuite avança le chiffre de 42 saints  non corrompus, morts entre les années 1400 et 1900. Il associa à l’incorruptibilité six phénomènes caractéristiques, mais pas obligatoirement simultanés : la présence d’un parfum suave émanant du corps, l’absence de rigidité cadavérique, la persistance d’une certaine tiédeur du cadavre, l’absence de putréfaction, des écoulements anormaux (huile qui sort du tombeau, saignements tels que la poursuite des stigmates), des mouvements post mortem.

48370254_285321928790372_6870507382087090176_n.jpg akossoun 20

Sainte Catherine Labouré (1806-1876), visible à chapelle de la Médaille miraculeuse -140, rue du Bac à Paris8.

48366284_285321898790375_8522700997854756864_n.jpg akossoun n20.png 100Corps de saint Padre PIO, incorrompu depuis sa mort en 1968 -visible de tous au sanctuaire Sainte Marie des Grâces (Italie)

440px-Saint_Vincent_de_Paul_2.JPGVincent de Paul.jpg 140 Corps de saint Vincent de Paul (1581-1660), visible à 95 rue de Sèvres dans le 6e arrondissement de Paris.

 web3-st-terese-of-lisieux-catholicrelics-co-uk.jpg w=1200.jpgThérèse de Lisieux

 Corps incorruptible de sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897), visible à basilique Sainte-Thérèse de Lisieux à Lisieux, dans une chapelle latérale

Le corps du pape Jean XXIII a été embaumé  : il ne peut donc être classé dans la liste de ciorps incorruptibles d »couverts à c jour.  ; on peut le vénéré dans la basilique Saint-Pierre à Rome, dans un cercueil de cristal blindé. Les traits du pape, décédé le 3juin 1963, sont à peine jaunis par une fine pellicule de cire, bien visibles. Son visage avait été découvert intact lors de l’ouverture du cercueil en janvier, conséquence des soins apportés lors de l’embaumement du corps, puis de sa conservation à l’abri de trois cercueils. Lundi, Son cercueil a été inséré sous l’autel de la chapelle Saint-Jérôme.

♥ Sainte Bernadette à Nevers et son corps incorrompu

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Histoire, Page jeunesse, Vie des saints | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS