San Luca, evangelista

Posté par diaconos le 18 octobre 2021

San Luca, evangelista dans articles en Italien San-luca-evangelista# I settanta discepoli erano i seguaci di Gesù menzionati nel Vangelo di Luca (X, 1-24). Secondo questo testo, l’unico nel canone in cui appaiono, Gesù li scelse e li inviò a gruppi di due in diverse regioni per annunciare il Vangelo. La tradizione cristiana occidentale si riferisce più spesso a loro come « discepoli », mentre ai cristiani orientali piace chiamarli « apostoli ». Secondo il lessico greco, un « apostolo » è colui che è inviato in missione, mentre un « discepolo » è un allievo: le due tradizioni sono quindi in contrasto sulla portata della parola « apostolo ».

Ci sono diverse liste antiche, con diversi gradi di informazione e differenze. In alcune versioni della Bibbia, il numero dei discepoli è 72. Questo è anche il caso in diversi testi cristiani orientali. Si può supporre che ognuno dei 12 apostoli fosse responsabile della formazione dei discepoli. Così, avremmo 12 gruppi di 6 discepoli, ogni gruppo è guidato da un apostolo formatore. Questi dodici gruppi di formazione evangelica sarebbero stati formati da sette membri ciascuno per un totale di 84, cioè 72 discepoli più 12 apostoli.

Il numero è 70 nei manoscritti della tradizione alessandrina (come il Codex Sinaiticus) e la tradizione di Cesarea, ma 72 in alcuni codici della tradizione alessandrina e occidentale. Il concetto può riferirsi alle 70 nazioni della Genesi o ad altre liste di 70 nomi che si trovano nella Bibbia, o anche ai 72 traduttori della Bibbia Septuaginta nominati nella Lettera di Aristaeus. Per la sua edizione della Vulgata, Girolamo usò il numero 72. Il Vangelo secondo Luca è l’unico dei Vangeli sinottici a raccontare due episodi in cui Gesù invia i suoi discepoli in missione.

La prima occasione (Luca IX, 1-6) segue da vicino la missione menzionata in Marco VI, 6b-13, che però parla solo dei dodici apostoli, non di 70 fedeli, sebbene i dettagli riportati siano identici. Questo parallelo (vedi anche Matteo IX:35, e X:1,7-11) suggerisce un’origine comune nella fonte Q. Ciò che è stato annunciato ai Settantadue in Luca X:4 è, inoltre, ripetuto nel passo nell’annuncio agli apostoli in Luca XXII:35: « Gesù disse loro: « Quando vi ho mandati fuori senza borsa né scarpe, vi mancava forse qualcosa? »

Hanno detto: « Niente ». La tradizione ortodossa che elenca i Septuagint i cui nomi sono iscritti in cielo è associata a un vescovo della fine del terzo secolo, Doroteo di Tiro, che è conosciuto solo da questa nomenclatura, e al quale fu attribuito un resoconto del ministero dei Septuagint, noto solo da una copia dell’ottavo secolo. I nomi dei discepoli sono dati da varie liste: il Chronicon Paschale, e quello dello Pseudo-Doroteo (stampato nella Patrologia Graeca del Padre Migne, vol. XCII, pp. 521-524; pp. 543-545; pp. 1061-1065).

Dal Vangelo secondo Luca

01 Dopo questo il Signore designò altri settantadue dei suoi discepoli e li mandò a due a due avanti a lui in ogni città e luogo dove egli stesso si recava. 02 Egli disse loro: « La messe è abbondante, ma gli operai sono pochi ». Chiedete dunque al Signore della messe di mandare operai nella sua messe. 03 Andate! Ecco, io vi mando come agnelli in mezzo ai lupi. 04 Non portate borse, né sacchetti, né sandali, e non salutate nessuno per la via.

05 Ma in ogni casa dove entrerete, dite prima: « Pace a questa casa ». 06 Se c’è un amico di pace lì, la tua pace andrà a riposare su di lui; se no, tornerà a te. 07 Resta in quella casa, mangiando e bevendo quello che ti viene servito; perché l’operaio merita la sua paga. Non andate di casa in casa. 08 In ogni città dove entrerete e sarete accolti, mangiate quello che vi sarà messo davanti. 09 Guarite i malati che vi si trovano e dite loro: « Il regno di Dio si è avvicinato a voi ». (Lc 10,1-9)

La spedizione dei settanta

« Dopo questo, il Signore nominò altri settanta e dieci discepoli e li mandò a due a due davanti a sé in ogni città e in ogni luogo dove egli stesso doveva andare. (Lc 10,1) Fu in questo momento importante che Gesù scelse di mandare questi molti discepoli davanti a lui. La loro missione era di risvegliare l’attenzione e preparare la strada per la sua predicazione nei luoghi dove lui stesso doveva andare. Gesù li mandò a due a due: potevano completarsi a vicenda e rafforzarsi a vicenda contro i pericoli morali e gli scoraggiamenti; anche la testimonianza che erano chiamati a dare acquistava più autorità.

Alcuni vi hanno visto, secondo il simbolismo biblico dei numeri, il numero dei dodici apostoli moltiplicato per sei. Altri vi trovarono l’idea affermata nel Talmud che l’intera umanità conteneva settanta popoli e misero questa missione in qualche relazione con l’evangelizzazione del mondo. Questo dimostra quanto fossero numerosi i discepoli di Gesù in quel tempo, dato che poté scegliere settanta tra i più capaci per affidare loro questa importante missione.

Non li chiamò, inoltre, come aveva fatto con i dodici, a lasciare definitivamente la loro vocazione terrena. Dopo aver compiuto questa missione e forse aver accompagnato Gesù a Gerusalemme per celebrare la festa, dovevano tornare al loro lavoro ordinario. Poiché questo invio dei settanta discepoli non è stato menzionato da Matteo e Marco, i critici negativi l’hanno visto come un’invenzione di Luca, o come una tradizione senza fondamento storico.

Secondo Matteo, fu al momento di mandare i dodici nella loro prima missione che Gesù fece questa esortazione. Gesù ha pronunciato questa frase breve e seria più di una volta.  Le istruzioni che Gesù diede ai settanta discepoli furono per lo più ripetute: alcune di esse si trovano, secondo lo stesso Luca, rivolte ai dodici. Con questo preambolo Gesù ha fatto sentire a coloro che ha inviato l’importanza del momento presente e l’attualità della missione che ha affidato loro.

Le scarpe erano di ricambio. Come potrebbe Gesù proibire ai suoi discepoli di compiere un semplice dovere di cortesia o anche di benevolenza?  I saluti erano cerimoniali e complicati in Oriente, ma Gesù voleva che i suoi discepoli fossero consapevoli dell’importanza suprema della loro missione e che si dedicassero esclusivamente ad essa, senza perdere tempo in forme vane. Se i discepoli, dopo aver ricevuto ospitalità in una casa, passassero ad un’altra, i loro ospiti potrebbero interpretare questo comportamento come un segno di malcontento, una mancanza di gratitudine e di affetto; susciterebbero così gelosia. Ma dovevano portare la pace

Nel loro atteggiamento verso un’intera città, i discepoli erano guidati dagli stessi principi che nella loro condotta verso ogni singola casa. Così, per i malati, la guarigione; per tutti, il grande annuncio del regno di Dio, che è venuto vicino a voi: tale era la doppia e benefica missione dei discepoli. L’azione simbolica, così severa, di scuotere la polvere dai loro piedi non era sufficiente; dovevano proclamare di averlo fatto, dicendo agli abitanti: « È vostro, contro di voi ». Ma la responsabilità di tutte le grazie di Dio è rimasta sulla testa di questi ribelli; perché dovevano sapere che il regno di Dio è vicino.

Diacono Michel Houyoux

Link ad altri siti web cristiani

◊ Dalla Chiesa (Italia) : clicca qui per leggere l’articolo  →  San Luca evangelista

◊ Vie dei santi : clicca qui per leggere l’articolo  →   San Luca  Evangelista Vita, Storia, Martirio, Immagini

Padre Francesco La Vecchia : « La festa di San Luca Evangelista »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, Catéchèse, fêtes religieuses, Histoire, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Le début de la foi chez Timothée

Posté par diaconos le 10 octobre 2021

Post de Richard Rouleau
1 Timothée 6:10

Timothée fut un disciple et proche confident de Paul de Tarse.Timothée, dit de Lystre ou d’Éphèse, né au début du ier siècle après J.-C. à Lystre et mort à la fin du même siècle, vers 97 à Éphèse, essentiellement connu comme disciple, saint Paul selon l’Église, apôtre des Nations. Paul l’aurait institué premier évêque d’Éphèse.Deux lettres de Paul lui furent adressées, dites épîtres pastorales,la seconde étant particulièrement personnelle.

Rien n’est connu de lui en dehors de ces sources néo-testamentaires. En outre, les historiens modernes estimèrent que ces lettres ne furent pas dues à Paul, mais à ses successeurs. Il est reconnu comme saint par l’Église catholique.Selon le Martyrologe romain, saint Timothée est fêté le 26 janvier avec Tite. Le nom « Timothée » vient du grec ancien timao, « honorer » et theos, « Dieu »,soit « celui qui honore Dieu ».

Timothée, que Paul appela son vrai fils dans la foi, résida à Lystre, en Lycaonie (Asie Mineure) dans les années 50.Il fut le fils d’un père grec et d’une mère juive, Eunice. La grand-mère de Timothée, Lois, sa mère et lui-même furent Juifs qui choisirent « la Voie du Seigneur » et qui reconnurent Jésus comme Messie (2 Tm 1, 5). Toutefois, il ne fut pas circoncis, probablement car son père fut un grec.

Pour éviter des difficultés avec les judéo-chrétiens Paul fit circoncire Timothée à cause des Juifs qui se trouvaient dans les parages (Ac 16, 1-3). Timothée fut influencé par les mouvements baptistes, Paul lui reprocha de ne boire que de l’eau et lui conseilla de boire un peu de vin.Lors de son deuxième voyage missionnaire. Paul repassa par Lystre et prit Timothée comme compagnon et collaborateur. Une solide amitié se développa. Son nom est souvent mentionné dans les salutations épistolaires, même s’ils ne voyagèrent pas toujours ensemble.

Resté à Bérée avec Silas (Ac 17, 14…), il rejoignit Paul à Corinthe où il eut un rôle important dans l’œuvre d’évangélisation (2 Co 1,19). Lorsque de graves malentendus s’élevèrent dans la communauté chrétienne,ce fut Timothée que Paul y envoya (1 Co 4, 17) pour y ramener la paix. Timothée fut l’homme de confiance.Une allusion fut faite à une possible mission à Philippes également (Ph 2, 19). Il en fut de même à Thessalonique.

«Nous vous avons envoyé Timothée notre frère,le collaborateur de Dieu dans la prédication de l’évangile du Christ,pour vous affermir et vous encourager dans votre foi » (1 Th 3, 2). Timothée partagea la première captivité de Paul qui, lors de sa seconde, le réclama de nouveau.La seconde lettre de Paul à Timothée, écrite durant cette seconde captivité,alors que l’heure du témoignage suprême de sa vie approcha, fut une vibrante reconnaissance d’amitié, adressé à son enfant bien-aimé. Il fit mention de lui dans ses prières et eut un très vif désir de le revoir » (2 Tm 1, 2-4), sans oublier sa famille.

Il lui offrit familièrement quelques conseils : » Cesse de ne boire que de l’eau.Prends un peu de vin à cause de ton estomac et de tes fréquentes faiblesses » (1 Tm 5, :23). Après de nombreuses recommandations pour une meilleure vie par le Christ ressuscité,il revint à la charge : » Efforce-toi de venir me rejoindre au plus vite » (2 Tm 4, 9). Cette lettre à Timothée est considérée comme le testament spirituel de l’apôtre des Gentils.

Selon la tradition, Timothée gouverna l’Église d’Éphèse et rencontra Jean l’évangéliste.Dans cette ville, il mourut martyr, tué par des exaltés le frappant à coup de massues et de pierres parce qu’il voulait les dissuader de s’adonner à une fête licencieuse en l’honneur d’une divinité païenne.Son corps fut d’abord déposé près de celui de saint Jean à Éphèse,puis transporté en 356 à Constantinople en l’église des Saints-Apôtres.

Au début du treizième siècle, des reliques furent envoyées en Italie par des croisés dont sa tête furent déposées à la cathédrale de Termoli dans la région du Molise, puis cachées et oubliées. A l’occasion de travaux de restauration en 1945, elles furent redécouvertes et mises à l’honneur.Timothée est un saint de l’Église catholique fêté le 26 janvier en compagnie de Tite, comme disciples très chers de Paul de Tarse,lequel leur confia des charges épiscopales dans l’Église naissante.Timothée est également un saint des Églises orthodoxes, qui le fêtent le 22 janvier.

Timothée est représenté sur de nombreuses icônes orthodoxes. Il est aussi le sujet principal d’un tableau du peintre néerlandais du dix-septième siècle Rembrandt, intitulé Timothée enfant, qui serait daté de 1648.Timothée est le narrateur et le personnage principal du roman de l’Américain Gore Vidal, : « En direct du Golgotha »traduit en français par J.-B. Blandenier pour publication aux éditions Rivages poche en 2003.

 Saint Timothée était né en Lycaonie, dans la ville de Lystres, qui fut évangélisée par saint Paul.Le passage de Paul fut la cause de la conversion de Timothée et de sa famille.Pus tard, quand Paul revint à Lystres, il remarqua Timothée et résolut de se l’associer dans l’apostolat, malgré sa jeunesse.Timothée sacrifia avec joie toutes les espérances terrestres et consentit à quitter sa famille pour se donner entièrement à Dieu et supporter toutes les fatigues et toutes les persécutions de la vie apostolique.

Dès lors on vit Timothée partout à côté de saint Paul, et à la confiance de l’un répondit le dévouement de l’autre. Après la mort de saint Paul, Timothée, qui avait été préposé par son maître à l’Église d’Éphèse, eut la consolation d’y vivre en l’amitié et la présence du disciple bien-aimé de Jésus, l’Apôtre saint Jean.

Un jour que les Éphésiens célébraient par des orgies une des fêtes de leur déesse Diane, le saint évêque d’Éphèse, indigné, se jeta au milieu de ce peuple insensé, lui représenta la folie de sa conduite et l’invita à se convertir au christianisme.

Entouré par des furieux, il fut accablé de coups de pierres et de massues et laissé pour mort. Ses disciples le relevèrent et le transportèrent dans le voisinage,

où il expira dans leurs bras et rejoignit dans la gloire son maître Saint Paul. L’Église honore en lui l’un des plus célèbres et des plus saints disciples des Apôtres.

Paul, l’apôtre du Christ : Mort de saint Paul et lettre à Timothée : cliquez ici →  https://m.youtube.com/watch?v=KDn7YZiKaX4

 Redécouvrez le livre de 1 Timothée à travers notre série Lire les Écritures, et saisissez la logique reliant la conception littéraire à la structure de ce livre. Dans 1 Timothée, Paul donne à Timothée des instructions pour remettre de l’ordre dans l’église d’Ephèse et la recentrer sur l’essentiel, suite au désordre engendré par des prédicateurs corrompus. #1 Timothée #BibleVideos #BibleProject

https://m.youtube.com/watch?v=2diOsOpbZU4

2 Timothée – Synthèse

Redécouvrez le livre de 2 Timothée à travers notre série Lire les Ecritures, et saisissez la logique reliant la conception littéraire à la structure de ce livre. Dans 2 Timothée, alors qu’il est sur le point d’être exécuté, Paul recommande vivement à Timothée de rester fidèle à Jésus de tout son être, quels que soient les sacrifices et les risques encourus. #BibleProject #BibleVideos #2 Timothée

Cliquez ici → https://m.youtube.com/watch?v=ybNEUUSEfoI

   A TIMOTHÉE MON ENFANT BIEN AIME Extrait du film L’apôtre Paul. RECEVEZ CHAQUE JOUR LES EXTRAITS DES FILMS INSTAGRAM

Cliquez ici → https://m.youtube.com/watch?v=KhQ5b86HrsQ

  L’ÉVANGILE DU JOUR

« Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu ! » (Lc 11, 27-28) En ce temps-là, comme Jésus était en train de parler,une femme éleva la voix au milieu de la foule pour lui dire : « Heureuse la mère qui t’a porté en elle, et dont les seins t’ont nourri ! »Alors Jésus lui déclara :« Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! »

Méditer avec les Carmes

Pour une fois l’Évangile nous rapporte la réaction d’une femme à la prédication de Jésus. Elle élève la voix du milieu de la foule et s’écrie : « Bienheureuse celle qui t’a porté et allaité ! »La femme ne réagit pas d’abord à propos du contenu de l’enseignement de Jésus ; elle ne dit pas non plus ce qui l’a frappée dans sa personne, mais elle se compare instinctivement à une autre femme, à cette mère qui a eu la chance d’enfanter puis d’élever un tel fils : « Qu’elle peut être fière, cette femme-là, d’avoir un garçon comme toi ! »

Réaction maladroite ? Réaction naïve ? Peut-être, mais c’est la réaction profondément humaine d’une femme pour qui chaque maternité est le début d’un grand rêve, et qui réalise sa vie à travers le destin de ses enfants.Jésus, bien loin de repousser cette brave femme, saisit au bond ce qu’elle vient de crier, et il va s’en servir pour préciser une fois de plus le sens de sa mission, en apportant deux correctifs importants.

Tout d’abord le bonheur qu’il apporte n’est pas réservé à une femme, mais ouvert à tous les croyants.Le secret de sa naissance, l’initiative inouïe prise par Dieu dans la vie de Marie, les merveilleuses années de Nazareth, ce n’est pas cela que Jésus veut souligner, car c’est le versant admirable et indicible de la vie de Marie. Ce que la femme a crié, bien des femmes sans doute le pensaient, mais ce n’est pas ainsi que Jésus se représentait la sainteté et le bonheur de sa propre Mère.

Certes le destin de Marie était exceptionnel. La Mère du Messie ne pouvait être qu’unique ; la Mère du Fils de Dieu ne pouvait être qu’une femme intensément aimée, éternellement choisie, amoureusement préparée. Mais cela, c’était l’affaire de Dieu seul, c’était le sillage laissé sur la terre des hommes par le dessein de Dieu. Ce que Jésus avait à cœur à propos de sa Mère, c’était de mettre en lumière non pas tant l’inouï de son destin que la qualité de sa réponse à Dieu.

Marie a porté et nourri Jésus : en cela elle n’est pas imitable, et sa béatitude n’est pas partageable. Mais ce qu’il y a de quotidien et d’imitable dans l’attitude de Marie, voilà ce que Jésus veut retenir pour l’universaliser : « Heureux ceux, heureux tous ceux qui entendent la parole de Dieu et qui la gardent ! » C’est encore un portrait de sa Mère, mais c’est celui-là que Jésus préfère, car devant cette attitude de la Servante du Seigneur repassant en son cœur les paroles de Dieu jusqu’à ce qu’elles s’accomplissent, chaque fils, chaque fille de Dieu peut se dire : « Je peux lui ressembler, je vais lui ressembler » ; et cette icône-là, celle que Jésus avait dans les yeux et le cœur, garde avec nous tous un air de famille.

Au fond, la femme, dans la foule, ne se trompait pas en passant du Fils à la Mère, en liant la Mère au destin de son Fils ; mais elle se méprenait sur le niveau du vrai bonheur et sur la vraie source des Béatitudes, et c’est là que Jésus apporte une deuxième nuance, essentielle à ses yeux.Le vrai bonheur de Marie, son bonheur imitable, ne se situe pas au niveau des affections familiales ; ce n’est donc pas une question de chance ni de fierté. Et la vraie source des Béatitudes, pour elle comme pour nous, c’est l’accueil de la parole de Jésus, et non le sentiment de sa proximité.

   Pape François

Vierge et Mère Marie,toi qui, mue par l’Esprit, as accueilli le Verbe de la vie dans la profondeur de ta foi humble, totalement abandonnée à l’Éternel, aide-nous à dire notre « oui »dans l’urgence, plus que jamais pressante, de faire retentir la Bonne Nouvelle de Jésus. Toi, remplie de la présence du Christ, tu as porté la joie à Jean Baptiste,le faisant exulter dans le sein de sa mère (Lc 1, 41). Toi, tressaillant de joie,tu as chanté les merveilles du Seigneur (Lc 1,, 6s).

Toi, qui es restée ferme près de la croix avec une foi inébranlable (Jn 19,25) et as reçu la joyeuse consolation de la résurrection,tu as réuni les disciples dans l’attente de l’Esprit afin que naisse l’Église évangélisatrice (Ac 1 ,14).

Obtiens-nous maintenant une nouvelle ardeur de ressuscités pour porter à tous l’Évangile de la vie qui triomphe de la mort. Donne-nous la sainte audace de chercher de nouvelles voies pour que parvienne à tous le don de la beauté qui ne se ternit pas. Toi, Vierge de l’écoute et de la contemplationmère du bel amour (Si 24,24 Vulg), épouse des noces éternelles (Ap 19,7), intercède pour l’Église, dont tu es l’icône très pure,afin qu’elle ne s’enferme jamais et jamais ne s’arrêtedans sa passion pour instaurer le Royaume.

Étoile de la nouvelle évangélisation, aide-nous à rayonner par le témoignage de la communion, du service, de la foi ardente et généreuse, de la justice et de l’amour pour les pauvres, pour que la joie de l’Évangile parvienne jusqu’aux confins de la terre et qu’aucune périphérie ne soit privée de sa lumière. Mère de l’Évangile vivant, source de joie pour les petits, prie pour nous. Amen. Alléluia !

Contact Richard Rouleau

Timothée, disciple de Paul de Tarse

TImage de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Religion, Temps ordinaire, Vie des saints | Pas de Commentaire »

Le début de la foi à Lourdes

Posté par diaconos le 26 septembre 2021

Un redresseur d'entreprises pour sauver le sanctuaire de Lourdes

# Le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes constitue le plus grand centre de pèlerinage catholique français depuis que Bernadette Soubirous vit une Dame déclarant être l’Immaculée Conception, quatre ans après la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception par le pape Pie IX, il s’agit de Notre-Dame de Lourdes. Les apparitions de Lourdes commencèrent le 11 février 1858 dans la petite grotte de Massabielle, non loin du village, le long du Gave de Pau et durèrent plusieurs mois. Au total, Bernadette vit dix-huit fois la Vierge.
x
Après enquête, l’évêque de Tarbes, Bertrand-Sévère Laurence, reconnait les apparitions le 18 janvier 1862 au nom de l’Église catholique. Le sanctuaire comprend la grotte, lieu des apparitions, la basilique de l’Immaculée-Conception, la basilique du Rosaire, les abords du Gave, une esplanade, la basilique Saint-Pie-X, une prairie, un accueil pour les malades, les fontaines, les piscines, l’église Sainte-Bernadette, un Chemin de croix monumental et nombre de bâtiments de service.
x
Les principaux éléments de cet ensemble de 52 hectares (et notamment les trois basiliques et l’Esplanade du Rosaire) sont situés sur la rive gauche du Gave de Pau qui fait une boucle au niveau du pont Saint-Michel, mais le domaine s’étend aussi largement sur la rive droite en aval de ce pont. En mars 2020, et en conséquence de la crise du coronavirus et du confinement généralisé décrété par le gouvernement français, pour la première fois de son histoire le sanctuaire est inaccessible au public. Les scènes de l’histoire de Bernadette et de Lourdes sont représentées en diorama dans l’abri pour les pèlerins situé sur la droite après l’entrée de la porte saint Michel.
x
Le chemin des crèches Trois crèches furent réalisées par l’artiste italien Emilio Burri pour le Noël de décembre 2019. Ces crèches sont désormais exposées toutes les années pour la Noël. Ces crèches reproduisent des lieux de Lourdes liés à sainte Bernadette, le cachot, le moulin de Boly et la Grotte26. En décembre 2020, deux nouvelles crèches sont installées aux portes Saint-Joseph et Saint-Michel. Hébergements Malades
x
L’Accueil Notre-Dame (au premier plan, la rampe de la passerelle qui mène à l’esplanade) Depuis 1874, l’Accueil Marie Saint-Frai (du nom de la religieuse fondatrice de la congrégation des Filles de Notre Dame des Douleurs) ouvre ses portes aux personnes âgées, malades ou handicapées venues dans le cadre d’un pèlerinage diocésain. Il s’agit d’un organisme externe aux sanctuaires, mais qui travaille en étroite collaboration. Sa capacité est de 400 personnes. Situé dans l’enceinte des sanctuaires et à quelques pas de l’église Sainte Bernadette (sur la rive droite du Gave de Pau, l’Accueil Notre-Dame quant à lui a ouvert ses portes le 7 avril 1997. Près de trois fois plus important que St-Frai, il joue le même rôle Hospitaliers
 x

Post de Richard Rouleau

Les apparitions de Notre Dame à Lourdes. la Vierge Marie dit à sainte Bernadette :  « Je suis l’Immaculée Conception » en 1858, à Lourdes. Cette vidéo diaporama vous fera revivre les 18 apparitions de Notre Dame à sainte Bernadette à Lourdes.

  ♥ Le début de la Foi de Lourdes

Image de prévisualisation YouTube

La Vierge Marie est apparue 18 fois à Bernadette Soubirous, entre le 11 février et le 16 juillet 1858, à la grotte de Massabielle, près de Lourdes. Elle demanda à Bernadette de devenir sa messagère et de travailler, à sa manière, à la conversion des pécheurs. Elle lui demanda aussi d’établir un lieu de prière et de pèlerinage. Elle lui confirma le dogme proclamé quatre ans plus tôt par le Pape Pie IX : « Je suis l’Immaculée Conception ». Bernadette sera une humble servante qui s’effacera quand l’Eglise accepte le message de la Vierge Marie.

Aujourd’hui, plusieurs millions de visiteurs, de pèlerins et de malades viennent chaque année, du monde entier, prier Notre-Dame de Lourdes, afin d’obtenir la grâce de la conversion et le soulagement dans leurs épreuves. La neuvaine à Notre Dame de Lourdes commence chaque année le 3 février et se termine le 11 février, jour de la première apparition. Au cours de ces neuf jours de prières, nous allons revivre les merveilles que la Très Sainte Vierge a accordées à Bernadette, la plus faible, la plus petite, la plus pauvre, la plus ignorante qu’elle a trouvée à Lourdes, pendant ces 18 apparitions

Commentaire

J’ai marché sur les chemins de Bernadette de Soubirous à Lourdes;. Quelle belle ville malgré l’inondation, les montagnes , l’air pur. J’ai vraiment été inspirée ses jours ou j’allais à la grotte. Mes larmes ont coulé toute seule devant le défilé des fauteuils roulant des personnes malades .j’ai prié le rosaire devant la vierge,  je n.ai pas quittée Lourdes tellement je me sentait bien. Lourdes est mon univers ma raison de vivre. Je n’ai pas les moyens pour m’y installer et y vivre pour toujours. Cette ville ou j’étais très heureuse , ce que j’ai ressentis la bas c’est inexplicable. ‘

Réponse   => Comme je vous comprends, moi aussi j’aimerai finir mes jours à Lourdes. Bernadette est une grande sainte quand on pense aux millions de personnes soulagés grâce à Marie et sa petite protégée, oh combien adorable. J’aurais tant aimé faire mon chapelet avec elle. Sainte Bernadette est ma Sainte Patronne, j’aime beaucoup cette petite, souvent je lui parle,

je lui confie des prières… J’espère la rencontrer quand je serai dans le lumière de Dieu. père, je suis la conception immaculée !! Bernadette, es-tu l’Immaculée Conception ?  Merci Maman Marie d’être à nos côtés tous les jours de notre vie, Merci notre Mère du Ciel d’avoir dit  » Oui » pour être la mère du sauveur,, merci Sainte Bernadette d’avoir persévérer dans la Foi,et Prie pour nous, nous qui sommes encore dans ce bas monde. Merci Maman Marie pour toutes ces grâces dans nos vies. Je t’aime maman de Lourdes béni tous les enfants de Dieu.

Sainte Bernadette apprends moi à prier le Seigneur avec amour et foi. Vous êtes la belle dame qui est apparu 18 fois à Sainte Bernadette, je vous prie d’accueillir ma petite sœur Sandrine qui nous a quitté le 21 août 2019, je vous supplie de la garder dans votre grand amour je vous remercie madame. Sainte Bernadette exauce mes vœux aide moi a reprendre confiance en moi. et que je guérisse du mal qui se trouve en moi . Amen

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à Vous, ramenez sous votre manteau protecteurs les âmes de vos enfants égarées, remettez les sur le bon chemin qui mène au Ciel. Merci Sainte Mère de Dieu. Merci pour cet extraordinaire et mystérieux récit que représente la vie de sainte Bernadette. Merci pour la prière et fasse qu elle se répande dans les cœurs purs aussi loin que possible Je ne vous promet pas être d’être heureuse en ce monde Sainte Vierge, vous êtes le chemin qui nous ramène vers votre fils notre Seigneur Jésus.

Que serait devenue, notre Église, sans vos apparitions ? Soyez bénie et donnez nous la force de toujours nous réconforter dans notre foi chrétienne. Sainte Bernadette j’aimerais la paix pour ma famille et mon pays merci ma sœur pour cette belle histoire d’amour pour notre maman marie pour tout ce qu’elle fait pour nous donner la force et la persévérance pour nous et merci pour tout votre temps pour nous que le seigneur dieu accepte notre prière

Contact    Richard Rouleau

Complément

◊Diacre Michel Houyoux ; cliquez ici pour lire l’article → Fête de Notre Dame de Lourdes

Publié dans Accueil sur mon blog, fêtes religieuses, Foi, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire, Vie des saints, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Jeudi de la vingt-cinquième semaine du temps ordnaire, année B

Posté par diaconos le 23 septembre 2021

Jean, je l’ai fait décapiter. Mais qui est cet homme dont j’entends dire de telles choses ?

FR-Evangile-illustre-2015-09-24

De l’évangile selon Luc

07 Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, entendit parler de tout ce qui se passait et il ne savait que penser. En effet, certains disaient que Jean le Baptiste était ressuscité d’entre les morts. 08 D’autres disaient : « C’est le prophète Élie qui est apparu. » D’autres encore : « C’est un prophète d’autrefois qui est ressuscité. » 09 Quant à Hérode, il disait : « Jean, je l’ai fait décapiter. Mais qui est cet homme dont j’entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir.»  (Lc 9, 7-9)

Hérode

D’après les Matthieu et Marc, ce fut Hérode lui-même qui exprima l’idée renfermée dans ces versets, tandis que Luc la mit dans la bouche de ses alentours. Il n’y eut là aucune contradiction, car si d’autres inspirèrent inspiré cette pensée à Hérode, il se l’était appropriée et en était rempli de crainte ; il  l’exprimât lui-même. Tandis qu’on disait que Jean ou quelqu’un des prophètes était ressuscité, Élie était, pensait-on, apparu ; c’est qu’Élie, d’après l’Écriture, n’était pas mort, mais avait été transporté directement au ciel .

Matthieu et Marc racontèrent en détail comment Hérode fit décapiter Jean-Baptiste. Luc a seul conservé ce trait qu’Hérode cherchait à voir Jésus. Il  l’apprit par des disciples qui appartenaient à la maison d’Hérode. Ce prince voluptueux et lâche se trouva en présence de Jésus un an plus tard, mais pour voir Jésus le condamner par son silence.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  .Je veux que, tout de suite, tu me donnes sur un plat la tête de Jean le Baptiste
◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Saint Jean-Baptiste

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam   : cliquez ici pour lire l’article → Jeudi de la 25e semaine, année impaire

◊ Dom Armand Veilleux de l’Abbaye de Maredsous (Belgique)    : cliquez ici pour lire l’article →  Homélie pour le jeudi de la 25ème semaine du Temps Ordinaire

Dominique Ponnau , Régis Burnet et la bibliste Marie-Noëlle Thabut : Saint Jean-Baptiste

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Religion, Temps ordinaire, Vie des saints | Pas de Commentaire »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS