Святое семейство – год Б

Posté par diaconos le 24 décembre 2023

 

Святое семейство - год Б dans Catéchèse

#Введение Иисуса в храм — событие из жизни Иисуса, учтенное в Евангелии от Луки. Исполняя предписание иудейского закона – «Всякий первенец мужского пола будет посвящен Господу» (Исх 13, 2,11-13) – родители младенца Иисуса подарили его и принесли в Иерусалимский Храм. Там его принял престарелый Симеон. Соответствующий христианский праздник отмечается второго февраля по григорианскому календарю. В восточных церквях он также отмечается 2 февраля по юлианскому календарю, что соответствует 14 февраля по григорианскому календарю. Два февраля издавна были важной датой для крестьян, запомнившейся большим количеством пословиц. Традиционно этой датой является Сретение, первоначально языческий праздник света, замененный христианским праздником.

Сретение также является темой религиозной иконографии, как в картинах, так и в миниатюрах, скульптурах, витражах, гобеленах и так далее. Оно навеяно сценой, описанной в Евангелии от Луки II, 22-39, в которой сын Девы Марии объявляется Симеоном Учителем и светом, который принесет откровение язычникам, т.е. неевреи. Из Евангелия Иисуса Христа от Луки Когда истек срок, предписанный Законом Моисеевым для очищения, родители Иисуса отвезли его в Иерусалим, чтобы представить Господу, как написано в Законе : Всякий первенец мужеского пола должен быть посвящен Господу.  Приходили также принести жертву, предписанную Законом Господним : пару горлиц или двух голубей. В Иерусалиме жил человек по имени Симеон. Он был праведным и религиозным человеком, ожидавшим утешения Израиля, и Святой Дух был на нем. Святой Дух сказал ему, что он не увидит смерти, пока не увидит Христа, Мессию Господня.

Иерусалиме жил человек по имени Симеон. Он был праведным и религиозным человеком, ожидавшим утешения Израиля, и Святой Дух был на нем. Святой Дух сказал ему, что он не увидит смерти, пока не увидит Христа, Мессию Господня. Под влиянием Духа Симеон отправился в Храм. Когда родители представили младенца Иисуса для исполнения относительно него обряда Закона, Симеон принял его на руки и благословил Бога, сказав: «Ныне, государь Владыка, отпусти раба твоего с миром, по слову твоему.» Термин пророчица указывает на то, что Анна, подобно Симеону, получила дух пророчества, благодаря чему она также узнала в ребенке обещанного Спасителя и прославила Бога. Лука также восхваляет ее, указывая, что после недолгого замужества она прожила долгую жизнь вдовства до восьмидесяти четырех лет, возраста, который считается очень почетным среди иудеев.

Она посещала религиозные службы вечером и утром перед рассветом или проводила часть ночей в молитве. Лука не упомянул о некоторых фактах, сообщенных Матфеем : визите волхвов, бегстве в Египет, убийстве детей Вифлеема, либо потому, что эти факты не вписывались в его план, либо потому, что он их проигнорировал.  Надо признать, говорит г-н Годе, что оба евангелиста писали каждый, не зная книги другого. Негативные критики поспешили объявить эти две версии несовместимыми. Надо признать, говорит г-н Годе, что оба евангелиста писали каждый, не зная книги другого. Негативные критики поспешили объявить эти две версии несовместимыми. Оно забыло, что за сорок дней между рождением Иисуса и его появлением в храме в Вифлееме произошло множество событий. Он забыл, что возвращение святого семейства в Назарет не произошло после принесения в храм.

За представлением последовало путешествие в Египет, и семья поселилась в Назарете только после возвращения из Египта : «осиф встал, взял ребенка и его мать, пошел в землю Израиля и поселился в городе под названием Назарет, поэтому чтобы сбылось слово пророков: «Он наречется Назаретом» (Мф 2, 23)  Рассказанные события естественным образом следуют друг за другом, и два повествования дополняют друг друга. Мудрость, которая включает в себя познание Бога и человека в его практическом применении в жизни, была отличительной чертой характера ребенка Иисуса.  Иисус прошел все стадии нормального развития, единственные, которые имели место на земле, единственные, которые были свободны от всех пагубных воздействий зла и осуществлялись гармонично через постоянное общение с Богом.

Диакон Мichel Houyoux

Ссылки на другие христианские

 WordPress.com : Нажмите здесь, чтобы прочитать статью → СВЯТОЕ СЕМЕЙСТВО ИИСУС, МАРИЯ И ИОСИФ

 Dominus.by : Нажмите здесь, чтобы прочитать статью → Проповедь на Святое Семейство: Иисус, Мария, Иосиф

 Божественная литургия : Нажмите здесь, чтобы посмотреть видео → https://youtu.be/BsB12COAb3w?t=4

Publié dans Catéchèse, épîtres, fêtes religieuses, Foi, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

La visite de Marie à sa cousine Élisabeth

Posté par diaconos le 23 décembre 2023

Marie Élisabeth

La visitation de Marie à sa cousine Elisabeth

La Visitation de la Vierge Marie est une fête chrétienne célébrée par les catholiques et les orthodoxes. Elle est fixée au 31 mai (2 juillet dans les calendriers de la période 1263–1969 et les calendriers modernes des régions allemandes) par les catholiques et au 30 mars par les orthodoxes. Le luthéranisme l’avait conservée avant de la retirer. La fête de la Visitation commémore un épisode de l’Évangile selon Luc : la visite que rend Marie, enceinte du Christ, à sa cousine Élisabeth, enceinte de Jean Baptiste. Cette fête fut établie en 1263 par saint Bonaventure pour les franciscains. Elle fut étendue à toute l’Église en 1379 par le pape Urbain VI. Le concile de Bâle, lors de sa session du 10 juillet 1441, la confirma, car elle n’avait pas été initialement acceptée par certains États fidèles aux antipapes lors du Grand Schisme.

Cette fête était autrefois célébrée le 2 juillet conformément à l’Évangile selon Luc qui rapporte que Marie serait restée chez Élisabeth jusqu’à la naissance de Jean le Baptiste (et en supposant qu’elle y soit restée les huit jours supplémentaires correspondant aux rites de l’imposition du nom). Toutefois, le calendrier liturgique a abandonné cette date traditionnelle, pour placer la fête au dernier jour du mois de mai, c’est-à-dire à la fin du mois marial. Symbolique de la fête de la Visitation. Elle commémore la fête de deux enfants à naître, Jésus et son cousin Jean Baptiste. Par la fête de la Visitation, la mission de Jean Baptiste est confirmée, sa vocation prophétique est de préparer et d’annoncer la venue de Jésus parmi les hommes en tressaillant dans le sein de sa mère1. C’est aussi à cette occasion que Marie, remplie de l’Esprit Saint prononce le Magnificat qui souligne le lien profond entre l’Espérance (vertu) et la Foi.

 

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, Marie rendit grâce au Seigneur en disant : «Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais.» Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle. (Lc 1, 46-56)

La visite de Marie à Élisabeth

Marie s’en alla avec hâte dans une ville de Juda, chez Zacharie et Élisabeth. Au moment où elle salua Élisabeth, celle-ci sent son enfant tressaillir dans son sein et, remplie du Saint-Esprit, elle s’écria : Tu es bénie entre les femmes ! Elle exprima humblement son étonnement de ce que la mère de son Seigneur vienne à elle, elle la déclara bienheureuse d’avoir cru et lui annonça l’accomplissement de la promesse du Seigneur. Elle donne cours à ses sentiments de joie et de reconnaissance envers Dieu pour la grâce qu’il lui a faite

Elle célébra la puissance, la sainteté, la miséricorde de Dieu, qui furent manifestées envers elle. Elle contempla la grande transformation qui s’accomplit dans le monde : les orgueilleux, les puissants, les riches abaissés, les humbles et les pauvres élevés. Elle rendit hommage à la fidélité de Dieu qui se souvint de sa miséricorde envers Abraham et sa postérité.Après être restée environ trois mois avec Élisabeth, Marie s’en retourna en sa maison. En ces jours-là, c’est-à-dire immédiatement après le fait qui vint d’être raconté. Marie, sous l’impression de la révélation qu’elle eut reçue, portant dans son âme ces précieuses espérances, éprouva le plus vif désir de revoir Élisabeth, sa parente, qui vint de faire des expériences analogues ; de là cette expression : «Elle s’en alla avec hâte.» Le lieu où habitait Élisabeth ne fut désigné que par deux termes très vagues : pays des montagnes et une ville de Juda.

Cette ville était Hébron, située à vingt-deux milles romains au sud de Jérusalem. Hébron avait été autrefois assignée aux sacrificateurs pour demeure où sa situation fut indiquée par ce même terme   dans la montagne de Juda. D’autres pensèrent qu’il y eut primitivement dans le texte Jutta (désigné comme ville lévitique ; les copistes auraient changé ce nom peu connu en Juda. La promesse faite à Marie par le message de l’ange était elle  déjà réalisée en elle lors de sa visite à Élisabeth ? Mais avec le sentiment si fin et si délicat qui régna dans toute cette narration, Luc passa cet événement sous silence. Moment solennel pour ces deux femmes  ! Les mêmes expériences de la miséricorde de Dieu, la même foi, les mêmes espérances, le même amour unirent leurs âmes dans une communion intime.

Marie, saluant Élisabeth dans cette rencontre unique, mit tout son cœur dans le schalom des Hébreux : «Que la paix soit avec toi !»  La sainte joie dont tressaillit Élisabeth dans son être le plus intime se communiqua à l’enfant qu’elle portait en son sein. L’extraordinaire ici, ce fut l’action de l’Esprit Saint dont Élisabeth fut remplie et qui lui révéla en ce moment ce qui concernait Marie. Le caractère de toute action de l’Esprit Saint est d’élever l’homme au-dessus de ses impressions personnelles pour faire prédominer en lui la préoccupation des intérêts divins. C’est là le trait saillant de l’allocution d’Élisabeth. Avant tout, Marie et le fils de Marie ; après cela seulement, elle-même et son enfant, pour revenir aussitôt à Marie et à son bonheur.

Nous retrouverons une marche analogue dans le cantique de Zacharie. (Godet) Élisabeth salua Marie avec un saint enthousiasme comme bénie entre les femmes, plus merveilleusement bénie, en effet, qu’aucune autre femme, puisqu’elle porta dans son sein Celui qui fut le Sauveur du monde. Les paroles d’Élisabeth prirent le ton et l’élévation d’un hymne ; elle chanta le bonheur de Marie qui crut à ce qui lui fut annoncé de la part du Seigneur. Elle sut que toutes ces grandes promesses eurent leur accomplissement. Ce fut jusque-là que s’éleva la foi qui fut commune à ces deux femmes. Marie chanta les grandes choses que le Seigneur lui fit, et, comme Élisabeth elle parla sous l’influence de l’Esprit Saint.  Son cantique, qui se divise en quatre strophes, est tout pénétré de la poésie de l’Ancien Testament et en particulier de celle qui respire dans le cantique d’Anne, mère de Samuel (1 Sm 2, 1-10).

L’âme pieuse, dans les moments les plus solennels de sa vie intérieure, trouve toujours dans les paroles de l’Écriture l’expression la plus vraie de ses sentiments. Il y a même là une preuve de la vérité historique des récits de Luc.  Dès les premières phrases du cantique, cette forme de la poésie hébraïque, qu’on nomme le parallélisme, et qui consiste à rendre la même pensée par deux expressions différentes, mais avec une nuance délicate et importante. L’âme et l’esprit sont tour à tour le sujet de la phrase. Magnifier, mot que d’autres traduisirent par célébrer, louer, est un hébraïsme dont le sens signifie grandir. Une âme, élevée comme celle de Marie par l’Esprit, sentit et contempla la grandeur de Dieu et éprouva le besoin de la proclamer pour tous.

C’est ainsi que toutes les perfections de Dieu peuvent grandir parmi les personnes lorsqu’ils apprennent à les connaître mieux. C’est ce que nous lui demandons à l’égard de sa sainteté par cette prière : « Que ton nom soit sanctifié» : il se rapporte donc à un moment précis dont Marie conserve le souvenir, et l’on a supposé non sans raison, que ce moment est celui où elle reconnut que la promesse de Dieu était accomplie en elle. Marie donna à Dieu deux noms : d’abord celui de Seigneur, qui est la traduction constante du nom de Jéhovah dans les Septante. Ce nom se retrouve sans cesse dans les premiers récits de Luc. Ensuite, elle nomma Dieu son Sauveur : le regard de sa foi pénétra plus loin que le moment présent et s’étendit jusqu’à ce salut du monde que Dieu allait accomplir.

L’humiliation sur laquelle Dieu a bien voulu porter son attention fut l’abaissement, la pauvreté où se trouvait Marie, bien que descendant des rois de Juda. Élisabeth l’appela bienheureuse, et ces paroles, pleines d’un religieux enthousiasme, achevèrent d’affermir la foi de Marie en sa grande destinée.

Marie célébra la puissance, la sainteté, la miséricorde de Dieu, trois perfections qui se manifestèrent dans les grandes choses qui lui furent faites. La toute-puissance se déploya dans l’incarnation, qui a la sainteté pour caractère principal, et qui fait éclater la miséricorde de Dieu. Marie s’éleva, à la manière des prophètes, jusqu’à la contemplation de la grande révolution qui se réalisa par Jésus dont elle fut la mère. Si Dieu l’ appela, elle, la plus humble des filles de son peuple, à l’honneur de donner le jour au Messie, ce fut qu’il rejeta toutes les idées de grandeur humaine. Le principe du règne qu’il veut établir, et qui transformera le monde, sera « d’élever quiconque s’abaisse et d’abaisser quiconque s’élève. Quelques interprètes entendirent par les orgueilleux, les puissants, les riches, les païens, tandis que les humbles, et ceux qui eurent faim furent les Israélites.

Ils se fondirent pour cela sur les mots : «Il a pris en sa protection Israël», qui leur parurent reproduire la même idée sous une autre forme. Mais Marie n’ignore pas que dans le peuple juif comme au sein des nations la miséricorde de Dieu est seulement pour « ceux qui le craignent. On ne doit prendre ces expressions : puissants, petits, riches, pauvres, ni exclusivement dans le sens social, ni exclusivement dans le sens spirituel. Dans tous ces termes sont réunies les deux notions spirituelle et temporelle. (Godet) L’Éternel, voyant Israël, son serviteur, accablé sous l’oppression de sa misère, l’eut secouru, se chargea lui-même d’accomplir sa délivrance. Dans cette délivrance, Marie vit la fidélité de Dieu qui se souvient de sa miséricorde éternelle envers Abraham et sa postérité, selon qu’elle fut annoncée aux pères par les prophètes. Abraham et sa postérité sont représentés comme étant également les objets de la miséricorde de Dieu dans l’accomplissement des promesses qui avaient été déjà faites à ce patriarche.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Le Pèlerin -l l’actualité à visage humain : cliquez ici pour lire l’article → COIN SPI PRATIQUE

◊ Église catholique en France : cliquez ici pour lire l’article →VIVRE SA FOI À TOUS LES ÂGES

♥  Vidéo KTO TV : cliquez ici pour voir la vidéo →https://youtu.be/TkBPVYyoTD

Publié dans Bible, Catéchèse, évangiles, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Sainte Marie, mère de Dieu

Posté par diaconos le 22 décembre 2023

Sainte Marie, Mère de Dieu nous t'aimons ! - Jésus par Marie

# Marie de Nazareth, Sainte Vierge, Sainte Marie, Vierge Marie, « Immaculée Conception », Notre Dame, Mère de Jésus, Mère de Dieu (principalement chez les orthodoxes et catholiques, voir consubstantialité), est une femme juive de Judée, et la mère de Jésus de Nazareth. Marie est une figure importante et proéminente au sein du christianisme (notamment dans les dénominations orthodoxe et catholique) ainsi que dans l’islam.

 Comme pour son fils Jésus, l’historicité de Marie est difficilement accessible. Une grande partie des traditions concernant Marie se trouve dans la littérature apocryphe, qui développe souvent les élaborations présentes dans les textes canoniques du Nouveau Testament. Dans les Églises catholique et orthodoxe, Marie est l’objet d’un culte particulier, supérieur au simple culte rendu aux saints et aux anges, appelé le culte d’hyperdulie. C’est un des points de divergence important avec le protestantisme et les Églises réformées. Pour les catholiques, le Canon 1186 du Code de droit canonique dispose qu’il s’agit de la vénération de la Bienheureuse Marie, toujours Vierge, établie par le Christ comme Mère de tous les hommes.

 De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph,
avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé. 
Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception. (Lc 2, 16-21)

Présentation de l’enfant Jésus au Temple

Marie conserva toutes ces choses sans en rien perdre, et elle les médita dans son cœur. Elle comparut ce qui lui fut divinement annoncé, neuf mois auparavant, avec ce qui lui arriva et son cœur fut pénétré de la fidélité de Dieu dans l’accomplissement de sa parole. M. Godet vit que tout ce récit eut pour auteur Marie elle-même. Les bergers aussi surent qu’il y eut pleine harmonie entre ce qui leur fut dit et ce qu’ils entendirent et virent. L’enfant reçut le nom de Jésus. Ses parents l’amenèrent au temple pour accomplir les prescriptions-de la loi relatives à la purification de la mère et à la consécration du fils premier-né. Ils offrirent le sacrifice des pauvres.

Jésus accueilli par Siméon et par Anne

Siméon, cet homme juste et pieux, qui attendit le salut et reçut la promesse de voir l’enfant Jésus avant de mourir, vint au temple, conduit par l’Esprit, et reçut l’enfant dans ses bras en bénissant Dieu. Siméon exprima ses sentiments personnels : il put s’en aller en paix, puisqu’il vit le salut ; puis il célébra ce salut que Dieu prépara et qui fut la lumière des païens et la gloire d’Israël. À l’admiration du père et de la mère, Siméon répondit en prophétisant le triage que le Messie opéra, l’opposition qu’il rencontra, la grande douleur qu’il causa à sa mère. Le but de ces dispensations fut la manifestation des pensées cachées.

Anne, cette veuve, très avancée en âge et qui passait sa vie dans le temple, survient et loue Dieu en présence de tous. Marie et Joseph rentrèrent à Nazareth, où l’enfant se développa corporellement et spirituellement sous l’action de la grâce divine. Tout enfant israélite mâle dut être circoncis le huitième jour : «À l’âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu’il soit né dans la maison, ou qu’il soit acquis à prix d’argent de tout fils d’étranger, sans appartenir à ta race.» (Gn 17, 12)

Ce fut là le signe distinctif de l’alliance que Dieu traita avec Abraham et qui, comme le baptême, fut le symbole de la purification. Ce fut dans cette cérémonie qu’on donnait son nom au petit enfant : «Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père.» (Lc 1, 59) Jésus, dès son entrée dans la vie, entra dans l’alliance de son peuple ; il fut soumis à la circoncision. Il naquit de femme et naquit sous la loi. Ce fut par là qu’il commença à réaliser son nom de Jésus, ou Sauveur.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Aleteia : cliquez ici pour lire l’article →Sainte Marie, Mère de Dieu : une maternité portée par tous

◊ Église catholique en France : cliquez ici pour lire l’article → Marie, Mère de Dieu

Vidéo Frère Michel Marie : cliquez ici pour voir la vidéo →https://youtu.be/_k9jx7m3YJU

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, évangiles, fêtes religieuses, Foi, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

The Holy Family – Year B

Posté par diaconos le 21 décembre 2023

 

The Holy Family Painting by Unknown artist - Fine Art America

The holy Family

# The Presentation of Jesus in the Temple is an event in the life of Jesus recounted in the Gospel according to Luke. Fulfilling a prescription of Jewish law - « Every first-born male child shall be consecrated to the Lord » (Ex 13, 2,11-13) – the parents of the baby Jesus presented him and offered him in the Temple in Jerusalem. There he was received by the elderly Simeon. The related Christian feast is celebrated on two February in the Gregorian calendar. In the Eastern Churches it is also celebrated on two February in the Julian calendar, which is equivalent to 14 February in the Gregorian calendar.

For a long time, two February was an important date for peasants, remembered by a large number of proverbs. This date is traditionally Candlemas, originally a pagan festival celebrating light, replaced by the Christian holiday. Candlemas is also a theme in religious iconography, both in paintings and miniatures, sculptures, stained glass windows, tapestries and so on. It is inspired by a scene described in the Gospel of Luke II, 22-39, in which the son of the Virgin Mary is announced by Simeon as the Master and the light who will bring revelation to the Gentiles, i.e. non-Jews. 

From the Gospel of Jesus Christ according to Luke

When the time prescribed by the Law of Moses for purification had elapsed, Jesus’ parents took him to Jerusalem to present him to the Lord, as it is written in the Law: Every firstborn male shall be consecrated to the Lord. They also came to offer the sacrifice prescribed by the Law of the Lord : a pair of turtledoves or two doves. In Jerusalem there was a man called Simeon. He was a righteous and religious man who awaited the consolation of Israel and the Holy Spirit was upon him. The Holy Spirit had told him that he would not see death until he had seen Christ, the Messiah of the Lord.

Under the influence of the Spirit, Simeon went to the Temple. As the parents presented the child Jesus to fulfil the rite of the Law concerning him, Simeon received him into his arms and blessed God, saying : Now, O sovereign Master, you may let your servant go in peace, according to your word. The term prophetess indicates that, like Simeon, Anna had received the spirit of prophecy, thanks to which she too recognised the promised Saviour in the child and glorified God. Luke also praises her by pointing out that, after a short marriage, she lived a long widowhood until the age of eighty-four, an age considered very honourable among Jews.

She attended religious services in the evening and in the morning before dawn, or spent part of her nights in prayer. Luke did not mention several facts reported by Matthew : the visit of the Magi, the flight to Egypt, the killing of the children of Bethlehem, either because these facts did not fit into his plan or because he ignored them. It must be admitted, says M. Godet, that the two evangelists each wrote without knowing the book of the other. Negative critics have hastened to declare the two accounts irreconcilable.

It has forgotten that during the forty days between Jesus’ birth and his presentation in the temple, many events took place in Bethlehem. He has forgotten that the return of the holy family to Nazareth did not take place after the presentation in the temple. The journey to Egypt followed the presentation and the family did not settle in Nazareth until after the return from Egypt: Joseph got up, took the child and his mother, went to the land of Israel and came to dwell in a town called Nazareth, so that the saying of the prophets would be fulfilled : « He shall be called Nazareth » (Mt 2, 23)

The events narrated follow each other in a natural way and the two narratives complement each other. Wisdom, which encompasses knowledge of God and man, in its practical application to life, was the salient characteristic of the character of the child Jesus. Jesus went through all the stages of a normal development, the only one that took place on earth, the only one that was free from all deleterious effects of evil and pursued harmoniously through constant communion with God.


Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites


Loyola Press : Click here to read the paper → Texts -The Holy Family of Jesus, Mary, and Joseph, Cycle B


The Ignatius Pew missal : Click here to read the paper → Holy Family of Jesus, Mary and Joseph (Year B)


Video Father Fernando Armelini : Click here to watch the video →
https://youtu.be/xkz-8pbxaCM

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, évangiles, fêtes religieuses, Foi, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

12345...9
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...