Heilige Maria, Moeder van God

Posté par diaconos le 1 janvier 2021

Ze ontdekten Maria en Jozef, met de pasgeboren baby

https://notredamedes3vallees.files.wordpress.com/2016/01/bergers.jpg

# Maria van Nazareth, Heilige Maagd, Heilige Maria, « Onbevlekte Ontvangenis », Onze Lieve Vrouw, Moeder van Jezus, Moeder van God (vooral onder orthodoxen en katholieken, zie consubstantiaalheid), is een Joodse vrouw van Judea, en de moeder van Jezus van Nazareth. Maria is een belangrijke en prominente figuur in het christendom (vooral in de orthodoxe en katholieke denominaties) en in de islam.
Net als bij haar zoon Jezus is de historiciteit van Maria niet gemakkelijk toegankelijk. Een groot deel van de traditie met betrekking tot Maria is terug te vinden in de apocriefe literatuur, die vaak de uitwerkingen ontwikkelt die in de canonieke teksten van het Nieuwe Testament aanwezig zijn.

In de katholieke en orthodoxe kerken is Maria het voorwerp van een bepaalde vorm van aanbidding, superieur aan de eenvoudige aanbidding van heiligen en engelen, die de aanbidding van hyperdulia wordt genoemd. Dit is een van de belangrijke punten van divergentie met het protestantisme en de gereformeerde kerken. Voor de katholieken stelt kanunnik 1186 van de Code van het kanonrecht dat het een kwestie is van verering van de Heilige Maria, de eeuwige Maagd, die door Christus is opgericht als Moeder van alle mensen.

lwf0003web.gif

Uit het Evangelie van Jezus Christus volgens de heilige Lucas

In die tijd haastten de herders zich naar Bethlehem en ontdekten Maria en Jozef, terwijl de pasgeborene in de kribbe lag. En toen ze het hadden gezien, vertelden ze wat hen was verteld over dit kind. En iedereen die het hoorde was verbaasd over wat de herders hen vertelden.
Mary herinnerde zich echter al deze gebeurtenissen en overwoog ze in haar hart. En de herders gingen weg, en verheerlijkten en prezen God voor alles wat zij hadden gehoord en gezien, naar alles wat met hen was gesproken. Toen de achtste dag aankwam, de dag van de besnijdenis, ontving het kind de naam van Jezus, de naam die de engel hem voor zijn conceptie had gegeven. (Lk 2, 16-21)

 

Presentatie van het Kindje Jezus in de Tempel

 Mary bewaarde al deze dingen zonder iets te verliezen, en ze mediteerde ze in haar hart. Ze vergeleek wat haar negen maanden eerder goddelijk was aangekondigd met wat haar was overkomen en haar hart was gevuld met de trouw van God in de vervulling van Zijn woord. M. Godet zag dat Maria zelf de auteur was van dit hele verhaal.

De herders wisten ook dat er volledige harmonie was tussen wat er tegen hen gezegd werd en wat ze hoorden en zagen. Het kind kreeg de naam van Jezus. Zijn ouders brachten hem naar de tempel om te voldoen aan de eisen van de wet betreffende de zuivering van de moeder en de wijding van de eerstgeborene. Ze boden het offer van de armen aan.

Jezus verwelkomd door Simeon en Anna

Simeon, die rechtvaardige en vrome man, die op het heil wachtte en de belofte kreeg om het kind Jezus te zien voordat hij stierf, kwam naar de tempel, geleid door de Geest, en ontving het kind in zijn armen en zegende God. Simeon drukte zijn persoonlijke gevoelens uit: hij was in staat om in vrede weg te gaan, omdat hij het heil zag; toen vierde hij het heil dat God had voorbereid, dat het licht van de heidenen en de glorie van Israël was.

 Op de bewondering van vader en moeder reageerde Simeon door te profeteren dat de Messias het wel had uitgezocht, de tegenstand die hij tegenkwam, de grote pijn die hij zijn moeder bezorgde. Het doel van deze dispensaties was de manifestatie van verborgen gedachten. Anne, die weduwe, zeer vergevorderd in leeftijd en die haar leven in de tempel doorbracht, verscheen en prees God in de aanwezigheid van iedereen.

Maria en Jozef keerden terug naar Nazareth, waar het kind zich lichamelijk en geestelijk ontwikkelde onder de werking van de goddelijke genade. Elk mannelijk Israëlisch kind moest op de achtste dag worden besneden : « Op de leeftijd van acht dagen zal elk mannetje onder u worden besneden, naar gelang van uw geslacht, of hij in uw huis is geboren, of dat hij voor geld is verworven van een buitenlandse zoon, zonder dat hij tot uw ras behoort. « (Gen 17 12)

Dit was het kenmerkende teken van het verbond dat God met Abraham sloot en was, net als de doop, het symbool van de zuivering. Het was in deze ceremonie dat het kleine kind zijn naam kreeg : « Op de achtste dag kwamen ze voor de besnijdenis van het kind. Ze wilden hem Zacharias noemen, naar zijn vaders naam. « (Lucas 1, 59).

Zodra hij in het leven kwam, ging Jezus het verbond van zijn volk aan; hij werd onderworpen aan de besnijdenis. Hij is geboren uit een vrouw en werd geboren onder de wet. Het was hierdoor dat hij zijn naam van Jezus, oftewel de Verlosser, begon te beseffen.

Diaken Michel Houyoux

Links naar andere christelijke websites

◊ Abdij Koningsoordd : klik hier om het artikel te lezen →    1 Jan Hoogfeest Heilige Maria, Moeder van God

◊ Pastoor Michel Hagen : klik hier om het artikel te lezen →  Preek op Nieuwjaar, Heilige Maria, moeder van God

Maria Moeder van God preek pastoor Smith

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Méditation, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Sainte Marie, Mère de Dieu

Posté par diaconos le 1 janvier 2021

Ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né. Quand fut arrivé le huitième jour, l’enfant reçut le nom de Jésus

 Une pause par jour – 1er janvier 2016 | «Notre-Dame des 3 Vallées

# Marie de Nazareth, Sainte Vierge, Sainte Marie, Vierge Marie, « Immaculée Conception », Notre Dame, Mère de Jésus, Mère de Dieu (principalement chez les orthodoxes et catholiques, voir consubstantialité), est une femme juive de Judée, et la mère de Jésus de Nazareth. Marie est une figure importante et proéminente au sein du christianisme (notamment dans les dénominations orthodoxe et catholique) ainsi que dans l’islam.

Comme pour son fils Jésus, l’historicité de Marie est difficilement accessible. Une grande partie des traditions concernant Marie se trouve dans la littérature apocryphe, qui développe souvent les élaborations présentes dans les textes canoniques du Nouveau Testament.
Dans les Églises catholique et orthodoxe, Marie est l’objet d’un culte particulier, supérieur au simple culte rendu aux saints et aux anges, appelé le culte d’hyperdulie. C’est un des points de divergence important avec le protestantisme et les Églises réformées. Pour les catholiques, le Canon 1186 du Code de droit canonique dispose qu’il s’agit de la vénération de la Bienheureuse Marie, toujours Vierge, établie par le Christ comme Mère de tous les hommes.
lwf0003web.gif

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire.
Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers.
Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé. Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception. (Lc 2, 16-21)

Présentation de l’enfant Jésus au Temple

 Marie conserva toutes ces choses sans en rien perdre, et elle les médita dans son cœur. Elle comparut ce qui lui fut divinement annoncé, neuf mois auparavant, avec ce qui lui arriva et son cœur fut pénétré de la fidélité de Dieu dans l’accomplissement de sa parole. M. Godet vit que tout ce récit eut pour auteur Marie elle-même.

Les bergers aussi surent qu’il y eut pleine harmonie entre ce qui leur fut dit et ce qu’ils entendirent et virent. L’enfant reçut le nom de Jésus. Ses parents l’amenèrent au temple pour accomplir les prescriptions-de la loi relatives à la purification de la mère et à la consécration du fils premier-né. Ils offrirent le sacrifice des pauvres.

Jésus accueilli par Siméon et par Anne

 Siméon, cet homme juste et pieux, qui attendit le salut et reçut la promesse de voir l’enfant Jésus avant de mourir, vint au temple, conduit par l’Esprit, et reçut l’enfant dans ses bras en bénissant Dieu. Siméon exprima ses sentiments personnels : il put s’en aller en paix, puisqu’il  vit le salut ; puis il célébra ce salut que Dieu  prépara et qui fut la lumière des païens et la gloire d’Israël.

À l’admiration du père et de la mère, Siméon répondit en prophétisant le triage que le Messie opéra, l’opposition qu’il rencontra, la grande douleur qu’il causa à sa mère. Le but de ces dispensations fut la manifestation des pensées cachées. Anne, cette veuve, très avancée en âge et qui passait sa vie dans le temple, survient et loue Dieu en présence de tous.

Marie et Joseph rentrèrent à Nazareth, où l’enfant se développa corporellement et spirituellement sous l’action de la grâce divine. Tout enfant israélite mâle dut être circoncis le huitième jour  : « A l’âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu’il soit né dans la maison, ou qu’il soit acquis à prix d’argent de tout fils d’étranger, sans appartenir à ta race. » (Gn 17, 12)

Ce fut là le signe distinctif de l’alliance que Dieu traita avec Abraham et qui, comme le baptême, fut le symbole de la purification. Ce fut dans cette cérémonie qu’on donnait son nom au petit enfant : « Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. » (Lc 1, 59)

Jésus, dès son entrée dans la vie, entra dans l’alliance de son peuple ; il fut soumis à la circoncision. Il naquit de femme et naquit sous la loi. Ce fut par là qu’il  commença à réaliser son nom de Jésus, ou Sauveur.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Aleteia : cliquez ici pour lire l’article →  Sainte Marie, Mère de Dieu : une maternité portée par tous

◊ Église catholique en France : cliquez ici pour lire l’article →  Marie, Mère de Dieu

Marie Mère de Dieu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, fêtes religieuses, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Fête de la Sainte Famille — Année B

Posté par diaconos le 27 décembre 2020

Sainte famille trinite coeur 2

La Sainte Famille

# La Sainte Famille est le nom donné à la famille formée par Jésus de Nazareth et ses parents, Marie et Joseph. Elle est citée en exemple par l’Église catholique pour toutes les familles catholiques. « Les bergers vinrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph avec le nouveau-né couché dans une crèche »1. La fête liturgique célébrant cette Sainte Famille de Nazareth fut instaurée par l’Église en 1893 et fixée aujourd’hui au dimanche qui suit immédiatement la fête de Noël. St Joseph, époux de Marie, est fêté le 19 mars et saint Joseph artisan le 1er mai. C’est un religieux canadien, François de Laval, qui est à l’origine du culte de la Sainte Famille. En 1660, le monastère Saint-Joseph du Bessillon avait signalé des miracles sur Saint Joseph et Sainte Marie et la paroisse de Sainte-Famille sur l’île d’Orléans fut fondée en 1684. En 1665, François de Laval fonda la confrérie de la Sainte Famille, une confrérie qui existe encore dans quelques paroisses du Canada. Ce culte s’est ensuite répandu dans l’Église catholique au XIXe siècle avec l’appui du pape Léon XIII.

De l’Évangile selon saint Luc

Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi: Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur: un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
x
Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. L’Esprit lui avait révélé qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l’Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l’enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient.
x
Syméon prit l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant: «Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples: lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple». Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qu’on disait de lui.
x
Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère: «Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. —Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée.  Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre».
Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser.
x
Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S’approchant d’eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
x
Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. (Lc 2, 22-40)
x
Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS
Me voici de nouveau. Je sais que tu es toujours avec moi et que tu m’accompagnes en tout ce que je fais. Mais maintenant je veux prendre quelques minutes pour te donner toute mon attention. Je veux me mettre à l’écoute de ta Parole. Père, accorde-moi d’être attiré par la beauté de la Sainte Famille et de l’imiter dans ma vie.

xx
Aujourd’hui, nous fêtons la Sainte Famille. Notre regard s’étend à tout ce qui entoure le centre de la crèche —Jésus— afin de contempler tout près de Lui, Marie et Joseph. Le Fils éternel du Père passe de sa famille éternelle à sa famille terrestre composée par Marie et Joseph. Quelle importance doit avoir une famille aux yeux de Dieu pour que ce soit la première chose qu’il procure à son Fils sur terre !
x
Jean Paul II, dans sa lettre apostolique Le Rosaire de la Vierge Marie, a fait remarquer à nouveau l’importance capitale de la famille comme base de l’Église et de la société humaine, et nous exhortait à prier pour la famille et à prier le Rosaire en famille afin de revitaliser cette institution. Si la famille va bien, la société et l’Église iront bien.
L’évangile nous dit que l’Enfant grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse. Jésus a ressenti la chaleur d’une famille qui se construisait à travers les relations réciproques de l’amour. Comme ce serait bon et profitable si nous nous engagions plus à construire notre famille !: en ayant plus d’esprit de sacrifice et de prière, avec amour réciproque avec une plus grande capacité pour comprendre et pardonner.
x
Nous goûterions déjà —comme dans le foyer de Nazareth— le ciel et la terre! De nos jours, la reconstruction de la famille est une des tâches les plus urgentes. Les parents, comme le rappelle le Concile Vatican II, jouent un rôle irremplaçable : «Le rôle des parents est, en effet, de créer une atmosphère familiale, animée par l’amour et la piété envers Dieu et les hommes, qui favorise l’éducation intégrale, personnelle et sociale de leurs enfants».
x
C’est dans le cercle de la famille que nous apprenons le plus important: à être des êtres humains. Pour les chrétiens parler de la famille c’est parler de l’Église. L’évangéliste Saint Luc nous dit que les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. Cette offrande est une image de l’offrande du sacrifice du Fils au Père, fruit duquel sont nés les chrétiens.
x
L’approfondissement de cette bienheureuse réalité nous ouvrira l’esprit à une plus grande fraternité et nous conduira à aimer l’Église encore plus. Seigneur, en contemplant ta famille, je découvre tes valeurs, tes préférences, ton style de vie. Ils sont bien différents de ce que le monde présente comme les critères d’une famille idéale ! Je veux suivre ton exemple. Je veux que ma vie et ma famille soient comme la tienne. Et cela suffira ! Je t’en prie, envoie ton Esprit Saint afin qu’il réalise cette transformation en moi. Remercions Dieu d’être présent chez nous, au milieu de notre famille, aussi ordinaire qu’elle soit.
Contact Père Marie Landry Bivina

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux ; cliquez ci pour lire l’article → Fête de la Sainte Famille

◊  Diacre Michel Houyoux ; cliquez ci pour lire l’article → Fête de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph

Homélie du diacre Dominique Galmiche

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, fêtes religieuses, Foi, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Fête de la nativité du Christ

Posté par diaconos le 25 décembre 2020

 https://images.sudouest.fr/2017/12/21/5a38ffd666a4bd312062c7a8/widescreen/1000x500/le-recit-reel-de-la.jpg

Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous

# L’Incarnation : Dieu incarné en un homme, Jésus-Christ,à Bethléem. La tradition chrétienne issue du concile de Chalcédoine le voit comme étant l’union parfaite et sans confusion de la nature divine de la Personne du Verbe et de la nature humaine issue de la Vierge Marie. Jésus est défini comme étant un vrai homme et le vrai Verbe de Dieu dont la volonté divine est commune avec celle de Dieu le Père. L’Église orthodoxe confesse que par l’Incarnation, le Christ a revêtu en totalité la nature humaine se faisant égal aux hommes en vérité tout en conservant sa nature divine. Luther écrivit : « Nous enseignons aussi que Dieu le Fils est devenu homme, né de la pure Vierge Marie, et que les deux natures, la divine et l’humaine, unies inséparablement dans une personne unique, constituent un seul Christ, qui est vrai Dieu et vrai homme. Les controverses christologiques qui agitèrent les christianismes au Ve siècle portaient sur la nature de cette Incarnation du Verbe. Certains courants chrétiens des premiers siècles considérèrent que l’incarnation du Verbe n’eut lieu qu’au moment du baptême par Jean-Baptiste dans le Jourdain. Le concept de l’Incarnation est considéré comme un mystère.

De l’Évangile selon saint Jean

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre —ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie—. Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.

xDans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur s’approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte, mais l’ange leur dit: «Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple: aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné: vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire». Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant: «Gloire à Dieu au plus. haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime». (Jn 1, 1-18)

+PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

Seigneur, aujourd’hui tu viens en ce monde, tu te rends présent dans ma vie. Ouvre mon cœur pour que je reçoive tes grâces. Jésus, permets-moi de vivre cette fête de Noël en prenant exemple sur Marie à Bethléem. Que mon cœur soit rempli du mystère que nous célébrons aujourd’hui : Dieu se fait homme !
x
Aujourd’hui, le Sauveur est venu au monde. Voici la bonne nouvelle de la nuit de Noël. Comme tous les Noëls, Jésus vient à nouveau au monde, dans chaque foyer, dans nos cœurs.Mais, contrairement à la façon dont notre société consommatrice commémore cette fête, Jésus ne vient pas au monde dans un environnement d’opulence, de shopping, de luxe, de caprices, et de grands repas. Jésus vient au monde dans la simplicité d’un portail et une mangeoire.
x
Et ce fut ainsi car il était rejeté par les hommes, personne n’a voulu les accueillir, ni dans les maisons, ni dans les auberges. Marie et Joseph, ainsi que Jésus bébé, ont ressenti ce que veut dire le rejet, le manque de générosité et de solidarité. Peu après, avec l’annonce de l’Ange : «Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple» (Lc 2,10),  ils sont tous accourus pour adorer le Fils de Dieu.
x
C’est un peu comme dans notre société qui marginalise et rejette les gens parce qu’ils sont pauvres, étrangers ou simplement différents et ensuite fête Noël en parlant de paix, de solidarité et d’amour en ce jour, nous les chrétiens nous sommes remplis de joie, et à juste titre. Comme l’affirme Saint Léon le Grand : «La tristesse n’est pas de mise en ce jour où naît la vie». Mais nous ne pouvons oublier que cette naissance demande de notre part un compromis : celui de vivre Noël de la façon la plus proche possible de celle vécue par la Sainte Famille.
x
C’est à dire, sans ostentations, sans dépenses inutiles, sans jeter l’argent par la fenêtre. Fêter et faire la fête est tout à fait compatible avec austérité ainsi qu’avec pauvreté. Par ailleurs, si pendant ces jours nous n’éprouvons pas de sentiments de solidarité envers ceux qui sont rejetés, les étrangers, les sdf, cela veut dire qu’au fond nous sommes comme les habitants de Bethléem : nous n’accueillons pas l’enfant Jésus.

x
Jésus, montre-moi le chemin de la vie. Apprends-moi à te connaître et te contempler, à regarder ton visage et me laisser transformer par ton regard. Tu t’es fait homme, l’un de nous, pour te rendre présent dans chacun de nos vies : bénis sois-tu !
x

Contact  Père Marie Landry Bivina

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Le Verbe s’est fait chair

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → L’Enfant couché dans la pauvreté d’une mangeoire : tel est le signe de Dieu.

L’Enfant Christ : histoire de la nativité

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans fêtes religieuses, Messages, Nouveau Testament, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

123456...20
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS