Le début de la foi à Lourdes

Posté par diaconos le 26 septembre 2021

Un redresseur d'entreprises pour sauver le sanctuaire de Lourdes

# Le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes constitue le plus grand centre de pèlerinage catholique français depuis que Bernadette Soubirous vit une Dame déclarant être l’Immaculée Conception, quatre ans après la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception par le pape Pie IX, il s’agit de Notre-Dame de Lourdes. Les apparitions de Lourdes commencèrent le 11 février 1858 dans la petite grotte de Massabielle, non loin du village, le long du Gave de Pau et durèrent plusieurs mois. Au total, Bernadette vit dix-huit fois la Vierge.
x
Après enquête, l’évêque de Tarbes, Bertrand-Sévère Laurence, reconnait les apparitions le 18 janvier 1862 au nom de l’Église catholique. Le sanctuaire comprend la grotte, lieu des apparitions, la basilique de l’Immaculée-Conception, la basilique du Rosaire, les abords du Gave, une esplanade, la basilique Saint-Pie-X, une prairie, un accueil pour les malades, les fontaines, les piscines, l’église Sainte-Bernadette, un Chemin de croix monumental et nombre de bâtiments de service.
x
Les principaux éléments de cet ensemble de 52 hectares (et notamment les trois basiliques et l’Esplanade du Rosaire) sont situés sur la rive gauche du Gave de Pau qui fait une boucle au niveau du pont Saint-Michel, mais le domaine s’étend aussi largement sur la rive droite en aval de ce pont. En mars 2020, et en conséquence de la crise du coronavirus et du confinement généralisé décrété par le gouvernement français, pour la première fois de son histoire le sanctuaire est inaccessible au public. Les scènes de l’histoire de Bernadette et de Lourdes sont représentées en diorama dans l’abri pour les pèlerins situé sur la droite après l’entrée de la porte saint Michel.
x
Le chemin des crèches Trois crèches furent réalisées par l’artiste italien Emilio Burri pour le Noël de décembre 2019. Ces crèches sont désormais exposées toutes les années pour la Noël. Ces crèches reproduisent des lieux de Lourdes liés à sainte Bernadette, le cachot, le moulin de Boly et la Grotte26. En décembre 2020, deux nouvelles crèches sont installées aux portes Saint-Joseph et Saint-Michel. Hébergements Malades
x
L’Accueil Notre-Dame (au premier plan, la rampe de la passerelle qui mène à l’esplanade) Depuis 1874, l’Accueil Marie Saint-Frai (du nom de la religieuse fondatrice de la congrégation des Filles de Notre Dame des Douleurs) ouvre ses portes aux personnes âgées, malades ou handicapées venues dans le cadre d’un pèlerinage diocésain. Il s’agit d’un organisme externe aux sanctuaires, mais qui travaille en étroite collaboration. Sa capacité est de 400 personnes. Situé dans l’enceinte des sanctuaires et à quelques pas de l’église Sainte Bernadette (sur la rive droite du Gave de Pau, l’Accueil Notre-Dame quant à lui a ouvert ses portes le 7 avril 1997. Près de trois fois plus important que St-Frai, il joue le même rôle Hospitaliers
 x

Post de Richard Rouleau

Les apparitions de Notre Dame à Lourdes. la Vierge Marie dit à sainte Bernadette :  « Je suis l’Immaculée Conception » en 1858, à Lourdes. Cette vidéo diaporama vous fera revivre les 18 apparitions de Notre Dame à sainte Bernadette à Lourdes.

  ♥ Le début de la Foi de Lourdes

Image de prévisualisation YouTube

La Vierge Marie est apparue 18 fois à Bernadette Soubirous, entre le 11 février et le 16 juillet 1858, à la grotte de Massabielle, près de Lourdes. Elle demanda à Bernadette de devenir sa messagère et de travailler, à sa manière, à la conversion des pécheurs. Elle lui demanda aussi d’établir un lieu de prière et de pèlerinage. Elle lui confirma le dogme proclamé quatre ans plus tôt par le Pape Pie IX : « Je suis l’Immaculée Conception ». Bernadette sera une humble servante qui s’effacera quand l’Eglise accepte le message de la Vierge Marie.

Aujourd’hui, plusieurs millions de visiteurs, de pèlerins et de malades viennent chaque année, du monde entier, prier Notre-Dame de Lourdes, afin d’obtenir la grâce de la conversion et le soulagement dans leurs épreuves. La neuvaine à Notre Dame de Lourdes commence chaque année le 3 février et se termine le 11 février, jour de la première apparition. Au cours de ces neuf jours de prières, nous allons revivre les merveilles que la Très Sainte Vierge a accordées à Bernadette, la plus faible, la plus petite, la plus pauvre, la plus ignorante qu’elle a trouvée à Lourdes, pendant ces 18 apparitions

Commentaire

J’ai marché sur les chemins de Bernadette de Soubirous à Lourdes;. Quelle belle ville malgré l’inondation, les montagnes , l’air pur. J’ai vraiment été inspirée ses jours ou j’allais à la grotte. Mes larmes ont coulé toute seule devant le défilé des fauteuils roulant des personnes malades .j’ai prié le rosaire devant la vierge,  je n.ai pas quittée Lourdes tellement je me sentait bien. Lourdes est mon univers ma raison de vivre. Je n’ai pas les moyens pour m’y installer et y vivre pour toujours. Cette ville ou j’étais très heureuse , ce que j’ai ressentis la bas c’est inexplicable. ‘

Réponse   => Comme je vous comprends, moi aussi j’aimerai finir mes jours à Lourdes. Bernadette est une grande sainte quand on pense aux millions de personnes soulagés grâce à Marie et sa petite protégée, oh combien adorable. J’aurais tant aimé faire mon chapelet avec elle. Sainte Bernadette est ma Sainte Patronne, j’aime beaucoup cette petite, souvent je lui parle,

je lui confie des prières… J’espère la rencontrer quand je serai dans le lumière de Dieu. père, je suis la conception immaculée !! Bernadette, es-tu l’Immaculée Conception ?  Merci Maman Marie d’être à nos côtés tous les jours de notre vie, Merci notre Mère du Ciel d’avoir dit  » Oui » pour être la mère du sauveur,, merci Sainte Bernadette d’avoir persévérer dans la Foi,et Prie pour nous, nous qui sommes encore dans ce bas monde. Merci Maman Marie pour toutes ces grâces dans nos vies. Je t’aime maman de Lourdes béni tous les enfants de Dieu.

Sainte Bernadette apprends moi à prier le Seigneur avec amour et foi. Vous êtes la belle dame qui est apparu 18 fois à Sainte Bernadette, je vous prie d’accueillir ma petite sœur Sandrine qui nous a quitté le 21 août 2019, je vous supplie de la garder dans votre grand amour je vous remercie madame. Sainte Bernadette exauce mes vœux aide moi a reprendre confiance en moi. et que je guérisse du mal qui se trouve en moi . Amen

O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à Vous, ramenez sous votre manteau protecteurs les âmes de vos enfants égarées, remettez les sur le bon chemin qui mène au Ciel. Merci Sainte Mère de Dieu. Merci pour cet extraordinaire et mystérieux récit que représente la vie de sainte Bernadette. Merci pour la prière et fasse qu elle se répande dans les cœurs purs aussi loin que possible Je ne vous promet pas être d’être heureuse en ce monde Sainte Vierge, vous êtes le chemin qui nous ramène vers votre fils notre Seigneur Jésus.

Que serait devenue, notre Église, sans vos apparitions ? Soyez bénie et donnez nous la force de toujours nous réconforter dans notre foi chrétienne. Sainte Bernadette j’aimerais la paix pour ma famille et mon pays merci ma sœur pour cette belle histoire d’amour pour notre maman marie pour tout ce qu’elle fait pour nous donner la force et la persévérance pour nous et merci pour tout votre temps pour nous que le seigneur dieu accepte notre prière

Contact    Richard Rouleau

Complément

◊Diacre Michel Houyoux ; cliquez ici pour lire l’article → Fête de Notre Dame de Lourdes

Publié dans Accueil sur mon blog, fêtes religieuses, Foi, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire, Vie des saints, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Nativity of the Virgin Mary – Feast

Posté par diaconos le 8 septembre 2021

The Nativity of the Blessed Virgin Mary

From the Gospel according to Matthew

16 Jacob begat Joseph, the husband of Mary, from whom was begotten Jesus, who is called Christ. 17 The whole number of the generations is therefore: from Abraham to David, fourteen generations; from David to the Babylonian exile, fourteen generations; from the Babylonian exile to Christ, fourteen generations. 18 Now this is how Jesus Christ was born: Mary, his mother, was given in marriage to Joseph; before they lived together, she became pregnant by the Holy Spirit.

18 Now this is how Jesus Christ was born: Mary his mother was given in marriage to Joseph, and before they lived together she was with child by the Holy Spirit. 19 But Joseph, her husband, being a just man, did not wish to make a public accusation against her, and decided to send her away in secret. 20 While he was planning to do this, the angel of the Lord appeared to him in a dream and said, « Joseph, son of David, do not be afraid to take Mary your wife into your home, for the child that is born in her is from the Holy Spirit;

21 She will bear a son, and you shall call his name Jesus (that is, The Lord-savior), for he will save his people from their sins. » 22 All this happened so that the word of the Lord spoken by the prophet might be fulfilled: 23 « Behold, the Virgin shall conceive and bear a son, and they shall call his name Immanuel, which is translated ‘God-with-us’ (Mt 1, 1-16, 18-23)

Human and divine origin of the Messiah

The purpose of Matthew’s Gospel is to show the intimate and living relationship of the two covenants, to show in Jesus Christ the fulfilment of the whole history of his people.  This purpose was manifested by Matthew from the very first lines of his book, by that genealogy whose significance was marked by the two great names of David and Abraham; David, in whose family, according to prophecy, the one whose kingship would be eternal was to be born. Abraham, in whose seed all the families of the earth were blessed.

The Son of God came to take his place in this seed of Abraham and in our humanity, which he renewed. The blessing promised to Abraham was realised in his seed and consisted of a new creation, begun in the very person of the Deliverer. Hence a genealogy which was intended to establish his historical filiation. Matthew took particular care to rule out the paternity of Joseph, and he preserves the genealogy, going back to David and Abraham, and indicating the genealogical origin of Mary, mother of Jesus.

Joseph’s genealogy was not useless for any Israelite. Throughout his life, Jesus was regarded as Joseph’s son, and this was done in accordance with the highest standards of propriety. Joseph gave his adopted son a theocratic legal right to kingship, firstly because he was himself a descendant of David and secondly because, by marrying Mary who was heir to the family name, he legally entered into his wife’s line and took her name.

Matthew’s purpose was to establish the double origin of Jesus Christ, as revealed by the unanimous testimony of the New Testament, namely, his descent from David and at the same time his supernatural birth.  Jesus, the same name as Joshua Jehovah is Saviour. Christ, in Hebrew Maschiach, means Anointed One. In the Old Testament, this name indicated the royal dignity, because kings were anointed with oil, symbol of the Spirit of God, who were thus consecrated for their office. The same was true of the priests and prophets.
esus Christ, who, in order to realise the idea of the old covenant in the new, fulfilled these three offices, was the Lord’s anointed. He himself, by preaching from the very beginning of his ministry a kingdom of God of which he was the Head, gave to this notion all its truth and spirituality. In his Church, the title Christ gradually became a proper name, but without losing any of its high significance. It is not without intention that the sacred writers sometimes call him Jesus, sometimes Christ, or give him the double name of Jesus Christ, as the Gospel according to Luke does from the first line.

The exegetes took great pains to find the division according to which Matthew established these three series of fourteen generations. The generations of the first period, from Abraham to David, were listed without omission; they are fourteen. In the second period, Matthew subtracted four kings of Judah: Ahaziah, Joash, Amaziah, between Jehoram and Uzziah, and Jehoiakim, between Josiah and Jechonias. The third series, consisting largely of unknown names, was not taken from biblical sources and included only thirteen names.

Another peculiarity of this genealogy is the mention of four women: Tamar, Rahab, Ruth, Bath-Sheba. Matthew’s intention was to point out that these women were only admitted by a very exceptional dispensation to the honour of being counted among the ancestors of Jesus, their natural situation seeming to exclude them absolutely. The economy of grace was thus shown to be in germ in the Old Covenant.

Matthew’s purpose in recapitulating the members of the genealogy in three series of fourteen was to bring out God’s plan in the way he conducted the destinies of the chosen people. Fourteen generations had succeeded one another from Abraham, to whom the promise was made, to David, to whom it was renewed, with the statement that Jesus was born of his seed. Fourteen generations succeeded one another from the foundation of the theocratic kingship until its collapse at the time of the deportation to Babylon.

This quality of righteousness attributed to Joseph imposed on his conscience two contradictory duties, sources of painful struggles. On the one hand, he could not marry Mary, not knowing or not believing the mystery of her pregnancy; on the other hand, he did not want to expose her publicly to ignominy and even less to the rigours of the law, which pronounced the death penalty in this case. He therefore resolved to separate from her secretly, probably by a letter of divorce which would not have indicated the cause of the separation.

In this way Mary would have escaped the penalty prescribed by law and public proceedings, but not the opprobrium of her situation. Humbly resigned to all the will of God, will she be abandoned by Him in this trial? No. This quality of righteousness attributed to Joseph imposed on his conscience two contradictory duties, sources of painful struggles. On the one hand, he could not marry Mary, not knowing or not believing the mystery of her pregnancy; on the other hand, he did not want to expose her publicly to ignominy and even less to the rigours of the law, which pronounced the death penalty in this case.

He therefore resolved to separate from her secretly, probably by a letter of divorce which would not have indicated the cause of the separation. In this way, Mary would have escaped the penalty prescribed by law and public proceedings, but not the opprobrium of her situation. Was she humbly resigned to all the will of God and abandoned by Him in this trial? No. This term son of David reminded Joseph of the promises made to the house of that king of Israel, which were fulfilled. His faith in the Word of God helped him in his doubts.

This divine fact was revealed to Joseph by an angel of God, with the special purpose of dispelling all his doubts. Of or by the Holy Spirit indicates the efficient cause of Jesus’ human existence. This Spirit of God who « moved over the waters » of chaos to create life and harmony, this Spirit, the source of all existence, was the agent of the miracle by an act of his own creative power.

The Church has always believed in this miracle, not only because it is so simply recounted in Luke’s Gospel as a historical fact, but because it is a necessary fact in the divine work of the redemption of the world. Whoever believes with St. John that the eternal Word was made flesh, that the Son of God became the son of man, that Jesus Christ was perfectly holy, that, as the second Adam, He was the origin of a new humanity, will also admit that it took this unique exception in our corrupt race to break the filiation of natural generations.

Redemption, which is a new creation, could not come out of our humanity, though it had to be accomplished in it by a being who was part of it. To save from sin means first to deliver from the consequences of that sin, that is, from condemnation and death ; then, from the power of sin, from bondage, through the gift of freedom and new life.

Thz Deacon Michel Houyoux

Additional information

◊   Thz Deacon Michel Houyoux :clik here to read the paper → Feast of Christ’s nativity

Links to other Christian websites

◊ Nativity  : clik here to read the pâper →  LITURGICS>ORTHODOX PRAYERS

◊ Antiochian Ortthodix Christian  : clik here to read the pâper → CHRISTIAN – ARCHDIOCESE OF NORTH AMERICA

  Is the Face of Jesus Christ a True Image?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Nativité de la Vierge Marie — Fête

Posté par diaconos le 8 septembre 2021

 MESSE DE LA VEILLE DE NOËL ANNÉE B - ppt télécharger

De l’évangile selon Matthieu

16 Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ. 17 Le nombre total des générations est donc : depuis Abraham jusqu’à David, quatorze générations ; depuis David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze générations ; depuis l’exil à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations. 18 Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.

18 Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. 19 Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. 20 Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ;

21 elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » 22 Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : 23 Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »  (Mt 1, 1-16.18-23)

Origine humaine et divine du Messie

+Le but de l’Évangile de Matthieu est de mettre en évidence le rapport intime et vivant des deux alliances, de montrer en Jésus-Christ l’accomplissement de toute l’histoire de son peuple.  Ce but, Matthieu le manifesta dès les premières lignes de son livre, par cette généalogie dont la signification fut marquée par les deux grands noms de David et d’Abraham ; David, dans la famille duquel devait, selon la prophétie, naître celui dont la royauté serait éternelle. Abraham, dans la postérité duquel furent bénies toutes les familles de la terre.

Le Fils de Dieu vint prendre sa place dans cette postérité d’Abraham et dans notre humanité qu’il renouvela. La bénédiction promise à Abraham se réalisa dans sa postérité et consister en une création nouvelle, commencée dans la personne même du Libérateur. De là une généalogie qui eut pour but d’établir la filiation historique de celui-ci. Matthieu mit un soin particulier à écarter la paternité de Joseph et il conserve la généalogie.En remontant jusqu’à David et jusqu’à Abraham, il indiqua l’origine généalogique de Marie, mère de Jésus.

La généalogie de Joseph n’était pas inutile pour tout Israélite. Durant tout le temps de sa vie, Jésus fut envisagé comme fils de Joseph et il le fut en vertu des plus hautes convenances. Joseph conféra à son fils adoptif un droit légal théocratique à la royauté, d’abord parce qu’il était lui-même descendant de David et ensuite parce que, en épousant Marie qui était, héritière du nom de sa famille,  il entra légalement dans la lignée de sa femme et en prenait le nom.

Le but de Matthieu fut de constater la double origine de Jésus-Christ, telle qu’elle est révélée par le témoignage unanime du Nouveau Testament, savoir, sa descendance de David . et en même temps sa naissance surnaturelle.  Jésus, même nom que celui de Josué Jéhova est Sauveur. Christ, en hébreu Maschiah, signifie OINT. Ce nom indiquait dans l’Ancien Testament la dignité royale, parce qu’on oignait d’huile, symbole de l’Esprit de Dieu, les rois, qui étaient ainsi consacrés pour leur charge. Il en était de même des sacrificateurs et des prophètes.

Jésus-Christ qui, pour réaliser l’idée de l’ancienne alliance dans la nouvelle,  remplit ces trois charges,  il fut l’oint de l’Éternel. Lui-même, en prêchant dès l’entrée de son ministère un royaume de Dieu dont il était le Chef, donna à cette notion toute sa vérité et sa spiritualité. Dans son Église, le titre de Christ devint peu à peu un nom propre, mais sans rien perdre de sa haute signification. Ce n’est pas sans intention que les écrivains sacrés l’appelèrent tantôt Jésus, tantôt le Christ, ou lui donnent ce double nom de Jésus-Christ, comme le fait  l’évangile selon Luc dès la première ligne.

Les exégètes se donnèrent beaucoup de peine pour retrouver la division d’après laquelle Matthieu établissait ces trois séries de quatorze générations. Les générations de la première période, d’Abraham à David, furent énumérées, sans omission ; elles sont au nombre de quatorze. Dans la seconde période, Matthieu retrancha quatre rois de Juda : Achazia, Joas, Amazia, entre Joram et Ozias et Jojakim, entre Josias et Jechonias. La troisième série, composée en grande partie de noms inconnus, ne fut pas prise dans des sources bibliques, ne comprit que treize noms.

Une autre particularité de cette généalogie est la mention de quatre femmes : Thamar, Rahab, Ruth, Bath-Scheba. L’intention de Matthieu fut de relever le fait que ces femmes ne furent admises que par une dispensation très exceptionnelle à l’honneur d’être comptées parmi les ancêtres de Jésus, leur situation naturelle paraissant les en exclure d’une manière absolue. L’économie de la grâce se montra ainsi en germe dans l’ancienne alliance.

Le but de Matthieu, dans cette récapitulation des membres de la généalogie en trois séries de quatorze, fut de faire ressortir le plan suivi par Dieu dans la manière dont il  conduisit les destinées du peuple élu. Quatorze générations s’étaient succédé depuis Abraham, à qui la promesse fut faite, jusqu’à David, à qui elle fut renouvelée, avec cette affirmation que Jésus naquit de sa race. Quatorze générations se succédèrent depuis la fondation de la royauté théocratique jusqu’à son effondrement, lors de la déportation à Babylone.

Cette qualité de juste attribuée à Joseph imposait à sa conscience deux devoirs contradictoires, sources de douloureux combats. D’une part, il ne pouvait pas épouser Marie, ne sachant pas ou ne croyant pas le mystère de sa grossesse ; d’autre part, il ne voulait pas l’exposer publiquement à l’ignominie et moins encore aux rigueurs de la loi qui prononçait dans ce cas la peine de mort. Il résolut donc de se séparer d’elle secrètement, sans doute par une lettre de divorce qui n’aurait pas indiqué la cause de la séparation.

Par là, Marie aurait échappé à la peine prescrite par la loi et à une procédure publique, mais non à l’opprobre de sa situation. Humblement résignée à toute la volonté de Dieu sera-t-elle abandonnée de lui dans cette épreuve ? Non. Cette qualité de juste attribuée à Joseph imposait à sa conscience deux devoirs contradictoires, sources de douloureux combats. D’une part, il ne pouvait pas épouser Marie, ne sachant pas ou ne croyant pas le mystère de sa grossesse ; d’autre part, il ne voulait pas l’exposer publiquement à l’ignominie et moins encore aux rigueurs de la loi qui prononçait dans ce cas la peine de mort.

Il résolut donc de se séparer d’elle secrètement, sans doute par une lettre de divorce qui n’aurait point indiqué la cause de la séparation. Par là, Marie aurait échappé à la peine prescrite par la loi et à une procédure publique, mais non à l’opprobre de sa situation. Humblement résignée à toute la volonté de Dieu  fut-t-elle abandonnée de lui dans cette épreuve ? Non Ce terme fils de David rappela à Joseph les promesses faites à la maison de ce roi d’Israël et qui s’accomplirent. Sa foi à la Parole de Dieu  lui vint en aide dans ses doutes

Ce fait divin fut révélé à Joseph par un ange de Dieu, dans le but spécial de dissiper tous ses doutes. De ou de par l’Esprit-Saint indique la cause efficiente de l’existence humaine de Jésus. Cet Esprit de Dieu qui « se mouvait sur les eaux » du chaos, pour y créer la vie et l’harmonie, cet Esprit, source de toute existence, fut, par un acte de la puissance créatrice qui lui est propre, l’agent du miracle.

Ce miracle, l’Église y a toujours cru, non seulement parce qu’il est si simplement raconté dans l’Évangile de Luc comme un fait historique, mais parce qu’il est une donnée nécessaire dans l’œuvre divine de la rédemption du monde. Quiconque croit avec saint Jean que la Parole éternelle a été faite chair, que le Fils de Dieu est devenu fils de l’homme, que Jésus-Christ a été parfaitement saint, que, second Adam, il a été a l’origine d’une humanité nouvelle, admettra aussi qu’il a fallu cette exception unique dans notre race corrompue pour briser la filiation des générations naturelles.

La rédemption, qui est une création nouvelle, ne pouvait pas sortir de notre humanité, bien qu’elle dût s’accomplir en elle par un être qui en fit partie. Sauver des péchés signifie délivrer d’abord des conséquences de ces péchés, c’est-à-dire de la condamnation et de la mort ; puis, de la puissance du péché, de la servitude, par le don de la liberté et d’une vie nouvelle.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Nominis : cliquez ici pour lire l’article → Nativité de la Vierge Marie

◊ Aletaia   : cliquez ici pour lire l’article → La fête du jour

  Homélie pour la messe de la Nativité de la Vierge Marie

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Himmelfahrt der Jungfrau Maria – Hochfest

Posté par diaconos le 12 août 2021

C'est quoi l'Assomption ? - Ça m'intéresse

# Die Himmelfahrt Mariens, die in der östlichen Tradition als Entschlafung bezeichnet wird, ist der orthodoxe und katholische religiöse Glaube, dass die Jungfrau Maria, die Mutter Jesu, nicht wie alle anderen gestorben ist, sondern direkt in die Herrlichkeit Gottes eingegangen ist (was gemeinhin mit « in den Himmel aufsteigen » übersetzt wird). Die vom Papst verwendete Formulierung « nachdem sie ihr irdisches Leben vollendet hatte » lässt die Frage offen, ob die Jungfrau Maria vor ihrer Himmelfahrt starb oder ob sie vor dem Tod auferstand.

. Dieser Glaube hat keine biblische Grundlage, ist aber in der Tradition sowohl der Ost- als auch der Westkirche sehr alt (und wird seit dem 8. Jahrhundert liturgisch gefeiert) und wurde 1950 in der Apostolischen Konstitution Munificentissimus Deus von Pius XII. als religiöses Dogma (d. h. als eine Wahrheit des christlichen Glaubens) definiert. Sie ist die erste und bisher einzige Erklärung, die sich auf die päpstliche Unfehlbarkeit beruft, nachdem das Erste Vatikanische Konzil die Unfehlbarkeit verkündet hatte.

Obwohl die Ostkirchen denselben Glauben an die Himmelfahrt teilen, haben sie die Entschlafung nie dogmatisch definieren wollen. In der katholischen Kirche wird Mariä Himmelfahrt in feierlicher Weise am 15. August liturgisch begangen und oft von religiösen Prozessionen begleitet. Im anglikanischen Kalender wurde das Fest der Himmelfahrt 1549 abgeschafft, aber der 15. August blieb das Hauptfest der Jungfrau Maria (ohne Bezug auf ihre Himmelfahrt).

Der 15. August soll das Datum sein, an dem im fünften Jahrhundert nach dem Konzil von Ephesus (431) in Jerusalem die erste Kirche eingeweiht wurde, die Maria, der « Mutter von Jesus, dem Sohn Gottes », geweiht war. Bevor sie zum Dogma wurde, war die Himmelfahrt Mariens ein Glaube, der auf der patristischen Tradition und nicht auf einer von der frühen Kirche anerkannten biblischen Grundlage beruhte. Tatsächlich gibt es keinen Text im Neuen Testament, in dem das Ende Marias erwähnt wird, und apokryphe Texte und Legenden füllten die Lücke.

Im Jahr 373 [n. Chr.] erwähnt der heilige Ephrem die Vorstellung, dass Marias Körper nach ihrem Tod unversehrt blieb, d. h. unberührt von der « Unreinheit » des Todes (da die Tora « eine Tora des Lebens » ist, werden der Tod und diejenigen, die ihn tragen, als unrein angesehen). Im vierten Jahrhundert prüfte Epiphanius von Salamis mehrere Hypothesen darüber, was mit Maria am Ende ihres Lebens geschah. Er kommt zu dem Schluss, dass es unmöglich ist, dies zu sagen, lässt aber die Möglichkeit offen, dass einige heterodoxe Kreise seiner Meinung nach mehr wussten. Da es bereits im fünften Jahrhundert eine schriftliche Überlieferung gibt, geht sie wahrscheinlich auf das vierte Jahrhundert zurück. Im Westen ist Gregor von Tours der erste, der sie am Ende des sechsten Jahrhunderts erwähnt.  Er stützt sich offenbar auf einen Korpus apokrypher Texte, die unter dem Namen Transitus Mariæ zusammengefasst sind und im Allgemeinen dem fünften Jahrhundert zugeschrieben werden.

lwf0003web.gif

Sie brachten die Lade Gottes und stellten sie in die Mitte des Zeltes, das David für sie vorbereitet hatte

Aus dem ersten Buch der Chronik

-In jenen Tagen versammelte David ganz Israel in Jerusalem, um die Lade des Herrn an den für sie vorbereiteten Ort zu bringen. Er versammelte die Söhne Aarons und die Leviten. Die Leviten trugen die Lade Gottes mit Stangen auf ihren Schultern, wie Mose es geboten hatte, nach dem Wort des Herrn. David befahl den Anführern der Leviten, ihre Brüder, die Sänger, mit ihren Instrumenten, Harfen, Leiern und Zimbeln, zu versammeln, um ein lautes Freudengeschrei zu machen.

Dann brachten sie die Lade Gottes und stellten sie in die Mitte des Zeltes, das David für sie errichtet hatte. Dann brachten sie Brandopfer und Dankopfer vor Gott dar. Als David mit den Brand- und Dankopfern fertig war, segnete er das Volk im Namen des Herrn. ( 1. Kap. 15,3-4.15-16; 16,1-2)

Le mystère de l'Arche d'alliance

Nach einer der biblischen Überlieferungen war die Bundeslade aus Akazienholz gefertigt, innen und außen mit reinem Gold überzogen und ringsum mit Gold eingefasst. Sie war zweieinhalb Ellen lang, eineinhalb Ellen breit und eineinhalb Ellen hoch. Es hatte vier Füße, auf denen oben vier goldene Ringe angebracht waren. Durch die Ringe waren mit Gold überzogene Akazienholzstäbe gesteckt, um es zu tragen.

Die Bundeslade

DL'Arca dell'Alleanza (in ebraico אֲרוֹן הָעֵדוּת, Aron ha'Edout, "Arca della Testimonianza") sarebbe lo scrigno che, secondo la Bibbia, contiene le Tavole della Legge (dieci comandamenti) date a Mosè sul monte Sinai1. È una cassa di legno oblunga ricoperta d'oro. Il sedile della misericordia con due cherubini in cima, che forma il coperchio, è considerato il trono, la residenza terrena di YHWH (Esodo 25:22). Quando il tabernacolo fu completato, l'arca fu posta nel Santo dei Santi, la parte più centrale del Tempio di Salomone. (1 Re 8:1-8).ie Bundeslade (hebräisch אֲרוֹן הָעֵדוּת, Aron ha’Edout,  » Arche des Zeugnisses « ) ist die Truhe, die der Bibel zufolge die Gesetzestafeln (zehn Gebote) enthält, die Mose auf dem Berg Sinai1 gegeben wurden.
Es handelt sich um ein längliches, mit Gold überzogenes Holzkästchen. Der Gnadenstuhl mit den beiden Cherubim obenauf, der den Deckel bildet, gilt als Thron, als irdischer Wohnsitz JHWHs (Exodus 25,22). Als die Stiftshütte fertiggestellt war, wurde die Lade in das Allerheiligste, den zentralen Teil des salomonischen Tempels, gebracht. (1. Könige 8,1-8).Darauf befand sich ein Deckel (Gnadensitz) aus reinem Gold, der zweieinhalb Ellen lang und eineinhalb Ellen breit war. An beiden Enden des Deckels standen zwei goldene Cherubim, die ihre Flügel nach oben ausbreiteten, um ihre Brust zu bedecken, und ihre Gesichter einander zuwandten. Die Bundeslade, die Ringe, die Stangen, der Gnadenstuhl und die beiden Cherubim wurden nach dieser Darstellung von Besel angefertigt. Er war der Hauptbaumeister der Stiftshütte und wurde von Gott direkt zu Mose geschickt.

Sein Name erscheint in den genealogischen Listen in Chronik. Er wird dort als Sohn von Uri erwähnt (1. Mose 31,1), der wiederum ein Sohn Hurs aus dem Stamm Juda ist. In der Pfingstbewegung gilt er als einer der ersten Menschen, denen eine Manifestation des Heiligen Geistes widerfahren ist. Wenn wir uns auf die biblischen Texte nach dem Kanon der hebräischen Schriften beschränken, scheint es, dass die Lade, nachdem sie viele Jahre im Tempel Salomos gelegen hatte, einfach verschwand.

Pompejus, ein römischer General, bezeugte, dass es im zweiten Tempel keine Lade mehr gab. Er fand das Allerheiligste völlig leer. Es wurden die unterschiedlichsten Hypothesen aufgestellt: Einige meinten, die Lade sei von den Priestern irgendwo versteckt worden, in einem der unterirdischen Gänge des Tempelbergs oder an einem anderen Ort, den sie bis zum richtigen Zeitpunkt für ihr Wiederauftauchen geheim hielten, als der Dritte Tempel gebaut wurde.

Sein Name erscheint in den genealogischen Listen der Chronik. Er wird dort als Sohn von Uri (1. Mose 31,1) erwähnt, der seinerseits ein Sohn Hurs aus dem Stamm Juda ist. In der Pfingstbewegung gilt er als einer der ersten Menschen, denen eine Manifestation des Heiligen Geistes widerfahren ist.

Wenn wir uns auf die biblischen Texte nach dem Kanon der hebräischen Schriften beschränken, scheint es, dass die Lade, nachdem sie viele Jahre im Tempel Salomos gelegen hatte, einfach verschwand.

Pompejus, ein römischer General, bezeugte, dass es im zweiten Tempel keine Lade mehr gab. Er fand das Allerheiligste völlig leer. Es wurden die unterschiedlichsten Hypothesen aufgestellt: Einige meinten, die Lade sei von den Priestern irgendwo versteckt worden, in einem der unterirdischen Gänge des Tempelbergs, oder an einem anderen Ort, den sie bis zum richtigen Zeitpunkt für ihr Wiederauftauchen geheim hielten, als der Dritte Tempel gebaut wurde.

Diakon Michel Houyoux

Ergänzung

◊ D1acon Michel Houyoux   : klicken Se hier, um den Artikel zu lesen → Mariä Himmelfahrt – Feierlichkeit

Links zu anderen christlichen Websites

◊ Mariä Aufnahme in den Himmel : klicken Se hier, um den Artikel zu lesen → Brauchtum

 Innenstadtpfarrei Fulda :  Predigt zum Hochfest Maria Himmelfahrt

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

1...34567...9
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...