Hail to thee, full of grace, the Lord is with thee.

Posté par diaconos le 8 décembre 2020

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

Hail to thee, full of grace, the Lord is with thee. dans EnseignementAt that time, the angel Gabriel was sent by God to a city of Galilee called Nazareth, to a virgin girl, given in marriage to a man of the house of David, called Joseph ; and the girl’s name was Mary. And the angel came in to her and said : « Hail, O full of grace, the Lord is with thee. »

When she heard this, she was very upset and wondered what this greeting could mean. Then the angel said to her, « Do not be afraid, Mary, for you have found favour with God. Behold, you are about to conceive and bear a son, and you shall call his name Jesus.

He will be great and will be called Son of the Most High ; And the Lord God will give him the throne of David his father ; and he shall reign over the house of Jacob for ever, and his reign shall have no end. »
Mary said to the angel : « How can this be, since I know no man ? « 

The angel answered her : «  The Holy Spirit will come upon thee, and the power of the Most  » High will overshadow thee ; therefore he that is to be born shall be holy, and shall be called the Son of God. Now behold, Elizabeth, your relative, in her old age, has also conceived a son and is in her sixth month, when she was called the barren woman.

For nothing is impossible for God.  » Then Mary said : « Behold the handmaid of the Lord ; let all things be done to me according to thy word. Then the angel left her. »  (Lk 1, 26-38)

Announcement of the birth of Jesus

The original idea of the work of Luke, an apostle of Jesus, and the circumstances in which he undertook it. The historical foundation of his story : the source from which his predecessors drew and from which he proposed to draw himself. The method he followed: going back to the origin, presenting the facts in a complete and consistent manner. The aim he had in mind: to make Theophilus, to whom he dedicated his book, recognise the certainty of the Gospel and the Christian truth in which he was taught.

Since many have undertaken to compose an account of the facts which have been fully certified among us : This admirable preface by Luke, so precise and clear in its brevity, so rich in thought, in the purest classical style, and which recalls the prologues of the great Greek historians (Herodotus, Thucydides, Polybius), teaches us that the evangelist had several predecessors, that the facts reported by them and which he in turn undertook to recount were based on apostolic witness; that he was scrupulously accurate in ascertaining this, and that his aim was to confirm the teachings received by Theophilus, to whom he dedicated his writing.

From the very first words, he indicated what inspired the idea of his work : it was the fact, well known at the time, that many had already undertaken to write similar narratives.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ The Incarnation : click here to read the paper →    The Incarnation – Hail Mary full of grace, the Lord is which thee

◊The word among us : click here to read the paper →  Hail Mary, Full of Grace

Fr. John J. Raphael, SSJ : « Hail, full of grace, the Lord is with thee ! »

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Foi, Prières, Religion, Temps de l'Avent, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Blessed is the mother who carried you inside her ! – Blessed are those who listen to the word of God!

Posté par diaconos le 10 octobre 2020

How can we define a mother? - Quora

From the Gospel of Jesus Christ according to Holy Luke

At that time, as Jesus was speaking, a woman raised her voice in the midst of the crowd and said to him, « Blessed is the mother who bore you in her, and whose breasts nourished you! « Then Jesus said to her, « Blessed are those who hear the word of God and burn it up! « (Lk 11:27-28).

Blessed are those who hear the word of God

And a certain woman, lifting up her voice from the crowd, said unto him, Blessed is the womb that bore thee, and the breasts that nursed thee.  « Blessed are they that hear the word of God and keep it. « 

This woman, probably a mother, who proclaimed Jesus’ mother blessed in this way, had understood what Jesus had said in the previous speech; she had understood that Jesus was the Messiah ; this truth penetrated her mind like a ray of light. In the emotion she felt, she immediately thought of the woman who gave birth to Jesus. The admiration she expressed betrayed her motherly feelings, rather than a well enlightened and firm religious faith.

Her feeling is good, but she speaks like a woman. (Bengel). It is inconceivable that, despite Jesus’ response, Catholic interpreters used this woman’s words to sanction the cult of the Virgin. This response is probably not a blame.

Rather, Jesus had grasped this movement with a sincere heart, but it was to raise it up to its true object, the word of God listened to and kept as a seed of divine life. He made the woman feel that she herself could be happy like the woman whose happiness she had just celebrated. Luke alone preserved this remarkable fact of Gospel history.

Mary the mother of Jesus

Mary was a first-century woman of Nazareth, the wife of Joseph, and the mother of Jesus, according to the canonical gospels and the Quran.

The gospels of Matthew and Luke in the New Testament and the Quran describe Mary as a virgin. In Matthew and Luke she is betrothed to Joseph. According to Christian theology she conceived Jesus through the Holy Spirit while still a virgin. She accompanied Joseph to Bethlehem, where Jesus was born.

According to Catholic and Eastern Christian teachings, at the end of her earthly life God raised her body directly into heaven ; this is known in the Christian West as the Assuumption. Mary has been venerated since early Crisrianity and is considered by millions to be the most meritorious holy of the religion.

She is said to have miraculously appeared to believers many times over the centuries. TheEastern and Oriental Orthodox,Catlolic,Anglican, and Lutheran churches believe that Mary, as mother of Jesus, is the Theotokos (Mother of God) There is significant diversity in the Marian beliefs and devotional practices of major Christian traditions.

The Catholic Church holds distinctive Marian dogmas, namely her status as the Mother of God, her Immaculate Conception, her perpetual virginity, and her Assumption into heaven. Many Protestants minimize Mary’s role within Christianity, basing their argument on the lack of biblical support for any beliefs other than the virgin birth (actually a virginal conception). Mary also has the highest position in Islam among all women. She is mentioned in the Quran more often than in the New Testament where two of the longer chapters of the Quran are devoted to her and her family.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian sites on the Internet

◊ Catholic  Daily : click here to read the paper →    Blessed Mary, Mother of God
◊ Desiring God  : click here to read the paper → Blessed Is She Who Believed | Desiring God

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Heureuse la mère qui t’a porté en elle ! – Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu !

Posté par diaconos le 10 octobre 2020

 Heureuse la mère qui t’a porté en elle ! – Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu !  dans comportements 112859387

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, comme Jésus était en train de parler, une femme éleva la voix au milieu de la foule pour lui dire : « Heureuse la mère qui t’a porté en elle, et dont les seins t’ont nourri ! » Alors Jésus lui déclara : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la  ardent ! » (Lc 11, 27-28)

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu

 Une femme élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : Heureux le sein qui t’a porté et les mamelles qui t’ont allaité !  « Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ! »

Cette femme, pro­ba­ble­ment une mère, qui pro­clama ainsi bienheureuse la mère de Jésus, eut saisi ce que Jé­sus  donna à en­tendre dans le dis­cours pré­cé­dent ; elle eut com­pris que Jé­sus fut le Mes­sie ; cette vé­rité  pé­né­tra dans son es­prit comme un trait de lu­mière. Dans l’émotion qu’elle en res­sentit, elle pensa aus­si­tôt à celle qui  mit au monde Jésus. L’ad­mi­ra­tion qu’elle ex­prima tra­hit son sen­ti­ment maternel, plu­tôt qu’une foi re­li­gieuse bien éclai­rée et af­fer­mie.

Son sen­ti­ment est bon, mais elle parle comme une femme. (Bengel). Il est in­con­ce­vable que mal­gré la ré­ponse de Jé­sus les in­ter­prètes catholiques s’ap­puyèrent des pa­roles de cette femme pour sanc­tion­ner le culte de la Vierge. Cette ré­ponse sans doute n’est pas un blâme.

Jé­sus eut sai­sit plu­tôt avec bien­veillance ce mou­ve­ment d’un cœur sin­cère, mais ce fut pour l’é­le­ver jus­qu’à son vrai ob­jet, la parole de Dieu écoutée et gardée comme une se­mence de vie di­vine. Il fit sen­tir à cette femme qu’elle-même put être heureuse comme celle dont elle vint de cé­lé­brer le bon­heur. Luc seul  conserva ce fait re­mar­quable de l’­his­toire évan­gé­lique.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Histoire d’une foi : cliquez ici pour lire l’article →  Heureuse la mère qui t’a porté en elle

◊ Luc Labrecque : cliquez ici pour lire l’article →  Heureuse la mère qui t’a porté en elle !

Luc Labrecque est le promoteur de cette vision écosystémique au service de la paroisse missionnaire, et promoteur national du Système des Cellules Paroissiales d’Évangélisation. 

fichier pdf luc_labrecque_copy

Chrétiens.web : « Heureux, bienheureux qui écoute la Parole de Dieu »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Foi, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

Qu’elle avait mal, qu’elle souffrait, la tendre Mère, en contemplant son divin Fils tourmenté !

Posté par diaconos le 15 septembre 2020

 Qu’elle avait mal, qu’elle souffrait, la tendre Mère, en contemplant son divin Fils tourmenté !  dans fêtes religieuses doul

L’Église célèbre le 15 septembre Notre Dame des Sept Douleurs : une dévotion ancienne qui invite les fidèles à méditer sur les épreuves tragiques traversées par la Vierge Marie au cours de sa vie terrestre.

Saint Alphonse de Liguori (1696-1787)  composa de très belles méditations sur les sept « glaives » qui transpercèrent le cœur de Marie. Elles peuvent s’accompagner de la récitation de la très belle prière du Stabat Mater, composée au XIIIe siècle par une moine italien.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. »   Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.  (Stabat Mater. Jn 19, 25-27)

Le disciple que Jésus aima

Jean nomma d’a­bord la mère de Jé­sus, pour la­quelle s’ac­com­plit  la pro­phé­tie de Si­méon : « une épée te trans­per­cera l’âme » (Lc 2, 35), et à la­quelle Jé­sus  don­na un der­nier et émou­vant té­moi­gnage de sa ten­dresse fi­liale. La mère de Jé­sus eut au­près d’elle sa sœur, femme de Clopas et qui  fut mère de l’un des apôtres, Jacques dit le Mi­neur. Quant à Marie Madelaine ou Ma­rie de Mag­dala : « ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons » (Lc 2)

Jean qui, par mo­des­tie, ne nomma ja­mais ni lui-même, ni son frère Jacques, ne men­tionna pas non plus ici Sa­lomé, sa mère qui pour­tant se tint aussi près de la croix, dans ce mo­ment su­prême : « Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. » (Mt Mais plu­sieurs his­to­riens et exé­gètes (Wie­se­ler, Meyer, Lu­thardt, Weiss, West­cott, Zahn) crurent pou­voir la re­trou­ver dans ce pas­sage en se fon­dant sur la Peschito et deux autres tra­duc­tions orien­tales qui portent : la sœur de sa mère et Marie. Le disciple que Jésus aima fut Jean : « Un des disciples, celui que Jésus aimait, était couché sur le sein de Jésus. » (Jn 23, 13)

Il ne pré­suma pas de lui-même en se dé­si­gnant ainsi, pas plus que Paul ne fit preuve d’or­gueilleuse sa­tis­fac­tion : « Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.’ (1 Co 15, 10)

 Les deux apôtres parlèrent ainsi dans un sen­ti­ment d’­humble gra­ti­tude en­vers Jésus à qui ils durent tout ce qu’ils furent. Ce mot : femme n’eut dans la langue que Jé­sus par­la rien de rude ni d’ir­res­pec­tueux, et il fut pro­noncé avec une in­fi­nie ten­dresse. Jé­sus, en don­nant à Ma­rie le dis­ciple qu’il ai­ma, avec cette pa­role su­prême : »Voilà ton fils » vou­lut com­bler le vide im­mense et dou­lou­reux que son dé­part fit dans le cœur de sa mère ; mais on ne put pas en conclure, avec quelques exé­gètes, qu’elle n’eût pas d’autres en­fants.

Bien que les frères de Jé­sus, après avoir long­temps re­fusé de croire en lui, dussent bien­tôt de­ve­nir ses dis­ciples. Jésus eût d’ex­cel­lentes rai­sons de ne confier sa mère qu’à son dis­ciple bien-aimé. Les der­niers mots de ce ré­cit montrent que Jean com­prit bien la pa­role de Jésus comme un tes­ta­ment par le­quel il lui lé­gua sa mère et té­moi­gna à l’un sa pleine confiance et à l’autre sa tendre sol­li­ci­tude.

 Le mot : dès cette heure pa­raît si­gni­fier que Jean ne tarda pas à en­traî­ner la pauvre mère loin d’un spec­tacle qui bri­sa son cœur. Et cela ex­plique peut-être pour­quoi les sy­nop­tiques ne men­tionnèrent pas Ma­rie parmi les femmes qui  virent de loin  la mort de Jésus : « Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. » Mt 27, 56)

Diacre Michel Houyoux

Vous pouvez écrire un commentaire, en rapport avec cet article, dans le cadre situé sous l’article.

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊  La Salle (France) : cliquez ici pour lire l’article →  Qu’elle avait mal, qu’elle souffrait LA TENDRE MÈRE, EN CONTEMPLANT SON DIVIN FILS TOURMENTÉ !

◊ Myriam las source.  : cliquez ici pour lire l’article →  Près de Jésus et de Marie : « Viens boire à la source

Abbé Pierre Desroches : « Premières missionnaires : les femmes au tombeau

Image de prévisualisation YouTube 

Publié dans fêtes religieuses, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire, Vierge Marie | Pas de Commentaire »

1...56789
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...