Sondage : mode d’emploi ?

Posté par diaconos le 29 janvier 2008

Pour que votre réponse soit enregistrée, il faut faire deux choses…

Cliquer à l’intérieur du cercle (ou des cercles) de la réponse de votre choix et valider votre réponse en cliquant en bas dans le rectangle « Voter » alors et seulement alors, votre réponse sera enregistrée !

Important Lorsque votre réponse a bien été enregistrée, il ne sera plus possible de recommencer , ni de voter à nouveau dans ce sondage (les cercles et la case « Voter » n’étant plus affichés.)

Conseil : avant de choisir votre réponse, on peut et c’est bon d’en discuter en famille. Pourquoi pas ?

Il vous est loisible de proposer quelques suggestions pour le prochain sondage dont le sujet sera « le Carême ». Pour se faire, vous pouvez utiliser la case « messagerie privée » sur la page d’accueil en bas et à gauche ou la case « à propos » de la barre de menu en haut de la page d’accueil.

Publié dans Messages | Pas de Commentaire »

Fête de la Chandeleur ou fête de la lumière (2 février)

Posté par diaconos le 28 janvier 2008

Auteur : Diacre Michel Houyoux

Présentation du Seigneur au temple – Rencontre du Christ et de son peuple dans la personne du vieillard Siméon – Purification rituelle de Marie – Chandeleur ou fête de la lumière, tels sont les thèmes multiples de la célébration qui, quarante jours après Noël, clôture les solennités de la manifestation de Dieu aux hommes en son verbe fait chair.

Historique : chez les Romains, on fêtait aux environs du 15 février, Lupercus (fête des lupercales : on se rassemblait avec des torches et l’on mangeait la galette de céréales en l’honneur de Proserpine), dieu de la fécondité et des troupeaux et chez les Celtes, on fêtait Imbolc (fête religieuse celtique, où les paysans portant des flambeaux, parcouraient les champs en procession en priant la déesse de purifier la terre avant les semis).C’est au cinquième siècle que le Pape Gélase I (492-496) associe ce rite païen de la fête des chandelles (procession avec des cierges allumés (fin VIIe siècle) avec la présentation de Jésus au temple et la purification de Marie, sa mère.

Dans notre région, la Chandeleur est surtout connue sous le nom « Jour des crêpes » . Ce serait le pape Gélase I, qui serait à l’origine de cette tradition qui consiste à offrir des crêpes le jour de la Chandeleur (Il faisait distribuer des crêpes aux pèlerins qui venaient à Rome).

À la Chandeleur, le Christ vient illuminer nos relations fraternelles
Dans le secteur pastoral de Florennes (Belgique), c’est l’équipe paroissiale qui est porteuse de l’action « Crêpes » et les paroissiens sont invités à se rappeler que Jésus vient illuminer nos relations quotidiennes. Pourquoi ? Nos relations sont parfois faites d’indifférence. Se rencontrer autour d’une table est enrichissant et amène une sociabilité entre voisins et c’est aussi l’occasion d’accueillir de nouveaux arrivés.

En pratique : dans les neuf paroisses du secteur pastoral de Florennes, dans la semaine de la Chandeleur, les « hôtes » invitent leurs voisins et ensemble, on déguste des crêpes ou encore, on portera des crêpes à des personnes âgées, malades, immobilisées seules et les manger avec les personnes visitées, bien sûr.

Message du Maillon (secteur pastoral de Florennes) : « Les crêpes nous donnent l’occasion d’ouvrir nos portes pour nous faire découvrir comment et combien Dieu nous aime et aussi de raviver nos bonnes relations entre voisins. Se rencontrer nous apporte la joie et la bonne humeur. Allumons les bougies et dégustons les crêpes. « 

Avec la présentation de Jésus au Temple, l’évangéliste Luc associe deux éléments de la tradition juive : 1° le rachat des premiers nés, qui se fonde sur la libération d’Israël de la terre d’Égypte (Ex 13, 14) et 2° la purification de la mère.

De Hugues Cousin - »l’Évangile de Luc p. 42″

« Selon la tradition juive, chaque mère devenait impure après son accouchement (impure d’un point de vue cultuel) et elle était exclue du culte jusqu’au jour de sa purification, quarante jours après la naissance d’un fils, 80 après celle d’une fille. Le temps de purification s’achève avec l’offrande d’un agneau âgé d’un an ou de deux colombes pour les plus pauvres (1) »

La présentation de Jésus au temple.
La présentation de Jésus au temple

Symbole : la cire blanche des cierges de la chandeleur signifie et représente la chair virginale de Jésus et la flamme symbolise le Christ, qui est venu éclairer nos ténèbres. Que veut nous dire l’Église en célébrant la présentation de Jésus au temple ?

Liens externes

Publié dans Catéchèse, évangiles, Paroisses | Pas de Commentaire »

Livre de Sophonie

Posté par diaconos le 27 janvier 2008

Auteur : Diacre Michel Houyoux

Sophonie, l’un des douze « petits prophètes », vécut pendant le règne de Josias. Lorsqu’il se met à parler vers -630 av. J.C., il ne trouve que peu d’échos dans un peuple bien paganisé. Il est le premier à parler du jugement de Dieu et de sa dimension universelle. Il prophétisa le grand jour de la venue de ce jugement pour le peuple d’Israël qui a adopté des dieux païens et commis des mauvaises actions .

Le livre de Sophonie est un petit livre de l’Ancien Testament (Bible). Il comprend trois chapitres dont le premier parle d’un jour à venir qui sera rempli de courroux et de détresse, le deuxième exhorte le peuple d’Israël à rechercher la justice et l’humilité et le dernier chapitre parle de la venue du Messie où toutes les nations seront rassemblées pour le combat. Mais le Seigneur règnera parmi eux (So 2, 1-3).

Contexte historique

À cette époque, la religion dominante à Jérusalem était un mélange de cultes de Yahvé (Dieu) et de Baal (dieu phénicien) avec quelques cultes d’Assyrie (culte des astres) et Ninive était considérée comme le centre du monde : « … Il lèvera encore la main contre le nord et réduira l’Assyrie en ruines, il fera de Ninive une solitude , une terre aride, un désert » (So 2, 13),… , Voilà pour la ville joyeuse qui trônait en paix et se disait : ‘Moi et rien que moi !  » (So 2, 15a)

Publié dans Ancien testament, Bible | Pas de Commentaire »

Les béatitudes

Posté par diaconos le 27 janvier 2008

Auteur : Diacre Michel Houyoux

Jésus, c’est d’abord en les vivant lui-même qu’il a proclamé les béatitudes. Si Matthieu, l’évangéliste , les situent en tête de l’enseignement de Jésus, c’est qu’il y voyait une lumière pouvant éclairer notre route et aussi un joyeux appel à suivre la route que Jésus nous indique.

Gandhi a dit un jour : “À mesure qu’augmentait mon contact avec les chrétiens, je vis que le sermon sur la montagne était tout le christianisme pour qui veut vivre la vie chrétienne. C’est ce sermon qui m’a fait aimer Jésus”

Les béatitudes sont un condensé de l’enseignement de Jésus et elles contiennent la loi et les prophètes, l’ancienne alliance et la nouvelle ainsi que toutes les clés qui ouvrent le chemin qui mène à la vie éternelle.

Comment arriver à vivre les béatitudes ?

Publié dans Enseignement, évangiles | Pas de Commentaire »

1...361362363364365
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS