Fatima est sans aucun doute la plus prophétique des apparitions modernes

Posté par diaconos le 6 janvier 2019

Message envoyé sur ma page Facebook par Emmanuel le Rien

Le troisième secret de Fatima révélé par un proche de Padre Pio

Le 13 mai 1917, trois petits bergers, François Marto, 9 ans, sa sœur Jacinthe, 7 ans et leur cousine Lucie dos Santos, 10 ans, rentrent le troupeau de moutons qu'ils ont gardé dans la journée. Ils disent à leurs parents incrédules qu’une belle dame leur est apparue lorsqu’ils gardaient le troupeau. Elle leur a demandé de réciter tous les jours le chapelet et de revenir le 13 de chaque mois.

Le 13 mai 1917, trois petits bergers, François Marto, 9 ans, sa sœur Jacinthe, 7 ans et leur cousine Lucie dos Santos, 10 ans, rentrèrent le troupeau de moutons qu’ils ont gardé dans la journée. Ils dirent à leurs parents incrédules qu’une belle dame leur apparut lorsqu’ils gardaient le troupeau. Elle leur demanda de réciter tous les jours le chapelet et de revenir le treize de chaque mois.

Depuis maintenant près de trois ans et demi, nous essayons d’approfondir le message de Fatima. Les points les plus importants de ce message ont été étudiés : non seulement les faits eux-mêmes qui prouvent l’origine divine et l’importance du message, mais aussi les différents points de doctrine rappelés par l’Ange et Notre-Dame ainsi que les différentes pratiques de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, notamment à travers les méditations sur les paroles de l’Ange en 1916, ou de Notre-Dame en 1917 (voir la préparation à la consécration au Cœur Immaculé de Marie). Enfin, les demandes de la Sainte Vierge ont été, elles aussi, analysées, notamment la consécration de la Russie, avec si possible à chaque fois des propositions d’action.

Toutefois, il reste encore un point qui n’a pas été abordé : c’est ce que l’on appelle communément “le troisième secret de Fatima”, mais qui n’est en réalité que le troisième point d’un unique secret. Certes, ce n’est qu’un point parmi les nombreux éléments du message de Fatima, mais il serait injurieux envers Notre-Dame de le passer sous silence. Il est vrai que, bien souvent, le troisième secret est l’arbre qui cache la forêt : on se focalise sur lui et on oublie le reste. C’est pourquoi, jusqu’à présent, les lettres de liaison de Cap Fatima se sont exclusivement consacrées à étudier les autres points. Mais la moindre parole de Notre-Dame a son importance ; il ne peut donc être question de laisser le troisième secret de côté : il fait partie du message de Fatima, tout autant que le reste.

C’est un point qui, malheureusement, divise les catholiques. En effet, il existe trois opinions à son sujet : si beaucoup pensent que le texte diffusé par le Vatican le 26 juin 2000 est le secret tel qu’il a été écrit par sœur Lucie, nombreux aussi sont ceux qui pensent, avec des arguments sérieux, que ce n’en est qu’une partie ; enfin certains pensent, avec des arguments tout aussi sérieux, que ce texte n’a pas été écrit par sœur Lucie.

Le cadre de cette lettre ne permet pas de trancher entre ces trois opinions, ou même simplement de les présenter. À ceux qui souhaiteraient approfondir cette question, nous leur recommandons la lecture du livre de Joseph de Belfont : Mystères et vérités cachées du troisième secret de Fatima. (Il est facile de se le procurer par internet, par exemple sur le site Livres en famille).

Mais récemment, un nouvel élément est venu compléter le dossier : le 25 octobre 2011, Don Gabriel Amorth accorda une longue entrevue au journaliste espagnol José-Maria Zavala, au cours de laquelle il lui révéla certaines choses que le Padre Pio lui avait apprises, en lui demandant de ne rien révéler avant sa mort. Don Amorth étant décédé le 16 septembre 2016, José-Maria Zavala a pu publier ces révélations dans un livre paru en mars 2017 : Le secret le mieux gardé de Fatima. Il a déjà été question de cette entrevue et de ce livre dans la lettre de liaison n° 79, à propos de la consécration de la Russie. Or, cette semaine nous allons fêter un double anniversaire : le 20 septembre, le centenaire de l’apparition des stigmates de saint Padre Pio et trois jours plus tard le cinquantième anniversaire de son entrée dans la vie éternelle. A l’occasion de ce double anniversaire, il paraît approprié de faire connaître ces révélations, même si elles semblent donner tort à ceux qui pensent que le troisième secret a été révélé. Voici un extrait de l’entrevue entre Don Amorth (Don A) et José-Maria Zavala

(JM Z) (pages 229 & 230 de son livre ; les parties entre crochets ont été ajoutées par nous) :

JM Z : Pardonnez-moi d’insister sur le troisième secret de Fatima : le Padre Pio l’a-t-il relié à la perte de la Foi dans l’Église ?
Le Père Gabriele fronce son front et fait un hochement de tête. Il paraît très affecté.

Don A : En effet. Un jour, Padre Pio m’a dit avec tristesse : « Vous savez, Gabriele ? Satan s’est introduit au sein de l’Église et, dans très peu de temps, il arrivera à gouverner une fausse Église. »

JM Z : Oh mon Dieu ! Une sorte d’antéchrist ! Quand a-t-il fait cette prophétie ?

Don A : Cela devait être vers 1960, puisque j’étais déjà prêtre. [Don Amorth a été ordonné le 24 juin 1954, à Rome.]

JM Z : Est-ce pour cela que Jean XXIII fut si effaré à l’idée de publier le troisième secret de Fatima, afin qu’on ne pense pas qu’il était l’antipape ou un équivalent … ?
Un léger sourire de complicité apparaît sur les lèvres du père Amorth.

JM Z : Est-ce que Padre Pio vous a dit quelque chose d’autre sur des catastrophes futures : tremblements de terre, inondations, guerres, épidémies, faim … ? A-t-il fait allusion aux mêmes fléaux que ceux prophétisés dans les Saintes Écritures ?

Don A : Même s’il trouvait tout cela terrifiant, rien de tout cela ne l’intéressait excepté la grande apostasie au sein de l’Église. C’était la question qui le tourmentait vraiment et pour laquelle il priait et offrait une grande partie de sa souffrance, crucifié par amour.

JM Z : C’est-à-dire le troisième secret de Fatima ?

Don A : Exactement.

M Z : Y a-t-il un moyen d’éviter quelque chose de si terrible, Père Gabriele ?Don A : Il faut garder l’espérance, mais cela ne servira à rien si nous n’agissons pas. Commençons par consacrer la Russie au Cœur immaculé de Marie ; récitons le Saint Rosaire ; tous, prions et faisons pénitence.Cette terrible révélation, le Padre Pio la tenait de Jésus Lui-même. En effet, voici ce que Don Amorth confia à José-Maria Zavada dans une autre partie de l’entretien (pages 20 & 21 du livre de JM Z) :D on A, vociférant et en italien, comme s’il voulait expulser le démon lui-même, retrouvant l’ancienne étincelle de ses vieux yeux fatigués et vitreux : Macellai ! [Bouchers, en italien]JM Z, murmurant entre les dents : Bouchers !Don A, avec une expression de stupeur : Dans la tête et le cœur de Padre Pio, résonnait sans cesse ce mot terrible prononcé par Jésus Lui-même contre de hauts mandataires de l’Église et une multitude de prêtres.JM Z : Cette terrible phrase figure dans une lettre du Padre Pio à son directeur spirituel qui figure dans le premier volume de sa Correspondance (en date du 19 mars 1913, fête de Saint Joseph). [En réalité elle est du 7 avril 1913. On la trouve facilement sur internet, par exemple sur cette page du Forum de l’Arche de Marie.]Don A : Une lettre prophétique, sans aucun doute. Tellement prophétique que tout n’a pas encore été accompli…JM Z : Comment ne pas se la  rappeler ? Le Padre Pio y racontait que Jésus lui est apparu, le visage défiguré, en lui assurant qu’Il serait maintenu en agonie par toutes ses âmes infidèles favorisées par Lui… jusqu’à la fin du monde ! [Jésus apparut au Padre Pio le 28 mars 1913 : voir la lettre précitée.]

Don A, avec une grimace : Et le pire de tout, c’est que ces malheureux continuent à répondre aujourd’hui encore à son ineffable amour en se jetant dans les bras de la maçonnerie. Jésus a dit encore d’autres choses, mais ce qu’il a dit à Padre Pio, à l’époque Il ne l’a dit à aucune autre créature sur terre.

JM Z : Cela devait être terrible…

Don A, avec un claquement de langue : C’était le troisième secret de Fatima…

JM Z, sans voix : Que me dites-vous ! Padre Pio connaissait les paroles de la Vierge quatre ans avant qu’Elle ne les révèle aux petits bergers de Fatima ? [Jésus étant apparu à Padre Pio le 28 mars 1913, c’était bien quatre ans avant les apparitions de Fatima.]

Don A : Évidemment qu’il les connaissait. Le Seigneur le laissait parfois lire dans ses pensées.[Littéralement : dans son carnet personnel.]

JM Z : Padre Pio en personne vous l’a dit ?

Don A, insistant comme quelqu’un qui déteste le moindre soupçon de méfiance : Bien sûr qu’il me l’a dit ! Il souffrait l’inexprimable du fait de la situation de l’Église et de ses pasteurs, car le démon s’était infiltré dans des fissures de l’Église. Déjà Sa Sainteté Paul VI avait averti, mais très peu l’ont cru alors : « La fumée de Satan s’est infiltrée dans l’Église » avait-il dit. Le même Souverain Pontife qui a prononcé aussi cette phrase : « Une messe de Padre Pio vaut plus que toute une mission ». Croyez-vous que si ce n’était pas la vérité, il y aurait des sectes sataniques, et que des messes noires seraient célébrées au Vatican ?

JM Z : Évidemment. Vous-même avez dit à l’occasion que, parmi les membres des sectes sataniques, il y avait des prêtres, des évêques et des cardinaux et que même le Pape Benoît XVI en avait été informé.

Ces révélations sont terribles et se passent de commentaires. Nombreux sont ceux qui, sans doute, auront du mal à croire à la réalité de ces propos du Padre Pio. Ce sont malgré tout les paroles d’un saint. Certes, Padre Pio les garda une cinquantaine d’années avant de les révéler à Don Amorth, lequel les garda ensuite une cinquantaine d’années avant de les révéler à José-Maria Zavala qui dut attendre encore un peu plus de cinq ans avant de les publier. Mais, saint Padre Pio ne les a sûrement pas inventées, ni Don Amorth qui connut personnellement Padre Pio 26 ans et fut de plus toujours très proche du pape puisqu’il fut exorciste du diocèse de Rome de 1986 à sa mort. Dieu sait choisir ses intermédiaires, afin que ce qu’Il veut dire aux hommes soit transmis exactement. On peut donc accorder foi aux propos rapportés par José-Maria Zavala.

Et il est étonnant que rien de tout cela ne figure dans le dossier diffusé par le Vatican le 26 juin 2000 avec le texte présenté comme le troisième secret. Aussi prions saint Padre Pio avec ferveur les 20 et 23 septembre prochains et demandons-lui de nous éclairer. En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

Source → Le Troisième Secret de Fatima révélé par un proche de  Padre Pio

roses 30 30Contact → Emmanuel Le Rien

Merci à Emmanuel le Rien  pour son envoi

 

Compléments

◊ Une prophétie au sujet de la future Apostasie à Rome → La Prière à Saint Michel du pape Léon XIII

◊ Cliquez ici pour lire l’article → Bâtir une maison sur le sable, est-ce une bonne idée ?

Liens externes

  Fatima est sans aucun doute la plus prophétique des apparitions modernes → Le Message de Fatima – vatican.va

Message de Fatima

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, apparitions, Enseignement, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël, Vierge Marie | 1 Commentaire »

L’Eucharistie, nous associe à Jésus-Christ

Posté par diaconos le 5 janvier 2019

La consécration à la messe est réelle. Pour les catholiques, le pain et le vin deviennent vraiment le Corps et le Sang du Christ. La messe est offerte à Dieu le Père comme geste d’offrande. L’Eucharistie est une nourriture donnée par Dieu aux hommes afin qu’ils vivent de lui.

La consécration à la messe est réelle. Pour les catholiques, le pain et le vin deviennent vraiment le Corps et le Sang du Christ. La messe est offerte à Dieu le Père comme geste d’offrande. L’Eucharistie est une nourriture donnée par Dieu aux hommes afin qu’ils vivent de lui.

Nous sommes invités à nous redresser et à entrer dans le combat pour préparer notre passage dans l’au-delà à la fin de notre vie. Cet appel ne reçoit sa signification profonde qu’en fonction du futur, de l’avenir. Ce combat que nous avons à mener c’est celui de la justice et de l’amour : « Que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous. Et qu’ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les saints  » (extrait de la première lettre de l’apôtre Paul aux Thessaloniciens)

  ♦ Source de l’image → Eglise catholique

Dans ce combat, Jésus est un éclaireur et il nous invite à agir. Regardez en haut, levez vos têtes. Ne restez pas sous le joug de l’affliction car votre délivrance est proche (Lc 21,28 )

Progressez dans un amour mutuel,  progressez dans un amour communautaire qui se prolongera en amour universel  qui soit au même niveau que celui que l’apôtre Paul a porté à tous, telle est l’attitude que nous devrions avoir si nous voulons efficacement préparer notre passage dans l’autre monde.

La vigilance et la prière sont les deux grands moyens d’échapper aux dangers de la dernière épreuve et de subsister en présence de Jésus  :  « Restez éveillés et priez en tout temps »  (Lc 21,36) Cet appel nous fait  penser au reproche que Jésus fit à ses apôtres au Jardin des oliviers, la veille de sa passion : «  Vous n’avez pas pu veiller une heure avec moi. » 

« Rester éveillés », nous fait entrer  dans le mystère du Fils de Dieu qui vient vers nous et nous attachera à sa personne. L’espérance chrétienne s’appuie sur une relation avec une personne, celle de Jésus et met, comme Lui, une confiance totale en Dieu. Toute personne qui ne connaît pas Dieu, tout en pouvant avoir de multiples espérances, est dans le fond sans espérance, sans la grande espérance qui soutient toute l’existence ( Ep 2, 12). Notre espérance, qui résiste malgré toutes les désillusions, c’est  seulement Dieu qui nous a aimés et qui nous aime toujours  jusqu’à ce que tout soit accompli :  « Et baissant la tête, il rendit l’esprit. » (Jn 19, 30b).

Quiconque  est touché par l’Amour commence à comprendre ce qui sera précisément la vie dans toute sa plénitude : la vie dans le sens véritable est une relation. Et la vie dans sa totalité est relation avec Dieu qui est la source de la vie. Si nous sommes en relation avec Dieu qui ne meurt pas, qui est Lui-même la Vie et l’Amour, alors nous vivons pleinement.

En résumé, ce message est un appel pressant à demeurer en relation avec Dieu qui ne meurt pas, qui est Lui-Même la Vie et l’Amour. C’est cela « Restez éveillés et prier en tout temps ». Ainsi nous sommes pour toujours dans la  Vie. Chaque Eucharistie nous y plonge totalement en nous associant par les signes du Pain et du Vin à  Jésus-Christ, le Fils bien-Aimé du Père, vivant éternellement avec le Père et l’Esprit Saint.

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Compléments

◊ Ce dimanche 6 janvier: cliquez ici pour lire l’article → Fête de l’Épiphanie du Seigneur

 Liens externes

◊  Chroniques de Rome : cliquez ici pour lire l’article → Dieu parle de l’Eucharistie à Sœur Guadalupe

◊ Wikipédia : cliquez ici pour lire l’article →  Sainte Maria Guadalupe Garcia Zavala

Sainte Marie Guadelupe

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, fêtes religieuses, L'Église, Messages, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

Que demeure en vous ce que vous avez entendu depuis le commencement (1 Jn 2, 22-28)

Posté par diaconos le 4 janvier 2019

Envoyé sur mon blog par le Père Marie Landry Bivina

abvn

abvn

Frères Bien-aimés, le menteur n’est-il pas celui qui refuse que Jésus soit le Christ ? Celui-là est l’anti-Christ : il refuse à la fois le Père et le Fils ;
quiconque refuse le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui reconnaît le Fils a aussi le Père. Quant à vous, que demeure en vous ce que vous avez entendu  depuis le commencement. Si ce que vous avez entendu depuis le commencement demeure en vous, vous aussi, vous demeurerez dans le Fils et dans le Père.
Et telle est la promesse que lui-même nous a faite : la vie éternelle.

Je vous ai écrit cela à propos de ceux qui vous égarent. Quant à vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin d’enseignement. Cette onction vous enseigne toutes choses, elle qui est vérité et non pas mensonge ; et, selon ce qu’elle vous a enseigné, vous demeurez en lui. Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui ; ainsi, quand il se manifestera, nous aurons de l’assurance, et non pas la honte d’être loin de lui à son avènement.

PSAUME 97 (1, 2-3ab, 3cd-4)         R/ La terre tout entière a vu le salut de notre Dieu. (Ps. 97, 3)

Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles ; par son bras très saint, par sa main puissante, il s’est assuré la victoire. (Refrain)

Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations ; il s’est rappelé sa fidélité, son amour, en faveur de la maison d’Israël. (Refrain)

La terre tout entière a vu la victoire de notre Dieu. Acclamez le Seigneur, terre entière, sonnez, chantez, jouez !

Alléluia, Alléluia : À bien des reprises, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. Alléluia. ( He 1, 1-2)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean -  Voici le témoignage de Jean le Baptiste, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des  lévites pour lui demander :  » Qui es-tu ? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement :  » Je ne suis pas le Christ. » Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ?  » Il répondit :  » Je ne le suis pas. » – « Es-tu le Prophète annoncé ? » Il répondit : « Non. »

Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? » Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? »  Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.  » Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale.  » Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait.

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui, l’Évangile nous propose de contempler le personnage de Jean Baptiste. « Qui es-tu? « , lui demandent les prêtres et les lévites. La réponse de Jean exprima clairement sa conscience de remplir une mission : préparer la venue du Messie. Jean répondit aux émissaires : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Rectifiez le chemin du Seigneur » (Jn 1,23).

Être la voix du Christ, son haut-parleur, celui qui annonça le Sauveur du monde et qui prépara sa venue : voilà la mission de Jean et, comme lui, celle de toutes les personnes qui savent et se sentent dépositaires du trésor de la foi. Toute mission divine a pour fondement une vocation, elle aussi divine, qui garantit sa réalisation.

Je suis sûr d’une chose, disait Saint Paul aux Chrétiens Philippiens : « Celui qui a commencé la bonne œuvre auprès de vous la continuera jusqu’au Jour de Jésus-Christ »» (Ph 1,6). Nous sommes tous appelés par le Christ à la sainteté et nous devons être sa voix à travers le monde. Un monde qui vit, souvent, en tournant le dos à Dieu et qui n’aime pas le Seigneur. Il faut que nous le rendions présent et que nous l’annoncions en témoignant avec notre vie et notre parole. Ne pas le faire serait trahir notre plus profonde vocation et notre mission. La vocation chrétienne, de par sa nature, est aussi une mission d’apostolat», commente le Concile Vatican II.

La grandeur de notre vocation et de la mission que Dieu nous a confiée ne vient pas de nos propres mérites, mais de Celui que nous servons. Jean Baptiste l’exprima ainsi : « Je ne suis même pas digne de détacher la courroie de sa sandale » (Jn 1,27). Comme Dieu a confiance dans les personnes ! Remercions de tout cœur d’avoir été appelés à participer à la vie divine et à la mission d’être, pour notre monde, en plus de la voix du Christ, ses mains, son cœur et son regard, et renouvelons, maintenant, notre désir sincère de lui être fidèles.

Contact → Père Marie Landry Bivina

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs"Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi

_____________________________________________________________________________________________________-

Préparer le chemin du Seigneur et aplanir sa route est une opération importante car elle nous concerne directement.

Bon départ en ce bébut d'année 2019 et surtout soyez persvérant

Bon départ en ce début d’année 2019 et surtout soyez persévérant

« Préparez le chemin du Seigneur  » : ce cri a retenti trois fois dans l’histoire du Salut.  La première fois, c’était avec Isaïe pour la libération du peuple d’Israël qui a été déporté à Babylone, la deuxième fois, avec Jean- Baptiste qui annonçait la venue du Seigneur dans l’histoire de l’homme,  la troisième fois, c’est aujourd’hui, c’est à nous que l’Église adresse cette invitation.

« Préparez le chemin du Seigneur » pour qu’il vienne dans nos cœurs et dans le cœur des hommes. Aujourd’hui encore, bien des obstacles s’opposent dans notre vie à l’accueil de l’Évangile : les rugosités de notre caractère, les déviations de notre foi, les fossés d’incompréhension entre nous, nos préjugés, notre indifférence aux autres, notre manque de générosité, la faiblesse de notre charité, notre façon de vivre trop axée sur les biens matériels et l’argent.

 » Préparez le chemin du Seigneur » : cette parole est pour nous une exhortation à un véritable renouvellement de vie. Laissons-nous toucher par cet appel de Jean pour nous remettre en question, redresser nos mauvais penchants et pour changer de cap. Que de trous, de ravins, d’abîmes à combler en nous ! Il est urgent de nous demander :  » Voulons-nous vraiment que le Christ vienne en nous ? Le désirons-nous de tout notre cœur ? »

Débarrassons-le de tout ce qui l’encombre, plus nous le viderons et plus le Seigneur pourra le combler. Invitons- le, à venir chez nous, redisons-lui ce cri :  » Viens, Seigneur Jésus, viens, ne tarde plus… » Le Seigneur nous redit ces paroles : Voici que je me tiens à ta porte et je frappe. Si tu entends ma voix et ouvres ta porte, j’entrerai chez toi pour souper comme avec un ami, moi près de toi et toi près de moi.  » (Ap 3, 20) Lui ouvrirons-nous alors la porte ?

Recevez, chers visiteurs de mon blog, mes salutations amicales et fraternelles  – Michel Houyoux, diacre permanent
Écrivez un message sur mon blog. Merci

Compléments

◊  Jésus, lumière de Dieu pour les hommes : cliquez ici pour lire l’article →  Chandeleur : fête du Christ, lumière pour le monde

Publié dans Accueil sur mon blog, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

VIENS , SEIGNEUR (Mt 8,23-24)

Posté par diaconos le 3 janvier 2019

Envoyé sur mon blog par Eauderose de Jésus

Viens, Seigneur JésusJésus , Tu es venu pour les malades et les pécheurs . C’est pourquoi nous nous adressons à Toi et nous voulons Te demander de nous guérir , dans notre âme dans nos corps .

Jésus , Tu sais que le péché tiraille et déchire tout être humain , qu’il détruit les relations entre les hommes et avec Toi .

Mais devant Toi , il n’existe aucun péché , aucune maladie que Tu ne puisses chasser par ta parole puissante . Il n’existe pas de blessure que Tu ne puisses guérir .

Jésus , Tu as connu l’agitation du monde , Tu es entré dans la barque de chaque vie . Tu es présent car ton nom signifie Emmanuel : Dieu avec nous , Dieu pour nous . Nous Te prions maintenant , viens dans nos vies , nos barques chavirent .

Vois nos tourments et nos soucis dans le conscient et dans notre subconscient . Pénètre , Jésus , au plus profond de notre être . Nous sommes sur le point de périr .Lève – Toi , calme nos tourments.

Dis un mot pour apaiser nos coeurs pour que nous entendions ta parole divine et créatrice …

Contact → Eauderose DE Jésus

roseMerci à Eauderose de Jésus pour son envoi

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → Catéchèse : Je veux ! Sois purifié ! (Mc 1, 40-45)

◊ Cliquez ici pour lire l’article → Le lépreux habitera à l’écart, son habitation sera hors du camp

Lien externe

Le lépreux réintégré à la société et à sa religion

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

1...34567...391
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS