• Accueil
  • > Recherche : 18eme dimanche ordinaire

Résultats de votre recherche

Dix-huitième dimanche du Temps Ordinaire — Année B

Posté par diaconos le 26 juillet 2021

Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, celui qui croit en moi n’aura jamais soif

Épinglé sur #laBible Jean

Le Corps du Christ est un concept de la théologie chrétienne, lié à la rédemption, à la vie éternelle, au partage, à la fraternité, ainsi qu’à la transmission de la parole divine. Lors de la messe catholique, le prêtre dit lors de la prière eucharistique : « au moment d’être livré et d’entrer librement dans sa passion, il prit le pain, il rendit grâce, il le rompit et le donna à ses disciples en disant: « Prenez et mangez en tous: ceci est mon corps livré pour vous » Ce rappel de la Cène, le repas avant la crucifixion de Jésus-Christ est le symbole de la chair donné par le Messie pour sauver l’humanité de ses péchés.
x
Juste un peu plus tard dans l’office, le prêtre dit « faisant ici mémoire de la mort et de la résurrection de ton Fils nous t’offrons Seigneur le pain de vie.» Plus que le pardon, le pain comme le stipule l’officiant, est pain de vie, symbole de la résurrection apportée aux humains par Jésus. Le Corps du Christ c’est le don par le Messie du pardon des fautes, c’est la nouvelle parole donnée qui sous entend la résurrection et surtout le pain de vie par cette parole christique qui se veut porteuse de charité, de fraternité. Moïse sortit le peuple de l’esclavage; Jésus par le don de son corps, par le sacrifice, cherche à faire régner les vertus cardinales et théologales. La Communauté du Pain de Vie fut une communauté nouvelle de l’Église catholique romaine, fondée en 1976 par Pascal et Marie-Annick Pingault et dissoute par Monseigneur Jean-Claude Boulanger le 9 avril 2015

De l’évangile selon Jean

24 Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus. 25 L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? »  26 Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. 27 Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. » 28 Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » 29 Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

30 Ils lui dirent alors : « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? Quelle œuvre vas-tu faire ? 31 Au désert, nos pères ont mangé la manne ; comme dit l’Écriture : Il leur a donné à manger le pain venu du ciel. » 32 Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. 33 Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »

34 Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. » 35 Jésus leur répondit : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif.»  (Jn 6, 24-35)

Donne nous Seigneur ton Pain de vie. Voici mes mains tendues.

« La foule s’étant aperçue que Jésus n’était pas au bord du lac de Tibériade (166km2) , ni ses disciples non plus, les gens prirent des barques et se dirigèrent vers Capharnaüm sur la rive nord-ouest du lac au nord de l’État d’Israël) à la recherche de Jésus. C’est là qu’ils le trouvèrent. » Jésus s’adressa alors  à cette foule : « Vous me cherchez non pas parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de pain et que vous avez été rassasiés »

  Ce que ces gens attendaient de Jésus, ce n’étaient pas les signes du Royaume, mais uniquement des avantages matériels. Ce diagnostic est très actuel : nous sommes certainement plus matérialisés que  ces gens venus  à la rencontre de celui qui les avait rassasiés lors de cette fameuse multiplication des pains. En acceptant de nous laisser remettre en cause par ce diagnostic, nous découvrirons que nous aussi nous avons faim. Nous avons faim d’argent, de confort, de considération, d’évasion, de sécurité…

Quand Jésus résout nos problèmes, nous sommes prêts à le suivre sans la moindre hésitation, mais s’il nous propose des signes déconcertants de son Royaume, qui ne nous conviennent pas, ne sommes-nous pas prêts à l’abandonner ? Pour trouver réellement Jésus, nous devons le chercher. Quelle est notre recherche de Jésus ? Est-elle celle de ces Juifs qui étaient à la recherche d’un Dieu Providence qui les nourrirait sans qu’ils doivent travailler ?

Nous demandons des guérisons, des succès, des plaisirs, du bonheur immédiat, et nous oublions souvent d’exaucer les désirs légitimes de Dieu, son Commandement d’aimer les autres comme il les aime lui-même. C’est alors, seulement, que nous pourrions profiter vraiment de ce qu’il veut nous donner : sa PAROLE, son PAIN DE VIE, sa PERSONNE à travers son CORPS et son SANG versé, une vraie Communion avec lui. Avant que nous nous mettions à la recherche de Jésus, lui, il nous a cherché. Que notre prière le rejoigne : Seigneur, nous avons faim de Toi ! Montre-nous ton Visage ! Fais couler la source de ta PAROLE !

Ainsi, nous pourrons nous rassasier de ton AMOUR et le porter à toutes les personnes  qui croisent nos routes, particulièrement aux pauvres et aux délaissés. Jésus leur demanda de travailler pour la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que le Père a marqué de son empreinte. Cette demande de Jésus nous concerne tous : travaillons pour cette nourriture venue du Ciel et qui donne la vie éternelle.   Cette nourriture essentielle dont nous avons besoin, c’est Jésus lui-même : « Je suis le Pain descendu du ciel. Qui mange de ce pain vivra à jamais. » (Jn 6, 51).

 Si nous avons faim et soif de son amour Jésus comblera notre cœur par le sacrement de l’Eucharistie dans lequel il se fait tout à tous. Nous comprenons à présent tout le sens de l’Eucharistie : « Jésus s’est fait pain de  vie pour satisfaire notre faim de Dieu, mais fragile comme le pain pour que nous puissions répondre à l’amour qu’il nous porte. » (Mère Thérésa) Dans la deuxième lecture, Paul apôtre du Christ nous parle de gens qui se laissaient guider par le néant : ne vous conduisez pas comme des païens qui se laissent guider par le néant. Adoptez le comportement de l’homme nouveau, créé saint, juste et dans la vérité, à l’image de Dieu.

Celui qui vient à moi, nous dit Jésus avec insistance n’aura plus jamais faim. Quel dommage si nos pâtisseries arrivaient à nous suffire. Donne nous Seigneur ton Pain de vie. Voici mes mains tendues.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam :  cliquez ici pour lire l’article →  18e dimanche du temps ordinaire, année B

◊Œuvre de Soutien aux Églises de France et aux Prêtres   :  cliquez ici pour lire l’article →  « Ce Pain, c’est moi ! »

 

♥  Lectio Divina : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Dix-huitième dimanche du temps ordinaire dans l’année A

Posté par diaconos le 2 août 2020

La multiplication des pains

Dix-huitième dimanche du Temps Ordinaire — Année A dans Catéchèse 116930436

Auteur : Père Marie Landry Bivina

De l’Évangile de Mathieu

En ce temps-là, quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied. En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades. Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! » Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. » Jésus dit : « Apportez-les moi. » Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants. (Mt 14, 13-21)

Homélie

C’est dans un lieu « désert » que se trouve Jésus. Il y a là une claire allusion à un autre épisode de l’histoire du peuple d’Israël. La sortie d’Égypte était loin derrière et la traversée du désert pour atteindre la terre promise se faisait longue. Le peuple se plaignait à Moïse que Dieu les ait fait sortir d’Égypte pour les laisser mourir de faim dans le désert. Mais Dieu est fidèle. Il entendit leur cri et fit en sorte qu’une fine couche de pain apparaisse chaque matin sur le sol. Les Hébreux appelèrent ce pain « manne ». On trouve ce récit dans le livre de l’Exode.’ ici c est Jésus qui va nourrir la foule en lui donnant du pain. Jésus est même plus grand que Moïse, puisque c’est lui-même qui fait apparaître le pain. Mais il ne le fait pas immédiatement. D’abord, il sollicite ses disciples. Il les met à l’épreuve en quelque sorte. Les disciples sont déroutés. Sans doute la foi leur manque. Alors Jésus lève les yeux, bénit les pains, les rompt et les donne aux disciples pour qu’ils en apportent aux gens. La prière et le geste de Jésus préfigurent le don du pain eucharistique. Les verbes « bénir » et « rompre le pain » sont répétés à chaque messe.
Et si Jésus veut avoir besoin de ses disciples pour faire parvenir ce pain aux foules, c’est qu’il leur confie déjà un ministère. Malgré leur manque de foi, malgré leurs hésitations, Jésus choisit d’agir par la médiation de ses disciples, une médiation eucharistique qu’ils auront ensuite à poursuivre après sa mort et sa Résurrection. Ce sont bien eux qui – aujourd’hui encore – nous donnent l’Eucharistie qui rend la présence de Jésus réelle et actuelle.Après que tous ont mangé, les disciples rapportent douze corbeilles, le chiffre des douze tribus, donc le chiffre d’Israël. C’est vers tout Israël que Jésus est envoyé. Avant d’être le Messie des nations, il est le Messie des Juifs. Jésus disait d’ailleurs qu’il a été envoyé d’abord aux brebis perdues de la maison d’Israël, ensuite seulement et par l’entremise des Juifs, il a rejoint les païens. Telle est la pédagogie que Dieu a mise en place dès les premiers moments de l’histoire de son peuple Israël.Israël commença à exister comme peuple dès qu’il fut libéré du joug égyptien et Dieu prit soin de lui au désert en lui donnant la manne. Désormais, en Jésus, Dieu convoque un nouveau peuple qui réunit les Juifs et les païens, afin de les libérer définitivement du joug de l’esclavage du péché et afin de les nourrir du pain eucharistique, le pain qui fait vivre éternellement.

Jésus, tu me nourris chaque dimanche de ton pain eucharistique, ce pain que tu es toi-même, ce pain qui refait mes forces de semaine en semaine et qui me fait vivre éternellement. Loué sois-tu pour le grand don de toi-même !

Contact  Père Marie Landry Bivina

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Dix-huitième dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Tout ajout de votre part est le bienvenu : Vous pouvez écrire un commentaire ou un ajout sous l’article

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊Puiser à la source  : cliquez ici pour lire l’article → 18ème dimanche du temps ordinaire

Bernard Lafrenière, c.s.c.  : cliquez ici pour lire l’article →  18ème dimanche du Temps Ordinaire — Année A

La multiplication des pains ou l’art de la délégation

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Dix-huitième dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Posté par diaconos le 28 juillet 2020

 Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés

Dix-huitième dimanche du Temps Ordinaire — Année A dans Catéchèse 116930436

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,  quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied. En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades. Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! » Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. » Jésus dit : « Apportez-les moi. » Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples,  et les disciples les donnèrent à la foule. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.

Donnez-leur vous-mêmes à manger !

Le miracle de la multiplication des pains  eut lieu dans un contexte dramatique : Jésus qui fut rejeté de Nazareth et l’exécution de son cousin, ordonnée par Hérode.. En apprenant le meurtre de son cousin, le premier réflexe de Jésus fut de fuir, tout seul : « Il partit en barque pour un endroit désert à l’écart » Cette précision a une signification pour nous : n’aurions-nous pas besoin de nous retirer de temps en temps à l’écart pour faire le point  sur notre vie ?

 Jésus voulut se retirer à l’écart, mais il fut rejoint par la foule. Cette foule le suivit jusque dans sa retraite, attirée par son amour miséricordieux : il guérit leurs malades et les nourrit dans le désert comme Dieu le fit pour son peuple. L’Église doit à son tour poursuivre cette œuvre de rassemblement et de ressourcement du peuple de Dieu.

Ainsi bien des détails du texte biblique prennent-ils tout leur relief. : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ; apportez-moi ces pains et ces poissons.» Ces gestes de Jésus nous rappellent l’Eucharistie ; la distribution à la foule par les disciples ; les douze paniers des restes signifiant qu’il y aura encore de quoi nourrir d’autres foules à l’avenir.

 Les évangiles nous rapportent six récits de la multiplication des pains. En faisant ces gestes, Jésus agissait comme le père de famille présidant un repas. Il n’y a pas de repas juif sans bénédiction du pain… sans action de grâce… Les mots « action de grâce » se traduisent en grec « eucharistia » (Eucharistie)

 Le miracle de la multiplication des pains est une préfiguration de la Dernière Cène, un signe avant-coureur de l’Eucharistie. Avant de manger, les juifs pieux renditrnt grâce au Seigneur en disant : « Béni soit Celui qui nous donne la subsistance, et qui, par sa grande bonté, nous fait vivre. Nous te rendons grâce, Seigneur, Éternel qui nourrit toutes les créatures.»

 La nourriture que nous mangeons est un fruit de la terre et du travail des hommes. Mais elle est d’abord un don de Dieu. Aujourd’hui invisible, le Christ manifeste sa présence active dans la présidence du prêtre et dans la charge missionnaire assurée par toutes les personnes qui ont la charge du peuple de Dieu.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger ! » Une vocation incontournable pour qui veut marcher avec Jésus : il reste douze paniers pleins à distribuer ! Notre communauté paroissiale, nos équipes demeurent toujours les intermédiaires par lesquels Jésus veut rassembler les foules en un seul peuple de Dieu et les nourrir de sa Parole et de son corps.

Recevons avec joie cet ordre de Jésus : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ! » Et pour faire cela, ayons le même amour qu’a Jésus à l’égard des personnes. Chacune de nos messes, nous renvoie à nos tâches fraternelles de partage : Jésus, mort sur la croix, ressuscité le troisième jour, vivant éternellement avec le Père et le Saint Esprit, est le pain rompu, le pain partagé, pour un monde nouveau ! Amen.

 Diacre Michel Houyoux

Tout ajout de votre part est le bienvenu : Vous pouvez écrire un commentaire ou un ajout en dessous de l’article.

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Spiritualité 2000 : cliquez ici pour lire l’article →  Dix-huitième dimanche du temps ordinaire. Année A

◊ Abbaye-veniere.fr : cliquez ici pour lire l’article →  Bible | Dix-huitième Dimanche du Temps ordinaire A

Saint Sacrement : Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

A.D.A.L. 18ème dimanche ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 20 juillet 2013

 18ème dimanche du temps ordinaire     

Liturgie de la parole animée par des laïcs

094dweb.gif

L’argent serait-il le seul moteur de la vie, au point d’aveugler les hommes, tel ce fermier dont nous parle l’évangile, ou plus sournoisement, on chercherait, pour se tranquilliser, à rendre l’évangile garant de ses propriétés. Ne cherchons pas à justifier par l’évangile nos prises de position sur la propriété privée.

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) !  L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Lectures bibliques et commentaires → Eccl. 1,2 ; 2, 21-23   ;  Psaume 89Co. 3, 1-5.9-11  ;  Lc 12, 13-21

Chant d’entrée

 (Suggestion) : Au cœur des ce monde (A238) ; Ta parole nous rassemble (605) ; Tu es notre vie (229) ; Lumière des hommes (G 128) ; Les mots que tu nous dis (E 164) ou un autre de votre répertoire.

Animateur de la célébration Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.        Tous : Amen

Animateur de la célébration Nous qui sommes ressuscités avec le Christ et qui sommes appelés à rechercher les réalités d’en haut, que Dieu notre Père et Jésus Christ notre Seigneur nous donnent la grâce et la paix.

Tous : Béni soit Dieu maintenant et toujours !

Animateur de la célébration Qu’est-ce qui est important dans notre vie ? Quelles sont nos richesses ? Voilà les questions directes qui nous sont posées par la Parole de Dieu de ce dimanche.  Préparons-nous à accueillir les exigences de cette parole. N’est-elle pas le trésor que Dieu nous confie pour  que nous le fassions porter du fruit ? Jésus est venu nous guider vers le Père, vers la vraie vie, vers le vrai bonheur. Que sa tendresse vienne encore à notre secours. 

Un jeune ou un membre de l’équipe liturgique

Jésus, notre frère, venu partager notre vie,  prends pitié de nous. (Chant)

Jésus, notre lumière, venu éclairer notre nuit, prends pitié de nous (Chant)

Jésus, notre Seigneur, venu sauver ce qui était perdu, prends pitié de nous. (Chant)

Animateur de la célébration  Que Dieu tout- puissant nous fasse miséricorde ; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.               

Tous : Amen

On pourrait réserver le Gloire à Dieu pour les jours de fête… car il n’est pas opportun de chanter régulièrement le « gloire à Dieu »  dans une A.d.a.l. car cet hymne est très liée à la célébration eucharistique (messe)

Gloire à Dieu (Chant de louange)

Animateur de la célébration Dieu Très haut, ô notre Père, louange à toi ! Tu ne veux pas abandonner les hommes à la pesanteur du quotidien. Tu veux leur découvrir un horizon nouveau dans le Christ.  Fais-nous rechercher l’avenir de bonheur que tu nous prépares. Fais-nous désirer les richesses de grâces dont tu veux nous combler.
Par Jésus  Christ, ton fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Liturgie de la Parole

 ◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Animateur de la célébration  l’extrait proposé en première lecture serait-il un éloge de la paresse ?  La réponse nous est donnée dans l’évangile où le Christ, notre maître de sagesse, nous explique en qui il faut mettre sa foi et sa confiance.

Première lecture par…………………………………… (Eccl. 1,2 ; 2, 21-23)

Animateur de la célébration Nous rencontrons maintenant le psaume 89 : avec le psalmiste, reconnaissons la fragilité de notre existence. Avec lui, confions-nous à l’amour du Seigneur, notre seul refuge, notre seule sécurité.

Le psaume 89 (90)  est chanté par la chorale                           ( Ps 89 )

 A.D.A.L. 18ème dimanche ordinaire de l'année C dans A.D.A.L. psaume-89-300x126

 

Animateur de la célébration  Dans la deuxième lecture, tirée de la lettre de saint Paul aux chrétiens de Colosse, l’homme ne se comprend qu’en Jésus Christ, et seulement la résurrection nous révèlera ce que nous sommes vraiment. C’est donc vers le Christ qu’il faut nous orienter, en faisant taire en nous nos passions, pour laisser Dieu nous recréer. Écoutons attentivement ce passage…

Deuxième lecture par……………………………             ( Co 3, 1-11)

Lecteur ou lectrice : Alleluia, Alleluia ! Soyez vigilants et demeurer prêts : vous ne connaissez pas l’heure ou le Fils de l’Homme viendra. Alleluuia.               

  Chant  de l’Alléluia par la chorale.

L’animateur de la célébration dit alors : » De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc »

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Lc 12, 13-21

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie  →  Ne vous trompez pas de but ! (Lc 12 13-21)

Animateur de la célébration   Ensemble proclamons notre foi  (Credo récité ou chanté )

Prière universelle

Animateur de la célébration   Appelés à être riches en vue de Dieu, ouvrons largement notre prière à tous nos frères et sœurs de par le monde.

Intentions présentées par des jeunes

  • Pour l’Église toute entière, et pour nos communautés chrétiennes appelées à témoigner de la seule vraie richesse : toi, notre Dieu, nous te prions !

 priere-universelle-18e-dimanche-ordinaire-annee-c-300x62 A.D.A.L. pour le 18ème dimanche ordinaire de l'année C dans Paroisses

  •  Pour les personnes qui sont devenues esclaves des richesses, et pour celles qui ont choisi la pauvreté à cause du Royaume des cieux, Seigneur, nous te prions ! (chant)
  • Pour les personnes dépassées par les soucis matériels et pour celles qui s’épuisent à amasser pour eux-mêmes, Seigneur, nous te prions ! (chant)
  • Pour ceux et celles qui sont riches de jeunesse et de santé, et pour nos frères et sœurs malades ou âgés, Seigneur, nous te prions ! (chant)
  •  Pour les personnes qui n’ont rien à faire, et pour celles qui sont écrasées par l’excès de travail, Seigneur, nous te prions ! (chant)

Animateur de la célébration   Prions le Seigneur : Apprends-nous, Seigneur, la valeur des choses et du monde afin de rester libres devant toi, et dans le service des autres. Nous te le demandons par Jésus Christ, ton fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration Frères et sœurs, en ce dimanche le Christ ressuscité se tient au milieu de nous et c’est lui qui inspire notre prière rendons–lui grâce pour son amour et pour sa grâce.

Chant en l’honneur de Dieu :

Suggestion : Que tes œuvres sont belles (A 219) ;  Peuple de prêtres (C 49) ; Terre entière (I 33) ; Peuple de Dieu, marche joyeux ; Chantons à Dieu ce chant nouveau (L 211)  Peuple, criez de joie (M 27) ou un autre chant de votre répertoire.

Prière de louange par……………………………………………………………………..

O Seigneur, notre Dieu, toi notre créateur, qu’îl est grand ton nom par toute la terre ! (Refrain)

action-de-grace-13e-dimanche-ordinaire-annee-c-300x91 dans Temps ordinaire

Qu’est-ce que l’homme que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? Qu’est-ce que l’homme que tu l’aies béni dans le Christ et que tu le combles chaque jour de ta grâce ?  (Refrain)

Qu’est-ce que l’homme pour que tu le veuilles proche de toi et que tu l’appelles chaque jour à te rendre grâce ? (Refrain)

Animateur de la célébration  Confions maintenant à Dieu notre Père nos intentions particulières  et les mains levées vers Dieu, prolongeons notre louange en redisant la prière que nous avons reçue du Christ Jésus.

Notre Père…    Chanté ou récité.

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix    Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui : frères et soeurs dans la charité du Christ donnons-nous la paix !

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de communion  (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébration → Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration →  Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion

Suggestions de Chants pour la communion : La Sagesse a dressé notre table (Syl F 502) ; Tu es le Dieu fidèle (D 163) ; Pain rompu pour un monde nouveau ( D 283) ; En marchant vers toi Seigneur (D 380) ; Pain des merveilles (D 203) ; Pain de Dieu, pain rompu (D 284) ; Peuple de frères (T 122) ;  Ouvre nos yeux (G 79) ou selon votre répertoire.

◊ Distribution de la communion en disant : « Le corps du Christ

Prière après la communion

Par un membre de l’équipe liturgique : ……………………………………………………………………………..

Dieu notre Père, en nous donnant sa vie, ton fils nous révèle la  vraie richesse à partager avec nos frères les hommes. Que la communion à son offrande nous fasse désirer la plénitude de l’Esprit Saint. Que ton Fils nous apprenne à le suivre avec confiance, lui, notre Sauveur pour les siècles des siècles.   Tous : Amen  

Suggestion pour le chant final : Dieu parmi les hommes (E 118) ; À ce monde que tu fais (T 146) ; Allez dans le monde entier (Z 95-3) Sur les chemins du monde (G 127) Seigneur, tu nous aimes ( M 25) ou selon votre répertoire.

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…

Certains d’être aimés de Dieu, sûrs d’avoir à remplir un rôle unique et irremplaçable, allons partager avec nos frères cette foi et cette joie.  Si nous marchons avec le Christ, rien ne peut briser notre élan. Si nous rencontrons la méchanceté, nous triompherons du mal par le bien.

Que Dieu tout puissant nous donne de savoir pleinement apprécier tous les dons qu’il nous fait en sa générosité débordante. et  (Pas de bénédiction à donner ici !) qu’il  nous bénisse : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Allons, dans la paix du Christ !

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège). 

croix-diaconale1 

Michel Houyoux, diacre permanent

                                 

Publié dans A.D.A.L., Paroisses, Temps ordinaire | 36 Commentaires »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS