Résultats de votre recherche

La conversion n’est pas l’œuvre d’un instant

Posté par diaconos le 7 mars 2017

Laissons-nous transfigurer par le Christ !

La transfiguration de JésusLe Nouveau Testament donne  trois versions du même événement, rapportées par Matthieu, Marc et Luc. Il est intéressant de lire ces versions et y épingler les détails. Nous remarquons que, dans ces récits, Jésus occupe la place centrale. La Transfiguration de Jésus se situa quelques jours après la profession de foi de Pierre, disant au Christ : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant” (Mt 16, 16 ; Mc 8, 29 ; Lc 9, 20).

       Source de l’imageLa Transfiguration sur le Mont Thabor…

Il fut transfiguré devant eux, son visage devint brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la lumière.” (Mt 17, 1-2) Pierre qui, avec Jean et son frère Jacques furent témoins de la transfiguration, rappelle cet événement extraordinaire dans sa deuxième lettre (écrite probablement vers l’année 100) : “Nous mêmes avons contemplé sa grandeur quand il a reçu honneur et gloire de Dieu le Père. Alors des paroles extraordinaires lui ont été adressées par la glorieuse Majesté : ‘Voici mon Fils, le bien-aimé, celui en qui je me complais.‘ Cette voix envoyée du ciel, nous l’avons entendue, car nous étions avec lui sur la sainte montagne.” (2P, 16-18)

C’est formidable ! Plusieurs dizaines d’années après cet événement, Pierre se souvint parfaitement de ce qu’ils virent sur la montagne : Jésus tout en gloire ! Oui, Jésus se laissa voir tel qu’il se manifestera à la fin du monde, dans la gloire et la lumière. Il se laissa voir tels que nous aussi nous serons : “Le seigneur Jésus Christ, transformera notre pauvre corps, avec cette force qui lui permet même de soumettre l’univers, et il le rendra semblable à son propre corps glorieux.” (Lettre aux Philippiens, chapitre, verset 21 a)

Les évangiles de Marc (9, 2-13) et de Luc (9, 22-36) mentionnent également cette transfiguration. Puisque la transfiguration de Jésus nous concerne tous. Posons-nous la question ” Comment puis-je être transfiguré ?” C’est en laissant Jésus agir en nous que nous le deviendrons. Et en premier lieu par la prière. Luc, dans son récit de la transfiguration, rapporte en plus ce détail : “il gravit la montagne avec eux, pour prier et pendant qu’il priait, son visage changea d’aspect et son vêtement devint d’une blancheur éclatante”.

Quel visage offrons-nous au regard des autres ? Quelle image donnons-nous de nous-mêmes ? Que disent de nous nos actes, nos choix et notre comportement politique, social et religieux ?

Cette page d’Évangile nous apprend que Jésus avait des privilégiés parmi ses apôtres. Des privilégiés qui reçurent plus que les autres, des privilégiés desquels il attendit plus que les autres, des privilégiés qui devinrent plus responsables pour pouvoir affermir et aider les autres. Nous ne sommes pas seuls. Le Christ ressuscité vient éclairer nos nuits et nos brouillards. Il est avec nous tous les jours et jusqu’à la fin du monde. Nous avons besoin de sa lumière pour avancer sur notre route. L’Évangile est la lampe qui éclaire notre route.

Ne vous modelez pas sur le monde présent, mais transfigurez votre manière de penser” (Rm 12, 2). Il s’agit donc d’acquérir à tout prix la maîtrise de nos pensées ; ce qui implique d’y prêter attention dès qu’elles apparaissent et se développent en nous, afin de discerner leur compatibilité avec l’Évangile, et de pouvoir éventuellement les rejeter avant qu’elles ne s’imposent à notre consentement. Ce faisant, nous imiterons saint Paul, qui s’appuyant sur la puissance de Dieu qui détruit les forteresses, détruit les raisonnements fallacieux et tout ce qui s’élève de manière hautaine contre la connaissance de Dieu ; il rend captive toute pensée, pour la conduire à l’obéissance selon le Christ » (2 Co 10, 4-5).

Trions nos pensées, afin d’éviter qu’elles pervertissent notre cœur et nous détournent de la simplicité de l’Évangile. Laissons Jésus nous éclairer et nous débarrasser de ce qui limite notre générosité. Laissons-le nous débarrasser de ce qui pollue notre cœur, notre esprit et de ce qui corrompt notre foi et notre espérance. Nous sommes appelés à être transfigurés, transformés et purifiés au milieu de nos sociétés, pour pouvoir témoigner du Christ. Nous sommes appelés à être un signe de contradiction, à marcher à contre-courant et hors des sentiers battus, à l’exemple de Jésus et des Apôtres qui nous ont précédés.

Nos transfigurations, ce sont des événements, et souvent un événement apparemment banal, plus rarement un événement extraordinaire, mais toujours des événements relus dans la foi. La conversion n’est pas l’œuvre d’un instant, si beau, si fort soit-il. Elle à vivre toute notre vie durant, le Carême est là pour nous le rappeler. Car le véritable amour se vit dans la durée, non dans l’éblouissement d’un amour. 

Compléments

◊  Le cadre est une montagne → Confiance et fidélité

◊ Catéchèse en famille et à l’école →  Catéchèse : LA TRANSFIGURATION DU SEIGNEUR

Liens externes

◊ Du site « Idées-Caté »   →   La transfiguration

◊  →   La Transfiguration de Jésus: mythe ou réalité ?

Qui est Jésus ?

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 Pour ajouter un commentaire ou une note, il faut être connecté, cliquez sur être connecté dans laisser un commentaire

Publié dans Carême, Catéchèse, Homélies, Nouveau Testament | Pas de Commentaires »

Nous donner davantage

Posté par diaconos le 10 février 2017

Année A – Un dessin de Kieffer pour le sixième dimanche du temps ordinaireLes exigences de Jésus vont plus loin que celles de la Loi de Moïse. Au lieu d’un code rigide, Jésus nous lance un appel incessant à nous donner et à nous donner davantage.

Références dans la Bible : Si 15, 15-20; Ps 119 (118) ; 1 C0 2, 6-10 ; Mt 5, 17-37

 

La première lecture  est tirée du livre de Ben Sirac le Sage

Commentaire : Dieu laisse à tout homme, le choix entre le bien et le mal, l’obéissance à sa loi et  son refus. Ne confondons pas la liberté avec l’absence de toute règle morale, le rejet de l’effort  et de l’ascèse, l’oubli des exigences évangéliques.

Si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidèle. Le Seigneur a mis devant toi l’eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l’une ou l’autre leur est donnée selon leur choix.Car la sagesse du Seigneur est grande, il est tout-puissant et il voit tout. Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaît toutes les actions des hommes.Il n’a commandé à personne d’être impie, il n’a permis à personne de pécher.


« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume : 119, 1-2, 4-5, 17-18, 33-34

Commentaire : ce psaume compte 176 versets ; c’est le plus long psaume du livre des psaumes. Ses vingt-deux strophes comptent chacune huit versets et chacun de ces huit versets commence par la même lettre hébraïque ; de plus, dans chaque strophe chacun des  huit synonymes du mot loi s’y retrouve (préceptes, commandements, loi, exigence, justice, vérité, observance ou observer, décret). Pour la liturgie du 17ième dimanche du temps ordinaire, année A, il n’y a que huit versets qui seront chantés (v 57, v 72, v 76, v 77, v 127, v 128, v 129 et v 130). Ses strophes répètent qu’observer les paroles de Dieu est le chemin de la vie et du bonheur.

R/ Heureux qui règle ses pas sur la parole de Dieu.

Heureux les hommes intègres dans leurs voies qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Heureux ceux qui gardent ses exigences, ils le cherchent de tout cœur !Toi, tu promulgues des préceptes à observer entièrement.

Puissent mes voies s’affermir à observer tes commandements !Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai, j’observerai ta parole.

Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi.Enseigne-moi, Seigneur, le chemin de tes ordres ; à les garder, j’aurai ma récompense. Montre-moi comment garder ta loi, que je l’observe de tout cœur.


« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La sagesse de Dieu est ignorée du monde (1 Co 2, 6-10)

Commentaire : en s’adressant aux Corinthiens, l’apôtre Paul leur demande de ne pas confondre la sagesse des hommes et la sagesse de Dieu : le projet de Dieu sur le monde et sur les peuples nous a été révélé que par Jésus Christ. Le destin que Dieu nous réserve est promis à tous par la résurrection et le retour du Christ. Être adulte dans la foi, c’est comprendre ce projet de Dieu et en vivre, c’est y tendre activement dans l’espérance, c’est collaborer pleinement en édifiant , dans la charité, une fraternité solide et sans exclusion !

Lecture tirée de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, c’est bien une sagesse que nous proclamons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dominent le monde et qui déjà se détruisent.

Au contraire, nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dominent ce monde ne l’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire.

Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ce que personne n’avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le cœur de l’homme n’avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu. Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, a révélé cette sagesse. Car l’Esprit voit le fond de toutes choses, et même les profondeurs de Dieu.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 5, 17-37)

Commentaire : le sermon sur la montagne est un appel à la conversion. La justice chrétienne trouve sa source en Jésus Christ. L’appel au dépassement que Jésus nous adresse n’est pas hors de notre portée puisque lui-même s’engage, dans la toute puissance de son amour divin, à nous entraîner, nous soutenir et nous pardonner.

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.

Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.  Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s’en aille pas dans la géhenne.

Il a été dit encore : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.

Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi. Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais. »


« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Liens externes

Pour lire le psaume 119, ses notes et de nombreux commentaires, utilisez l’outil ” la Bible annotée” (Colonne de gauche de cette page) et pour le mode d’emploi de cet outil, cliquez sur le titre “Mode d’emploi, c’est ici !” en haut de cette page.

◊ Pour en savoir plus sur le livre des Psaumes, cliquez ici  → Livre des Psaume

◊ Pour en savoir plus sur les thèmes traités dans le Psautier,  cliquez ici  → Analyse du livre des Psaumes

Publié dans Religion | Pas de Commentaires »

Saint Paul Miki et ses compagnons, martyrs (5 février 1597)

Posté par diaconos le 6 février 2017

Martyrdom_of_Paul_Miki_S.J.,_Jacob_Kisai_S.J.,_John_Goto_S.J_Wellcome_V0033263En août 1549, le jésuite François Xaxier et d’autres religieux débarquèrent à Kagoshima (Japon). Ils commencèrent à évangéliser tout en créant des écoles, des paroisses et des hôpitaux. Ils réussirent à répandre le christianisme dans le pays.

Le shogun Taïcosama, grand général,  pacificateur des barbares, chercha à unifier le pays en limitant l’influence des daïmios locaux. Il voulut limiter l’influence des étrangers au Japon. Il chercha à la fois à unifier le pays et à lutter contre les puissances religieuses locales.

Dans la tourmente d’une réaction nationaliste, la jeune communauté chrétienne de Nagasaki fit les frais de la violence. Cela conduisit Paul Miki, jeune jésuite japonais, et vint-cinq de ses compagnons à être crucifiés à Nagasaki.

Source de l’image → St. Paul Miki and Companions (Martyrs) – Catholic Exchange

De 1597 à 1637, les chrétiens furent violemment persécutés pour des motifs à la fois religieux et politiques. Ce général  s’en prit surtout aux  chrétiens qui représentaient d’après son opinion une insupportable influence étrangère. Les missionnaires furent expulsés et  le christianisme devint clandestin.

En décembre 1596 Jean Joan, novice jésuite,  fut arrêté avec les autres jésuites d’Osaka. Ils furent conduits à la prison de Myako  où ils rejoignirent six franciscains et leurs tertiaires (membres laïcs du Tiers Ordre franciscains). Le 3 janvier 1597 les prisonniers furent condamnés à mort.  Pour l’exemple l’exécution par crucifiement  eut lieu à Nagasaki où se trouvait une communauté catholique relativement importante. Un long et pénible voyage de quatre semaines les conduisit t de Miyako à Nagasaki.

En février  1597, ces vingt-six chrétiens, laïcs et religieux, furent  torturés et crucifiés sur une colline de Nagasaki. Dont Paul Miki, fils de militaire, séminariste jésuite japonais,   Jean Joan, Jacques Kisaï (deux frères jésuites, tous deux catéchistes), six franciscains et dix-sept laïcs.

Ils furent tous béatifiés en 1627 par  le Pape Urbain VIII et canonisés le 8 juin 1862 par le Pape Pie XI. L’Église  en fait mémoire le  6 février. Sur la colline où les martyrs furent crucifiés, il y a un monument représentant les martyrs, une chapelle moderne et un musée abritant des souvenirs de l’époque.  Le 10 juin 2012, la Conférence des évêques catholiques du Japon désigna  » haut lieu de pèlerinage national « , le site de leur crucifixion.

Et en France deux endroits sont dédiés à leur mémoire : à Paris, au siège des Jésuites et à Cambrai, à la chapelle des Jésuites.

Durant toutes les années où la persécution  a duré, plus de deux cent mille chrétiens moururent. Mais un petit reste subsista, et devint  la base du renouveau chrétien au dix-neuvième  siècle. Ainsi le grain tombé en terre porta du fruit.

À leur exemple, nous sommes invités à marcher dans un chemin de foi, d’amour et d’espérance là où surgit la violence, invités à nous laisser attirer par la faiblesse de Jésus, pour y puiser courage et fermeté à sa suite. Nous sommes invités à laisser résonner en nous ce mystère :  » Il m’a aimé et s’est livré pour moi »» (Ga 2, 20). Devant la violence et la lutte des pouvoirs, par quoi, par qui nous nous   laissons attirer ? Où placerons-nous  notre confiance, notre espérance, notre amour ?

Seigneur, attire-nous vers toi !

Ainsi en est-il de St Paul Miki qui disait, avant de mourir :  » Je vous le déclare donc : il n’est aucune voie de salut sinon celle que nous suivons. Et puisqu’elle m’enseigne à pardonner aux ennemis et à tous ceux qui m’ont fait du mal, je pardonne de tout coeœur aux responsables de ma mort. »

  • Ainsi en fût-il d’Étienne, le premier des martyrs au nom du Christ.
  • Ainsi en fût-il de Jésus : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. »

Entre la faiblesse du pardon, qui baisse les armes de la violence redoublée pour préférer l’amour gratuit, et la faiblesse du Sauveur se laissant crucifier par les siens, il y a une ligne continue.

Source → Jeunes Cathos St Paul Miki et ses compagnons : sur les traces des …

Complément

◊ Saint François Xaxier → Saint François Xavier, prêtre et missionnaire (1506-1552) – Mémoire

Liens externes

◊  Sombres années → Saint Paul Miki et ses compagnons,  martyrs au Japon

◊  Histoire des vingt-six chrétiens exécutés le 5 février 1596  →  26 martyrs japonais

Publié dans fêtes religieuses, Histoire, L'Église | Pas de Commentaires »

Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.

Posté par diaconos le 24 octobre 2016

Illustration inspirée d’une œuvre du peintre italien Duccio di Buoninsegna

Illustration inspirée d’une œuvre du peintre italien Duccio di Buoninsegna

Extrait de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens, chapitre quatre

Frères,     soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.     Oui, cherchez à imiter Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés.     Vivez dans l’amour, comme le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même pour nous, s’offrant en sacrifice à Dieu, comme un parfum d’agréable odeur.     Comme il convient aux fidèles, la débauche, l’impureté sous toutes ses formes et la soif de posséder sont des choses qu’on ne doit même plus évoquer chez vous ;     pas davantage de propos grossiers, stupides ou scabreux – tout cela est déplacé – mais qu’il y ait plutôt des actions de grâce.     Sachez-le bien : ni les débauchés, ni les dépravés, ni les profiteurs – qui sont de vrais idolâtres – ne reçoivent d’héritage dans le royaume du Christ et de Dieu ;     ne laissez personne vous égarer par de vaines paroles. Tout cela attire la colère de Dieu sur ceux qui désobéissent.     N’ayez donc rien de commun avec ces gens-là.     Autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant, dans le Seigneur, vous êtes lumière ; conduisez-vous comme des enfants de lumière. (Ep 4, 32 – 5, 8
***
Nous sommes tous membres les uns des autres et de cette situation pourrions-nous vivre sans nous aimer ? Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.  C’est une exigence fondée dans le Christ ! Pardonner aux autres comme Dieu nous a pardonné, tels sont à la fois la règle et le motif de notre conduite envers les personnes dont nous avons  à nous plaindre.
Cherchez à imiter Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés.   Cela vise particulièrement le domaine de l’amour : « Mon commandement, c’est que vous vous aimiez les uns, les autres, come je vous ai aimés » (Jn 15,12) Marchons  sans  hésiter dans la charité : c’est l’immense amour dont le Christ nous a aimés, et qu’il manifesta en donnant sa vie pour nous.

Le sacrifice du Christ, Paul l’envisagea sous un double aspect, en le désignant comme une oblation et comme un sacrifice sanglant. Christ offrit l’un et l’autre : la première en offrant à Dieu le sacrifice de sa volonté, de son obéissance jusqu’à la mort, ce qui était le devoir de nous tous ; le second, en portant sur la croix la peine de nos péchés. Par le premier de ces sacrifices, il nous a tracé la voie où nous devons le suivre, et nous en a rendus capables ; par le second, il nous a délivrés de la condamnation que nous avions méritée.

S’il faut que toute notre vie soit une offrande de reconnaissance à Dieu, nos  paroles devraient exprimer le même sentiment et être consacrées à Dieu par des actions de grâces :  » Et quelque chose que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au  nom du Seigneur Jésus, rendant grâces par lui à Dieu le Père. (Co.  3,17).

Toutes nos actions peuvent être bonnes : manger et boire, dormir et veiller, marcher et s’arrêter, parler et se taire, travailler et se reposer, tout  est excellent, pourvu que tout soit fait au nom de Jésus. Et que nos œuvres soient faites au nom de Jésus quand nous avons l’assurance que Christ est en nous et nous en lui.

Quant à la malhonnêteté, la débauche, l’impureté, la soif de posséder, les grossièretés, les cupidités, ce sont des actes qui excluent du royaume du Christ et nous éloignent de Dieu. Le mot  malhonnêteté, peut s’entendre soit de paroles soit de choses ou d’actions déshonnêtes. La plaisanterie n’est condamnable que quand elle devient inconvenante et mauvaise.

Complément

◊  Théologie et codes de la vie domestique → L’épître aux Ephésiens

Liens externes

◊ Rendre le mail par le bien →La force du pardon

◊ Démarche difficile, certes, mais combien apaisante…   → Le pardon dans le couple | Equipes Notre-Dame

 Aimez-vous les uns, les autres

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, Méditation | Pas de Commentaires »

12345...91
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS