• Accueil
  • > Recherche : adal troisième dimanche avent

Résultats de votre recherche

Troisième dimanche de l’Avent de l’année A

Posté par diaconos le 9 décembre 2013

De son cachot, dans la forteresse de Machéronte dans le désert de Moab, à l’est de la mer morte, Jean vit l’épreuve la plus terrible : sa foi est ébranlée. Le doute le ronge. Jésus serait-il un faux prophète et non pas le juge attendu ?  Devons-nous attendre le salut d’un autre ? Le salut ne vient que de la conversion des cœurs, de la rémission des péchés. Le salut ne vient que de la persévérance dans la fidélité.

De son cachot, dans la forteresse de Machéronte dans le désert de Moab, à l’est de la mer morte, Jean vit l’épreuve la plus terrible : sa foi est ébranlée. Le doute le ronge. Jésus serait-il un faux prophète et non pas le juge attendu ?
Devons-nous attendre le salut d’un autre ? Le salut ne vient que de la conversion des cœurs, de la rémission des péchés. Le salut ne vient que de la persévérance dans la fidélité.

Le troisième dimanche de l’Avent est aussi appelé dimanche de Gaudete (Gaudeo, gaudes, gaudet… ) En effet, dans le Missel romain, l’introït de la messe de ce dimanche commence par la phrase latine suivante : « Gaudete in Domino semper : iterum dico, gaudete » (« Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous ! »). Cette phrase rappelle la joie de l’Église dans l’attente de l’avènement du Christ. C’est pourquoi les vêtements liturgiques, violets pendant tout le temps de l’Avent, peuvent exceptionnellement être roses ce jour-là. Nous progressons dans ce temps de l’Avent et nous nous réjouissons à l’avance de la venue au monde de Jésus. À quelques jours de la naissance de son enfant, quelle est la mère qui n’est pas dans une joie profonde ? L’Église a donc bien raison de nous pousser à nous réjouir déjà !

Cliquez sur les mots écrits en gras ci-dessus pour d’autres renseignements.

Il faut de la patience à Dieu pour qu’il nous laisse le chercher et le reconnaître. Alors, comme le recommande saint Jacques (2ième lecture), venons participer à la messe avec notre patience mise parfois à dure épreuve, et soyons prêts à accueillir la Parole persévérante de Dieu et son pain de vie, nourriture pour que nous persévérions.

—————————————————————————————————————–

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe au chapitre 35,1-6.10.

Commentaire : dans cet extrait, Isaïe parle de la vengeance de Dieu. et il définit ce mot dans la phrase suivante :  » Il vient lui-même et va vous sauver. » Cela veut dire qu’au moment où ce texte a été écrit (Isaïe a prêché au sixième siècle, au moment de l’Exil à Babylone) l’expression « vengeance de Dieu » est non un épouvantail mais une promesse de salut. C’est donc un sens extrêmement positif du mot « vengeance » ; dans ce texte, il est bien clair que Dieu ne se venge pas des hommes, il ne prend pas sa revanche contre les hommes, mais contre le mal qui atteint l’homme, qui abîme l’homme ; sa revanche c’est la suppression du mal.

Le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent ! Le pays aride, qu’il exulte et fleurisse, qu’il se couvre de fleurs des champs, qu’il exulte et crie de joie ! La gloire du Liban lui est donnée, la splendeur du Carmel et de Sarône. On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s’affolent : « Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. »
Alors s’ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. L’eau jaillira dans le désert, des torrents dans les terres arides. Ils reviendront, les captifs rachetés par le Seigneur, ils arriveront à Jérusalem dans une clameur de joie, un bonheur sans fin illuminera leur visage ; allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s’enfuiront.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

Psaume 146 , versets 7 à 10.

Commentaire : 
le psaume 146 été écrit après le retour de l’Exil à Babylone, peut-être pour la dédicace du Temple restauré. Il chante les louanges de Yahvé , créateur, rédempteur, libérateur et roi. Dans les versets 6 à 10, le psalmiste fait la proclamation officielle des douze grands noms de Dieu. Le dernier verset est la synthèse de tous ceux qui précèdent.

Histoire : Le Temple avait été détruit en 587 av.J.C. par les troupes du roi de Babylone, Nabuchodonosor. Cinquante ans plus tard (en 538 av. J.C.), quand Cyrus, roi de Perse, a vaincu Babylone à son tour, il a autorisé les Juifs, qui étaient esclaves à Babylone, à rentrer en Israël et à reconstruire leur Temple.

7 il fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain ; le Seigneur délie les enchaînés.
8 Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes,

9 le Seigneur protège l’étranger. Il soutient la veuve et l’orphelin, il égare les pas du méchant.
10 D’âge en âge, le Seigneur régnera : ton Dieu, ô Sion, pour toujours !

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

La deuxième lecture est tirée de la lettte de saint Jacques au chapitre 5, versets 7 à 10.

Commentaire : dans cet extrait de sa lettre, l’apôtre Jacques exhorte à la patience : il faut du temps avant que vienne la récolte.  

Note : l’épître de saint Jacques est un livre du Nouveau Testament. Ecrite en 56, il s’agit d’une lettre envoyée par Jacques, serviteur de Dieu et de Jésus-Christ (1:1). Les spécialistes pensent qu’il s’agit de Jacques, le frère de Jésus qui a joué un grand rôle dans l’Église de Jérusalem. On suppose qu’elle a été écrite à Jérusalem, son lieu d’habitation.

Résumé : L’épître contient quelques énoncés clairs concernant l’application pratique de la religion, notamment le conseil important du chapitre 1 que si quelqu’un manque de sagesse, il demande l’aide de Dieu (Ja 1:5–6). Le chapitre 2 parle de la foi et des œuvres. Les chapitres 3 et 4 parlent de la nécessité de surveiller sa langue et exhortent les saints à ne pas médire les uns des autres. Le chapitre 5 encourage les saints à faire preuve de patience et à appeler les anciens pour avoir une bénédiction quand ils sont malades ; il enseigne aussi les bénédictions que l’on a lorsque l’on contribue à la conversion d’autres personnes.

Pour l’intégeralité de la lettre de saint Jacques, cliquez sur le lien suivant : http://bible.catholique.org/epitre-de-saint-jacques/3463-chapitre-1 et pour les autres chapitres,

Histoire : Fils de Marie Salomé. Saint Jacques est appelé le Majeur. Cette épithète lui vient de sa qualité d’aîné. Il est le frère aîné de l’apôtre Jean, et tous deux sont surnommés Boanerges, c’est-à-dire « fils du tonnerre » (Matthieu IV:21-22).cela permet aussi de le distinguer de l’autre apôtre « Jacques, fils d’Alphée »

Saint Jacques est l’un des tout premiers disciples à suivre Jésus, et il est un de ses plus proches. Il participe, avec Pierre et Jean, à des événements importants : la Transfiguration, l’agonie de Jésus au Mont des Oliviers. Ce même groupe de trois apôtres est le seul à le suivre lorsqu’il va ressusciter la fille du chef de la synagogue. Enfin Jacques est cité parmi les témoins de la troisième apparition de Jésus après sa mort, sur les bords du lac de Tibériade (épisode de la pêche miraculeuse rapporté par saint Jean). Jacques est le seul apôtre dont la mort est rapportée dans le Nouveau Testament : « Il (Hérode) fit périr par le glaive Jacques, frère de Jean. » (Actes, XII:2) Il est fêté le 25 juillet

Il y a trois personnages nommés Jacques dans le Nouveau Testament : Jacques fils de Zébédée, frère de Jean, un des Apôtres, Jacques le Juste, frère du Seigneur, Jacques le fils d’Alphée, un des Apôtres. Il faut y ajouter le Jacques, rédacteur de l’Epître de Jacques qui selon l’exégèse contemporaine n’est aucun de ces trois (ce pourrait être un anonyme avec un prénom d’emprunt). Mais pour la Chrétienté médiévale et pour Compostelle en particulier, il n’y avait qu’un seul Jacques, apôtre et rédacteur de l’Epître.

Cliquez sur les mots écrits en gras ci-dessus pour d’autres renseignements.

Frères, en attendant la venue du Seigneur, ayez de la patience. Voyez le cultivateur : il attend les produits précieux de la terre avec patience, jusqu’à ce qu’il ait fait la première et la dernière récoltes. Ayez de la patience vous aussi, et soyez fermes, car la venue du Seigneur est proche. Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, ainsi vous ne serez pas jugés. Voyez : le Juge est à notre porte. Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————-

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu au chapitre 11, versets 2 à 11.

Commentaire : la question de Jean-Baptiste est réellement cruciale, pour lui-même bien sûr puisqu’il la pose, mais aussi pour Jésus. Lui aussi a été obligé de se la poser très certainement et plusieurs fois dans sa vie, il a eu des choix à faire ; (l’épisode des Tentations, par exemple, le dit clairement). Cette question au fond c’est : le messie, on est tous sûrs qu’il va venir. On sait qu’il apportera à tous le salut : mais comment sera-t-il ? Il y a deux sortes de textes dans l’Ecriture pour annoncer le messie : les textes qui parlent de ses oeuvres, les textes qui parlent de ses titres. Pour les titres, certains le présentaient comme un roi, d’autres comme un prophète, d’autres comme un prêtre. Jésus ne cite aucun des textes sur les titres du messie, il n’en revendique aucun. 

En revanche, il cite bout à bout plusieurs textes qui parlaient des oeuvres du Messie : « Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. »
Jésus ne répond donc pas par oui ou par non à la question de Jean-Baptiste. Il cite les prophéties que Jean-Baptiste connaissait comme tout le monde et il lui dit : vérifie par toi-même si c’est bien ça que je suis en train de faire. Sous-entendu : oui, je suis bien le Messie, le vrai Fils de Dieu, tu ne t’es pas trompé.

Histoire : Jean-Baptiste a été mis en prison par Hérode. Les historiens de l’époque situent cet emprisonnement autour de l’année 28

Géographie : le gué sur le Jourdain où Jean avait baptisé était à la limite du désert, au passage des caravanes sur la route de l’Arabie

Jean le Baptiste, dans sa prison, avait appris ce que faisait le Christ. Il lui envoya demander par ses disciples : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Jésus leur répondit : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi ! » Tandis que les envoyés de Jean se retiraient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? un roseau agité par le vent ?… Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme aux vêtements luxueux ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Qu’êtes-vous donc allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète. C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour qu’il prépare le chemin devant toi. Amen, je vous le dis : Parmi les hommes, il n’en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

Compléments

◊ Catéchèse → Que celui qui a des oreilles, entende ! (Mt 11,15)

◊ Homélie → Prenez courage ! (Mt 11, 2-11)

◊  Liturgie de la Parole animée par des laïcs→  ADAL pour le troisième dimanche de l’Avent, année A

◊ Fête religieuse →   Saint Damase Ier, 37e pape (366-384)

Liens externes

Catéchèse → Troisième dimanche de l’Avent de l’année A

Les miracles de Jésus racontés aux enfants

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaires »

ADAL pour le troisième dimanche de l’Avent, année A

Posté par diaconos le 25 novembre 2010

Rappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) !  L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Lectures bibliques et commentaires →    Is 35, 1-6a10  ; Psaume 145  ; Jc 5, 7-10  ; Mt 11, 2-11

CHANT D’OUVERTURE → joie sur la terre, 308, E 32 ; Réjouissons-nous, 308, E 19

Animateur de la célébration: Au nom du Père et du Fils et du Saint- Esprit.           Tous : Amen

 

Animateur de la célébration: Que Celui « qui fortifie les mains défaillantes et affermit les genoux qui fléchissent » nous donne la grâce et la paix.

Tous : Béni soit Dieu, maintenant et toujours !

 MONITION D’ACCUEIL par un lecteur ……………………………………………………….

Aujourd’hui tous les textes choisis pour notre prière communautaire nous apportent un message d’espoir : le Christ nous délivre du mal. Il aime les pauvres d’un amour de prédilection ; attendons avec confiance la venue du sauveur.

Ce Dimanche nous invite à la joie, « quittons donc nos robes de tristesse » comme dit un chant. Joie parce que le Seigneur est venu rejoindre son peuple, hier. Joie, parce qu’il frappe à nouveau à notre porte, aujourd’hui, ne demandant qu’à entrer dans nos vies pour les faire fleurir. Cette joie, c’est Dieu lui-même en nos vies.

PRÉPARATION PÉNITENTIELLE

Animateur de la célébration:  Tournons-nous vers « notre Dieu qui vient lui-même et va nous sauver ».

Enfants ou lecteur ou lectrice : …………………………………………………………………………………………..

  • Seigneur Jésus, venu dans le monde ouvrir les yeux des aveugles et les oreilles des sourds.
    • Chorale → Seigneur,  prends pitié de nous (ou Kyrie)
  • O Christ, venu aujourd’hui faire refleurir le désert de nos coeurs.
    • Chorale → O Christ,  prends pitié de nous (ou Kyrie)
  • Seigneur, tu reviendras dans la gloire illuminer nos visages d’un bonheur sans fin.
    • Chorale → Seigneur,  prends pitié de nous (ou Kyrie)

Animateur de la célébration:  Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne d’avoir pu préférer les ténèbres à la lumière, la mort à la vie. Qu’il nous conduise à la vie éternelle. Tous : Amen Attention ! →  Pas de Gloire à Dieu pendant l’Avent. PRIÈRE D’OUVERTURE

Animateur de la célébration :Tu le vois, Seigneur, ton peuple se prépare à célébrer la naissance de ton Fils. Dirige notre joie vers la joie d’un si grand mystère, pour qu’en ouvrant nos vies à ce maître de justice et de paix, nous fêtions notre salut avec un cour vraiment nouveau. Par Jésus-Christ ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

LITURGIE DE LA PAROLE

 ◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

Animateur de la célébration: En des temps difficiles osons garder espoir…Prenons courage, voici notre Dieu. Il vient nous sauver. les aveugles recevront la lumière et les opprimés la liberté.

Lecture par un adulte……………………………………………………….  : lecture à Is 35, 1-6a10

Psaume 145  : Viens, Seigneur, et sauve-nous ! Chanté ou lu selon les circonstances locales  : voir à →  Psaume 145 )

Animateur de la célébrationÉcoutons à présent un extrait de la lettre de l’apôtre Jacques où il nous exhorte à la patience. Il nous donne l’exemple du paysan qui laisse au temps le soin de mûrir les récoltes.

Deuxième lecture par ………………………………………………………: lire à →  Jc 5, 7-10 

Acclamation  par la chorale Alléluia. Alléluia. Prophète du Très-Haut, Jean est venu préparer la route devant le Seigneur et rendre témoignage à la Lumière. Alléluia !

Alléluia. Alléluia. Béni soit le règne de David notre Père, le Royaume des temps nouveaux ! Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient ! Alléluia !

L’animateur de la célébration dit alors :  “De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu”

Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à →  Mt 11, 2-11

Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale.

Homélie: cliquez ici → Prenez courage ! (Mt 11, 2-11) CHANT DU CREDO par la Chorale ou Credo récité par tous. Animateur de la célébration:  Dieu vient « prendre sa revanche » sur tout ce qui nous tenait asservi ». Proclamons ensemble notre foi : Je crois en Dieu. PRIÈRE UNIVERSELLE

Animateur de la célébrationConfiants dans ses promesses, faisons monter vers Dieu notre prière…

Enfants ou adultes………………………………………………………………………………………………………..

  • Pour les communautés chrétiennes frileusement repliées sur elles-mêmes, et pour les communautés qui s’ouvrent au grand vent de la mission, Seigneur, nous te prions !
  • Pour ceux qui désespèrent d’eux-mêmes et de leurs frères, et pour ceux qui ont cette patience que donne l’espérance, Seigneur, nous te prions !
  • Pour ceux qui s’enferment dans leurs difficultés, et pour ceux dont les yeux s’ouvrent à la souffrance des autres, Seigneur, nous te prions !
  • Pour ceux qui attisent et entretiennent les conflits, et pour ceux qui ouvrent des chemins de réconciliation, Seigneur, nous te prions !
  • Pour ceux et celles qui portent le nom de chrétiens, afin que leur vie soit révélation de la patience et de la tendresse de Dieu, Seigneur, nous te prions !

Animateur de la célébration: Prions : Dieu dont la Parole est promesse de renouveau, vois ton Église en prière : Que la joie et la paix de ton Esprit habitent dans nos cours et rayonnent dans nos vies. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Tous : Amen

PRIÈRE DE LOUANGE ET NOTRE PÈRE

Animateur de la célébrationFrères et sœurs, en ce dimanche le Christ ressuscité se tient au milieu de nous et c’est lui qui inspire notre prière. Rendons-lui grâce pour son amour et pour sa grâce.

 Chant de louange à Dieu  Suggestion : « Que tes œuvres sont belles » ou « Terre entière » ou « louange au Dieu vivant » ou « Chantons à Dieu ce chant nouveau » ou « le Cantique des créatures » ou « Peuple criez de joie » ou Dieu est Amour ou « Peuple de prêtres » ou « Peuple de Dieu, marche joyeux » ou…

Prière de louange par un  adulte………………………………………………………………………………

Dieu saint, Dieu très haut, à toi notre louange et notre action de grâce !  Déjà une lumière filtre en nos ténèbres.  Nous te bénissons, ô notre Père : tu nous prépares à accueillir ton Fils.  En lui, tu nous veux libres, un peuple de sauvés en marche vers le Royaume, un peuple de vivants créés pour une joie sans fin.

Tous : BÉNI SOIS-TU, SEIGNEUR !

Jésus, Verbe de Dieu, « Dieu-avec-nous », à toi notre louange et notre action de grâce ! Tu es celui qui doit venir : toi seul réponds à notre attente. Tu nous jugeras avec miséricorde puisque tu es notre Sauveur. Tu nous conduiras, par le chemin de ta mort et de ta résurrection, jusqu’à la vie en plénitude.

Tous : BÉNI SOIS-TU, SEIGNEUR !

Animateur de la célébration: Esprit saint, Souffle de Dieu, toi notre louange et notre action de grâce ! Déjà le désert tressaille, tu éveilles l’eau vive. Tu changes nos cours de pierre en cours aimants d’où jaillit maintenant la prière toujours neuve reçue du Fils  et nous te disons avec confiance :      Notre Père qui es aux cieux…….

L’animateur de la célébration introduit le signe de paix : Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui !

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

Liturgie de communion  (éventuellement)

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion.

→ Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi :

Animateur de la célébration : Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Agneau de Dieu chanté par la chorale.

Animateur de la célébration : Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (Montrez aux fidèles le pain eucharistique !)  La communion eucharistique représente toujours un acte d’adhésion au corps du Christ, c’est à dire à la fois à son corps livré en croix et à son corps qui est l’Église. Communier est un acte de foi et, en même temps, un acte de solidarité dans la foi.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Animateur de la célébration (avant de distribuer la communion) → Que le corps du Christ nous garde pour la vie éternelle.

Tous : Amen.

PRIÈRE DE CONCLUSION par ..………………………………………………………………………………………………

Accorde-nous, Seigneur notre Dieu, d’accueillir la Parole et la vie de ton Fils dans un cour de pauvres. Nous serons alors ces aveugles qui commencent à voir clair, ces sourds qui se mettent à entendre, ces paralytiques qui se mettent à retrouver leurs frères, ces morts qui ressuscitent. Grâce te soit rendue pour ce don sans limite : Jésus, ton Fils, notre Seigneur, vivant pour les siècles des siècles. Amen !

ENVOI

Chant d’envoi : Allez sur les places 899 , T 28 ou « Le monde attend » 321 Mis Co 12

Animateur de la célébration : il faudrait qu’en nous voyant sortir de cette église, les personnes qui nous regardent se disent : « Qu’ont-ils donc ces chrétiens à être si joyeux ! »

Animateur de la célébration : (Pas de bénédiction à donner ici !)   

Que Dieu tout-puissant nous bénisse : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Allons, dans la paix du Christ !

Tous : Nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège).  

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans A.D.A.L., Liturgie, Paroisses, Prières | Pas de Commentaires »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS