• Accueil
  • > Recherche : amour soit hypocrisie

Résultats de votre recherche

Prions pour que la vérité soit notre seul chemin

Posté par diaconos le 8 avril 2019

Auteur  Guillaume Anjou

Prions pour que la vérité soit notre seul chemin dans Accueil sur mon blog ujup140218

Cher(e) ami(e),

J’aime ce verset de la troisième épître Jean : “Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité.” (3 Jn 1, 4) Cela fait écho dans mon cœur à cette parole de Jésus en Jean 14, 6 : “Jésus dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie.”

L’image du chemin pour parler de la vérité est excellente. Si la vérité est un chemin ce n’est certainement pas un chemin large et spacieux, mais plutôt un chemin étroit et resserré (Mt 7, 13). C’est aussi le chemin de la vie, le chemin sur lequel nous sommes appelés à marcher jour après jour. Le chemin large et spacieux est celui du mensonge, c’est une chemin vers lequel notre nature charnelle tente de nous conduire inlassablement.

Le mensonge revêt de nombreuses formes, on pourrait le définir en disant que tout ce qui n’est pas le chemin de la vérité est mensonge. En réalité tout ce qui consiste à induire quelqu’un en erreur, par invention, par exagération, par omission, par approximation, par demi-vérité, par flatterie, par double langage, par hypocrisie, par simulation, par menace, par séduction est mensonge.

Sur un chemin étroit et resserré on peut aisément trébucher… et l’on trébuche parfois comme par accident sur le chemin de la vérité du fait de la faiblesse de notre chair. Confessons-le promptement, retournons dans la vérité et veillons sur nos cœurs et nos paroles.

Nous devons être alertés sur le fait que certaines personnes ont fait du mensonge un mode de fonctionnement pour exercer sur d’autres une influence qui ne vient pas du Seigneur. Ils cherchent leurs propres intérêts et non ceux de Jésus et ils utilisent les exagérations, les omissions, les approximations, les flatteries… pour vous manipuler.

Apprenons à examiner toutes choses et à être attentifs à ce qu’on nous dit, à ce que nous écoutons, à ce que nous regardons ou lisons. Dans le même verset Jésus nous exhorte à être certes “simples comme les colombes” mais aussi “prudents comme les serpents” (Mt 10, 16). Si quelqu’un se livre régulièrement à l’invention, à l’exagération, à l’omission, à l’approximation, aux demi-vérités, à la flatterie, au double langage, à l’hypocrisie, à la simulation, aux menaces, à la séduction avec vous c’est certainement qu’il tente de vous manipuler, consciemment ou pas.

Ne confondons pas onction et manipulation, l’onction se manifeste dans la vérité pour notre édification, la manipulation s’exerce par le mensonge pour notre destruction. L’onction n’est au service que de Jésus-Christ, la manipulation sert toujours, parfois de manière subtile, les intérêts de celui qui l’exerce. Parce que le mensonge aveugle, les personnes manipulées sont généralement aveuglées sur la manipulation qu’elles subissent. Cet aveuglement affecte aussi les personnes qui manipulent, ainsi la manipulation n’est pas toujours consciente et donc pas forcément mal intentionnée.

Prions pour que le Seigneur nous garde sur le chemin de la vérité.

Prions pour que ceux qui sont manipulés soient éclairés par la lumière du Seigneur.

Prions pour ceux qui utilisent le mensonge pour manipuler les autres afin qu’ils renoncent à ces pratiques et placent leur confiance dans le Seigneur. Prions aussi pour ceux qui le pratiquent sans s’en rendre compte afin qu’ils soient éclairés.

Renonçons à pratiquer le mensonge et renonçons à être manipulés par ceux qui s’y livrent.

Marchons jour après jour sur le chemin la vérité.

Envoyé avec amour, Guillaume Anjou

Contact → Guillaume Anjou

Publié dans Accueil sur mon blog, Carême, Prières, Religion | Pas de Commentaires »

Le rusé renard

Posté par diaconos le 13 mars 2019

Le rusé renard, envoyé sur ma page Facebook par  Paul Calzada

Jésus donne le nom de renard à Hérode. L’image du renard dans la Bible est négative. Les prophètes insensés, annonçant des mensonges, sont appelés renards par Ezéchiel (Ezéchiel 13.4). Le mensonge, la fourberie, les paroles flatteuses, l’hypocrisie sont les éléments constitutifs de leurs propos.

Jésus donna le nom de renard à Hérode. L’image du renard dans la Bible est négative. Les prophètes insensés, annonçant des mensonges, sont appelés renards par Ezéchiel (Ezéchiel 13.4). Le mensonge, la fourberie, les paroles flatteuses, l’hypocrisie sont les éléments constitutifs de leurs propos.

« Allez, et dites à ce renard… » (Lc 13, 31). Jésus donna le nom de renard à Hérode. L’image du renard dans la Bible est négative. Les prophètes insensés, annonçant des mensonges, sont appelés renards par Ézéchiel (Ez 13, 4). Le mensonge, la fourberie, les paroles flatteuses, l’hypocrisie sont les éléments constitutifs de leurs propos.L’Écriture fait souvent mention des renards. Samson en prit trois cents qu’il attacha deux à deux par la queue. Ayant mis un flambeau au milieu de la corde qui les liait, il les lâcha dans les moissons des Philistins, et ces animaux y mirent le feu (Jg 15, 4.5). Les renards abondaient en ces terres. Plusieurs noms de lieux portaient le nom de Schual (‘Renard en Hébreu) (Jos 15, 25 ; 1 S 13, 17)Les renards ont répandu le feu destructeur. C’est comme pour nous rappeler que lorsque la fourberie, la manipulation et l’hypocrisie, agissent ensemble, elles peuvent causer de grands dégâts dans les relations au sein des familles, et des communautés. L’apôtre Pierre nous invite à rejeter de tels comportements : « Rejetant donc toute malice et toute ruse, la dissimulation… (1P 2, 1).

En folâtrant dans les vignes en fleur, les renards, avec leurs longues queues, y font de terribles dégâts. C’est ce que dit Salomon : « Prenez-nous les renards, les petits renards qui ravagent les vignes, car nos vignes sont en fleurs » (Ct 2,15).

On peut, à juste titre, se poser la question : Pourquoi les renards sont-ils dans la vigne ? En effet au moment de la floraison, les vignes étaient gardées (Ct 1,6), mais il semblerait que cette vigne-là, par négligence, par paresse, par oubli…n’a pas été gardée.

Si la vigne symbolise notre cœur, notre vie chrétienne, il est important de veiller sur les sentiments de nos cœurs, et sur nos pensées : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie » (Pr 4,23). Les petites négligences ont de terribles conséquences : « Un peu de sommeil, un peu d’assoupissement… et la pauvreté te surprendra…  » (Pr 6,19).

Petit renard deviendra grand ! Certains comportements, certaines habitudes ont besoin d’être éradiqués à la base. Lorsqu’on les laisse s’installer, ils deviennent plus difficiles à ôter. Voilà pourquoi nous sommes appelés à ne pas laisser ces « petits renards » agir dans notre vie. Voici une liste de ces petits renards qu’il faut supprimer : « Mais maintenant, renoncez…à la colère, à l’animosité… à la calomnie, aux paroles équivoques… Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme…et ayant revêtu l’homme nouveau…selon l’image de celui qui l’a créé » (Col 3, 8.10).

Ma prière en ce jour :
Seigneur, avec ton aide par l’assistance du Saint-Esprit, je ne veux pas laisser l’animosité, la calomnie, les paroles équivoques … s’installer en moi, afin que le fruit de la paix et de l’amour prospère dans ma vie. Amen !

Paul Calzada

Recevez chaque jour un message édifiant de Paul Calzada en vous inscrivant sur Lueurs du Matin.
Retrouvez le livre « Ces animaux qui nous enseignent ! » de Paul Calzada sur la boutique solidaire eXcaléo en cliquant ici.

Complément

Les renards, en creu­sant leurs ter­riers dans les ruines (Lm 5,18 ; Ne 4,3), ne font qu’ac­cé­lé­rer la chute de ces restes d’é­di­fices. Ainsi les faux pro­phètes, au lieu de ré­pa­rer les brèches déjà faites à la théo­cra­tie par tant de coups pré­cé­dents (les deux dé­por­ta­tions sous Jé­ho­ja­kim et Jé­ho­ja­chin), ne tra­vaillent qu’à pré­pa­rer la ca­tas­trophe der­nière par les illu­sions qu’ils en­tre­tiennent dans le peuple.

Tous les voya­geurs s’ac­cordent à par­ler de la mul­ti­tude de ces ani­maux qui errent par cen­taines vers le soir dans toute la plaine entre les mon­tagnes de Juda et la mer. Il ne les lâ­cha sans doute pas tous en une fois, mais suc­ces­si­ve­ment. Au milieu : attachée à la queue d’un seul ani­mal, une torche se se­rait promp­te­ment éteinte.

En en­voyant de droite et de gauche ces bandes de pillards, qui ré­pan­daient la ter­reur dans le pays, les Phi­lis­tins vou­laient em­pê­cher les Is­raé­lites de ve­nir re­joindre Saül.

« Rejetant donc toute malice et toute ruse, la dissimulation… (1P 2, 1) : Pierre insista sur l’a­mour fra­ter­nel, fruit de la ré­gé­né­ra­tion par la Pa­role. Il  demanda aux chré­tiens de re­non­cer à tout ce qui est contraire à cet amour. Au­tant de vices in­com­pa­tibles avec l’a­mour fra­ter­nel, que tous les  ré­gé­né­rés rejetèrent, déposèrent, comme un vê­te­ment sale.

La malice, ou mé­chan­ceté, qui consiste en toute sorte de sen­ti­ments contraires à la cha­rité, pousse à la fraude ou à la faus­seté dans les pro­cé­dés dont nous usons en­vers nos frères ; nous cou­vrons ceux-ci du masque de la bien­veillance, c’est l’hypocrisie ou les hypocrisies, le plu­riel mar­quant les di­verses oc­ca­sions de dis­si­mu­ler.

L’envie, ex­ci­tée par la su­pé­rio­rité ou les avan­tages que pos­sède le pro­chain, nous porte à pro­fé­rer sur son compte toute es­pèce de médisance.

Ct 2, 15 : c’est ici une pa­role énig­ma­tique qui met aux abois les in­ter­prètes. C’est en tout cas un frag­ment de chan­son po­pu­laire que s’ap­pro­prie Su­lam­mith pour ré­pondre à la de­mande de son bien-aimé. Les dé­pré­da­tions des re­nards sont l’em­blème des raz­zias que ne ces­saient de faire en Ca­naan les peuples voi­sins, par­ti­cu­liè­re­ment les Phi­lis­tins et les Sy­riens. L’o­bli­ga­tion im­po­sée à Su­lam­mith de gar­der les vignes re­pré­sen­te­rait le ser­vice mi­li­taire au­quel Israël était sou­mis de­puis l’é­ta­blis­se­ment de la royauté pour ré­pri­mer ces agres­sions.

Pr 4,23 : pris iso­lé­ment pour­rait si­gni­fier que la vie en­tière est dé­ter­mi­née par la di­rec­tion mo­rale que prend le cœur. ; le cœur est en­vi­sagé ici comme le lieu où vient ha­bi­ter la sa­gesse. C’est en tant que ca­pable d’ac­cueillir et ayant ac­cueilli les conseils de la sa­gesse, que le cœur est plus pré­cieux que toutes les autres choses pré­cieuses.

« Ne mentez pas les uns aux autres », mot or­di­nai­re­ment ap­pli­qué aux pa­roles of­fen­santes contre Dieu, mais qui dé­signe ici les pro­pos mal­veillants sur le compte du pro­chain. Tout dis­cours hon­teux, de quelque na­ture qu’il soit. L’­homme qui, par na­ture vit dans l’i­gno­rance des choses de Dieu, n’en ob­tient la pleine connaissance que par la ré­gé­né­ra­tion.

Liens externes

◊ Études et symboles bibliques : cliquez ici pour lire →  Le symbole du corbeau et les fables d’Ésope

◊ Église protestante : cliquez ici pour lire → Méfions-nous des petits renards

Aimer, il suffit d’aimer – La foi est agissante par la charité

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Accueil sur mon blog, Carême, comportements, Religion | Pas de Commentaires »

L’amour n’a pas de fin, pas d’arrêt, pas de temps de chômage !

Posté par diaconos le 9 février 2019

Envoyé sur ma page Facebook par Michel Fortin
Jésus à la synagogue

Jésus à la synagogue

Dieu, le premier, a aimé. Son Fils Jésus, le premier, a annoncé l’accomplissement des promesses prophétiques. Dans les deux cas, cet amour produit un effet d’allègement. En effet, accomplir les commandements n’est pas un fardeau. Écouter Jésus, c’est entendre que le poids de la vie ne pèse pas si lourd lorsque le Seigneur fait entrer son peuple dans une année de bienfaits.

Au tour de l’Église, en tant que communauté, et des chrétiens et des chrétiennes, individuellement, de prendre les devants, d’aimer les premiers. Et les occasions ne manquent pas. Il y a bien sûr toujours les frères et les sœurs à l’intérieur de la communauté chrétienne elle-même.

Il y a l’ensemble des frères et des sœurs en humanité à qui les chrétiennes et les chrétiens sont liés de diverses manières. Il y a, enfin, tous les inconnus qui sont touchés, assujettis, opprimés par les choix sociaux et économiques que font ou que soutiennent des membres de l’Église.

L’amour n’a pas de fin, pas d’arrêt, pas de temps de chômage ! On tient pour acquis, dans la première lecture (1 Jean 4,19 – 5,4), que Dieu est aimé. Mais l’amour du frère demeure un commandement qu’il faut répéter: «Qu’il aime aussi son frère.» Qui est ce frère?

La lecture évangélique offre peut-être une piste (Luc 4, 14-22a). Les frères seraient ces pauvres, ces prisonniers, ces aveugles, ces opprimés à qui est offerte une année de bienfaits de la part de Dieu. La validité de cette piste se vérifie lorsque les chrétiens et chrétiennes font advenir les conditions de libération de ces gens. En ce sens, la liturgie de la Parole de ce jour rejoint les propos de Jésus en Matthieu (25, 35-36) : « J’avais faim, et vous m’avez donné à manger… »

Contact →Michel Fortin

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs sauvages"Merci à Michel Fortin pour son envoi

Compléments

◊ Amour blessé : cliquez ici pur entrer →   Nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères

◊ Aie au fond de ton cœur la racine de l’amour : cliquez ici pour entrer → Les trois tamis

◊ Jésus fustige l’hypocrisie avec violence  : cliquez ici pour entrer →  Que votre amour soit sans hypocrisie (Rm 12, 9)

Liens externes

◊ Jardinier de Dieu : cliquez ici pour entrer → Se mettre simplement au service des petits

◊  Sois charitable avec tout le monde : cliquez ici pour entrer → Le Christ jugera sur l’amour pour les pauvres

Pour vos enfants : L’amour n’a pas d’âge

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Adorez Dieu en vérité puisque Dieu lui même est Vérité !

Posté par diaconos le 9 janvier 2019

Message envoyé sur ma page Facebook par Remi Tchiakpe

Adorer Dieu en esprit et en vérité.png 180« Au commencement était le verbe.. et le verbe s’est fait chair.. ». Dans d’autre publications, on a : « Au commencement était la parole… »
Chers frères et sœurs, le verbe ou la parole provient de notre bouche or il est écrit : « Ce n’est pas ce qui entre ds la bouche, qui souille l’homme, mais ce qui sort de sa bouche. Alors il y a quatre choses qui sortent de la bouche de l’homme. Au nombre de ces choses, nous en avons trois qui souillent et une qui ne souille pas. Les trois choses qui souillent sont le mensonge, la salive, et la vomissure.

La quatrième chose qui ne souille pas est la Vérité. La salive et la vomissure se nettoient. Le mensonge est un feu de paille qui finit toujours par céder place à la vérité.. La vérité, elle est éternelle et donc DIEU. Elle se réalise toujours et se constate. Bien aimé en Christ, éviter le mensonge, c’est éviter tous les autres péchés puisque quand tu pèches, tu es obligé de mentir pour te dédouaner.

Le prologue de Jean nous invite à adorer Dieu en vérité puisque Dieu lui même est Vérité. Chaque fois que tu mens, les grâces dont tu es comblé ne porteront pas de fruits. Saint Jean est venu annoncer une vérité, elle s’est manifestée et est toujours d’actualité. La pensée précède la parole. À l’étape de la pensée, souviens toi que tu es disciple comme JEAN et que tu dois témoigner du Christ, en vérité.

Tu ne verras pas Dieu en personne pour lui témoigner ton appartenance à sa famille. C’est à travers tes relations inter- humaines que tu pourras le témoigner. Vois tu la présence de Dieu danss ton prochain ? Même dans un malade ? Sais-tu qu’un fou a du prix aux yeux de Dieu au même titre que toi ? Prions la vierge Marie et demandons d’intercéder pour nous afin que notre vie soit une vie de vérité.
Contact →

Contact → Remi Tchiakpe

Trois bleuets isolés sur fond blanc. photo libre de droitsMerci à Rémi Tchiakpe pour son envoi

Compléments

  Pour être témoin de Dieu → Choisis le chemin de la vie ! (Dt 30, 15-20)

◊  Comportement : cliquez ici →  Que votre amour soit sans hypocrisie (Rm 12, 9)

Liens externes

◊ Homélie du père  Gilbert Adam→ Au commencement était le verbe et le verbe était Dieu.

◊ Message de Top Chrétien : cliquez ici → Aimez vous les uns les autres

◊ Aimer comme Jésus : cliquez ici → AIMER_OU ÊTRE AIMÉ

Que signifie adorer en esprit et en vérité ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, Dieu, Enseignement, Messages, Page jeunesse, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaires »

12345
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS