• Accueil
  • > Recherche : ascension jésus

Résultats de votre recherche

XXXIV Sunday of Ordinary Time (B) – CHRIST KING OF THE UNIVERSE

Posté par diaconos le 17 novembre 2021

Image

CHRIST KING OF THE UNIVERSE

The feast of Christ the King is a Catholic feast day, established by Pope Pius XI in 1925 with the encyclical Quas primas, to emphasise the idea that nations must obey the laws of Christ. It was originally celebrated on the last Sunday in October before All Saints’ Day, and is still celebrated in the Tridentine form of the Roman rite. Since the 1969 liturgical reform, Catholics celebrate it on the last Sunday of the liturgical calendar, towards the end of November, the Sunday before the first Sunday of Advent, which is the beginning of the liturgical year). In addition, the centre and name of the feast were changed to the Feast of Christ King of the Universe, which emphasises the idea that in Christ all creation is recapitulated.

The Catholic Church teaches that the world is transformed by the death, resurrection and ascension of Jesus Christ. This feast day was instituted by Pope Pius XI in 1925; eleven years later he asked for the dedication of the first cathedral with this name. He placed it immediately before the feast of All Saints (symbolically, the king leads his subjects to victory; he must reign so that his subjects can enjoy the kingdom). Then comes the season of Advent, which precedes Christmas by four weeks.

The feast of Christ the King was established thanks to the dedication and hard work of Georges and Marthe de Noaillat. At the request of Benoît XV, and then Pope Pius XI, they collected the signatures of hundreds of bishops and thousands of faithful for six years, calling for the establishment of a feast of Christ the King accompanied by an encyclical proclaiming his « universal kingship ».

The Pope’s intention was to prepare the Christian peoples to receive the solemn definition of this great dogma, so despised in the 19th and 20th centuries. An immense movement began at Paray-le-Monial, with Providence uniting the demands of the Sacred Heart to his reign over all societies, and leading to the first solemn feast of Christ the King and the promulgation of the encyclical Quas primas on 11 December 1925. It is celebrated no earlier than 20 November and no later than 26 November.

From the Gospel according to John

33 Pilate went into the Praetorium and called Jesus, saying, « Are you the king of the Jews? » 34 Jesus asked him, « Do you say this about yourself, or have others spoken to you about me? » 35 Pilate answered, « Am I a Jew? Jesus said, « My kingship is not of this world; if my kingship were of this world, I would have guards who would fight lest I should be handed over to the Jews.

For my kingship is not of this world. 37 Pilate said to him, « So you are a king? » Jesus answered, « You yourself say that I am a king. I was born and came into the world for this, to bear witness to the truth. Whoever belongs to the truth hears my voice. (Jn 18:33b-37)

Jesus before Pilate

Pilate went into the Praetorium, called Jesus and said to him : « Are you the King of the Jews ?  » (Jn 18, 33) The tone of these words was one of amazement and irony. But this question of Pilate, for which there is no reason in the above, can only be understood if we admit that the Jews, despite their pretence, ended up articulating their accusation, which was reported by Luke. The main accusation was that Jesus claimed to be the Messiah, the King.

The iniquity of the Jews’ procedure consisted in transforming the religious accusation for which they condemned Jesus into a political accusation, which they strengthened with this slander : « He forbids paying tribute to Caesar » Jesus answered : « Do you say this about yourself, or have others told you about me? (Jn 18, 34)

Jesus’  request was interpreted in different ways. Meyer thought that Jesus was making use of the right of every accused to know his accusers, since he could not suppose that Pilate took the title of king in any other sense than the political one. But what was the purpose of such a question ? If Jesus wanted to know his accusers, why did he ask Pilate : « Do you say this about yourself ? Others think that Jesus wanted to make Pilate suspicious of an accusation coming from his enemies.

Pilate concludes from these words that Jesus is really attributing to himself a kind of kingship, the nature of which he does not understand, and exclaims with amazement : « Are you then a king?  » Is he still speaking with irony or with contempt ? Or has he become more serious, impressed by the words and dignity of the Saviour, as the rest of these operations seem to indicate? Interpreters are divided on this point, which is difficult to decide.

Jesus adds with solemnity: I am a king, and explains in what sense he is a king, bearing witness to the truth. To be king through the truth is the only true kingship. To be of the truth is to depend on it, to feel in harmony with it, to submit joyfully to its influence, just as to be of God is to belong to him in one’s heart. In this way Jesus designated those whom the Father draws to himself; and they listen to his voice and acknowledge it with happiness.

With these words Jesus explained his kingship; he declared that he is king and by what destination he is king; on the other hand, what are the subjects of his kingdom; and thus he fully resolved the question posed by Pilate. ( Meyer) Pilate said to him : « What is truth ?  » Pilate, in this question, which he threw out with haughty indifference, without waiting for an answer, manifested all the presumptuous lightness of the man of the world, together with the short-sighted wisdom of the statesman, who believed only in the kingdom of violence and cunning.

After this, Pilate, seeing Jesus as a harmless exalted man, declared him innocent of the political charge against him. But instead of sending him free, for fear of the Jews, whom he did not want to alienate further, he resorted to various expedients to free him. The first was to send Jesus back to Herod; the second was to offer Jesus’ release to the Jews, taking advantage of the privilege they had of asking for the release of a prisoner at the feast of Passover.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ Hermanos de la Sagrada : klick here to read the paper → XXXIV SUNDAY IN ORDINARY TIME

◊ PASTOR, FR. CARMELO JIMÉNEZ  : klick here to read the paper →  JESUS CHRIST, KING OF THE UNIVERSE – St. Michael Catholic church

Homily of Father Bob « Jesus Christ, King of the Universe »

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Jésus Christ est le roi de l’Univers

Posté par diaconos le 15 novembre 2021

 C’est toi-même qui dis que je suis roi

Image

La fête du Christ Roi est une fête catholique, instituée par le pape Pie XI, en 1925, par l’encyclique Quas primas, afin de mettre en lumière l’idée que les nations devraient obéir aux lois du Christ. À l’origine, elle était célébrée le dernier dimanche d’octobre qui précédait la Toussaint ; c’est toujours le cas pour ceux qui sont attachés à la forme tridentine du rite romain. Depuis la réforme liturgique de 1969, les catholiques la célèbrent le dernier dimanche du calendrier liturgique, vers la fin du mois de novembre, le dimanche qui précède le premier dimanche de l’Avent, lequel est le début de l’année liturgique). Par ailleurs, l’orientation et le nom même de la fête ont été changés : devenue la fête du Christ Roi de l’univers, elle met l’accent sur l’idée que dans le Christ toute la création est récapitulée.

L’Eglise catholique enseigne que le monde est transformé par la mort, la résurrection et l’ascension de Jésus-Christ. Cette fête a été instituée par le pape Pie XI en 1925 ; il demanda  onze ans plus tard la dédicace de la première cathédrale sous ce vocable. Il la plaça immédiatement avant la fête de la  Toussaint (symboliquement, le roi entraîne derrière lui ses sujets vers la victoire ; il faut qu’Il règne pour que ses sujets profitent du royaume). Vient ensuite la période de l’Avent, qui précède Noël de quatre semaines.

La fête du Christ Roi fut instituée grâce au dévouement et au travail immense réalisé par Georges et Marthe de Noaillat. À la demande deBenoî XV, puis du pape Pie XI, ils réunirent pendant six années les signatures de centaines d’évêques et de milliers de fidèles réclamant l’institution d’une fête du Christ-Roi accompagnée d’une encyclique proclamant sa « Royauté universelle ».

La volonté du pape fut de préparer ainsi les peuples chrétiens à recevoir la définition solennelle de ce grand dogme si méprisé aux xixe et xxe siècles. Un immense mouvement prit sa source à Paray-le-Monial, la Providence unissant les demandes du Sacré-Cœur à son règne sur toutes les sociétés, et aboutit à la première fête solennelle du Christ Roi et à la promulgation de l’encyclique Quas primas le 11 décembre 1925. Elle est fêtée au plus tôt le 20 novembre au plus tard le 26 de ce mois.

De l’évangile selon Jean

33 Alors Pilate rentra dans le Prétoire ; il appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? » 34 Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? » 35 Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? » 36 Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs.

En fait, ma royauté n’est pas d’ici. » 37 Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité  écoute ma voix. » » (Jn 18, 33b-37)

Jésus devant Pilate

« Pilate rentra donc dans le prétoire, et il appela Jésus et lui dit : « Toi, tu es le roi Les Juifs ? » (Jn 18, 33) Le ton de ces paroles fut  celui de l’étonnement et de l’ironie. Mais cette question de Pilate que rien ne motiva dans ce qui précède ne se comprend qu’en admettant que les Juifs, malgré leur prétention finirent par articuler leur accusation  qui fut rapportée par Luc.  par Luc. Le chef principal de cette accusation était que Jésus se disait être Messie, Roi.

L’iniquité du procédé des Juifs consista à transformer le grief religieux pour lequel ils  condamnèrent Jésus en une accusation politique, qu’ils renforcèrent de cette calomnie : « Il défend de payer le tribut à César »  Jésus lui répondit :  « Est-ce de toi-même que tu dis cela, ou d’autres te l’ont-ils dit de moi ? » (Jn 18, 34) 

La question de Jésus fut diversement interprétée. Meyer pensa que Jésus fit usage du droit qu’eut tout accusé de connaître ses accusateurs, car il ne pouvait supposer que Pilate prit le titre de roi dans un autre sens que son sens politique. Mais quel eut été le but d’une telle question ? Si Jésus voulut se renseigner sur ses accusateurs, pourquoi demanda-t-il à Pilate : «  Est-ce de toi-même que tu dis cela ?. » D’autres pensèrent que Jésus voulut rendre suspecte, pour Pilate, une accusation qui vint de ses ennemis.

Mais tout cela ne rend pas bien compte de la double question de Jésus.  : il fit  une distinction importante : dans le sens politique qu’un Romain devait donner à ce titre de roi, il put simplement le nier, mais, dans la signification théocratique et religieuse que les Juifs donnaient au nom de Messie, Roi, il se serait bien gardé de le refuser, car il se serait mis en contradiction avec ses propres paroles.

C’est pourquoi il demanda à Pilate s’il fut arrivé par lui-même à le soupçonner d’aspirer à la royauté  ; en ce cas, il aurait répondu par une simple dénégation, certain que ce titre de roi ne pouvait impliquer que des visées politiques. Si cette question fut suggérée à Pilate par le sanhédrin, la franchise fit à Jésus un devoir de  s’expliquer sur ce titre de Messie, qu’il eut réellement revendiqué et sur le sens dans lequel il le prit. Trois fois Jésus prononça avec solennité ce mot mon royaume,  ma royauté. 

 

Par son origine, par sa nature, par son esprit, par son but, elle n’a rien de commun avec les royautés de ce monde ; elle n’émane pas de l’humanité déchue et corrompue, ni d’aucune force qui soit en elle ; mais elle vient d’en haut, du ciel. La preuve que Jésus en donna, ce fut qu’il répudia, pour établir cette royauté, toutes les armes charnelles et terrestres ; ses serviteurs ne combattirent pas pour sa cause ; il n’agira que sur les cœurs, par la puissance de la vérité divine.

Quels furent ces serviteurs ? Ceux qu’il aurait eus, dont il n’aurait pas manqué de se pourvoir, si son règne était de ce monde ; ainsi répondirent quelques exégètes (Lücke, de Wette, Tholuck) ; mais, selon d’autres (Meyer, Weiss, Godet), Jésus entendit par là les serviteurs qu’il eut réellement, ses adhérents, ces multitudes qui l’acclamèrent quelques jours auparavant, lors de son entrée à Jérusalem et qui voulurent le proclamer roi (Jean 6, 15).

Qui dira ce que Jésus, avec son pouvoir sur les masses, aurait pu faire d’elles, s’il avait voulu exciter leur enthousiasme et leurs passions nationales ? L’une et l’autre de ces interprétations sont admissibles. Ce qui ne le fut pas, ce fut d’entendre par ces serviteurs les anges, comme le firent Bengel et Stier, Jésus aurait-il exprimé une telle pensée en présence de Pilate ?

Pilate conclut que Jésus s’attribua réellement une royauté quelconque, dont il ne comprit pas la nature et il s’écria avec étonnement :  « Tu es donc roi ? »  Parla-t-il  avec ironie, ou avec mépris ? Impressionné par les paroles et la dignité de Jésus, devint-il plus sérieux, comme l’indiqua la suite de ces transactions ? Les interprètes furent partagés sur ce point, difficile à décider. Tu le dis est une affirmation directe qui signifie : oui, comme tu le dis. Jésus ajouta avec solennité :  « Je suis roi, en rendant témoignage à la vérité. »

Pilate conclut des paroles qui précèdent que Jésus s’attribue réellement une royauté quelconque, dont il ne comprend pas la nature et il s’écrie avec étonnement : Tu es donc roi ? Parle-t-il encore avec ironie, ou avec mépris ? Ou bien, impressionné par les paroles et la dignité du Sauveur, est-il devenu plus sérieux, comme semble l’indiquer la suite de ces transactions ? Les interprètes sont partagés sur ce point, difficile à décider.

Jésus ajouta avec solennité : Je suis roi et il explique dans quel sens il l’est, en rendant témoignage à la vérité. Être roi par la vérité, c’est la seule royauté véritable.  Être de la vérité, c’est en dépendre, se sentir en harmonie avec elle se soumettre avec joie à son influence , comme être de Dieu, , c’est lui appartenir par le cœur. Jésus désigna ainsi ceux que le Père attire à lui ; et ceux-là écoutent sa voix  et la reconnaissent avec bonheur.

Par ces paroles, Jésus s’expliqua sur sa royauté ; il  déclara qu’il est roi et avec quelle destination il l’est ; d’autre part, quels sont les sujets de son royaume ; et ainsi il a pleinement résolu la question posée par Pilate. ( Meyer) Pilate lui dit : «  Qu’est-ce que la vérité »  Pilate, dans cette question qu’il jeta avec une superbe indifférence, sans attendre de réponse, manifesta toute la présomptueuse légèreté de l’homme du monde, en même temps que la sagesse à courte vue de l’homme d’État, qui ne crut qu’au règne de la violence et de la ruse.

Après cela, Pilate, ne voyant plus en Jésus qu’un exalté fort peu dangereux, le déclara innocent quant à l’accusation politique formulée contre lui. Mais au lieu de le renvoyer libre, par crainte des Juifs, qu’il ne voulut pas s’aliéner davantage, il recourut à divers expédients pour le délivrer. Le premier fut de renvoyer Jésus à Hérode  ; le second fut d’offrir aux Juifs de leur relâcher Jésus, en prenant occasion du privilège qu’ils avaient de demander, à la fête de Pâque, la libération d’un prisonnier.

 Diacre Michel Houyoux

 Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Le Christ, roi de l’Univers

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Fête du Christ Roi de l’univers

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Croire   : cliquez ici pour lire l’article →   Christ Roi : Jésus, roi de l’univers

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Préparez le chemin du Seigneur

Posté par diaconos le 12 septembre 2021

E13 95 Préparer le chemin du Seigneur

# Isaïe fut un prophète de l’Ancien Testament, qui vécut sous le règne d’Ézéchias puisqu’il eut fait mention de la quatorzième année du roi Ézéchias. Ésaïe est considéré comme l’un des quatre grands prophètes, avec Jérémie, Ézéchiel et Daniel, non pas parce qu’ils furent plus importants que les autres, mais du fait de la longueur de leurs livres par rapport à ceux des petits prophètes. Un livre de l’Ancien Testament qui traite de la déportation du peuple juif à Babylone puis de son retour et de la reconstruction du Temple de Jérusalem sur les ordres du Grand Roi achéménide Cyrus.
.x
II lui fut attribué avant que l’exégèse moderne n’invalida cette hypothèse. C’est un personnage biblique considéré comme saint par les chrétiens. Il est fêté le 9 mai en Orient et le 6 juillet en Occident. Figure biblique, Isaïe vécut à Jérusalem au VIIIe siècle av. J.-C., approximativement entre 766 et 7012. Son époque fut marquée par la montée en puissance de l’Assyrie face au royaume de Juda qui voit toutefois une période de prospérité. Isaïe dénonce le relâchement des mœurs de ses concitoyens, ce qui attire la colère de Dieu.
x
Le roi Manassé, fils d’Ézéchias, fit persécuter plusieurs contemporains d’Ésaïe. Selon l’Ascension d’Isaïe (écrit apocryphe chrétien du IIe siècle), torturé sur ordre de Manassé, Isaïe fut scié en deux, mais son âme fut ravie au ciel juste avant cette torture, de manière à ce qu’il ne souffrit pas. Ce fut dans la seconde moitié du VIIIe siècle av. J.-C. qu’Isaïe exerça son ministère prophétique, dans le royaume de Juda. Il vécut dans l’entourage royal et ses oracles eurent une portée politique très caractérisée. Parmi ceux-ci, les prophéties sur l’Emmanuel furent une très grande importance, en raison de leur sens messianique et leur influence sur la révélation chrétienne.
x
En plus des oracles d’Isaïe, conservés en majorité dans les chapitres 1 à 39, le livre contient des oracles d’un prophète contemporain de l’Exil (chap. 40-55) et même d’autre oracles de l’époque après l’Exil (chap. 56-66). Ces ajouts au recueil contenant les oracles du grand prophète montrent l’importance qu’on attribuait au Livre d’Isaïe, qui conservait ses paroles. En hébreu, le nom théophoreישעיהו se prononce « Yéshayahou ». est une forme abrégée du nom de Dieu YHWH ; « hou » (הו) = pronom personnel « lui ».
x
Le nom d’Isaïe signifie « Lui, Dieu, sauve » ou « Lui, Dieu, est salut. En 1947, parmi les manuscrits de la mer Morte, seul le Livre d’Isaïe a été retrouvé dans son intégralité sous la forme d’un manuscrit du IIe siècle av. J.-C. : le Grand Rouleau d’Isaïe. D’autres manuscrits de ce livre, mais incomplets, ont également été découverts. On peut les voir au musée d’Israël à Jérusalem, dans le Sanctuaire du Livre. L’exégèse chrétienne qui lit la version grecque de la Bible hébraïque (la Septante) vit dans certains passages d’Isaïe une pré-Annonciation de la naissance du Christ enfanté par une vierge
 x
lwf0003web.gif

Le prophète Isaïe du retour d’Israël de l’exil Babylonien qui eut lieu au sixième siècle avant Jésus-Christ, une voix proclama  : « Préparez à travers le désert  le chemin du Seigneur. Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées, les passages tortueux deviendront droits, et les escarpements seront changés en plaines. Alors la gloire du Seigneur se révèlera et tous en même temps verront que la bouche du Seigneur a parlé » ( Is 40, 3-5)

 » Consolez, consolez mon peuple , dit votre Dieu ». Consoler ce peuple, ce fut l’assurer qu’il ne fut pas abandonné de Dieu malgré ses fautes , ce fut lui dire que Dieu vint le libérer de sa captivité, ce fut lui révéler la tendresse de Dieu qui portera de générations en générations sur son cœur ses enfants. 

« Monte sur une haute Montagne , toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Hausse la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem.Ne crains rien. »  Nous trouvons ici  le premier emploi dans la Bible  du verbe « Évangéliser »  ; il signifie proclamer la bonne nouvelle , celle qui annonce le pardon, la promesse de libération du peuple opprimé de la libération de l’amour infini de Dieu pour tous.

Consolation est dans les textes d’Isaïe, un autre mot nouveau de la Bible ; nous avons dans les lettres de Paul ces mots  » encourager et consoler ». Lorsque l’apôtre Paul promit la consolation de Dieu, il invita ses auditeurs  comme le firent les prophètes à lutter avec persévérance contre les forces du mal.

« Voici le Seigneur Dieu : il vient avec puissance et son bras est victorieux » Jean-Baptiste actualisa ce message en annonçant la présence de ce berger.  Dès, pour tous, préparer le chemin du Seigneur, consistera à agir : il s’agira de nus tourner vers Jésus et de le suivre. C’est cela la conversion.

Voici le Seigneur Dieu, il tient sa promesse et il compte sur toi pour participer à son œuvre de justice

 lwf0003web.gif

  Rencontre avec la parole de vieAuteur  Diacre Michel Houyoux  - 224 pages , publié en français le 06 juillet 2012

EAN 139783841698070 ISBN   978-3-8416-9807-0  Format  Broché

EAN13   Éditeur  Croix du Salut

Publié à la maison d’éditions Croix du SalutSite Web  http : www. editions-croix.com

                                   Livré chez vous par la poste   Prix 49€

   Cliquez sur le titre ci-dessous pour acheter le livre. Livraison par la poste chez vous

Rencontre avec la Parole de Vie

Des interprètes prirent comme un fait réel que les chapitres 40 à 65 et quelques autres morceaux (Is 13, /-14.23, Is 21, 1-10 et les chapitres 34 et 35 furent composés  vers la fin de la captivité de Babylone, soit bprès de deux siècles après le temps d’Isaïe.

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Miracles de la multiplication des pains
◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →L’ÂNE DU FERMIER
Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Le fils de l’homme est maître du Sabbat
                                              

Publié dans Ancien testament, Enseignement, Histoire, Religion, Temps ordinaire | Éditer | Pas de Commentaire »

Publié dans comportements, Enseignement, Histoire du Salut, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Samedi de la vingt-et-unième semaine du temps Ordinaire — Année Impaire

Posté par diaconos le 28 août 2021

 

33è Dimanche O. A. : Des serviteurs en éveillent

#La parabole des talents et la parabole des dix mines comptent parmi les paraboles évangéliques les plus connues. La première est racontée dans l’Évangile selon Matthieu 25:14-30. La deuxième, comparable, bien que légèrement différente, se trouve dans l’Évangile selon Luc XIX, 12-27. Elles dépeignent un maître qui gratifie des serviteurs méritants, et qui en punit un autre pour sa paresse. Cette métaphore se rapporte à celle du vrai cep (Jn 15. 1-12), et au fait que le Seigneur cherche à ce que ses enfants donnent du fruit, à ce qu’ils suivent les vertus théologales et cardinales afin de partager, aider, et de faire vivre la compassion.

Les deux récits évoquent également le sort des élus et le sort des damnés lors du Jugement de la fin des temps. La parabole illustre l’obligation pour les chrétiens de ne pas gâcher leurs dons reçus de Dieu et de s’engager, malgré les risques, à faire grandir le royaume de Dieu. Le mot de talent a pris son sens depuis cette parabole. Un prêtre, le Frère Élie, décrit ce que cette parabole ne cache qu’à demi-mot : « un jugement sera… prononcé, un jugement de salut sur ceux à qui le Seigneur a confié dons et talents à faire fructifier durant son absence. .

Cette parabole de Jésus oriente donc l’attention sur le temps qui s’étend entre son ascension au ciel et son retour dans la gloire, temps où l’homme a à s’investir pour recevoir au jour du jugement la couronne du salut2.» C’est donc à chacun de donner selon ses aptitudes afin d’aider son prochain. Cependant, Frère Élie va plus loin : pour lui l’homme de haute naissance est bel et bien le Christ lui-même, son retour sera alors le temps du jugement dernier, le temps du salut des âmes. Selon saint Jean Chrysostome, il faut par ce mot de talent « entendre tout ce par quoi chacun peut contribuer à l’avantage de son frère, soit en le soutenant de son autorité, soit en l’aidant de son argent, soit en l’assistant de ses conseils par un échange fructueux de parole, soit en lui rendant tous les autres services qu’on est capable de lui rendre. »

Il ajoute : « Rien n’est si agréable à Dieu que de sacrifier sa vie à l’utilité publique de tous ses frères. C’est pour cela que Dieu nous a honorés de la raison… » Cette parabole sera reprise par Jean Calvin, au XVIe siècle, pour revaloriser l’usure dans la croyance protestante. Le troisième serviteur, devant son raté, aurait pu se présenter au maître, au lieu de l’insulter, en demandant pardon, ou même en disant que personne n’est digne d’entrer dans la joie du maître par ses propres œuvres. La seule solution est de consentir à ce que Dieu donne. « Seigneur, je ne suis pas digne, mais dis seulement une parole et je serai guéri. » Qu’aurait fait le maître ? Il aurait aussi accueilli ce serviteur.

De l’évangile selon Matthieu

14 « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. 15 À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, 16 celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. 17 De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. 18 Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître. 19 Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes.

20 Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.” 21 Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.” 22 Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.” 23 Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et  idèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”

24 Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. 25 J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.” 26 Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. 27 Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. 28 Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix.

29 À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. 30 Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents ! ” » (Mt 25, 14-30)

La parabole des talents

L e royaume des cieux est comparé à ce que fit un homme qui, s’en allant en voyage, remit ses biens à ses serviteurs. Il donna à l’un cinq talents, à l’autre deux, à l’autre un. Aussitôt celui qui avait reçu cinq talents se mit à l’œuvre et en gagna cinq autres ; de même aussi celui qui en avait reçu deux. Mais celui qui n’avait qu’un talent, l’enfouit dans la terre. Longtemps après, le maître revint et fit rendre compte à ses serviteurs. Celui qui avait reçu cinq talents en produisit cinq autres qu’il avait gagnés ; de même aussi celui qui en avait reçu deux. Alors le maître, louant leur fidélité, les admit à partager sa joie.

Mais celui qui n’avait reçu qu’un talent vint et dit : « Seigneur, je savais que tu es un homme dur et injuste ; j’ai craint et j’ai enfoui ton talent dans la terre : voici ce qui est à toi.  » Mais son maître lui répondit : « Méchant serviteur, si tu savais que je suis un homme dur et injuste, tu devais remettre mon argent à d’autres, qui me l’auraient rendu avec intérêt. Ôtez-lui le talent, donnez-le à celui qui en a dix et jetez le serviteur inutile dans les ténèbres du dehors. Luc  rapporta une parabole qui a des traits de ressemblance avec celle-ci, mais qui, à d’autres égards, en diffère profondément. Plusieurs interprètes, considérant ces deux récits comme une seule et même parabole, diversement modifiée par la tradition apostolique, se demandèrent auquel des deux appartient la priorité et l’originalité.  Jésus  employa deux fois une forme d’instruction, en la modifiant de manière à exprimer deux idées différentes  ? .

Dans la parabole rapportée par Luc, tous les serviteurs reçurent la même somme à faire valoir. Ici les dons confiés furent individualisés selon la capacité et les moyens de chacun. Ayant ainsi confié ses biens, le maître partit aussitôt, car ’il ne voulut gêner en rien la liberté de ses serviteurs, désormais responsables.. « Après un long temps, le seigneur de ces serviteurs vient, et il règle compte avec eux » (Mt 25, 19) Comme ce retour du maître représente la seconde venue de Jésus.  Les cinq talents confiés n’étaient pas si peu de chose ; mais le maître les désigna ainsi en comparaison de ce qu’il confia encore de ses immenses richesses à ce serviteur qui se montra bon et fidèle.

Que signifie dans la parabole, ce mot : la joie de ton seigneur ? Certains pensèrent à la satisfaction que le maître éprouva au sujet de ce bon serviteur, d’autres à quelque banquet ou quelque fête qu’il voulut instituer pour célébrer son retour. Ici, Jésus passa tout à coup de l’image à la réalité et que cette joie, fut la félicité et la gloire dont il jouit et dans laquelle il introduisit son fidèle serviteur. Les uns virent dans ces banquiers des associations chrétiennes auxquelles le serviteur paresseux aurait pu confier les ressources qu’il ne voulait pas faire valoir lui-même ; d’autres, des chrétiens plus avancés, sous la direction desquels il aurait dû se placer.

D’autres encore virent dans l’acte de porter l’argent aux banquiers, le renoncement à la profession chrétienne qui fut commandé à ceux qui n’eurent pas dans le cœur la foi et l’amour de leur Maître.. Monsieur. « La banque estle trésor divin et l’acte de dépôt, réclamé du serviteur, un état de prière dans lequel le serviteur, qui se croit incapable d’agir lui-même pour la cause de Christ, peut au moins demander à Dieu de tirer de lui et de sa connaissance chrétienne le parti qu’il trouvera bon. » (Godet)

L’homme qui confia ses biens avant de s’absenter, c’est le Seigneur lui-même, qui bientôt allait se séparer de ses disciples. Les serviteurs sont les disciples d’alors et les rachetés de tous les temps, quelles que soient leur position ou leurs fonctions dans l’Église. Les talents représentent tous les dons de Dieu, avantages naturels et grâces spirituelles et en particulier l’effusion de son Saint-Esprit qui allait être accordée à l’Église, pour y créer une vie nouvelle et y vivifier tous les autres dons. Ces talents sont répartis à chacun selon sa capacité (verset 15), conformément à la souveraine sagesse de celui qui sonde les cœurs, mesure les forces morales et intellectuelles et connaît le degré de réceptivité de chaque âme.

Il s’agit pour tous d’augmenter ces talents en les faisant valoir. De même, en effet, que des capitaux s’augmentent par les intérêts, par le travail, de même toutes les grâces de Dieu se multiplient par leur emploi fidèle dans la vie pratique. Le retour du maître qui vient régler compte avec ses serviteurs, c’est l’avènement solennel, au dernier jour, du Seigneur devant qui seront manifestés tous les secrets des cœurs et tous les fruits du travail de chacun. Le bonheur des serviteurs fidèles qui entrent dans la joie de leur Seigneur, aussi bien que l’inexprimable malheur du serviteur méchant et paresseux qui se voit dépouillé de son talent et jeté dans les ténèbres du dehors ce dénouement si grand, si tragique de la parabole, s’explique de lui-même.

Diacre MICHEL HOUYOUX

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  →   Pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ?

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  →  N’ayez pas peur !

  Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article  →    Samedi de la 21e semaine, année paire

◊ Dom Armand Veilleux de lAbbaye de Maredsous (Belgique): cliquez ici pour lire l’article  →    Homélie pour le samedi de la 21ème semaine du Temps Ordinaire

  Jésus dit « On donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

12345...20
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS