• Accueil
  • > Recherche : blog diacre michel houyoux

Résultats de votre recherche

Dédicace de la Basilique du Latran

Posté par diaconos le 9 novembre 2022

Dédicace de la Basilique du Latran  dans Catéchèse Ezekiel-retravaillée

Le prophète Ézéchiel  : vie, espoir, persévérance et ténacité

Du livre du prophète Ezéchiel

 L’homme me fit revenir à l’entrée de la Maison, et voici : sous le seuil de la Maison, de l’eau jaillissait vers l’orient, puisque la façade de la Maison était du côté de l’orient. L’eau descendait de dessous le côté droit de la Maison, au sud de l’autel.  L’homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l’extérieur, jusqu’à la porte qui fait face à l’orient, et là encore l’eau coulait du côté droit. Il me dit : « Cette eau coule vers la région de l’orient, elle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux. En tout lieu où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner. Le poisson sera très abondant, car cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent. Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. » (Ez 47, 1-2.8-9.12)

 Le torrent du temple

Le prophète Ézéchiel commença par décrire ce qu’il vit lui-même. Il communiqua ensuite les explications que lui donna son guide sur les effets merveilleux que produira le torrent. Il me ramena : du parvis extérieur au parvis intérieur en face du temple.(Ézéchiel 46.21) Ézéchiel fut surpris à la vue de ce spectacle tout nouveau : une source jaillissant du temple même et qu’il n’avait pas encore aperçue. Du seuil du vestibule, le Saint des saints et Lieu saint) était la caverne du pied de laquelle s’échappait cette eau. C’est que Jéhovah était présent, dans la Maison (Ézéchiel 43.7) et cette eau était une émanation de sa vie.

Du côté de l’orient. Cela résultait naturellement de l’orientation de la Maison qui avait sa façade à l’est. S’écoulaient du côté droit, l’eau prenait lla direction sud-est. . L’eau en continuant à couler dans cette direction passa au midi de l’autel des holocaustes.  Le guide, pour faire voir au prophète ce que devinrent ces eaux, le fit sortir de l’enceinte sacrée par le portique septentrional et longea extérieurement le grand mur, d’abord sur le côté du nord, puis sur le côté de l’est, jusqu’au portique oriental extérieur. Ce détour fut nécessaire puisque les deux portiques orientaux étaient fermés (Ézéchiel 44.1 ; Ézéchiel 46.1).

Ézéchiel fut étonné de retrouver là ces eaux qui avaient dû traverser, pour reparaître au dehors du mur d’enceinte, les terrasses des deux parvis et leurs murailles. À droite : du portique oriental : entre ce portique et l’angle sud-est de l’enceinte. Ézéchiel ne comprit pas le but de toute cette création nouvelle à laquelle il assista. Il l’apprit par l’explication que lui donna son guide, d’abord sur la destination du torrent, puis sur l’excellence des arbres qu’il fit naître. Cette communication fut comme une prophétie dans la prophétie elle-même.  Il était impossible que les eaux que le prophète vit jaillir, fussent censées suivre la vallée du Cédron. Pour que le torrent en suivant la direction sud-est, traversa un district oriental et à atteindre l’Araba, il fallait qu’il prenne sa source beaucoup plus au nord.

Le district oriental désigne la même contrée, appelée les districts du Jourdain, contrées qui avoisinent ce fleuve sur sa sa rive droite. C’était autrefois une plaine presque entièrement stérile. Elles coulèrent jusqu’à la mer Morte. Elle a 73 kilomètres de longueur et 17,8 kilomètres de largeur, vers le milieu. C’est l’enfoncement le plus profond connu à la surface de notre globe (394 mètres au-dessous du niveau de la Méditerranée). L’eau est complètement saturée de sel et mêlée de bitume. Les poissons de mer eux-mêmes. à plus forte raison ceux d’eau douce, y périrent. Par sa nature donc, ainsi que par le souvenir qu’elle rappela (Genèse 19.24), cette mer est propre à devenir le type de l’humanité corrompue et condamnée.

Ces êtres qui à l’ordinaire vivent et pullulent dans l’eau, mais qui ne le pouvaient dans cette mer, à mesure que les eaux du torrent y pénétreront et y avanceront, pourront désormais y vivre. Le torrent sortant du temple rejoignit le Jourdain au-dessus de son embouchure dans cette mer. Jusqu’ici, les eaux douces du Jourdain avaient été impuissantes à renouveler celles de la mer. Unies maintenant à celles du torrent, elles concourent à ce résultat. Ézéchiel avait annoncé que Dieu répandrait des eaux pures sur son peuple et que, nettoyés de leurs souillures, ils recevraient un cœur nouveau et un esprit nouveau, un cœur de chair à la place de leur cœur de pierre. Ce fut cette promesse dont il contempla l’accomplissement étendu désormais au monde entier. Dans ce torrent qui sortit de la demeure de Dieu, qui grossit sans aucun secours du dehors et qui, tout en fécondant ses rives, s’en alla purifier la mer maudite où jusqu’ici rien ne pouvait vivre.

La mer Morte fut l’emblème de ce qu’il y a de plus complètement dégradé et perdu au sein de l’humanité, du monde païen. L’Esprit Saint est comme attiré vers ce réceptacle de souillures et de misères qu’il se propose de purifier. Et partout où il pénètre, la souillure fait place à la sainteté, la mort à la vie. Les peuples et les individus sont comme créés de nouveau. Les lagunes et les mares qui ne sont pas assainies représentent la portion de l’humanité qui reste fermée à ce travail sanctifiant de l’Esprit. Le sel qui demeure sur le sol est un symbole de stérilité et de malédiction. En même temps que le torrent porte le salut aux nations encore plongées dans l’idolâtrie et dans la barbarie, il produit les effets les plus bienfaisants là où déjà il habite. Les arbres fruitiers sont le symbole de son activité chez ceux dont il a renouvelé le cœur et la vie, avant tout en Israël, premier objet de son action. Leurs fruits de sainteté et de charité répondent aux plus nobles aspirations des hommes et apaisent successivement toutes les douleurs, conséquences du péché.

Ézéchiel présenta Sodome, Samarie et Jérusalem comme trois sœurs, dont les deux premières ne furent pas moins miséricordieusement traitées que la troisième. La mer Morte, qui recouvre Sodome, purifiée par un torrent qui sortit du temple situé au centre de la Samarie, tandis que Jérusalem est passée sous silence ; quelle étonnante harmonie entre ces intuitions prophétiques si distantes quant au temps et si diverses quant à la forme !

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Il parlait du sanctuaire de son corps

Liens avec d’autres sites web chrétiens

Catholique.org : cliquez ici pour lire l’article →  Dédicace de la basilique du Latran – Homélie

◊  Vie, espoir et vérité : cliquez ici pour lire l’article →    Ézéchiel et ses prophéties

                                                                                                                                                                                Vidéo Diocèse de Monaco : « Dédicace de la Basilique de Latran »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Page jeunesse, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir

Posté par diaconos le 7 novembre 2022

Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir  dans Catéchèse slide_1

# La parabole du Père miséricordieux est relatée dans l’Évangile selon Luc 15:11–32.Cette parabole concerne prioritairement, le fils aîné, tout autant que le fils prodigue. C’est une interpellation adressée aux pharisiens, étroitement observateurs de la Loi, les interrogeant sur leurs rapports durs, légalistes, à l’égard des brebis égarées qui s’en éloignent. Cette parabole a servi, entre le Ve et VIIIe siècles à plusieurs théologiens, dont saint Pierre Chrysologue, pour désigner les deux fils du Père, le Fils aîné, symbolisant le judaïsme, qui resta attaché à la maison, et le fils cadet, l’Église, destinée à appeler avec miséricorde tous les hommes pécheurs pour qu’ils reviennent à l’amour de Dieu, leur Père, tel que cet amour divin fut révélé et manifesté en la personne de Jésus-Christ rédempteur,

Le pape Benoît XVI identifia le Père, dans la parabole, à Dieu, le Père : « Il est notre Père qui, par amour, nous a créés libres et nous a dotés de conscience, qui souffre si nous nous perdons et qui fête notre retour » La relation avec Lui se construit de façon semblable à ce qui arrive à tout enfant avec ses parents : au début, il dépend d’eux ; puis, il revendique son autonomie ; et finalement, il arrive à un rapport fondé sur la reconnaissance et sur l’amour authentique.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, Jésus disait : « Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs :  “Viens vite prendre place à table” ? Ne lui dira-t-il pas plutôt : “Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ? Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ? De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : « Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir”   (Lc 17, 7-10)

 Nous avons fait ce que nous étions obligés de faire

 Jésus démontra, par une comparaison tirée de la société d’alors, que jamais l’homme ne put avoir de mérite devant Dieu. Un esclave, dont tout le temps appartint à son maître, ne fit que ce qu’il fut obligé de faire, quand, après avoir travaillé tout le jour, il servit encore à table le soir. Son maître ne lui en eut pas de reconnaissance particulière, tout cela lui fut commandé. « Vous aussi, de même, quand vous aurez fait tout ce qui vous est commandé, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles : nous avons fait ce que nous étions obligés de faire. »  : cette conclusion, qui applique la parabole aux rapports de l’homme avec Dieu, est d’une vérité incontestable. Car, d’abord, aucun homme pécheur n’a fait tout ce qui lui fut commandé par la loi, qui n’exigea rien de moins que la perfection de l’obéissance. Mais l’eût-il fait, il aurait simplement accompli une obligation sacrée et n’aurait aucun mérite à faire valoir devant Dieu.

Un ange même ne saurait prétendre à un droit devant Dieu, à qui il doit ses services les plus parfaits. Il est lui-même un serviteur inutile, dans ce sens que Dieu n’a pas besoin de son obéissance. Cette idée est renfermée dans le mot inutile, et qui signifie littéralement une personne ou une chose dont il ne revient aucun avantage, aucun profit : « Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !” (Mt 25, 30)  Tout cela est vrai au point de vue du droit, et cette instruction de Jésus mit à néant la propre justice, la prétention de l’homme à mériter quoi que ce soit devant Dieu ; elle ne lui laissa d’autre moyen de salut que la grâce.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → N’ayez pas peur petit troupeau ! (Lc 12, 32-48)

◊  Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Là, il y aura des pleurs et des grincements de dents ! (Mt 25,  30b)

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Regnum Christi   : cliquez ici pour lire l’article  →  Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir

◊ Diocèse de Cayennes  : cliquez ici pour lire l’article  → Nous ne sommes que de simples serviteurs

♥ Vidéo Père Pacal Molemb, vicaire général : » On viendra de l’Orient et de l’Occident

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Lundi de la trente deuxième semaine du Temps Ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 6 novembre 2022

Afficher l’image source

Le pardon peut s’entendre de manière différente selon le contexte : religieux, philosophique, psychologique, social ou politique. Au sens biblique, le terme pardonner revêt deux volets et contextes : Une action divine ; le pardon de Dieu, à un ou des hommes. Dieu annule ou écarte un châtiment pour le péché. Il l’exprime soit par médiation d’un élu ordonné, soit par manifestation divine ; Une action humaine de pardon. Des hommes se traitent avec un amour chrétien en se pardonnant leur fautes. Ils effacent alors les mauvais sentiments à l’égard de ceux qui les ont offensés (Mt 5, 43–45 ; 6, 12–15 ; Lc 17, 3–4).

Le pardon est très important dans le christianisme, mais est toujours mis au service du bien spirituel de la personne[réf. souhaitée]. Dans l’évangile, on voit souvent le Christ pardonner les péchés Le pardon a joué un grand rôle dans le processus de réconciliation entre les Noirs et les Blancs qui a suivi la fin de l’apartheid en Afrique du Sud. Les uns et les autres devaient pardonner les violences commises. Le pardon a été possible grâce à la mise en place d’une Commission de la vérité et de réconciliation, afin de reconstruire les liens sociaux qui avaient été coupés dans ces périodes troubles. L’archevêque anglican Monseigneur Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, et auteur d’une théologie de la réconciliation s’appuyant notamment sur le concept africain d’ubuntu, y  joua un rôle de tout premier plan, puisqu’il a été président de cette communauté.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

Jésus disait à ses disciples : « Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheureux celui par qui cela arrive !   Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite à la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà. Prenez garde à vous-mêmes ! Si ton frère a commis un péché, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui. Même si sept fois par jour il commet un péché contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : « Je me repens”, tu lui pardonneras. «  Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi !  » Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. » (Lc 17, 1-6)

Pardonne à ton frère

Les scandales  Il est impossible qu’ils ne se produisent. Malheur à qui en est l’auteur ! Prenez garde à vous !

Le pardon des offenses  Si ton frère pèche contre toi, reprends-le et pardonne-lui même des offenses réitérées.

La puissance de la foi  En face d’une telle obligation, les apôtres demandèrent à Jésus de leur augmenter la foi. Jésus répondit qu’il suffit d’en avoir gros comme un grain de sénevé pour transplanter un mûrier dans la mer.

  »Prenez garde à vous-mêmes ! Si ton frère pèche, reprends-le ; et s’il se repent, pardonne-lui.  » (Lc 17.3) Cette exhortation à la vigilance appartient à ce qui précède : Puisque le scandale est inévitable dans le monde, vous, mes disciples, prenez garde d’y donner lieu ! Car nulle part nos relations ne sont plus difficiles qu’avec ceux qui pèchent et qui nous offensent. Le devoir du pardon des offenses, qui est un acte de la vraie charité, n’a pas de limites, parce que la charité n’en a pas. Il ne faut pas s’arrêter à cette supposition hyperbolique d’un homme assez dénué de caractère moral pour offenser un autre homme sept fois le jour et en demander le pardon. Il faut simplement retenir cette vérité, que la charité pardonne toujours.

Les apôtres prirent au sérieux le devoir que Jésus leur prescrivit ; mais ce devoir leur parut impossible à remplir. De là leur prière : « Augmente-nous la foi. » Ils furent assez éclairés pour sentir qu’une foi plus puissante que la leur, qui changea le cœur et qui fut opérante par la charité, les rendirent capables de pardonner, de pardonner toujours. Vous feriez ce qui semble absolument impossible ; car la foi s’empare de la puissance même de Dieu . Et même le moindre degré de cette vraie foi vous donnerait ce pouvoir. Jésus supposa que les disciples eurent assez de foi, qu’ils durent la mettre en œuvre ; peu importe que leur foi fut grande ou petite ; fût-elle comme un grain de sénevé, ils n’eurent qu’à se servir d’elle et ils accompliront des prodiges.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article  → Il est spacieux le chemin qui mène à la perdition

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → Lundi de la 32e semaine, année paire

◊ Catholique pour la Vie    : cliquez ici pour lire l’article  →  ANNÉE C : Homélie du trente deuxième dimanche du temps ordinaire

Vidéo Pardonne moi mon frère

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes. Les disciples avaient peur de l’interroger sur cette parole

Posté par diaconos le 6 novembre 2022

Get-Behind-Me-cropped

Suivre Jésus, c’est accepter la souffrance et la croix

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,  comme tout le monde était dans l’admiration devant tout ce qu’il faisait, Jésus dit à ses disciples : « Ouvrez bien vos oreilles à ce que je vous dis maintenant : le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes. Mais les disciples ne comprenaient pas cette parole, elle leur était voilée, si bien qu’ils n’en percevaient pas le sens,  et ils avaient peur de l’interroger sur cette parole. » (Lc 9, 43b-45)

Effets de la Parole de Dieu en nous

Quels sont en nous les effets de la parole de Dieu ?   Contentons-nous de l’entendre ? Savons-nous l’écouter ? Passe-t-elle vraiment dans notre vie ?  Jésus ne compte que sur la force de la Parole de Dieu proclamée et vécue pour sauver l’humanité. La parole de Dieu est une force puissante.

  • Nous ne pouvons qu’admirer l’habileté de Luc, il donna des contrastes saisissants entre l’étonnement de tout le monde devant ce que Jésus fit, et leur manque de compréhension au sujet de ses souffrances endurées. Jésus est le Sauveur qui nous montre la grandeur de Dieu à travers sa vie, donnée pour nous.
  • Par son manque de sens apparent, la souffrance nous effraie, tout comme les disciples. Dans ma prière, je présente certaines souffrances à Jésus, les miennes et celles des autres; je lui demande ce qu’elles veulent dire. Je le prie de nous accorder la grâce de les accepter, même si nous ne comprenons pas.

Nous pouvons fragiliser cette force dans la mesure où elle retentit dans notre cœur si nous sommes indifférents ou si nous sommes réticents à la recevoir. Seules les personnes  qui reçoivent la parole de Dieu avec foi, peuvent comprendre que Jésus, fils de Dieu, ait accepté les limites que la liberté humaine impose à sa parole, au risque de l’étouffer.

Posons-nous quelques questions …

  • Qu’est-ce qui risque d’ôter de mon  cœur  la Parole de Dieu ?  Le respect humain,  le manque de prière, l’athéisme … ?
  • Quelles épines dans ma vie risquent de l’étouffer ? Le rythme infernal de ma vie, la recherche de mon confort, les moqueries de certaines personnes ?
  • Quelles épreuves dans ma vie risquent de déraciner la parole de Dieu ? Mes doutes, le refus de la foi, l’indifférence de gens qui m’entourent… ?
  • Le terreau où germe la parole de Dieu, c’est aussi le cœur de nos frères et de  nos sœurs . Ai-je le souci des autres ?

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Regnum Christi  : cliquez ici pour lire l’article → Le Fils de l’homme est livré. Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous

◊  Oraweb.net  : cliquez ici pour lire l’article → Jésus et le mystère de la souffrance – Oraweb.net

 Vidéo  Abbé Pierrte Dsroches : « Jésus libère les siens de vouloir être les premiers, les plus grands »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

123456...165
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS