• Accueil
  • > Recherche : blog du diacre michel

Résultats de votre recherche

Lundi dans l’octave de Pâques

Posté par diaconos le 1 avril 2024

Plenty of Picnics: Day 8 - Easter Sunday, Jesus' Resurrection & Appearances

Jésus apparaît à Marie Madeleine

# La résurrection désigne, dans la religion chrétienne, le passage physique de la mort à la vie. Elle concerne principalement Jésus-Christ, mort au cours de sa crucifixion et vivant « le troisième jour, selon les Écritures », c’est-à-dire le matin de Pâques. L’exégèse historico-critique s’efforça de retracer le débat qui opposa pharisiens et sadducéens sur la croyance en la résurrection à l’époque de Jésus de Nazareth, et souligna l’importance de ces discussions dans la formation du christianisme.

Cependant, trois résurrections précédèrent celle de Jésus dans le Nouveau Testament, celle du fils de la veuve de Naïn dans l’évangile de Luc, celle de la fille de Jaïre dans les synoptiques et celle de Lazare dans l’Évangile selon Jean. Considérés comme des miracles qui obéissent à la volonté de Dieu, ces épisodes ne semblent toutefois pas constituer une préfiguration de la résurrection christique. Celle-ci, en effet, est d’une nature différente sur le plan théologique. Deux résurrections succédèrent à celle de Jésus-Christ : celle de Dorcas (Tabitha) réalisée par l’apôtre Pierre et celle d’Eutyche opérée par l’apôtre Paul.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.” Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui. (Mt 28, 8-15)

La résurrection de Jésus

Cette apparition de Jésus aux femmes avait été précédée d’une autre à Marie-Madelaine seule (Mc 16 9 ; Jn 20 .11), à moins qu’on ne puisse, selon l’opinion de quelques exégètes, identifier ces deux apparitions, en supposant que Jésus apparut à Marie de Magdala seule, après que ses compagnes furent retournées à la ville. Le récit de Matthieu serait celui de Jean généralisé. La crainte, la joie, le bonheur de retrouver Jésus se confondirent dans ce mouvement d’adoration, par lequel les femmes voulurent s’assurer que ce fut bien lui et en quelque sorte le retenir. Jésus ne donna à ses disciples ce beau et doux nom de frères qu’après sa résurrection (Jn 20,17 ; Mt 12, 50)

Ces dernières paroles de Jésus : «C’est là qu’ils me verront» sont conformes à celles de l’ange  ; elles prouvent que Matthieu n’a pas en vue d’autres apparitions de Jésus ressuscité que celles qui eurent lieu en Galilée. C’est là que Jésus avait le plus de disciples, parce qu’il y avait constamment séjourné et annoncé le règne de Dieu. Il pouvait, dans cette province reculée et montagneuse, réunir sans bruit tous ceux qui avaient cru en lui, afin de leur donner les preuves les plus certaines de sa résurrection (Jn 21, 1 ;1 Co 15, 6).

Matthieu ne rapporta pas les autres apparitions de Jésus à Jérusalem, que Luc et Jean nous racontèrent en détail. Il s’était formé, dans la tradition apostolique, deux courants parallèles. Les faits rapportés par cette double tradition ne s’exclurent pas. Il fut naturel que Jésus apparut à ses disciples d’abord à Jérusalem, où ils étaient réunis au lendemain de sa mort, puis dans la Galilée, leur patrie, où tout les rappela et qu’il les eut enfin ramenés à Jérusalem aux approches de la Pentecôte.

Le témoignage des gardes

Quelques gardes allèrent raconter aux principaux sacrificateurs ce qui fut. Le sanhédrin, s’étant assemblé et en ayant délibéré, offrit une forte somme aux soldats à condition qu’ils dirent que le corps de Jésus a été dérobé pendant la nuit par ses disciples. Il promit d’intervenir auprès de Pilate, si cette affaire vint à sa connaissance. Les soldats acceptèrent le marché. Ce fut l’origine du bruit qui courut jusqu’à ce jour parmi les Juifs.Alors s’étant assemblés avec les anciens et ayant tenu conseil, ils donnèrent aux soldats une forte somme d’argent,.

Mais comment la trouver étrange, après la transaction de ce même corps avec Judas ? Quand l’aveuglement de la passion et l’endurcissement de la conscience sont arrivés à leur comble, tous les moyens paraissent bons ; l’homme, privé du secours de Dieu, livré à la puissance du péché, ne recule devant aucun expédient. Le mensonge qu’ils insinuèrent aux soldats, ils le savaient, n’était pas sans danger. (Mt 27, 66).Ce  cette parole ne désigne pas l’histoire de cette transaction entre les membres du sanhédrin et les soldats, mais la déclaration mensongère de ces derniers que les disciples avaient enlevé le corps de Jésus.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

Opus Dei : cliquez ici pour lire l’article Méditation : Lundi dans l’octave de Pâques

Hozana : cliquez ici pour lire l’article →Les huit jours de l’octave pascale

Vidéo  Marie Madeleine et Jésus : cliquez ici→ https://youtu.be/A1K2Tdoyu1s

Publié dans apparitions, Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, Histoire, Histoire du Salut, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Lundi dans l’octave de Pâques

Posté par diaconos le 31 mars 2024

UN RINCÓN PARA ORAR A DIOS: NO IMPORTA TU PECADO, SINO TU ACEPTACIÓN DE ...

# La résurrection désigne, dans la religion chrétienne, le passage physique de la mort à la vie. Elle concerne principalement Jésus-Christ, mort au cours de sa crucifixion et vivant « le troisième jour, selon les Écritures », c’est-à-dire le matin de Pâques. L’exégèse historico-critique s’efforça de retracer le débat qui opposa pharisiens et sadducéens sur la croyance en la résurrection à l’époque de Jésus de Nazareth, et souligna l’importance de ces discussions dans la formation du christianisme.

Cependant, trois résurrections précédèrent celle de Jésus dans le Nouveau Testament, celle du fils de la veuve de Naïn dans l’évangile de Luc, celle de la fille de Jaïre dans les synoptiques et celle de Lazare dans l’Évangile selon Jean. Considérés comme des miracles qui obéissent à la volonté de Dieu, ces épisodes ne semblent toutefois pas constituer une préfiguration de la résurrection christique. Celle-ci, en effet, est d’une nature différente sur le plan théologique. Deux résurrections succédèrent à celle de Jésus-Christ : celle de Dorcas (Tabitha) réalisée par l’apôtre Pierre et celle d’Eutyche opérée par l’apôtre Paul.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.” Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui. (Mt 28, 8-15) 

La résurrection de Jésus

Cette apparition de Jésus aux femmes avait été précédée d’une autre à Marie-Madelaine seule (Mc 16 9 ; Jn 20 .11), à moins qu’on ne puisse, selon l’opinion de quelques exégètes, identifier ces deux apparitions, en supposant que Jésus apparut à Marie de Magdala seule, après que ses compagnes furent retournées à la ville. Le récit de Matthieu serait celui de Jean généralisé. La crainte, la joie, le bonheur de retrouver Jésus se confondirent dans ce mouvement d’adoration, par lequel les femmes voulurent s’assurer que ce fut bien lui et en quelque sorte le retenir. Jésus ne donna à ses disciples ce beau et doux nom de frères qu’après sa résurrection (Jn 20,17 ; Mt 12, 50)

Ces dernières paroles de Jésus : «C’est là qu’ils me verront» sont conformes à celles de l’ange  ; elles prouvent que Matthieu n’a pas en vue d’autres apparitions de Jésus ressuscité que celles qui eurent lieu en Galilée. C’est là que Jésus avait le plus de disciples, parce qu’il y avait constamment séjourné et annoncé le règne de Dieu. Il pouvait, dans cette province reculée et montagneuse, réunir sans bruit tous ceux qui avaient cru en lui, afin de leur donner les preuves les plus certaines de sa résurrection (Jn 21, 1 ;1 Co 15, 6).

Matthieu ne rapporta pas les autres apparitions de Jésus à Jérusalem, que Luc et Jean nous racontèrent en détail. Il s’était formé, dans la tradition apostolique, deux courants parallèles. Les faits rapportés par cette double tradition ne s’exclurent pas. Il fut naturel que Jésus apparut à ses disciples d’abord à Jérusalem, où ils étaient réunis au lendemain de sa mort, puis dans la Galilée, leur patrie, où tout les rappela et qu’il les eut enfin ramenés à Jérusalem aux approches de la Pentecôte.

Le témoignage des gardes

Quelques gardes allèrent raconter aux principaux sacrificateurs ce qui fut. Le sanhédrin, s’étant assemblé et en ayant délibéré, offrit une forte somme aux soldats à condition qu’ils dirent que le corps de Jésus a été dérobé pendant la nuit par ses disciples. Il promit d’intervenir auprès de Pilate, si cette affaire vint à sa connaissance. Les soldats acceptèrent le marché. Ce fut l’origine du bruit qui courut jusqu’à ce jour parmi les Juifs.Alors s’étant assemblés avec les anciens et ayant tenu conseil, ils donnèrent aux soldats une forte somme d’argent,.

Mais comment la trouver étrange, après la transaction de ce même corps avec Judas ? Quand l’aveuglement de la passion et l’endurcissement de la conscience sont arrivés à leur comble, tous les moyens paraissent bons ; l’homme, privé du secours de Dieu, livré à la puissance du péché, ne recule devant aucun expédient. Le mensonge qu’ils insinuèrent aux soldats, ils le savaient, n’était pas sans danger. (Mt 27, 66).Ce  cette parole ne désigne pas l’histoire de cette transaction entre les membres du sanhédrin et les soldats, mais la déclaration mensongère de ces derniers que les disciples avaient enlevé le corps de Jésus.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

Opus Dei : cliquez ici pour lire l’article Méditation : Lundi dans l’octave de Pâques

Hozana : cliquez ici pour lire l’article →Les huit jours de l’octave pascale

Vidéo  Marie Madeleine et Jésus : cliquez ici→ https://youtu.be/A1K2Tdoyu1s

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, évangiles, fêtes religieuses, Foi, Histoire du Salut, L'Église, La messe du dimanche, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Jésus guérit un homme le jour du Sabbat

Posté par diaconos le 30 mars 2024

Lire le récit de la guérison de l'homme hydropique - KT42 - portail caté

# Le sabbat est le jour de repos hebdomadaire dans des religions qui reconnaissent la Torah : le judaïsme, quelques branches du christianisme, du vendredi soir au samedi soir. Il est consacré à Dieu, en souvenir de la création. Des chrétiens dans la suite de l’Église de Jérusalem continuent d’observer les prescriptions de l’Ancien Testament et en particulier le shabbat. On parle alors de judéo-christianisme. La chrétienté, subdivisée en trois principales confessions (catholicisme, orthodoxie et protestantisme), a décalé ce jour vers le dimanche.

Divers mouvements religieux chrétiens (Adventisme, Église de Dieu (Septième Jour), Baptistes du Septième Jour) sabbatistes continuent de garder le samedi. L’Église du Septième Jour est l’héritière de congrégations sabbatariennes venues d’Europe (Angleterre, Hollande, Moravie, Hongrie). L’Église retrace son histoire en remontant aux apôtres, en passant par divers congrégations médiévales gardant le sabbat, comme les Vaudois, apparus avec les disciples de Pierre Valdo, et le paulicianisme. Les adventistes affirment que le sabbat est le sceau de Dieu. L’Église éthiopienne orthodoxe connaît aussi dans certaines régions une pratique du Sabbat.

De l’Évangile selon Luc

01 Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient. 02 Or voici qu’il y avait devant lui un homme atteint d’hydropisie. 03 Prenant la parole, Jésus s’adressa aux docteurs de la Loi et aux pharisiens pour leur demander : «Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat 04 Ils gardèrent le silence. Tenant alors le malade, Jésus le guérit et le laissa aller. 05 Puis il leur dit : «Si l’un de vous a un fils ou un bœuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas aussitôt l’en retirer, même le jour du sabbat ?» 06 Et ils furent incapables de trouver une réponse. 07 Jésus dit une parabole aux invités lorsqu’il remarqua comment ils choisissaient les premières places, et il leur dit : 08 «Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi.» (Lc 14, 1-7)

Guérison de l’hydropique

Jésus accepta une invitation un jour de sabbat chez un pharisien. Il y fut observé par les convives. Entré dans la maison, il aperçut un hydropique. Il demanda aux assistants s’il fut permis de le guérir. Ils se turent. Jésus guérit et congédia le malade ; puis il se justifia en alléguant la pratique de ses adversaires qui, malgré le sabbat, retirèrent du puits leur fils ou leur bœuf. Remarquant que les invités recherchèrent les premières places, il combattit ces dispositions orgueilleuses en leur montrant dans une parabole l’intérêt qu’ils eurent à se mettre à la dernière place pour être honorés quand le maître de la maison les invita à monter plus haut. Une leçon de bienfaisance. Jésus engagea son hôte à ne pas inviter ses égaux, mais ceux qui ne purent le lui rendre ; il recevra la pareille à la résurrection des justes.

La parabole du souper

Un convive célébra le bonheur des gens qui auront part au banquet dans le royaume de Dieu. Jésus répondit par un avertissement sous forme de parabole : «Un homme donne un grand souper. ll fait dire par son serviteur aux nombreux invités que le repas est prêt. Le premier allégua son champ, le second ses bœufs, Un convive célébra le bonheur des gens qui auront part au banquet dans le royaume de Dieu. Jésus répondit par un avertissement sous forme de parabole : «Un homme donne un grand souper. ll fit dire par son serviteur aux nombreux invités que le repas fut. Le premier allégua son champ, le second ses bœufs ; le troisième répondit qu’il vient de se marier.

Le serviteur fit rapport à son maître. Celui-ci, irrité, lui ordonna d’aller sur les places et dans les rues de la ville chercher les malheureux sans asile. Le serviteur répondit qu’il le fit, et que la salle ne fut pas encore pleine. Le maître l’envoya au dehors, dans les chemins, le long des haies, et lui dit de presser les gens d’entrer, car, déclara-t-il, aucun des premiers invités ne goûtera du souper. Le pharisien qui l’invita avec beaucoup d’autres convives fut désigné comme l’un des chefs de ce parti, à la fois politique et religieux : il fut membre du sanhédrin. Jésus, selon sa coutume accepta cette invitation, même en un jour de sabbat. L’hostilité décidée que manifestèrent alors les pharisiens contre Jésus donna à cette acceptation un caractère tout particulier de support et de charité.

D’autres pharisiens, également invités, épièrent Jésus, de même que le fit le maître de la maison, pour le surprendre en quelque faute contre la loi du sabbat. Peut-être même eurent-ils déjà aperçu le malade qui se trouva là et pensèrent-ils que Jésus l’eut guéri. La guérison du malade se passa avant qu’on se fût mis à table, dans une de ces cours intérieures qui, en Orient, précédèrent les appartements. Jésus n’eut pas l’intention de donner à ses convives une leçon de politesse ou de modestie. Tous les hommes recherchèrent la première place, parce qu’ils furent orgueilleux devant Dieu ; et jamais ils ne devinrent humbles les uns à l’égard des autres, au point que l’un estima l’autre plus excellent que soi-même : «Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.» (Ph 2, 3)

Ce fut là le commentaire que Jésus donna de sa parabole dans les paroles qui la terminèrent. S’élever devant les hommes a pour conséquence certaine d’être abaissé devant Dieu, et l’inverse  «De mêmes, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez vous d’humilité ; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.» (1P 5, 5)

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Le gardien : cliquez ici pour lire l’article →Écoute: Guérison d’un hydropique

◊ Diacre Jean-Yves Fortin: cliquez ici pour lire l’article →Discussion sur le sabbat

Vidéo Silouan 1054 : cliquez ici → https://youtu.be/05nFAth_J0o7

Publié dans Bible, Catéchèse, comportements, Dieu, évangiles, Histoire, L'Église, Nouveau Testament, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Le Temps Pascal

Posté par diaconos le 29 mars 2024

Messes au Temps Pascal – Paroisse de Cauterets

Bonjour, c’est votre première visite sur ce blog catholique, voici quelques conseils pour vous aider…

Dans les archives → 2403 articles à votre disposition !

 Cliquez ici → Parcours découverte

 Pour trouver rapidement ce que vous cherchez, utilisez le moteur « Rechercher » situé dans la colonne de droite ( sous le logo “Administrateur”)

Le Temps pascal, de Pâques à la Pentecôte

Le temps pascal ? Cinquante jours pour vivre la résurrection | DIOCÈSE ...

Le temps pascal est une période des calendriers liturgiques catholique et orthodoxe qui s’étend du jour de Pâques au dimanche de la Pentecôte. Il dure cinquante jours. Ce temps débute avec le dimanche de Pâques et se termine cinquante jours plus tard pat la célébration de la Pentecôte.

La première semaine, appelée Semaine radieuse chez les orthodoxes, équivaut aux jours de l’octave de Pâques pour les catholiques. Pour les deux, la joie de la Résurrection est prolongée, et toute la semaine équivaut symboliquement à un jour, car les huit dimanches sont célébrés comme un grand dimanche de louange et d’espérance se développant jusqu’à la réception de l’Esprit Saint à la Pentecôte.

Les dimanches appelés : Dimanches de Pâques.  La couleur liturgique est le blanc. De nombreux alléluia ponctuent les célébrations, et le Cierge pascal reste présent et allumé. Les lectures des messes sont principalement extraites des Actes des Apôtres et de l’Évangile de Jean.

Visites cette semaine

le 13 avril 2022 : 414 visites

le 10 avri 2022 : 397 visites

le 09 avril 2022 : 280 visites

le 08 avril 2022 : 315 visites

le 07 avril 2022 : 350 visites

le 06 avril 2022 : 195 visites

le  05 avril 2022 : 307 visites

Cliquer sur le titre ci-dessous pour entrer

 

  Résultat de recherche d'images pour "étoiles scintillantes" Temps PascalRésultat de recherche d'images pour "étoiles scintillantes"

 

 Aux éditions Croix du Salut    ♥  Idée cadeau

→ Rencontre avec la Parole de Vie   – Année A : Esprit et Vie par Michel Houyoux (9 Jul 2012)

→ Rencontre avec la Parole de Vie   – Année B : Source d’Amour par Michel Houyoux (16 Jul 2012)

→ Rencontre avec la Parole de Vie  – Année C : Parole de Dieu  par Michel Houyoux (17 Jul 2012)

→ Les deux voies    Choisis le chemin de la Vie. Pour être disciple de Jésus, il nous faut marcher derrière lui, suivre le même chemin.

Avec  mes salutations amicales et fraternelles en Christ

  Michel Houyoux, diacre permanent

 

Publié dans | 4 Commentaires »

12345...114
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...