• Accueil
  • > Recherche : blog du diacre michel

Résultats de votre recherche

Would not God do justice to his chosen ones, who cry out to him day and night ?

Posté par diaconos le 14 novembre 2020

# The Day of Final Judgement or Day of Retribution is, according to the Abrahamic religions, the day on which God’s judgement of their deeds, words and intentions will be manifested to humans. The fate of the damned and the righteous is not the same according to all the texts. According to the Bible and the Koran, the resurrection of the dead is a prerequisite for God’s judgment, which will take place on the same Day for all. In Judaism, the final judgment is referred to in the Book of Daniel: « Then shall come the judgment, and his dominion shall be taken away, and he shall be destroyed and utterly destroyed for ever ». In the Torah it is written about the Day of the Lord (from YHWH: יוֹם-יְהוָה, Isaiah 13.6, 13.9, Joel 1.15, 2.1, 2.11, 3.4, 4.14, Amos 5.18, 5.20, Obadiah 1.15, Zephaniah 1.7, 1.14, Malachi 3.23) For example, in Isaiah 13:9: « Yes, the day of the Lord comes implacably, the day of wrath and violent anger, which will make the earth desolate and destroy the wicked. « Some midrashim (allegorical stories) speak of Yom HaDin, describing God sitting on His throne, while the books containing the deeds of all mankind are opened for « revision », and everyone passes before Him for evaluation of their deeds.

# The Parable of the Unjust Judge), is one of the parables of Jesus which appears in the Gospel of Luke (Luke 18:1–8). In it, a judge who lacks compassion is repeatedly approached by a poor widow, seeking justice. Initially rejecting her demands, he eventually honors her request so he will not be worn out by her persistence. One interpretation of this parable is that it demonstrates the importance of persistence in prayer, never giving up. It is found immediately prior to the parable of the Pharisee and the Publican (also on prayer) and is similar to the Parable of the Friend at Night. Other scholars note that the content of the parable makes no reference to prayer and that the introduction of prayer as a theme is generally inspired by the Lucan construction in verses 6–8 and by the fact that Luke placed the parable of the Pharisee and Publican influentially after this one. Whatever approach is taken, it is noteworthy that the judge in the parable does not act on the basis of justice.The framing material of the parable demonstrates the need to always pray like that persistent widow, for if even an unjust judge will eventually listen, God is much quicker to do so.[1] The parable of the Friend at Night has a similar meaning.

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time, Jesus told his disciples a parable about the need for them to always pray without getting discouraged : « There was a judge in a city who did not fear God and did not respect men. In the same town there was a widow who came to him and asked him : « Give me justice against my adversary. » For a long time he refused; then he thought : « Even if I don’t fear God and respect no one, as this widow is beginning to annoy me, I’m going to give her justice so that she won’t keep coming and knocking me down. »

The Lord added : « Listen carefully to what this unjust judge says! And would not God do justice to his chosen ones, who cry out to him day and night ? Does he keep them waiting ? I tell you, he will soon do justice to them. But when the Son of Man comes, will he find faith on earth?  » (Lk 18, 1-8)

The parable of the unjust judge- Christian Art

The parable of the iniquitous judge

To encourage his disciples to pray with perseverance, Jesus offered them the example of a poor widow who, by dint of insistence, obtained justice from a judge who, fearing neither God nor man, gave her justice out of selfishness and to be delivered from her importunity. Jesus pointed out to them the motives of this judge, and concluded that God, all the more so, will listen to his chosen ones and quickly do justice to them. But will the Son of Man at his coming find faith ?

This parable is closely related to the prophetic discourse that precedes it. Luke indicated it with the expression that was familiar to him. He also said to them :  « The necessity of prayer, of persevering prayer without discouragement, is the result of the dangers that will surround the Church and each individual soul in the final battle before the coming of Christ » . The position of Christians in the world is such that they are in constant need of prayer; without it, each of them would be like this poor widow, oppressed and unprotected.

Thus, on the one hand, a judge who had no fear of God and no regard for any man, who was therefore without conscience and without heart in his proceedings; on the other hand, a poor widow afflicted in her most intimate affections, and, moreover, oppressed by her opponent, such were the persons present. What the widow demanded, having the right to expect it from a judge, was not vengeance, but deliverance through justice. And Luke said that she prayed again and again for a long time. This was the means of her deliverance.

The selfish motive of the judge was in harmony with his cynicism: he confessed that he had no fear of God or regard for anyone. Listen! Be careful: this judge, unjust in his selfishness, finally, by his insistence, granted the widow what she asked for. And will the just and merciful God do less for his chosen, beloved children, who in the midst of oppression cry out to him day and night? This is the point of comparison that must be grasped in order to understand the parable.

Here, as in other similarities, Jesus taught, not by analogy, but by contrast. The text of the Codex Sinaiticus, A, B, D reads : « Is he patient with them?  » Most modern commentators have made this sentence a question independent of the previous one and give the verb the meaning of acting slowly: is he slow to deal with them ? The present tense is not appropriate in this explanation and the meaning of delay is not sufficiently established. It is more natural to link this proposition closely to the previous one and to make it dependent on the negation of the latter: and is it not long-winded, is it not full of kindness towards them? (J. Weiss)

The idea of a prompt return of Christ for the deliverance of the chosen ones is expressed in various places in the Scriptures in the same terms (Romans 16:20; Revelation 1:1; Revelation 3:11; Revelation 22:20, …). This time of waiting and trial, which seems very long to those who suffer, is nevertheless very short for Jesus for whom a thousand years are like a day and who wants to fulfil the plans of his mercy towards all his chosen ones.

This promise of prompt deliverance applies not only to the Church as a whole, but to each of the chosen ones, for whom the hour of death is also the hour of deliverance. It is in this view that St. Paul called the present affliction of Christians « light », which produces in them eternal glory. « For our light afflictions of the present moment produce for us, beyond all measure, an eternal weight of glory » (2 Cel 4, 17).  God’s promise is certain, infallible ; only his children will all know how to persevere to the end by keeping the faith, the true faith that alone can keep them in communion with Jesus ?

It was with sadness, and as a warning to his disciples, that Jesus asked this question. He has just said how the world will forget God when he comes, and as for his disciples themselves, he predicts elsewhere that in the midst of the tribulations of the last times, the charity of the many will cool down. However, the question does not mean that he will no longer find faith on earth; for in this absolute sense it would contradict the promise of deliverance he made to his chosen ones.

It is remarkable that Jesus, even while speaking of his appearance in glory, called himself the Son of Man (see, on this term  » But Jesus said to him :  « Foxes have holes, birds of the air have nests, but the Son of Man has no place to lay his head »  (Mt 8, 20)

Diacre Michel Houyoux

Links to other Christians websites

◊  Newspring Church : click here for reading the full paper →   What the Bible says about justice ?

◊  Notes to Allan  : click here for reading the full paper → Cry Loud and Long for Justice

THE PARABLE OF THE INIQUE JUDGE

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaires »

Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ?

Posté par diaconos le 14 novembre 2020

Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ?

# Le Jour du jugement dernier ou encore Jour de la Rétribution est, selon les religions abrahamiques, le jour où se manifestera aux humains le jugement de Dieu sur leurs actes, leurs paroles et leurs intentions. Le devenir des damnés et des justes n’est pas le même selon tous les textes. Selon la Bible et le Coran, la résurrection des morts est un préalable au jugement par Dieu, qui aura lieu le même Jour pour tous. Dans le judaïsme, le jugement dernier dont parle le Livre de Daniel :  » Puis viendra le jugement, et on lui ôtera sa domination, qui sera détruite et anéantie pour jamais..Dans la Torah il est écrit à propos du Jour du Seigneur (de YHWH : יוֹם-יְהוָה, Éaïe 13.6, 13.9, Joël 1.15, 2.1, 2.11, 3.4, 4.14, Amos 5.18, 5.20, Abdias 1.15, Sophonie 1.7, 1.14, Malachie 3.23) , par exemple en Ésaïe 13.9 : « Oui, il arrive implacable, le jour du Seigneur, jour d’emportement et de violente colère, qui réduira la terre en solitude et en exterminera les criminels. » Certains midrachim (récits allégoriques) parlent de Yom HaDin, décrivant Dieu siégeant sur Son trône, tandis que les livres contenant les actes de toute l’humanité sont ouverts pour « révision », et que chacun passe devant Lui pour évaluation de ses actes.

De  l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne,     comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” »

Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »  (Lc 18, 1-8)

La parabole du juge inique

Pour encourager ses disciples à prier avec persévérance, Jésus leur proposa l’exemple d’une pauvre veuve qui, à force d’insistance, obtint justice d’un juge qui, ne craignant ni Dieu ni homme, lui fit droit par égoïsme et pour être délivré de son importunité. Jésus leur fit remarquer les mobiles de ce juge, et en conclut que Dieu, à plus forte raison, écoutera ses élus et leur fera promptement justice. Mais le fils de l’homme à son avènement trouvera-t-il la foi ?

Cette parabole se trouve dans un rapport intime avec le discours prophétique qui précède. Luc l’indiqua par l’expression qui lui fut familière : « Il leur disait aussi. » La nécessité de la prière, de la prière persévérante et sans découragement, résulte des dangers qui environneront l’Église et chaque âme individuelle dans le dernier combat qui précédera l’avènement du Christ. La position des chrétiens dans le monde leur fait du reste éprouver en tout temps ce pressant besoin de la prière ; sans elle chacun d’eux serait semblable à cette pauvre veuve, opprimée et destituée de toute protection.

Ainsi, d’une part, un juge qui n’eut aucune crainte de Dieu et aucun égard pour aucun homme, qui, par conséquent, fut sans conscience et sans cœur dans ses procédés ; d’autre part, une pauvre veuve affligée dans ses affections les plus intimes, et, en outre, opprimée par sa partie adverse, tels furent les personnes en présence. Ce que la veuve demanda, ayant le droit de l’attendre d’un juge, ce ne fut pas une vengeance,  mais  sa délivrance par la justice . Et Luc indiqua qu’elle réitéra souvent et longtemps sa prière. Ce fut là le moyen de sa délivrance.

Le motif égoïste invoqué par le juge fut bien en harmonie avec son cynisme : il avoua n’avoir ni crainte de Dieu, ni égard pour personne. Écoutez ! faites attention : ce juge injuste dans son égoïsme, enfin, par son insistance, accorda à la veuve ce qu’elle demanda. Et Dieu juste et miséricordieux, fera-t-il moins pour ses élus, ses enfants bien-aimés, qui, du sein de l’oppression, crient à lui jour et nuit ! Tel est le point de comparaison qu’il faut bien saisir pour comprendre la parabole.

Ici, comme dans d’autres similitudes, Jésus enseigna, non par analogie, mais par contraste. Le texte du Codex Sinaiticus, A, B, D  porte : « Use-t-il de patience à leur égard ? » La plupart des commentateurs modernes firent de cette phrase une question indépendante de la précédente et donnent au verbe le sens d’agir avec lenteur : tarde-t-il à leur égard ?

Le verbe au présent ne convient guère dans cette explication et la signification tarder n’est pas suffisamment établie. Il est plus naturel de rattacher étroitement cette proposition à la précédente et de la faire dépendre de la négation de celle-ci : et n’use-t-il pas de longanimité, n’est-il pas rempli de bonté à leur égard ? (J. Weiss)

Publié dans Foi, Histoire du Salut, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu !

Posté par diaconos le 11 novembre 2020

L’un des dix lépreux que Jésus guérit revient le remercier

# La guérison des dix lépreux est un des miracles de Jésus-Christ rapporté dans l’Évangile selon Luc. Ce miracle souligne l’importance de la gratitude, et aussi de la foi car Jésus ne dit pas : « Mon pouvoir t’a guéri » mais attribua la guérison à la foi des suppliants. . Pour le Père Joseph-Marie, ces dix lépreux représentent l’humanité tout entière, prise dans le péché, et par rapport à Dieu oublié. Cependant les lépreux savent encore prier, et Jésus parce qu’ils lui montrent qu’ils veulent suivre sa parole, les guérit. Pour autant un seul lépreux croit pleinement au Christ. L’espérance et la foi, deux des vertus primordiales pour l’Église sont dans ce miracle comme dans beaucoup d’autres mises en avant. Saint Bruno de Segni confirma que ces dix lépreux représentent l’humanité. Ce miracle reflète la miséricorde de Dieu. Le lépreux qui vint revoir le Christ est l’image des baptisés. C’est la foi qui sauve, qui justifie, guérit l’homme dans son âme et dans son corps. Il y a dans ce miracle deux niveaux de guérison : celle du corps, et celle de l’âme. La lèpre de l’humanité est l’orgueil et l’égoïsme qui créent la violence et la haine. Dieu qui est Amour est le remède face à ses plaies.Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » (Mc 1, 15)

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la région située entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » à cette vue, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. »

En cours de route, ils furent purifiés. L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, Or, c’était un Samaritain. Alors Jésus prit la parole en disant : « Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! »
Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. » (Lc 17, 11-19)

Les dix lépreux

Jésus poursuivit sa route vers Jérusalem et passa entre la Samarie et la Galilée, dix lépreux le rencontrèrent, et, de loin, implorèrent sa pitié. Dès qu’il les vit, Jésus leur ordonna d’aller se montrer aux sacrificateurs. En y allant, ils furent guéris. L’un d’eux, un samaritain, revint glorifiant Dieu ; et se jetant aux pieds de Jésus, il lui rendit grâces.

Sa conduite inspira à Jésus cette réflexion attristée : « Les dix n’ont-ils pas été guéris ? N!y eut-il aucun des neuf autres qui revint , comme cet étranger, pour donner gloire à Dieu  ? Jésus dit au lépreux : Va, ta foi t’a sauvé ». Luc donna une nouvelle indication de ce long voyage de Jésus vers Jérusalem, interrompu et retardé par diverses excursions et de nombreux travaux : « Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. » ‘Lc 9,  51)

Dans ce moment il  traversa la Samarie et la Galilée, en se dirigeant de l’ouest à l’est vers le Jourdain et la Pérée. Il ne suivit pas, pour se rendre à Jérusalem, l’une des deux routes ordinaires, par la Pérée ou par la Samarie.  Cette mention de la Samarie, tout en indiquant le chemin que suivit Jésus, révéla qu’il y eut un Samaritain parmi les lépreux que Jésus eut a guéri.

Ces malheureux lépreux, exclus par la loi de toute communication avec la société, se réunirent, afin de se rendre mutuellement les soins que tout le monde leur refusa. C’est à cause de la même interdiction qu’ils s’arrêtèrent à distance et durent ainsi élever la voix pour implorer la pitié de Jésus.

 Les sacrificateurs eurent seuls le droit de constater la guérison d’un lépreux et de le réintégrer dans ses privilèges d’Israélite :  « « Lorsqu’un homme aura sur la peau une grosseur, une dartre ou une tache blanche qui ressemblera à une plaie de lèpre sur sa peau, on l’amènera au prêtre Aaron ou à l’un de ses descendants qui seront prêtres. (Lv 13, 2)

Jésus n’estima pas que la guérison miraculeuse dont ils furent l’objet dispensa ces lépreux d’observer la loi ; et, en même temps, comme ils durent aller en se confiant en sa seule parole, ce fut pour eux un exercice de foi. Ils furent guéris comme ils s’en allèrent, dans l’acte même de leur obéissance à la parole de Jésus. Et cette guérison fut si complète, qu’ils ne purent pas en avoir le moindre doute.

La foi de cet homme, puis sa vive reconnaissance envers Dieu et envers le Sauveur, furent certainement le point de départ d’un développement tout nouveau dans sa vie religieuse, le dernier terme fut le salut le son âme. De là cette expression que Jésus employa à dessein.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux  : cliquez ici pour lire l’article →  Saint Martin de Tours, évêque (316-397) – Mémoire

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Réflexion chrétienne : cliquez ici pour lire l’article → Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir 

◊ Diacre Jean)-Yves fortin: cliquez ici pour lire l’article →    Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce

Homélie du Frère  Thibaut du Pontavice : « les dix lépreux »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir

Posté par diaconos le 10 novembre 2020

 L’image contient peut-être : une personne ou plus, texte qui dit ’<< Nous sommes de simples serviteurs: nous η avons fait que notre devoir» Lc17,7-10 7-10 eDamed’

# La parabole du Père miséricordieux est relatée dans l’Évangile selon Luc 15:11–32.Cette parabole concerne prioritairement, le fils aîné, tout autant que le fils prodigue. C’est une interpellation adressée aux pharisiens, étroitement observateurs de la Loi, les interrogeant sur leurs rapports durs, légalistes, à l’égard des brebis égarées qui s’en éloignent. Cette parabole a servi, entre le Ve et VIIIe siècles à plusieurs théologiens, dont saint Pierre Chrysologue, pour désigner les deux fils du Père, le Fils aîné, symbolisant le judaïsme, qui resta attaché à la maison, et le fils cadet, l’Église, destinée à appeler avec miséricorde tous les hommes pécheurs pour qu’ils reviennent à l’amour de Dieu, leur Père, tel que cet amour divin fut révélé et manifesté en la personne de Jésus-Christ rédempteur, Le pape Benoît XVI identifia le Père, dans la parabole, à Dieu, le Père : « Il est notre Père qui, par amour, nous a créés libres et nous a dotés de conscience, qui souffre si nous nous perdons et qui fête notre retour » La relation avec Lui se construit de façon semblable à ce qui arrive à tout enfant avec ses parents : au début, il dépend d’eux ; puis, il revendique son autonomie ; et finalement, il arrive à un rapport fondé sur la reconnaissance et sur l’amour authentique.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait : « Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs : “Viens vite prendre place à table” ? Ne lui dira-t-il pas plutôt : « Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et  boiras à ton tour ? »
Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ? De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : « Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir” «   (Lc 17, 7-10)

Nous avons fait ce que nous étions obligés de faire.

 Jésus démontra, par une comparaison tirée de la société d’alors, que jamais l’homme ne put avoir de mérite devant Dieu. Un esclave, dont tout le temps appartint à son maître, ne fit que ce qu’il fut obligé de faire, quand, après avoir travaillé tout le jour, il servit encore à table le soir. Son maître ne lui en eut pas de reconnaissance particulière, tout cela lui fut commandé.

« Vous aussi, de même, quand vous aurez fait tout ce qui vous est commandé, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles : nous avons fait ce que nous étions obligés de faire. «  : cette conclusion, qui applique la parabole aux rapports de l’homme avec Dieu, est d’une vérité incontestable. Car, d’abord, aucun homme pécheur n’a fait tout ce qui lui fut commandé par la loi, qui n’exigea rien de moins que la perfection de l’obéissance. Mais l’eût-il fait, il aurait simplement accompli une obligation sacrée et n’aurait aucun mérite à faire valoir devant Dieu.

Un ange même ne saurait prétendre à un droit devant Dieu, à qui il doit ses services les plus parfaits. Il est lui-même un serviteur inutile, dans ce sens que Dieu n’a pas besoin de son obéissance. Cette idée est renfermée dans le mot inutile, et qui signifie littéralement une personne ou une chose dont il ne revient aucun avantage, aucun profit : « Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !” (Mt 25, 30

Tout cela est vrai au point de vue du droit, et cette instruction de Jésus mit à néant la propre justice, la prétention de l’homme à mériter quoi que ce soit devant Dieu ; elle ne lui laissa d’autre moyen de salut que la grâce.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → N’ayez pas peur petit troupeau ! (Lc 12, 32-48)

◊  Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Là, il y aura des pleurs et des grincements de dents ! (Mt 25,  30b)

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Regnum Christi   : cliquez ici pour lire l’article  →  Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir

◊ Diocèse de Cayennes  : cliquez ici pour lire l’article  → Nous ne sommes que de simples serviteurs

Paroisse Saint Joseph (Martinique)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Foi, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

1...9495969798...113
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...