• Accueil
  • > Recherche : brebis dessin

Résultats de votre recherche

Il parlait du sanctuaire de son corps

Posté par diaconos le 9 novembre 2019

Mais lui parlait du sanctuaire de son corps

 

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.  Il fit un fouet avec des cordes,
et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : «Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce.»

Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment. Des Juifs l’interpellèrent : «Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ?» Jésus leur répondit : «Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai.» Les Juifs lui répliquèrent : «Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais !» Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.

Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.» (Jn 2, 13-22)

Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic

Les sacrifices et les offrandes que faisaient au Temple de Jérusalem les nombreux pèlerins de la Pâque nécessitaient la présence des marchands et des changeurs qui occupaient le parvis. Ce trafic, s’il prêtait parfois à des transactions malhonnêtes, était cependant nécessaire. Cette scène est aussi présentée dans les Évangiles de Matthieu, de Marc et de Luc.

Le Temple de Jérusalem était le lieu où affluaient les offrandes et les dons de la communauté juive. Les chefs des prêtres disposaient de ce trésor ; de plus, ils percevaient des taxes chez les marchants et auprès des changeurs de monnaie.

  • Pourquoi y avait-t-il des bœufs, des brebis et des colombes sur le parvis du temple ?
    • Parce que les juifs pieux venaient offrir des sacrifices au Temple de Jérusalem. Des sacrifices pour remercier le Seigneur ou pour  pour demander pardon ou encore pour lui rendre grâce. Des marchands d’animaux s’étaient donc installés sur le parvis du Temple  pour proposer aux pèlerins  de quoi faire leur sacrifice. Il y avait aussi  des changeurs  de monnaie parce qu’au temple de Jérusalem, dans ce pays sous occupation romaine,  la monnaie romaine n’était pas acceptée mais le shekel ; il faut donc changer la monnaie romaine (1) contre du shekel (2).

  • Pourquoi Jésus   a-t-il  chassé les marchands du Temple avec leurs colombes, leurs brebis et leurs bœufs ?
    • Jésus a été scandalisé par le marchandage qui se faisait sur le parvis du Temple. Par le geste qu’il pose, Jésus veut montrer que Dieu est plus important que le commerce.
  • En voyant faire Jésus, les juifs dont l’évangile nous dit que « beaucoup crurent en lui «   et qui ont du respect pour Jésus peuvent se demander à juste titre :  les sacrifices, c’est fini ? le temple, c’est fini ?
  • Qu’est-ce qui est fini ?
    • Avec Jésus, l’ancienne alliance c’est fini. La nouvelle alliance annoncée par les prophètes est là, radicalement nouvelle : ce qui est fini c’est d’offrir à Dieu des sacrifices au lieu de lui parler. La colère de Jésus n’était pas contre ces marchands mais contre le culte lui-même. En renversant les comptoirs, il renversait la religion elle-même ; il détruisait le temple. C’était très fort.

  • Qu’est-ce que Jésus a voulu dire aux juifs qui l’écoutaient ?
    • Pour prier Dieu, pour l’adorer, nous avons besoin d’un lieu. Mais ce lieu, le vrai temple, le lieu de rendez-vous véritable, ce sera le cœur de chacun de nous.
  • Jésus, que veut-il  nous dire aujourd’hui  ?
    • Deux choses :
      • la première : Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic
      • la deuxième : Ne faites pas de la maison de mon Père, qui est une maison pour tous, une maison pour quelques-uns.

♥ Il ne suffit pas de croire en Jésus.  Il faut aussi que nous vivions avec un degré d’honnêteté et de vérité tel que Jésus puisse aussi croire en nous.

Notes

(1)  Le Denier était la monnaie romaine utilisée à cette époque, cliquez ici pour de plus amples  explications →  Monnaie romaine

(2) Le shekel fait référence, à l’origine, à une unité de poids et à une monnaie utilisée en Mésopotamie depuis le 3e millénaire av. J.-C. jusqu’au premier  siècle appelée aussi shekel ou Siècle Ce fut également l’unité de poids utilisée par les hébreux (il en est fait mention dans certains passages de la Bible et il est notamment utilisé pour recenser le peuple dans le désert après la sortie d’Égypte. Le shekel biblique valait 6 grammes d’argent.

◊ Autres informations en cliquant ci-dessus sur les mots écrits en bleu

Complément

◊ Père Marie Landry Bivina : cliquez ici pour lire l’article →  Jésus chasse les marchands du Temple

 

Liens externes

 ◊ Idées-Caté  : cliquez ici pour lire l’article → Jésus et les marchands du temple

◊ Liturgie de la Parole avec les enfants : quelques idées, cliquez ici → La maison de Dieu

◊  ◊  ◊

Aimes-tu dessiner ?

  • Clique sur le dessin pour le voir plus grand, l’imprimer et le colorier.

  • Souhaites-tu montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ?

  •  Il te suffit de me les faire parvenir par courrier à l’adresse suivante : Diacre Michel Houyoux, 225, rue de la Station  B 5621  Morialmé (Belgique) ou par e mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.

  • Aimerais-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous le titre “Catégories”, clique sur le titre “Dessins et Bible” et choisis ceux que tu aimes colorier.

Diacre Michel Houyoux

Liens externes

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article → En trois jours, je le relèverai

◊ CFRT.tv: cliquez ici pour lire l’article →    Jésus a chassé les vendeurs du temple… Pourquoi ?

Dieu habiterait-il vraiment sur la terre ?

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

Complément

◊ Catéchèse : cliquez ici pour les lire → Jésus chasse les marchands du temple.  (Jn 2, 13-22)

 

Publié dans Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

La Bibbia vista nelle immagini dei bambini

Posté par diaconos le 31 juillet 2019

La Bibbia vista nelle immagini dei bambini

Vuoi mostrare il tuo disegno nella sezione « Pagina dei giovani » e includere la tua foto, la tua età e la tua comunità? Tutto quello che dovete fare è inviarmelo via e-mail come « documento allegato » al seguente indirizzo: » michel.houyoux@outlook.fr  » Se non uscite, chiedete aiuto a un membro della vostra famiglia. Puoi citare il tuo nome, la tua età, la tua località (paese ?) e anche un piccolo commento relativo al tema proposto. Con un po’ di immaginazione, si possono fare bei disegni. Per vedere i disegni di dimensioni maggiori, fare doppio clic su di essi.

Per vedere altri disegni biblici, clicca sul titolo « Disegno e Bibbia » nella colonna di destra di questa pagina. Grazie e buona scoperta.

Michel Houyoux, diacono permanente

Mon carême à moi... (Christelle, 8ans, j'habite à Hannêche en BelgiqueLa foule populaire des faubourgs de Jérusalem acclame Jésus comme son roi. le bon pasteur connaît ses brebis, et ses brebis le connaissent.

Jésus et ses disciples arrivèrent à Bethphagé (Mt 21, 1-2)

Dessins de Christelle, 9 ans le 10 octobre prochain.Le trésor caché dans un champ, Évangile de Matthieu, au chapitre 13

Publié dans Accueil sur mon blog, articles en Italien, Bible, Catéchèse, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

J’ai péché contre le Seigneur ! (2 S 12, 1-7a.10-17)

Posté par diaconos le 27 janvier 2018

Extrait du deuxième livre de Samuel au chapitre douze

Un soir, David se promena sur le toit du palais et vit une très belle femme qui se lavait. David a senti quelqu'un pour savoir qui elle était. On lui a dit qu'elle était Bethsabée, la femme d'Urie le Hittite qui était partie combattre dans l'armée de David

Un soir, David se promena sur le toit du palais et vit une très belle femme qui se lavait. David demanda à quelqu’un se son entourage, qui elle était. On lui  dit qu’elle était Bethsabée, la femme d’Uri,  le Hittite qui était parti combattre dans l’armée de David.

En ces jours-là, le Seigneur envoya vers David le prophète Nathan qui alla le trouver et lui dit : « Dans une même ville, il y avait deux hommes ; l’un était riche, l’autre était pauvre. Le riche avait des moutons et des bœufs en très grand nombre. Le pauvre n’avait rien qu’une brebis, une toute petite, qu’il avait achetée.

Il la nourrissait, et elle grandissait chez lui au milieu de ses fils ; elle mangeait de son pain, buvait de sa coupe, elle dormait dans ses bras : elle était comme sa fille. Un voyageur arriva chez l’homme riche. Pour préparer le repas de son hôte, celui-ci épargna ses moutons et ses bœufs. Il alla prendre la brebis du pauvre, et la prépara pour l’homme qui était arrivé chez lui. »

Alors, David s’enflamma d’une grande colère contre cet homme, et dit à Nathan : « Par le Seigneur vivant, l’homme qui a fait cela mérite la mort ! Et il remboursera la brebis au quadruple, pour avoir commis une telle action et n’avoir pas épargné le pauvre. » Alors Nathan dit à David : « Cet homme, c’est toi !

Ainsi parle le Seigneur Dieu d’Israël : Désormais, l’épée ne s’écartera plus jamais de ta maison, parce que tu m’as méprisé et que tu as pris la femme d’Ourias le Hittite pour qu’elle devienne ta femme. Ainsi parle le Seigneur : De ta propre maison, je ferai surgir contre toi le malheur. Je t’enlèverai tes femmes sous tes yeux et je les donnerai à l’un de tes proches, qui les prendra sous les yeux du soleil.

Toi, tu as agi en cachette, mais moi, j’agirai à la face de tout Israël, et à la face du soleil ! » David dit à Nathan : « J’ai péché contre le Seigneur ! » Nathan lui répondit : « Le Seigneur a passé sur ton péché, tu ne mourras pas. Cependant, parce que tu as bafoué le Seigneur, le fils que tu viens d’avoir mourra. » Et Nathan retourna chez lui.

Le Seigneur frappa l’enfant que la femme d’Ourias avait donné à David, et il tomba gravement malade. David implora Dieu pour le petit enfant : il jeûna strictement, et, quand il rentrait chez lui, il passait la nuit couché par terre. Les anciens de sa maison insistaient auprès de lui pour qu’il se releva, mais il refusa, et ne prit avec eux aucune nourriture.

Source de l’image → Free Bible images: Nathan the prophète

lwf0003web.gif

Une an­née s’é­coula de­puis les crimes com­mis par Da­vid. Il retraça lui-même sa situation du­rant cette pé­riode : « Tant que je me suis tu, mes os se sont consumés, Pendant que je gémissais tout le jour. Car jour et nuit ta main s’appesantissait sur moi, Ma vigueur était changée en une sécheresse d’été. (Ps 31, 3-4) Il ne vou­lut pas confes­ser sa faute et cher­cha à en­dor­mir sa conscience, sans y réus­sir. L’in­ter­ven­tion de Na­than mit fin à cet état d’a­veu­gle­ment vo­lon­taire et de si­lence obs­tiné vis-à-vis de Dieu.

Dans cette mis­sion de Na­than, le pro­phé­tisme is­raé­lite ap­pa­raît dans toute sa gran­deur. Nathan ne condamna pas David de l’extérieur ; il amena David à prendre conscience de sa faute,  en lui racontant une histoire, et à porter lui-même un jugement sur ses crimes. Lorsque qu’il prit conscience de son péché, Nathan n’eut plus qu’à le certifier : « Cet homme de l’histoire, c’est toi ! »

David reconnut devant Nathan ses crimes et en accepta toutes les conséquences. Dans la Bible, on lui attribua la composition du psaume 50, prière d’un pécheur repentant :  « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché… » Dieu effaça son péché. Dieu lui resta fidèle et tint ses promesses aux descendants de David.

Ce fut Salomon, fils de Bethsabée et de David qui bénéficia de ces promesses divines. Dieu fit passer sa grâce là où le péché alla. Dieu accorda le pardon à  David; mais, il n’effaça pas les conséquences pour les crimes commis : « De ta propre maison, je ferai venir sur toi le malheur » (2 S 12, 11)

La Bible nous donne des détails sur les malheurs annoncés : la mort d’Ourias. lez fils aîné de David,et les morts san­glantes d’Am­non, d’Ab­sa­lom, d’A­do­nija, trois autres fils de Da­vid, furent cer­tai­ne­ment en re­la­tion avec les pé­chés de Da­vid lui-même.

Compléments

◊ Page d’Évangile pour ce jour → N’ayons pas peur ! (Mc 4, 35-41)

◊ Méditation→ La prière en parabole nous invite à la persévérance.

◊ Devant moi, tout genou fléchira →  De ma bouche sort la justice, la parole que rien n’arrête. (Is 45, 23)  ← (2 S 12, 1-7a.10-17)  en montre la force !

Liens externes

◊ Punition des fautes graves de David (2 S 12 1-7)David et Bethsabée

◊ Le roi David s’appropria la femme d’Uri : un comportement lourd de conséquences → Uri et Bethsabée 

♦ Une vidéo en dessin animé raconte un épisode douloureux dans la famille de David…

Le roi David et Bethsabée

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Ancien testament, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Miséricordieux comme le Père

Posté par diaconos le 23 février 2016

Soyez miséricordieux comme le Père

Soyez miséricordieux comme le Père

Le pape François a proposé à l’Église de s’ouvrir un peu plus à la miséricorde divine pendant le « Jubilé de la Miséricorde » qui a commencé le 8 décembre 2015, solennité de l’Immaculée Conception et se clôturera le 20 novembre 2016, solennité du Christ Roi de l’univers.

Le logo et la devise pour ce jubilé offrent ensemble une heureuse synthèse de cette année jubilaire de la Miséricorde. La devise miséricordieux comme le Père, tirée de l’évangile selon Luc au chapitre six, nous propose de vivre la miséricorde à l’exemple du Père. Le Père nous demande de ne pas juger ni condamner, mais de pardonner, de donner l’amour et le pardon sans mesure : « Ne portez de jugement contre personne et Dieu ne vous jugera pas non plus ; ne condamnez pas les autres et Dieu ne vous condamnera pas ; pardonnez aux autres et Dieu vous pardonnera. Donnez aux autres et Dieu vous donnera : on versera dans la grande poche de votre vêtement une bonne mesure, bien serrée et secouée, débordante. Dieu mesurera ses dons envers vous avec la mesure même que vous employez pour les autres. » (Lc 6, 37-38)

Le logo, œuvre du père jésuite Marko Rupnik, se présente comme un petit traité de théologie sur le thème de la miséricorde. Jésus charge sur Image_Logo_Misericordeses épaules l’homme égaré, comme un berger prend sur ses épaules la brebis perdue. (Lc 15, 1-7) Le bon pasteur charge sur ses épaules, avec une miséricorde sans limite, l’humanité entière mais, un détail nous interpelle, ses yeux se confondent avec ceux de l’homme. Jésus voit par les yeux de l’homme et ce dernier voit par les yeux de Jésus. Chacun de nous découvre ainsi en Jésus l’humanité telle qu’elle devrait être et, en contemplant dans le regard de Jésus l’amour du Père qui s’y reflète. Nous découvrons aussi la vie éternelle à laquelle nous sommes appelés.

La scène se situe à l’intérieur d’une amande appelée « mandorle » , symbole cher à l’iconographie ancienne et du Moyen-Âge. C’est une figure géométrique dessinée à l’aide de deux cercles. Elle signifie que le Christ Jésus se situe à l’intersection entre le monde des hommes et celui de Dieu. Il est à la fois Dieu et homme. Les trois amandes concentriques, à la couleur progressivement plus claire vers l’extérieur, évoquent le mouvement du Christ sortant l’homme en dehors de la nuit du péché et de la mort à la lumière de la  vie.  La profondeur de la lumière plus foncée évoque l’impénétrabilité de l’amour du Père qui pardonne tout.

Tous les diocèses donnent des détails pratiques pour le jubilé de la miséricorde divine. À titre d’exemple, voici pour le diocèse de Rennes, un lien parmi d’autres, cliquez ici  →   Jubilé de la Miséricorde, détails pratiques

Ce lundi 22 février, pour les doyennés de Florennes-Philippeville, Couvin et Walcourt (Belgique), s’est déroulée la deuxième veillée de Carême dans le cadre du Jubilé de la Miséricorde divine. J’ai participé en l’église d’Agimont à cette rencontre. Le thème de cette rencontre était le partage. Environ cent quarante personnes ont participé à cette prière communautaire.

Après un mot d’accueil par un membre de cette paroisse, la veillée commença avec le chant « Viens combler la faim de l’homme ». Le voile du lutrin, orné du logo « Jubilé de la Miséricorde », fit l’objet d’un commentaire (ci-dessus). Après la reprise du chant d’ouverture, la prière du pape François pour l’année jubilaire fut récitée en alternance par l’assemblée.

Voir ici →  Prière du Pape François pour le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde divine

Cette prière fut suivie d’une méditation sur la péricope Lc 36-38 et accompagnée d’un geste hautement symbolique. Chaque personne, entrant dans le sanctuaire, reçut  un sachet de grains de maïs. Après cette prière, le célébrant invita l’assemblée à avancer par l’allée centrale,  et venir verser les grains dans un récipient posé sur un tablier placé devant l’autel. Pour faire le lien avec l’évangile, le récipient doit déborder. Pendant ce temps l’on chanta . « Ta nuit sera lumière de midi » (G 212)

Prions le Seigneur   lecteur ou lectrice : …………………………………………………………………………………………………………………

  • Tous les jours, nous croisons des personnes en situation de détresse, par manque de moyens matériels ou simplement de lien social. Bien souvent, elles sont rejetées ou oubliées. D’autres fois, ont les traitent d’assistées, sans prendre le temps de connaître leur parcours de vie, leur sentiments: ouvre nos yeux Seigneur ! Aide-nous à changer notre regard ! Rends-nous miséricordieux ! (Refrain)
  • Misericordias DominiQue ta main gauche ignore ce que donne ta main droite. Seigneur, apprends-nous la générosité et le partage sans compter. (Refrain)
  • À ton peuple affamé au désert, tu as envoyé la manne céleste. Aujourd’hui, c’est à nous que tu demandes de nourrir les malheureux de notre terre. Seigneur, nous te prions pour les paysans qui luttent pour garder leur terre et pouvoir la cultiver et produire une nourriture saine pour faire vivre leur famille. (Refrain)
  • Transforme-nous Seigneur par ta miséricorde. Nous pourrons alors ouvrir notre cœur vers l’extérieur, vers les périphéries, en étant des de ton amour, de ta tendresse et de ta miséricorde. missionnaires. (Refrain)

Tous récitèrent maintenant le notre Père : Notre Père qui est au cieux…

Présentation du projet de Carême d’entraide et fraternité fut présenté

◊ Spécial carême → vivre un carême de partage 2016 – Entraide et Fraternité

Écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvresvivre un carême de partage 2016 – Entraide et Fraternité

◊ En complémentOutils pour enfants et jeunes

Cette célébration se termina par la Magnificat où Marie loue la miséricorde de Dieu qui s’étend d’âge en âge. Le célébrant, après avoir béni l’assemblée l’invita à participer à la prochaine veillée de Carême le lundi 29 février et à 20h00 en l’église de Morialmé (Province de Namur).

Miséricordieux comme le Père

C’est la devise du jubilé. Dans la miséricorde nous avons la preuve de la façon dont Dieu aime. Dieu se donne tout entier, pour toujours, gratuitement et sans rien demander en retour. Il vient à notre secours lorsque nous l’invoquons. la miséricorde n’est pas contraire à la justice, mais i8llustre le comportement de Dieu envers tout pécheur, lui offrant une nouvelle possibilité de se repentir, de se convertir et de croire.

Si Dieu s’arrêtait à la justice, il cesserait d’être Dieu ; il serait comme nous qui invoquons le respect de la loi. La justice seule ne suffit pas et l’expérience révèle que faire appel uniquement à elle risque de l’anéantir. C’est ainsi que DIEU VA PLUS LOIN QUE LA JUSTICE AVEC LA MISÉRICORDE ET LE PARDON.

L’aboutissement de la Loi, c’est le Christ, afin que soit donnée la justice à toute personne qui croit. (Rm 10, 3-4) Ouvrons nos cœurs pour voir les misères du monde, les blessures de tant de gens priés de dignité, et soyons attentif à leurs cris appelant à l’aide. Que nos mains puissent serrer les leurs et les attirer vers nous afin qu’ils sentent la chaleur de notre présence, de l’amitié et de la fraternité. Que leurs appels soient reçus et honorés et qu’ensemble nous puissions biser la barrière de l’indifférence qui règne si souvent pour cacher l’hypocrisie et l’égoïsme.

Compléments

◊ Méditation →  C’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste

◊  Marcher avec Jésus → Celui qui déclare demeurer en Dieu doit marcher lui-même dans la voie où Jésus a marché.

◊ Voulons-nous être avec le Christ ?  →  Nous devons retrouver le sens évangélique de la charité

Publié dans Dieu, Messages, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaires »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS