• Accueil
  • > Recherche : brebis traite

Résultats de votre recherche

Lundi de la dix-huitième semaine du Temps Ordinaire – Année Impaire

Posté par diaconos le 2 août 2021

Jésus prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, qui les  donnèrent à la foule

 Lundi de la dix-huitième semaine du Temps Ordinaire - Année Impaire dans Religion 116930436

x
# La multiplication des pains est le nom donné à deux miracles réalisés par Jésus de Nazareth selon les textes des évangiles : Matthieu, chapitre 14, versets 14 à 21, puis à nouveau 15, 32-38 ; Marc 6, 34-44, puis à nouveau Marc 8, 1-9 ; Luc 9, 12-17 ; Jean 6, 5-14. La première multiplication des pains intervint après la mort de Jean Baptiste sur ordre d’Hérode Antipas pour répondre au désir de sa fille Salomé, et de guérisons de malades. Une seconde multiplication des pains eut lieu ultérieurement qui impliqua un nombre différent de gens. Matthieu et Marc furent les seuls évangélistes à la relater. Certains exégèses pensèrent qu’il s’agissait du même événement raconté deux fois. Toutefois, les deux miracles ne se déroulèrent pas au même endroit, dans un cas il y eut cinq mille personnes, dans l’autre cas il y en eut quatre mille. Le nombre de corbeilles de pains en surplus fut aussi différent.
x
Par la suite, Jésus évoqua les deux miracles en les distinguant clairement. Pour le docteur de l’Église Jean Chrysostome, Jésus lors de ce miracle se posa comme le créateur du ciel et de la Terre. Il incita également par ce geste à prier avant tout repas, et il voulut montrer l’importance du partage. Des théologiens plus modernes dirent que la multiplication des pains est le symbole de la Parole donnée par le Christ, parole qui a nourri les peuples pour des siècles. Pour saint Éphrem, Jésus donna généreusement sans compter lors de ce miracle. Il donna tellement qu’il en resta douze corbeilles. Il compara Jésus à Moïse, Moïse qui avait nourri le peuple libéré de l’esclavage avec la manne tombée du ciel.
x
Pour Benoît XVI, dans l’Angélus du 31 juillet 2011, ce geste messianique fut symbole de partage fraternel, mais aussi symbole du chemin que durent suivre les apôtres à savoir transmettre la Bonne Nouvelle. Dans l’Angélus du 29 juillet 2012, Benoit XVI mit en exergue le fait que cette multiplication est le début de l’Eucharistie qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui. Selon certaines interprétations théologiques, il préfigurerait la cène, dernier repas de Jésus avec ses disciples, établissant le rite de l’eucharistie dans lequel le pain est réputé incarner le corps de Jésus, donné en sacrifice sur la croix pour sauver les hommes. Pour les historiens, les événements évoqués par les évangélistes avec ces deux relations restent énigmatiques bien que certaines hypothèses aient été émises.
x

 De l’évangile selon Matthieu

13 Quand Jésus apprit cela, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied. 14 En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades. 15 Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! »

16 Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. » 17 Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. » 18 Jésus dit : « Apportez-les moi. »

19 Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule. 20 Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins. 21 Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants. (Mt 14, 13-21)

Multiplication des pains

 Ému de compassion à la vue des foules qui l’avaient suivi, il guérit leurs malades. Le soir étant venu, les disciples, inquiets pour cette multitude qui n’avait rien à manger, demandèrent à Jésus de la congédier. Donnez-leur vous-mêmes à manger ! Répondit Jésus. Mais, dirent-ils, nous n’eûmes ici que cinq pains et deux poissons. Apportez-les-moi, leur dit-il.

Ayant fait asseoir la foule sur l’herbe, il prit les pains, et bénit Dieu ; puis rompant les pains, il les donne aux disciples, qui les distribuèrent au peuple. Tous furent rassasiés, et l’on eut rempli douze paniers des morceaux qui restèrent. .

Étant sorti de la retraite solitaire où il avait passé quelques heures avec ses disciples, Jésus, à la vue de cette grande multitude, fut ému de compassion, soit à cause de tous ces malades qu’on lui amenait pour qu’il les guérit, soit à cause de l’état de délaissement moral de ce pauvre peuple, qui était à ses yeux comme des brebis qui n’ont pas de berger.

La journée était déjà très avancée, ou que l’heure même où se prenait le repas du soir était passée. Cette sollicitude pour le peuple parut avoir été inspirée aux disciples par la compassion de Jésus. D’après saint Jean, , Jésus prit l’initiative, et la parole des disciples ne fut que la réponse à sa question. Cet entretien prouva qu’il y eut là un besoin réel, digne de la compassion de Jésus, et qu!il ne fit pas un usage inutile de sa puissance créatrice en multipliant les pains.

Cet ordre étrange, destiné à éprouver la foi des disciples, ils l’exécutèrent réellement. Avec quelle majestueuse assurance Jésus sut ce qu’il  fit de cette insuffisante provision ! Il y eut  à la fois pour Jésus le sentiment de la reconnaissance envers Dieu pour ce qu’il donna, et le projet d’implorer la bénédiction divine sur ce peu de biens pour les multiplier. Quel exemple et quelle consolation pour le pauvre dont la provision est insuffisante !

Les disciples accomplirent avec une humble obéissance l’ordre qu’ils reçurent ; ils donnèrent ce qu’ils avaient, et ce fut ’est dans leurs mains que se fit le miracle. Si Jésus avait d’avance multiplié les pains, de manière à en mettre sous leurs yeux une immense provision, cela eût mieux convenu à leur manque de foi, mais Dieu ne procède jamais ainsi dans la dispensation de ses grâces. Il exerce la foi et l’obéissance, tout en donnant abondamment.

Ce fut Jésus qui ordonna aux disciples de recueillir ces morceaux de surplus, afin que rien ne se perde. Ces paniers étaient de petits sacs de voyage en jonc ou en paille. Chaque disciple en avait un, et le remplit. Ce miracle, accompli, comme celui de Cana, sur la nature inanimée, sur les éléments purement matériels, est devenu pour le rationalisme de toutes les écoles, une pierre d’achoppement.

Dans les guérisons de malades, il resta à la raison des ressources pour expliquer la délivrance de ces malheureux par une influence morale exercée sur eux, sans s’élever jusqu’au surnaturel. Mais ici ! L’un de ces docteurs ne vit dans ce miracle qu’une pure légende ou un mythe né dans l’imagination des premiers disciples (Strauss).

Ce miracle est attesté unanimement par les quatre évangiles, il est confirmé par l’impression qu’en reçut la foule et bien plus encore par l’autorité de Jésus, qui le prit pour texte d’un de ses plus profonds discours, et qui même en appela directement à cet acte de sa puissance. Quant au but immédiat du miracle, il est évident : le Sauveur voulait, dans sa compassion pour une multitude pauvre et défaillante qui s’était attachée à ses pas pour entendre sa parole, lui procurer un secours nécessaire, et faire envers elle une grande et touchante œuvre de charité.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → Lundi de la 18e semaine, année impaire

◊ Dom Armand Veilleux de l’Abbaye de Maredsous  (Belgique)  : cliquez ici pour lire l’article →Homélie pour le lundi de la 18ème semaine du Temps ordinaire

  Multiplication des pains : ce qu’il faut retenir du miracle

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Vendredi Saint : PASSION DU SEIGNEUR

Posté par diaconos le 2 avril 2021

Le Christ s’est anéanti lui-même en prenant la condition de serviteur

Une pause par jour – 6 novembre 2018 | «Notre-Dame des 3 Vallées

 

# Le Vendredi saint est le vendredi qui précède Pâques. Ce jour-là, les chrétiens commémorent la passion et la crucifixion de Jésus-Christ. Cette fête est observée avec des pratiques et des rituels particuliers par les fidèles de nombreuses confessions chrétiennes. Le Vendredi saint, les cloches, qui appellent traditionnellement les fidèles à la célébration de l’Eucharistie, ne sonnent pas en signe de deuil. Il faut cependant préciser à partir de quel moment, car il existe différentes traditions selon les différents rites catholiques. Selon le rite romain, les cloches sonnent pour la dernière fois le soir du jeudi saint, et précisément au chant du Gloria pendant la messe du soir, puis reviennent sonner de manière festive pendant la veillée pascale, toujours au chant du Gloria, en signe de l’annonce par les chrétiens de la résurrection de Jésus. Dans le rite ambrosien, cependant, les cloches sonnent jusqu’à l’annonce de la mort du Seigneur : trois heures de l’après-midi du Vendredi saint. Après cela, ils se taisent jusqu’à la Vigile de Pâques. La célébration de la messe est également exclue dans le rite romain le samedi saint. Dans le rite ambrosien, il est également exclu chaque vendredi du Carême.

# Le Vendredi saint est la commémoration religieuse célébrée par les chrétiens le vendredi précédant le dimanche de Pâques. Il marque le jour de la crucifixion et de la mort de Jésus-Christ. Il fait partie du triduum pascal, qui s’étend du Jeudi saint (commémoration du dernier repas du Christ avec ses apôtres) aux vêpres du dimanche de Pâques. Dans la tradition orthodoxe, il est appelé « Grand vendredi » ou « Saint et grand vendredi ».

Ce jour est férié dans un grand nombre de pays ou de régions dont une partie de la population est chrétienne, en Europe (Allemagne, Espagne, Italie, Pologne, Royaume-Uni, Suisse…), au Liban, en Amérique (Argentine, Canada, Chili, 12 des 50 États des États-Unis…), en Afrique (Éthiopie, Kenya, Nigeria…) et en Asie (Hong Kong, Inde, Indonésie, Macao…). C’est également un jour férié pour les départements français de la Moselle, du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, et des collectivités territoriales de la Martinique et de la Guadeloupe. La mort du Christ et la foi en sa Résurrection sont fondamentales pour le christianisme ; ce jour est donc célébré par toutes les Églises chrétiennes. Il s’agit d’un jour de tristesse et de méditation sur la signification de cette mort1.

                                                                                                                         lwf0003web.gif

Les passages du livre d’Isaïe (première lecture) et de la lettre aux Hébreux (deuxième lecture) donnent un sens à cette terrible et ignoble souffrance de Jésus. Celui qui a porté nos souffrances et nos péchés est la cause de notre salut.  C’est par lui que nous sommes sauvés, sa mort nous ouvre la vie. Le deuxième moment important de la célébration liturgique de ce soir est la grande prière universelle. Il s’agit de prier le Christ, l’espoir de tous les hommes, et de demander sa lumière pour ceux qui en ont le plus besoin.

La croix s’est levée sur le monde d’aujourd’hui. Le Vendredi saint n’est pas seulement l’anniversaire d’un événement passé. Avant tout, l’Église nous demande de croire que, par sa mort, le Christ nous apporte la certitude de notre résurrection. Le Vendredi saint, nous ne célébrons pas la messe. Cependant, à la fin de la cérémonie, nous serons invités à recevoir la communion, le corps du Christ offert pour l’humanité.

Joyeuses et saintes Pâques à vous, cher ami en Christ, et à vos proches. Avec mes salutations amicales et fraternelles.

Diacre Michel Houyoux

Pour nos iniquités, il a été écrasé

Extrait du livre du prophète Isaïe

Mon serviteur prospérera, dit le Seigneur, il s’élèvera, il sera exalté ! Les foules furent stupéfaites en le voyant, car il était tellement défiguré qu’il ne ressemblait plus à un homme, il n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme. Il étonnera une multitude de nations, et les rois se tiendront devant lui avec crainte, car ils verront ce qu’on ne leur a jamais dit, et ils verront des choses dont ils n’ont jamais entendu parler.

Qui aurait cru ce que nous avons entendu ? A qui le bras puissant du Seigneur a-t-il été révélé ? Devant lui, le serviteur a grandi comme une plante rabougrie, une racine dans une terre aride ; il était sans apparence ni beauté pour attirer nos yeux, son apparence ne nous plaisait pas. Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, il était comme celui devant lequel on se voile la face ; et nous l’avons méprisé, nous l’avons considéré comme un moins que rien. Car c’est lui qui a porté nos souffrances, nos peines dont il était accablé.

Et nous pensions qu’il était amoureux,… blessé par Dieu, humilié. Mais c’est à cause de nos rébellions qu’il a été transpercé,…et à cause de nos iniquités qu’il a été écrasé. Le châtiment qui nous donne la paix était sur lui : par ses blessures nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des moutons, chacun suivant son propre chemin. Mais le Seigneur a mis nos fautes sur lui. «  (Is 52, 13 – 53, 12).

Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau mené à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc se soucie de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé pour les émeutes de son peuple. Son tombeau a été mis avec les méchants, sa tombe avec les riches ; pourtant il n’avait pas fait de violence, on n’a pas trouvé de tromperie dans sa bouche.

Écrasé par la souffrance, il était satisfait du Seigneur. S’il donne sa vie en sacrifice de réparation, il verra des descendants, il prolongera ses jours : par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira.  À la suite de ses tourments, il verra la lumière, la connaissance le remplira. Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes ; il prendra sur lui leurs iniquités.

C’est pourquoi, parmi les grands, je lui donnerai sa part, Avec les puissants, il partagera le butin, Parce qu’il s’est dépouillé jusqu’à la mort, Et qu’il a été compté parmi les pécheurs, Alors qu’il a porté le péché de plusieurs, Et qu’il a intercédé pour les pécheurs. (Is 52, 13 – 53, 12)

Le sacrifice et la gloire du Seigneur

C’était comme si le serviteur s’approchait de plus en plus du lointain et apparaissait de plus en plus clairement. Beaucoup ont été étonnés et pétrifiés à sa vue : le serviteur n’est parvenu à la gloire qu’au prix de souffrances telles qu’il a été défiguré. L’étonnement causé par sa misère n’a d’égal que celui causé par sa gloire.

Le serviteur, apparaissant soudainement dans sa gloire, a provoqué un profond choc dans le monde païen, qui a sursauté d’étonnement et d’anticipation.  Les rois le virent et se levèrent… Leur extrême surprise s’explique d’autant mieux que son destin ne leur avait pas été annoncé comme à Israël.Le rejet sans précédent du Messie par Israël s’explique par l’infirmité de son apparence.

Sous cette faiblesse, qui le scandalise, le peuple ne discerne pas le bras de Dieu. Isaïe a comparé le serviteur à une plante frêle, que personne ne remarquait, mais sur laquelle les yeux et la faveur de Dieu se reposaient, car Lui seul connaissait son prix.   Ce germe n’a pas poussé à partir du tronc d’Isaïe, comme l’a fait Isaïe 11, 1, mais à partir d’un sol desséché (du sein d’Israël) qui avait été profondément abaissé. Car le Messie apparaît ici et tout au long de cette partie d’Isaïe, non pas comme le représentant de la famille royale, le fils de David, mais comme le représentant de tout le peuple, dont il était le prêtre (le véritable Israël, Isaïe 49, 3).

Le prophète a vu l’image d’un de ces lépreux à qui la loi ordonnait de se couvrir le visage devant ses semblables (Lévitique 13, 45). Mais ici, ce sont les autres hommes qui se couvrent pour ne pas le voir, tant son apparence l’horrifie.  Nos maladies et nos souffrances étaient le salaire de son péché.

Israël raisonne comme les amis de Job : prétendant mesurer sa culpabilité à sa souffrance, ils le considèrent comme un homme que Dieu a frappé d’un mal horrible à cause d’un crime exceptionnel, considéré comme la punition directe du péché ; voir par exemple Lévitique 13, 1-59 ; le traité talmudique traitant de la lèpre est intitulé Plaies. Selon la tradition juive, le Messie fils de Joseph (le Messie humilié) devait être lépreux.

Le prophète modifie l’image pour introduire une nouvelle caractéristique : non seulement le serviteur souffre d’infirmités qui provoquent le mépris et l’incrédulité, mais la haine de son peuple est dirigée contre lui, et à la fin il succombe à une mort violente Cette mort voulue par Dieu est une punition pour ses péchés. Isaïe ne fait pas de distinction entre les fidèles et les infidèles ; tout Israël, sans exception, a péché et a besoin de la médiation du serviteur. Le prophète est en accord avec lui-même et avec tout l’Ancien Testament (Psaumes 14, 2-3 ; Psaumes 143, 2).

Loin de protester contre cette punition imméritée, le serviteur l’accepte et la supporte en silence. Le Nouveau Testament revient fréquemment sur ce type de l’Agneau de Dieu Jean 1, 29 ; 1 Pierre 1, 18-19 ; 1 Pierre 2, 23.  Le mot d’or signifie ici génération. Beaucoup l’ont appliqué à la postérité spirituelle du serviteur.

Dans sa mort, il est avec l’homme riche. L’hébreu dit simplement : dans sa mort avec l’homme riche. Il serait assez naturel de mettre en parallèle ces mots : son sépulcre avec les méchants. Il faudrait alors, avec Luther et Calvin, donner au mot riche le sens de fier ou de violent. Mais cela détournerait le mot hébreu de sa signification constante.

La sépulture d’un homme riche, bien qu’impie, n’est pas une sépulture ignominieuse, comme celle d’un malfaiteur. Si nous laissons le mot riche dans son sens naturel, les deux membres de la phrase forment évidemment une antithèse. Ceux qui ont condamné le serviteur à mort (verset 8), lui ont donné la sépulture d’un criminel.

Le récit évangélique de la mort de Jésus entre deux criminels et de son enterrement dans le tombeau du riche Joseph d’Arimathie (Mt. 27, 57) offrirait une coïncidence frappante avec cette ligne de prophétie. Mais nous avons du mal à croire que c’est là le véritable sens du texte. L’explication suivante nous semble plus naturelle : il a été enterré avec les criminels (avec lesquels il est mort) ; mais après sa mort, il a été placé par Jéhovah parmi les plus honorés.

L’expiation était une compensation offerte par la loi pour certaines infractions. Le serviteur était représenté ici comme payant la dette que les pécheurs étaient incapables de payer eux-mêmes.

C’est son âme qui a été offerte. Dans les sacrifices de l’ancienne alliance, le sang était l’élément purificateur, car c’est en lui que réside la vie ou l’âme (Lévitique 17:11). Par cette allusion aux rites lévitiques, Isaïe laisse entendre que dans les souffrances volontaires du juste serviteur du Seigneur, Israël a trouvé la réalité de ce qui n’était que représenté par les sacrifices de l’ancienne alliance.

Le prophète a mentionné une triple récompense pour les souffrances du serviteur :

  1.  une postérité : ceux que sa mort a fait revivre, Jean 12, 21
  2. de longs jours : la vie sans fin du Ressuscité, Apocalypse 1, 18 ; Romains 6, 9-10 ; Hébreux 7, 16-24
  3. Enfin, la prospérité de l’œuvre de Jéhovah entre ses mains. Cette œuvre était l’établissement du royaume de Dieu dans le monde entier, que le Rédempteur a accompli du sein de sa gloire.

La période d’humiliation et d’échec qu’il a traversée sur la terre, pendant son ministère auprès d’Israël, a été suivie d’une période de conquêtes spirituelles après son exaltation, dont le terme a été la soumission de toute l’humanité à son empire (Jean 12, 32 ; Philippiens 2, 9-11).  Le serviteur jusqu’alors méprisé, l’esclave et le puissant (Isaïe 49, 7), est devenu lui-même un homme puissant dans l’histoire de l’humanité, un de ceux qui ont marqué son développement, un des conquérants spirituels du monde, et a distribué le butin parmi les membres de la vaillante armée qui a combattu avec lui pour l’établissement du royaume de Dieu.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Vendredi Saint

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Église catholique en France : cliquez ici pour lire l’article →  Qu’est-ce que le Vendredi Saint ?

◊ Pâques chrétienne rappel historique  : cliquez ici pour lire l’article → Vendredi Saint

   Un temps de prière pour le vendredi saint avec les dominicains

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, fêtes religieuses, Méditation, Religion | Pas de Commentaires »

Samedi de la deuxième Semaine de Carême

Posté par diaconos le 6 mars 2021

Ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie

enfant prodigue

# Selon Jacques Ellul, cette parabole dite par le Christ concerne aussi, prioritairement, le fils aîné, tout autant que le fils prodigue. En fait, c’est aussi une interpellation adressée aux pharisiens, étroitement observateurs de la Loi, les interrogeant sur leurs rapports durs, légalistes, à l’égard des brebis égarées qui s’en éloignent. La parabole du Fils prodigue servit, entre le Ve et VIIIe siècles à plusieurs théologiens, dont saint Pierre Chrysologue, pour désigner les deux fils du père, le fils aîné, symbolisant le judaïsme, qui reste étroitement attaché à la maison, et le fils cadet, l’Église, destinée à appeler avec miséricorde tous les hommes pécheurs pour qu’ils reviennent à l’amour de Dieu, leur père, tel que cet amour divin fut révélé et manifesté par Jésus, notre médiateur auprès de Dieu.

Le pape Benoît XVI, à la suite de tout un courant patristique, théologique et magistériel, identifia le père, dans la parabole, à Dieu, le père éternel. C’est pourquoi, la relation avec Lui se construit à travers une histoire, de façon analogue à ce qui arrive à tout enfant avec ses parents.

lwf0003web.gif

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » Alors Jésus leur dit cette parabole : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre.
Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il rentra en lui-même et se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim !

Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite- moi comme l’un de tes ouvriers.” Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.” Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.”

Et ils commencèrent à festoyer. Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait. Celui-ci répondit : “Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.” Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier.Mais il répliqua à son père : “Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis.

Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !” Le père répondit : “Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !” » (Lc 15, 1-3.11-32)

Parabole de l’enfant prodigue

Un homme avait deux fils. Le plus jeune demanda sa part d’héritage et s’en alla dans un pays éloigné, où il dépensa, en vivant dans la débauche, tout ce qu’il eut reçu.  Une famine survint ; il manqua de tout. Il s’attacha à un étranger, qui l’employa à garder les pourceaux, et ne lui donna pas même des gousses, dont ceux-ci se nourrissaient.. Il rentra en lui-même, compara sa position à celle des mercenaires de son père, et se décida à aller vers son père, et à lui confesser sa culpabilitéet son indignité.

Il se leva, et retourna vers son père. Celui-ci le vit venir de loin, courut à sa rencontre, se jeta à son cou et l’embrassa. Le fils confessa son péché. Le père ordonna à ses serviteurs d’apporter ce qu’il fallait pour revêtir son fils, et de préparer un festin en son honneur. Ils commencèrent à se réjouir. Le fils aîné, revenant des champs,  entendit le bruit de la fête et demanda des explications à un serviteur. Celui-ci lui annonça le retour de son frère et le festin ordonné par son père.

Il se mit en colère et refusa d’entrer. son père sortit et le pria d’entrer. Il lui rappela les longs services qu’il lui rendit, et se plaignit de n’avoir jamais reçu de lui la plus petite récompense, tandis qu’au retour de mon frère débauché, tu tua le veau gras. Son père lui répondit que sa récompense fut de demeurer avec lui et de disposer à son gré de tous les biens paternels ; qu’il fallait bien faire une fête et se livrer à la joie, puisque son frère qui était mort revint à la vie..

Plusieurs Pères de l’Église virent dans l’aîné le peuple juif et dans le plus jeune les païens. Les théologiens de l’école de Tubingue s’empressèrent de saisir cette interprétation, pour en appuyer leurs idées sur l’époque tardive de la rédaction des évangiles et sur les tendances qu’ils attribuèrent spécialement à celui de Luc.

Publié dans Carême, Catéchèse, comportements, Histoire, Histoire du Salut, Religion | Pas de Commentaires »

Vendredi de la deuxième Semaine de Carême

Posté par diaconos le 5 mars 2021

Voici l’héritier : venez ! tuons-le !

Voici l'héritier : venez ! tuons-le...

# La parabole des vignerons infidèles incite à être fidèle et obéissant aux commandements christiques. Elle menace du châtiment divin quiconque rejettera Jésus. Dans son homélie LXVIII sur saint-Matthieu, Jean Chrysostome dit que les serviteurs envoyés furent les prophètes, et le Fils du vigneron, Jésus-Christ. Dieu demande aux humains de porter du fruit telle la vigne de cette parabole ; cela rejoint la parabole du Vrai cep (voir Jn 15. 1-12 [archive]). La pierre d’angle est aussi Jésus-Christ. Lors de l’angélus du dimanche 2 octobre 2011, le pape Benoît XVI commenta que la vigne, le peuple de Dieu, dut travailler pour le bien et que les croyants devraient rester fidèles au Christ afin de porter le fruit souhaité, le fruit de la compassion.

Dans leur commentaire de cette parabole, l’exégète Daniel Marguerat et Emmanuelle Steffelk indiquèrent que le meurtre du fils bien-aimé est une allégorie de la assion du Christ. Ils ajoutèrent à propos du rejet de la pierre angulaire (Luc, 20, 15-19) que la pierre rejetée [Jésus] devient pierre dangereuse », pierre d’écrasement. On comprend que « l’attitude à l’égard de Jésus] décide du sort ultime de la personne et ceux qui méprisent Jésus s’exposent au jugement divin.

lwf0003web.gif

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons,
et partit en voyage.
Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième.
De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.”
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !” Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »
Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. »

En entendant les paraboles de Jésus, les grands prêtres et les pharisiens avaient bien compris qu’il parlait d’eux. Tout en cherchant à l’arrêter, ils eurent peur des foules, parce qu’elles le tenaient pour un prophète. (Mt 21, 33-43.45-46)

Reproches aux membres du Sanhédrin

Jésus aimait à rattacher ses enseignements à l’Ancien Testament. Mais la similitude fut développée en vue du but qu’il  se proposait. Ce but fut évident : après avoir reproché aux membres du sanhédrin qui écoutèrent  leur impénitence, Jésus leur fit sentir, par cette tragique histoire, leur culpabilité ; après les avoir amenés à prononcer leur propre jugement,  il les jugea en leur retraçant la conduite inique des chefs d’Israël dans tous les temps.

Eux-mêmes comblèrent la mesure de ces iniquités par le meurtre de celui qui leur parla.  Une clôture servait à protéger la vigne contre toute dévastation du dehors. Le pressoir se creusait, chez les Orientaux, dans la vigne même. Il se composait de deux bassins superposés, dont l’un servait à recevoir les raisins qu’on y jetait pour être foulés ; l’autre, placé en dessous, était destiné à recueillir le moût qui y coulait.

Enfin la tour était un édifice de garde, bâti au milieu du vignoble et d’où l’on pouvait le surveiller tout entier. Cela ne veut pas dire que ces agriculteurs auraient à payer en argent le produit annuel de la vigne ; le maître avait conclu avec eux un marché pour la culture de sa vigne ; il devait recevoir tout ou partie de ses produits en nature.

Les vignerons maltraitèrent et tuèrent les serviteurs du maître, afin de ne pas lui livrer ses fruits ; maintenant qu’ils tinrent l’héritier, ils pensèrent qu’en le mettant à mort, rien ne pourra s’opposer à ce qu’ils prirent possession de son héritage.  Jésus força ses adversaires à prononcer sur eux-mêmes la terrible sentence que méritèrent les vignerons.

Dans Marc et Luc, c’est Jésus lui-même qui fait la question et la réponse. Le récit de Matthieu est plus dramatique : la conscience des interlocuteurs de Jésus les force à prononcer la condamnation des vignerons, c’est-à-dire leur propre condamnation. C’est encore Matthieu seul qui conserva ce rapprochement de termes, qui fit ressortir combien la condamnation fut sévère et méritée : Il fit périr misérablement ces misérables.

 Jésus voulut faire sentir aux chefs de la théocratie quel fut ce fils de la parabole qui  rejeta, mis à mort par les vignerons. Eux-mêmes furent les constructeurs insensés et coupables qui réprouvèrent la pierre de l’angle. Cette pierre, dans l’image employée par le psalmiste, est celle qui, placée comme fondement à l’angle d’un bâtiment, supporte deux murs et soutient tout l’édifice.

Voilà ce qu’est Jésus-Christ dans le temple spirituel qui s’élève à la gloire de Dieu. Cette destinée glorieuse, qui fit contraste avec sa réjection par les hommes, est l’œuvre et la volonté expresse de l’Éternel et restera l’objet de l’admiration des siècles : « Car il est dit dans l’écriture : Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse ; Et celui qui croit en elle ne sera point confus. »(1P 2, 6)

Le maître de maison qui planta une vigne et y donna tous ses soins, c’est Dieu qui, dans sa grande miséricorde, fonda sur cette terre plongée dans les ténèbres par suite du péché, un royaume de vérité, de justice et de paix. Il le confia à son peuple d’Israël, en particulier aux chefs de la théocratie juive. Il avait le droit d’en attendre et d’en exiger les fruits, fruits de la vie religieuse et morale : reconnaissance, amour, obéissance, sainteté.

Les serviteurs qu’il envoya à diverses reprises pour recueillir ces fruits sont ses saints prophètes, qui, hélas ! Furent de tout temps rejetés par le grand nombre, persécutés, mis à mort : « Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection; d’autres furent livrés aux tourments, et n’acceptèrent point de délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection ; d’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison; 37ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, ceux dont le monde n’était pas digne, errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre.  » (He 1, 35-38)

Quant au fils que le maître de maison envoya ensuite dans son immense amour, l’Évangile tout entier nous dit qui il est, et nous l’entendons, dans cette parabole même, prédire sa réjection et sa mort. Les chefs de la théocratie de son temps eurent, malgré leur incrédulité, le pressentiment qu’il fut l’héritier et qu’en le mettant à mort ils resteraient les maîtres et les possesseurs du royaume.

Mais eux-mêmes, en prononçant sur les vignerons ce double jugement, que la vigne leur serait ôtée et qu’ils périraient misérablement, proclamèrent leur propre condamnation. Jésus confirma cette sentence par ces mots : le royaume de Dieu vous sera ôté, vous en serez exclus, et il sera donné, par pure grâce, à une nation, peuple de Dieu choisi du sein de tous les peuples, qui en produit les fruits.

Jésus vit les premiers fruits de ce nouveau royaume. Cette prophétie fut accomplie par la destruction de Jérusalem et la ruine de la théocratie juive, et par l’établissement du royaume de Dieu parmi les nations païennes.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Le rejet des juifs vis-à-vis de Jésus

Liens avec d’autres sites web chrétiens.

◊ Catholique.org.  : cliquez ici pour lire l’article → vendredi, 2ème semaine de Carême.

◊ Un héraut dans le Net   : cliquez ici pour lire l’article → Tuons l’héritier – La parabole des vignerons

   « Voici l’héritier : venez ! tuons-le ! » – Lectio Divina

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, comportements, Histoire, Page jeunesse, Paroisses, Religion | Pas de Commentaires »

12345
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS