• Accueil
  • > Recherche : commentaire sur livre deutéronome

Résultats de votre recherche

Vois ! Aujourd’hui je vous propose la bénédiction ou la malédiction

Posté par diaconos le 13 février 2018

Extrait du livre du Deutéronome au chapitre trente

Résultat de recherche d'images pour "si tu détournes ton cœur, si tu n'obéis pas,"Moïse disait au peuple : « Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur. Ce que je te commande aujourd’hui, c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu, de marcher dans ses chemins, de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances. Alors, tu vivras et te multiplieras ; le Seigneur ton Dieu te bénira dans le pays dont tu vas prendre possession.

Mais si tu détournes ton cœur, si tu n’obéis pas, si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d’autres dieux et à les servir, je vous le déclare aujourd’hui : certainement vous périrez, vous ne vivrez pas de longs jours sur la terre dont vous allez prendre possession quand vous aurez passé le Jourdain. Je prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction.

Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix, en vous attachant à lui ; c’est là que se trouve ta vie, une longue vie sur la terre que le Seigneur a juré de donner à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob. » (Dt 30, 15-20)

Source de l’image → Rencontre Chemin d’espérance

lwf0003web.gif

Dans le texte de l’évangile de Luc au chapitre neuf, Jésus propose comme chemin la croix, un un passage vers la plénitude de la vie : il fallut que Jésus souffrit beaucoup pour entrer dans sa gloire par sa résurrection. Il me propose la vie et le bonheur ou bien il me laisse la mort et le malheur. C’est net. On sent bien ce qu’il désire pour nous : il propose la vie et le bonheur.

Le temps du Carême nous oriente vers la vie et le bonheur. Oui ou non, choisiras -tu ce chemin ? Le temps du Carême est un temps de vitalité qui nous prépare à fêter Pâques. Si tu ne choisis pas ce chemin, Dieu tiendra compte de ton refus. Si ton cœur  se détourne du Seigneur… tu périras ! « Mais si ton cœur se détourne, si tu n’obéis point, et si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d’autres dieux et à les servir, je vous déclare aujourd’hui que vous périrez (Dt 30, 17-18a)

Prie le Seigneur de t’aider à ne jamais te détourner de lui volontairement. Ce serait périr. Ce que Dieu veut, c’est bien exprimé ici. C’est la vie. Que dois-tu faire pour cela ? Écoute ses commandements, aime le Seigneur, il te le revaudra.

Compléments

◊ catéchèse → Agissons dans le sens de la vie.

 Étude d’un texte du Deutéronome → Choisis le chemin de la vie ! » (Dt 30, 15-20)

Liens externes

◊ Le vrai bonheur, c’est dans la fidélité à Dieu → Intelligence des écritures

◊ Catéchèse → Deutéronome, Chapitre 30 (v15 à v 20)

Publié dans Carême, Catéchèse, Religion | Pas de Commentaires »

Quatrième dimanche de l’Avent, année A

Posté par diaconos le 15 décembre 2013

lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ; 21 elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » 22 Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète : 23 Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ». 24 Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse,

Lorsque l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit :  » Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ;   elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.  Tout cela arriva pour que s’accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète :  Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : »Dieu avec-nous ».  Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse. (Mt 1, 18-24) »

Le quatrième dimanche de l’Avent nous met face à un Dieu qui veut lui-même donner un signe imprévu. Ce signe, c’est la naissance d’un enfant au nom hautement significatif : « Dieu avec nous ! » Le visage du Christ est celui de cet enfant donné comme signe. Il porte et apporte la « Bonne Nouvelle » promise ; Il est lui-même cette « Bonne Nouvelle » qui prend corps dans la vie de chaque personne ouverte et accueillant son message.

Source de l’image → Évangile de Matthieu (Gospel of Matthew) 

Cette image est libre d’utilisation, car  l’auteur ayant laissé ses droits. au Domaine public.

****************************************************************

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe,  au chapitre 7, versets 10 à 16 

Commentaire : les hommes et les rois demeurent libres ;  le jeune roi annoncé ici ( 20 ans ), le petit Ézéchias, commettra des erreurs ; mais la prophétie d’Isaïe restera toujours valable : quelles que soient les infidélités des hommes, rien n’empêchera la fidélité promise par Dieu à la descendance de David et à son peuple. C’est ainsi que, de siècle en siècle, on gardera au cœur les promesses de Dieu, avec la certitude qu’un jour, peut-être lointain, viendra enfin un roi digne de porter le nom d’Emmanuel

Histoire : nous sommes vers 735 avant J.C. : l’ancien royaume de David est divisé en deux petits royaumes, depuis environ 200 ans ; deux rois, deux capitales : Samarie au Nord, Jérusalem au Sud ; c’est là, à Jérusalem, que règne la dynastie de David, celle dont naîtra le Messie

Contexte historique :  Acaz,  fils et successeur de Yotam, est le douzième roi de Juda (734 à 719).Ce roi est attaqué par les rois d’Israël et de Damas qui veulent l’entraîner dans leur combat contre l’Assyrie en train de s’imposer sur tout le Proche-Orient.

Le Seigneur envoya le prophète Isaïe dire au roi Achaz : « Demande pour toi un signe venant du Seigneur ton Dieu, demande-le au fond des vallées ou bien en haut sur les sommets. » Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes : il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu ! Eh bien, le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils et on l’appellera Emmanuel, c’est-à-dire : Dieu avec nous. De crème et de miel il se nourrira, et il saura rejeter le mal et choisir le bien, elle sera abandonnée, la terre dont les deux rois te font trembler. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

Psaume 23

Commentaire : nous sommes au Temple de Jérusalem et  une gigantesque procession s’approche ; à l’arrivée aux portes du Temple, deux chorales alternées entament un chant dialogué …

La  fidélité au Dieu unique est la seule condition pour être en mesure d’accueillir la bénédiction promise aux patriarches, pour entrer dans le salut promis ; combat jamais tout à fait gagné puisque Jésus, à son tour,  jugera utile de rappeler « Nul ne peut avoir deux maîtres… » . Cette fidélité au Dieu unique entraîne des conséquences concrètes dans la vie sociale : l’homme au cœur pur deviendra peu à peu un homme au cœur de chair qui ne connaît plus la haine ; l’homme aux mains innocentes ne fera plus le mal.

  Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants ! C’est lui qui l’a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots.
Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? L’homme au cœur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles.
Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice. Voici le peuple de ceux qui le cherchent, qui recherchent la face de Dieu.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Seconde lecture : Début de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains, versets 1 à 7.

Commentaire : nous avons ici les premiers mots que Paul adresse aux Romains ; en ces quelques lignes, nous avons déjà le résumé de toute la foi chrétienne : les promesses de Dieu dans les   Écritures, le mystère du Christ, sa naissance et sa Résurrection, l’élection gratuite du peuple saint, et la mission des Apôtres auprès des nations païennes. Paul termine par un souhait très habituel chez lui ; c’est le souhait le plus beau que l’on puisse faire à quelqu’un : « Que la grâce et la paix soient avec vous tous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ notre Seigneur »

Moi Paul, serviteur de Jésus Christ, appelé par Dieu pour être Apôtre, mis à part pour annoncer la Bonne Nouvelle que Dieu avait déjà promise par ses prophètes dans les saintes Écritures, je m’adresse à vous, bien-aimés de Dieu qui êtes à Rome. Cette Bonne Nouvelle concerne son Fils : selon la chair, il est né de la race de David ; selon l’Esprit qui sanctifie, il a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu par sa résurrection d’entre les morts, lui, Jésus Christ, notre Seigneur. Pour que son nom soit honoré, nous avons reçu par lui grâce et mission d’Apôtre afin d’amener à l’obéissance de la foi toutes les nations païennes dont vous faites partie, vous aussi que Jésus Christ a appelés. Vous les fidèles qui êtes, par appel de Dieu, le peuple saint, que la grâce et la paix soient avec vous tous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

De l’Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu, au chapitre 1, versets 18 à 24.

Commentaire

 Être sauvé de ses péchés, c’est tout simplement savoir que Dieu est avec nous, ne plus jamais douter qu’il est avec nous et « vivre en sa présence » comme le disait le prophète Michée. C’est ce qu’a fait Joseph justement. Dans le récit de la Visitation qui nous est rapporté par l’évangile de Luc, Élisabeth dit à Marie « Bienheureuse celle qui a cru ; ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira ». Ici, on est tenté de reprendre ces mêmes mots pour Joseph : « Bienheureux Joseph qui a cru : grâce à lui, Dieu a pu accomplir son dessein de salut ».

Note 1  Profondément enraciné dans la spiritualité juive, le mot juste évoque la droiture morale, l’attachement sincère à la pratique de la loi, l’affectivité religieuse totalement tournée vers Dieu.

Note 2  « Répudier en secret » : un époux avait le droit de renvoyer sa femme s’il avait trouvé une tare à lui imputer : « Lorsqu’un homme aura pris une femme et l’aura épousée, s’il advient qu’elle ne trouve pas grâce à ses yeux parce qu’il a trouvé en elle quelque chose de choquant, il écrira pour elle une lettre de répudiation, la lui remettra en main et la renverra de sa maison » (Deutéronome chapitre 24, verset 1). Dans l’Ecclésiastique, le sage Ben Sirac ajoute : « Ne donne à l’eau aucune issue, ni à la femme mauvaise aucune liberté ; si elle ne conduit pas à ta guise, de ta chair retranche-la » (Ecclésiastique, chapitre 25, versets 25à 26). La lettre de répudiation permettait à la femme de se remarier. Cependant, un homme qui avait faussement accusé sa femme de n’être plus vierge avant le mariage, ou qui avait dû épouser une femme qu’il avait violée, n’avait pas le droit de répudiation (Deutéronome chapitre 22, 13-19 et 28-29).

Note 3  Joseph n’eut aucune part dans la naissance de Jésus, si ce n’est par le service et l’affection. A cause de ce service fidèle, l’Ecriture lui donne le nom de Père. (Origène : « Leviticum », chapitre 12, verset 4).

Texte Voici quelle fut l’origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu’ils eussent habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement,   il décida de la répudier en secret. Il avait formé ce projet, lorsque l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : le Seigneur sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela arriva pour que s’accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète : « Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : Dieu avec nous. » Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Compléments

◊  ADAL pour le quatrième dimanche de l’Avent, année A0

◊  Homélie →    Dieu avec nous ! (Mt 1, 18-24)

◊ Catéchèse →  Origine de Jésus Christ (Mt 1, 18-25)

Liens externes

◊ Catéchèse en famille → Quatrième dimanche de l’Avent de l’année A

◊ Homélie du diacre  Daniel Buchet → Quatrième dimanche de l’Avent

Emmanuel, Dieu avec nous

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Liturgie, Temps de l'Avent | Pas de Commentaires »

Deuxième dimanche de l’Avent, année A

Posté par diaconos le 3 décembre 2013

Convertissez-vous car le Royaume des cieux est tout proche ! Voilà la bonne nouvelle. Voici l’Évangile, la bonne nouvelle que, pendant deux ans, Jésus se mettra à crier à son tour. Dieu est tout proche. Dieu parmi les hommes, Dieu sur nos chemins. Proche est son Royaume. Viens ! Viens ! Que ton règne vienne ! Que l’Amour vienne ! Que la paix vienne ! Que la justice vienne ! Tous ces biens que nous aspirons tous viennent.

Convertissez-vous car le Royaume des cieux est tout proche ! Voilà la bonne nouvelle. Voici l’Évangile, la bonne nouvelle que, pendant deux ans, Jésus se mettra à crier à son tour. Dieu est tout proche. Dieu parmi les hommes, Dieu sur nos chemins. Proche est son Royaume. Viens ! Viens ! Que ton règne vienne ! Que l’Amour vienne ! Que la paix vienne ! Que la justice vienne ! Tous ces biens que nous aspirons tous viennent.

Ce dimanche, il sera question de droit, de justice et de paix dans les lectures choisies pour la messe. ¨Dans la deuxième lecture, il est question d’espérance chrétienne et dans l’évangile selon saint Matthieu, Jean-Baptiste lance un appel vigoureux, toujours d’actualité : « Notre baptême dans l’Esprit Saint et dans le feu » (v11b), nous engage à produire d’authentiques fruits d’amour.

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe au chapitre 11, versets 1 à 10

Commentaire : cet extrait du livre d’Isaïe, nous révèle que Dieu ne peut abandonner son peuple et qu’il est capable de faire surgir un roi au service de son peuple pour assurer le droit, la justice et la paix.

 Note 1 : Isaïe aurait accompli trois prophéties messianiques. Leurs lectures diffèrent selon les religions. Les chrétiens y voient une pré-Annonciation de la naissance du Christ enfanté par une vierge, au contraire de l’interprétation juive :

  1. Le Seigneur vous donnera un signe : Voici que la jeune femme (traduit parfois par vierge) est enceinte et enfante un fils (Es 7, 14)
  2. la naissance du fils de Dieu : Car un enfant nous est né / un fils nous a été donné  (Es 9,5)
  3. L’ascendance de Joseph avec David, fils de Jessé : Un rameau sortira de la souche de Jessé / un rejeton jaillira de ses racines (Es 11, 1)

Histoire : en 1947, parmi les manuscrits découverts à Qumrân appelés « Manuscrits de la Mer Morte », seul le livre d’Isaïe a été retrouvé dans son intégralité sous la forme d’un rouleau de cuir. Ce manuscrit date du IIe siècle av. J.-C..

Pour plus d’informations, cliquez sur les mots écrits en gras dans le texte ci-dessus. 

Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur, qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas d’après les apparences, il ne tranchera pas d’après ce qu’il entend dire. Il jugera les petits avec justice, il tranchera avec droiture en faveur des pauvres du pays. Comme un bâton, sa parole frappera le pays, le souffle de ses lèvres fera mourir le méchant. Justice est la ceinture de ses hanches ; fidélité, le baudrier de ses reins. Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse auront même pâturage, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le boeuf, mangera du fourrage. Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra, sur le trou de la vipère l’enfant étendra la main. Il ne se fera plus rien de mauvais ni de corrompu sur ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer. Ce jour-là, la racine de Jessé, père de David, sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

Psaume 72,1-2.7-8.12-13.17.

Commentaire : ces quelques versets du psaume 72 (19 versets) révèlent que le roi idéal est le sauveur des pauvres et protège les plus faibles (v2, v12 et v13)

 Histoire : ce psaume aurait été écrit vers la fin de la monarchie à l’époque d’Ezéchias ou  de Josias

 Note 1 :Ézéchias  fut le 13e roi du royaume de Juda indépendant et régna pendant 29 ans de -716 à -687.

Note 2 : Josias est selon la Bible le 16ème roi de Juda de -640 à -609, année où il est vaincu et mortellement blessé à la bataille de Megiddo contre le pharaon Nékao II. Josias aurait été « Découvreur » dans le temple de Jérusalem d’une copie du livre de la  Loi (voir 2 roi 22-8). Certains savants considèrent que ce livre est la Torah (c’est à dire les 5 livres du Pentateuque), d’autres de plus en plus nombreux militent pour le seul Deutéronome (le premier livre du pentateuque). C’est pendant son règne  que le royaume israélite du nord a été envahi par les troupes assyriennes et que sa population a été déportée. Le royaume de Juda a ainsi dû absorber à cette époque de nombreux réfugiés israélites venant du nord.

Pour plus d’informations, cliquez sur les écrits en gras dans le texte ci-dessus.

1 Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice. 2 Qu’il gouverne ton peuple avec justice, qu’il fasse droit aux malheureux !

8 En ces jours-là, fleurira la justice, grande paix jusqu’à la fin des lunes ! 9 Qu’il domine de la mer à la mer, et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

12 Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours. 13 Il aura souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie.

17 Que son nom dure toujours ; sous le soleil, que subsiste son nom ! En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ; que tous les pays le disent bienheureux !

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

——————————————————————————————————-

La deuxième lecture est tirée de la lettre de  Paul aux Romains au chapitre 15, versets 4 à 9.

Commentaire : dans ce texte, Paul développe ce qu’Isaïe ne fait que suggérer : les nations païennes profitent de la miséricorde divine. Dans la seconde partie de ce texte, Paul évoque la place centrale et unique de Jésus pour tout disciple. Cette place, Jésus l’a obtenue en se faisant le « serviteur des juifs » 

La science contribue beaucoup au bien de l’humanité – sans aucun doute -, mais elle n’est pas en mesure de le racheter. L’homme est racheté par l’amour, qui rend la vie personnelle et sociale bonne et belle », a souligné le pape. Après avoir évoqué le sens du temps de l’Avent, temps de l’attente pleine d’espérance, qui commence par ce premier dimanche, le pape a dit : « Ce dimanche est donc un jour indiqué s’il en est pour offrir à toute l’Église et à tous les hommes de bonne volonté ma seconde encyclique que j’ai justement voulu consacrer au thème de l’espérance chrétienne. Elle s’intitule « Spe salvi  » parce qu’elle s’ouvre par l’expression de saint Paul : « Spe salvi facti sumus » Dans l’espérance nous avons tous été sauvés » (Rm 8, 24)    (Ben0ît XVI, 2 décembre 2010)

Cliquez ici Spe Salvi  pour lire cette  encyclique ¨de Ben0ît XVI

Or, tout ce que les livres saints ont dit avant nous est écrit pour nous instruire, afin que nous possédions l’espérance grâce à la persévérance et au courage que donne l’Écriture. Que le Dieu de la persévérance et du courage vous donne d’être d’accord entre vous selon l’esprit du Christ Jésus. Ainsi, d’un même coeur, d’une même voix, vous rendrez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Accueillez-vous donc les uns les autres comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu, vous qui étiez païens. Si le Christ s’est fait le serviteur des Juifs, c’est en raison de la fidélité de Dieu, pour garantir les promesses faites à nos pères ; mais, je vous le déclare, c’est en raison de la miséricorde de Dieu que les nations païennes peuvent lui rendre gloire ; comme le dit l’Écriture : Je te louerai parmi les nations, je chanterai ton nom.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

———————————————————————————————————

De l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu au chapitre 3,versets 1 à 12.

Commentaire :comme tous les prophètes, Jean-Baptiste annonce le jugement comme un tri qui se fera non pas entre des personnes, mais à l’intérieur de chacun de nous. Pour cela il emploie l’image du feu :  tout ce qui est mort, desséché, (entendons dans nos manières d’être), sera coupé, brûlé… mais on sait bien que si le jardinier fait ce tri, c’est pour permettre aux branches bonnes de se développer. Le cultivateur fait un tri analogue au moment de la moisson : le grain sera amassé dans le grenier, la paille sera brûlée ; ce qui est bon, en chacun de nous, même si c’est très peu, sera précieusement engrangé. Jean-Baptiste dit aussi dans ce texte que c’est Jésus qui fera ce tri (v11b et v12)

Histoire : quand Jean-Baptiste commence sa prédication, l’occupation romaine dure depuis 90 ans à peu près : le roi Hérode a été laissé en place par les Romains mais il est unanimement détesté ; les partis religieux sont divisés et on ne sait plus très bien qui croire ; il y a les collaborateurs et les résistants… et c’est dans ce contexte que Jean-Baptiste se met à prêcher.

Géographie : Le Jourdain est le seul véritable fleuve de la Palestine ; il prend sa source au pied de l’Hermon où il se forme de trois petits cours d’eau (le Nahr Banijas, le Nahr el Leddan et le Nahr el Hasbani) ; il court sur près de trois cents kilomètres, traverse le lac Mérom et le lac de Génésareth, puis se jette dans la mer Morte. Né à plus 45 mètres, il finit à moins 390 mètres ; son débit est de 95 mètres cubes à la seconde ; il est probable que son nom dérive de la racine yrd qui signifie descendre.

1 En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée : 2  » Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche.  » 3 Jean est celui que désignait la parole transmise par le prophète Isaïe :A travers le désert, une voix crie : « Préparez le chemin du Seigneur,aplanissez sa route. » 4 Jean portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. 5 Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain venaient à lui,6 et ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés. 7 Voyant des pharisiens et des sadducéens venir en grand nombre à ce baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? 8 Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion, 9 et n’allez pas dire en vous-mêmes : ‘Nous avons Abraham pour père’ ; car, je vous le dis : avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. 10 Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. 11 Moi, je vous baptise dans l’eau, pour vous amener à la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu ; 12 il tient la pelle à vanner dans sa main, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier. Quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s’éteint pas. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Compléments

◊ Catéchèse →   Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche ! (Mt 3,2) ◊ Fête religieuse → Saint Damase Ier, 37e pape (366-384) ◊ Homélie → Convertissez-vous car le Royaume des cieux est tout proche. (Mt 3, 2)

Liens externes

◊ Catéchèse → Deuxième dimanche de l’Avent, année A ◊  Liturgie du dimanche avec des enfants →  Deuxième dimanche de l’Avent, année A

  ♥  Une lueur d’espoir en ce temps de l’Avent

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaires »

Quinzième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 12 juillet 2013

Quinzième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans Catéchèse le-bnon-samaritain

Pour vivre avec Dieu, il faut aimer Dieu et aimer son prochain. Mais qui est mon prochain ? Est-ce mon frère, ma sœur, maman, papa ? Est-ce celui qui est proche de moi parce qu’il est de ma famille ? Est-ce mon copain, mon amie ? Celui ou celle qui me ressemble un peu de par ses goûts, son âge, sa culture, sa  Est-ce n’importe qui ?

Dieu n’est pas perdu au plus haut des cieux. Il est dans nos cœurs et il nous parle. il est dans les évènements pour agir avec nous. Il est au cœur des autres pour que nous leur prouvions notre amour par une charité active. La parole de Dieu donne la semence et le pain à celui qui mange. (Première lecture) Un jour viendra où le monde sera délivré de l’esclavage et connaîtra la gloire des enfants de Dieu. (Deuxième lecture) Il y a plusieurs manière d’écouter la parole de Dieu, nous dit le Christ, mais une seule est capable de transformer notre vie. (Êvangile).
V
oici les lectures pour ce quinzième dimanche du temps ordinaire, quelques commentaires et en complément un point de catéchèse à vivre avec vos enfants.

 La première lecture est tirée du livre du Deutéronome

Commentaire  COMMENT SAVOIR CE QUE dIEU ATTENDE DE MOI ? Il ne me parle pas, il ne exauce pas que je m’adresse à lui par ma prière. Nous éprouvons tous d’une manière ou d’une autre le sentiment du silence de Dieu dans notre vie. Peut-être  parce que nous cherchons trop loin ? Sa parole est toute proche de chacun de nous ; elle se trouve dans nos rencontres quotidiennes, dans les évènements relatés par nos journaux, dans les projets naissant en nos cœurs.  

Moïse disait au peuple d »Israël : « Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses commandements inscrits dans ce livre de la Loi ; reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme. Car cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte. Elle n’est pas dans les cieux, pour que tu dises : ’Qui montera aux cieux nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ?’ Elle n’est pas au-delà des mers, pour que tu dises : ’Qui se rendra au-delà des mers nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ?’ Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur afin que tu la mettes en pratique. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume 18

Le psaume 18 (15 versets) comprend deux parties : un hymne au Créateur de l’Univers (versets 1 à 8 ) et un hymne à la Loi (Torah)  ci-dessous. Cet hymne à la Loi, chante les louanges de l’auteur des lois qui dirigent l’Univers  (versets 8 à 11) et en seconde partie (non reprise pour ce dimanche) les louanges des lois morales.

La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ; la charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples.
Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur ; le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard.
La crainte qu’il inspire est pure, elle est là pour toujours ; les décisions du Seigneur sont justes et vraiment équitables :plus désirables que l’or, qu’une masse d’or fin, plus savoureuses que le miel qui coule des rayons. (Ps 18, 8-11)
 « Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens

En nous invitant à méditer sur la grandeur du Christ, Paul veut aussi nous faire réfléchir  sur la grandeur de l’homme sauvé par Lui. Nous avons pour vocation de nous accomplir nous-mêmes à l’image de Dieu car nous sommes capables d’un amour libre et gratuit Le .Christ a donné l’image  la meilleure de l’amour de son Père
Le Christ est l’image du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toute créature, car c’est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles et les puissances invisibles : tout est créé par lui et pour lui. Il est avant tous les êtres, et tout subsiste en lui. Il est aussi la tête du corps, c’est-à-dire de l’Église. Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, puisqu’il devait avoir en tout la primauté. Car Dieu a voulu que dans le Christ toute chose ait son accomplissement total. Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui,sur la terre et dans les cieux,en faisant la paix par le sang de sa croix.
 « Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Dans cette page d’évangile (v 30-v 37), Jésus met en garde les professionnels de la religion et les personnes qui croient respecter la Loi. Dans leur vécu, très souvent, ils ne savent pas aimer.Le Samaritain ne s’est pas posé de questions devant l’homme blessé gisant sur le sol (v 3),et qui était pourtant son ennemi personnel, d’une autre race, d’une autre religion que la sienne. Le Samaritain a aimé et a aidé cet homme (v 34 et v 35). Par contre le prêtre et le lévite, employés au Temple de Jérusalem et pourtant proches du juif blessé (même race et même religion) s’en sont détournés (v 31 et v 32).

L’amour ne consiste pas seulement à s’émouvoir devant la détresse de l’autre. L’amour ne se limite pas à soulager les personnes qui souffrent.

Copyright 2012 by the author and Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften. All rights rerseved – Saarbrücken 2012  

  Auteur : cliquez ici →    Michel Houyoux    Source →     Rencontre avec la Parole de Vie / 978-3-8416-9800-1

 

Pour mettre Jésus à l’épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question : « Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Que lis-tu ? »
L’autre répondit :  » Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même.  » Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais ainsi et tu auras la vie.  » Mais lui, voulant montrer qu’il était un homme juste, dit à Jésus :  » Et qui donc est mon prochain ?  »
Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé, roué de coups, s’en allèrent en le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté. Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié. Il s’approcha, pansa ses plaies en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : ‘Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.’
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme qui était tombé entre les mains des bandits ?  »
Le docteur de la Loi répond : « Celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit :   » Va, et toi aussi fais de même. » (Lc 10, 25-37)
 « Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Archives

◊  Le Seigneur est soleil de justice. Psaume 18 (19)

◊ Catéchèse →  Et qui donc est mon prochain ? (Lc 10, 25-37)

Liens externes

Catéchèse → Qui est mon prochain ?

Du site Idées-Caté →  Le bon samaritain

du site biblenfant.org Le bon samaritain

◊ Homélie du diacre permanent André Roul  →  Réveillons nos consciences

La parabole du bon samaritain racontée aux enfants

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

123
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS