• Accueil
  • > Recherche : croix jésus dessin

Résultats de votre recherche

Septième dimanche du Temps Pascal – Année B

Posté par diaconos le 10 mai 2021

Qu’ils soient un, comme nous-mêmes

qu-ils-soient-un-750

# La miséricorde est une forme de compassion pour le malheur d’autrui à laquelle s’ajoute la notion de générosité, de bonté gratuite. Elle fait partie des principaux devoirs du croyant, pour le judaïsme comme pour les autres religions monothéistes. Dans les religions abrahamiques, la miséricorde est une caractéristique de Dieu. Pour l’ensemble des confessions chrétiennes, la miséricorde n’est pas innée chez l’homme : il s’agit d’une qualité divine que possède l’homme grâce à l’amour de Dieu et qui lui est insufflée par l’Esprit saint sous une forme inépuisable.

La notion chrétienne de la miséricorde divine exige que l’homme se comporte de la même façon envers son prochain, en accomplissant des « œuvres de miséricorde ». On en dénombre sept : nourrir les affamés ; donner à boire à ceux qui ont soif ; vêtir ceux qui sont nus ; accueillir les étrangers ; assister les malades ; visiter les prisonniers ; ensevelir les morts. Les Sept Œuvres de miséricorde, par Le Caravage (1607), Pio Monte della Misericordia de Naples. Cette doctrine trouve son origine dans plusieurs passages de l’Ancien Testament, notamment dans le Deutéronome20, le Livre d’Ézéchiel21 ou le Livre d’Isaïe, en particulier au chapitre 58

lwf0003web.gif

De l’Évangile selon Jean

11 Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. 12 Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie.

13 Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. 14 Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. 15 Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais.

16 Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. 17 Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. 18 De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. 19 Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. » (Jn 17, 11b-19)

Le péché a divisé les hommes en les séparant de Dieu

  »Garde-les et conduis-les à l’éternelle unité du Père et du Fils ! »  Tel fut le grand objet de la prière que Jésus prononça pour les disciples. Avant de demander cette grâce, Jésus exprima le profond besoin qu’ils en eurent, parce qu’il les quittera et les laissera sans lui dans ce monde ennemi de Dieu et de son règne, où ils rencontrèrent à chaque pas de nouveaux dangers.

Jésus n’est plus avec eux, dans le monde pour les garder, et il n’est pas encore auprès de Dieu, pour pouvoir les protéger du sein de sa gloire céleste. Il y a là un intervalle douloureux, durant lequel son Père doit se charger de ce soin. (Godet)

Père saint, dit Jésus avec le sentiment profond que la sainteté de Dieu, son éternelle vérité, son immuable amour est l’opposé absolu du mensonge et de là corruption qui règnent dans le monde, et dont Dieu préservera les siens en les rendant participants de cette sainteté par son Esprit. Garde-les en ton nom : ce nom est l’expression de toutes les perfections que Dieu déploiera en leur faveur pour les préserver du mal.

Sa fidélité fut engagée à les garder jusqu’à la fin. Le but suprême de cette ardente supplication fut que les disciples, tous les disciples de Jésus, fussent amenés à cette unité sainte de la vie divine et de l’amour, qui est celle du Père et du Fils.

Le péché a divisé les hommes en les séparant de Dieu, leur centre et leur lien ; l’œuvre et la gloire de la rédemption opérée par Jésus-Christ c’est d’élever notre humanité jusqu’à l’unité que le Fils possède avec son Père. Jésus nous y introduit en nous communiquant l’Esprit d’amour qui l’unit au Père, et c’est dans ce sens profond que la connaissance du Père et du Fils est la vie éternelle.

Fils de la perdition appliquée à l’Antéchrist, dont Judas fut le symbole et le précurseur : ce que celui-ci fit à l’égard de la personne de Jésus, celui-là le tenta contre son royaume. Si la trahison de Judas fut l’objet d’une prévision divine, cela ne voulut pas dire que ce crime ne fût pas l’acte libre de sa volonté et qu’il n’en dut pas porter toute la responsabilité. Le mal une fois vivant dans son cœur, Dieu en dirigea les effets de manière que, selon son insondable sagesse, il en résulta le salut du monde.

Rien ne prouva mieux la liberté et la responsabilité de Judas que les nombreux avertissements que Jésus lui adressa jusqu’au dernier moment, afin de le ramener de son égarement et de le sauver. Si ce disciple les avait entendus, et se fût repenti, même après son crime, il en aurait obtenu le pardon.

Il n’y a personne qui, après avoir commis un acte mauvais, ne doive se dire : J’aurais pu l’éviter, si je l’avais voulu. Judas, malgré ce qu’il l’y eut de mystérieux dans son existence, ne fut pas une exception. La parole divine que Jésus donna à ses disciples  les sépara du monde et de la corruption qui y régna, c’est pourquoi le monde les eut pris en haine, de là le besoin pressant qu’ils eurent d’être gardés, préservés du mal.

Les retirer du monde, les admettre dans la gloire où Jésus entra, fut leur épargner les combats et les souffrances qui les attendirent, Jésus ne le demanda pas, parce qu’ils eurent leur œuvre à faire en ce monde ; mais ce qu’il demanda à Dieu avec instance ce fut qu’ils fussent préservés du mal, et ensuite, qu’ils furent sanctifiés.

Pour la seconde fois, Jésus présenta à Dieu cette considération qu’ils ne sont pas du monde, comme motif de la grâce qu’il demanda. Avec quel amour et quelle condescendance Jésus égala ses disciples à lui-même comme n’étant pas du monde ! Sa charité couvrit ce qui resta encore du monde en eux ; il le vit d’avance anéanti par la parole qu’il leur donna. Il ne regarda qu’aux dons de sa grâce et oublia ce qui, en eux, y fut encore opposé.

Jésus allégua encore deux puissants motifs à l’appui de cette demande : « Sanctifie-les ! »   Ce fut, d’une part, qu’il les envoya dans le monde, ce monde qui fut rempli pour eux de tentations et de souffrances, et d’autre part, que lui-même eut accompli  pour eux la grande œuvre nécessaire à leur sanctification.

Les sacrifices de l’Ancien Testament offraient l’idée de la sainteté, en types et en symboles, le sacrifice de Jésus le produisit en réalité en tous ceux qui s’unirent à lui dans une communion vivante. Jésus ajouta : afin qu’eux aussi soient sanctifiés en vérité, véritablement, réellement, complètement

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Paroisse saint Martin de Bezons : cliquez ici pour lire l’article → Septième dimanche du Temps Pascal / année B

◊ Le lapin bleu de Coolus : cliquez ici pour lire l’article → Année B – Temps Pascal 7ème Dimanche

  La Miséricorde de Dieu face à notre péché

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Troisième dimanche de Carême de l’année A

Posté par diaconos le 10 mars 2020

Terza domenica di Quaresima dell'anno A dans articles en Italien QuarA3-w2

Dans le Nouveau Testament, seul le texte de Jean ( Jn, 4, 1-30) raconte l’épisode de la rencontre de Jésus et de la Samaritaine. Selon la tradition du christianisme orthodoxe, cette femme est nommée Photine la samaritaine.

De l’Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean

À cette époque, Jésus se rend dans une ville de Samarie appelée Sykar, près de la terre que Jacob avait donnée à son fils Joseph. Il y avait le puits de Jacob. Alors Jésus, fatigué de la route, s’assit près de la source… C’était la sixième heure, vers midi. Une femme de Samarie est venue chercher de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » « En fait, ses disciples étaient allés en ville… pour faire les courses.

La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes, à moi, une Samaritaine, de boire ? « En fait, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. Jésus lui répondit : « Si seulement tu connaissais le don de Dieu… et qui est celui qui dit : ‘Donne-moi à boire’, tu serais celui qui lui demanderait, et il te donnerait de l’eau vive. »

Elle lui dit : « Monsieur, vous n’avez rien pour vous aider, et le puits est profond. D’où provient cette eau vivante ? Tu es plus âgé que notre père Jacob… qui nous a donné ce puits, et qui l’a bu lui-même, avec ses enfants et ses bêtes ? « Jésus lui répondit : « Celui qui boira cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira l’eau que je lui donnerai… n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui coule pour la vie éternelle. »

La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi un peu de cette eau, je n’ai plus soif, et je n’ai plus besoin de venir ici pour dessiner. Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari et reviens. La femme a dit : « Je n’ai pas de mari. « Jésus le réprimanda : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari : tu as eu cinq maris, et ce que tu as maintenant n’est pas ton mari ; maintenant tu dis la vérité. La femme lui dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète !

Tiens, tiens, tiens ! Nos pères y adoraient sur la montagne, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu de culte est à Jérusalem. Jésus lui dit : « Femme, crois-moi, le temps vient où tu n’iras plus sur cette montagne ni à Jérusalem… pour adorer le Père. » Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient – et c’est maintenant que les vrais adorateurs vont adorer le Père en esprit et en vérité : ce sont les adorateurs que le Père recherche.

Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et en vérité qu’ils doivent l’adorer. « La femme lui dit : « Je sais que le Messie arrive, celui qu’on appelle le Christ. Quand Il viendra, c’est Lui qui nous fera connaître toutes choses. « Jésus lui dit : « Je suis, je te parle. « A ce moment, ses disciples arrivèrent ; ils furent surpris de le voir parler à une femme. Et pourtant, aucun d’entre eux ne lui a dit : « Que cherchez-vous ? » ou : « Pourquoi lui parlez-vous ? »

La femme, laissant sa cruche là, est retournée en ville et a dit aux gens : « Venez voir un homme qui m’a raconté tout ce que j’ai fait. Ne serait-ce pas le Christ ? « Ils ont quitté la ville, et ils étaient en route pour le rejoindre. Pendant ce temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. « Mais il a répondu : « Pour moi, j’ai quelque chose à manger, c’est de la nourriture que vous ne connaissez pas. « Les disciples se dirent l’un à l’autre : « Quelqu’un lui a-t-il apporté de la nourriture ? »

Jésus leur dit : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé… et d’accomplir son oeuvre. Ne dites pas : « Encore quatre mois et vous aurez une récolte » ? Et je vous dis : levez les yeux… et regardez les champs déjà dorés pour la récolte. Désormais, le moissonneur reçoit son salaire : il récolte le fruit pour la vie éternelle, de sorte que le semeur se réjouit avec le moissonneur. C’est vrai, dit le proverbe : « L’un sème, l’autre moissonne. »

Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause de la parole de la femme qui rendait ce témoignage : « Il m’a dit tout ce  que j’ai fait. » Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours. Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui, et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »  (Jn 4, 5-42)

Le mystère de la personne de Jésus

Dans cette très riche page de l’Évangile de Jean, le mystère de la personne de Jésus se révèla progressivement. Jésus, qui dans cette histoire fut un voyageur fatigué, un Juif dont la femme fut surprise qu’il entra en conversation avec elle, lui assura que lui seul put satisfaire la soif de Dieu des hommes.  Notre corps a parfois soif, et il le ressent très bien. Nos cœurs sont parfois arides, mais ils ne le sentent pas toujours !  C’est aussi une action de Satan qui ne veut pas nous voir courir vers la Source d’eau vive.

La Samaritaine  découvrit lors de la rencontre avec Jésus que son cœur attendait quelque chose que ses six maris ne lui avaient pas apporté. En Jésus, son cœur  trouva ce qu’il attendit. Non seulement Jésus remplit le cœur de cette femme, mais il fut le seul à donner la connaissance du vrai Dieu. La femme sut que cette révélation dut être la tâche du Messie. Jésus put alors lui dire qu’il est le Messie attendu, le Christ. Cela fit découvrir aux habitants de la ville que leur cœur attendait quelque chose auquel seul Jésus  répondit.

En attendant, Jésus invita ses disciples à contempler à l’avance l’activité missionnaire de l’Église après l’effort qu’elle fait aujourd’hui pour semer la future récolte. Les nombreux Samaritains qui  crurent en lui furent furent des témoins qui dirent le dernier mot sur le mystère de Jésus : Il est le Sauveur du monde ! Jésus est-il pour nous ce don de Dieu, cette eau vive qui étanche notre soif de Dieu ?  Prenons-nous le temps de prier et de méditer sur Sa Parole ?

Jésus ne parla d’eau vivante qu’à une personne à qui il  demanda de donner de l’eau à boire et qui ne mentionna le pain éternel à ses disciples qu’après les avoir envoyés prendre du pain pour apaiser leur faim. C’est une leçon importante pour nous. Nous avons des besoins matériels et des besoins spirituels, et Dieu prend soin des deux. De même, nos frères et sœurs ont des besoins matériels et spirituels, et nous devons également prendre soin des deux. Si nous ne répondons pas aux premiers besoins, nous ne pouvons pas prétendre comprendre les seconds !

Dans sa lettre aux chrétiens de Rome, Paul dit cela : « L’espérance ne trompe pas, car l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. »   Nous partageons la certitude de Paul quant à l’amour de Dieu pour nous ! Qu’elle soit notre force, notre espoir pour l’avenir, malgré notre misère, malgré notre péché. Malgré notre misère et nos péchés, nous sommes si précieux aux yeux du Christ que même nos chutes et nos échecs ne peuvent nous arracher à cette certitude : le cœur du Christ nous apporte toute sa tendresse, et ce cœur est celui de Dieu !

« Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix de l’Éternel » (Psaume 94). Sur le mont Horeb, Moïse  frappa le rocher avec son bâton pour faire couler l’eau et irriguer son peuple (première lecture). La croix du Christ est infiniment supérieure au bâton de Moïse. C’est par elle et avec elle que nous pouvons frapper le rocher de notre incrédulité, de nos doutes, de nos peurs, de nos misères. De cette roche apparemment stérile, de cette pierre qui ferme notre tombeau, l’eau vive de l’Esprit peut couler. Ce don de Dieu est l’amour de Dieu répandu dans nos cœurs par son Esprit ; c’est le Christ qui s’offre pour nous qui n’en valait pas la peine. Acceptons le don que Dieu nous a fait.
Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊  Patriarcat lain de Jérusalem : cliquez nici pour lire l’article → Homélie du 3ème dimanche de carême de l’année A 

◊ Analyse du comportement  cliquez nici pour lire l’article →  RENCONTRE DE JESUS ET DE LA SAMARITAINE

La conversation est la porte d’entrée de Dieu (Jn 4, 5-42)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Enseignement, La messe du dimanche, Religion | Pas de Commentaires »

Le Baptême du Seigneur — Année A

Posté par diaconos le 7 janvier 2020

 Le Baptême du Seigneur — Année A dans Catéchèse ob_07d0b5_ilustracion-del-bautismo-de-jesucrist

De l’Évangile de Jésus-Christ selon Matthieu

Puis Jésus apparaît. Il vint de Galilée au Jourdain avec Jean, pour être baptisé par lui. Jean voulut l’arrêter et a dit :  » C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi !   » Jésus lui répondit :  » Laissons cela de côté pour l’instant, car il est juste que nous puissions faire justice de cette façon.   » Alors Jésus le laissa faire. Dès qu’il fut baptisé, il sortit de l’eau, et le ciel s’ouvrit : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et du ciel une voix dit :  » Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie. (Mt 3, 13-17).

Le baptême de Jésus

Jésus vint se faire baptiser par Jean-Baptiste. Il y a une signification à découvrir dans son baptême  : Jésus n’eut  pas besoin de baptême parce qu’il est sans péché, il est saint et pur parce qu’il est le Fils de Dieu. Le fait important à considérer dans cet épisode de sa vie est la rencontre avec Jean-Baptiste !

 » Tous se sont demandés dans leur cœur si Jean n’était pas le Christ  » Pourquoi se posèrent-t-il cette question ? Jean fitt ce que seul le Christ peut faire : baptiser ! La personne qui a été baptisée peut recevoir la rémission de tous ses péchés. Seul Dieu peut pardonner les péchés, donc le baptême est réservé au Christ et à Lui seul. C’est pourquoi, sous l’action du Saint-Esprit, les gens se demandèrent si ce qu’ils virent n’était pas le Christ, celui que Dieu envoya en son nom pour annoncer la Bonne Nouvelle du Salut !

Tout le peuple a été baptisé, et Jésus le fut aussi  il se comporta comme tous les autres.  La mission de Jésus  commença après ce baptême  ; il est offert  pour tous par Dieu.  !  « Et tandis qu’il priait, le ciel s’ouvrit. » Le premier acte de la vie publique de Jésus fut la prière ! C’est au cours de cette prière qu’il  reçut l’Esprit Saint. Prier, c’est faire place à l’Esprit Saint, c’est créer les conditions de Sa venue. Est-ce que je prie à cette intention ?

Quelle est la place de la prière dans ma vie, à l’exemple de Jésus qui a prié ? Prions avec persévérance, Dieu qui nous aime et qui veut nous combler. Prier avec foi, c’est d’abord se laisser envahir par Dieu, chercher sa volonté, être d’accord avec son plan pour nous, se laisser transformer par lui. C’est comme cela qu’on prie ?  Dès que le Christ fut baptisé par Jean, le ciel s’ouvrit et le Saint-Esprit se manifesta corporellement en bas sur lui ! Le Père a alors révélé sa présence, en disant ouvertement :  » Tu es mon Fils bien-aimé.

Quel mystère ! C’est le mystère de notre baptême ! Le Père nous aime dans son Fils bien-aimé, par la puissance de l’Esprit ! Il nous appartient maintenant de répondre fidèlement à cet amour jusqu’à la fin de notre vie ! L’Amour de Dieu est omnipotent : attirons-nous vers lui ! Ne résistons pas à la puissance qui est en nous par le sacrement de notre baptême ! Allons à Jésus ! Répondons à son amour en le recevant dignement dans l’Eucharistie ! Demandons à Marie de nous aider sur ce chemin parfois difficile de la vie en Dieu.
Amen.

Diacre Michel Houyoux

Bonjour mes amis !

 Le Baptême du Seigneur

Le Baptême du Seigneur

Il est le Fils de Dieu !

 Aujourd’hui, nous découvrons un texte qui raconte comment Jean-Baptiste a annoncé la venue de celui qu’il appelle  » l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde « . Pour mieux comprendre le témoignage de Jean sur Jésus, commençons à apprendre les mots clés.

2051103.gif Jean signifie « Dieu a donné la grâce ». Il est le fils du prêtre Zacharie et d’Élisabeth, cousine de Marie (la mère de Jésus). Il est connu à l’époque pour être resté dans le désert et pour avoir proposé un baptême de conversion. C’est un homme qui parla au nom de Dieu, donc il fut un prophète  ; il demanda aux personnes, venues le voir, de cesser de faire le mal.

Beaucoup de gens vinrent l’écouter. Il leur parla d’un Sauveur, le Messie qui viendra. Jean baptisa tous ceux qui voulurent se convertir et suivre Dieu. Pour ce faire, il les immergea dans l’eau du Jourdain. D’où ses surnoms de batteur et de précurseur.

Baptiser : En grec, le mot « baptiser » signifie « s’immerger », « se plonger dans l’eau ». L’eau est ce qui lave et purifie. Au temps de Jésus, les gens vinrent se faire baptiser par Jean le Baptiste. L’immersion dans l’eau symbolise une nouvelle naissance, le début d’une vie nouvelle et plus pure. Aujourd’hui, pour nous chrétiens, notre baptême symbolise notre entrée dans l’Église, dans la grande famille des enfants de Dieu, et notre attachement à Jésus.


L’eau : elle est nécessaire à la vie. Sans eau, les gens, les animaux et les plantes ne survivraient pas. L’eau est aussi utilisée pour le lavage et, par extension, pour la purification. L’eau a toujours été précieuse, au temps de Jésus elle était précieuse pour la nourriture, mais aussi pour la purification rituelle et le baptême. Pour nous, chrétiens, c’est un signe que la vie de Dieu coule sur terre et étanche notre soif de vie.

Jésus fut baptisé par Jean pour être reconnu comme le Fils de l’homme et le Fils de Dieu. Par le baptême, la vie et la mort sont associées, car il est un homme nouveau qui sort de l’eau.

Saint-Esprit : Dans la Bible, on nous parle de l’Esprit de Dieu comme d’un souffle, d’un vent vivifiant. Dans les évangiles, il agit en Jésus et après la Pentecôte, il est en action par les apôtres puis de génération en génération par tous les chrétiens. Son action est différente. Il nous éclaire sur le passé, sur les Écritures, il nous aide à témoigner de ses actions et de l’amour de Dieu pour tous les peuples (Actes 2, 1-12).

Colombe : elle représente l’animal qui est offert en sacrifice lorsque l’on est trop pauvre pour offrir un agneau (Lv 5, 7). C’est ce que Marie et Joseph firent lorsque Jésus fut  présenté au Temple (Luc 2 ; 22-24). Après le déluge, lorsque la colombe libérée par Noé revint avec un rameau d’olivier, elle symbolisa la paix. Jésus s’opposa symboliquement au serpent et à sa tromperie (Mt 10, 16). Il expliqua aux apôtres qu’elle symbolise la simplicité du cœur et l’innocence. Enfin, après le baptême de Jésus, elle représente l’Esprit de Dieu descendant sur Jésus. Depuis lors, les artistes chrétiens représentent souvent le Saint-Esprit de cette manière.

Agneau de Dieu : Pour les Juifs qui vivent de l’agriculture, l’agneau exprime la douceur, l’innocence et la docilité. Il sert souvent à symboliser le croyant (Is 40, 11) et Jésus est le berger du troupeau. Avec l’épisode du sacrifice d’Isaac par Abraham, remplacé au dernier moment par un agneau, il devint le symbole même du sacrifice, du don fait à Dieu pour sauver l’humanité. Ainsi, Jésus sera souvent comparé à un agneau, un agneau de Pâques (Jean 1, 29). Comme pour la colombe, l’image de l’agneau est souvent utilisée pour symboliser Jésus et son sacrifice pour sauver les gens.

    Tu aimes dessiner ?

Cliquez sur le dessin de votre choix pour l’agrandir, l’imprimer et le colorier.

Tu souhaites montrer ton dessin dans la section  » dessins et bible  » et y inclure ta photo, ton âge et ta ville ? Il suffit de me les envoyer par e-mail en « pièce jointe » à :  » michel.houyoux@outlook.fr « . Demande à un membre de ta famille de t’aider si tu n’en sort pas. vous ne sortez pas. Tu peux mentionner ton nom, ton âge, le lieu où tu vit  et ton pays et même quelques notes pour expliquer ton dessin.

Avec un peu d’imagination, tu peux faire de beaux dessins. Pour voir les dessins en plus grande taille, double-clique dessus. Désires-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous la rubrique  » Catégories « , cliquez sur le titre  » Dessins et Bible  » et choisis ceux que tu souhaites colorier.

Diacre Michel Houyoux

Liens vers d’autres sites chrétiens

◊ La croix : cliquez ici pour lire l’article →  Baptême du Seigneur

◊ France catholique : cliquez ici pour lire l’article →  Baptême du Seigneur (année A)

Le Baptême  de Jésus

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaires »

Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent

Posté par diaconos le 30 novembre 2019

Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, comme Jésus marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : «Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de  réparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela.     Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent. (Mt 4, 18-22)

lwf0003web.gif

Catéchèse

Jésus passe près de gens qui sont présentés dans leur situation sociale et familiale« Passant au bord du lac de Galilée, il vit Simon et son frère André en train de jeter leurs filets » : 100bweb.gifc’étaient des pêcheurs. Un peu plus loin, il aperçoit Jacques et sont frère Jean qui étaient dans leur barque et préparaient leurs filets. Jésus les appela à le suivre. Rompant leurs liens familiaux et sociaux, ceux-ci quittèrent tout pour suivre Jésus.

Le Christ passe aussi dans ta vie pour t’appeler à le suivre. Es-tu attentif pour reconnaître sa voix dans les évènements, les rencontres, le cheminement intérieur de ton existence ?

Es-tu disposé à te compromettre à sa suite même s’il faut rompre pour cela avec la mentalité de ton milieu, avec un attachement trop exclusif à ta famille ?

Notes

(1) La Bible appelait cette région «Province des païens» : «Dans l’avenir le Seigneur couvrira de gloire la route de la mer, au delà du Jourdain, la province des païens.» (Is 8, 23b)

Les invasions assyriennes et chaldéennes avaient entraîné un mélange de populations et de nombreux païens vivaient en cette province. Dans l’ensemble les habitants de Galilée, à cause de leur fort accent étranger, étaient mal considérés par les autres juifs : S’adressant à Pierre qui était assis dehors dans la cour, une servante de Caïphe lui dit :  » Toi aussi, tu étais avec Jésus, le Galiléen.  » (Mt 26, 69)

En choisissant de prêcher dans la province des païens, Jésus accomplit  un acte missionnaire : il cherche le contact.

 (2)  Tu ne peux te convertir, te tourner vers Dieu que si tu as commencé à croire que tu es aimé, 101bweb.gifc’est-à-dire à faire confiance. Que si tu entends cette bonne nouvelle de la venue de Dieu, de son royaume d’amour parmi nous. Il s’agit bien de toi. Le Christ est là, devant toi pour réaliser ce que ton coeur attend profondément.

◊  ◊ ◊

  »Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. « , c’est le règne de Dieu qui est tout proche.

Règne de Dieu : mot qui signifie le plan d’amour de Dieu pour faire réussir nos vies. Pas demain. Tout de suite !

Convertis-toi, dit Jésus ! Changez de direction. Tourne-toi vers Dieu et crois à cette Bonne Nouvelle. Crois, non avec ta tête, mais en t’y attachant de tout ton coeur.

lwf0003web.gif

 

Liens externes

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour, lire l’article →  Venez à ma suite

◊ Aussitôt, laissant là leurs filets…(Mc 1, 14-20), cliquez ici → L’appel des disciples

◊ Tourne-toi vers Dieu et crois à cette Bonne Nouvelle, clique ici→ Marc 1:14-20

◊  Idées Caté : cliquez ici pour lire l’article →  Appel des disciples – plein d’idées pour le caté

L’appel des apôtres : un appel sans sécurité financière / Pierre Desroches

Image de prévisualisation YouTube

lwf0003web.gif

Aimes-tu dessiner ?

  • Clique sur le dessin de ton choix pour le voir plus grand, l’imprimer et le colorier.

  • Souhaites-tu montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ? Il te suffit de me les faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.

  • Aimerais-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous le titre “Catégories”, clique sur le titre “Dessins et Bible” et choisis ceux que tu aimes colorier.

Catéchèse : Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

12345...10
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS