• Accueil
  • > Recherche : dessin bapteme petit enfant

Résultats de votre recherche

Il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien

Posté par diaconos le 3 mars 2018

 Extrait du deuxième livre des Rois (2 R 5, 1-15a)

 Naaman, général de l’armée du roi d’Aram, était un homme de grande valeur et hautement estimé par son maître, car c’est par lui que le Seigneur avait donné la victoire au royaume d’Aram. Or, ce vaillant guerrier était lépreux.

Naaman, général de l’armée du roi d’Aram, était un homme de grande valeur et hautement estimé par son maître, car c’est par lui que le Seigneur donna la victoire au royaume d’Aram. Ce vaillant guerrier était devenu lépreux. Il fut guérit par l’intervention du prophète Élisée qui lui  fit découvrir Yahvé, le Dieu unique, plein d »amour et de miséricorde.

En ces jours- là, Naaman, général de l’armée du roi d’Aram, était un homme de grande valeur et hautement estimé par son maître, car c’est par lui que le Seigneur avait donné la victoire au royaume d’Aram. Or, ce vaillant guerrier était lépreux. Des Araméens, au cours d’une expédition en terre d’Israël, avaient  fait prisonnière une fillette qui fut mise au service de la femme de Naaman.

Elle dit à sa maîtresse : « Ah ! si mon maître s’adressait au prophète qui est à Samarie, celui-ci le délivrerait de sa lèpre. » Naaman alla auprès du roi et lui dit : « Voilà ce que la jeune fille d’Israël a déclaré. » Le roi d’Aram lui répondit : « Va, mets-toi en route. J’envoie une lettre au roi d’Israël. » Naaman partit donc ; il emportait dix lingots d’argent, six mille pièces d’or et dix vêtements de fête.

Il remit la lettre au roi d’Israël. Celle-ci portait : « En même temps que te parvient cette lettre, je t’envoie Naaman mon serviteur, pour que tu le délivres de sa lèpre. » Quand le roi d’Israël lut ce message, il déchira ses vêtements et s’écria : « Est-ce que je suis Dieu, maître de la vie et de la mort ? Ce roi m’envoie un homme pour que je le délivre de sa lèpre !

Vous le voyez bien : c’est une provocation ! » Quand Élisée, l’homme de Dieu, apprit que le roi d’Israël avait déchiré ses vêtements, il lui fit dire : « Pourquoi as- tu déchiré tes vêtements ? Que cet homme vienne à moi, et il saura qu’il y a un prophète en Israël. » Naaman arriva avec ses chevaux et son char, et s’arrêta à la porte de la maison d’Élisée.

Élisée envoya un messager lui dire : « Va te baigner sept fois dans le Jourdain, et ta chair redeviendra nette, tu seras purifié. » Naaman se mit en colère et s’éloigna en disant : « Je m’étais dit : Sûrement il va sortir, et se tenir debout pour invoquer le nom du Seigneur son Dieu ; puis il agitera sa main au-dessus de l’endroit malade et guérira ma lèpre.

Est-ce que les fleuves de Damas, l’Abana et le Parpar, ne valent pas mieux que toutes les eaux d’Israël ? Si je m’y baignais, est-ce que je ne serais pas purifié ? » Il tourna bride et partit en colère. Mais ses serviteurs s’approchèrent pour lui dire : « Père ! Si le prophète t’avait ordonné quelque chose de difficile, tu l’aurais fait, n’est-ce pas ?

Combien plus, lorsqu’il te dit : “Baigne-toi, et tu seras purifié.” » Il descendit jusqu’au Jourdain et s’y plongea sept fois, pour obéir à la parole de l’homme de Dieu ; alors sa chair redevint semblable à celle d’un petit enfant : il était purifié ! Il retourna chez l’homme de Dieu avec toute son escorte ; il entra, se présenta devant lui et déclara : « Désormais, je le sais : il n’y a pas d’autre Dieu, sur toute la terre, que celui d’Israël ! »

Source de l’image sur KT42 → Second Kings

lwf0003web.gif

Dans l’extrait de l’évangile de Luc, au chapitre quatre, choisi pour la messe de ce jour, Jésus affirme qu’il est mal reçu dans son propre pays. Il rappela que, déjà dans l’Ancien testament, certains païens comme la veuve de Sarepta, et le général Naaman reçurent des grâces divines. Le général Naaman était un païen, vivant dans un pays en guerre contre Israël. De tels miracles se produisirent en Israël. Cet acte de foi, Jésus le souligna plus tard  : « Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d’Élisée, le prophète; et cependant aucun d’eux ne fut purifié, si ce n’est Naaman le Syrien. » (Lc 4, 27)

Dans la guérison de Naaman, obtenue par l’intervention du prophète Élisée, nous y découvrons une évocation du baptême qui nous purifie du péché. Bien qu’il fut  un général renommé, il ne put rien faire contre la lèpre. Il désirait ardemment la guérison. Une  jeune esclave juive, ramenée de force en Syrie, après sa victoire sur Israël, entra au service de sa femme.

Cette  jeune fille qui appréciait son maître, qui la traitait avec respect et considération, lui offrit un espoir. Elle alla trouver sa maîtresse et lui dit : « Ah! Si mon maître allait trouver le prophète Élisée qui se trouve en Samarie, il le délivrerait de sa lèpre. » (2 R 5, 3)  Naaman se rendit chez le roi Aram et lui rapporta  ce que cette jeune esclave avait dit à sa femme.

Le roi Aram lui permit de rencontrer ce prophète. Il se mit en route avec des pièces d’or, d’argent, des vêtements de rechange et une lettre à remettre au roi d’Israël.  Élisée eut vent de la manière dont Naaman fut reçu par le roi et demanda de le rencontrer. Le prophète Élisée intervint et a­me­na Naa­man à la connais­sance de Yahvé.

Il exigea que Nathan prit une autre guérison que celle qu’il chercha : la pre­mière condi­tion pour cela fut qu’il s’­hu­mi­lia et re­con­nut la va­nité de toutes ses gran­deurs. Le moyen de gué­ri­son que le prophète Élisée lui or­donna fut un bain dans le Jourdain : « Celui qui aura été purifié lavera ses vêtements, se rasera tous les poils et se baignera dans l’eau : alors il sera pur. Après cela, il rentrera au camp, mais il restera sept jours en dehors de sa tente. » (Lv 14, 8)

Par la sim­pli­cité de ce moyen, en lui-même in­ef­fi­cace, le prophète Élisée fit comprendre à Naa­man que la gué­ri­son pro­vien­dra d’une autre cause, su­pé­rieure à la na­ture, et qui agira en vertu de la pa­role de l’­homme de Dieu. Quant au Jourdain, dans lequel Namman se baigna, cette rivière sort lim­pide du lac de Gé­né­sa­reth ;  mais ne tarde pas à se trou­bler et prend une cou­leur brun sale qui pro­vient de la na­ture de son lit.

Naaman eut foi en la parole du prophète Élisée et après quelques hésitations, il se baigna dans le Jourdain. Le rite du baptême dans le Jourdain ne prit valeur que par la foi en la parole divine. Pour nous aussi, c’est la foi qui nous guérit et qui nous sauve. Naaman descendit jusqu’au Jourdain et s’y plongea sept fois, pour obéir à la parole du prophète. Il fut purifié et guérit. Il crut alors qu’il n’y avait aucun autre Dieu que Yahvé.

L’Abana (Nahr-Ba-rad) que les Grecs ap­pe­laient Fleuve d’Or (Chry­sor­roas) était cé­lèbre pour la pu­reté de ses eaux. Il sort d’une grotte de l’An­ti­li­ban à vingt-cinq km de Da­mas, tra­verse cette ville di­visé en sept bras et se je­tte, trente kilomètres plus à l’est, dans le lac le plus sep­ten­trio­nal de la Sy­rie.Le Parpar (le Nahr-el-Awadj) des­cend de l’­Her­mon et se jette dans un lac au sud-est de Da­mas.

Dans l’évangile de Luc (Lc 4, 27) Jésus signale la guérison de cet étranger, comme preuve que Dieu s’intéresse à tout le monde et pas seulement aux personnes qui lui sont fidèles : n’oublions pas que Naaman habitait le pays d’Aram, l’ennemi d’Israël. Élisée ne demanda rien d’extraordinaire , seulement l’obéissance.

Jésus fit de même : « Ainsi donc Jésus revint à Cana de Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or, il y avait un fonctionnaire royal, dont le fils était malade à Capharnaüm. Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla le trouver ; il lui demandait de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils qui était mourant.. » (Jn 4, 46-47)

Le fabuleux trésor que Naaman amena pour obtenir la guérison ne servit à rien car celle-ci fut gratuite !  Yahvé donne et ne se fait pas payer. Il demande tout simplement la reconnaissance de son amour plein de miséricorde. Naaman représente aussi toute personne de bonne volonté qui reconnaît ses péchés et demande de recevoir le sacrement de réconciliation avec le seigneur.

Compléments

« Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres. » (Is 61,1) – Cette parole de l’Écriture, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. (Lc 4, 21)

◊ Catéchèse familiale → Amen, je vous le dis : aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays. (Lc 4, 24)

Tu es jeune, tu aimes dessiner et tu souhaites montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse” … il te suffit de me le faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins.

Voici l’un de ces dessins, clique ici pour le voir → Die Zeit ist erfüllt, das Reich Gottes ist da.(Mk 1,15)

En cliquant sur la catégorie « dessins et Bible » (Colonne de droite de cette page), tu trouveras des propositions de dessins à réaliser pour la publication dans cet article, ou dans KT42, ci-dessous.  Clique deux fois sur le dessin pour l’agrandir et l’imprimer pour le colorier. Ensuite envoiele par e.mail

 Reçois mes salutations amicales, Michel Houyoux, diacre permanent

Liens externes

◊ Promesses → Elisée et Naaman: le monde à l’envers

 Catéchèse avec KT42-portail → Rencontres de caté et récits des guérisons de lépreux

Lorsqu’Élisée, homme de Dieu, apprit que le roi d’Israël avait déchiré ses vêtements, il envoya dire au roi: Pourquoi as-tu déchiré tes vêtements? Laisse-le venir à moi, et il saura qu’il y a un prophète en Israël. Naaman vint avec ses chevaux et son char, et il s’arrêta à la porte de la maison d’Élisée. Élisée lui fit dire par un messager: Va, et lave-toi sept fois dans le Jourdain; ta chair redeviendra saine, et tu seras pur.

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Ancien testament, Carême, Religion | 2 Commentaires »

A.D.A.L. pour le troisième dimanche du Carême, année B

Posté par diaconos le 26 février 2018

Troisième dimanche du Carême, année B

A.D.A.L. pour le troisième dimanche du Carême, année B dans A.D.A.L. kieffer-3e-dimanche-de-careme_article_largeRappel  : Il ne peut y avoir d’assemblée sans prêtre dans l’église où est célébrée la messe le même dimanche ( y compris le samedi soir) ! L’assemblée dominicale est  animée par une équipe de laïcs en lien avec le prêtre chargé de la paroisse.

Références bibliques → Exode 20, 1-17 ; Psaume 18 ; 1 Co, 1-22-25 ; Jn 2, 13-25

Proposition pour le chant d’entréeÉcoute Seigneur (417) — Vers toi, Seigneur (Z24) – Sur les routes de l’Alliance (G 321) – Dieu qui nous appelle à vivre (k 158) – Vivons en enfants de lumière (G 14-57-1) ; Les mots que tu nous dis (E 164) – Tu es notre Dieu (A 187) ou un autre chant de  votre répertoire.

Animateur de la célébration → Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Animateur de la célébration → Animateur de la célébration Si nous sommes ici rassemblés au nom du Seigneur, c’est parce que nous sommes convaincus que sa Parole construit notre vie, que sa loi nous libère et nous permet de mieux aimer. Ouvrons nos cœurs à la Parole exigeante que Dieu nous adresse aujourd’hui ; elle nous fait vivre.

Frères et sœurs, la mort et la vie: voilà l’enjeu de notre baptême. Voilà où nous conduit ce Carême. Nous suivons un homme qui nous demande de croire l’incroyable. Un homme qui ose proclamer: «Moi, je suis la résurrection et la vie.» Cette parole, Jésus ne cesse de la dire à chacun de nous. Il vous l’a dit. Il me l’a dit. Prenons-le au mot, et croyons en lui avec la force de l’esprit. Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’esprit Saint soient toujours avec vous.

Tous : Et avec votre esprit.

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… :
En ce Carême qui est un temps merveilleux où nous sommes invités à la conversion, cherchons la gloire qui vient de Dieu et non celle qui vient des hommes. Présentons à Dieu nos pauvretés et demandons-lui la grâce d’être ce que nous sommes en vérité et simplicité.

Préparation pénitentielle

Animateur de la célébration → Conscients de tous les germes de mort à l’œuvre aujourd’hui, mais aussi, éveillés au travail de l’Esprit, tournons-nous, pleins de foi et d’espérance, vers Celui qui est la Résurrection et la Vie…

  • Seigneur Jésus, envoyé par le Père pour nous libérer du péché et de la mort… Béni sois-tu et prends pitié de nous. (Chant du Kyrie ou selon votre sélection)

  • Ô Christ, venu dans le monde donner la vie à ceux qui croient en toi… Béni sois-tu et prends pitié de nous. (Chant du Kyrie ou selon votre sélection)

  •  Seigneur, élevé dans la gloire du Père, d’où tu nous appelles à vivre déjà de la vie des ressuscités… Béni sois-tu et prends pitié de nous.  (Chant du Kyrie ou selon votre sélection

Animateur de la célébration → Que Dieu tout-puissant nous délivre de l’emprise de la chair et nous fasse vivre sous celle de l’Esprit; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen !

Pendant le Carême, on ne chante pas, on ne récite pas le Gloire à Dieu ! Passez directement à la prière d’ouverture.

PRIÈRE D’OUVERTURE

 Animateur de la célébration Prions le Seigneur ! Tu es la source de toute bonté, Seigneur et toute miséricorde vient de toi ; tu nous as dit comment guérir du péché par le jeûne, la prière et le partage. Écoute l’aveu de notre faiblesse : nous avons conscience de nos fautes, patiemment relève-nous avec amour et conduis-nous sur le chemin de la vraie liberté par Jésus, le christ, notre Sauveur, qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Liturgie de la Parole

◊ Dans une célébration animée par des laïcs, le siège de la présidence ne sera pas occupé !

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… : la première lecture est tirée du livre de l’Exode au chapitre vingt. Sur le mont Sinaï, Moïse reçut de Dieu les Paroles de vie pour baliser la route de son peuple et éviter les chutes. Si le peuple veut continuer à profiter des bienfaits de Dieu, qu’il observe sa Loi. Le langage est dans ce texte celui de la sévérité et de la menace, mais c’est celui des parents qui tiennent à ce que leurs enfants indociles prennent le bon chemin pour leur bien. L’Alliance de Dieu se transmet de génération en génération pour les siècles des siècles.

Lecteur ou lectrice : ……………………………………………………………………………………………………………………. (Ex 20, 1-17)

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… : le psaume 18 (15 versets) appartient à la catégorie des hymnes. Il comprend deux parties : la première est un hymne de louange que la nature adresse au Créateur de l’Univers et la seconde partie est un hymne à la louange de la Loi. C’est cette deuxième partie qui a été retenue pour notre liturgie de ce jour. Avec le psalmiste savourons la loi de Dieu. Ses commandements nous grandissent : ils sont l’image que Dieu se fait de nous. Pour le psalmiste accomplir la Loi du Seigneur n’est pas une contrainte, mais un plaisir, une alliance d’amour.

Le psaume 18 est chanté, par la chorale ou lu par………………………………

psaume 18

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… : (1 Co, 1, 22-25)

Acclamation par la chorale

acclamation , troisième dimanche du carême, année B

L’animateur de la célébration dit alors :  De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Cette personne lit ensuite l’Évangile du jour  à Jn 2, 13-25

♦ Si c’est une personne laïque qui proclame l’Évangile, elle omet la salutation initiale et aussi l’acclamation finale .

 Homélie à télécharger Dieu se donne gratuitement ! (Jn 2, 13-25)

PRIÈRE UNIVERSELLE

 Animateur de la célébration → Unis par une même foi et une même charité, frères et sœurs, faisons monter vers le Seigneur l’espérance des hommes

Écoute nos prières

Intentions par :…………………………………………………………………………….

  • Pour que l’Église soit vraiment la maison où Dieu le Père accueille tous ses enfants, Seigneur, nous te prions ! (refrain)

  • Pour que les jeunes, en quête de sens pour leur vie, soient soutenus par des communautés chrétiennes vivantes et heureuses de croire, Seigneur, nous te prions ! (refrain)

  • Pour que tous les baptisés profitent du temps du Carême pour raviver leur foi en la Parole de Dieu, Seigneur, nous te prions ! (refrain)

  • Pour les personnes seules et désabusées qui ont faim et soif de ton amour et de ta bonté, Seigneur, nous te prions ! (refrain)

 Animateur de la célébration → Prions le Seigneur : Dieu et Père de tous les hommes, entends la prière de ceux qui sont devenus l’Église de ton Fils. Donne-nous ton Esprit pour que nous soyons signes et témoins de ton amour. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Tous : Amen 

 Action de grâce et le Notre Père

Animateur de la célébration → Frères et sœurs, la Parole de Dieu a touché notre cœur et elle a fait de nous, le peuple qui écoute son Dieu. Rendons-lui maintenant grâce pour grâce, en son nom et en union avec toute l’ Église.

Ici, nous plaçons un chant en l’honneur de Dieu
Suggestion → Que tes œuvres sont belles (A 219) — Peuple de prêtres (C 49) — Tenons en éveil

(C243) — Terre entière (I 33) — Peuple de Dieu, marche joyeux (K 180) — Louange au Dieu vivant (L 80) ; Peuples, criez de joie (29) — Louange au Dieu vivant (L 80) ou un autre chant de louange de votre répertoire.

Animateur de la célébration → Dieu de l’alliance nouvelle et éternelle, béni sois-tu pour ta fidélité et ton amour ! Depuis toujours tu as voulu nouer entre les hommes et toi une alliance de paix que rien ne puisse abolir. Et quand les temps furent accomplis, tu as donné ton Fils qui a versé son sang afin de rassembler dans l’unité tes enfants dispersés. Pour le mystère de sa croix et de sa Pâques, Dieu de l’Alliance fidèle, nous te rendons grâce.

Chant par la Chorale

Action de grâce

 

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… : Sois béni, Seigneur des origines, pour la foi d’Abraham et de nos pères qui se sont levés à ton appel ! Sois béni pour ton peuple en exode et pour la liberté que tu lui as donnée de te louer et de te glorifier en ta présence ! Sois béni pour les prophètes qui ont tenu ta mémoire e éveil et ont gardé ta Parole vivante au cœur de tes fidèles ! Seigneur que nous soyons ton peuple dans la fidélité à ceux qui nous ont précédés. (refrain ci-dessus par la chorale)

 Par un membre de l’équipe liturgique………………………………………………………………… : Pour tin Fils Jésus christ, nous te louons ! Sa nourriture fut d’accomplir ta volonté, et son amour, il l’a poussé à l’extrême. De riche, qu’il était, il s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté. Il s’est fait serviteur et il a tout donné, son corps, son sang et son dernier souffle. Qu’il soit béni et que nous ayons part à sa résurrection. (refrain ci-dessus par la chorale)

Lecteur ou lectrice : ……………………………………………………………………………………………….L’eucharistie nous révèle la présence de Dieu dans notre vie et met notre vie en communion avec celle de Dieu. À notre tour livrons notre vie avec celle du Christ pour témoigner de l’amour reçu de sa passion. (refrain ci-dessus par la chorale).

Animateur de la célébration → Unis par un même esprit, nous osons dire (chanter) la prière que Jésus lui-même nous a enseignée…

Notre Père: Chanté ou récité par tous.

◊ L’animateur de la célébration introduit ici le signe de paix →   Soyons unis les uns aux autres dans le Christ et partageons la paix qui vient de lui.

La liturgie de la Parole animée par des laïcs s’achève ainsi. On passe ensuite à la prière de conclusion (voir plus loin), à moins que l’on ait prévu une liturgie de communion.

LITURGIE DE COMMUNION

Le cadre normal et habituel de la communion doit rester celui d’une célébration eucharistique. Une A.D.A.L. n’est en aucune manière une messe.

La personne qui a été désignée va après  le geste de paix au tabernacle chercher le pain consacré et il l’apporte sur l’autel. Elle s’incline ensuite profondément ou fait une génuflexion. Il est bon de prévoir à ce moment un temps de recueillement qu’on introduira ainsi…

Animateur de la célébration → Recueillons-nous dans le silence. Préparons-nous à accueillir le corps du Christ ; qu’il nous rassemble aussi en un seul corps !

Animateur de la célébration→Le Christ Jésus nous a livré son corps et chaque messe en fait mémoire. Aujourd’hui, en attente d’une célébration eucharistique, recevons dans la foi le corps du Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Heureux les invités au Repas du Seigneur ! … “Saisi de pitié” pour les pécheurs que nous sommes, il est allé jusqu’au bout de l’amour : Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Tous : Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais, dis seulement une parole et je serai guéri.

Chant pour la communion

Suggestions : Vienne la paix (T 150) ; Pain des merveilles (D103) ; le pain que tu nous donnes (D 83) ; Tu es le Dieu fidèle ( D 163) ; Qui mange ma chair ( D 290) ; La Sagesse a dressé une table (F 502) ; Dieu a tant aimé le monde ( D 369) ; Pain de Dieu, pain de vie (D 381) ; Pain rompu pour un monde nouveau (D 283) ; Dieu nous invite à son festin (Signes musique n° 70) ; laisserons-nous à notre table… (E 161); Pour amer du plus grand amour (D 386) ou selon votre choix.

◊ Distribution de la communion en disant:  Le corps du Christ

Prière de conclusion

Par un membre de l’équipe liturgique…………………………………………………………………………..

Tu nous invites, Seigneur à avancer toujours plus profondément sur les chemins de ton Alliance éternelle avec les hommes. Donne-nous de la redécouvrir avec des yeux neufs. Tu nous as donné, dans ce moment passé en ta présence, une nouvelle joie de vivre, un feu à communiquer.Aide-nous à amener nos frères à te rencontrer pour qu’ils découvrent que tu es vraiment le Sauveur du monde.

 Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles.       Tous: Amen !

  Animateur de la célébration → N’attendons pas la mi–carême ou la semaine sainte pour vivre loyalement ce temps de réflexion, de pénitence et de prière. Si l’Église a supprimé certaines de ses exigences, c’est qu’elle nous traite en adultes et nous laisse la responsabilité de choisir les points sur lesquels faire porter nos efforts.

Après la prière de conclusion ou après le chant final s’il y en a un,  l’animateur de la célébration ajoute…  Ouvrez vos oreilles et vos cœurs aux appels des pauvres, soyez pour eux des témoins de l’appel de Dieu à nous aimer les uns et les autres. Et que Dieu nous bénisse  (Pas de bénédiction à donner ici !)  le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Amen ! (Chaque fidèle fait le signe de la croix)

Animateur de la célébration → Allons, dans la paix du Christ !

Tous : nous rendons grâce à Dieu.

Ce texte tient compte des  directives  des évêques des diocèses francophones de notre pays pour les liturgies de la Parole animées par des laïcs (guide liturgique pour les assemblées dominicales   animées par des laïcs aux éditions C.I.P.L. 40, rue  des Prémontrés B 4000 Liège). 

Jeunes talents…(dessins bibliques)

Tu es jeune, tu aimes dessiner et tu souhaites montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse” … il te suffit de me le faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins.

En cliquant sur la catégorie « dessins et Bible » (Colonne de droite de cette page), tu trouveras des propositions de dessins à réaliser pour la publication dans cet article. Clique deux fois sur le dessin pour l’agrandir.

croix diaconaleMichel Houyoux, diacre permanent

La liturgie de la Parole n’est pas une messe modifiée. Elle a son rite propre.

  1. Première partie : ouverture de la célébration (mot d’accueil, prière pénitentielle, gloria ou non, prière d’ouverture)

  2. Deuxième partie : la liturgie de la Parole (extrait de A.T., un psaume, extrait d’une épître et évangile ; tous étant introduits (mots clés de lecture) – Un partage de la Parole et profession de foi.

  3. Troisième partie : Une action de grâce en deux temps (chant de louange à Dieu et une prière de louange alternée) se terminant par le Notre Père.

  4. La liturgie de communion (éventuellement)

Publié dans A.D.A.L., Carême, Religion | Pas de Commentaires »

Deuxième dimanche de l’Avent, année B

Posté par diaconos le 29 novembre 2011

Convertissez-vous !

Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ. Ce temps de l’Avent nous invite à l’espérance :  voici que va venir  Celui qui nous sauvera. Il nous apportera la vraie charité et nous fera devenir des hommes au sens chrétien du mot. Il y a quelque 2ooo  ans que Jean-Baptiste criait dans le désert : « Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. »  Ce message, déjà exprimé au livre d’Isaïe, s’adresse à nous tous : il nous faut préparer le chemin du Seigneur : il s’agit de nous tourner vers Jésus, le Christ et de marcher à sa suite ; c’est cela la conversion que nous avons à faire.

Préparer le chemin du Seigneur, aplanir sa route dans notre entourage c’est un pardon à donner, une injustice à réparer, quelques services à assurer bénévolement…

Voici les lectures pour dimanche prochain, quelques commentaires et dans la rubrique « compléments » mon homélie que je vous offre.

Recevez, chers amis et chères amies, mes salutations amicales et fraternelles

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

La première lecture est tirée du livre d’Isaïe au chapitre quarante

Commentaire - La deuxième partie du livre d’Isaïe débute par cet appel pressant : « Consolez, consolez mon peuple ! »  Consolez ce peuple, c’est l’assurer  qu’il n’est pas abandonné de Dieu à cause de son péché. Le consoler, c’est lui révéler la tendresse de Dieu qui porte sur son coeur ses enfants comme le bon berger le fit  lorsqu’il retrouva sa brebis qui était perdue. Nous trouvons dans cet extrait, pour la première fois dans l’Ancien testament, le mot « évangéliser »  dans le sens « proclamer cette bonne nouvelle » qui est tout à la fois l’annonce du pardon , la promesse de la libération de l’esclavage et la révélation de l’amour de Dieu pour tous.

Texte

01 Consolez, consolez mon peuple,dit votre Dieu.
02 Parlez au coeur de Jérusalem et proclamez que son service est accompli,que son crime est pardonné,et qu’elle a reçu de la main du Seigneur double punition pour toutes ses fautes.
03 Une voix proclame :« Préparez à travers le désert le chemin du Seigneur.Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu.
04 Tout ravin sera comblé,toute montagne et toute colline seront abaissées,les passages tortueux deviendront droits,et les escarpements seront changés en plaine.
05 Alors la gloire du Seigneur se révélera et tous en même temps verront que la bouche du Seigneur a parlé. »
06 Une voix dit : « Proclame ! »et je dis : « Que dois-je proclamer ?- Toute créature est comme l’herbe,toute sa grâce est comme la fleur des champs :
07 l’herbe se dessèche et la fleur se fane quand passe le souffle du Seigneur.En effet, le peuple est comme l’herbe.
08 L’herbe se dessèche et la fleur se fane,mais la parole de notre Dieu demeure pour toujours. »
09 Monte sur une haute montagne,toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force,toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas.Dis aux villes de Juda :« Voici votre Dieu. »
10 Voici le Seigneur Dieu :il vient avec puissance et son bras est victorieux.Le fruit de sa victoire l’accompagne et ses trophées le précèdent.
11 Comme un berger, il conduit son troupeau :son bras rassemble les agneaux,il les porte sur son coeur, et il prend soin des brebis qui allaitent leurs petits.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».
Psaume 85 ( versets 8 à 14)
Commentaire : le chemin que Dieu nous trace, c’est celui de la  paix, une harmonie entre les dons du ciel et celui de la paix.Cette section du psaume 85  est un oracle du bonheur transmis par un prêtre du temple au peuple en attente d’un sauveur. Dès le début, il est question de paix  (verset 9b). Le verset 10 ouvre l’oracle sur un monde nouveau parlant d’un Dieu désireux d’entrer en contact avec les humains. La bonté et la vérité, la justice et la paix…,  le péché, la  folie de l’homme (verset 9), a séparé la bonté de la vérité, la justice de la paix. Comment pouvons-nous témoigner de la bienveillance au coupable, sans fermer les yeux sur nos  fautes et voiler ainsi la vérité ?
Texte
R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.

02 Tu as aimé, Seigneur, cette terre, tu as fait revenir les déportés de Jacob ;
03 tu as ôté le péché de ton peuple, tu as couvert toute sa faute ;
04 tu as mis fin à toutes tes colères, tu es revenu de ta grande fureur.
05 Fais-nous revenir, Dieu, notre salut, oublie ton ressentiment contre nous.
06 Seras-tu toujours irrité contre nous, maintiendras-tu ta colère d’âge en âge ?
07 N’est-ce pas toi qui reviendras nous faire vivre et qui seras la joie de ton peuple ?
08 Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.
09 J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ? + Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles ; * qu’ils ne reviennent jamais à leur folie !
10 Son salut est proche de ceux qui le craignent, et la gloire habitera notre terre.
11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent ;
12 la vérité germera de la terre et du ciel se penchera la justice.
13 Le Seigneur donnera ses bienfaits, et notre terre donnera son fruit.
14 La justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».
La deuxième lecture est tirée de la deuxième lettre de Pierre au chapitre trois
Commentaire : dans cet extrait de sa deuxième lettre adressée à l’ensemble des chrétiens , dans une perspective résolument catholique, Pierre les invite à vivre sans relâche dans la sainteté en attendant l’accomplissement de la promesse du Seigneur : son retour définitif.
Frères bien-aimés, il y a une chose que vous ne devez pas oublier : pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Le Seigneur n’est pas en retard pour tenir sa promesse, comme le pensent certaines personnes ; c’est pour vous qu’il patiente : car il n’accepte pas d’en laisser quelques-uns se perdre ; mais il veut que tous aient le temps de se convertir. Pourtant, le jour du Seigneur viendra comme un voleur. Alors les cieux disparaîtront avec fracas, les éléments en feu seront détruits, la terre, avec tout ce qu’on y a fait, sera brûlée. Ainsi, puisque tout cela est en voie de destruction, vous voyez quels hommes vous devez être, quelle sainteté de vie, quel respect de Dieu vous devez avoir, vous qui attendez avec tant d’impatience la venue du jour de Dieu (ce jour où les cieux embrasés seront détruits, où les éléments en feu se désagrégeront). Car ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un ciel nouveau et une terre nouvelle où résidera la justice. Dans l’attente de ce jour, frères bien-aimés, faites donc tout pour que le Christ vous trouve nets et irréprochables, dans la paix.
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».
De l’Évangile de Marc au chapitre un
Commentaire : Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le fils de Dieu : c’est par ces mots que Marc  commença la rédaction de son Évangile né de traditions orales concernant Jésus de Nazareth  et qui progressivement furent consignées par écrit. Il a rédigé son évangile pour des chrétiens d’origine païenne à qui il veut proclamer le mystère du Christ, le fils de Dieu, en rapportant les paroles et les actes par lesquels il s’est révélé aux hommes. Dans les versets 1 à 13, l’évangéliste Marc nous donne en trois tableaux, les trois orientations de son évangile :
Versets 1 à 7 : l’annonce de la venue d’un sauveur ;  versets  9 à 10 : Jésus le fils de Dieu sur qui repose l’esprit Saint ; versets 11 à 13 : en Lui et par Lui s’accomplit la réconciliation de toute la création avec Dieu.
Texte    Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu.
Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe : Voici que j’envoie mon messager devant toi, pour préparer la route. À travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. Et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »
« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

lwf0003web.gif

Compléments

◊ homélie pour le deuxième dimanche de l’Avent →  Préparez le chemin du Seigneur !

◊ Catéchèse →  « Préparez dans le désert le chemin du Seigneur » (Is 40, 1-5.9-11) »

◊   Liturgie →    Célébration communautaire de l’Avent (1 ) : « Viens, Seigneur Jésus ! Oh oui ! Viens ! »

◊ Liturgie →  Célébration communautaire de l’Avent (2) : Préparez les chemins du Seigneur.

Liens externes

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants →  2° dimanche de l’avent, année B

◊ Du blog de Coolus, le curé qui dessine des lapins bleus → Temps de l’Avent :  2ème Dimanche

◊ Du site idées-caté.com → Préparer l’Avent avec les lectures des quatre dimanches de l’Avent: Année B 

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ. Ce temps de l'Avent nous invite à l'espérance :  voici que va venir  Celui qui nous sauvera. Il nous apportera la vraie charité ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans La messe du dimanche, Temps de l'Avent | Pas de Commentaires »

Avent : Bonne Nouvelle qui nous entraîne vers une naissance.

Posté par diaconos le 27 octobre 2011

Bienvenue à Guillemette, catéchiste dans le diocèse de Saint Brieuc  (Bretagne).

Dans la paroisse où Guillemette est catéchiste,  il y a une centaine d’enfants tous les ans. Le chiffre global est à peu près stable. Après la Profession de Foi, peu d’enfants poursuivent vers la confirmation (30 à 40% environ chaque année). Il y a  une messe tous les dimanches, et plus  en été. Guillemette et son équipe essayent d’animer un ou deux temps forts par trimestre avant la messe (catéchèse intergénérationnelle). Pour son site, Guillemette s’en occupe seule mais beaucoup d’internautes lui envoient leurs idées de célébrations par exemple (ou bricolages). Si tu veux l’aider dans son travail, envoie-lui quelques idées pour la catéchèse.

Pour contacter Guillemette par e-mail  → ideescate@gmail.com

Pour en savoir plus, clique sur ce lien → Qui sommes-nous ?

Du site Idées- Caté (France)

bonne20nouvelle.gif

BONNE NOUVELLE

Rappeler que tous les ans, le jour de Noël, nous fêtons l’anniversaire de la naissance de Jésus…

Ce jour-là, nous nous souvenons que voici plus de 2000 ans, il est né, a vécu parmi les hommes et leur a annoncé la Bonne Nouvelle de Dieu.

Il est peu probable que Jésus soit né un vingt-cinq décembre. Si l’on a choisi cette date, c’est parce qu’autrefois, à Rome, au moment du solstice d’hiver, au moment où la lumière commence à « regagner » sur la nuit, on fêtait l’empereur, « Soleil invincible ».

Pour cette occasion, les romains faisaient une fête dans laquelle un nouveau-né représentait la naissance de l’invincible. En reprenant la date du 25 décembre comme jour de naissance de Jésus, les chrétiens disent que pour eux, Jésus est lumière, soleil de Dieu…La première fête de Noël a eu lieu vers 330 à Rome.

Cherchons ensemble la Bonne Nouvelle que Jésus est venu nous annoncer…

Sur les enveloppes, écrire → Jésus, merci d’avoir annoncé La Bonne Nouvelle de Dieu !

 Dessin 1 : enveloppe

 

enveloppe.gif

 

Donner ensuite les trois phrases à reconstituer (deux bleues pour une face de bristol, une noire pour l’autre)

Dessin 2 (au recto du bristol )                                           Dessin 3 (au verso du bristol)
aventphrase.gif                 aventphrase2.gif

Lire la phrase sur l’enveloppe → Jésus, merci d’avoir annoncé La Bonne Nouvelle de Dieu ! 

et discuter

Qu’est-ce que La Bonne Nouvelle ?

Qu’est-ce que Jésus nous a dit de Dieu ?

 Puis, reconstituer les deux phrases bleues et les coller sur la première face du bristol.

Dieu nous aime d’un Amour Immense. Nous sommes ses enfants bien aimés.

L’Amour divin est tellement Grand, tellement Beau, tellement Fort que si on le connaissait, on donnerait sa vie pour LUI. (Jésus va aller jusqu’à mourir sur la croix pour LE dire).

Dieu est comme un père aimant. Jésus, dans ses prières, lui dit « Abba », c’est à dire « papa »… La relation entre Jésus et Dieu est une relation d’amour sans peur. Jésus n’hésite pas à « grimper dans les bras » de Dieu et à se nicher tout contre LUI…

Reconstituer la phrase noire : « Il est toujours présent dans nos vies!  » et la coller au verso.

Jésus n’est pas venu nous annoncer un Amour distant, éloigné, pour demain, mais un Amour présent dans nos vies, présent dans chaque vie d’homme.
Isaïe nous avait dit que Dieu était avec l’homme. Jésus nous le répète fortement ! Il insiste pour dire que l’homme, c’est l’homme adulte, mais aussi la femme, l’enfant, le pauvre, l’exclu, l’étranger, le pécheur, le païen,…

Dieu est Amour et Il se donne abondamment.

Désirons-nous l’accueillir  ? Désirons-nous devenir un peu plus amour 

 Remets en ordre la phrase de Frère Roger

avent15.gif     avent16.gif

 ◊

BONNE NOUVELLE QUI VIENT DE LOIN

Donner aux enfants une photocopie de la page : « Une Bonne Nouvelle qui vient de loin… »

aventimagev.gif

 

  • Les enfants observent et cherchent à reconnaître certains personnages.

 Puis, ils expliquent à quoi ils les ont reconnus : (Abraham et Sara sont entourés d’étoiles ; Moïse est devant le buisson ; Cippora le suit sur son âne avec ses deux enfants ; Samuel montre du doigt un enfant (David) qui garde les moutons en jouant de la flûte ; Joseph et Marie entourent Jésus nouveau-né.

  • Lire le texte et rechercher à quel personnage correspond la phrase et pourquoi ?

Tu es le Dieu qui aime la vie : Dieu dit à Abraham de ne pas tuer son fils Isaac.

Tu es le Dieu qui illumine, qui pousse en avant : Pour Moïse, Dieu est comme un feu. C’est aussi une force qui l’aide à se lever et à marcher vers les hommes…
Tu es le Dieu qui donne le courage de suivre ceux qu’on aime… : tout n’a pas dû être facile pour Sara, Cippora, Marie,…
Tu es le Dieu qui cherche notre cœur : on se souviendra de David…
Tu es le Dieu qui veut naître, grandir en tous les hommes : Jésus nous dit que l’Amour veut s’épanouir en tous…

La Bonne Nouvelle nous vient de loin… Elle a été accueillie, gardée, protégée avec beaucoup d’amour, transmise, proclamée, écrite, vécue par Jésus … parce qu’elle est Trésor pour toute vie humaine, Trésor pour chacun d’entre-nous !
Jésus qui vit La Bonne Nouvelle, c’est Jésus qui meurt sur la croix… C’est dire si La Bonne Nouvelle est importante !

ACCUEILLIR, PROTÉGER, …


Décris les images ci-dessous.

avent36.gif

À quel personnage du Premier ou du Second Testament (ou autre) ces images te font-elles penser ?

Découpe les images; colle-les sur ton cahier.

En-dessous colle le verbe qui correspond.

  • L’image de Marie qui regarde vers le ciel peut aller avec le mot accueillir. Marie a su accueillir La Bonne Nouvelle de l’Amour de Dieu même dans les moments difficiles de la vie. Elle est un modèle pour nous.
  • L’image de l’enfant en prière va avec le mot méditer. On pourra penser à tous ceux qui ont su méditer la Parole… On pourra se demander si la phrase :  » Tu es mon fils, ma fille bien-aimée ! « , résonne en nous.
  • L’image de Moïse sauvé des eaux va avec le mot protéger. Il en a fallu des protectrices et des protecteurs pour que La Bonne Nouvelle arrive jusqu’à nous.
  • La croix va avec le mot vivre. Jésus a vécu l’Amour jusqu’au bout, jusqu’au don de sa vie.

  • L’adulte et les enfants vont avec le mot transmettre. On peut penser à Jésus : « Laissez venir à moi les petits enfants », aux prêtres d’aujourd’hui et dans le Premier Testament aux pères de famille qui bénissaient leurs enfants…

  • Le livre va avec le mot écrire : on peut penser à tous ceux qui à travers tous les siècles ont retenu, puis écrit, copié, recopié La Bonne Nouvelle de Dieu.

La Bonne Nouvelle nous vient de loin.

Il faut continuer à l’accueillir, à la méditer, à la protéger, à la vivre…

BONNE NOUVELLE QUI PEUT ENTRAÎNER VERS UNE NAISSANCE

◊ Pourquoi fêter Noël encore aujourd’hui ?

◊ Cherche-t-on à revivre une merveilleuse histoire du passé une fois l’an ?

◊ A-t-on besoin de chaleur, de réconfort, de soleil au coeur de notre hiver ?

◊ A-t-on besoin de recevoir ?………………..

→ Rappeler qu’à Noël, on fête une naissance: celle de Jésus…

Celui-ci nous a annoncé, par ses paroles et ses actes, l’Amour Infini de Dieu, Amour qui cherche le coeur de l’homme…
Noël n’est donc pas une fête seulement extérieure à nous-mêmes… C’est une fête qui veut nous travailler intérieurement, une fête qui veut nous « bouleverser ».
Dieu, Le Saint, Le Tout Amour, Celui dont nous sommes si éloignés et qui pourtant est si proche, nous dit toujours : « Tu es ma fille, mon fils bien-aimés, Tu es précieux pour moi. »

Nous sommes aimés ! 

Nous sommes aimés même si nous ne sommes pas toujours « aimables », même si parfois, nous avons du mal à nous aimer nous-mêmes (avec tous nos manques, notre pauvreté). Durant le temps de l’Avent, il est bon de s’ouvrir et d’accueillir ces paroles, de les méditer, de les faire nôtres…

Nous sommes aimés : c’est merveilleux !

Mais cela se voit-il dans nos vies ? (Ressemble-t-on aux amoureux transfigurés… Aux parents éblouis d’avoir reçu le premier sourire de leur enfant… Aux grands-parents radieux entourés de leurs descendants… Ressemble-nous  à des gens heureux ?

Se sentir aimés, devrait nous aider à naître, à grandir, à nous lever, à nous réveiller, à vivre une vie transfigurée !


◊  Fêter Noël, c’est se souvenir de tout cela…

Fêter Noël, c’est être invités à contempler une naissance pour se laisser entraîner vers une renaissance… Pour se rapprocher un peu de Dieu, pour être un peu plus à son image, on peut écouter Jésus, le regarder vivre.

Souvent, on le voit prier dans la nature, dans la solitude et le silence. Là, il se ressource, il trouve la force de poursuivre le chemin, de se lever encore et toujours pour marcher vers l’autre, pour être avec l’autre…

◊ Pour nous, la prière, la relation à Dieu est-elle importante ?

Lorsqu’il est parmi les hommes, il annonce la Bonne Nouvelle d’un Dieu aimant l’homme comme il est, d’un Dieu miséricordieux, pardonnant tous les péchés, d’un Dieu offrant son Amour avec Générosité, gratuitement…

Et nous, offrons-nous de l’amitié, du temps, de l’aide ?

Pardonnons-nous ?       Aimons-nous ceux que Dieu met sur notre chemin ?

Jésus offre son temps, sa vie pour annoncer l’Amour !

Et nous, offrons-nous, en nous, un peu d’espace à cet Amour qui ne désire qu’être avec l’homme, que vivre en l’homme ?…..……….

Les évangélistes commencent tous leur Évangile par le thème de la naissance. Mais comme il s’agit d’une naissance particulière, ils ne le disent pas tous de la même manière.

  • L’évangéliste Marc ne nous raconte rien des premiers jours de Jésus… Jean, qui écrit le dernier, non plus…Tous deux commencent leur Évangile par une autre naissance, celle du baptême de Jésus.

  • L’évangéliste Matthieu parle de la naissance de Jésus mais aussi de la naissance de savants étrangers partant guidés par une étoile et revenant éblouis par une autre Lumière.

  • Luc, quant à lui, fait intervenir de simples bergers avertis par un ange. Ces bergers sont dans la nuit, dans le silence… Une naissance change leur vie et leur donnent envie d’annoncer La Bonne Nouvelle.

Aucun évangéliste ne raconte les débuts de Jésus de la même façon, mais tous sont d’accord pour souligner l’importance du mot « naissance » (qui est changement, ouverture sur une Autre Vie, plus lumineuse, plus relationnelle, plus liée au Ciel et à la terre,…) et pour dire que pour cette « naissance », l’âge, l’origine,…, importent peu !

La messe de Noël nous invite, encore aujourd’hui, à réfléchir autour du mot naissance.

    « Nul ne peut voir le Royaume de Dieu s’il ne naît de nouveau! » Jean(3, 3).

Se poser la question : Qu’est-ce qu’une naissance ?

  • Y réfléchir en pensant à la naissance d’un enfant. Chercher les différences entre l’avant et l’après ? (Le foetus ne voit pas, n’entend que succinctement, ne respire pas, ne sent pas… Il est limité, à l’étroit. Il est en général seul. Que peut-il imaginer de la vie ?).

La naissance de Jésus, fêtée encore aujourd’hui, ne nous appelle-t-elle pas à une naissance plus personnelle? En ce jour de Noël, quelle naissance Dieu espère-t-il pour nous ? N’est-Il pas, Lui Le Tout Amour, encore et toujours à mettre au monde

  ◊

   Découvrez la richesse du site Idées-Caté en cliquant sur le titre ci-dessous …

→  Idées-Caté : plein d’idées pour le caté, la catéchèse, le catéchisme

À voir aussi dans la colonne de gauche de cette page…   catéchèse

thumbnailaspx.jpgMerci à Guillemette (catéchiste en Bretagne – Diocèse de saint Brieuc)  et à toute son équipe pour cette magnifique leçon de catéchèse.
Salutations amicales et fraternelles en Christ.

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Temps de l'Avent | Pas de Commentaires »

123
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS