• Accueil
  • > Recherche : dessin vigne

Résultats de votre recherche

Ils repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus (Ac 5, 34-42)

Posté par diaconos le 13 avril 2018

mbert van Noort  (1520–1571) , saint Pierre devant le grand prêtre, coll part   Lambert van Noort est un peintre et architecte de la Renaissance flamande. Il fut membre de la guilde saint Luc à Anvers. Il réalisa de nombreuses peintures historiques et bibliques. Il fut l’un des premiers artistes flamands à dessiner d’après des modèles vivants.

Lambert van Noort (1520–1571) , saint Pierre devant le grand prêtre, collection particulière -  Lambert van Noort est un peintre et architecte de la Renaissance flamande. Il fut membre de la guilde saint Luc à Anvers. Il réalisa de nombreuses peintures historiques et bibliques. Il fut l’un des premiers artistes flamands à dessiner d’après des modèles vivants.

Extrait du livre des actes des apôtres au chapitre cinq

En ces jours-là, comme les Apôtres étaient en train de comparaître devant le Conseil suprême, intervint un pharisien nommé Gamaliel, docteur de la Loi, qui était honoré par tout le peuple. Il ordonna de les faire sortir un instant, puis il dit : « Vous, Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à ces gens-là. Il y a un certain temps, se leva Theudas qui prétendait être quelqu’un, et à qui se rallièrent quatre cents hommes environ ; il a été supprimé, et tous ses partisans ont été mis en déroute et réduits à rien.

Après lui, à l’époque du recensement, se leva Judas le Galiléen qui a entraîné beaucoup de monde derrière lui. Il a péri lui aussi, et tous ses partisans ont été dispersés. Eh bien, dans la circonstance présente, je vous le dis : ne vous occupez plus de ces gens-là, laissez-les. En effet, si leur résolution ou leur entreprise vient des hommes, elle tombera.

Mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez pas les faire tomber. Ne risquez donc pas de vous trouver en guerre contre Dieu.» Les membres du Conseil se laissèrent convaincre ; ils rappelèrent alors les Apôtres et, après les avoir fait fouetter, ils leur interdirent de parler au nom de Jésus, puis ils les relâchèrent.

Quant à eux, quittant le Conseil suprême, ils repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus. Tous les jours, au Temple et dans leurs maisons, sans cesse, ils enseignaient et annonçaient la Bonne Nouvelle : le Christ, c’est Jésus.

Source de l’image, cliquez ici → Centre d’Enseignement de Théologie à distance

lwf0003web.gif

Gamaliel, ne voulant pas dire son opinion en présence des accusés, demanda qu’on les fasse sortir un moment. Il fut le maître de Saul de Tarse qui ne sut pas toujours imiter sa tolérance (Ac 22, 12). Il mit en garde l’assemblée du sanhédrin en citant le fait de deux faux prophètes qui, procédant par la révolte, périrent avec leurs entreprises.

Il rappela les deux insurrections les plus fréquentes. Sa connaissance de l’histoire lui permit d’affirmer que le mouvement créé par les apôtres aurait subit le même sort si ceux-ci n’eurent pas Dieu avec eux.

Le conseil de Gamaliel fut vanté par les uns comme un oracle de la sagesse et condamné par les autres avec injustice. Gamaliel, pharisien sincère et tolérant, avait devant lui le sanhédrin dont les membres fanatisés et pleins de fureur, délibérèrent de faire périr les disciples, comme ils avaient crucifié Jésus.

Gamaliel voulut les sauver ; et son discours contint l’argumentation la plus appropriée pour y parvenir. Après avoir rappelé les leçons de l’histoire, il invoqua la providence divine qui ne permit pas que de faux prophètes puissent subsister longtemps en Israël.

Comme magistrat, Gamaliel n’eut rien de mieux à dire et à faire. Calvin blâma son attitude, mais son jugement fut inspiré par le faux principe que l’erreur doit être combattue par le glaive. Arès avoir fait fouetté les apôtres, le Conseil suprême leur interdirent de parler et les laissèrent partir.

Chaque jour sur le parvis du Temple, ils continuèrent à enseigner en annonçant la Bonne Nouvelle de Jésus, le Christ. Ouyi, Jésus est ressuscité. Les apôtres vécurent de Lui. Et la vitalité de l’Église déborda de leur être.

Compléments

◊ Page d’évangile pour ce jour : cliquez ici Jésus nourrit cinq mille personnes. (Jn 6, 1-15)

◊ Catéchèse → Tous mangèrent à leur faim ! (Lc 9, 17a)

Liens externes

◊ Du site « L’histoire, l’archéologie et la Bible » → Gamaliel : l’homme qui enseigna Saul de Tarse

◊ Aposxtolic Faith WECA → les apôtres devant le sanhédrin

Aimes-tu dessiner ?

  • Clique sur le dessin pour le sélectionner, le recopier, l’imprimer et le colorier.

  • Souhaites-tu montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ? Il te suffit de me les faire parvenir par courrier à l’adresse suivante : Diacre Michel Houyoux, 225, rue de la Station  – B 5621  Morialmé (Belgique) ou par e mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr”. Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.

  • Aimerais-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous le titre “Catégories”, clique sur le titre “Dessins et Bible” , tu en trouveras beaucoup dans ces articles et choisis ceux que tu aimerais colorier. et les voir publiés sur mon blog

Dessins à colorier sur les actes des apôtres, partie I → [pdf] COLORIAGES ACTES DES APÔTRES 

 

 

 

 

 

Publié dans Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Deuxième dimanche de Pâques, année B

Posté par diaconos le 5 avril 2018

Nous faisons tant en faveur des réfugiés, mais peut-être sommes-nous appelés à faire davantage. Car la charité qui laisse le pauvre tel qu'il est ne suffit pas : il ne suffit pas de donner un sandwich. En effet la vraie miséricorde demande justice, veut que le pauvre puisse trouver la voie pour ne plus l'être. Pape François, Cité du Vatican, 07 septembre 2013

Nous faisons tant en faveur des réfugiés, mais peut-être sommes-nous appelés à faire davantage. Car la charité qui laisse le pauvre tel qu’il est ne suffit pas : il ne suffit pas de donner un sandwich. En effet la vraie miséricorde demande justice, veut que le pauvre puisse trouver la voie pour ne plus l’être. (Pape François, Cité du Vatican, 07 septembre 2013)

Le dimanche après Pâques est le Dimanche de la Miséricorde divine. C’est Jean Paul II qui institua cette fête en 2000 le jour de la canonisation de Sainte Faustine. Le Christ lui avait dit « La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles, je désire qu’elle soit fêtée solennellement le premier dimanche après Pâques »

Celui que nous célébrons chaque dimanche, celui qui nous rassemble et qui nous donne notre raison de vivre et d’espérer, c’est Jésus Christ, ressuscité des morts et bien vivant pour l’éternité. Jésus est vivant pour toujours : tel est le cœur de la foi chrétienne, la source de vie pour toutes les personnes  et dans cette optique, chaque dimanche est  jour de fête et de joie (Psaume 117). Par trois fois , dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus dit : « La paix soit avec vous. »

La paix nécessite d’abord le pardon et sa source est l’amour absolu et infini de Dieu, trinité sainte. Par ses déclarations et par son exemple de vie, Jésus nous apprend la rencontre et le dialogue pour nous rapprocher les uns des autres. Pour la semaine qui vient, faisons un petit test : suis-je moi-même dans la paix ? Concrètement là où nous vivons, comment pouvons-nous agir pour faire grandir la paix ? Peut-être faut-il commencer cette semaine, par un petit geste ou une parole envers une personne avec qui la relation est difficile …

Voici les lectures pour ce dimanche et quelques commentaires. En complément, le cri de foi de Thomas. Thomas est pour nous la figure de l’homme incrédule. Pourtant, Jean dans ce récit  nous le présente comme le modèle du vrai croyant. Les autres disciples ont bien vu le Christ ressuscité et ils ont cru  qu’il est bien vivant. Par contre, Thomas est le premier à reconnaître que Jésus, celui qui a ri et bu le vin lors d’un mariage à Cana, qui a pardonné à la femme adultère, qui a pleuré sur la tombe de son ami Lazare, et à présent qu’il touche le corps labouré des cicatrices de sa passion (Jn 20, 27), celui là est Dieu.

« Mon Seigneur et mon Dieu ! »  C’est le cri de foi de Thomas pour qui le toucher est devenu inutile. Il a compris que Jésus, même invisible, est là ! Il a compris que Jésus, invisible était là, présent, à l’heure de ses doutes.

lwf0003web.gif

 La paix soit avec vous !

Références → Ac 4, 32-35 ; Ps 117 ; + Jn 5, 1-6 ; Jn 20, 19-31

« Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur. Jésus vint, et il était au milieu d’eux. » (Jn 20, 19b)

C ‘est au moment où les disciples s’y attendent le moins que Jésus les rejoint. Il ne va pas leur reprocher de l’avoir abandonné, de n’avoir pas cru en lui. Non ! Quand il leur dit : « La paix soit avec vous » (Jn 20, 19d), c’est pour leur redonner courage, pour raviver leur foi et leur espérance. Nous aussi, Seigneur, aujourd’hui, nous sommes tentés de verrouiller pieusement nos portes.

Quand souffle l’Esprit de Dieu, que s’écroulent les murs de nos prisons… . Demandons-nous de quelle situation sans issue, de quelle situation de peur, de quelle situation mortelle, le Christ veut nous libérer, nous ressusciter : tel péché, telle épreuve de santé, telle contrainte douloureuse et désespérante, telle difficulté familiale, professionnelle…

A travers cette rencontre, Jésus vient rétablir des liens de confiance et d’amitié. Ainsi, ils seront plus forts pour la mission qu’il va leur confier. Ils ne doivent plus avoir peur car Jésus sera toujours avec eux jusqu’à la fin du monde. Ils sont envoyés pour témoigner de cette Bonne Nouvelle du Royaume au monde entier. Ce message qu’ils auront à transmettre c’est précisément la paix et la réconciliation.

Ce don est offert à tous ceux et celles qui voudront bien l’accueillir. C’est pour cette raison que les apôtres reçoivent le pouvoir et la mission de pardonner les péchés (Jn 20, 21). Comprenons bien, le sacrement du pardon c’est une rencontre avec le Seigneur qui n’a jamais cessé de nous aimer. C’est en revenant vers lui et en accueillant son pardon que nous retrouvons la véritable paix, le sens même de cette parole du Christ « La paix soit avec vous »

C’est ainsi que la résurrection au jour de Pâques a été pour les apôtres et pour nous tous le point de départ d’une grande espérance. Quand il est mort, ses amis croyaient que tout était fini et qu’il n’y avait plus d’espérance possible. Mais le jour de Pâques, tout est changé : Jésus ressuscité devient source de lumière, de paix et de joie.

Cet évangile nous pose des questions sur notre foi. Comment accueillons-nous cette Bonne Nouvelle ? Nous n’avons pas vu Jésus ressuscité ; nous n’avons aucune preuve. Tout ce que nous avons ce sont des témoignages. Et c’est sur ces témoignages des apôtres que nous avons fondé notre foi. A ce sujet, il est intéressant de revenir sur le cas de l’apôtre Thomas…(Jn 20, 21-26) . Beaucoup de croyants se reconnaissent dans les hésitations et les doutes de cet homme.

Thomas fait partie de ces gens qui ont connu le doute. Mais si nous y regardons de près, nous découvrons qu’il a été le premier à croire vraiment en Jésus ressuscité car il a été le premier à dire : « Mon Seigneur et mon Dieu » (Jn 20, 25). Les autres avaient vu le Seigneur. Mais lui, il va beaucoup plus loin quand il proclame sa foi. Ce n’est plus seulement l’ami d’avant ; c’est « Mon Seigneur et mon Dieu. » Le même Seigneur nous rejoint dans nos doutes, nos questionnements, nos protestations, nos colères aussi.

Comme Thomas, nous sommes appelés à un acte de foi humble et sincère C’est comme une lumière qui nous inonde et qui nous redonne la paix au plus profond de nous-mêmes. Alors comme lui, nous aussi nous pouvons dire « Mon Seigneur et mon Dieu ! » C’est ainsi que toute rencontre avec le Seigneur est une expérience forte. L’évangile nous dit qu’elle a lieu le premier jour de la semaine, c’est à dire le dimanche.

C’est ce jour-là que Jésus rejoint les communautés rassemblées. Thomas n’était pas là pour cette première rencontre. Il devra attendre huit jours plus tard, c’est à dire de nouveau le dimanche. Nous chrétiens, c’est ce jour-là que nous nous réunissons à l’église pour accueillir Jésus ressuscité, pour écouter sa parole et célébrer l’eucharistie.

Quand nous prenons l’habitude de ne pas répondre à ce rendez-vous, nous sommes comme Thomas et c’est le doute qui finit par s’installer en nous. En nous rassemblant à l’église pour célébrer l’Eucharistie, nous apprenons à reconnaître en Jésus « Mon Seigneur et mon Dieu. » Nous accueillons cette paix qui vient de lui en vue de la mission qu’il nous confie. Demandons-lui qu’il ravive notre fidélité et notre amour. C’est par notre foi que nous aurons la vie

Amen.

croix diaconaleMichel Houyoux, Diacre permanent

Compléments

◊ Un seul cœur, une seule âme → Ils avaient mis tout en commun (Ac 4, 32)

◊ Aimes-tu dessiner ? →  Jeunes talents…(dessins bibliques)

◊ Ce dimanche → Deuxième dimanche de Pâques : fête de la miséricorde divine

Liens externes

◊ Xavier Signargout   → Une Église vivante qui se constitue peu à peu

◊ L’Évangile est une puissance de Dieu pour le salut de toute personne qui croit en Lui →  Dieu est Juste et Miséricordieux

La paix soit avec vous

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Tu deviendras le père d’une multitude de nations (Gn 17, 3-9)

Posté par diaconos le 20 mars 2018

Extrait du livre de la Genèse au chapitre dix-sept

Dieu dit à Abraham : "Tu deviendras père d'une multitude de nations.. Je te rendrai extrêmement fécond.

Dieu dit à Abraham : « Tu deviendras père d’une multitude de nations.. Je te rendrai extrêmement fécond.

En ces jours-là, Abram tomba face contre terre et Dieu lui parla ainsi : « Moi, voici l’alliance que je fais avec toi : tu deviendras le père d’une multitude de nations. Tu ne seras plus appelé du nom d’Abram, ton nom sera Abraham, car je fais de toi le père d’une multitude de nations.   Je te ferai porter des fruits à l’infini, de toi je ferai des nations, et des rois sortiront de toi.

J’établirai mon alliance entre moi et toi, et après toi avec ta descendance, de génération en génération ; ce sera une alliance éternelle ; ainsi je serai ton Dieu et le Dieu de ta descendance après toi. À toi et à ta descendance après toi je donnerai le pays où tu résides, tout le pays de Canaan en propriété perpétuelle, et je serai leur Dieu. » Dieu dit à Abraham : « Toi, tu observeras mon alliance, toi et ta descendance après toi, de génération en génération. »

lwf0003web.gif

Dans l’extrait d’évangile choisi pour la messe de ce jeudi (quatrième semaine du Carême), Jésus aborde la question posée par les Juifs : « Es-tu plus grand qu’Abraham ? » (Jn 8,53) Jésus  répondit aux Juifs qui l’interrogèrent : « Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu, et il s’est réjoui. » (Jn 8,56) Jésus leur dit encore : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. » (Jn 8, 58)

L’événement après lequel soupira Abraham, et que Jésus appelle mon jour, ne put être que la venue d’un sauveur pour accomplir la rédemption du monde : « Mais il dit aux disciples : Des jours viendront où vous désirerez de voir un des jours du fils de l’homme, et vous ne le verrez point. Car, comme l’éclair qui brille à une extrémité du ciel, resplendit jusqu’à l’autre extrémité du ciel, ainsi sera le fils de l’homme en son jour.  » (Lc 17,22.24)

Treize années après la nais­sance d’Ismaël, le premier fils d’Abraham, Adonaï (Le Seigneur) pro­mit pour la qua­trième fois à Abra­ham une nom­breuse postérité qui aura en par­tage le pays de Ca­naan. À me­sure que Dieu ré­péta sa pro­messe, il la pré­cisa à un plus haut degré. Abraham apprit qu’il se­rait le père d’une nom­breuse pos­té­rité : « Je rendrai ta postérité comme la poussière de la terre : quand on pourra compter les grains de poussière de la terre, alors on comptera tes descendants ! » (Gn 13,16)

Adonaï lui révéla que cette pos­té­rité lui sera don­née par Sara, son épouse lé­gi­time,  qui était stérile. Le Seigneur lui dit encore : « Tu ne seras plus appelé du nom d’Abram, ton nom sera Abraham (Gn 17,5) C’est au mo­ment où l’on cir­con­ci­sait l’en­fant qu’on lui don­nait son nom : « Le huitième jour, auquel l’enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu’avait indiqué l’ange avant qu’il fût conçu dans le sein de sa mère. » (Lc 2,21)

Le Seigneur in­tro­duisit l’usage du rite de la circoncision en chan­geant le nom d’A­bra­ham au mo­ment de la circoncision de son fils. Ce nom nou­veau si­gni­fie père d’une multitude. Abra­ham de­vint le père d’un grand nombre de peuples qui se rat­tachèrent à lui comme à leur an­cêtre com­mun (Is­raé­lites, Arabes is­maé­lites, Arabes ké­tu­riens, Édo­mites)

Abra­ham dut rester fidèle à l’alliance conclue avec le Seigneur. Le signe visible de cette obli­ga­tion fut la cir­con­ci­sion.

Aimes-tu dessiner ?

  • Clique sur le dessin pour le sélectionner, le recopier, l’imprimer et le colorier.

  • Souhaites-tu montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ? Il te suffit de me les faire parvenir par courrier à l’adresse suivante : Diacre Michel Houyoux, 225, rue de la Station  – B 5621  Morialmé (Belgique) ou par e mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr”. Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.

  • Aimerais-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous le titre “Catégories”, clique sur le titre “Dessins et Bible” , tu en trouveras beaucoup dans ces articles et choisis ceux que tu aimerais colorier. et les voir publiés sur mon blog

Complément

◊ Dieu mit Abraham à l’épreuve → Le sacrifice de notre père Abraham

Liens externes

♥ Catéchèse avec Kt42 → Activités pour le caté : Abraham

Abraham, chercheur de Dieu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Ancien testament, Carême, Religion | Pas de Commentaires »

J’ai vu l’eau qui jaillissait du Temple : tous ceux qu’elle touchait furent sauvés

Posté par diaconos le 11 mars 2018

Lecture du livre du prophète Ézéchiel au chapitre quarante-sept

Celle piscine existait donc au temps du ministère de Jésus. Elle fut fortement endommagée par les Romains quand Titus conquit Jérusalem en l'an 70 de notre ère, et abandonnée par la suite.Celle piscine existait donc au temps du ministère de Jésus. Elle fut fortement endommagée par les Romains quand Titus conquit Jérusalem en l'an 70 de notre ère, et abandonnée par la suite.  nous sommes bien en présence du lieu où Jésus guérit un aveugle-né (Jean 9)...

Voici une photo récente de la piscine de Siloé. Celle piscine existait  au temps du ministère de Jésus. Elle fut fortement endommagée par les Romains quand Titus conquit Jérusalem en l’an 70 de notre ère, et abandonnée par la suite. Après son abandon, progressivement, des alluvions la comblèrent. C’est lors de travaux de voirie que l’on  la découvrit. Elle fut dégagée des terres qui  l »ensevelirent complètement. Nous sommes bien en présence du lieu où Jésus guérit un homme paralysé  (Jean, chapitre cinq)

En ces jours-là, au cours d’une vision reçue du Seigneur, l’homme me fit revenir à l’entrée de la Maison, et voici : sous le seuil de la Maison, de l’eau jaillissait vers l’orient, puisque la façade de la Maison était du côté de l’orient. L’eau descendait de dessous le côté droit de la Maison, au sud de l’autel. L’homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l’extérieur, jusqu’à la porte qui fait face à l’orient, et là encore l’eau coulait du côté droit.

L’homme s’éloigna vers l’orient, un cordeau à la main, et il mesura une distance de mille coudées ; alors il me fit traverser l’eau : j’en avais jusqu’aux chevilles. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser l’eau : j’en avais jusqu’aux genoux. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser : j’en avais jusqu’aux reins. Il en mesura encore mille : c’était un torrent que je ne pouvais traverser ; l’eau avait grossi, il aurait fallu nager : c’était un torrent infranchissable.

Alors il me dit : « As-tu vu, fils d’homme ? » Puis il me ramena au bord du torrent. Quand il m’eut ramené, voici qu’il y avait au bord du torrent, de chaque côté, des arbres en grand nombre. Il me dit : « Cette eau coule vers la région de l’orient, elle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux.

En tout lieu où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner. Le poisson sera très abondant, car cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent. Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas.

Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux primeurs car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. » (Ez 47, 1-9.12)

Source de l’image → Piscine de Siloé | Pompanon.fr

lwf0003web.gif

Dans l’extrait de l’évangile de Jean, au chapitre cinq, Jésus guérit, près de la piscine de Siloé,  un homme qui était paralysé. C’est le thème de l’eau vive que nous retrouvons aussi dans ce récit tiré du livre d’Ézéchiel.

Le pro­phète Ézéchiel com­mença par dé­crire ce qu’il vit. Il com­mu­niqua en­suite les ex­pli­ca­tions que lui donna son guide sur les ef­fets mer­veilleux que pro­duira le tor­rent. Ézé­chiel fut surpris à la vue de ce spec­tacle : une source jaillis­sant du temple même et qu’il n’eut jusqu’alors jamais vue. Elle venait du terrain sous le seuil du ves­ti­bule. Il en déduisit que Yahvé était pré­sent dans la Mai­son : « On me dit : Fils d’homme, c’est ici le lieu de mon trône, le lieu où je pose la plante de mes pieds. J’y habiterai au milieu des Israélites, à jamais ; et la maison d’Israël, eux et leurs rois ne souilleront plus mon saint nom par leurs prostitutions et par les cadavres de leurs rois. » (Ap 22,4)

Le guide, pour faire voir au pro­phète Ézéchiel ce que de­vint cette source, le fit sor­tir de l’en­ceinte sa­crée par le por­tique sep­ten­trio­nal et lon­ger le grand mur, d’a­bord sur le côté du nord, puis sur le côté est, jus­qu’au por­tique orien­tal ex­té­rieur. Ce dé­tour fut né­ces­saire car les deux por­tiques orien­taux étaient fer­més. Ainsi parla Yahvé : « La porte du parvis intérieur, du côté de l’orient, restera fermée les six jours ouvriers; mais elle sera ouverte le jour du sabbat, elle sera aussi ouverte le jour de la nouvelle lune. » (Ez 46, 1)

Le guide s’éloigna de l’en­ceinte près du portique oriental et avec le cordeau qu’il avait à la main, il mesura une distance de mille coudées, en suivant le cours de la rivière.  Ézé­chiel en re­çut une vive sensation en tra­ver­sant cette eau, que  le guide mesura sous ses yeux. L’importance de ce torrent que le guide fit consta­ter à Ézé­chiel, ne fut pas moins mer­veilleux que leur ori­gine, puisque le tor­rent n’eut reçu au­cun af­fluent.

Il s’en dégagea que ce torrent pos­sé­da la vertu de se mul­ti­plier. Le guide fit remarquer à Ézéchiel  l’importance de ce changement : « As-tu vu ce gros­sis­se­ment ra­pide ? » Le guide estima alors qu’il était in­utile d’al­ler l’ob­ser­ver plus loin ; car il conti­nue dans la même pro­gres­sion. Il dit encore à Ézéchiel : « Main­te­nant re­tourne-toi et viens contem­pler autre chose. »

Lorsque Ézé­chiel se re­tourna, il aper­çut un magnifique spec­tacle : des arbres ornaient les deux rives du cours d’eau. Ces arbres apparurent pen­dant qu’Ézéchiel des­cen­dit le tor­rent. Il as­sista à la multiplication des arbres comme à celle du tor­rent lui-même, qui en cet ins­tant les  fit apparaître sur son cours.

 Le guide informa Ézéchiel sur la des­ti­na­tion du tor­rent, ensuite sur la qualité des arbres qu’il fit naître. Le tor­rent sui­vit la di­rec­tion sud-est, tra­ver­sa un district oriental et at­teignit la vallée du Jourdain : « Quand ils furent arrivés aux districts du Jourdain qui appartiennent au pays de Canaan, les fils de Ruben, les fils de Gad et la demi-tribu de Manassé, y bâtirent un autel sur le Jourdain, un autel dont la grandeur frappait les regards. » ( Js 22, 10)

Ce fut là la li­sière orientale de la Terre Sainte d’a­près ses nou­velles li­mites. Ces eaux coulèrent jusqu’à la mer morte (73 km de lon­gueur, 17, 8 km de lar­geur, vers le mi­lieu, 394 mètres au-des­sous du ni­veau de la Mé­di­ter­ra­née, et son eau est sa­tu­rée de sel). Mais en tout endroit où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner, y compris à l’endroit où le torrent se jettera dans la mer morte. C’est une image de ce que Dieu accorde à un monde renu stérile par ses fautes.

 Les deux rives du tor­rent, de­puis l’en­ceinte du sanc­tuaire jus­qu’à la mer, furent trans­for­mées et les feuilles des arbres, à proximité du torrent, eurent des vertu : « Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. » (Ap 22, 1)

Compléments

◊ Documentation →  Béthesda : « À la découverte du monde biblique par l’archéologie »

◊ Cette eau vive qui étanche ta soif de Dieu → Découvrons combien nous sommes aimés par Dieu

Liens externes

◊  Mardi de la quatrième semaine du Carême → Évangile et Homélie ;  Veux-tu être guéri ?

 le pasteur David Wilkerson → Le fleuve de vie

Les miracles de Jésus – dessins animés biblique

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Carême, Foi, Religion | Pas de Commentaires »

12345...25
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS