Résultats de votre recherche

Le Christ, roi de l’Univers (Année A)

Posté par diaconos le 17 novembre 2020

 Toi, mon troupeau, voici que je vais juger entre brebis et brebis

Le Christ, roi de l'Univers (Année A) dans La messe du dimanche 126712334

Jésus-Christ est le roi de l’univers entier. L’histoire de la fête remonte à 1899, lorsque le Pape Léon XIII a institué la consécration universelle des hommes au Cœur de Jésus le 11 mai. La même année, la jésuite italienne Sanna Solaro  écrivit à tous les évêques italiens pour signer une pétition demandant l’institution d’une fête liturgique. Quarante-neuf évêques se joignirent à la pétition. Une autre pétition fut présentée au Pape Pie XI après le Congrès eucharistique international qui se tint à Rome dans les premiers mois de son pontificat, signée par 69 prélats. En 1923, une troisième pétition fut présentée avec les signatures de 340 cardinaux, archevêques, évêques et supérieurs généraux.

La pétition demanda : « Afin de réparer les offenses commises à Jésus-Christ par l’athéisme officiel, l’Église devra daigner instituer une fête liturgique proclamant les droits souverains de la personne royale de Jésus-Christ, qui vit dans l’Eucharistie et règne, avec son Sacré-Cœur, dans la société ». Cette demande fut soutenue par deux cents ordres et congrégations religieuses, douze universités catholiques et des pétitions signées par des centaines de milliers de fidèles dans le monde entier. Les objections ne manquèrent pas : selon certains, le thème de cette fête fut déjà été célébré à l’Épiphanie.

# Un pasteur ou une pasteure est une personne qui exerce des fonctions de gestion et d’enseignement dans une communauté ecclésialechrétienne. Le terme désigne un ministre du culte protestant ou évangélique. Il désigne également, mais dans un sens moins institutionnel, un prêtre ou un diacre dans les Églises catholique et orthodoxe. Cette appellation se réfère au thème du berger dans la Bible, en particulier dans le Nouveau Testament, et à l’identification de Jésus-Christ à l’image du Bon Pasteur. Dans la religion catholique, le mot désigne, toute personne chargée de conduire spirituellement une communauté religieuse, et est utilisé quelquefois pour parler du prêtre ou de l’évêque. En anglais nord américain, en Allemagne du nord et dans la langue néerlandaise, un curé est appelé pastor ou pastoor. Dans une partie des Églises protestantes, les femmes peuvent être pasteurs. Certaines dénominations évangéliques autorisent officiellement le ministère des femmes dans les églises

Du livre du prophète Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les  endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées. C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer, oracle du Seigneur Dieu.
La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit. Et toi, mon troupeau, ainsi parle le Seigneur Dieu, voici que je vais juger entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs. (Ez 34, 11-12.15-17)

Le vrai berger de son peuple

Le Seigneur, véritable berger de son peuple, intervient pour mettre fin à cet état de choses et en trouve un meilleur : « Dieu a entendu leurs lamentations et s’est souvenu de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob. Dieu a regardé les enfants d’Israël et a eu pitié d’eux » (Exode 2, 24-25). À leur recherche : il a pris des mesures efficaces pour les faire sortir de cet État.

Dieu lui-même fera ce à quoi les dirigeants précédents n’ont pas pensé ; il remédiera à toutes les formes de misère physique et morale. Mais pour cela, il devra encore exercer un ordre au sein de la nation elle-même. Car il n’y avait pas que des rois du mal en Israël, il y avait aussi des membres riches et puissants du peuple qui opprimaient les autres. Ils sont ce qu’Ezekiel appelle les gros et les forts. Le Seigneur les traitera avec justice.

Entre le mouton faible et malade et le mouton gras et fort… béliers et chèvres ; ne traduisez pas comme s’il y avait : entre béliers et chèvres ; car ces deux termes s’appliquent uniquement à la deuxième classe de moutons, le mouton gras et fort. En hébreu, le mot utilisé ici pour les moutons est très générique, il inclut tous les petits bovins, les chèvres et les moutons, mâles et femelles.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Le Christ, roi de l’Univers

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Nous serons tous jugés sur le même critère !

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Idées – Caté  : cliquez ici pour lire l’article → Parabole de la brebis perdue et retrouvée

◊ KT42  : cliquez ici pour lire l’article → BD : la parabole de la brebis perdue

Abbé Christian Beaulieu : « Un roi avec ses fragilités ; j’avais faim »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Cristo, Re dell’Universo (Anno A)

Posté par diaconos le 16 novembre 2020

Tu, mio gregge, ecco, io giudicherò tra pecore e pecore

Cristo, Re dell'Universo (Anno A) dans articles en Italien 4373%2B%2BIL%2BBUON%2BPASTORE

Gesù Cristo è il re dell’intero universo. La storia della festa risale al 1899, quando Papa Leone XIII istituì la consacrazione universale degli uomini al Cuore di Gesù l’11 maggio. Nello stesso anno, il gesuita italiano Sanna Solaro scrive a tutti i vescovi italiani per firmare una petizione che chiede l’istituzione di una festa liturgica. Quarantanove vescovi si sono uniti alla petizione. Un’altra petizione è stata presentata a papa Pio XI dopo il Congresso eucaristico internazionale di Roma nei primi mesi del suo pontificato, firmata da 69 prelati. Nel 1923 fu presentata una terza petizione con le firme di 340 cardinali, arcivescovi, vescovi, vescovi e superiori generali. La petizione, chiedeva: « Per riparare le offese fatte a Gesù Cristo dall’ateismo ufficiale, la Chiesa dovrebbe degnarsi di istituire una festa liturgica che proclami i diritti sovrani della persona reale di Gesù Cristo, che vive nell’Eucaristia e regna, con il suo Sacro Cuore, nella società ». La richiesta è stata sostenuta da duecento ordini religiosi e congregazioni, dodici università cattoliche e petizioni firmate da centinaia di migliaia di fedeli in tutto il mondo. Non sono mancate le obiezioni: secondo alcuni, il tema di questa festa era già stato celebrato all’Epifania.

Dal libro del profeta Ezechiele

Così dice il Signore Dio : Ecco, io stesso mi prenderò cura delle mie pecore e veglierò su di loro. Come un pastore veglia sulle pecore del suo gregge quando sono disperse, così io veglierò sulle mie pecore, e andrò a consegnarle in tutti i luoghi dove sono state disperse in un giorno di nuvole e nuvole scure. Darò da mangiare al mio gregge e lo farò riposare, dice il Signore Dio.
Cercherò la pecorella smarrita e riporterò la pecorella smarrita. E guarirò i feriti. Guariro’ i malati e li rendero’ di nuovo forti. Terrò quello grasso e forte, e lo nutrirò secondo la legge. E tu, mio gregge, così dice il Signore Dio, ecco, io giudicherò tra pecore e pecore, montoni e capre. (Ez 34, 11-12.15-17).

il vero pastore del suo popolo

Il Signore, il vero pastore del suo popolo, interviene per porre fine a questo stato di cose e ne trova uno migliore : «  Dio ascoltò i loro lamenti e si ricordò della sua alleanza con Abramo, Isacco e Giacobbe. Dio guardò i figli di Israele e ebbe compassione di loro  «   (Esodo 2, 24-25) . Alla ricerca di loro: intraprende un’azione efficace per farli uscire da quello stato.

Dio stesso farà ciò a cui i precedenti governanti non pensavano; Egli rimedierà a tutte le forme di miseria fisica e morale. Ma per questo Egli dovrà ancora esercitare un ordinamento all’interno della nazione stessa. Perché non c’erano solo re malvagi in Israele; c’erano anche membri ricchi e potenti del popolo che opprimevano gli altri. Sono quelli che Ezechiele chiama il grasso e il forte. Il Signore si occuperà di loro con giustizia.

Tra la pecora debole e malata e la pecora grassa e forte… Arieti e capre ; non tradurre come se ci fosse : tra arieti e capre ; per questi due termini valgono solo per la seconda classe di pecore, le pecore grasse e forti. In ebraico, la parola usata qui per pecore è molto generica, comprende tutto il piccolo bestiame, capre e pecore, maschi e femmine.

Il Diacono Michel Houyoux

Il supplemento

◊ Il Diacono Michel Houyoux : clicca qui per leggere l’articolo →  Gesù Cristo Re dell’Universo

Link ad altri siti web cristiani

◊  Qumran  : clicca qui per leggere l’articolo → Testi – Ricerca parole : cristo re dell’universo

◊ Il criterio per entrare nel Regno  : clicca qui per leggere l’articolo →  Lectio Divina : Gesù Cristo Re dell’Universo / Anno A

Don Dino  : « Nostro Signore Gesù Cristo Re dell’universo »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, fêtes religieuses, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Trente-troisième dimanche du Temps Ordinaire dans l’année A

Posté par diaconos le 15 novembre 2020

Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup

L’image contient peut-être : 1 personne

# Le maître confie de l’argent aux serviteurs afin de le faire fructifier. Ils les divise en les traitant de façon inégale et en les mettant en concurrence. Le premier et le deuxième serviteurs doublent la mise, rapportant autant d’argent qu’il leur avait été donné. Le troisième refuse de spéculer, enterre l’argent, le lui rend et dénonce la vénalité du maître. Ainsi le maître reçoit beaucoup de ceux qu’il a favorisés, mais rien de celui qu’il a méprisé ; par dépit, il punit le rebelle, faisant valoir toute l’étendue de son injustice. .Dans leur commentaire de la parabole des mines, l’exégète Daniel Marguerat et Emmanuelle Steffelk indiquent que le prince en attente de royauté représente Jésus, et que le moment où les serviteurs doivent rendre des comptes correspond au Jugement dernier . Dans son commentaire, Paul Jorion releva: « une simple lecture du texte de la parabole dans ses deux versions, chez Mathieu et chez Luc, révèle toute l’étendue du malentendu : le maître qui admoneste son serviteur de ne pas avoir investi est un tyran méprisable. »

De l’Évangile selon saint Matthieu 25, 14-30

Jésus parlait à ses disciples de sa venue; il disait cette parabole: «Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. A l’un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.»Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s’occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un creusa la terre et enfouit l’argent de son maître.
x
»Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes. Celui qui avait reçu les cinq talents s’avança en apportant cinq autres talents et dit: ‘Seigneur, tu m’as confié cinq talents; voilà, j’en ai gagné cinq autres. —Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître’.» Celui qui avait reçu deux talents s’avança ensuite et dit: ‘Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres. —Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître’.
x
»Celui qui avait reçu un seul talent s’avança ensuite et dit: ‘Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient’. Son maître lui répliqua : ‘Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance. Mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres; là il y aura des pleurs et des grincements de dents!’». Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance»
x

Auteur  +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

Parabole sur le jugement

Je crois en toi, mon Dieu, je crois que tu es présent ici, avec moi. Je me mets en ta présence, toi qui as tout créé, qui m’as créé, qui remplis tout. Augmente ma foi en toi. J’espère en toi, mon Dieu. J’espère en ta parole, en tes promesses. J’espère en la vie éternelle, cette vie qui est le but de ma vie sur terre. Augmente mon espérance, donne-moi de vivre les yeux fixés sur toi. Je t’aime, ô mon Dieu, mais affermis mon amour si faible et inconstant. Mets en moi ton amour qui pénètre tout et consume tout. Seigneur, mets en moi un cœur généreux, qui ne craigne pas de tout donner !

Aujourd’hui, Jésus nous raconte une autre parabole sur le jugement. Nous nous approchons de l’Avent et, par conséquent, de la fin de l’année liturgique.Dieu, en nous donnant la vie, nous a aussi donnés diverses capacités –plus ou moins grandes– de développement personnel, éthique et religieux. Peu importe que l’on ait reçu beaucoup ou peu, mais ce que nous avons reçu, nous devons  le faire fructifier. L’homme de la parabole, qui cache son talent par crainte du maître, n’a pas su se risquer. «Celui qui n’en avait reçu qu’un creusa la terre et enfouit l’argent de son maître» (Mt 25,18).

C’est peut-être là le cœur de la parabole: nous devons concevoir un Dieu qui nous pousse à sortir de nous-mêmes, qui nous encourage à vivre la liberté pour le Règne de Dieu. Le “talent” de cette parabole n’est rien d’autre qu’un poids de 30 kg d’argent. Mais il a eu un tel succès que le langage populaire l’emploie désormais pour désigner les qualités d’une personne. La parabole n’exclut pas que les talents reçus soit aussi nos propres limites. Ce que nous sommes et ce que nous avons, voilà le matériel avec lequel Dieu veut faire de nous une réalité nouvelle.

La phrase «celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance. Mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a, n’est évidemment pas une maxime consumériste. Elle ne peut se comprendre qu’au niveau de l’amour et de la générosité. Et de fait, si nous correspondons aux dons de Dieu confiants dans son aide, nous ferons alors l’expérience que c’est Lui qui donne la croissance : «Ces histoires de tant de personnes simples, bonnes, que la foi a rendues bonnes, démontrent que la foi produit des effets très positifs (…). Inversement, nous pouvons aussi constater qu’avec l’évaporation de la foi, la société est devenue plus dure…» (Benoît XVI)

Prière

Ô Père, j’ai confiance en toi. Je sais que tu es pour moi un doux maître qui veut me conduire vers le bonheur. Voilà pourquoi tu me confies des talents : tu veux par eux me donner une vie passionnante, belle et profonde à la suite du Christ. Donne-moi la confiance, l’enthousiasme de ne jamais me replier sur moi, dans l’égoïsme et la mesquinerie. Ouvre mon cœur à ton amour, aux autres, au monde entier. Élimine de mon esprit toute peur, mets en moi ton Esprit qui m’embrase du désir de t’aimer et de faire ta volonté. Aujourd’hui je ne penserai pas à ma foi (prière, commandements, devoir d’état) comme à une exigence à remplir, mais comme une occasion d’être heureux et de rendre les autres heureux.

Contact   Mère Marie Landry Bivina

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux :cliquez ici pour lire l’article → XXXème dimanche du Temps Ordinaire — Année A

◊ Diacre Michel Houyoux :cliquez ici pour lire l’article → 33ème dimanche du temps ordinaire, année A

Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans È tempo di Natale., La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ?

Posté par diaconos le 14 novembre 2020

Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ?

# Le Jour du jugement dernier ou encore Jour de la Rétribution est, selon les religions abrahamiques, le jour où se manifestera aux humains le jugement de Dieu sur leurs actes, leurs paroles et leurs intentions. Le devenir des damnés et des justes n’est pas le même selon tous les textes. Selon la Bible et le Coran, la résurrection des morts est un préalable au jugement par Dieu, qui aura lieu le même Jour pour tous. Dans le judaïsme, le jugement dernier dont parle le Livre de Daniel :  » Puis viendra le jugement, et on lui ôtera sa domination, qui sera détruite et anéantie pour jamais..Dans la Torah il est écrit à propos du Jour du Seigneur (de YHWH : יוֹם-יְהוָה, Éaïe 13.6, 13.9, Joël 1.15, 2.1, 2.11, 3.4, 4.14, Amos 5.18, 5.20, Abdias 1.15, Sophonie 1.7, 1.14, Malachie 3.23) , par exemple en Ésaïe 13.9 : « Oui, il arrive implacable, le jour du Seigneur, jour d’emportement et de violente colère, qui réduira la terre en solitude et en exterminera les criminels. » Certains midrachim (récits allégoriques) parlent de Yom HaDin, décrivant Dieu siégeant sur Son trône, tandis que les livres contenant les actes de toute l’humanité sont ouverts pour « révision », et que chacun passe devant Lui pour évaluation de ses actes.

De  l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne,     comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” »

Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »  (Lc 18, 1-8)

La parabole du juge inique

Pour encourager ses disciples à prier avec persévérance, Jésus leur proposa l’exemple d’une pauvre veuve qui, à force d’insistance, obtint justice d’un juge qui, ne craignant ni Dieu ni homme, lui fit droit par égoïsme et pour être délivré de son importunité. Jésus leur fit remarquer les mobiles de ce juge, et en conclut que Dieu, à plus forte raison, écoutera ses élus et leur fera promptement justice. Mais le fils de l’homme à son avènement trouvera-t-il la foi ?

Cette parabole se trouve dans un rapport intime avec le discours prophétique qui précède. Luc l’indiqua par l’expression qui lui fut familière : « Il leur disait aussi. » La nécessité de la prière, de la prière persévérante et sans découragement, résulte des dangers qui environneront l’Église et chaque âme individuelle dans le dernier combat qui précédera l’avènement du Christ. La position des chrétiens dans le monde leur fait du reste éprouver en tout temps ce pressant besoin de la prière ; sans elle chacun d’eux serait semblable à cette pauvre veuve, opprimée et destituée de toute protection.

Ainsi, d’une part, un juge qui n’eut aucune crainte de Dieu et aucun égard pour aucun homme, qui, par conséquent, fut sans conscience et sans cœur dans ses procédés ; d’autre part, une pauvre veuve affligée dans ses affections les plus intimes, et, en outre, opprimée par sa partie adverse, tels furent les personnes en présence. Ce que la veuve demanda, ayant le droit de l’attendre d’un juge, ce ne fut pas une vengeance,  mais  sa délivrance par la justice . Et Luc indiqua qu’elle réitéra souvent et longtemps sa prière. Ce fut là le moyen de sa délivrance.

Le motif égoïste invoqué par le juge fut bien en harmonie avec son cynisme : il avoua n’avoir ni crainte de Dieu, ni égard pour personne. Écoutez ! faites attention : ce juge injuste dans son égoïsme, enfin, par son insistance, accorda à la veuve ce qu’elle demanda. Et Dieu juste et miséricordieux, fera-t-il moins pour ses élus, ses enfants bien-aimés, qui, du sein de l’oppression, crient à lui jour et nuit ! Tel est le point de comparaison qu’il faut bien saisir pour comprendre la parabole.

Ici, comme dans d’autres similitudes, Jésus enseigna, non par analogie, mais par contraste. Le texte du Codex Sinaiticus, A, B, D  porte : « Use-t-il de patience à leur égard ? » La plupart des commentateurs modernes firent de cette phrase une question indépendante de la précédente et donnent au verbe le sens d’agir avec lenteur : tarde-t-il à leur égard ?

Le verbe au présent ne convient guère dans cette explication et la signification tarder n’est pas suffisamment établie. Il est plus naturel de rattacher étroitement cette proposition à la précédente et de la faire dépendre de la négation de celle-ci : et n’use-t-il pas de longanimité, n’est-il pas rempli de bonté à leur égard ? (J. Weiss)

Publié dans Foi, Histoire du Salut, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

1...134135136137138...152
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...