Résultats de votre recherche

Vingt-troisième dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Posté par diaconos le 6 septembre 2020

23ème dimanche du temps ordinaire

S’il t’écoute, tu as gagné ton frère

De l’Évangile selon saint Matthieu

«Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes afin que toute l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à la communauté de l’Église; s’il refuse encore d’écouter l’Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen, je vous le dis: tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel. Encore une fois, je vous le dis: si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quelque chose, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux. Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux». (Mt 18, 15-20)

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS

Homélie

Sainte Trinité, je vous adore et vous demande de vous glorifier en ce jour par mes pensées, mes paroles et mes actions. Seigneur, apprends-moi à vivre la correction fraternelle au sein de ma famille, de mon travail, de ma communauté comme un geste de charité envers mon prochain.Aujourd’hui, l’Évangile nous propose de réfléchir aux recommandations de Jésus aux disciples de son temps et de tous les temps. Même dans la communauté des premiers chrétiens il y avait des défauts et des comportements contraires à la volonté de Dieu.
x
Le dernier verset nous indique comment résoudre tous les problèmes rencontrés au sein de l’Église tout au long de son histoire: «Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux» (Mt 18,20). Jésus est toujours présent dans toutes les périodes de la vie de son Église, son « corps mystique » animé incessamment par l’action du Saint Esprit. Nous sommes toujours frères, que notre communauté soit petite ou grande.Les choses ne sont pas plus faciles de nos jours que lorsque l’église était moins nombreuse.
x
Mais si nous réfléchissons aux choses en dialoguant avec Dieu notre Père, Il nous donnera la lumière pour que nous puissions trouver le temps, l’endroit et les paroles opportuns afin d’accomplir notre devoir et aider. Il est important de purifier notre cœur. Saint Paul nous encourage à corriger notre prochain avec droiture: «Frères, même dans le cas où quelqu’un serait pris en faute, vous les spirituels, rétablissez-le en esprit de douceur, te surveillant toi-même, car tu pourrais bien toi aussi être tenté» (Gal 6,1).
x
Une affection profonde et l’humilité nous encouragerons à rechercher la douceur. «Mais agissez d’une main maternelle, avec la délicatesse infinie que nos mères mettaient à soigner les grandes ou petites blessures de nos jeux et de nos chutes enfantines» (Saint Jose marie). Comme nous corrige la Mère de Jésus et Notre Mère, en nous inspirant d’aimer davantage Dieu et nos frères.
x
Jésus, accorde-nous la grâce de la vraie liberté, non pas pour blesser, mais pour construire et aider nos frères. Que ta Parole façonne et inspire notre manière de penser, de parler, d’agir. Que nous soyons attentifs à nos frères avec un vrai zèle fraternel, que nos paroles soient justes quand il faut les ramener dans le droit chemin, que nos oreilles soient attentives à la correction de nos frères. Qu’ensemble nous puissions construire cette communauté unie, en accord, qui prie et demande d’un seul cœur, qui se réunit en ton nom avec la certitude de ta présence parmi nous. Seigneur, que nous soyons de bons frères pour les autres. Amen

Contact  Père arie Landry Bivina

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Vingt-troisième dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊  Mouvement des francophones Cursillos du Canada : cliquez ici pour lire l’article →   Vingt-troisième dimanche du Temps de l’Église, Année A

◊ Bernard Vollerin  : cliquez ici pour lire l’article → 23ème dimanche du Temps Ordinaire - Année A

Paroisse Saint-Giniez : « Si ton frère a commis un péché contre toi… »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Liturgie, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Zweiundzwanzigster Sonntag in der gewöhnlichen Zeit des Jahres A

Posté par diaconos le 30 août 2020

Den Fußspuren des Herrn Jesus folgen

Bild

Wenn jemand in meine Fußstapfen treten will, soll er sich selbst verleugnen

Aus dem Evangelium nach Matthäus

Von diesem Augenblick an begann Jesus Christus seinen Jüngern zu zeigen, dass er nach Jerusalem gehen, viel unter den Ältesten, Hohenpriestern und Schriftgelehrten leiden, getötet werden und am dritten Tag wieder auferstehen musste. Petrus nahm ihn beiseite und begann, ihn scharf zu tadeln, indem er sagte : « Gott bewahre, Herr, das wird dir nicht passieren. Aber er drehte sich um und sagte zu Petrus : Geh hinter mich, Satan, du bist ein Hindernis auf meinem Weg; deine Gedanken sind nicht Gottes, sondern die der Menschen. »  Er sagte zu Petrus : « Geh hinter mich, Satan, du bist ein Hindernis auf meinem Weg. »

Da sagte Jesus zu seinen Jüngern : nehme sein Kreuz auf sich und folge mir nach. Denn wer sein Leben retten will, wird es verlieren, wer aber sein Leben um meinetwillen verliert, der wird es behalten. Denn was nützt es einem Menschen, die ganze Welt zu gewinnen, wenn er dafür mit seinem Leben bezahlt ? Und wie viel wird er für sein Leben bezahlen können ? Denn der Menschensohn wird mit seinen Engeln kommen in der Herrlichkeit seines Vaters und wird jedem Menschen geben, wie es seinem Weg entspricht »: « Wer mir nachfolgen will, der verleugne sich selbst und nehme sein Kreuz auf sich und folge mir nach » (Mt 16, 21-27).

Predigt

Siehe, ich öffne mein Herz, die Fensterläden meiner Seele, um, Herr, dein Licht und deine Flamme willkommen zu heißen. Und ich hisse das Segel, um mich vom Geist, deinem Stern, oh auferstandener Christus, leiten zu lassen! An diesem Tag, der jetzt beginnt, der noch nie gewesen ist, bin ich hier, in Stille, mein geliebter Jesus. Mit Maria, eurer Mutter, juble ich und segne euch, und wende mich an den Vater und sage ihm schon jetzt : Danke! Möge der Herr uns die Gnade schenken, den Wert der zur Vollkommenheit berufenen Menschenwürde zu verstehen und deshalb dem Schöpfer Ehre zu erweisen.

Heute haben wir die Persönlichkeiten der ersten Jünger Jesu mit großem Realismus dargestellt. Petrus, der das Glaubensbekenntnis schlechthin ablegt, wie wir es im Evangelium XXI gesehen haben, und der vom Herrn großes Lob und die Verheißung der höchsten Autorität in der Kirche verdient (vgl. Mt 16, 16-19), erhält diesmal von Jesus eine schwere Zurechtweisung, weil er auf dem Weg des Glaubens in der Tat noch viel zu lernen hat: « Geh hinter mich, Satan, du bist ein Hindernis auf meinem Weg ; deine Gedanken sind nicht Gottes, sondern der Menschen » (Mt 16,23).

Jesu Zurechtweisung an Petrus zu hören, gibt uns eine gute Motivation, unser Gewissen darüber zu prüfen, wie wir Christen sind. Sind wir den Lehren Jesu wirklich treu ? Bis zu dem Punkt, dass wir wirklich wie Gott denken, oder richten wir unsere Gedanken und Kriterien nach denen der Welt aus ? Im Laufe der Geschichte sind die Söhne der Kirche immer wieder der Versuchung verfallen, den Weg der Welt zu denken, sich auf materiellen Reichtum zu verlassen, nach politischer Macht und sozialem Prestige zu streben, und manchmal motivieren sie weltliche Interessen mehr als der Geist des Evangeliums. Angesichts dessen stellt sich die Frage : « Welchen Vorteil hat ein Mann, der die ganze Welt gewinnt, wenn er dafür mit seinem Leben bezahlt? (Mt 16, 26).

Nachdem er die Dinge in Ordnung gebracht hat, lehrt uns Jesus, was es bedeutet, wie Gott zu denken: zu lieben, mit allem, was dies als Selbstverleugnung zum Wohle des Nächsten mit sich bringt. Deshalb führt der Weg zur Nachfolge Christi über das Kreuz. Es ist ein Weg der Zärtlichkeit, denn « mit der Gegenwart eines Freundes und Hauptmanns, der so gut ist wie Jesus, der sich selbst in die Vorhut des Leidens gestellt hat, können wir alles ertragen: Er hilft uns und ermutigt uns, er lässt uns nie im Stich, er ist ein wahrer Freund » (Hl. Teresa von Avila). Und wenn das Kreuz ein Symbol aufrichtiger Liebe ist, wird es leuchtend und zu einem Symbol der Erlösung.

Unser Zustand als Geschöpfe zwingt uns, unserem Erlöser, dem Sohn unseres Schöpfers, eine Antwort zu geben. Unser Zeugnis ist eine Folge unseres Glaubens an seine Versprechen. Wenn die Zeit erfüllt ist, will Gott alle Dinge unter ein Haupt, Christus, bringen. Er will die geschaffene Welt, die die Sünde aufgelöst hat, wieder vereinen. Herr Gott, bewahre mich in der Treue, dir zu folgen, bewahre mich in der Treue zu dem, was der Paraklet, den du uns schickst, um uns alle Dinge zu lehren, mich verstehen lässt. Ame

Beilage

◊ Diakon Michel Houyoux: Klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen → Zweiundzwanzigster Sonntag in regulärer Zeit – Jahr A

Links zu anderen christlichen Websites

◊ Rebbeka Smidt : klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen →  Sich selbst verleugnen – Und was ist mit dem, was ich will

◊ Pastor Roland Bohnen : klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen →  Wer mein Jünger sein will, der verleugne sich selbst  veleugen

Wer war Jesus ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, La messe du dimanche, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Tu as été fidèle pour peu de choses, entre dans la joie de ton seigneur

Posté par diaconos le 29 août 2020

33è Dimanche O. A. : Des serviteurs en éveillent

De ‘Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Un homme qui partait en voyage appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.

    Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.”     Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”  Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi
et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.”  Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre.

Le voici. Tu as ce qui t’appartient.” Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a.     Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !”  (Mt 25, 14-30)

La parabole des talents

Le royaume des cieux est comparé à ce que fit un homme qui, s’en allant en voyage, remit ses biens à ses serviteurs. Il donna à l’un cinq talents, à l’autre deux, à l’autre un. Aussitôt celui qui reçut cinq talents se mit à l’œuvre et en gagna cinq autres ; de même aussi celui qui en reçut deux. Mais celui qui n’en eut qu’un talent, l’enfouit dans la terre.  Longtemps après, le maître revint et fit rendre compte à ses serviteurs. Celui qui eut reçu cinq talents en produisit cinq autres qu’il eut gagnés ; de même aussi celui qui en eut  reçu deux. Alors le maître, louant leur fidélité, les admit à partager sa joie.

Mais celui qui n’en eut reçu qu’un talent vint et dit : « Seigneur, je savais que tu es un homme dur et injuste ; j’ai craint et j’ai enfoui ton talent dans la terre : voici ce qui est à toi. » Mais son maître lui répondit : « Méchant serviteur, si tu savais que je suis un homme dur et injuste, tu devais remettre mon argent à d’autres, qui me l’auraient rendu avec intérêt. Ôtez-lui le talent, donnez-le à celui qui en a dix, et jetez le serviteur inutile dans les ténèbres du dehors

Luc (Luc 19.12 et sui­vants) rap­porte une pa­ra­bole qui a des traits de res­sem­blance avec celle-ci, mais qui, à d’autres égards, en dif­fère pro­fon­dé­ment. Plu­sieurs in­ter­prètes, consi­dé­rant ces deux ré­cits comme une seule et même pa­ra­bole, di­ver­se­ment mo­di­fiée par la tra­di­tion apos­to­lique, se de­mandèrent au­quel des deux ap­par­tient la prio­rité et l’o­ri­gi­na­lité. Mais pour­quoi ne pas ad­mettre plu­tôt que Jé­sus a em­ployé deux fois une forme si frap­pante d’ins­truc­tion, en la mo­di­fiant de ma­nière à ex­pri­mer deux idées dif­fé­rentes ? C’est le ré­sul­tat au­quel conduit une étude at­ten­tive des deux pa­ra­boles.

Dans la pa­ra­bole rap­por­tée par Luc, tous les ser­vi­teurs re­çurent la même somme à faire va­loir. Ici les dons confiés furent in­di­vi­dua­li­sés se­lon la ca­pa­cité et les moyens de cha­cun. Ayant ainsi confié ses biens, le maître partit  aussitôt. Aussitôt il s’en alla et fit valoir ses ta­lents ; il ne per­dit pas un mo­ment, sen­tant sa res­pon­sa­bi­lité, et com­bien le temps fut pré­cieux. Dès cet ins­tant il travailla, opéra avec les ta­lents et fit cinq autres talents. Il ne revint qu’après un long temps, ayant laissé à ses ser­vi­teurs le temps né­ces­saire pour leur tra­vail. Et comme ce re­tour du maître re­pré­senta la se­conde ve­nue de Jésus, Jé­sus ne l’an­nonça pas dans un ave­nir si pro­chain que le veut une cer­taine exé­gèse.

Les cinq ta­lents confiés ne furent pas  peu de chose ; mais le maître les dé­signa ainsi en com­pa­rai­son de ce qu’il confiera en­core de ses im­menses ri­chesses à ce ser­vi­teur qui se mon­tra bon et fidèle. Que si­gni­fie dans la parabole, ce mot : la joie de ton seigneur ? Les uns pensèrent à la sa­tis­fac­tion que le maître éprou­va au su­jet de ce bon ser­vi­teur, d’autres à quelque ban­quet ou quelque fête qu’il vou­lut faire pour cé­lé­brer son re­tour. Ici,  Jésus passa tout à coup de l’i­mage à la réa­lité, et que cette joie, fut la fé­li­cité et la gloire dont il jouit, et dans la­quelle il in­tro­duisit son fi­dèle ser­vi­teur : « Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui » (Rm 8, 17)

Le lan­gage de ce mé­chant ser­vi­teur fut em­prunté aux usages de l’a­gri­cul­ture. Il ex­prima même, sous deux formes dif­fé­rentes, son ac­cu­sa­tion contre son maître : vou­loir moissonner sans avoir semé, et ramasser sans avoir répandu. Cette der­nière image est em­prun­tée à l’u­sage de battre le blé, dont on disperse les épis sur la terre, pour ramasser en­suite le grain dans le gre­nier. Le ser­vi­teur voulut prou­ver à son maître qu’il fut un homme dur, trop exi­geant, in­juste. Mais lui-même tra­hit le fond de son cœur, où il n’y eut que de la crainte et pas de confiance, pas d’a­mour, pas de sol­li­ci­tude pour les in­té­rêts de son maître. Il se plaça vis-à-vis de lui sur le ter­rain de la propre jus­tice. Il lui fit aussi le re­proche sous-en­tendu de lui avoir trop peu confié.

Méchanceté et paresse, tels sont les deux vices que le maître vit dans le cœur et dans la conduite de son ser­vi­teur. Ce­lui-ci les eut abon­dam­ment dé­voi­lés, soit dans sa ma­nière d’a­gir, soit dans ses sen­ti­ments en­vers son maître. Ce maître ne ré­futa pas l’ac­cu­sa­tion por­tée contre lui, il l’ad­mit , et il y a dans cette ad­mis­sion une iro­nie pleine de tris­tesse, mais pour en ti­rer aus­si­tôt une conclu­sion toute op­po­sée à la conduite du ser­vi­teur. Même s’il fut un homme dur et in­juste, qui ne pût ins­pi­rer à son ser­vi­teur que de la crainte, ce­lui-ci au­rait dû, par cette crainte seule, faire va­loir l’argent de son maître par des banquiers : sé­pa­rant ainsi son bien de ce­lui de son maître, il n’au­rait pas fait de tort à ce­lui-ci ; il au­rait au moins réa­lisé cette jus­tice à la­quelle il en ap­pela. D’autres en­core virent dans l’acte de por­ter l’argent aux ban­quiers, le re­non­ce­ment à la pro­fes­sion chré­tienne qui est com­mandé à ceux qui n’ont pas dans le cœur la foi et l’a­mour de Jésus.

Le tré­sor di­vin, et l’acte de dé­pôt, ré­clamé du ser­vi­teur, un état de prière dans le­quel le ser­vi­teur, qui se croit in­ca­pable d’a­gir lui-même pour la cause de Christ, peut au moins de­man­der à Dieu de ti­rer de lui et de sa connais­sance chré­tienne le parti qu’il trou­vera bon. (M. Go­det)

Quand Jésus ôte à un homme le ta­lent qu’il lui confia, il lui re­tranche par là tout moyen de tra­vailler en­core pour lui. Là com­mence le ju­ge­ment : « Car à tout homme qui a, il sera donné, et il sera dans l’abondance ; mais à celui qui n’a pas, on lui ôtera même ce qu’il a. » (Mt 25, 29)

Ex­pli­ca­tion de cette pa­ra­bole

L’homme qui confie ses biens avant de s’ab­sen­ter, c’est Jésus lui-même qui bien­tôt al­lait se sé­pa­rer de ses dis­ciples. Les serviteurs sont les dis­ciples d’a­lors et les ra­che­tés de tous les temps, quelles que soient leur po­si­tion ou leurs fonc­tions dans l’Église. Les talents re­pré­sentent tous les dons de Dieu, avan­tages na­tu­rels et grâces spi­ri­tuelles, et en par­ti­cu­lier l’ef­fu­sion de son Saint-Es­prit qui al­lait être ac­cor­dée à l’Église, pour y créer une vie nouvelle et y vi­vi­fier tous les autres dons.

Ces ta­lents sont ré­par­tis à chacun selo→for­mé­ment à la sou­ve­raine sa­gesse de ce­lui qui sonde les cœurs, me­sure les forces mo­rales et in­tel­lec­tuelles et connaît le de­gré de ré­cep­ti­vité de chaque âme. Il s’a­git pour tous d’aug­men­ter ces ta­lents en les faisant valoir. De même, en ef­fet, que des ca­pi­taux s’aug­mentent par les in­té­rêts, par le tra­vail, de même toutes les grâces de Dieu se mul­ti­plient par leur em­ploi fi­dèle dans la vie quotidienne.

Le retour du maître qui vient régler compte avec ses ser­vi­teurs, c’est l’a­vè­ne­ment so­len­nel, au der­nier jour, de Jésus de­vant qui se­ront ma­ni­fes­tés tous les se­crets des cœurs et tous les fruits du tra­vail de cha­cun.  Le bon­heur des ser­vi­teurs fi­dèles qui entrent dans la joie de leur Seigneur, aussi bien que l’i­nex­pri­mable mal­heur du ser­vi­teur mé­chant et pa­res­seux qui se voit dé­pouillé de son ta­lent et jeté dans les té­nèbres du de­hors ce dé­noue­ment si grand, si tra­gique de la pa­ra­bole, s’ex­plique de lui-même.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux /saint fêté ce jour  : cliquez ici pour lire l’article →  Saint Jean-Baptiste

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article →  Parabole des talents – Idees-cate

◊ Regnum Christi  : cliquez ici pour lire l’article →   Mettre tous mes talents à ton serviceet et au service de mon prochain 

Tu as été fidèle pour peu de choses, entre dans la joie

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Messages, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre

Posté par diaconos le 28 août 2020

Image du Blog christroidumonde.centerblog.net

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.” Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe.
Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.” Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.”
Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.”

    Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »  (Mt 25, 1-13)

La parabole des dix vierges

Les dix vierges, ou les Vierges folles et Vierges sages, est une parabole de  l’évangile de Matthieu. Elle appartient au Sondergut de cet évangile. Elle met en image l’appel de Jésus à suivre les principes de la fidélité à sa parole, à la miséricorde et la charité pour gagner, après la mort, le Royaume de Dieu plutôt que la perdition en enfer.

Interprétation

L’huile est en fait la miséricorde. Cinq vierges sont appelées  folles, car elles ont vaincu un ennemi puissant qui est l’amour charnel mais n’ont pas réussi à vaincre un ennemi plus faible qui est le manque de miséricorde, expliqua dans sa 12° homélie, Jean Chrysostome. Les vases sont nos cœurs, et l’huile est l’éclat intérieur de la gloire, entendez les vertus, d’après Grégoire le Grand,.

Pour Grégoire le Grand, elles sont le symbole de l’Église vivante qui regroupe les sages comme ceux qui le sont moins. Dans son homélie 78, Jean Chrysostome rapprocha ce passage biblique à la Parabole des talents ; il faut porter du fruit… et mon Père (le vigneron) sera glorifié.

Commentaire

Le royaume des cieux est comparé à dix vierges qui, le soir des noces, attendirent l’époux munies de leurs lampes. Cinq d’entre elles, qui furent folles, n’eurent pas pris d’huile avec elles ; les cinq sages en eurent pris dans des vases. En attendant l’époux, elles s’endormirent toutes. Au milieu de la nuit, elles entendirent crier : « Voici l’époux !  » Alors elles s’éveillèrent et préparèrent leurs lampes.

Dans la Bible, Le royaume des cieux est dé­crit par di­verses pa­ra­boles, dans di­vers mo­ments de son dé­ve­lop­pe­ment ; ici il s’a­git du der­nier triomphe de ce royaume qui sera fait semblable aux di­vers traits de la pa­ra­bole que Jé­sus  ra­con­ta. Al­lu­sion à un usage de l’O­rient, les noces se cé­lébrèrent de nuit. L’é­poux se rendit le soir, à la lueur des flam­beaux, chez sa fian­cée, afin de l’é­pou­ser et de l’em­me­ner dans sa mai­son. Les amies de noce qui entourèren­t l’é­pouse sortirent au devant de l’époux à son ar­ri­vée, et prirent part aux cé­ré­mo­nies du ma­riage, aussi bien qu’au ban­quet qui eut lieu chez l’é­poux.

Cha­cune dut avoir la sienne. Mais outre cette lampe, bien pour­vue d’­huile, les sages en firent en­core pro­vi­sion dans des vases, de sorte que leurs lampes purent tou­jours être ali­men­tées. Pen­dant ce temps d’attente de

l’époux, in­connu dans sa du­rée, toutes les vierges s’assoupirent et s’endormirent.  La faible por­tion d’­huile ren­fer­mée dans leurs lampes s’é­tant consu­mée pen­dant l’at­tente, ces lampes com­mencèrent à s’éteindre.  Mais plus tard vinrent aussi les autres vierges, disant :  » Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! »  : leur lan­gage fut plein d’an­goisse!

Diacre Michel Houyoux

Tout note de votre part sur  ce sujet sera bienvenue. Écrivez-la sous l ‘article

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →   Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre

 Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊   Père Charles Mbu satela : cliquez ici pour lire l’article → Voici l’époux, sortez à sa rencontre (Mt25,1-13)

◊ Regnum Christi  : cliquez ici pour lire l’article → Discours sur la venue du Fils de l’homme : | Regnum Christi

Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Histoire du Salut, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

1...146147148149150...152
 

Passion Templiers |
CITATIONS de Benoît XVI |
La pastorale Vauban |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | chrifsossi
| La Mosquée de Méru
| Une Paroisse virtuelle en F...