• Accueil
  • > Recherche : homme pauvre riche

Résultats de votre recherche

L’espérance de la gloire

Posté par diaconos le 8 août 2022

 Christ en Vous, l'Espérance de la Gloire (Colossiens 1:27) - YouTube

La connaissance de Christ est un mystère caché mais révélé à tous ceux qui ont cru en la parole. Quand on l’a, on découvre, on vit et espère la gloire à venir. Certains croient aux connaissances sans connaître la vraie connaissance, celle que donne le Christ. C’est à cela que l’humanité est appelée, connaître Christ et l’accepter comme son Seigneur et Sauveur personnel. 

En tant que croyants, qu’attendons-nous et que voulons-nous? Pour un chrétien, l’espérance est une grande partie de son vécu. Avec la foi et l’amour, c’est l’une des trois choses qui demeurent (1Co 13, 13). Mais l’espérance c’est quoi ? Elle consiste en quoi ?  « Q ue Dieu illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à Son appel, quelle est la richesse de la gloire de Son héritage qu’Il réserve aux saints . » (C’est vraiment la compréhension dont nous avons besoin. »

Nous avons tous besoin d’une plus grande révélation surnaturelle concernant ce que Dieu a de merveilleux à nous montrer. Nous avons besoin que nos yeux spirituels soient “illuminés” pour que nous puissions vraiment voir. Il nous faut découvrir la profondeur de Son merveilleux plan. Et après l’avoir découvert, nous remettre complètement à Jésus afin que Ses desseins s’accomplissent en nous. Cependant, avant que nous puissions vraiment comprendre quelle est notre espérance, il nous faudra remettre en question ou peut-être renoncer à certaines “certitudes” logés dans notre esprit, qui occupent la place de ce qui est authentique. Nous devons libérer notre esprit de tout mythe, tout mensonge et toute vérité partielle dont la source est notre raisonnement et intelligence humaine, et non pas la révélation spirituelle venue de la véritable source Divine.

Toute “compréhension” erronée bloque notre capacité à recevoir ce qui est véritable. Tout concept qui ne découle pas du trône de Dieu, mais de l’intelligence non renouvelée de homme, nous empêchera certainement de voir Sa vérité. Lorsque nous pensons que nous savons déjà tout, notre intellect devient “assouvi” et suffisant, et il sera difficile de recevoir quelque chose d’autre. Cette posture fermée et aveugle, est particulièrement regrettable, si ce que nous pensons être la lumière se révèle être uniquement ténèbres.

Par conséquent, il est impératif de passer du temps, sur ce sujet, non seulement pour exposer ce qui est vrai, mais aussi pour examiner quelques idées fausses très courantes qui prennent la place de la révélation divine dans l’esprit de certains croyants. Que Dieu aie pitié et qu’Il révèle Sa propre vérité, pendant que nous examinons ce sujet important et capital. Comme cela a été confirmé à maintes reprises dans ce livre, notre Dieu donne l’opportunité à tous de recevoir gratuitement, Sa propre vie éternelle. Une fois que nous recevons Sa vie, nous pouvons grandir spirituellement, jusqu’à ce que nous atteignions ce qu’Il est, devenant des enfants mûrs. Étant ainsi transformés, nous sommes prêts à conclure une union sacré de mariage avec notre Créateur.

Par conséquent, le vrai message de l’Évangile est un message sur notre avenir. Il s’agit de savoir qui et ce que nous pouvons devenir. Il s’agit d’un changement radical de vie, de quelque chose de terrestre à quelque chose de surnaturel et de glorieux. Cependant, d’une manière, subtile, cette bonne nouvelle a été modifiée. Le message que nous entendons si souvent aujourd’hui ne concerne plus notre existence, mais d’une destination. Le centre de notre attention a été déplacé de ce que nous pouvons devenir, par ou nous allons et ce que nous allons y obtenir.

Au lieu de prêcher sur ce que nous serons quand nous mourrons, beaucoup se concentrent sur “où nous irons” ou “ce que nous obtiendrons”. Pour de nombreux chrétiens aujourd’hui, leurs espérance est dans un endroit appelé “ciel”. Cela signifie qu’ils regardent vers une destination, un endroit où ils vivront pour toujours. Cet endroit peut être dans leurs imagination comme une sorte de “Disney World” céleste qui offre de nombreux types de divertissement et une grande variété de plaisirs physiques et terrestres.

Non seulement ils pensent qu’ils auront beaucoup de confort et de plaisir, mais ils auront également un énorme manoir et un approvisionnement illimité d’or à dépenser en tout ce qu’ils désirent. Bien sûr, Jésus sera là “de garde”, au cas où ils aurons besoin de Lui pour quoi que ce soit. Certains imaginent qu’ils passeront leurs temps à jouer au football ou au tennis. Pour d’autres, peut-être, le surf ou la pêche est leurs espérance. Beaucoup pensent que leurs passe-temps préféré sera à leurs disposition pour s’assurer qu’ils soient heureux et ne s’ennuient pas. En résumé, beaucoup croient, que le “ciel” doit être comme une sorte de “terre de plaisir” semblable au “paradis” imaginé par les musulmans.

Le problème c’est que tout cela est faux. Cela ne vient que de leurs imagination, ce sont des fables construites à partir de quelques versets bibliques mal compris. Il s’agit d’un concept humain et terrestre sur l’éternité, et pas du tout le message de Jésus-Christ. Et parce que c’est faux, cela n’a pas de pouvoir spirituel. Cette “espérance” n’a aucun autorité pour avoir un impact réel sur nos vies. Cela n’a aucune influence pour lier le cœur des hommes à ce qu’ils espèrent.

Par conséquent, il ne peut pas servir d’ancre de l’âme, sûre et solide (He6:19) qui nous soutient en période de tentation et de souffrance. Le message sur une “terre de plaisir” est simplement un système de pensée terrestre, de l’âme, et est totalement impuissant à modifier la vie de la race humaine. La prédication, de ce type de message est impuissante pour sauver les âmes et ne peut changer les vies ou les attitudes des hommes. Seule la vérité qui émane de Dieu a un réel pouvoir.

Pensez-y. Le confort matériel, ainsi que les richesses physiques et les plaisirs, peuvent désormais être obtenus par les gens sur cette Terre. Beaucoup dans ce monde aujourd’hui passent leurs temps à courir après ces choses. Ils veulent aller dans un endroit nouveau, différent et passionnant. Ils veulent prendre des vacances dans l’un ou l’autre endroit exotique. La poursuite des “choses” est également excessive. De nouvelles et plus grandes télévisions, des voitures plus luxueuses, des immeubles, des bateaux, des vêtements, des chaussures, des bijoux et une infinie variété de choses, sont les objectifs pour lesquels beaucoup de gens dans ce monde aspirent et s’efforcent d’atteindre.

Après tout, si cela sont les objectifs, pourquoi ne pas les rechercher maintenant? Si ces choses sont le plan de Dieu pour nous, alors pourquoi n’essayons-nous pas de les obtenir aujourd’hui, dans cette vie, par tout les moyens et en mettant tous nos efforts? De cette façon, nous pouvons avoir certains de ces plaisirs maintenant, et encore plus, dans le futur “ciel”. Visiter des nouveaux endroits, acheter des “choses”, chercher à tout prix le plaisir c’est ce que les gens de ce monde ambitionnent. Toutes ces choses, n’ont rien à voir avec le royaume de Dieu.

Le dessein de la Vie spirituelle est nouveau pour l’homme naturel. Il n’a rien à voir avec un endroit où nous devons aller ou des biens que nous recevrons, mais il a tout à voir avec une métamorphose ce que nous pouvons devenir. Le dessin spirituel est le juste l’opposé de celui de ce monde. Je me souviens d’avoir parlé à un grand groupe de croyants il y a quelques années, dans un pays pauvre. En essayant de les éclairer sur la véritable espérance de la gloire – les véritables richesses spirituelles que nous devrions aspirer aujourd’hui .

Si avoir une très grande maison, trois voitures dans le garage et beaucoup d’argent à dépenser, c’est le paradis, alors le paradis se trouve aux Émirats arabes. J’ai été choqué de voir que l’ensemble du public bougé la tête en signe d’approbation.. Ceci n’est pas le vrai message de l’Évangile. C’est juste une déplorable idée humaine de ce que pourrait être l’éternité. C’est un mensonge de Satan. Il est possible que affirmer que notre récompense ne seras ni physique ni luxurieuse peut surprendre certains d’entre vous.

 Dieu est tout! Il est tout ce que nous devons avoir besoin et désirer. Il est le Créateur de toutes choses que nous affectionnons tant. Il est tellement plus grand que nos petits plaisirs charnels passagers, que cela les rend ridicules méprisables et c’est très imprudent de vouloir les comparer à Lui. Il est tout en tous et en tout. Dans Sa présence éblouissante, extraordinaire et glorieuse, nous n’aurons pas la capacité de penser à rien d’autre et, si nous le faisions, ce ne serait que pour notre déshonneur. Assurément, Dieu Lui-même sera notre extraordinaire récompense.

Sans aucun doute, lorsque nous serons avec Jésus, il y aura beaucoup à faire. Cependant, ces choses ne seront pas la source de notre plaisir. Ce ne seront pas des activités ou des lieux qui apporteront notre satisfaction. Nous ne les considérerons pas comme une source de divertissement ou de plaisir. Au lieu de cela, étant pleinement satisfaits de notre Dieu, nous éprouverons également de la joie à Le servir et à L’assister, en faisant Sa volonté dans l’univers. Ces activités ne seront pas la source de notre bonheur, mais le résultat de la joie que nous avons en notre Seigneur.

Notre attention et nos désirs seront entièrement centrés sur Lui, plus que tout ce que nous pouvons faire, partout où nous pouvons aller ou tout ce qu’Il peut nous donner. Notre relation avec Lui, notre jouissance intime de Sa Personne, dominera entièrement notre affection. Rien d’autre ne peut être comparé ou ajouté au plaisir de cette intimité indescriptible.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Frère Franck Dubois, di couvent dominicain de Lille (France)  cliquez ici pour lire l’article →  CHRIST EN VOUS, L’ESPERANCE DE LA GLOIRE 

◊  Regards : cliquez ici pour lire l’article →  Christ en vous = l’espérance de la gloire

♥ Vidéo KTOTV : « La foi, l’espérance et la charité »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaires »

Mercredi de la dix-septième semaine du Temps Ordinaire dans l’année C

Posté par diaconos le 26 juillet 2022

Afficher l’image source

Jésus dit :  » Là où est ton trésor et là aussi est ton cœur « 

 La parabole de la perle est une parabole que Jésus utilise pour expliquer la valeur du Royaume des cieux, comme la parabole du trésor caché qui la précède immédiatement. La parabole du trésor caché illustre la grande valeur du Royaume des Cieux. Ces deux paraboles ont inspiré nombre d’artistes, comme Rembrandt.

Le trésor caché, ce sont les Évangiles pour Jean Chrysostome dont le plus important pour une personne est d’avoir la foi. Mais pas en la laissant seule, mais en la nourrissant d’actes qui suivent les valeurs défendues par Jésus comme la charité, le pardon, et surtout rester à l’écoute, spécifie-t-il. Il parle de cela en citant une autre métaphore : la parabole du filet.

L’archévêque Jean Chrysostome compare la perle de la parabole aux Évangiles : « Vous voyez donc, mes frères, que la parole et la vérité évangélique est cachée dans ce monde comme un trésor et que tous les biens y sont renfermés. Cette perle unique est la vérité qui est une et ne se divise point. Celui qui a trouvé cette perle précieuse sait bien qu’il est riche, mais sa richesse échappe aux autres, parce qu’il la cache, et qu’il peut tenir dans sa main ce qui le fait riche.

Il en est de même de la parole et de la vérité évangélique. Celui qui l’a embrassée avec foi, et qui la renferme dans son cœur comme son trésor, sait bien qu’il est riche; mais les infidèles ne connaissent point ce trésor, et ils nous croient pauvres parmi ces richesses1 » . Le docteur de l’Église ponctue son homélie en spécifiant qu’il faut bel et bien suivre les valeurs du Christ et se comporter en suivant les vertus.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ. Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète la perle. «  (Mt 13, 44-46)

Un trésor caché dans un champ

Les paraboles du trésor caché dans un champ et de la perle fine nous disent quelque chose de l’accès à la vocation chrétienne. L’appel à la vocation peut se manifester de diverses manières et notamment sous la forme d’une convocation là où nous vivons. La vocation demande, quelle que soit le mode de sa manifestation, un même saut pour répondre. La vocation, c’est répondre à l’appel reçu, à partir de soi radicalement.

Le trésor caché dans un champ » fut découvert par hasard par une personne. Cela produisit en elle de la joie. De cette découverte, cette personne se senti appelée.  Elle éprouva qu’elle avait le goût de se proposer, de répondre, de se mobiliser à partir de ce qu’elle était. Elle décida alors de vivre à partir de cette bonne nouvelle. Sa manière ancienne en fut radicalement déplacée. Dans la parabole de la perle fine, le négociant qui recherchait des perles fines, reçut au cœur même de son activité, de son réseau de relations habituelles, un appel à en faire plus sous la forme d’une convocation.

Dans  cette parabole, ce fut une très belle perle qui lui demanda une nouvelle attitude : mobiliser tous ses biens pour la transaction, vivre à partir de là. L’appel émana ainsi du cadre habituel, du réseau de relations : un service est demandé, une responsabilité est proposée. Cette convocation est pour la personne  un appel à prendre les choses habituelles autrement. Elle sort d’elle-même au sein même de son cadre. Sa manière ancienne en est là aussi totalement déplacée.

 Vendre tout ce qu’il possède, au bout du compte, une même attitude intérieure est requise : miser sur la découverte. Cela amène à vivre ainsi un avant et un après. L’ancien doit être remobilisé, mobilisé autrement. Il doit être misé, offert, risqué,  donné … Cette mobilisation donne de nous construire de manière nouvelle, mais elle demande d’abord qu’une décision soit posée, un réel abandon de l’ancien pour entrer dans la nouveauté.

Bien des chemins s’ouvrent aux chrétiens. Ainsi au cœur de la participation à la Communauté de Vie Chrétienne, il est un passage qui attend chaque personne, celui qui consiste à passer d’une vie de baptisé à la décision de suivre le Christ. Les formes par les quelles se manifestera l’appel à ce passage seront diverses mais elles appelleront à vivre notre vie autrement, en la recevant de la circulation de la parole au sein de la Communauté locale, en partageant radicalement notre vie en son devenir, en recevant, en retour, la parole d’accompagnement de mon entourage.

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l »article → Le Royaume des cieux est comparable à un trésor caché dans un champ.  (Mt 13, 44-52)

◊ Le coin des jeunes talents  : cliquez ici pour lire l »article → La Bible vue en images par les enfants

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Zenit  : cliquez ici pour lire l »article → La perle cachée dans notre quotidien

◊ Mouvement des Cursillos (Canada)   : cliquez ici pour lire l’article →  Savoir tirer de son trésor du neuf et de l’ancien

 Vidéo Le champ et les perles fines

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Dix-huitième dimanche dans le Temps Ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 25 juillet 2022

Afficher l’image source

Mammon, dans le Nouveau Testament de la Bible, est la richesse matérielle qui est personnifiée en divinité à laquelle les hommes sont susceptibles de vouer leur vie. Son adoration correspond dans l’Ancien Testament ou dans la Torah au culte du Veau d’or, et dans la morale catholique à l’avarice qui est un des sept péchés capitaux. Mammon serait un mot d’origine araméenne, signifiant « richesse ». Son étymologie est obscure. Certains le rapprochent de l’hébreu matmon, signifiant trésor, argent. D’autres le rapprochent du phénicien mommon signifiant bénéfice
.
Dans le Nouveau Testament, ainsi que dans le Talmud, le mot « Mammon » signifie « possession » (matérielle), mais il est parfois personnifié. : aucun homme ne peut servir deux maîtres : car toujours il haïra l’un et aimera l’autre. On ne peut servir à la fois Dieu et Mammon (Matthieu 6:24). » ainte Françoise Romaine (1384-1440) présente Mammon comme étant un des trois princes de l’Enfer, soumis à Lucifer uniquement. Il préside aux divers péchés que fait commettre l’amour de l’argent

.Dans son ouvrage L’Unique et sa propriété, le philosophe allemand Max Stirner associe Mammon à une divinité illusoire à laquelle sacrifieraient les impies, par opposition avec le Dieu des croyants pieux. Jacques Ellul, quant à lui, écrit dans La subversion du christianisme que Mammon est une partie de Satan, une de ses caractéristiques, un moyen de le définir. Il y consacre d’ailleurs toute une partie de son ouvrage. Dans le manga Code: Breaker, Mammon est une des sept flammes censées purger le Mal.

Dans le film Pale Rider, le cavalier solitaire (1985), réalisé et interprété par Clint Eastwood, le riche Lahood lui ayant proposé de construire une église pour qu’il y exerce son ministère, le pasteur lui répond : « On ne peut pas servir Dieu et Mammon. Mammon signifie ‘argent’. » Dans le film Constantine, avec Keanu Reeves, Mammon est le fils de Lucifer. Il tente de prendre pour hôte, un humain doté de puissants pouvoirs psychiques, afin de prendre la place de Lucifer, comme seigneur de l’Enfer et déclencher une Apocalypse sur la Terre.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? »  Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. » Et il leur dit cette parabole : «Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait :  “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.” Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.

Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.” Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?”  Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu.» (Lc 12, 13-21)

Ne vous trompez pas de but !

L’essentiel n’est pas le service de l’argent et du profit, c’est le service de l’homme. C’est notre vie qui est la première et non la richesse ! Cette vie ne dépend pas des richesses. (Lc 12, 15b) Jésus le montra en racontant une parabole à la foule qui vint pour recevoir son enseignement. Le riche propriétaire terrien dont parle l’Évangile présenta les signes extérieurs de la richesse : ses terres avaient beaucoup rapporté, son principal, et unique souci fut de savoir où il pourrait entreposer son blé, son huile et son vin car ses entrepôts étaient devenus trop exigus.

Il eut deux objectifs : agrandir ses dépendances et profiter au maximum de ses abondantes récoltes. Son idéal de vie fut à la hauteur de sa table, de son lit ou de son fauteuil : « Te voilà avec des réserves en abondance. pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence ! » (Lc 12, 19)

Cet homme, de la parabole, est un bel exemple du parfait matérialiste : il crut fermement au bonheur par la matière et Jésus le stigmatisa en soulignant son égoïsme qui eut le mérite d’être franc : «  Moi… Moi… Je … Je… Je… Je ferai… Je démolirai… Je construirai… Mes récoltes, mes greniers, mon blé, …MOI ! «   Mais Dieu lui dit : « Tu es fou ! Cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu as mis de côté qui l’aura ?  » (Lc 12, 20) Non seulement, il n’eut pas la sagesse de prendre la mesure de ses jours, comme dit le psalmiste (Psaume 89) mais il construisit sa vie sur l’accumulation des richesses, acquises son âpreté au gain, dont il ne fut pas sûr d’en profiter.

 quoi bon amasser ce que l’on n’emportera pas ? Il faut être un jour ou l’autre assez intelligent pour le comprendre ! L’âpreté au gain ne va pas sans conséquences désastreuses. Ainsi, par exemple, combien de gens sacrifient tout, équilibre, famille, bonheur présent pour acquérir les moyens d’être heureux demain, si demain il y a ? Pour l’Ecclésiaste, c’est peine perdue que d’amasser des richesses qui seront dépensées par un autre. L’expérience confirme que bien souvent une génération dépense ce que la précédente a amassé laborieusement. Fou ! Insensé ! Tous les calculs du riche se révélèrent tragiquement faux. Il se trompa complètement car, la richesse ne donne pas le vrai bonheur.

il n’y a pas de lien entre l’abondance de nos biens et la vraie sécurité ! La Bible ne cesse d’opposer le fou à l’homme sensé et par cette parabole, Jésus voulut faire comprendre que c’est manquer d’intelligence que de ne pas savoir discerner les vrais biens, le vrai sens de la vie. Dieu est le bien suprême, et la sagesse consiste à situer toute chose dans cette perspective. La vraie réussite d’une vie en dépend !

.Dans sa lettre aux Colossiens, Paul l les invita à recherchez les réalités d’en haut ; c’est là qu’est le Christ. Le but de votre vie est en haut et non pas sur terre. Faire cette démarche, c’est découvrir ou redécouvrir le vrai sens de la vie. Fou, le riche qui réduisit son horizon à la terre, à ses récoltes, ses greniers, son ventre. Notre vie ne s’achèvera pas sur cette Terre. La richesse n’est pas mauvaise en soi. L’argent peut devenir bon, s’il n’est pas uniquement pour soi-même.

En résumé, cette page de l’Évangile selon Luc, est un plaidoyer pour l’ouverture du cœur. Si le riche eut décider d’engranger le trop plein de ses greniers dans la main des pauvres, il aurait vu s’agrandir son cœur et ainsi devenir riche en vue de Dieu. (Lc 12, 21b) Et nous, pour être riches, en vue de Dieu, quelle conversion avons-nous à faire : disponibilité de vie, don de nous-mêmes, respect des plus pauvres, visiteurs de malades, bénévoles dans des actions au profit des plus démunis, des sans abris, des immigrés, des abandonnés… ?

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article →  Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent

◊ À la fin de notre vie, nous devrons rendre des comptes à Dieu  :  cliquez ici pour lire l’article → Pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ? (Lc 19, 23)

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →  Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?

◊ Diacre Fortin  : cliquez ici pour lire l’article → Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?

♥ Ne vous trompez pas de priorité

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Mercredi de la seizième semaine du Temps Ordinaire dans l’année C

Posté par diaconos le 19 juillet 2022

Voici que le semeur sortit pour semer »

La parabole du semeur est une parabole évangélique racontée dans les trois Évangiles synoptiques : Matthieu XIII, 1-23 ; Marc IV, 1-20 ; Luc VIII, 4-15 ainsi que dans l’Évangile apocryphe selon Thomas . Le semeur, qui représente Jésus, jette les graines dont certaines tombent sur le bord du chemin, sur les roches et dans des buissons d’épines, et la semence est donc perdue; en revanche lorsqu’elles tombent dans de la bonne terre, elles produisent du fruit jusqu’au centuple.

De l’Évangile de Jésus Christ selon Matthieu

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, t il était assis au bord de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « .     Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger.  D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde.     Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! » (Mt 13, 1-9)

Parabole du semeur

Une grande foule suivait Jésus ;  de chaque ville, dans la contrée où il passait, de nouvelles foules venaient à lui. Matthieu et Marc décrivirent plus exactement que Luc le lieu  de ce grand rassemblement de peuple et de la prédication de Jésus.  « Il y a dans ces termes accumulés quelque chose de familier et de solennel à la fois qui excite l’attention. » (Meyer) Les grains de semence tombés le long du chemin furent foulés par les passants.  Le roc recouvert d’une légère couche de terre. C’est ce que les deux Matthieu et Marc appelèrent des « endroits rocailleux .   Le manque d’humidité, expression particulière à Luc, que Matthieu et Marc remplacèrent par celle de manque de profondeur et par celle-ci : n’avoir pas de racine. Ces trois causes de stérilité, qui se complètent, se trouvaient réellement dans la nature du sol.. Une autre tomba dans la bonne terre ; et ayant poussé, elle produisit du fruit au centuple. En disant ces choses, il s’écria : « Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ! «  Luc indiqua par ce mot au centuple le plus haut degré de productivité.

Tandis que Matthieu et Marc signalèrent aussi les degrés inférieurs : cent, soixante, trente. Selon les trois évangélistes, Jésus ajouta immédiatement à la parabole ce sérieux avertissement ; mais Luc seul remarqua qu’il le fit à haute voix : il s’écriait, il élevait la voix.  Dans les récits de Marc et de Luc, Jésus prononça des paroles qui ne répondirent pas à la question des disciples. Ceux-ci lui demandèrent l’explication de la parabole, explication qu’il leur donna plus tard. Luc identifia la parole divine avec les effets produits par elle et ceux-ci avec les personnes en qui le phénomène s’accomplit. De là ces expressions inusitées : ceux qui sont ensemencés le long du chemin  ; ceux qui sont sur le roc ; ils n’ont pas de racine ; ils sont étouffés.  N’y eut-t-il pas dans cette manière irrégulière de s’exprimer : l’intention de faire remonter jusqu’à nous la responsabilité de l’action diverse qu’exerce la parole divine ?

C’est  chaque personne qui consent à être sauvé par elle, ou qui reste volontairement dans la stérilité et la mort. Matthieu écrivit que les disciples lui posèrent une autre question encore  :  »Pourquoi leur parles-tu en paraboles  ?  »  Ce fut à cette première question que Jésus répondit d’abord : après quoi, revenant à la seconde, il leur indiqua le sens de la parabole. Matthieu et Marc indiquèrent, comme sens moral des épines, les inquiétudes et les richesses. Luc y ajouta les plaisirs, qui sont certainement l’une des principales causes de l’inefficacité de la parole divine.  Deux traits sont particuliers à Luc : c’est d’abord ce cœur honnête et bon, dans lequel ces derniers auditeurs reçurent et retinrent la parole ; ce fut ensuite cette patience avec laquelle ils portèrent du fruit.

Il ne faut pas soulever la question dogmatique de savoir si un homme peut, avant d’avoir entendu et reçu la parole divine, porter en lui un cœur honnête et bon. Les hommes présentent, à des degrés très divers, des dispositions bonnes ou mauvaises à l’égard de la vérité. D’ailleurs, la bonne terre qui produit du fruit a déjà subi une préparation par le labourage, l’engrais, etc. avant les semailles. Ainsi il y a toute une œuvre prévenante de la grâce de Dieu qui éclaire une âme sur ses besoins, sa pauvreté, la rend humble, sincère, altérée de justice et de lumière et la prépare pour le moment où l’Évangile lui sera annoncé.

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde ?

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ École biblique :  →   : cliquez ici pour lire l’article →  Étude de la Bible – Titre : Parabole du semeur

◊  Idées-Caté : cliquez ici pour lire l’article →    Explication de la parabole du semeur 

  Vidéo La parabole du semeur ou comment la foi peut grandir dans notre vie

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

12345...14
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS