• Accueil
  • > Recherche : jésus ses disciples

Résultats de votre recherche

Seventh Easter Sunday of year C

Posté par diaconos le 25 mai 2022

Afficher l’image source

Jesus said : « I am the bread of life ; whoever comes to me will not go hungry »

One of the themes of Christianity

# Salvation of the soul is one of the fundamental themes of Christianity. It provides access to heaven. Its study is called soteriology. In Christianity, salvation is associated with Christ, who is considered the redeemer of humanity; soteriology is therefore linked to Christology. In Catholicism, it is offered through grace, the sacraments and good works. In Protestantism and evangelical Christianity, it is offered through faith and grace alone. This notion covers a wide variety of topics, which have been more or less developed according to historical periods and Christian denominations.

In the 2nd century, Clement of Alexandria, one of the first Christians to master ancient classical philosophy, used many images to describe the salvation brought by Christ. He used the image of light that gives intelligence, or music that softens hearts. In the 4th century, Athanasius of Alexandria described salvation as the fact that God, Father, Son and Spirit, dwells in man, already in this life. Medieval theology left little room for human freedom: Thomas Aquinas tried to organise around Augustine’s thought a metaphysical system that reconciled grace and human freedom.

From the Gospel according to Jehovanni

At that moment, looking up to heaven, Jesus prayed thus : « Holy Father, I pray not only for those who are here, but also for those who will believe in me through their word. May they all be one, as you, Father, are in me and I am in you. May they also be one in us, so that the world may believe that you have sent me. And I have given them the glory that you have given me, that they may be one, as we are one: I in them and you in me. That they may become perfectly one, that the world may know that thou hast sent me and hast loved them as thou hast loved me.

Father, I want those you have given me to be with me where I am and to see my glory, which you gave me because you loved me before the foundation of the world. Righteous Father, the world has not known you, but I have known you and they have known that you sent me. I have made thy name known to them, and I will make it known, that the love with which thou hast loved me may be in them, and I in them. (Jn 17 1:20-26)

Jesus, the bread of life

Jesus, after praying for himself and his apostles, embraced in his supplication all those who believed in him and would be saved. The means by which those who were still in the darkness of ignorance and unbelief were brought to faith in Christ was the word of the apostles. This was the word of the apostles, and it was an impressive testimony given by Jesus. Jesus himself possesses the divine truth and authority of the apostolic word: it has the power to create in souls the faith that regenerates and saves them. The entire Christian Church came to know Jesus Christ and believed in him only because of this testimony, which will retain its value until the end of time.

The object of Jesus’ prayer for his Church was the union of all its members in the communion of the Father and the Son. This union, which he first asked for his disciples, he prayed for God to realise in all his children; they were to be one as the Father and the Son are one, they were all to be united with Christ and, through him, with God. Hence this profound word: one in us, which elevates all the redeemed to the eternal glory that Jesus won for them. This part of Jesus’ prayer reveals the nature of his Church. He came to unite, reconciling with God, the souls that sin had divided. The bond of this union is the same as the ineffable harmony of the Father and the Son: « As you, Father, are in me and I in you ».

But this union, founded on communion with God through Christ, must not and cannot remain invisible; it necessarily manifests itself externally, and it is precisely this holy union of souls, in faith and love, that must be a dazzling testimony to all that Jesus is the one sent by God. It is above all through this union that souls are drawn to Christ and believe in him. Indeed, from the earliest times of the Church, it was the most powerful means of persuasion for the world : « Every day they were all together in the temple, they broke bread in the houses and took their food with joy and simplicity of heart, praising God and finding favour with all the people. And the Lord added those who were saved to the Church every day (Acts 2,  46-47).

The exhortations to maintain this union of souls in love, which fill John’s writings, also appear frequently in the writings of the Apostle Paul (Rom 12, 4-6; 1 Co  12:12, Eph 4:1-6; Ph 2, 1-5). Jesus, confident that he would be heard, recalled what he had already done to raise his redeemed to the perfect unity he had asked for them. And I,’ he said, ‘have given them the glory that you have given me. This glory, which exegetes have tried to explain in so many different ways, is none other than the eternal glory that the Son of God possesses as Son and object of the Father’s eternal love, the glory into which he has entered. He has given it, not only revealed or promised it, but already communicated it to his redeemed, making them also the object of God’s love and making them children of the Father.

This glory is fully contained in the word of grace that they have received and that has been assured to them by virtue of the faith that unites them to Jesus. Until the end of time, in fact, they fully possess him. This glory, which contains eternal life and implies communion with God, necessarily constitutes the unity that Jesus so beautifully describes in these words. Christ living, thinking, loving, and acting in his disciples, as the Father lives, thinks, loves, and acts in him, such is the perfect unity of souls with Christ and with God, and thus their mutual unity. Jesus Christ is the envoy, the representative of God himself on earth, and therefore such love poured out among men can only be the outpouring of God’s own love. There is a profound revelation of God’s love for all in the words : ‘You loved them as you loved me’.

Jesus asked for the perfect realisation of this glory for his people, which he had already given to their faith with his word Father, he repeated with the growing emotion of his prayer. And this prayer was answered, for it concerned those whom the Father had given him, all his redeemed, and not just the first disciples. If the disciples came to know God, it was only because Jesus made his name known to them; and this divine light made it shine more brightly in their souls by the outpouring of the Holy Spirit: and I will make it known to them. The supreme purpose of so many graces was that the disciples should be made partakers of that ineffable relationship of love which unites the Father and the Son, and that their communion with Jesus should be so complete : « That I may be in them. »

With this great promise Jesus concluded his prayer, which was fulfilled in all the disciples’ experience and in all their labours. Nothing separated them from the love of God in Christ; Christ lived in them and they were more than conquerors through Him who loved them (Meyer).

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ Sunday Omily : klick here to read tha post  → SEVENTH SUNDAY OF EASTER, YEAR C

◊  Nicholas Martorano, O.S.A.  : klick here to read tha post  →  Seventh Sunday of Easter – Year C — The Augustinians

♥ Sunday Gospel reflection with Father Williams

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Mercredi de la sixième semaine du temps pascal dans l’année C

Posté par diaconos le 24 mai 2022

Afficher l’image source

Jésus dit : « Recevez l’Esprit Saint »

# Paraclet, du latin paracletus, est un néologisme forgé par Jérôme de Stridon dans la traduction en latin de l’Évangile de Jean. Appliqué à l’Esprit Saint, ce mot a le sens de défenseur, d’intercesseur de consolateur. Le péché contre la présence de Dieu qui nous protège nous prive de la miséricorde de Dieu. Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir.

 Celui qui console existe aussi dans la tradition juive, et il est assimilé au Messie. Paraclet est un titre donné par certains musulmans à Mahomet. Il fait allusion au texte de l’Évangile selon Jean conformément au principe coranique d’une annonce de la venue de Mahomet dans les textes chrétiens. Ce principe d’annonce dans les textes chrétiens est, entre autres, exprimé dans la sourate VII, au verset 157 : « Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit mentionné chez eux dans la Torah et l’Évangile.». Cette association au paraclet évangélique apparaît avant le milieu du IIe siècle de l’hégire8. La question de l’assimilation de Mahomet au Paraclet est présente et a été réfutée dans le dialogue entre Timothée Ier et le calife al-Mahdi.

 Selon l’exégèse autorisée des écrits saints baha’is par le Gardien de la Cause de Dieu (Valí ‘Amr’ulláh) Shoghi Effendi Rabbání (1897-1957), les allusions bibliques au Mont Paran12 et au Paraclet13 font référence à la révélation du prophète de l’islam.  Dans le spiritisme Le paraclet est l’un des Esprits dont les déclarations reçues lors de séances spirites sont signées ‘L’Esprit de Vérité.’ Plusieurs de ces déclarations sont rapportées dans l’Évangile selon le spiritisme Montanus (vers 173) affirma être l’organe en extase du paraclet. Selon lui, le Paraclet serait différent du Saint-Esprit qui serait descendu sur les apôtres

Évangile de Jésus Christ selon Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera,
car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. » ( Jn 16, 12-15)

Recevez l’Esprit Saint

Aujourd’hui le jour de la Pentecôte, se mène à bien l’accomplissement de la promesse faite par le Christ aux Apôtres. Le même soir du jour de Pâques Il répandit sur eux son souffle et leur dit : « Recevez l’Esprit Saint » (Jn 20, 22). La venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte renouvelle et apporte à sa plénitude ce don de façon solennelle et avec des manifestations externes. Ainsi culmine le mystère pascal. L’Esprit que Jésus transmet crée dans le disciple une nouvelle condition humaine et un sens d’unité. Lorsque l’orgueil de l’homme s’élève jusqu’à se dresser contre Dieu en voulant édifier la tour de Babel, Dieu confonde les langages et ils ne peuvent plus se faire comprendre les uns aux autres. À la Pentecôte il arrive juste le contraire: par la grâce de l’Esprit Saint, les Apôtres sont compris par des gens d’origine et langages le plus divers.

L’Esprit Saint est le Maître intérieur qui amène le disciple vers la vérité, qui le pousse à faire le bien, qui le console dans sa douleur, qui le transforme intérieurement, et lui donne une nouvelle force et capacité. Le premier jour de la Pentecôte de l’ère chrétienne, les Apôtres étaient réunis en compagnie de Marie, et ils priaient. Le recueillement, l’attitude priante est tout à fait indispensable pour recevoir l’Esprit Saint : « Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux  » (Ac 2, 2-3).

Alors ils furent tous remplis de l’Esprit Saint, et se mirent à prêcher courageusement. Ces hommes effrayés s’étaient transformés en courageux prédicateurs qui ne craignaient prison, ni torture, ni martyre. C’est normal; la force de l’Esprit Saint était avec eux. L’Esprit Saint, troisième Personne de la Très Sainte Trinité, c’est l’âme de mon âme, la vie de ma vie, l’être de mon être; c’est mon sanctificateur, l’hôte de mon intérieur le plus profonde. Pour arriver à la maturité dans la vie de foi il faut que notre rapport avec Lui soit chaque fois plus conscient, plus personnel.

Dans cette célébration de la Pentecôte ouvrons à deux battants les portes de notre intérieur. Seigneur, Jésus-Christ, tu es venu pour nous réconcilier avec le Père, pour faire de nous des fils adoptifs et alors, unis à lui, nous pourrons nous écrier avec lui :   »Abba, Papa » .Prenons le temps de venir jusqu’à Jésus et lui demander, dans une prière, de nous laisser accueillir l’Esprit Saint qu’il nous as promis.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Communauté de l’Emmanuel  : cliquez ici pour lire l’article → Qui est l’Esprit Saint

◊ Père Gilbert Adam  : cliquez ici pour lire l’article →  Mercredi de la 6e semaine de Pâques

♥ Vidéo Recevez l’Esprit Saint

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaires »

Aimez vos ennemis

Posté par diaconos le 24 mai 2022

Afficher l’image source

De l’Évangile de Jésus Cheist selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :  « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les  méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »  (Mt 5, 43-48)

 Aimez vos ennemis

L’ancienne loi demandait d’aimer son prochain comme soi-même. Mais le Christ est encore plus exigeant :  « Aime tes ennemis et prie pour ceux qui te persécutent. » Lui-même, en croix, supplia son père en disant :   » Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Tous ceux qui lisent assidûment la Bible ont déjà été confrontés à ce passage de l’Évangile selon Matthieu où il est question d’aimer nos ennemis. Beaucoup de croyants  abandonnèrent la foi parce que cet objectif leur semblait hors d’atteinte.  La recherche d’une telle pratique s’est avérée infructueuse pour la plupart des gens, car ils  furent hantés par un sentiment de culpabilité.

Dieu nous demandèrent-il d’obéir à une règle que personne ne peut appliquer concrètement ? La plupart des gens arrivent difficilement à s’aimer eux-mêmes. Le défi est encore plus grand quand il s’agit d’aimer les autres. Dès lors, aimer ses ennemis, c’est tout simplement impossible. Pourtant, Jésus dit d’aimer ses ennemis.

Dans la Bible, l’amour est  un don. : « Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils. » (Jn 3, 16).  Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Avant d’être un sentiment, l’amour est un acte. Nous n’avons pas besoin de ressentir une émotion particulière pour aimer nos ennemis. Il suffit tout simplement de poser un geste de générosité à leur égard.

Compléments

◊ Parole de Jésus : cliquez ici pour lire l’article  →  Moi, je vous dis de ne pas riposter au Méchant (Mt 5, 38-48)

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Au large biblique   : cliquez ici pour lire l’article    →   Aimez vos ennemis (Lc 6,27-38)

◊ Idées-Caté    : cliquez ici pour lire l’article    → Aimez vos ennemis

 ♥ Vidéo Ne riposte pas au méchant

Image de prévisualisation YouTube

Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés. Éditer cet articje

 Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur

Posté par diaconos le 24 mai 2022

Matthieu 6:21 - Verset de la Bible - DailyVerses.net

De l’évangile selon Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et les vers les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où il n’y a pas de mites ni de vers qui dévorent, pas de voleurs qui  percent les murs pour voler. »

Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. La lampe du corps, c’est l’œil. Donc, si ton œil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière ; mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, comme elles seront grandes, les ténèbres !  «  (Mt 6, 19-23)

Là où est ton trésor et là aussi sera ton cœur

 Jésus voulut dire que ce trésor ne vient pas de nous, qu’il nous est donné, qu’il nous faut l’accueillir et en faire justement le souci de notre cœur. Quel est ce trésor qui nous est offert et que nous avons à accueillir ? fondamentalement, c’est une capacité à aimer comme Dieu aime. Ainsi mon trésor serait de pouvoir aimer à la manière de Dieu et dont Jésus a été la manifestation la plus juste et la plus parfaite. C’est bien ce que Jésus a dit : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15, 12). Ce n’est pas sans raison si Jésus fit le lien entre le trésor et le cœur, ce dernier étant traditionnellement l’expression de la personne dans sa réalité la plus profonde.

 L’accueil de ce trésor qu’est l’amour de Dieu, source de notre propre amour et source de vie éternelle, nous demander un vrai combat spirituel; car notre nature doit sans cesse réagir pour surmonter les pulsions et les instincts qui nous habitent tous : égoïsme, volonté de pouvoir, soif de l’argent. Le combat spirituel  exige  de notre part un effort de vérité. Nous avons vite fait de nous rassurer sur nos motivations les plus ambiguës et,  c’est l’image que prit Jésus de l’œil clair ou obscur. L’œil clair correspond à l’effort de vérité sur nous-mêmes,  l’œil obscur correspond à tous les mensonges qui nous cachent la réalité de notre vie.

L’œil clair ou obscur dépend donc surtout de notre propre effort de vérité sur nous-mêmes. Il n’est pas facile de se voir tels que nous sommes sauf si nous nous jetons dans les bras de Dieu qui a toujours pour nous une immense espérance. «Tu peux» est cette parole d’espérance que nous souffle sans cesse l’Esprit de Dieu.  Jésus a dit : « Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. »  (Jn 8, 12). Alors essayons de suivre le Christ Jésus afin que notre vie soit un peu lumineuse et nous permette ainsi d’accueillir le trésor de l’amour de Dieu.

Compléments

◊  là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur  : cliquez ici →  Celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours (1 Jn 2, 12-17)

◊ Quel est le critère de ma générosité ?  : cliquez ici  pour lire l’article → Les deux piécettes de la veuve. (Mc 12, 41-44)

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Aumônerie catholique à l’UCL (Bruxelles)  : cliquez ici  pour lire l’article →  Là où est ton trésor, là sera ton cœur

◊ Regnum Christi   : cliquez ici  pour lire l’article → Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur 

  Vidéo Là où est ton trésor, là sera ton cœur

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Temps pascal | Pas de Commentaires »

12345...210
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS