Résultats de votre recherche

Visa pour le Royaume des cieux

Posté par diaconos le 24 août 2015

 Je vous donne un commandement nouveau

Nous aimez-les uns les autres et nous soutenir mutuellement, voilà le seul remède contre toutes les formes de violence. C’est exclusivement sur l’amour que nous serons jugés et c’est sur un amour très simple que nous le serons : donner à manger, à boire, accueillir, habiller, visiter, soigner. Ainsi nos plus simples gestes d’amour ont une valeur d’éternité. Nous serons tous jugés sur le même critère, non pas sur le nombre de prières faites, ni sur les actes de cultes accomplis mais, sur l’amour concret que nous aurons manifesté à nos frères et à nos sœurs ! Il ne suffit pas de ne pas faire le mal, il faut faire le bien. Voici un moyen très simple pour faire beaucoup de bien autour de soi . Au lever, posons-nous cette question : « Qui donc, aujourd’hui, attend de moi quelques chose ? »  Agissons ensuite sans tarder !

Nous aimez-les uns les autres et nous soutenir mutuellement, voilà le seul remède contre toutes les formes de violence. C’est exclusivement sur l’amour que nous serons jugés et c’est sur un amour très simple que nous le serons : donner à manger, à boire, accueillir, habiller, visiter, soigner. Ainsi nos plus simples gestes d’amour ont une valeur d’éternité. Nous serons tous jugés sur le même critère, non pas sur le nombre de prières faites, ni sur les actes de cultes accomplis mais, sur l’amour concret que nous aurons manifesté à nos frères et à nos sœurs ! Il ne suffit pas de ne pas faire le mal, il faut faire le bien. Voici un moyen très simple pour faire beaucoup de bien autour de soi . Au lever, posons-nous cette question : « Qui donc, aujourd’hui, attend de moi quelques chose ? » Agissons ensuite sans tarder !

Les derniers mots de Jésus à ses disciples au cours de la dernière Cène ont été justement appelés son testament spirituel. Jésus ne donne pas à ses disciples une dernière série de préceptes ou de recommandations détaillées concernant ce qu’ils devront faire ou ne pas faire. Ainsi lorsqu’il nous dit : “Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres” (Jn 13,34a), cela a un sens doctrinal : il s’agit beaucoup plus d’une mission que d’un commandement.

Source de l’image → Je vous donne un commandement nouveau – Nanipeinture

Nous aimer les uns les autres est la mission que nous avons reçue de Jésus.  Et c’est par là que les gens sauront que nous sommes ses disciples ;  c’est ainsi que nous serons ses témoins. “Si nous nous aimons les uns et les autres alors Dieu demeure en nous” (1 Jn 4,2)

Jésus a dit également :  »Si vous m’aimez, vous observerez mon commandement, et mon père vous aimera ;  nous viendrons et nous ferons chez-vous notre demeure.“ (Jn 14,23)

Oui, l’amour véritable est une présence réelle de Dieu ! Nourrir, vêtir, visiter, soigner toute personne qui vit des moments difficiles (maladie, perte d’emploi, précarité, abandon…), c’est rencontrer Jésus qui est présent en cette personne qui a besoin de moi et que je sers. Et Jésus d’insister : ” Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns, les autres”  (Jn 13, 34b)

Aimer comme Jésus ! C’est se mettre aux pieds de ses frères pour leur laver les pieds, geste du plus humble service. Jésus fit ce geste à ses disciples le soir du Jeudi Saint où il  nous  a dit l’essentiel. Si vous voulez devenir vraiment son disciple,  il faut faire comme lui, le Maître : laver les pieds de vos frères. Ce qui veut dire que l’amour fraternel se traduit concrètement par le service. Et deux séries de Paroles de Jésus, les Béatitudes et le Jugement dernier, mettent les points sur les « I » : servir Dieu, servir le Christ, c’est servir les pauvres.

Le signe auquel on reconnaît les disciples de Jésus n’est pas seulement la messe. Ce qui montrera à tous que vous êtes mes disciples, nous dit, avec autorité,  Jésus, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres. Donner à boire  à l’assoiffé,  à manger à l’affamé, un vêtement à celui qui ne peut en acheter car trop pauvre, faire une visite d’amitié à un malade…, c’est aimer en vérité, c’est rencontrer Dieu lui-même ! Nous aimer les uns les autres à la manière du Christ, c’est aussi aimer nos ennemis et prier pour ceux qui nous font du mal. Jésus nous demande de ne pas riposter au méchant et  de ne pas nous venger du tout ! (Mt 5, 39a)

  » Œil pour œil, dent pour dent » -  Cette  loi du Talion apparut en 1730 avant J.C. dans le code de Hammourabi, alors roi de Babylone ; on la trouve aussi dans la loi de Moïse. Par cette loi les droits coutumiers tentaient de limiter les excès de la vengeance : on ne devait faire subir à l’agresseur que la même action que lui-même avait  fait subir à sa victime.  (voir à Ex 21, 24)

 Jésus rejette ce droit aux représailles.  La justice qui consiste à exiger une peine identique à celle qu’on a subie, débouche inévitablement sur des débordements incontrôlables. Lorsque la roue de la violence est mise en branle, qui l’arrêtera ?  Personne ne fera la paix en exigeant que l’autre souffre tout autant que ce qu’il lui a fait subir. Voilà le message de Jésus à ses contemporains. Jusqu’ici on priait contre ses ennemis (Ps 17,13) et maintenant. Il faut prier pour qu’ils se convertissent. Jésus nous a lui-même montré la voie à suivre ; il a voulu le bien de ceux qui voulaient lui faire du mal, il a souffert et est mort pour ceux qui le faisaient souffrir et mourir.

« Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font »  (Lc 23,34)

Ce qui  est important, c’est de ne pas résister au mal, mais de le vaincre par le bien. Jésus nous invite donc à un comportement nouveau : pour imiter Dieu, nous devons aller jusqu’à cet amour qui n’est pas simplement un amour de réciprocité : « Je t’aime puisque tu m’aimes. » Vivre chrétiennement, c’est aimer comme Dieu aime, sans calcul. Aimer notre ennemi, aimer un ingrat ou celui qui n’a rien, c’est aimer comme Dieu aime.

Sache que Dieu, Lui, il t’aime en te pardonnant sans cesse ! 

Les exigences d’un tel amour peuvent nous sembler démesurées et nous laisser dans le désespoir : nous avons tendance à penser que jamais nous n’y arriverons !

« Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns et les autres” – Jésus le dit à chacun, à chacune : « Parce que Moi, je t’aime, et que je te donne l’amour infini de mon Père, laisse-toi aimer comme un enfant qui se laisse prendre dans les bras de sa maman et de son papa.

Viens vers moi. Si tu viens vers moi, je pourrai déverser en toi la puissance de l’Amour même qu’est Dieu. Ainsi tu trouveras la force d’aller au delà de tes capacités et tu pourras, jour après jour, apprendre à aimer les autres, comme moi je t’aime. »

Oui, Seigneur, je veux venir vers toi, car tu as les Paroles de la vie éternelle.

Complément

◊ Sa Parole est vérité, sa Loi est vérité → Rendre témoignage à la Vérité par la vérité

Liens externes

◊ Aimez-vous les uns les autres → Bible ouverte

Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font  (Lc 23,34)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Dieu, Disciples de Jésus, Méditation | Pas de Commentaires »

Giovedì Santo : Cena del Signore

Posté par diaconos le 31 mars 2015

Benvenuti a voi, condividere la nostra fede in Dio.

Commemorazione dell'Ingresso di Gesù in Gerusalemme (Mc 11, 1-10) dans Carême croix-diaconale7    Michel Houyoux, diacono pernamente

Il Vangelo di Nostro Signore Gesù Cristo, secondo san Giovanni (Gv 1, 1-15)

La lavanda dei piedi

Jeudi Saint : fête de l'institution de l'Eucharistie dans fêtes religieuses le-lavement-des-pieds1

 

1 Prima della festa di Pasqua Gesù, sapendo che era venuta la sua ora di passare da questo mondo al Padre, avendo amato i suoi che erano nel mondo, li amò fino alla fine. 2 Durante la cena, quando il diavolo aveva già messo in cuore a Giuda, figlio di Simone Iscariota, di tradirlo, 3 Gesù, sapendo che il Padre gli aveva dato tutto nelle mani e che era venuto da Dio e a Dio ritornava, 4 si alzò da tavola, depose le vesti, prese un asciugamano e se lo cinse attorno alla vita. 5 Poi versò dell’acqua nel catino e cominciò a lavare i piedi dei discepoli e ad asciugarli con l’asciugamano di cui si era cinto. 6 Venne dunque da Simon Pietro e questi gli disse: «Signore, tu lavi i piedi a me ?». 7 Rispose Gesù: «Quello che io faccio, tu ora non lo capisci; lo capirai dopo». 8 Gli disse Pietro: «Tu non mi laverai i piedi in eterno!». Gli rispose Gesù: «Se non ti laverò, non avrai parte con me».  9 Gli disse Simon Pietro: «Signore, non solo i miei piedi, ma anche le mani e il capo!» 10 Soggiunse Gesù: «Chi ha fatto il bagno, non ha bisogno di lavarsi se non i piedi ed è tutto puro; e voi siete puri, ma non tutti». 11 Sapeva infatti chi lo tradiva; per questo disse: «Non tutti siete puri». 12 Quando ebbe lavato loro i piedi, riprese le sue vesti, sedette di nuovo e disse loro: «Capite quello che ho fatto per voi?  13 Voi mi chiamate il Maestro e il Signore, e dite bene, perché lo sono.   14 Se dunque io, il Signore e il Maestro, ho lavato i piedi a voi, anche voi dovete lavare i piedi gli uni agli altri. 15Vi ho dato un esempio, infatti, perché anche voi facciate come io ho fatto a voi».

Complementi

Catechesi del Diacono permanente Michel Houyoux  (Testo originale  in francese)  → Jésus nous a donné l’exemple du service.  (Jn 13,1-15)

Collegamenti esterni

◊  Commenti al Vangelo Gv 13, 1-15 padre Gian Franco Scarpitta )→  Offrire e riprendere
◊   Movimento apostolico  (rito romano)→  E voi siete puri, ma non tutti
◊  La Chiesa Italia  (Giovedì Santo)Giovedì 2 Aprile 2015 – Liturgia del giorno.
◊   Domenica delle Palme → Comunità Papa Giovanni
lwf0003web.gif
 ♥ La CENA DEL SIGNORE (Bibia dei piccoli)

Image de prévisualisation YouTube 

Publié dans fêtes religieuses, Religion, Semaine Sainte | Pas de Commentaires »

La passion et la résurrection du Christ constituent le centre de notre foi

Posté par diaconos le 28 mars 2015

Dimanche des rameaux et de la passion

Avec le dimanche des Rameaux, commence la grande semaine, celle que l'on appelle "La Semaine Sainte".Elle bouleverse tous nos plans et est un raccourci de tous les drames de l'humanité. Cette semaine le Fils de Dieu se laisse enfermer dans la mort ; dimanche prochain, le jour de Pâques, nous fêterons sa sortie , transfiguré, du tombeau.

Avec le dimanche des Rameaux, commence la grande semaine, celle que l’on appelle « La Semaine Sainte ».Elle bouleverse tous nos plans et est un raccourci de tous les drames de l’humanité. Cette semaine le Fils de Dieu se laisse enfermer dans la mort ; dimanche prochain, le jour de Pâques, nous fêterons sa sortie , transfiguré, du tombeau.

Relève-toi… debout les morts ! C’est l’heure de la Vie ! Les coups durs, les découragements qui nous mettent à terre ne sauraient avoir le dernier mot.

Bouge !  Ça craque un peu aux articulations quand nous restons trop longtemps dans une même attitude, dans les mêmes habitudes. À   quelques jours de Pâques, sortons de notre tombeau, sortons de nous-mêmes, sortons de nos idées reçues, de nos fonctionnements, de nos sécurités.

Allons dehors, humer le vent du large qui nous appelle à plus, au risque, à la nouveauté, à l’inconnu, à la différence… Suivons le fil de la vie dans les évènements heureux et malheureux qui affectent notre quotidien. Suivons Jésus sur des chemins d’humanité, de croissance. Suivons-le sans crainte sur les voies que nous ne voulions pas emprunter : il est le chemin, la vérité et la vie : suivons-le donc avec confiance.

* Source de l’image → Actualité de la paroisse Saint Pierre de l’Océan (France)

Jésus entra à Jérusalem monté sur un ânon

Image de prévisualisation YouTube

Mise en condition

Nous voici à la veille d’une nouvelle Semaine Sainte. Comme chaque année, nous méditerons les mêmes textes, nous revivrons les mêmes gestes auxquels la liturgie nous invite. Sans doute les événements de nos vies, heureux ou malheureux, donneront un autre poids et une autre saveur à ces jours particuliers. La semaine sainte est le cœur de toute l’année liturgique.

L’Église de Jérusalem, dès l’an 383, invita les pèlerins à vivre l’entrée triomphale de Jésus dans cette ville. Un peu partout dans le monde, des processions manifesteront, ce jour, que le Christ est entré librement dans sa gloire par le douloureux passage de la souffrance et de la mort. Pour ce dimanche, les ornements liturgiques sont rouges. Cette couleur est à la fois le signe de la Royauté de Jésus et de sa passion.

Si nous venons à l’église ce dimanche pour acclamer le Christ avec nos rameaux (notre buis..) et réentendre le récit de sa Passion, nous serons engagés à vivre toute cette semaine intimement liés au Christ. Chaque jour de la semaine sainte, nous avons à faire mémoire de l’amour du Christ qui nous sauve et pour vivre vraiment avec le Christ, cette  Semaine sainte », nous sommes invités à participer aux grandes célébrations liturgiques du Triduum Pascal (Jeudi Saint, Vendredi Saint et Veillée Pascale.

Références dans la Bible : Is 50, 4-7 ; Psaume 22 ; Ph 2, 6-11 ; Mc 14, 1-15.47

Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux

Jésus a passé sa vie à écouter et à aider les démunis qui se présentaient à lui. Mais c’est à présent l’heure implacable, celle d’une destinée librement acceptée. Ce qui frappe dans la narration de Marc, c’est d’abord la solitude de plus en plus épaisse dans laquelle s’enfonce Jésus. Dans son agonie, ses trois amis, invités à veiller, se réfugient dans le sommeil. Lors de l’arrestation, les onze prennent la fuite sous les oliviers. Pierre le renie. Solitude atroce de la croix enfin.

 » Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? « 

 À cette solitude s’ajoute le silence de Jésus : pas un mot à Judas, silence devant Caïphe, mutisme face à Pilate. Cette solitude et ce silence montent pourtant que Jésus ne fait qu’un avec son Père dans l’amour :   » Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » dit-il à Gethsémani.

Deux signes inattendus en témoignent : le premier est le rideau d’entrée du Temple se déchirant de haut en bas (Mc 15, 38), signe de la fin prochaine du culte dans ce sanctuaire et du libre accès auprès de Dieu. Le second est la profession de foi du centurion de garde.  » Voyant qu’il avait ainsi expiré, il dit : Vraiment cet homme était le Fils de Dieu. » (Mc 15, 39) Si scandaleuse que soit la croix, elle n’en révèle pas moins le Fils de Dieu.

 Les souffrances morales et physiques, puis la mort que Jésus a dû assumer nous révèlent à la fois jusqu’où le mal peut aller en nous et jusqu’où Dieu va dans l’amour. Le mal et l’amour se conjuguent au présent : les tentations subies par les proches de Jésus, leur aveuglement ou leur paresse, leurs infidélités ou leurs lâchetés sont aussi les nôtres et celles de nos communautés chrétiennes. C’est trop souvent l’indifférence ou une série d’excuses incontournables qui répondent aux appels de Jésus à la prière.

En sa Passion, Jésus ne cessa de prier. Ses deux prières, celle de Gethsémani et celle du Golgotha, Jésus les fit en araméen, sa langue maternelle, sa langue de petit enfant quand Marie lui apprenait à prier. Aide-moi,  Seigneur, à oser prier quand je souffre, pour dire comme toi :  » Éloigne de moi cette souffrance. Pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. »

 L’appât du gain, l’utilisation d’une main d’œuvre mal payée, le gaspillage des richesses … peuvent nous conduire à de vraies trahisons de l’Évangile, sans que nous ressentions le moindre remords. Pierre lui-même s’est publiquement désolidarisé de Jésus jusqu’à le renier trois fois, en jurant ne pas le connaître.

 Les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent tous. Serions-nous peut-être, et en toutes circonstances, plus fidèles que ces infidèles ? Plus audacieux et plus résolus que ces fuyards ? Manifestement, le Christ ne cesse d’être crucifié !

 La passion et la résurrection du Christ constituent le centre de notre foi et notre soutien dans les inévitables épreuves de la vie quotidienne. Aurons-nous  le courage de marcher aux côtés de Jésus ? Bonne Semaine Sainte !

croix diaconaleFraternellement

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊  Gesù Superstar →  Commemorazione dell’Ingresso di Gesù in Gerusalemme (Mc 11, 1-10)

◊ Méditation → Le dimanche des Rameaux et de la Passion

Liens externes

♥  Du Père Jean Compazieu → La semaine sainte est le sommet de l’année liturgique

♥  Du site « Idées-Caté » → Le temps de Pâques: semaine sainte

Du mouvement eucharistique des jeunes → L’entrée de Jésus à Jérusalem

L’entrée royale de Jésus à Jérusalem

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans fêtes religieuses, Semaine Sainte | Pas de Commentaires »

Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 19 septembre 2013

Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans La messe du dimanche 25ieme-dimanche-ordinaire-de-lannee-c-221x300

" Nul ne peut servir deux maîtres à la fois ! Faites-vous des amis avec l’argent trompeur, afin que le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. " (Lc 16, 9) Se faire des amis ! Développer l’amitié ! Voilà la raison de l’éloge de Jésus. Dans cette formule au centre de la parabole, Jésus nous en livre la leçon essentielle : le bon emploi des richesses, c’est de faire de l’amitié, de l’amour dans les relations. Voilà la conception de Jésus, vraiment révolutionnaire, sur l’argent : en faire un instrument de partage et d’amitié ! L’argent est trompeur. Au lieu de servir, il peut asservir. Quand il s’empare de quelqu'un, il devient son maître et son dieu ; il peut alors provoquer en lui de terribles dégâts, à l’instar d’une drogue. Son cœur devient dur, impitoyable, insensible à toute morale. Il peut même le pousser alors aux pires injustices et malhonnêtetés.

 Source de l’image : Hermanoleon Clipart     (Free christian cliparts reliogios)

Bonjour, chers amis et chères amies dans le Christ, l’Écriture nous invite, en ce 25ème dimanche du temps ordinaire, à redécouvrir que l’argent dans notre quotidien et  dans les rapports avec les autres est un moyen et non une fin. Jésus (évangile de ce dimanche) nous rappelle que nous pouvons, au sujet de l’argent, faire preuve de bonnes ou de mauvaises qualités… et il nous interpelle : sommes-nous en ce domaine dignes de confiance ? Notre comportement est-il conforme à l’Évangile ? L’argent dont nous disposons peut devenir un excellent moyen de faire du bien autour de nous et c’est en cela qu’il a de la valeur. L’avoir n’a de sens qu’au service de l »homme. Au cours de la semaine prochaine, prenant conscience de notre « avoir » et essayons de faire grandir notre « être »

——————————————-

 LA PREMIÈRE LECTURE EST TIRÉE DU LIVRE D’AMOS au chapitre 8, versets 4 à 7

Commentaire : les injustices, l’exploitation des faibles, les profits malhonnêtes, les exactions des puissants et des riches sont des insultes à la loi divine. Dans l’Ancien Testament, les prophètes intervinrent à maintes reprises pour dénoncer ces péchés.

Note 1 : Amos est le troisième des douze petits prophètes. Il est l’auteur d’un des livres du Tanakh ou Ancien Testament. Il est berger et originaire de Tekoa (ou Thécué) prés de Jérusalem en Judée. Il prophétise sous le régne d’Azarias, roi de Juda, contre le riche et le puissant dans le royaume d’Israël, hypocritement dévôt ou idolâtre affiché. Il fut mis à mort par un prêtre de Béthel, vers 785 av. J. C.

Note 2 : Le livre d’Amos est un livre de la Bible hébraïque. Il fut rédigé vers 800 avant l’ère chrétienne.

4  Écoutez ceci, vous qui écrasez le pauvre pour anéantir les humbles du pays, 5 car vous dites : « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée, pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le sabbat sera-t-il fini, pour que nous puissions écouler notre froment ? Nous allons diminuer les mesures, augmenter les prix, et fausser les balances. 6 Nous pourrons acheter le malheureux pour un peu d’argent, le pauvre pour une paire de sandales. Nous vendrons jusqu’aux déchets du froment ! » 7 Le Seigneur le jure par la Fierté d’Israël : « Non, jamais je ‘oublierai aucun de leurs méfaits. »

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés

—————————————————————————————————————–

PSAUME 113

Note 1 : Ce psaume est le premier de ceux que Jésus a récités le soir du Jeudi-Saint. Quand Saint Matthieu raconte dans son évangile qu’ils partirent vers le Mont des Oliviers après avoir chanté les psaumes, il s’agit en particulier de ce psaume ci. Et le premier mot que Jésus a chanté c’est « ALLELUIA » ; Alleluia, qui veut dire littéralement « Louez Dieu »

Note 2 : ce psaume ouvre le Hallel égyptien (recueil comprenant les psaumes 113 à 118). Le Hallel égyptien était chanté aux trois grandes fêtes annuelles (Pâque, Pentecôte et la fête des Tentes). Les deux premiers psaumes (113 et 114) se récitaient avant le  repas pascal et les autres (115  à 118), après ce repas.

Commentaire : la première strophe (v1 à v3) invite les fidèles à la louange. La seconde strophe (v4 à v6) exalte la transcendance de Dieu. La troisième strophe (v7 à v9) révèle la providence de Dieu : le regard de Dieu est efficace, il ne regarde pas inutilement le ciel et la terre.

1 Alleluia ! Louez, serviteurs du Seigneur, louez le nom du Seigneur ! 2 Béni soit le nom du Seigneur, maintenant et pour les siècles des siècles ! 3 Du levant au couchant du soleil, loué soit le nom du Seigneur !

4 Le Seigneur domine tous les peuples, sa gloire domine les cieux. 5 Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ? Lui, il siège là-haut. 6 Mais il abaisse son regard vers le ciel et vers la terre.

7 De la poussière il relève le faible, il retire le pauvre de la cendre 8 pour qu’il siège parmi les princes, parmi les princes de son peuple. 9 Il installe en sa maison la femme stérile, heureuse mère au milieu de ses fils

 Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés

LA DEUXIÈME LECTURE EST TIRÉE DE LA PREMIÈRE LETTRE DE PAUL À TIMOTHÉE, CHAPITRE 2, VERSETS 1 À 8

Commentaire : le verset 4 résume toute la Bible ! Tous ses mots sont importants : Dieu veut… (v4a), la volonté de Dieu est une volonté de salut et cela concerne toutes les personnes. Ce verset nous donne la définition du salut. Être sauvé c’est connaître cette vérité : Dieu nous aime et est sans cesse auprès de nous pour nous combler de son amour. Le Christ est venu pour annoncer en paroles et en actes l’amour de Dieu pour tous les hommes. Croire à cet amour, vivre de cet amour, c’est être sauvé.

 1 J’insiste avant tout pour qu’on fasse des prières de demande, d’intercession et d’action de grâce pour tous les hommes, 2 pour les chefs d’Etat et tous ceux qui ont des responsabilités, afin que nous puissions mener notre vie dans le calme et la sécurité, en hommes religieux et sérieux. 3 Voilà une vraie prière, que Dieu, notre Sauveur, peut accepter, 4 car il veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité. 5 En effet, il n’y a qu’un seul Dieu, il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus, 6 qui s’est donné lui-même en rançon pour tous les hommes. Au temps fixé, il a rendu ce témoignage 7 pour lequel j’ai reçu la charge de messager et d’Apôtre – je le dis en toute vérité -, moi qui enseigne aux nations païennes la foi et la vérité. 8 Je voudrais donc qu’en tout lieu les hommes prient en levant les mains vers le ciel, saintement, sans colère ni mauvaises intentions.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés

DE L’ÉVANGILE DE LUC AU CHAPITRE 16, VERSETS 1 À 13

Frères et sœurs, investissons pour l’éternité

C’est le sommet de la parabole. L’Évangile nous invite à faire le bon placement de notre argent. Les banques nous proposent de souscrire un plan d’épargne en bons du Trésor ou en bourse. Le Christ, lui, nous propose d’investir dans les plans en bonnes actions. Usons de générosité envers les gens qui sont dans le besoin, en bons gérants du bien de Dieu. Alors la richesse, qui, si souvent, détourne ou éloigne de Dieu, deviendra chemin vers Dieu et source de bonheur partagé, jusque dans les demeures éternelles.

Copyright 2012 by the author and Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften. All rights rerseved – Saarbrücken 2012  

  Auteur : cliquez ici →    Michel Houyoux    Source →     Rencontre avec la Parole de Vie / 978-3-8416-9800-1

Commentaire : nous avons un choix à faire, et il est urgent, entre Dieu et l’Argent. « Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent (v 13). Dans cet extrait de l’évangile selon  Luc, Jésus dresse toute une série d’oppositions : entre les fils de ce monde et les fils de la lumière, entre une toute petite affaire et une grande affaire, entre l’Argent trompeur et le bien véritable, entre les biens étrangers et notre bien. Toutes ces oppositions n’ont qu’un but, nous faire découvrir que l’Argent n’est qu’une tromperie et que consacrer sa vie à « faire de l’argent » ,  c’est faire fausse route. Si quelqu’un  est obsédé par l’envie de gagner de l’argent, il en  devient vite esclave et  bientôt il n’aura plus  le temps de penser à autre chose ! « Méfions-nous de ce que nous possédons, pour ne pas être possédé »

L’Argent est trompeur de deux manières : d’abord, il nous fait croire qu’il nous assurera le bonheur, mais viendra bien un jour, pourtant, où il nous faudra tout laisser. Ensuite, l’Argent nous trompe quand nous croyons qu’il nous appartient pour nous tout seuls : nous n’en sommes pas propriétaires pour notre seul usage égoïste, nous en sommes intendants. C’est pour cela que Jésus parle de « biens étrangers » (v12a), c’est parce qu’il ne nous appartient pas.  Le jour où nous consacrerons autant de temps et de matière grise à inventer des solutions de paix, de justice et de partage autour de nous qu’à gagner de l’argent et si  nous passions autant de temps à parler de solidarité et de partage que nous passons de temps à parler d’argent, bien des choses changeraient, probablement.

1 Jésus racontait à ses disciples cette parabole : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu’il gaspillait ses biens. 2 Il le convoqua et lui dit : Qu’est-ce que j’entends dire de toi ?

Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires. 3 Le gérant pensa : Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n’ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte. 4 Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m’accueillir. 5 Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : Combien dois-tu à mon maître ? 6 – Cent barils d’huile. Le gérant lui dit : Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante. 7 Puis il demanda à un autre : Et toi, combien dois-tu ? – Cent sacs de blé. Le gérant lui dit : Voici ton reçu, écris quatre-vingts. 8 Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : effectivement, il s’était montré habile, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. 9 Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’Argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. 10 Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande. 11 Si vous n’avez pas été dignes de confiance avec l’Argent trompeur, qui vous confiera le bien véritable ? 12 Et si vous n’avez pas été dignes de confiance pour des biens étrangers, le vôtre, qui vous le donnera ? 13 Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera le premier, et aimera le second ; ou bien il s’attachera au premier, et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. »

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés

—————————————————————————————————————

Compléments

◊ Du site Idées-Caté → Aucun domestique ne peut servir deux maîtres à la fois… (Lc 16, 1-13)

◊ Du livre d’Amos →   Dieu frappe aussi à ta porte, vas-tu l’accueillir ? (Am 8, 1-7)

Liens externes

◊ Catéchèse →   25ième dimanche ordinaire de l’année C

◊ Liturgie du dimanche  avec des enfants →  25° dimanche ordinaire de l’année C

◊ Homélie →  25ième dimanche ordinaire de l’année C

Partage d’évangile avec des enfants →   Vingt-cinquième dimanche ordinaire, année

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

12345...13
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS