Résultats de votre recherche

Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement.

Posté par diaconos le 13 juin 2019

Jeudi  13 juin 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement.

Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :  » Je vous le dis : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.

Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement.

Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu.

Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.

Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. «   (Mt 5, 20-26)

Homélie

Le mot justice prend une connotation bien différente dans la bouche de Jésus de ce qu’il nous vient à l’esprit au plan humain. La justice, faire ce qui est juste, pour Jésus, c’est aimer, faire miséricorde. Quand il dit «  Si votre justice…  » il signifie  » Si votre amour ne dépasse pas celui des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux « . Scribes et pharisiens avaient une vision légaliste de la religion et de la vie qui laissa peu de place à l’amour.

Jésus poursuivit dans le discours rapporté par Matthieu en incitant son auditoire à en faire plus que ce que demandait la Loi. Ainsi la Loi défendait  de commettre le meurtre, Jésus demanda à son auditoire de ne pas se mettre en colère contre son frère. Plus encore, il dit que le culte que nous rendons à Dieu est vain si nous ne nous réconcilions pas avec le frère avec lequel nous avons un différent.

La raison qui motiva Jésus à faire pareille recommendation fut qu’amour et non-amour ne pouvaient cohabiter au sein d’un même cœur et que si nous maintenions ou cultivions la rancune envers les autres,  notre vie spirituelle se dégradera rapidement. Le non-amour, si nous ne faisons  pas d’effort pour l’extirper de notre cœur,  prendra toute la place.

 Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 Je m’efforcerai de pardonner et de faire miséricorde comme mon Père céleste, le premier, me pardonne et me fait miséricorde. J’essaierai de me garder d’avoir une vision légaliste de la vie et de la religion. Quand j’agis, je vise à en faire plus que ce qui est attendu de moi, de gratifier mes actions de plus de l’amour.

Compléments

◊  La Loi défendait  de commettre le meurtre : cliquez ici pour lire l’article → Où est ton frère ?

◊  La charité couvre une multitude de péchés : cliquez ici pour lire l’article → Soyez miséricordieux

◊ Cliquez ici pour lire l’article →  LA FAMILLE DOIT ÊTRE UN LIEU DE PARDON

◊ Catéchèse  : cliquez ici pour lire l’article →  Nous devons pardonner comme Dieu nous pardonne. » (Mt 18,15-20)

Liens externes

◊  Regnum Christi  : cliquez ici pour lire l’article → Se réconcilier avec son frère |

Frères et soeurs : on fait la paix ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaires »

L’Esprit Saint vous fera comprendre tout ce que je vous ai dit !

Posté par diaconos le 5 juin 2019

Dimanche de la Pentecôte Ac 2, 1-11 ; Ps 103 ; Rm 8,8-17 ; Jn 14, 15-16, 23b-26

Le Livre des Actes des apôtres (2,1-13) rapporte l’évènement qui s’est passé au Cénacle à Jérusalem, en l’an 30 ou 33 de notre ère, le jour de la fête juive de la Pentecôte, 50 jours après la résurrection du Christ. "Quand le jour de la Pentecôte fut arrivé, ils (les apôtres) se trouvèrent tous ensemble. Tout à coup survint du ciel un bruit comme celui d’un violent coup de vent. La maison où ils se tenaient en fut toute remplie ; alors leur apparurent comme des langues de feu qui se partageaient et il s’en posa sur chacun d’eux. Ils furent tous remplis d’Esprit Saint et se mirent à parler d’autres langues".
Le Livre des Actes des apôtres (2,1-13) rapporte l’évènement qui s’est passé au Cénacle à Jérusalem, en l’an 30 ou 33 de notre ère, le jour de la fête juive de la Pentecôte, 50 jours après la résurrection du Christ. « Quand le jour de la Pentecôte fut arrivé, ils (les apôtres) se trouvèrent tous ensemble. Tout à coup survint du ciel un bruit comme celui d’un violent coup de vent. La maison où ils se tenaient en fut toute remplie ; alors leur apparurent comme des langues de feu qui se partageaient et il s’en posa sur chacun d’eux. Ils furent tous remplis d’Esprit Saint et se mirent à parler d’autres langues ».

Il vous fera comprendre tout ce que je vous ai dit !

« Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. Celui qui ne m’aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles » (Jn 14, 23-24a)

Voilà la seule manifestation que Dieu a décidé de faire : il vient habiter au cœur de ceux et de celles qui l’accueillent et croient en lui. Il ne sera reconnu comme réellement présent que par les personnes qui l’aiment vraiment !

« Si quelqu’un m’aime, nous viendrons chez lui »: Le Christ affirme être désormais présent par ceux et celles qui l’aiment, par les vrais croyants, en qui il demeure. Entre les personnes qui s’aiment, il y a écoute, dialogue, parole, communication.

« La Parole que vous entendez n’est pas de moi ; elle est du Père, qui m’a envoyé.» ( Jn 14, 24b)

Jésus nous révèle, ici, une des bases de la vie chrétienne véritable : la méditation de la Parole comme un sacrement de la présence de Dieu. Dans ce discours d’adieu, du Jeudi Saint au soir, Jésus parle d’une parole à laquelle on est fidèle, d’une parole vécue, c’est à dire d’une parole qui est mise en pratique. La Parole de Jésus n’est pas une chose, c’est quelqu’un : Jésus étant parti , il y a un autre qui vient prendre le relais, envoyé par le Père au nom de Jésus : c’est l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint n’ajoute rien à Jésus, comme Jésus n’ajoutait rien au Père : Ce sont trois qui ne font qu’un ! L’Esprit Saint est celui qui communique toute la vie de Dieu à l’humanité. C’est l’Esprit Saint qui aidera l’Église à comprendre progressivement le don de Dieu, révélé en Jésus Christ. Et aujourd’hui, l’Esprit Saint est toujours à l’œuvre : « Je suis avec vous jusqu’à la fin des siècles » disait Jésus. L’Église a encore beaucoup à comprendre, à découvrir et à vivre et cela, est encore plus vrai pour chacun de nous.

Il est important de saisir que la fête de la Pentecôte (Première lecture) n’a pas eu lieu seulement pour les apôtres : le vent violent a été perçu aussi par une multitude d’hommes et de femmes à Jérusalem : chacun entendait proclamer dans sa propre langue les merveilles de Dieu. (Ac 2, 5-11)

Pour qu’une personne reconnaisse dans la parole d’une autre, la Parole de Dieu, il y faut l’action de l’Esprit Saint. « C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu »  (Rm 8 , 16 )

La fête de la Pentecôte est non seulement la fête de la naissance de l’Église par les pouvoirs transmis aux apôtres mais elle est aussi la fête du renouvellement du monde par l’action de l’Esprit Saint qui conduit progressivement toute l’humanité à la compréhension du message de Jésus : «L’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous remettra en mémoire tout ce que je vous ai dit !» ( Jn 14, 26) Prions l’Esprit Saint de nous enseigner à comprendre et à vivre l’Évangile aujourd’hui.

Amen

Michel Houyoux Diacre

Compléments

◊  Lectures de la messe : cliquez ici pour lire l’article →  Solennité de la Pentecôte

◊ Cette grande fête, qui clôt le temps pascal, est pour nous un mystère : cliquez ici pour lire l’article → Solennité de la Pentecôte

◊ La Pentecôte c’est la naissance de l’Église Universelle : cliquez ici pour lire l’article →  Solennité de la Pentecôte

Liens externes

◊ Qu’est-ce que la Pentecôte ? : cliquez ici pour lire l’article →   Pentecôte – Croire – Questions de vie, questions de foi

Pentecôte : naissance de l’Église

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Actes des apôtres, Catéchèse, Enseignement, fêtes religieuses, Foi, homélies particulières, L'Église, La messe du dimanche, Liturgie, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Être un en Dieu !

Posté par diaconos le 2 juin 2019

ENERGIE CHRISTIQUE: Celui qui n'a jamais pardonné ne connait pas le royaume sublime de l'amour

ÉNERGIE CHRISTIQUE : Celui qui n’a jamais pardonné ne connait pas le royaume sublime de l’amour

Homélie

 7ième dimanche de Pâques

Être un en Dieu !

 Dans la cour de récréation, trois gosses discutaient : « Mon papa à moi, il est fort ! … tu verrais ça !  » dit le premier.  » Et le mien, il est très intelligent, très savant… c’est un ingénieur à la centrale nucléaire de Tihange.. », répond le deuxième.

Le troisième d’ajouter :  » Le mien, il a plein de décorations… c’est un officier, un soldat de la caserne de Flawinne : lui et ses compagnons d’armes, travaillent avec la KFOR pour construire la paix dans des régions troublées. »

 Vous avez tous entendu, ces discussions de gosses où chacun, en parlant de son père, essaie de renchérir sur le copain pour avoir une raison d’être encore plus fier que lui de son père, fier d’être le fils d’un tel père.

 Jésus, Lui n’a pas voulu se réserver de façon exclusive sa gloire de Fils de Dieu, la gloire, la fierté d’avoir Dieu Lui-même pour Père : Il a voulu, dans toute la mesure du possible, nous associer à cette gloire, à cette fierté, comme Il veut nous faire communier à l’amour que le Père a pour Lui.

 Il veut que nous communiions à la joie qu’Il goûte auprès du Père : « Père, je veux que là où Je suis, ceux que tu m’as donnés (les disciples d’abord, puis les autres croyants) s’y trouvent avec Moi… Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée… Je leur ai révélé ton Nom (ton nom de Père) pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux ! ». (Jn 17, 24-26)

 Voilà ce que Jésus demande pour nous tous, les croyants, dans cette prière d’action de grâces, après la première de toutes les messes, le Jeudi Saint.  Quel honneur ! Quelle gloire ! Quelle chance : avoir Dieu Lui-même comme Père. C’est la gloire, la fierté de Jésus-Christ, c’est la nôtre, puisqu’il a bien voulu nous faire participer à sa divine filiation.

 Savoir communiquer est essentiel. Quel est le sens de cette communication dans le plan de Dieu ?

 Jésus a envoyé ses disciples communiquer son message à toutes les nations. Et l’Évangile d’aujourd’hui nous donne le plus bel exemple de la communication de Jésus : sa communication avec son Père, d’abord, dans sa prière lors de la dernière Cène, partagée ensuite avec ses disciples durant ce même repas.

 Ces « communications » de Jésus avancent autour de deux thèmes : celui de l’amour et celui de l’unité. Ces deux thèmes sont reliés l’un à l’autre et ils sont inséparables. La vocation ultime de toute l’humanité est d’être une en Dieu : « Qu’eux aussi soient un en nous, afin que le monde croie que c’est toi qui m’as envoyé » (Jn 17, 21b)

Il n’y a pas d’amour et il n’y a pas d’unité sans communication, sans partage. L’unité est d’abord partage et réciprocité.  » Vous en moi et moi en vous  » : c’est l’objet de la prière de Jésus pour l’unité de ses disciples.

 Comment croire que la mort du Christ puisse rassembler dans l’unité, autour du Père, les enfants de Dieu dispersés, si les personnes, membres de l’Église locale ne sont pas unies ?  Quel spectacle offrons-nous dans nos familles, nos équipes, notre communauté chrétienne : celui de gens unis dans le même amour, le même respect des autres et de leur personnalité ou celui de gens profondément désunis ?

 Tout ce qui favorise l’unité, la coopération, la compréhension et l’amour entre les gens, les groupes et les nations, vient de Dieu et tout ce qui crée ou entretient les divisions, la méfiance, la peur, la confrontation vient du démon.

 L ’unité nous oriente toujours vers le respect des autres. Elle est l’œuvre de l’Esprit-Saint. Ô Dieu, Notre Père, rassemble-nous dans l’unité et rends-nous accueillants à ta Parole !

Amen.

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Aie confiance en Dieu →  LA GRÂCE DIFFÈRE ET DIEU PEUT FAIRE DE GRANDES CHOSES AVEC TOI

◊ Jésus désire sauver tous les hommes  → Dieu aime tous ses enfants.

◊ Volonté d’apprentissage → Conditions pour être disciple du Christ. 

Liens externes

◊ L’épanouissement de chacun dans le respect des autres →  Unité Ados – le-corto.be

Conditions pour être disciple selon JÉSUS

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Dieu, Enseignement, Homélies, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

C’est vous qui en êtes les témoins.

Posté par diaconos le 30 mai 2019

C’est vous qui en êtes les témoins.

C’est vous qui en êtes les témoins.

C’est vous qui en êtes les témoins.

L’Évangéliste Luc est le seul à nous avoir donné une description de l’Ascension.  Les trois autres évangélistes ne séparent pas le moment de la résurrection de celui de l’entrée définitive de Jésus dans la gloire du Père.

 En peu de mots l’évangéliste nous rapporte ce fait : « Jésus ayant amené ses disciples vers Béthanie, il leva les mains pour les bénir et il se sépara d’eux et fut emporté au ciel.

 De quel ciel s’agit-il ? En même temps, d’autres questions surgissent : Ceux qui sont morts, où sont-ils ? Que sont-ils devenus ? Y a-t-il une vie après la mort ? Les évangiles nous parlent de la Vie éternelle. Qu’est-ce que cela signifie pour nous aujourd’hui ?

 Le récit de l’Ascension nous apporte un éclairage nouveau par rapport à toutes ces interrogations. Il ne faut pas le recevoir comme un reportage sur la manière dont les choses se sont passées. Le plus important c’est le message que nous transmet l’évangéliste Luc : le Christ est passé de ce monde à son Père. Il est glorifié. « Il est assis à la droite de Dieu. »

La Résurrection, L’Ascension et la Pentecôte sont les trois forces d’un même et unique mystère : c’est dès sa résurrection que Jésus entre dans la gloire du Père et s’assied à sa droite selon notre Credo.

 En ce jour de l’Ascension, le ciel s’est ouvert pour le retour de Jésus vers son Père. Voilà une image très belle. Mais ce qu’il faut y voir c’est surtout une bonne nouvelle porteuse d’espérance pour le monde. Jusqu’à présent, on croyait que la vie des hommes s’arrêtait avec la mort ; or voilà que par sa résurrection et son ascension, Jésus fait une brèche ; il nous a ouvert un passage. Il est entré le premier dans le monde de Dieu pour nous entraîner à sa suite. Il l’avait annoncé aux siens : « Je pars vous préparer une place… je veux que là où je suis, vous soyez vous aussi. »

 La bénédiction que Jésus donna à ses disciples avant de les quitter est son ultime geste ; un geste que chaque célébrant refait à la fin de la messe, levant la main pour nous bénir au nom de la Sainte Trinité, Père, Fils et Esprit Saint.

 « Jésus s’étant séparé de ses disciples, ils retournèrent à Jérusalem, remplis de joie et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu. » Tout un symbole, un culte nouveau.

 Cette certitude de notre foi que le Christ est près de Dieu nous remplit-elle de joie ? Joie de la victoire du Christ sur la mort et le péché ; en son nom, le pardon des péchés est une réalité. Joie d’être appelés les témoins de cette victoire que Jésus veut faire partager à chaque personne. Joie de savoir qu’il nous donne chaque jour l’Esprit de force qu’il nous a promis.

 Nous sommes tous rappelés à nos responsabilités. Comme les apôtres, nous sommes envoyés dans le monde pour témoigner de l’espérance qui nous anime.

Amen.

Michel Huyoux, diacre permanent

Complément

◊ Jeudi 30 mai 2019 : cliquez ici pour lire l’article → Solennité de l’Ascension du Seigneur

Liens externes

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → L’Ascension – idees-cate.com

L’Ascension… une expérience de détachement

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, fêtes religieuses, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

12345...18
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS